Navigation – Plan du site
Dossier

Soixante-dix ans d’archéologie en Martinique 1930-2000

Pour un bilan historique des politiques de recherche
Nathalie Vidal
p. 20-29

Entrées d’index

Index de mots-clés :

politique de la recherche

Index géographique :

Martinique
Haut de page

Texte intégral

1Les réflexions sur le passé martiniquais ont toujours fait l’objet d’une attention particulière. Aussi, si de prime abord l’archéologie antillaise peut paraître très confidentielle au regard de l’archéologie métropolitaine, elle n’en demeure pas moins l’héritière d’une histoire qui remonte à plus d’un demi-siècle de découvertes et de réflexions traversées par des courants de pensées tout aussi divers et variés.

2De mémoire d’archiviste, l’histoire des découvertes archéologiques en Martinique commencerait en 1855. Un article dans le Journal de la France d’outre-mer mentionne la découverte de poteries décorées à l’occasion d’un terrassement effectué au nord de la ville de Saint-Pierre. Cependant, il faut bien reconnaître que les premières identifications de sites archéologiques ne remontent qu’à 1932, lorsque Jean-Baptiste Delawarde, alors fraîchement nommé curé du Prêcheur, identifie le premier les vestiges découverts en 1924 sur le site de l’Anse Belleville dans la commune du Prêcheur. En une vingtaine d’années, ce chercheur passionné, correspondant du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, devient non seulement le pionnier des travaux sur la géographie humaine en Martinique, le premier découvreur de sites archéologiques, mais aussi, après avoir rendu visite aux Indiens Caraïbes de la Dominique en 1937, le précurseur des approches ethno-archéologiques qui ne connaîtront un véritable essor que de nombreuses années plus tard.

3J.-B. Delawarde collabore à chaque nouvelle découverte archéologique de l’époque et en publie la plupart dans ses ouvrages de géographie humaine (Delawarde 1936) mais aussi dans des opuscules d’expositions locales (Delawarde 1937). Ses investigations portent sur les sites les plus anciennement connus de l’île : l’Anse Belleville, situé dans la commune du Prêcheur sur la côte nord caraïbe ; Lassalle à Sainte-Marie ; l’Adoration au Marigot, Vivé au Lorrain, trois communes situées sur la côte nord atlantique, mais aussi Paquemar au Vauclin sur la côte sud atlantique de l’île. Certains de ces premiers travaux ont été réalisés en collaboration avec d’autres géographes comme Eugène Revert qui, sous l’égide du musée de l’Homme, enverra à Paris pour études et conservation la totalité des vestiges retrouvés à l’occasion des fouilles de l’Anse Belleville en 1939. D’autres chercheurs tels que Raoul d’Harcourt, également correspondant du musée de l’Homme, viendront participer aux recherches notamment sur des sites de la côte nord atlantique de l’île. Mais c’est Robert Pinchon nommé, en 1945, prêtre enseignant au séminaire collège de Fort-de-France, qui prendra véritablement la suite des travaux de J.-B. Delawarde. Il développera la réflexion et la recherche archéologiques martiniquaises (Pinchon 1952). Chercheur naturaliste, correspondant du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, membre de l’Académie nationale des sciences et des belles-lettres de Bordeaux, R. Pinchon a constitué l’une des plus belles et des plus riches collections sur la faune, la flore, l’archéologie et l’ethnologie de la Martinique.

D’une problématique vers une politique de recherche, la construction des cadres institutionnels

4Une vingtaine d’années plus tard, en 1961, sous l’égide de la Société d’histoire de la Martinique, et à l’initiative de R. Pinchon et de Jacques Petitjean Roget, en collaboration avec de nouveaux chercheurs historiens et des passionnés d’archéologie comme Henri Theuvenin, Armand Nicolas et Mario Mattioni, le premier congrès international d’études des civilisations précolombiennes des Petites Antilles (Ciecppa) est organisé à Fort-de-France. Il donnera naissance à l’Association internationale d’archéologie de la Caraïbe (Aiac) en 1962. Ce congrès est un événement majeur dans l’histoire de l’archéologie martiniquaise car il offre enfin aux chercheurs martiniquais la possibilité de s’ouvrir à des méthodes d’études plus modernes au contact de chercheurs américains comme Irving Rouse, William Haag, José Maria Cruxent, Ripley Bullen mais encore Ricardo E. Alegria, Mario Sanoja, et d’aborder de problématiques liées à un espace géographique antillais plus étendu. Les fruits de cette réflexion commune ne se feront d’ailleurs pas attendre longtemps.

5Homme d’affaire influent et passionné, titulaire d’une thèse d’histoire, Jacques Petitjean Roget est, outre ses recherches pionnières en archéologie, à l’origine de nombreux et importants travaux sur l’histoire industrielle coloniale martiniquaise. Membre de la société d’histoire de la Martinique, il participe activement à la réalisation des congrès d’archéologie au sein de l’Aiac. Ainsi, fort de ses échanges avec la communauté des archéologues, il entreprend notamment la première fouille du site du Diamant (côte sud caraïbe) dès 1962 et présente, au second congrès de la Barbade, les premiers travaux d’analyse statistique et de classification des styles céramiques sur le site du Diamant. Il y proposera également d’étendre cette méthode à l’ensemble des études de céramiques martiniquaises (Petitjean Roget 1968).

6C’est également à l’occasion de ce second congrès que Mario Mattioni présente son article sur les décors céramiques et propose la première méthode de tri automatique (Mattioni 1968). L’ensemble de ces nouveaux travaux, confrontés à ceux des Américains Ripley P. Bullen et Irving Rouse, aboutissent à l’élaboration d’une première chronologie de la préhistoire locale étayée par les premières datations au radiocarbone effectuées à l’université de Yale.

7En 1970, Mario Mattioni, diplômé de l’académie des beaux-arts de Venise et enseignant d’histoire des arts, inaugure le premier musée départemental d’archéologie de la Martinique et en devient le directeur. Deux ans plus tard, il est nommé directeur des Antiquités de la Martinique et fait construire le premier dépôt de fouilles. L’année suivante il est nommé correspondant permanent du ministère de la Culture.

8La création de structures comme le musée départemental ou le dépôt archéologique représente une étape décisive dans la reconnaissance du patrimoine archéologique martiniquais sur un plan institutionnel et la valorisation de la recherche qu’il suscite.

9Désormais les collections sont gérées, inventoriées, étudiées et présentées aux chercheurs et au public, ce qui améliore qualitativement les travaux et la recherche archéologiques.

La diversification des approches

10À partir de 1971, de nouveaux partenariats scientifiques se nouent. M. Mattioni s’associe à des chercheurs étrangers et travaille notamment en étroite collaboration avec Louis Allaire, archéologue au Centre de recherches caraïbes de l’université de Montréal dont une antenne est basée au centre de Fond-Saint-Jacques, propriété du département de la Martinique dans la commune de Sainte-Marie. Avec la participation de R. P. Bullen et de quelques étudiants canadiens – Richard Lehouillier, Denis Edmond, et Serge Vallée – M. Mattioni fouille Vivé au Lorrain, identifié dès cette époque comme un site majeur car il constitue le plus ancien témoignage de l’occupation de culture à céramique de la Martinique (10 à 420 apr. J.-C.) (voir Bérard infra : 70-78). Il élabore la première typologie céramique, et exhume les cinq premières sépultures précolombiennes de l’île dont deux moulages seront présentés au musée archéologique départemental. Par la suite, il complète ses travaux par la fouille de Fond-Brulé au Lorrain daté de 0 à 220 apr. J.-C. En 1973, M. Mattioni découvre avec J. Crusol les premiers pétroglyphes en bordure de la forêt Montravail à Sainte-Luce (sud caraïbe).

11De son côté, L. Allaire entreprend une vaste prospection et une série de sondages en vue de trouver et de recenser de nouveaux sites contemporains de celui de Paquemar (commune du Vauclin, côte sud atlantique), daté de 1000 à 1500 apr. J.-C. et déjà identifié comme l’une des occupations les plus récentes de l’île. L. Allaire découvre les sites de L’Espérance (commune du François, côte sud atlantique), Macabou (Vauclin), À-tout-Risque (Vauclin) et enfin l’Anse Trabaud dans la commune de Sainte-Anne (côte sud).

12L. Allaire suscite la collaboration de Linda J. Fraser et Elisabeth Wing pour l’étude des restes de faune sur les sites qu’il a sondés.

13De ses recherches, sortira un ouvrage en 1973, Vers une préhistoire des Petites Antilles, avec une nouvelle ébauche chronologique qu’il complète par sa thèse de doctorat. Par la suite, il travaillera plus précisément sur les occupations amérindiennes des Petites Antilles contemporaines de la période de contact avec les premiers Européens, que les premières chroniques de la conquête nommaient « caraïbes ».

14En 1978, Jacques Barrau, chercheur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, avec la collaboration de Christian Montbrun, pose les bases d’une nouvelle approche sur l’environnement et les hommes avec une problématique centrée sur l’insertion des populations précolombiennes dans l’écosystème insulaire des Petites Antilles.

15Durant cette même période, Henry Petitjean Roget poursuit les travaux de son père et soutient une thèse dans laquelle il présente, entre autres, la première répartition culturelle des sites en relation avec leur localisation géographique, avec une première carte synthétique de l’occupation de l’île par dominantes chrono-culturelles.

16Enfin, M. Mattioni et L. Allaire sont à l’origine de la découverte sur la côte nord caraïbe des premiers gisements pré-céramiques à Boutbois en 1979 (Morne Vert) et à Godinot (Le Carbet) en 1981. Le matériel, bien que peu abondant, est comparé avec le mobilier retrouvé sur le continent sud- et centre-américain – Venezuela, Trinidad – et avec les restes lithiques de la grotte de Maria de la Cruz à Porto Rico. Ces dernières découvertes comblent le vide chronologique qui subsistait jusque-là entre les sites archaïques de Saint Kitts et Antigua et le continent américain, bien que ces dates demandent encore des vérifications.

De la direction des Antiquités de Martinique au service régional de l’archéologie

17Effet de la décentralisation, la mise en place du Conseil de la culture de l’éducation et de l’environnement (Ccee) par le conseil régional de Martinique et la création de la direction des affaires culturelles (Drac) de Martinique en 1984 favorise la signature d’une convention État-région qui assure le financement de deux enquêtes, l’une portant sur l’ethnographie, l’autre sur l’architecture, son inventaire ainsi que la connaissance du patrimoine industriel. À cette occasion, le conseil régional créé le bureau du patrimoine de la Martinique en 1986. C’est une structure régionale importante dans le paysage de la conservation patrimoniale martiniquaise, puisque ses missions portent non seulement sur la collecte et la conservation des éléments du patrimoine historique et ethnographique de l’île en vue de la constitution des collections du musée, mais aussi sur leur valorisation et leur restitution au public sous forme d’expositions, de revues, de catalogues, d’ouvrages ou de supports audiovisuels.

18Après une pause de quelques années marquées par le départ à la retraite de M. Mattioni et l’interruption des recherches de L. Allaire, l’archéologie martiniquaise redémarre en 1987 avec l’arrivée d’un nouveau conservateur, François Rodriguez-Loubet, et la création du service régional de l’archéologie, d’abord mutualisé entre deux régions domiennes, la Martinique et la Guyane, puis séparé en deux services régionaux distinct dès les années 1990.

19En premier lieu, une organisation des moyens structurels s’impose en accord avec des axes de recherche réévalués au regard des toutes nouvelles initiatives territoriales. En 1988, la création du Centre d’études et de recherches archéologiques (Cera), association subventionnée à la fois par les collectivités territoriales (région, département) et l’État liés par convention, a pour but de constituer un pôle local de recherche en salariant et en subventionnant de jeunes chercheurs en archéologie. La professionnalisation est le premier des objectifs pour obtenir de meilleurs résultats sur le plan réglementaire et scientifique. Le second est une pérennisation de l’activité. À terme, le troisième objectif est une structure motivante capable de dispenser de la formation. Plusieurs « fouilles programmées » sont menées dans ce cadre jusqu’en 1993.

20Concrètement, les projets du Cera démarrent selon trois axes principaux. Le premier s’appuie sur les travaux universitaires qui traitent du patrimoine local industriel, initiés à l’occasion de la nouvelle politique des collectivités territoriales pour le patrimoine ethnographique et architectural (Mousnier, Caille et Bégot 1990).

21Le second concerne le développement d’une archéologie urbaine. À Saint-Pierre, les premiers travaux archéologiques ont démarré dès 1988 en divers endroits de la ville. La signature de la convention « Ville d’art et d’histoire » pour la ville de Saint-Pierre marque l’année 1990.

22Enfin, le troisième repose sur la reprise et la poursuite des recherches en archéologie précolombienne. Le site de Dizac sur la plage de la commune du Diamant fait donc partie de la convention passée entre le Cera et les collectivités territoriales.

23Durant cette même période, une convention de recherche est signée entre la région et le Groupe de recherche en archéologie navale (Gran), association en relation avec le service régional de l’archéologie de Martinique, pour dresser un inventaire des épaves sous-marines autour de l’île.

24Après une interruption d’une dizaine d’années, les recherches sur le site précolombien de la plage de Dizac dans la commune du Diamant sont reprises sous l’angle d’une problématique plus environnementaliste. D’autres fouilles sur des sites précolombiens démarrent aussi, notamment à l’Anse Figuier, commune de Rivière-Pilote. Quelques interventions ponctuelles sont effectuées en « sauvetage urgent » ou diagnostic sur des sites tels que la Pointe des Fous (commune de Sainte-Luce), l’Anse Céron, savane des pétrifications. Des relevés sont également menés sur les sites de roches gravées et de roches à cupules, tels le Galion (Trinité) et Montravail (Sainte-Luce), ainsi que la Roche à bon Dieu (Macouba).

25À partir de 1992, la carte archéologique de Martinique se met en place. Deux archéologues contractuels de l’Association française pour les fouilles nationales (Afan) réalisent le premier fichier informatisé qui lui servira de socle. Un important travail de recollement d’information est commencé. Parallèlement, des prospections systématiques sont menées en collaboration avec cinq communes : Sainte-Luce, Saint-Pierre, Sainte-Anne, Trois-Îlets et Diamant. Les résultats enrichissent les connaissances de certains sites, d’autres sont découverts. Le tout est versé dans la carte archéologique.

26Le lancement de plusieurs projets pluridisciplinaires à caractère international, projets collectifs de recherches (Pcr), est également entrepris. Mais l’année 1993 sera surtout marquée par un coup d’arrêt des activités du Cera lié aux difficultés de la région qui ne peut plus maintenir ses engagements financiers. Le démantèlement de l’équipe va bénéficier à l’Afan et aux nouveaux services patrimoniaux des collectivités territoriales.

27En 1994, le nouveau conservateur Jean-Pierre Giraud oriente de façon ferme la recherche vers l’archéologie précolombienne programmée avec la reprise de la fouille de Vivé au Lorrain, et installe une archéologie de diagnostic favorisée par l’implantation permanente de l’Afan. L’activité de la carte archéologique mais aussi l’archéologie préventive – sites de l’Adoration / la Pointe (Marigot) et bon nombre d’interventions en archéologie historique autour de la ville de Saint Pierre, puis de Fort-de-France – permettent la création d’un premier poste permanent (carte archéologique, 1994/1995) puis d’un second (ingénieur, 1998) par l’Afan. Certains programmes pluridisciplinaires sont publiés comme celui sur les fours à chaux. D’autres, comme « La néolithisation du bassin caribéen », sont restés actifs.

Le développement des problématiques régionales : construction et évolution d’une politique de programmation de la recherche

28Durant quarante années, depuis les premiers travaux de J.‑B. Delawarde jusqu’à ceux de L. Allaire, les problématiques de recherches essentiellement axées sur l’archéologie amérindienne ont surtout porté sur l’établissement d’une chronologie et d’une définition précise des cultures matérielles, en s’appuyant sur des critères stylistiques du matériel céramique. Une quarantaine d’années de travail pour établir une chronologie de cinq siècles peut paraître énorme. L’explication est sans doute liée au caractère confidentiel de cette archéologie, souvent menée par quelques-uns, et avec très peu de moyens.

29La mise en place progressive de structures et l’installation d’un service administratif d’État permanent favorisent l’activité de la recherche archéologique.

30Si jusque-là les départements d’outre-mer antillais étaient absents des bilans quinquennaux de « la recherche archéo-logique en France », ils apparaissent au titre du programme 32 dans le bilan de 1990-1994.

31Les opérations archéologiques conduites dans l’Arc Caraïbe et de la Guyane devraient être étendues aux autres départements et territoires d’outre-mer. La priorité doit être donnée, ici plus qu’ailleurs, à des programmes de prospection et de cartographie archéologique afin de recenser les sites à conserver et à protéger. L’archéologie précolombienne doit s’efforcer de comprendre la question des migrations et les phénomènes d’acculturation qui ont pu en résulter. Les conséquences de l’arrivée des Européens seront examinées par des équipes pluridisciplinaires d’archéologues, d’historiens et d’ethnologues […]. Toutes ces études devront comporter une composante internationale.

32Ce bilan est le constat effectué par les conservateurs nommés dans les Dom. Il leur incombe désormais de mettre en place les moyens nécessaires à la mise en œuvre de ces perspectives, moyens adaptés à leurs territoires.

33En Martinique, les missions du Cera sont ambitieuses. Elles doivent non seulement contribuer à l’étude et à la diffusion du patrimoine archéologique antillais, mais aussi mettre en œuvre et susciter des opérations de conservation et de préservation des sites archéologiques, participer au développement des musées locaux, enrichir leurs collections et promouvoir les valeurs culturelles du passé martiniquais par l’organisation d’expositions thématiques, de conférences, d’interventions dans la presse, d’articles dans les revues nationales et internationales.

34L’association se fixe aussi l’objectif de promouvoir la formation aux métiers de l’archéologie aux Antilles, stimuler les publications d’ouvrages scientifiques et de vulgarisation sur l’archéologie de la Martinique et des aires caraïbe et amazonienne, et enfin favoriser les rapprochements interrégionaux et internationaux entre les chercheurs sur les programmes définis.

35En 1991, F. Rodriguez-Loubet décrit l’orientation de la recherche : devenues carrefour des quatre continents avec l’arrivée des Européens, des Africains et des Asiatiques, les îles d’Amérique ont été le théâtre d’un des plus grands bouleversements de l’histoire universelle. Celui-ci s’est accompagné de profondes altérations du milieu naturel. En favorisant l’interdisciplinarité autour de l’étude des phénomènes de civilisations et de leur impact sur l’environnement, les interactions sont mises en lumière. En cela, nous avons choisi de nous situer comme discipline intermédiaire entre les sciences humaines et les sciences de la nature et non plus comme auxiliaire de l’histoire. Cette attitude théorique sous-tend toutes les recherches menées en Martinique.

36Pour l’archéologie précolombienne, les recherches -s’orientent donc vers ces problématiques nouvelles. Les fouilles de Dizac au Diamant (1988-1992) débutent par des décapages sur une aire de 50 m2 située sur le cordon sableux de la plage.

37Dizac faisait partie des sites martiniquais les plus anciennement connus sur la côte sud caraïbe de l’île. Les premières fouilles effectuées par J. Petitjean Roget dans les années 1960 visaient à le placer chronologiquement au sein des cultures amérindiennes martiniquaises et antillaises. Petitjean Roget voulait aussi valider un présupposé concernant une ou plusieurs discontinuités culturelles entre une occupation ancienne et une autre plus récente, compte tenu d’une grande différence de style décoratif des céramiques. La chronologie alors proposée, fondée essentiellement sur des interprétations stratigraphiques et sur l’analyse stylistique du matériel céramique, s’organisait en deux, voire trois niveaux d’occupation (Petitjean Roget 1968).

38Par la suite, la plupart des chercheurs se sont accordés sur le fait qu’il existait au Diamant au moins deux occupations humaines bien distinctes et très visibles d’après l’étude céramique, même si la lecture des couches d’occupations très perturbées ne permet pas de les mettre en évidence.

39Enfin, en 1973, L. Allaire propose de rattacher ce site à la phase « saladoïde récent » ou « saladoïde modifié » (Allaire 1973).

40Plusieurs études archéologiques déjà anciennes – M. Mattioni, J. Petitjean Roget, F. Turcat (1966-1967), H. Theuvenin, G. Defort en 1969-1970, A. Nicolas en 1970-1971, M. Fouqué en 1972, enfin L. Allaire en 1983 – ainsi que deux études pétrographiques de céramiques (Gautier 1974 ; Walter 1991 et 1992) ont fourni les informations préliminaires à ces nouvelles recherches.

41Dès 1989, la bonne conservation de certains vestiges fauniques oriente la problématique vers une approche environnementale, renvoyant d’une part aux travaux de L. Allaire sur le site de Macabou, d’autre part aux premières hypothèses proposées par C. Montbrun et J. Barrau sur une possible répartition géographique et chrono-culturelle des sites préhistoriques martiniquais (Barrau et Montbrun 1978). Aussi, la méthode de fouilles adoptée permet le prélèvement du matériel par mètre carré et prévoit un relevé au 1/10e avec un report d’altitude. Tous les décapages sont effectués manuellement avec tamisage systématique afin de récolter des informations inédites sur les restes de faunes, tests de coquilles mais aussi de végétaux (charbons, graines). Le site du Diamant n’a pas fourni de traces de structures d’habitat ; les raisons en sont multiples et combinent différents facteurs – perturbations taphonomiques, exposition aux intempéries tropicales, important réseau racinaire végétal, terriers de petits animaux fouisseurs. Les travaux de terrain s’achèvent en 1992. Aujourd’hui les premières études du matériel sont publiées, notamment dans les actes des derniers congrès de l’Aiac. Les datations 14C réalisées en 1992 révèlent un étalement chronologique de l’occupation allant de 415 à 1275 apr. J.-C.

42L’Anse Figuier à Rivière-Pilote est découvert en 1992 à l’occasion du dragage du petit cours d’eau. Une série de sondages entrepris pour cerner le gisement révèle un matériel abondant qui peut être rattaché à la période saladoïde récent et post-saladoïde (xe-xiie siècles environ). Des fouilles plus importantes n’ont pas été entreprises compte tenu des difficultés rencontrées lors du diagnostic : les couches profondes du gisement se trouvent noyées dans une nappe d’eau. La découverte potentielle de restes de matière organique aurait été un inconvénient car elle aurait nécessité la mise en place d’un dispositif de restauration encore inexistant à l’époque pour un site qui n’était pas menacé de destruction.

Vers un projet d’archéologie industrielle

43Avec les travaux universitaires en histoire industrielle comme support, les premières fouilles se déroulent à partir de 1991 sur quatre sites sucriers.

44Sur l’habitation sucrerie de Crève-Cœur dans la commune de Sainte-Anne, les premières recherches définissent les différentes fonctions industrielles des bâtiments sucriers et complètent la connaissance des moulins ayant utilisé successivement des forces motrices telles que le vent, les animaux et la machine à vapeur entre le début du xviiie et le xixe siècle. L’habitation sucrerie de Fond-Saint-Jacques dans la commune de Sainte-Marie est un site d’une grande importance historique puisqu’il fut administré de 1696 à 1705 par le père J.-B. Labat, célèbre abbé qui a laissé à l’histoire antillaise d’importants écrits et témoignages historiques. Dès les années 1970, l’installation du Centre canadien de recherches caraïbes a permis une première prise de conscience de ce patrimoine industriel. Les fouilles de cette propriété du conseil général de Martinique visent à la valorisation patrimoniale en retrouvant les traces des premiers bâtiments industriels et notamment de la distillerie du xviie siècle.

45Les fouilles de l’habitation Fond-Rousseau dans la commune de Schoelcher, exécutées en 1992 dans le cadre d’un sauvetage urgent à l’occasion d’une restauration du domaine par son propriétaire, s’attachent définir le fonctionnement et l’évolution des bâtiments industriels.

46Dizac dans la commune du Diamant est une habitation-sucrerie située en arrière de la plage du même nom où se trouve localisé le site précolombien. Les premiers relevés réalisés dès 1991 dans le cadre d’un sauvetage urgent ont été poursuivis dans les années suivantes en prévision d’un projet comprenant aussi le site précolombien. Cet ambitieux projet devait impliquer les propriétaires privés et la commune du Diamant dans un cadre plus large de valorisation patrimoniale et touristique. Toutefois, faute de définition précise, il n’a pas abouti.

47Avec l’ensemble des données récoltées sur d’autres sites sucriers, un premier questionnement se dessine autour du fonctionnement et de l’évolution technologique de l’industrie sucrière coloniale et de son bouleversement lié à l’introduction de la machine à vapeur (xviie-xixe siècle).

48Une autre recherche a été engagée par Suzanna England à l’habitation La Poterie dans la commune des Trois-Îlets : l’objectif était d’acquérir une meilleure connaissance de la production de céramiques industrielles d’une part, mais aussi de comprendre le fonctionnement d’une habitation-poterie et la place qu’elle occupait au sein de l’économie coloniale sucrière. La mise en évidence d’une production parallèle de céramiques non tournées, sans doute destinées aux populations serviles, laissait envisager une importante problématique autour de la possible pérennisation d’un lien entre les cultures d’origines et les esclaves.

49Dès 1991, les découvertes fortuites de restes humains sur le site de l’habitation Fond-Saint-Jacques ajoutent une dimension anthropologique à ces premières problématiques encore très attachées aux questions technologiques. Ces restes ont été partiellement étudiés par l’anthropologue Fernando Luna Calderon du musée de l’Homme de Saint-Domingue et par Jean-François Colombani, médecin hospitalier, dont la thèse portait sur les pathologies osseuses. Le projet a été abandonné en 1995 faute de chercheurs.

L’archéologie urbaine et la ville de Saint-Pierre

50L’objectif de la recherche sur Saint-Pierre est d’étudier les restes d’une ville coloniale de la fin du xixe siècle dont le développement a été « figé » par l’éruption volcanique de 1902. La fouille a porté aussi bien sur des bâtiments publics – « le bureau du génie et des ponts et chaussées », la maison coloniale de santé, l’hôpital psychiatrique –, que sur des espaces religieux – le cimetière du Fort et sa chapelle, considérée comme la plus ancienne de l’île – ou encore privés – l’habitation Perrinelle, ancienne demeure des jésuites en Martinique, célèbre grâce au père Antoine de La Valette, dont les malversations financières au xviiie siècle conduisirent le Pape à supprimer cet ordre en représailles. Ces travaux sont enrichis par des prospections géophysiques, des sondages systématiques et une importante recherche documentaire en archives.

51Un chercheur du Centre de recherches géophysiques et le Cnrs s’associent à ces actions (Hesse et al. 2002). En 1992, deux contractuels de l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan) réalisent dans le cadre de prospections systématiques une campagne de sondage dans la ville. Une importante recherche d’archives a été assurée par une contractuelle de l’Afan et des chercheurs bénévoles. L’ensemble a contribué à une synthèse chronologique qui fut publiée sous la forme d’un document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain (Veuve 1999). Cette synthèse réunit tous les indices archéologiques de la ville de Saint-Pierre et constitue encore un support pour la prise en compte du patrimoine archéologique dans le cadre de travaux d’urbanisme.

L’archéologie subaquatique

52Les premières découvertes sous-marines furent faites par des plongeurs isolés dès le début des années 1970, et la première commission d’archéologie subaquatique fut créée en 1985 par le regroupement de plongeurs au sein d’un comité régional de la Fédération française d’études et de sports sous-marins (Ffessm). L’archéologie sous-marine se structure durant les années 1990 avec l’arrivée du Groupe de recherche en archéologie navale (Gran). Avec le soutien des collectivités territoriales (conseil général et conseil régional) et de l’État, le Gran dresse un inventaire des épaves sous-marines des côtes de la Martinique en dynamisant les prospections, en effectuant des sondages et en s’appuyant sur de solides recherches d’archives. Plusieurs épaves sont découvertes comme le Cygne, coulé en 1808 au large du Prêcheur ; d’autres sont identifiées comme la Biscaye dans la baie de Saint-Pierre.

Une démarche pluridisciplinaire expérimentale dans les projets collectifs de recherches

53F. Rodriguez-Loubet écrit en 1991 : « l’introduction de l’interdisciplinarité a renforcé et amplifié l’orientation scientifique ainsi acquise. L’étude du passé de la Martinique intéresse également les ethnologues, historiens, géographes, sédimentologues, biologistes, etc. qui participent activement à la reconstitution progressive des interactions entre l’homme et son milieu insulaire du Paléolithique (“Archaïque”) jusqu’à l’éruption de la montagne Pelée, en 1902 ». Les études environnementalistes qui ont démarré notamment avec l’archéologie précolombienne donnent ainsi le ton.

54À titre expérimental, une collaboration dans le cadre de la prospection archéologique démarre avec François-Yves Thomas (Ura 141 du Cnrs) par un programme de mise à l’essai d’un traitement d’images Spot complété par des observations de photos aériennes numérisées de l’Ign. L’objectif est de définir et de compléter les recherches sur les paléo--environnements en relation avec les sites anthropiques, mais aussi de préparer des Pos dans le cadre de la gestion et de la protection de ces mêmes sites. Ce programme diachronique est rattaché à la carte archéologique qui a commencé en Martinique en 1992. Elle bénéficie durant l’année 1994 de la contractualisation d’un biogéographe afin de compléter les données environnementales des sites précolombiens notamment.

55Dans le cadre de la coopération internationale et des programmes inter-caraïbes, et grâce à l’implication administrative et financière du ministère des Affaires étrangères, le service régional de l’archéologie entame des programmes internationaux dès 1993. Le premier concerne les îles de Trinidad et Tobago et vise d’une part à développer des collaborations avec les partenaires trinidadiens du patrimoine des recherches sur Le Cabildo, édifice historique, mais aussi à élaborer un inventaire archéologique à l’image des travaux de la carte archéologique de Martinique.

56Par ailleurs, une coopération avec Cuba se met en place pour définir les bases d’une étude comparative de Saint-Pierre et de la Havane, deux grandes capitales historiques de la Caraïbe. L’ensemble de ces projets a donné naissance au projet collectif de recherche « Urbanisation historique du littoral caribéen : Saint Pierre et la Havane ».

Les années 1995 et les réajustements de la politique de programmation

57Le départ de F. Rodriguez-Loubet et l’arrivée de Jean-Pierre Giraud marquent un tournant politique en matière de recherche sans toutefois remettre en cause les projets déjà installés. L’archéologie préventive fait son entrée dans les pratiques archéologiques de la région. Un des objectifs est de rééquilibrer la recherche entre l’archéologie précolombienne, l’archéologie industrielle et l’archéologie urbaine qui se faisaient jusqu’alors aux dépens de l’archéologie préhistorique.

L’archéologie préventive

58Dès les années 1994, le service régional de l’archéologie participe aux réunions d’élaboration ou de révision du Pos. Il instruit les dossiers d’impact sur les aménagements routiers et est consulté pour des projets d’ouverture de carrière, d’aménagement et de lotissement. La première de ces interventions est une petite opération préventive entreprise à l’Anse Ceron (commune du Prêcheur) à la suite de la mise au jour des vestiges archéologiques par des aménagements de l’Office national des forêts (Onf). Elle est suivie en 1995 par un diagnostic sur le site précolombien de l’Adoration / la Pointe dans la commune du Marigot (Vidal et Bérard 2002).

59En 2001, le diagnostic du site de Cap-Est au François est engagé. Un projet de construction hôtelière avait révélé un site mal conservé attribué à la période post-saladoïde dont le matériel céramique abondant avait été fortement abîmé par d’importantes colluvions.

60L’activité de fouilles préventives s’accroît à partir de 1996 de sorte qu’un second contractuel Afan, spécialisé dans l’archéo-logie urbaine, est recruté à plein temps. Ce contrat permet à S. Veuve de publier le document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France (Depav) et de relancer les recherches qu’il avait précédemment menées dans le cadre du Cera, notamment à l’habitation Perrinelle. La politique du service en matière d’archéologie urbaine est de s’ouvrir à des périodes encore plus récentes avec le lancement d’une opération préventive à Fort-de-France. D’autres vestiges coloniaux sont étudiés, notamment dans le cadre de projets d’aménagements et de valorisation patrimoniale. À l’occasion du projet de « théâtre de verdure » dans les ruines d’une ancienne habitation sucrerie « Dariste » au Carbet, S. Veuve engage un diagnostic sur les bâtiments industriels. Des travaux d’aménagement de la base navale dans le fort Saint-Louis à Fort-de-France ou encore le diagnostic au fort de la Pointe Sainte-Catherine à La Trinité, dont la construction remonte à 1685 et qui fut abandonné en 1875, en sont deux autres exemples.

L’archéologie programmée

61Juste avant le départ de F. Rodriguez-Loubet, une nouvelle convention tripartite et trisannuelle avait été négociée entre l’État, la région et le département. L’idée était de consolider une activité de recherche dans le territoire avec les collectivités territoriales. La liste des sites choisis pour une recherche archéologique à long terme fut donc préalablement définie en accord avec l’ensemble des partenaires. La convention prévoyait un encadrement des jeunes chercheurs par les archéologues de l’Afan alors en poste en Martinique.

62Cependant, les difficultés rencontrées pour la mise en place des crédits et des moyens humains conduisirent le nouveau conservateur à renégocier le choix des sites et les moyens mis en œuvre. Deux sites sont toutefois restés prioritaires : Vivé pour la période précolombienne et l’habitation Perinelle à Saint-Pierre.

63Le site de Vivé a été beaucoup étudié par M. Mattioni dans les années 1970. La première occupation présente une installation précolombienne datant des plus anciennes occupations de l’île (Saladoïde cédrosan ancien, ier et iie siècles apr. J.‑C.). Il est donc décidé de reprendre dès 1996 une campagne de sondages suivie d’une fouille programmée afin de revisiter sous un angle plus moderne ce patrimoine, remarquable par la richesse de ses vestiges et la conservation de ses infra-structures. Les trois années de fouilles trouvent un aboutissement dans la thèse de Benoît Bérard présentée en 2003 : Les premières occupations agricoles de l’Arc Antillais, migration et insularité : le cas de l’occupation saladoïde ancienne de la Martinique (voir Bérard infra : 70-78). Par ailleurs, la communauté des communes du Nord de l’île souhaite, au regard des résultats et du potentiel patrimonial du site, procéder à sa mise en valeur en rachetant des parcelles de terrain pour le préserver et réaliser un musée. Dès 1994, ce site fait également l’objet d’un arrêté d’inscription à l’inventaire des monuments historiques. Les fouilles de Vivé rentrent dans la problématique du projet collectif de recherche sur la néolithisation des Antilles, soit la relation entre une occupation ancienne et le volcanisme.

64La savane des pétrifications est un site identifié pour la première fois par J. Cruxent et J. Petitjean Roget en 1974. Les travaux entrepris à partir de 1994 ont eu pour objectif de définir s’il est à rattacher à une période pré-céramique ou bien s’il s’agit d’un atelier néolithique spécialisé dans la taille de la pierre. Une campagne de prospections sous la responsabilité de L. Kameneff, puis une fouille programmée menée par Benoît Bérard, l’identifient comme un atelier de taille spécialisée fréquenté par les populations agro-céramistes saladoïdes. Le questionnement ici soulevé sur la technologie lithique et les sites pré-céramiques sera également pris en compte dans le cadre du projet collectif de recherche sur la néolithisation.

Les sites historiques

65L’habitation Anse Latouche (Le Carbet) est située sur la côte nord caraïbe. Selon les historiens, elle compte parmi les premières implantations coloniales de l’île. En 1994, une première série de sondages a été réalisée dans les restes de bâtiments industriels afin d’en déterminer la fonction et la datation. Les éléments les plus remarquables de cette habitation sont ses aménagements hydrauliques. Inscrite à ce titre comme projet de recherche dans la convention tripartite de 1994, son étude assurait la continuité des recherches autour des questions sur l’évolution technologique de ces habitations du xviie au xixe siècle et renforçait un processus de patrimonialisation de ces vestiges monumentaux.

La ville de Saint-Pierre

66Trois sites de la ville ont particulièrement fait l’objet d’une intervention archéologique. À la maison coloniale de santé, établissement psychiatrique du xixe siècle (1840), des travaux de dégagement sont programmés en 1997 en amont des travaux de consolidation et d’aménagement par le service des monuments historiques. Le site du cimetière du Fort, inscrit au titre des projets initiaux de la convention tripartite, a fait l’objet de quelques sondages en 1994, qui ont conduit à la découverte de sépultures antérieures au xixe siècle, et au réaménagement des abords de la chapelle du cimetière du Fort à la fin du xxe siècle.

67Enfin l’un des sites les plus importants de la ville, l’habitation Perrinelle, a été fouillé de 1996 à 2001 sous la responsabilité de S. Veuve. Une première campagne a mis au jour les vestiges de la chapelle des jésuites qui furent les premiers propriétaires de cette habitation édifiée à partir de 1640, soit cinq ans après les débuts de la colonisation française. Mais le plus spectaculaire reste le dégagement des cases des travailleurs et de la « rue cases nègres » figée dans son dernier état par l’éruption de 1902. La dernière campagne de fouilles programmées remonte à 2001 et clôt la dernière tranche des financements de la convention tripartite. Par la suite, en 2001, l’habitation a fait l’objet d’un diagnostic dans le cadre du projet de construction de la « maison de la terre et du feu » par le conseil général. Ce diagnostic mené par S. Veuve a mis au jour les vestiges de jardins coloniaux du xviiie siècle situés en amont de l’habitation. Il a également confirmé la présence d’une occupation amérindienne enfouie sous les couches éruptives de 1902 et 1300 apr. J.-C. Pour préserver ces découvertes, et notamment le jardin, les projets d’aménagement ont été déplacés vers une parcelle plus au nord, où une seconde phase de fouille préventive à mis au jour des restes d’un « jardin caraïbe » (Gros et al. 2003).

Les projets collectifs de recherche

68À l’image des fouilles programmées, certains projets collectifs de recherche sont réorganisés à partir de 1995.

69Le Pcr « Néolithisation du bassin Caribéen : l’archipel antillais » a pour objectif le bilan des connaissances et des lacunes sur les premières sociétés agricoles qui ont peuplé les Antilles dans la seconde moitié du premier millénaire avant notre ère. À cet effet, est réalisée une bibliographie exhaustive, actuellement disponible sur Internet dans la base de données « bibantilles » ; elle comprend plus de 5 000 références d’ouvrages et/ou d’articles dont plus de 4 200 concernent exclusivement la zone Caraïbe. Près de 4 000 références portent sur l’archéologie précolombienne, les autres traitant de la période de contact ou de l’époque coloniale.

70Parallèlement, une politique d’acquisition des ouvrages sur les Antilles postérieurs à 1980 est menée. L’ensemble des thèses et des maîtrises sur la zone Caraïbe soutenues aux États-Unis et au Canada sont déposées à la documentation du service régional de l’archéologie. Le croisement de ces travaux effectués dans le cadre du Pcr avec ceux de la carte archéologique donne le jour à la « bibliographie exhaustive des sites archéologiques de Martinique » qui constitue un fonds documentaire complet sur les sites précolombiens de l’île.

71Par ailleurs, le projet développe la constitution d’un corpus des dates 14C connues pour la Caraïbe.

72La caractérisation des premières occupations agricoles de la Martinique, dans leur contexte caribéen mais aussi dans leur cadre insulaire, fait également partie des objectifs du Pcr. La fouille programmée de Vivé y est associée, avec la participation de nombreux chercheurs sur le terrain.

73En 1998 et 1999, un programme de sondages systématiques sur les sites des premières occupations agricoles est entrepris par B. Bérard dans le cadre de sa thèse. Les sondages à l’Anse Charpentier (Sainte-Marie) et à Fond-Brûlé (Lorrain) confirment leur chronologie. Le site de Moulin l’Étang (Basse-Pointe) révèle une phase récente, post-saladoïde, insoupçonnée jusqu’alors.

74Les ateliers de taille, avec l’étude de l’outillage lithique, et les premières occupations agricoles de la Martinique ont été l’objet de quelques travaux récents qui ont trouvé écho au sein de la communauté travaillant sur la Caraïbe.

75Les niveaux pyroclastiques de la montagne Pelée en relation avec des niveaux anthropiques d’occupation précolombienne ont été étudiés par les membres du Gdr 1122 du Cnrs, « Hommes et volcans avant l’histoire ». En 1997, 1998 et 1999, trois missions ont été menées sur les sites de la sous-préfecture de Saint-Pierre – l’habitation Perrinelle (Saint-Pierre), le site de Fond-Brûlé et le site de Vivé (commune du Lorrain). Leurs résultats ont été publiés dans les actes du XIXe congrès international d’archéologie précolombienne des Petites Antilles qui s’est tenu en juillet 2001 à Aruba.

76Les travaux entrepris dans le cadre du projet collectif de recherche « Urbanisation historique du littoral caribéen » traitent des sites à caractère religieux dans l’histoire de la Martinique. Ce projet présenté par Vincent Huygues-Belrose s’attache à mettre en évidence le rôle des édifices religieux dans la naissance des bourgs martiniquais du Nord-Ouest de l’île.

77De 1995 à 1999, le projet collectif sur l’industrie de la chaux en Martinique a structuré une recherche tripartite partagée entre l’histoire, l’ethnographie et l’inventaire archéologique. Ces recherches, croisées avec le recensement de la carte archéologique, ont permis l’identification de nouveaux sites chaufourniers. Elles ont également ouvert de nouveaux sujets de recherches sur les habitations-poteries et chauffours, et leurs actions et fonctions au sein du tissu économique insulaire. Enfin, elles ont favorisé la collecte de témoignages et d’un savoir-faire disparu avec le dernier chaufournier en 2000. Ces travaux ont été publiés dans les actes du colloque du Cths en 1998 et présentés à la Society for Historical Archaeology (Sha) en 2001 à Québec.

La carte archéologique

78L’élaboration de la carte archéologique en Martinique coïncide avec les difficultés financières rencontrées par le Cera (1992/1993). Elle fut mise en place en 1992 par Y. Virlogeux et H. Bigeard, contractuels de l’Afan, et deux postes Afan lui ont été attribués jusqu’en 2001.

79À partir de 1994, elle est étroitement liée à la politique du service régional de l’archéologie et devient l’héritière et le meilleur outil de la gestion de la recherche en Martinique en proposant des sujets. De 1994 à 1995, sous la responsabilité d’un membre permanent de l’Afan et en collaboration avec un technicien de recherche pour le fonctionnement de la base Dracar, cinq contractuels successifs viennent renforcer l’équipe pour développer les axes de travail.

80Le premier axe concerne la reprise des archives de fouilles anciennes sur des sites précolombiens avec le dépouillement de la documentation, le reclassement des fonds photographiques et cartographiques, l’inventaire, le marquage, le dessin et la révision critique du mobilier non publié. Le dépouillement aboutit à l’actuelle bibliographie exhaustive effectuée pour chaque site précolombien martiniquais et comportant une documentation écrite, manuscrite ou dactylographiée, publiée ou non, qui constitue aujourd’hui le fonds documentaire de base de la carte archéologique.

81Le deuxième axe concerne la reprise systématique diachronique de l’ensemble de la documentation, commune par commune, en fonction de priorités d’aménagement du territoire ou d’opportunités de conventions avec les collectivités territoriales. En 1996, deux communes sont étudiées, mais ne seront pas totalement inventoriées.

82Le troisième axe est le dépouillement méthodique et exhaustif de la bibliographie sur l’archéologie précolombienne de la région. Ce travail s’intègre rapidement au projet collectif de recherche « Néolithisation du bassin Caribéen ».

83Le quatrième axe comprend une série de prospections des implantations littorales précolombiennes, réalisées dans une perspective environnementale avec l’aide d’un biogéographe. Effectuées au sud de l’île, elles sont accompagnées de photo-interprétation d’images Spot. Un paléo-chenal aujourd’hui disparu, situé en amont du site précolombien de Dizac, a ainsi été révélé et confirmé plus tard lors d’un sondage à la pelle mécanique.

84Enfin, le cinquième axe est la recherche documentaire aux Archives nationales, section outre-mer, à Aix-en-Provence (Caom). L. Verrand (Afan) effectue régulièrement des recherches sur des thématiques prédéfinies comme l’inventaire des fortifications militaires de l’ensemble de l’île (batteries, fortins, redoutes) du xvie au xixe siècle. Les critères de choix d’une telle problématique sont doubles. Le premier, d’ordre fonctionnel, sonde le potentiel des ressources d’archives pouvant intéresser l’archéologie. Le second est le fructueux enrichissement durant deux années de nouveaux indices de sites archéologiques. Ces travaux aboutissent à la publication d’un article portant sur l’évolution de la politique de défense entre le xviie et le xixe siècle (Verrand 2002).

85D’autres sujets de recherche sont initiés par la carte archéologique : les fours à chaux et les habitations chaufournières, mais aussi la thématique des habitations-poteries en collaboration avec S. England. Enfin, l’équipe complète, à partir de 1997, une bonne part des travaux d’archives sur la ville de Saint-Pierre.

86Il est regrettable que, depuis l’année 2000, la carte archéologique ait dû faire face à des difficultés conséquentes qui ont marqué un coup d’arrêt notable à la programmation de la recherche archéologique en Martinique. Depuis cette date, le manque de personnel n’a pas permis de maintenir le rythme de développement qu’avait connu la carte archéologique jusque-là. Avec l’arrivée tardive de la nouvelle application Patriarche (octobre 2003) et surtout le manque de salariés en mesure d’en faire un usage, il est difficile d’envisager, pour l’avenir, la poursuite d’une politique de recherche analogue à celle menée jusqu’ici.

Communiquer, diffuser et valoriser les connaissances

87Depuis sa création, de fréquentes et régulières participations aux manifestations grand public font partie intégrante de la politique du Sra : « La Science en fête », « La Fureur de lire », mais aussi des manifestations plus ponctuelles liées à des événements historiques tels que l’anniversaire de « la rencontre des deux Monde » en 1992, avec le festival « Images Caraïbes » sur le thème de « 500 ans de résistance amérindienne, noire et populaire ».

88Les interventions en milieu scolaire ou universitaire sont régulières. Les collaborations avec les acteurs territoriaux comme l’écomusée de Rivière-Pilote, le musée départemental d’archéologie précolombienne de Fort-de-France et les archives départementales sont également privilégiées.

89Parallèlement, le dialogue avec les chercheurs étrangers travaillant dans la zone reste un élément clé, soutenu par une politique de participation régulière.

90L’Association internationale d’archéologie de la Caraïbe (Aiac) est la seule association qui, encore aujourd’hui, maintient le lien entre les différents chercheurs qui travaillent sur les Antilles. Elle organise depuis plus de quarante ans de manière bisannuelle le congrès international et trilingue d’archéologie des Petites Antilles. Créée sur une idée de R. Pinchon et de J. Petitjean Roget, l’Aiac a pour objectif autant la promotion de la recherche que la préservation et la mise en valeur du patrimoine archéologique dans sa dimension caribéenne. Cosmopolite – des chercheurs de Porto Rico, du Curaçao, du Canada, de la Barbade, de la Guadeloupe, des États-Unis, de France, etc., y participent régulièrement –, ce congrès est également une ressource unique en son genre pour la publication de travaux. Avec une forte présence d’archéologues préhistoriens, il reste encore maintenant le support de communication le plus important pour l’ensemble des chercheurs travaillant sur les Petites et les Grandes Antilles. D’ailleurs, un grand nombre de communications sur des travaux martiniquais ont été présentées dans ce cadre et continuent de l’être.

91D’autres congrès plus confidentiels et anecdotiques sur la zone antillaise ont été initiés et portés par le Sra de Martinique, comme le 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques qui s’est déroulé en avril 1998 sur le campus de l’université Antilles-Guyane. Les nombreux volumes de ses actes regroupent les résultats de travaux sur la Martinique, la Guadeloupe, mais aussi la Guyane.

92Enfin quelques colloques étrangers – le séminaire régional sur les cultures aborigènes de la Caraïbe qui s’est tenu en novembre 1998 ou le 33e colloque international d’archéologie historique et subaquatique en janvier 2000 au Québec – ont également vu la participation de chercheurs français pour la présentation de leurs travaux.

Une politique de publications en pointillés

93Outre les actes de colloques, le service régional de l’archéologie, conscient du manque de littérature archéologique dans le paysage de la recherche des Petites Antilles, a tenté depuis sa création le lancement de plusieurs publications.

94Notons pour mémoire, de 1988 à 1993, l’édition de la petite revue de vulgarisation Le patrimoine archéologique de la Martinique. Dans cette collection, quatre numéros ont été édités avec l’active collaboration des membres du Cera qui avaient pour objectif de diffuser une information simple auprès d’un large public.

95Dans une optique plus ambitieuse, citons la revue Caribena, cahiers d’études américanistes de la Caraïbe et documents pour les sciences de l’homme et de la nature, éditée par le Cera, dont le directeur de publication était F. Rodriguez-Loubet. De 1991 à 1994, quatre numéros ont été édités. Avec comme sujet principal « l’homme et son environnement, de la préhistoire à nos jours », elle se voulait le premier organe de publication de grande envergure pour toute la zone caribéenne. On peut regretter qu’après le départ de F. Rodriguez-Loubet, cette publication ait disparu sans être remplacée.

96Bien que le Sra dispose des moyens de communication annuels que sont les bilans scientifiques financés par le ministère de la Culture et de la Communication, l’information archéologique reste encore très confidentielle dans l’espace littéraire antillais. Ces moyens ne sont pas suffisants et ne répondent pas aux besoins d’information d’un large public, encore moins à ceux de la communauté des scientifiques travaillant dans la zone.

97En ouvrage monographique, il est toutefois utile de rappeler l’édition du Depav (Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France) réalisé par Serge Veuve en collaboration avec le Centre national d’archéologie urbaine. Ce corpus est aujourd’hui édité et constitue un document important pour la préservation du patrimoine de cette ville.

La gestion et la protection du patrimoine

98Les premières tentatives et propositions de protection en matière d’archéologie datent des années 1970, lorsque M. Mattioni demandait celle du site des roches gravées de la Forêt de Montravail, dans la commune de Sainte-Luce.

99Durant les années 1980 / 1990, des commissions régionales du patrimoine historique, archéologique et ethnologique (Corphae), instituées par décret du 15 novembre 1984, furent organisées avec la participation active des archéologues du Cera et du service régional de l’archéologie.

100Mais, c’est seulement en 1994 qu’eut lieu la signature de l’arrêté d’inscription du premier site archéologique précolombien, Vivé au Lorrain, à l’inventaire des monuments historiques. Le dossier d’inscription du site précolombien de la plage de Dizac, ainsi que celui de la Forêt de Montravail, ont été déposés en 1995.

101Pour la protection des vestiges architecturaux d’époque coloniale dégagés par les fouilles, des rapprochements ont été régulièrement tentés avec la conservation des monuments historiques, afin de rechercher des solutions communes. Des opérations archéologiques ont précédé certaines opérations effectuées par les monuments historiques. Pour l’église du Fort, en 1995, le but était d’établir un état des lieux du bâtiment actuel et une recherche des vestiges de l’église primitive construite au milieu du xviie siècle.

102Une autre prospection à l’initiative des services des monuments historiques est dirigée par S. Veuve en 2002, sur les batteries et fortifications militaires. Ce travail reprenait pour partie le volet « prospection » du projet initialement mené dans le cadre de la carte archéologique : « Recensement en archives des documents et localisations historiques des batteries et fortifications militaires ».

103Les efforts consentis en matière d’archéologie programmée au cours des quinze dernières années ont permis la réflexion autour de nouvelles problématiques et initié des travaux originaux pour la zone. L’archéologie préventive, plus soumise aux urgences de l’aménagement du territoire, a toutefois bénéficié des grands cadres préétablis. Les résultats de bon nombre de chantiers menés en préventif gagnent à être associés de façon plus précise à la réflexion sur une nouvelle programmation de la recherche.

104Mais, malgré le dynamisme du très petit nombre d’archéologues qui se sont succédé jusqu’ici, l’archéologie antillaise reste encore une discipline beaucoup trop confidentielle qui a souvent souffert d’un nombre insuffisant de chercheurs pour passer le témoin à la génération suivante dans de bonnes conditions. Pour pallier cette réalité, on ne pourra pas faire l’économie d’une politique plus impliquée dans une dynamique de collaborations actives, en premier lieu avec -l’ensemble des services du patrimoine, qu’il s’agisse des monuments historiques, de l’inventaire ou de l’ethnologie.

105En 1995, J.-P. Giraud constatait :

106L’absence d’un service de l’inventaire continue de se faire sentir en Martinique : son existence permettrait de relayer utilement les efforts d’inventaire entrepris dans le cadre de la carte archéologique pour les périodes les plus récentes (archéologie industrielle) et de favoriser certains choix de la politique régionale de protection du patrimoine. (Giraud 1995)

107Beaucoup d’informations récoltées par les archéologues tout au long de ces années intéressent donc l’ensemble des métiers du patrimoine mais aussi les services territoriaux qui, en Martinique, n’ont pas attendu la mise en place des structures administratives d’État pour manifester un intérêt prononcé pour l’archéologie. Aujourd’hui, de plus en plus de villes martiniquaises se dotent de services patrimoniaux et mènent des réflexions sur le patrimoine. Les collaborations avec ces acteurs du territoire sont la meilleure garantie offerte à l’avenir pour sa préservation et sa connaissance. Enfin, le récent développement de l’enseignement en archéologie à l’université des Antilles et de la Guyane constitue une nouvelle opportunité de développement et d’ancrage pour l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Allaire, L. 1973. Vers une préhistoire des Petites Antilles. Université de Montréal, Centre de recherches caraïbes de Fond-Saint-Jacques, Martinique, 54 p., 1 tabl., 2 pl.

Barrau, J. 1978. « Les hommes et le milieu naturel à la Martinique », Environnement africain, hors-série « Environnement caraïbe » : 31-42.

Barrau, J. et C. Montbrun. 1978. « La mangrove et l’insertion humaine dans les écosystèmes insulaires des Petites Antilles : le cas de la Martinique et de la Guadeloupe », Social Science Information, 17, 6 : 897-919, 3 fig.

Delawarde, J.-B. 1936. Le Prêcheur, Histoire d’un établissement humain sur les pentes de la Pelée. Paris.

Delawarde, J.-B. 1937. Préhistoire martiniquaise. Les gisements du Prêcheur et du Marigot. Fort-de-France, Imprimerie officielle.

Gautier, J. 1974. « Étude des pâtes céramiques de la Martinique précolombienne », in : Proceedings of the fifth international congress for the study or pre-columbian cultures of the Lesser Antilles, Antigua, july 22-28 1973. Antigua, The Antigua Archeological Society : 133-139.

Giraud, J.-P. 1995. « Bilan et orientation de la recherche archéologique », in : Service régional de l’archéologie, Bilan scientifique 1995. Direction régionale des affaires culturelles de Martinique.

Gros, P., avec la collaboration de N. Wedert, F. Honore, G. Escalon et X. Milland. 2003. Rapport de fouilles préventives au Centre de découverte de la Terre, habitation Perrinelle, Saint Pierre de la Martinique. Non publié.

Hesse, A. et al. 2002. « Prospection géophysique de sites d’archéologie récente (1902) à Saint-Pierre de la Martinique », in : Actes du 123e congrès des sociétés historiques et scientifiques, Antilles 1998. Paris, Éditions du CTHS: 329-355.

Mattioni, M. 1968. « Symbolisme de la décoration des poteries arawak », in: Proceedings of the second International Congress for the study of pre-columbian Cultures in the Lesser Antilles, St. Ann’s Garrison, Barbados, July 24-28 1967. Barbade, Barbados Museum : 69-80.

Mousnier, M. et B. Caille, en collaboration avec D. Bégot. 1990. Atlas historique du patrimoine sucrier de la Martinique. Paris, L’Harmattan.

Musée départemental d’Archéologie de Martinique. 1997. L’archéologie à la Martinique, 60 années de passion et de recherches. Catalogue d’exposition, Conseil général de la Martinique, Drac, Sra Martinique, 50 p.

Petitjean Roget, J. 1968. « Méthodes suivies pour la différenciation des niveaux au Diamant : quelques mots sur la typologie », in : Proceedings of the second International Congress for the study of pre-columbian Cultures in the Lesser Antilles, St. Ann’s Garrison, Barbados, July 24-28 1967. Barbade, Barbados Museum : 1-8.

Pinchon, R. 1952. « Introduction à l’Archéologie martiniquaise », Journal de la Société des américanistes, Nouvelle série, 41, 2 : 305-352.

Rodriguez-Loubet, F. 1991. « Résultats scientifiques significatifs », in : Service régional de l’archéologie de Martinique et Guyane, Bilan scientifique 1991. Fort-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction du Patrimoine, Drac-Sra.

Veuve, S., en collaboration avec M. Delacourt-Léonard, M. Guillaume et L. Verrand. 1999. Saint-Pierre de la Martinique, suivi de M. Guillaume. Saint-Pierre et la mer. Paris, Ministère de la Culture et de la communication (Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France 17), 216 p., 15 plans, 6 fig.

Verrand, L. 2002. « La répartition des fortifications militaires à la Martinique : 1635-1845 », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane 1998. Paris, Éditions du CTHS : 271-283.

Vidal, N. et B. Bérard. 2002. « Le site précolombien de la Pointe au Marigot (Martinique) », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane 1998. Paris, Éditions du CTHS : 95-111.

Walter, V. 1991. « Analyses pétrographiques et minéralogiques de céramiques précolombiennes de Martinique », Caribena, 1 : 13-54, 19 fig.

Walter, V. 1992. « Études physico-chimiques de céramiques précolombiennes de la Martinique », Caribena, 2 : 159-179, 12 fig., 1 tabl.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Vidal, « Soixante-dix ans d’archéologie en Martinique 1930-2000 », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 20-29.

Référence électronique

Nathalie Vidal, « Soixante-dix ans d’archéologie en Martinique 1930-2000 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/134 ; DOI : 10.4000/nda.134

Haut de page

Auteur

Nathalie Vidal

Sdarchetis, ministère de la Culture et de la Communication
nathalie.vidal@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org