Navigation – Plan du site

À propos d’implantation, de démographie et de scission villageoises au Néolithique rubané

Jérôme Dubouloz
p. 30-34

Résumés

La dispersion du système agro-pastoral néolithique rubané sur le continent ouest-européen est explorée sous trois angles particulièrement reliés : démographie locale, processus de segmentation et densification/expansion. Les signaux démographiques locaux, rapidement revisités, sont la base d'une présentation de mécanismes socio-économiques et idéologiques susceptibles d'avoir porté cette trajectoire préhistorique et de l'inscrire dans le paysage concret. Énoncée selon un modèle démique d'expansion cette approche suggère un bon ajustement archéologique aux modèles ethno-sociologiques retenus. Mais la question des déplacements à grande distance, donc du rythme parfois soutenu de cette expansion, nécessite sans doute de faire appel à des mécanismes complémentaires, bio-environnementaux et/ou idéologiques, qui ouvrent à la prise en compte d'une hypothèse largement spéculative :la transmission du système rubané auprès de populations indigènes. Très discrètes dans les données disponibles, tout comme le sont les traces de cette éventuelle promiscuité, elles auraient accompagné l'expansion démique et nourri sa dynamique et sa variabilité. La pérennité du noyau dur de ce système socioculturel suggère néanmoins qu'un tel élargissement n'aura pas dirigé le processus mais peut être seulement contribué à sa longévité, moyennant certaines adaptations. Un projet en cours (ANR-09-CEP-004-01,"Obresoc") s'attache à utiliser les outils discutés ici, parmi bien d'autres, dans une simulation de cette trajectoire préhistorique particulière.

Haut de page

Texte intégral

La rédaction de cet article a bénéficié des séminaires du projet Obresoc, auxquels participent notamment Jean-Pierre Bocquet-Appel, Mehdi Saqhali, Jean-Denis Vigne, Anne Tresset, Eva Lenneis, Jean-François Berger, Dominique Schwartz, Walter Finsinger, Maria-Fernanda Sanchez-Goni.

1On débat depuis longtemps des mécanismes impliqués dans l’expansion du système agricole de la Céramique linéaire (le Rubané) et de son tempo. À défaut de reprendre ici en détail les éléments de cette controverse scientifique, je me contenterai d’indiquer que les réflexions qui suivent, alimentées notamment par les travaux d’Anick Coudart, s’inscrivent dans un modèle « démique » d’expansion, avec ses zones d’ombre plus ou moins marginales.

2L’hypothèse d’une forte croissance démographique permettant la dispersion en des milliers de sites est soutenue par les travaux sur la transition agricole. Ils révèlent l’augmentation de la fécondité féminine, sous l’impulsion d’un fort enrichissement de l’alimentation en calories qui a pour effet, conjugué avec une plus grande sédentarité libérant les femmes du portage et réduisant la dépense calorique et le temps de sevrage, de diminuer l’intervalle entre les naissances et d’augmenter le nombre moyen d’enfants par femme (Cohen 2008 ; Boquet-Appel 2008). Sous cette hypothèse, on peut envisager de manière systémique trois dimensions du phénomène « rubané » : i) l’accroissement de la densité humaine à l’échelle locale (unité domestique, village) favorisant, sous la condition d’un environnement « vide », ii) un processus de segmentation sociale, entraînant iii) l’établissement de nouveaux villages dans des localités libres, selon des critères permettant la poursuite du mode de vie initial. Je tâcherai d’apporter des éclairages supplémentaires sur ces trois aspects de l’expansion de ce système agropastoral, dont un projet en cours tente de simuler la trajectoire.

À propos de démographie

3Les estimations démographiques restent imprécises malgré de nombreux travaux (Biermann 2001). À côté des restitutions déjà proposées, d’autres estimations nous sont accessibles par l’analyse des maisons et des villages, au plus près des formes locales du peuplement.

4Les maisons du Rubané relèvent d’une architecture de longue durée (Coudart 1998 : 53) ; leur longueur, leur superficie, le nombre de poteaux à ériger en témoignent explicitement. Deux exemples de Cuiry-lès-Chaudardes (Aisne) soulignent l’ampleur et la variabilité de l’investissement à consentir pour l’édification de tels bâtiments (tabl. 1). Ces chiffres indiquent combien la construction d’une simple petite maison dépasse les capacités d’un groupe conjugal au cours d’une seule saison. À travers la négociation sociale sur son opportunité et sa faisabilité, la décision de construire une maison, surtout dans une nouvelle localité, ne pouvait pas être du ressort des seuls futurs habitants, mais relevait aussi d’un moment important de reproduction sociale et idéologique élargie.

5On est frappé de constater la présence de maisons de tailles différentes, dès l’origine d’un village ; étonné aussi de la rareté des traces de leurs remaniements, comme si les besoins étaient figés d’avance. Ainsi peut-on avancer que cette construction devait être proportionnée aux besoins à terme rapproché. Le nombre de travées arrières des maisons, comme l’a montré Anick Coudart (1998), est corrélé à leur longueur : une grande maison en offre en général plus qu’une petite. En détail, on constate même que la surface au sol de ces travées croît avec leur nombre, selon une progression géométrique de raison 1,4 environ : chacune est en moyenne deux fois plus grande lorsqu’on passe de 1 à 3 travées. Cette corrélation particulière invite à en chercher une explication puissante autant que générale.

6Une enquête menée à l’échelle européenne (Dubouloz 2008) signale une forte tendance à l’accroissement de la superficie au sol des maisons – donc de la surface disponible à l’arrière – durant les deux premiers siècles de développement de ce système agropastoral en n’importe quel point de son aire d’extension. Cette augmentation de 50 % en moyenne n’affecte pas seulement les plus grandes maisons, mais bien toutes les catégories : ce n’est donc pas un accroissement du différentiel de surface entre ces dernières qui tire la moyenne générale. Ce phénomène, repéré à l’échelle continentale, reste observable aux échelles régionale et locale ; il se combine avec une croissance du nombre de maisons et de sites. Ces observations suggèrent fortement une croissance démographique, repérable et approximativement quantifiable à l’échelle de l’unité domestique, avant même celle des inégalités de richesse et de statuts (van de Velde 1990).

7L’estimation de la population abritée sous le même toit rubané est un art difficile, fréquemment pratiqué (Biermann 2001). Des travaux récents (Fechner et al. 2011) sur les taux de phosphates et leurs localisations laissent penser que la partie arrière des maisons aurait pu servir d’étable/bergerie. Cette proposition soulève cependant quelques objections : une rusticité des espèces élevées « contredisant » leur mise à l’abri systématique ; l’attribution au bétail néolithique du tempérament placide du bétail actuel, fruit de millénaires de sélection et de proximité avec l’homme ; une absence des stigmates osseux de la stabulation, contrairement à ce que l’on observe 1 000 ans plus tard ; une taille et une encornure des bovins inadaptées à l’encombrement intérieur de ces maisons ; un accès probable situé à l’opposé des zones à « haute » teneur en phosphates ; une distribution de ces taux peut-être trop hétérogène pour être conforme à ce qu’on attendrait dans une telle hypothèse ; des taux qui pourraient aussi bien résulter de l’utilisation, pour quelques animaux, des ruines de maisons abandonnées. Si l’on conçoit bien la circulation et l’utilisation de la chaleur naturelle de quelques bêtes ou la protection de jeunes animaux fragiles, l’hypothèse principale, pour ces bâtiments, peut cependant demeurer celle d’une construction dédiée aux humains.

8L’unité démographique et sociale de base peut être conçue comme la famille nucléaire à corésidence temporaire insérée dans un groupe de parenté bilatéral (Todd 2011), à inflexion patrilocale, comme le suggèrent les dernières analyses archéologiques et bio-archéologiques. Pour une population préjennérienne en forte croissance, cela veut dire au moins deux adultes (parents, plus un aïeul survivant ?) et 2-3 enfants survivants à l’âge adulte dans la même résidence ; soit beaucoup d’enfants et/ou d’adolescents dont un bon nombre mourront jeunes. Aussi, la cellule reproductive de base a toute chance d’avoir comporté en moyenne plus de 5-6 individus. On fera maintenant l’hypothèse que la petite maison à une travée arrière correspondait à la maison d’une telle unité et que chaque travée supplémentaire correspondait à une cellule reproductive additionnelle, liée dans le système de corésidence temporaire. On aboutit ainsi à l’hypothèse qu’une grande maison abritait une grande unité domestique pluricellulaire contenant le triple, ou plus, de la cellule de base : soit 15-18 individus. Compte tenu de la croissance de l’unité domestique moyenne évoquée plus haut, ces chiffres (5-6 et 15-18) seraient des minimaux, valables au début de la séquence ou à la fin. Selon ces principes, la population moyenne abritée dans une maison de Cuiry-lès-Chaudardes varie de 8 à 13 individus minimum entre le début et la fin de l’occupation de ce site.

9Lorsque l’analyse spatio-temporelle a pu être menée, on constate qu’un village est en général constitué au plus de 5 à 9 maisons par génération ; la population de Cuiry-lès-Chaudardes serait ainsi estimée à 50 personnes au début et à 100 à la fin. L’exemple de Langweiler 8 (Rhénanie du Nord) nous incite à penser que ces chiffres constituent un seuil de densité locale au-delà duquel la croissance ne se poursuivait pas facilement à l’intérieur de l’agglomération (Lüning & Stehli 1994 ; Dubouloz 2008) ; on peut ainsi voir dans les plus grandes maisons la source de ce surplus de population à éloigner du village. Cette dérivation de la pression démographique représente un processus de scission dont on va maintenant évoquer quelques aspects théoriques.

Tabl. 1

Longueur (m)

Surface (m2)

Nombre de travées arrières

Surface moyenne par travée (m2)

Nombre de poteaux intérieurs

Nombre de poteaux murs

Surface de toiture (m2)

Volume de torchis (m3)

10

50

1

10

18

26

70

9

40

270

3

27

30

78

450

40

Critères de distinction entre petite et grande maison au Rubané

La segmentation ou scission villageoise

10Aux premiers temps, tout le long de la trajectoire du Rubané, la densité d’occupation était trop faible pour atteindre un quelconque plafond de capacité de portage (carrying capacity) : une telle contrainte n’est donc guère envisageable avant un fort remplissage local et microrégional. L’expansion s’est pourtant bel et bien produite. La Champagne était loin d’être surpeuplée lorsque le modèle rubané s’est développé au cœur du Bassin parisien et la diffusion rapide du Rubané initial en témoigne encore mieux : ses traces sont peu denses en comparaison de celles laissées par les quatre siècles suivants. Cette densité finalement atteinte montre bien que la capacité de portage se situait largement au-delà de la densité initiale et qu’elle ne permet pas de comprendre l’expansion dans toutes ses dimensions spatiales et temporelles. J’évoquerai ici deux autres types de mécanismes susceptibles de définir les conditions générales de cette dispersion.

11Le premier est abordé sous divers angles recouvrant peu ou prou les mêmes processus sociaux et psychosociaux. Dans sa version ethno-sociologique, les coefficients d’irritation de Roy A. Rappaport (1968) ou d’encombrement social de Mark Nathan Cohen (1985) s’appliquent à la pression qu’exerce une croissance en progression géométrique des conflits internes, à mesure que la densité de population s’élève localement. En l’absence de pratiques et d’institutions capables de dériver cette nervosité du corps social, ces conflits peuvent être contenus provisoirement par l’action et le verbe de quelque personnage respecté, mais ne sont supprimés que par la scission d’une partie du groupe. Cette scission fréquente peut avoir lieu à des niveaux de densité très bas lorsqu’il existe une grande disponibilité de terroirs capables de satisfaire des néofondateurs. Mais lorsque la démographie et sa répartition dans l’espace en limitent la disponibilité, la scission n’est plus aussi facile. Il reste alors à se contenter de « mauvais » terroirs ou à développer une régulation sociale permettant de demeurer nombreux sur place ; les premiers mécanismes de bas niveau attestés se manifestent dans des pratiques et des institutions d’ordre cérémoniel. En cas de réussite, la croissance de la densité peut se poursuivre jusqu’à un nouveau plafond près duquel se repose le choix d’une évolution socio-politique majeure ou d’un recours à la scission.

12Dans sa version « managériale », le « stress d’échelle » est conçu dans les termes de la théorie de l’information (Johnson 1982) ; la densité locale de population s’exprime dans la quantité de sources d’informations qui irrigue le groupe humain. Ce n’est pas le niveau de disputes qui covarie de façon géométrique, mais celui de l’encombrement des interactions. Au-delà d’un certain seuil, une saturation de l’échange produit des difficultés comparables à celles liées aux querelles intestines. La solution passe toujours par une diminution du nombre de sources d’information, obtenue par la réduction du groupe lui-même (comme dans une scission) ou par une pratique intégrative : le regroupement des sources d’information, le long d’une hiérarchie, durant le temps de la prise de décision (comme les pratiques cérémonielles). Cette hiérarchie séquentielle peut être assez efficace pour servir durablement, notamment lorsque la scission demeure facile, et sa formalisation plus poussée peut conduire à un système stratifié.

13En l’absence de tout système de régulation sociale, le seuil d’irritation pourrait, selon l’ethnographie, démarrer dès 50 personnes, et se situerait souvent autour de 150 personnes ; il a été retrouvé à cette valeur par Matthew S. Bandy dans ses travaux archéologiques sur le Pérou (Bandy 2004). Une forme d’irritation  a pu jouer à l’intérieur même de l’unité domestique lorsque la densité sociale y devenait importante : la scission d’une de ses composantes pour fonder une nouvelle unité domestique pourrait en avoir été le résultat. Le seuil de « stress d’échelle » est quant à lui situé par Gregory Johnson autour de 6 à 9 sources d’information et le caractère segmentaire plus ou moins complexe des sociétés tribales pourrait être un mode de réponse à cette contrainte (Johnson 1982).

14Les signes de la fréquence de tels mécanismes semblent manifestes au Rubané si l’on en juge par la composition ordinaire des unités de peuplement : 5 à 9 unités domestiques par village (50 à 120 habitants), quelques unités résidentielles dans une micro-aire (peut-être 100 à 300 habitants). Les rares fois où ces seuils critiques semblent avoir été franchis, l’existence d’un système de régulation sociale doit être recherchée ; on peut envisager sous cet angle l’apparition de structures et de pratiques particulières comme les enceintes et les rites cérémoniels ou funéraires qu’elles ont accueillis.

15Le deuxième type de mécanisme, plus économique, est décrit dans le modèle de la Distribution libre idéale (Ifd) et ses variantes (Kennet et al. 2006 ; Shennan 2008). Ce modèle s’appuie sur les théories évolutionnistes et de l’étho-écologie humaine dont certains principes prédisent que, pour maximiser leurs chances de succès reproductif, les unités de base exploitent les secteurs qui leur assurent le meilleur « retour ». Lorsque la densité d’occupation fait baisser le « retour » moyen à un niveau inférieur à celui potentiellement fourni par une localité libre voisine, une partie de la population s’y déplace. Et le processus peut recommencer : plus le territoire est grand, plus longue peut être sa durée d’utilisation. Ainsi l’Ifd, tributaire de la taille de l’aire favorable à l’implantation humaine, contribue au rythme de l’expansion territoriale. Ce modèle mérite toutefois d’être ajusté par les apports de la vie en société ; ceux-ci induisent des avantages améliorant la « commodité » initiale d’un habitat qui permettent une plus longue croissance de la densité de population avant que ne s’enclenche le processus de déplacement vers un autre habitat. À haut niveau de densité de population, l’Ifd côtoie le plafond de capacité de portage.

16Une variante de cette distribution idéale s’applique lorsqu’il existe une forme de territorialité/compétition : c’est la distribution idéale dite « despotique » (Idd) où l’ordre d’arrivée de ses occupants, plus que la densité de population, règle la qualité du « retour » offert par un habitat. Le dernier arrivé a le choix entre supporter une moins bonne place ou aller voir ailleurs, dans un autre territoire plus conforme à ses espoirs. Comme dans l’Ifd, ce processus peut se répéter tant qu’il existe des territoires libres. En plus de l’hypothèse commune avec l’Ifd d’une hiérarchie évidente, mais non vérifiée, dans la qualité des localités, ce modèle « despotique » nécessite également l’hypothèse de leur appropriation. À condition d’envisager le « premier arrivé » comme un collectif, l’appropriation plutôt comme une simple position d’avantages et le territoire dans une acception locale restreinte, ce modèle mérite d’être considéré. Il rappelle en effet que prestige et avantages statutaires peuvent, dans un processus de peuplement, être attachés à l’acte de fondation. L’évolution du terroir de Vaihingen (Bade-Wurtemberg) proposée par Amy Bogaard et al. (2011) semble illustrer ce modèle, mieux encore que le rôle de redistributeur local conféré à Langweiler 8 par les recherches d’Andreas Zimmermann (2002). Reste à vérifier si cette version élaguée du modèle d’Idd, « fondateurs vs associés », peut être un mécanisme généralisable et permanent capable à lui seul d’expliquer l’expansion du Rubané.

L’implantation d’un habitat

17Le principe et la décision de fonder une nouvelle unité domestique ou résidentielle étant établis dans les conditions que l’on vient d’évoquer, la question de sa localisation et des critères de choix reste posée. J’évoquerai deux aspects de cette question : les caractéristiques biogéographiques recherchées et la distance du déplacement.

18Sur le premier point, je rappellerai seulement que le Rubané de l’Aisne, représentant tardif d’une phase initiale d’installation de ce système agropastoral, montre une sélection de localités combinant toujours plusieurs niches biogéographiques (Chartier 2010), selon des proportions liées à la durée d’occupation avérée (Dubouloz et collab. à paraître). Ainsi, un village durablement occupé polarisait-il une proportion beaucoup plus forte de terrains favorables à la culture qu’une installation moins stable. On peut voir cette liaison comme l’adaptation à un potentiel existant ou comme le résultat d’un projet. Par référence aux mécanismes précédemment évoqués, on serait, dans le premier cas, plutôt devant un mécanisme lié à l’Ifd borné par la carrying capacity et, dans le second, devant quelque chose d’apparenté à l’Idd.

19La distance des déplacements peut aujourd’hui être analysée finement sur le long terme à deux échelles spatiales. i) Le réseau de sites de la vallée du Merzbach se développe en effet dans une aire correspondant à une heure de marche aller-retour (2,5 km). Mais les distances entre les maisons montrent que les nouvelles localisations se situent pour l’essentiel à 10 minutes de marche maximum aller-retour de leurs devancières. Ceci résume bien la structure du peuplement de cette micro-aire sur le long terme (Lüning & Stehli 1994), articulé autour d’un site principal et fondateur polarisant quelques satellites instables proches. ii) À une échelle spatiale supérieure, le nord du bassin versant de la Moselle française correspond à la juxtaposition de nombreux réseaux locaux ; l’aire concernée dépasse largement la journée de marche (40-50 km) et les travaux de Vincent Blouet et al. (2010) ont montré l’expansion territoriale du Rubané le long du réseau hydrographique dès la neuvième génération. L’analyse des distances entre les sites montre que 60 à 70 % des localisations sont à une journée de marche maximum aller-retour (15-20 km) de leurs devancières et moins de 10 % d’entre elles dans un rayon d’une heure de marche. Une telle structuration est repérable dans la vallée de l’Aisne (Dubouloz et collab. à paraître), sur le plateau d’Aldenhoven (Lüning & Stehli 1994) et en Hesse du Nord (Kneipp 1998) sous la forme de « territoires » parcourables en une journée de marche maximum aller-retour.

20L’implantation de l’habitat au Rubané a bien répondu à deux contraintes, techno-environnementale et politico-sociale : la disponibilité du terroir en potentiel recherché et la nécessité d’entretenir quotidiennement un large réseau d’alliances. Les échantillons fiables examinés montrent l’importance des aires de 10 minutes, une heure et une journée de marche aller-retour dans la distribution des habitats, mais n’informent pas sur les déplacements à grande distance.

Discussion

21Trois aspects de l’expansion du Rubané, de nature, de complexité et de rationalité différentes, ont été rapidement explorés. i) La croissance démographique est lisible dans les données, bien que les flux migratoires internes ne soient pas faciles à prendre en compte. ii) Les approches sociologique et économique de la segmentation doivent être rassemblées en un seul modèle car le « retour » d’un environnement est à la fois biologique et « sociétal ». iii) Les localisations paraissent en général réglées par l’aire de captage spécifique des différents niveaux d’organisation sociale, mais la question des distances de déplacement après segmentation reste délicate car les déplacements à plusieurs journées de marche sont absents des échantillons fiables. Ils sont pourtant l’une des raisons principales de la rapidité de dispersion de ce système agropastoral. En environ deux siècles, de Vienne à Mayence ou Brunswick, il aura fallu plusieurs sauts kilométriques importants pour produire la dispersion initiale que l’on observe : des distances et un rythme qu’on imagine portés par une géographie mentale, fondée sur les parcours de chasse, de pâturage et d’approvisionnement, les expéditions prospectives et les possibles chemins de contacts avec des groupes de chasseurs encore existants.

  • 1  « Un observatoire rétrospectif d’une société archéologique : la trajectoire du Néolithique rubané  (...)

22Les mécanismes de segmentation/expansion évoqués peuvent avoir fonctionné ensemble en permanence, mais leur importance respective a dû varier selon les moments de l’expansion et sa portée. Les mécanismes antistress et d’Ifd, deux faces – économique et « sociétale » – d’une même scène, expliquent bien la segmentation/densification tant que la disponibilité en localités favorables reste élevée. À des moments plus compétitifs, près du plafond de carrying capacity, ce mécanisme général pourrait être renforcé par un fonctionnement de type Idd jusque-là peu sollicité. D’un autre côté, l’expansion au long cours nécessite des mécanismes supplémentaires permettant d’ignorer ou de réduire les risques liés à l’éloignement des solidarités immédiates et d’assurer le système. Il reste donc, au-delà des divers « coefficients » et autres « distributions idéales », à penser ce qui faisait basculer régulièrement certaines parties de cette société vers une expansion lointaine. Des contraintes bio-environnementales – précisément caractérisées – pourraient y avoir contribué ; et, en leur absence, l’hypothèse d’une stratégie de réinitialisation régulière d’un système perçu comme jamais aussi bon qu’en ses débuts mérite d’être envisagée. Des leapfrogs auprès de populations indigènes, déjà « subjuguées », pourraient appartenir à ce mécanisme idéologique lié à la part de mobilité du système de subsistance : on rejoint ici l’hypothèse d’un entretien du processus d’expansion par adoption « indigène ». La faiblesse des données directes et la pérennité du noyau dur de ce système rubané suggèrent qu’un tel élargissement n’aurait pas tant dirigé l’expansion que, par certaines adaptations, contribué à sa longévité. La simulation Obresoc1 devrait permettre de voir plus clair dans ces propositions.

Haut de page

Bibliographie

Bandy, M. 2004. « Fissioning, Scalar Stress, and Social Evolution in Early Village Societies », American Anthropologist, 106, 2 : 322-333.

Biermann, E. 2001. « Überlegungen zur Bevölkerungsgröße in Siedlungen der Bandkeramik », www.rheinland-archäologie.de/biermann2000c.pdf.

Blouet, V., T. Klag, M.-P. Petitdidier, L. Thomashausen et collab. 2010. Le Néolithique ancien en Lorraine. Rapport final d’ACR. Metz/Paris, 2 vol., 664 p., 195 pl.

Bocquet-Appel, J. P. 2008. « Explaining the Neolithic demographic transition », in : J. P. Bocquet-Appel & O. Bar-Yosef (éd.), The Neolithic Demographic Transition and Its Consequences. New York, Springer : 35-55.

Bogaard, A., R. Krause & H.-C. Strien. 2011. « Towards a social geography of cultivation and plant use in an early farming community: Vaihingen an der Enz, south-west Germany », Antiquity, 85 : 395-416.

Chartier, M. 2010. « Choix et évolution de l’implantation des sites d’habitat au Néolithique ancien dans la vallée de l’Aisne (France) », Bulletin de la Société préhistorique française, 107, 3 : 85-95.

Cohen, M. N. 1985. « Prehistoric Hunter-Gatherers: The meaning of Social Complexity », in : T. D. Price & J. A. Brown (éd.), Prehistoric Hunter-Gatherers: Emergence of cultural complexity. New York, Academic Press : 99-119.

Cohen, M. N. 2008. « Implications of the NDT for World Wide Health and Mortality in Prehistory », in : J. P. Bocquet-Appel & O. Bar-Yosef (éd.), The Neolithic Demographic Transition and Its Consequences. New York, Springer : 481-500.

Coudart, A. 1998. Architecture et société néolithique. L'unité et la variance de la maison danubienne. Paris, Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française, 67), 227 p.

Dubouloz, J. 2008. « Impacts of the Neolithic demographic transition on Linear Pottery Culture settlement », in : J. P. Bocquet-Appel & O. Bar-Yosef (éd.), The Neolithic Demographic Transition and Its Conse--quences. New York, Springer : 207-235.

Dubouloz, J. et collab. À paraître. « Interdépendance et cohésion des différents niveaux de territorialité au Néolithique rubané en Bassin parisien », in : V. Carpentier & C. Marcigny (dir.), Des hommes aux champs. Pour une archéologie des espaces ruraux dans le nord de la France, du Néolithique au Moyen Âge. Caen, Presses universitaires de Caen.

Fechner, K. et al. 2011. « Cartographie du phosphore dans des bâtiments allongés du Néolithique dans le nord de la France, en Belgique et au Luxembourg », in : Le Néolithique du nord de la France dans son contexte européen. Senlis, Revue archéologique de Picardie (n° spécial, 28) : 275-297.

Johnson, G. 1982. « Organizational Structure and Scalar Stress », in : C. Renfrew, M. Rowlands & B. Segraves (éd.), Theory and Explanation in Archaeology. New York, Academic Press : 389-421.

Kennett, D. J., A. Anderson & B. Winterhalder. 2006. « The ideal free distribution, foor production and the colonization of oceania », in : D. J. Kennett & B. Winterhalder (éd.), Behavioral ecology and the transition to agriculture. Berkeley, CA, University of California Press : 265-288.

Kneipp, J. 1998. Bandkeramik zwischen Rhein, Weser und Main : Studien zu Stil und Chronologie der Keramik. Bonn, Germany, Habelt, 352 p.

Lüning, J. & P. Stehli. 1994. Die Bandkeramik im Merzbachtal auf der Aldenhovener Platte. Bonn, Germany, Habelt, 556 p.

Rappaport, R. A. 1968. Pigs for the Ancestors: Ritual in the Ecology of a New Guinea People. New-Haven CT, Yale University Press, 593 p.

Shennan, S. 2008. « Population Processes and their Consequences in Early Neolithic Central Europe », in : J. P. Bocquet-Appel & O. Bar-Yosef (éd.), The Neolithic Demographic Transition and Its Consequences. New York, Springer : 315-329.

Todd, E. 2011. L’origine des systèmes familiaux. Paris, Gallimard, 744 p.

van de Velde, P. 1990. « Banderamik social inequality: A case study », Germania, 68 : 19-38.

Zimmermann, A. 2002. « Landschaftsarchäologie I : Die Bandkeramik auf der Aldenhovener Platte », Bericht der RGK, 83 : 17-38.

Haut de page

Notes

1  « Un observatoire rétrospectif d’une société archéologique : la trajectoire du Néolithique rubané » est un projet financé par l’Agence nationale de la recherche (Anr), dans le cadre du programme AnrCep (Changements environnementaux planétaires).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Dubouloz, « À propos d’implantation, de démographie et de scission villageoises au Néolithique rubané », Les nouvelles de l'archéologie, 127 | 2012, 30-34.

Référence électronique

Jérôme Dubouloz, « À propos d’implantation, de démographie et de scission villageoises au Néolithique rubané », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 127 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1328 ; DOI : 10.4000/nda.1328

Haut de page

Auteur

Jérôme Dubouloz

Chargé de recherche, Cnrs, Umr 8215 Trajectoires de la sédentarisation à l’État, Nanterre
jerome.dubouloz@mae.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org