Navigation – Plan du site

Un bâtiment exceptionnel du Néolithique ancien à Kovačevo (Bulgarie)

Marion Lichardus-Itten
p. 25-30

Résumés

La découverte, à Kovačevo (Bulgarie), du plan d’un bâtiment de forme et de dimension exceptionnelles enrichit considérablement nos connaissances sur l’architecture du tout début du VIème millénaire av. J.-C. Les vestiges architecturaux consistent en tranchées de fondation de murs dessinant un plan légèrement trapézoïdal, orienté nord-ouest/sud-est, avec un mur double dans la partie nord-ouest. Plus de cinquante grands trous de poteau dans les tranchées témoignent de la présence de murs construits à l’aide de poteaux de bois verticaux, clayonnage et terre à bâtir. Toutes les structures conservées sont profondément creusées dans le substrat géologique. Malgré cette situation stratigraphique, elles ne datent pas de la première, mais de la deuxième période d’occupation du site ce qui résulte d’une analyse détaillée des données de terrain. Un socle de four ou de foyer avec les restes de sa sole, ainsi que quelques lambeaux d’un ancien sol ou niveau de circulation représentent des aménagements internes ayant résisté à la destruction par nivellement et érosion des ruines du bâtiment. Avec une surface de 156 m2, ce bâtiment est un des plus grands connus actuellement pour le Néolithique ancien de la péninsule balkanique.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

architecture, Néolithique ancien

Index géographique :

Bulgarie, Kovačevo
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La fouille a été menée par une équipe franco-bulgare sous la direction de R. Katinčarov (†), V. Ni (...)

1Le site d’habitat de Kovačevo, fouillé entre 1986 et 20071, a livré une trentaine de plans plus ou moins complets de bâtiments datant du Néolithique ancien balkanique (6200 à 5500 av. J.-C.). En règle générale, les vestiges architecturaux sur ce site sont d’une conservation très médiocre si on les compare à ceux, parfois très imposants, découverts notamment sur des sites de la Thrace bulgare (Karanovo, Azmak, Stara Zagora-Bolnica, etc.) et du nord de la Bulgarie (Sofia-Slatina, Čavdar, etc.). En premier lieu, ce phénomène s’explique par la situation géographique du site, car cette zone montagneuse est fréquemment touchée par des tempêtes et des orages particulièrement violents, surtout en période estivale, sans parler de sa localisation sur une des failles sismiques les plus dangereuses du monde, séparant les plaques tectoniques d’Afrique et d’Eurasie. Par ailleurs, la nature du site influe également sur la conservation des vestiges. Il s’agit, à Kovačevo, non pas d’une colline d’habitat (généralement appelée tell ou mogila) comme dans le cas des grands sites connus de Bulgarie cités plus haut, mais d’un habitat étendu sur environ 7 hectares. Les couches du Néolithique ancien ne se trouvent donc pas sous d’épais dépôts postérieurs tels qu’on les observe sur les tells, mais elles apparaissent dès 20 cm sous la surface actuelle.

2Érosions et colluvionnements ont largement influencé la nature des couches qui forment la stratigraphie du site. Atteignant 2,80 m dans la partie nord du chantier (Lichardus-Itten et al. 2002), elle reflète en effet non pas une évolution constante et rythmée par le temps, mais une accumulation de dépôts sédimentaires et de vestiges architecturaux conditionnés par l’action humaine autant que par des événements naturels.

3Que les données climatiques aient influencé massivement le comportement des premiers habitants, cela s’observe clairement dès la base de la stratigraphie du site de Kovačevo. De précieuses observations ont été faites sur des aménagements réalisés pour la stabilisation et la consolidation des bâtiments. De grandes fosses creusées sous les constructions servaient de vides sanitaires, assurant le drainage des eaux et donc également un séchage efficace des planchers en bois et en argile. Une sorte de canal construit avec soin dans la partie la plus basse du village, au sud du chantier, servait non seulement à amener l’eau à proximité des maisons mais permettait, en outre, de contrôler son niveau à l’aide d’une sorte de barrage construit en galets de rivière (Lichardus-Itten et al. 2002 : pl. 8, 2), ainsi que son évacuation rapide lors de pluies fortes. Ces faits montrent que les habitants de Kovačevo savaient gérer de nombreux problèmes liés aux contraintes naturelles de l’époque. Visiblement, ils se sont rapidement adaptés et ont réussi à trouver des solutions techniques appropriées. Malgré tout, il est évident que de violents incidents naturels ont engendré de fortes érosions. Dans la partie sud du chantier ainsi que dans les secteurs en bordure de terrasse, les couches du Néolithique le plus ancien ont été totalement érodées, d’un seul coup ou progressivement. Seules subsistent les structures creusées dans le sol vierge telles que les fosses, les trous de poteau, les tranchées et les vides sanitaires (Lichardus-Itten 2010 : 10). Après ces périodes d’érosions, d’autres occupations plus récentes ont laissé des vestiges directement sur ou creusés dans le sol vierge, se trouvant ainsi à la même altitude que les couches plus anciennes conservées dans les endroits mieux protégés.

4Les difficultés d’analyse et d’interprétation de ce site sont donc tout à fait comparables à celles rencontrées sur les habitats du premier Néolithique d’Europe centrale. À Kovačevo cependant, la reconstitution du village et de son histoire est encore compliquée par le fait qu’il faut combiner l’analyse horizontale avec une étude précise de la stratigraphie verticale. C’est dans ce contexte spécifique que s’inscrit la découverte du bâtiment qui constitue l’objet de cet article. Cela me fait un grand plaisir d’offrir à Anick Coudart la première publication de ces données, car sans son aide, je ne serais pas allée travailler à Michelet, ni – par conséquent – à Kovačevo.

Les vestiges de la « maison 3383 »

5Les vestiges du bâtiment baptisé « maison 3383 » apparaissaient tout en bas de la stratigraphie ; la grande majorité des structures composant cet ensemble est creusée dans le sol vierge, c’est-à-dire correspond à des tranchées de fondations et des trous de poteau (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Plan et coupe de la « maison 3383 » de Kovačevo

  • 2  Les relevés de ce plan ont été dessinés par au moins cinq équipes différentes, puisque ce bâtiment (...)

6Ces tranchées, profondes d’une quarantaine de centimètres dans la partie nord-ouest, le sont un peu moins du côté sud-est. Elles dessinent un plan légèrement trapézoïdal, mesurant 14,50 m (tranchée 3252-2797-3010) et 16,70 m (tranchée 2909) de long sur 10 m (tranchées 3211 et 3336-3352) de large2. L’orientation nord-ouest/sud-est est celle de la plupart des bâtiments sur le site. Les tranchées de 40 à 50 cm de large ont une section en « U », avec un fond presque plat et sont rythmées par de grands trous de poteau dont quelques-uns ont une forme quadrangulaire. À la fouille, certains trous faisaient apparaître le fantôme du poteau en leur centre ; des traces très fugaces de clayonnage étaient visibles dans la tranchée 3211 du secteur F, à l’ouest du sondage 1/1981. Alors que les trous de poteau atteignent des diamètres de 50 cm, on constate que les poteaux eux-mêmes sont de taille beaucoup plus petite, avec des diamètres variant de 15 à 20 cm. La tranchée de fondation au nord-est (str. 3336-3352) est détruite au milieu par une profonde fosse cylindrique creusée ultérieurement ; la partie ouest du bâtiment est moins bien conservée, notamment à cause de la présence du sondage n° 1 de 1981 (Perničeva 1990). Sa réouverture, en 1986, a simplement permis de recenser quelques trous de poteau dans le sol stérile et de les attribuer ultérieurement aux deux tranchées de fondation au nord-ouest.

7Dans la partie sud-est du plan, la tranchée de fondation apparaît à une altitude absolue plus basse de 20 à 30 cm. Si l’on admet, et il existe de bons arguments pour appuyer cette supposition, que le niveau de construction du bâtiment était horizontal au moment de son édification, on doit conclure que cette partie sud-est a subi une érosion plus forte que le reste du plan. Ceci explique en effet l’absence, dans cette zone, de vestiges témoignant de la présence d’un ou de plusieurs planchers. Cependant, le socle mal conservé d’un four ou d’un foyer (B 3138) s’adossant au mur interne (tranchée 2867-3329) dans la partie nord du plan fixe le niveau de construction à l’intérieur du bâtiment à une altitude de 95,76-95,79 m (par rapport au point 100 m, défini au début de la fouille sur une grande pierre située au bord de la route asphaltée). Ce socle de four était haut de 30 à 35 cm à en juger par les restes de sa sole conservée in situ.

8Ce bâtiment ne dispose pas, à la différence de la grande majorité des constructions du site, d’un plancher avec enduit blanc, mais seulement d’un niveau de terre battue qui, pourtant, a conservé dans la partie ouest des lambeaux d’une terre très dure et tassée de petites pierres, de fragments de céramique et d’os (F 2336, F 2546 et F 2666). Il est fort probable qu’il s’agit des restes d’un niveau de circulation car il se trouve en effet à la même altitude que le niveau de construction du socle du four. Également à cette même altitude a été découvert un beau vase décoré et entier in situ. L’attribution à ce bâtiment d’autres éléments témoignant d’aménagements internes est moins facile, mais il n’est pas exclu que des fragments de pithoï écrasés à côté du socle du four appartiennent à cette grande maison, tout comme une fosse relativement petite (G 2955), non détritique, creusée avant la préparation du sol, qui contenait, entre autres, une ramure de cerf soigneusement déposée.

9Cet ensemble témoigne de la présence d’un très grand bâtiment dont les murs de 40 à 50 cm d’épaisseur étaient construits avec la technique du torchis. Les poteaux de bois verticaux, d’un diamètre de 15 à 20 cm, supportaient un clayonnage recouvert d’une épaisse couche de terre à bâtir. De nombreux morceaux de murs trouvés à Kovačevo montrent clairement que les faces externes et internes des murs avaient été traitées avec beaucoup de soin et selon des techniques élaborées. Plusieurs fragments d’enduits, avec des traces de réfactions répétées, laissent supposer la présence d’ornements plastiques ou peints. L’entrée du bâtiment se trouvait fort probablement dans la partie centrale du mur 2909 et l’accès à la pièce étroite, sorte de « couloir » dans la partie nord-ouest, se situait peut-être à l’endroit du sondage 1 de 1981.

Stratigraphie et datation

10Dans l’angle sud-ouest du bâtiment, la tranchée 2909 coupe des vestiges d’architecture ; il s’agit surtout de lambeaux de concrétions carbonatées matérialisant des enduits de plan-chers, reposant immédiatement sur le sol vierge, dont la nature et le pendage vers le sud incitent à les rattacher à un bâtiment plus ancien qui se trouve plus au sud, dans le secteur K (K 2034). Celui-ci peut être clairement attribué, par les données stratigraphiques et par la céramique décorée incluse entre les planchers qui se sont effondrés dans le vide sanitaire, à la première période (Kovačevo Ia) du Néolithique ancien (Demoule & Lichardus-Itten 2001 : 93 ; Lichardus-Itten et al. 2002 : 106). Un autre édifice, datant également de la période Ia (G 2793) et construit de la même façon sur un vide sanitaire, se trouvait à proximité, un peu plus à l’est, et recoupe partiellement le plan du bâtiment K 2034. Il est difficile de savoir si un troisième ensemble (G 2933), qui s’aligne vers l’est et s’oriente parallèlement aux deux premières constructions mentionnées, peut correspondre à une annexe de G 2793 ou s’il représente un bâtiment à part, car aucun chevauchement interprétable ne permet de statuer sur la séquence chronologique des trois plans en question, tous recoupés par la tranchée 2909 de la grande maison trapézoïdale 3383. Cette situation plaide, comme d’autres sur le site, en faveur d’une assez longue durée de la période Ia, comprenant certainement plusieurs phases d’occupation. Ces données stratigraphiques sont confirmées par l’observation, à cheval sur les secteurs A, B et F, d’un autre bâtiment (A 2673), daté de la période Ia, qui a été détruit par le creusement des deux tranchées de fondation parallèles au nord-ouest. Au moins trois autres constructions Ia se situent à proximité du bâtiment 3383, sans recoupement, mais trop rapprochées pour coexister. Il s’avère ainsi clairement que le grand bâtiment trapézoïdal (3383) ne fait pas partie des constructions les plus anciennes du site, bien que ses tranchées de fondation et ses trous de poteau soient profondément creusés dans le substrat géologique.

11Cette conclusion vient d’être confirmée par d’autres arguments qui concernent des éléments in situ d’un bâtiment postérieur situé stratigraphiquement sur la partie centrale de la maison 3383. Ici, à une cinquantaine de centimètres au-dessus de l’apparition des tranchées du grand bâtiment trapézoïdal, a été mis en évidence un cailloutis dense d’une épaisseur maximale d’un demi-mètre contenant également des fragments de poteries, des plaques de concrétions carbonatées (enduits de planchers) et d’argile brûlée. Ce cailloutis, qui fait apparaître des limites très nettes et droites sur trois côtés (au NW, au SW et au SE), correspond sans aucun doute au vide sanitaire d’un bâtiment plus récent, dont le creusement a détruit les vestiges à l’intérieur de la maison 3383. Ce bâtiment (str. 2298) semble être de taille beaucoup plus modeste, bien que les vraies limites soient difficiles à cerner. La céramique à la surface de ce vide sanitaire ainsi que celle trouvée à l’intérieur nous livre une datation de cet ensemble à la période Kovačevo Ic.

12Tout plaide donc pour une datation du grand bâtiment trapézoïdal à la deuxième période du Néolithique ancien (Kovačevo Ib). Cette proposition est confirmée par la présence, dans les cailloutis 2336, 2546 et 2666 du secteur F, d’un riche mobilier céramique Ib, tout comme le vase entier trouvé in situ qui présente toutes les caractéristiques de la deuxième période (groupe stylistique G : Lichardus-Itten et al. 2000 : 33 et fig. 9, ou groupe 8 : Salanova 2011 : 25, 30). D’autres observations plaident également en faveur d’une datation de la grande maison trapézoïdale à la période Kovačevo Ib, notamment un grand tas de fragments de pithoï écrasés à côté du four qui montrent des décors plastiques très typiques de cette période.

Comparaisons

13Sur le chantier de Kovačevo, seul le bâtiment 3383 est aussi complet et son plan aussi grand. Cependant, on notera qu’il existe d’autres plans, bien que rares et plus réduits en surface, comparables, du moins pour les proportions et la légère trapézoïdalité.

14Avec une surface de 156 m2, la maison 3383 est non seulement, et de loin, la plus grande du chantier de Kovačevo, mais aussi, selon les connaissances actuelles, du Néolithique ancien balkanique. Seul le bâtiment 4-1 de Nea Nikomedeia semble la dépasser d’environ 4 m2, mais il ne faut pas oublier que ce plan est particulièrement mal conservé, comme Gillian Pyke le souligne « the foundation trenches are difficult to trace but form a large squarish building whose northwestern corner lies in the unexcavated area » (Pyke 1996 : 22, voir aussi fig. 2.10). On dispose actuellement de 72 plans de maisons dont les dimensions sont connues et datent des périodes anciennes du Néolithique balkano-carpathique : Protosesklo et Sesklo en Macédoine occidentale grecque, Anzabegovo-Vršnik en Macédoine yougoslave, Karanovo I/II en Bulgarie, Starčevo dans les Balkans centraux et Criş/Köros en Roumanie et Hongrie (pour la terminologie chronologique, cf. Lichardus et al. 1985). La majorité des surfaces des bâtiments (65,28 %) varient de 20 à 60 m2. Seulement 9,72 % dépassent les 100 m2. Si on supprime les bâtiments à plan complexe de la Thrace bulgare, tels que la maison 7 d’Azmak et le bâtiment A1234 de Yassatepe (Lichter 1993 : pl. 3 et 67), non seulement le taux des bâtiments de plus de 100 m2 est réduit à 6,94 %, mais on observe, en parallèle, une étonnante concentration des très grandes surfaces en Macédoine occidentale grecque et en Pélagonie qui, à la période en question, entretiennent d’étroits rapports avec la vallée de la Struma de Bulgarie occidentale. Il est probable que d’autres sites bulgares ont livré des plans de taille importante, tout comme le site de Gălăbnik dans le nord de la vallée de la Struma. Malheureusement, les publications actuellement disponibles ne permettent pas encore de les caractériser plus précisément.

15La situation dans les Balkans n’est donc pas comparable à celle de l’Europe centrale au début du Néolithique, car malgré le fait qu’il existe, notamment en Bulgarie, des maisons dont les vestiges brûlés sont excellemment bien conservés (par exemple Sofia-Slatina, Stara Zagora-Bolnica), on ne connaît aucun plan d’agglomération importante ni de village entier. Ceci s’explique par la nature des recherches qui se sont concentrées dans un premier temps sur les collines d’habitat stratifiées. Du fait que les couches du Néolithique se trouvent toujours à la base de ces tells qui peuvent atteindre une vingtaine de mètres de haut, il est évident que les surfaces fouillées sont de taille réduite et ne concernent que de petits groupes de maisons. Dans les rares cas de fouille d’un tell entier, par exemple à Kazanlăk, on regrette l’absence de publications ; en outre, les recherches sur les sites d’habitat étendus, où l’accès aux niveaux du Néolithique ancien est plus aisé, ne sont pas encore nombreuses et souffrent souvent d’une plus mauvaise conservation des vestiges. Ceci explique le nombre relativement faible de plans de maisons exploitables au niveau de leurs surfaces.

16Le plus grand bâtiment (4-1) de Nea Nikomedeia précède apparemment celui nommé « shrine » par R. J. Rodden (1964 : fig. 2) qui, malgré ses dimensions un peu plus modestes (99 m2) et son mauvais état de conservation, présente des similitudes frappantes avec le plan de Kovačevo. Ce plan (4-2) de Nea Nikomedeia partage, avec celui de Kovačevo, non seulement la légère trapézoïdalité mais aussi les proportions générales, ainsi que le redoublement caractéristique du mur ouest-est dans la partie nord (fig. 1). À la différence du plan de Kovačevo, ce principe de compartimentation semble pourtant se répéter dans la partie sud. Il est intéressant de noter que le même type de tranchées de fondation, contenant des trous de poteau relativement grands, de formes parfois rectangulaires et qui présentent en leur centre des fantômes de poteaux de faible diamètre, existe également à Nea Nikomedeia (Rodden 1962 : pl. XXVIII). Sur ce même site, on observe encore un autre plan présentant ce redoublement de murs. Il s’agit du bâtiment 9-1 (Pyke 1996 : fig. 2.15, p. 29) dont la surface est certainement beaucoup plus modeste, même si la totalité du plan n’est pas conservée (fig. 1). La maison 1 de Sofia-Slatina est sans aucun doute la mieux étudiée de ce type de bâtiments (Nikolov 1989). Avec sa surface de 117 m2, elle appartient également aux plus grands bâtiments du Néolithique ancien balkanique. Ce plan présente une orientation et des proportions bien différentes, mais son excellente conservation ne laisse aucun doute sur la présence d’un tel mur double dans la partie nord-est (fig. 1). Au niveau des proportions longueur/largeur, il correspond tout à fait aux bâtiments traditionnels tels qu’ils sont connus sur les grands sites de la Thrace bulgare, comme Karanovo, Azmak, etc. Le fait que les deux murs du fond des maisons soient si rapprochés, caractéristique qui réunit les plans de Nea Nikomedeia, Kovačevo et Sofia-Slatina, pose évidemment la question de la fonction de cet espace très étroit. À Kovačevo, cette « pièce » au fond du bâtiment ne mesure pas plus de 80 à 100 cm de large. Cependant, pour ne pas rajouter des spéculations inutiles aux débats sur la fonction de ces pièces allongées, on se contentera ici de constater que le plan de Kovačevo ne contribue malheureusement pas beaucoup à cette discussion puisque aucun aménagement interne n’est conservé à cet endroit.

Fig. 2

Fig. 2

Plans de bâtiments avec murs doubles du Néolithique ancien de Bulgarie occidentale et de Grèce du Nord (d’après Nikolov 1989 et Pyke 1996)

17On peut donc conclure que le plan 3383 de Kovačevo soulève de nombreuses questions non seulement culturelles, sociales et fonctionnelles, mais également techniques. On se demande, en effet, comment était la couverture d’un bâtiment avec de telles dimensions. La présence de poteaux porteurs à l’intérieur ne peut bien évidemment pas être exclue. Leur attribution au plan en question est pourtant une tâche particulièrement difficile et restera toujours très hypothétique. Interpréter cet ensemble comme bâtiment monumental uniquement à partir de sa surface remarquable et des dimensions de ses tranchées de fondation et de ses trous de poteau ne nous semble pas prudent non plus, car la taille des poteaux des murs (environ 15 cm de diamètre) interdit une telle interprétation. Néanmoins, une comparaison avec la grande majorité des « maisons » du Néolithique ancien balkanique nous permet d'avancer avec certitude qu'il assumait une fonction particulière. Seules des fouilles étendues de villages entiers – très coûteuses, on le sait bien – permettront un jour d’éclaircir cette problématique de la structuration d’un village du plus ancien Néolithique européen.

Haut de page

Bibliographie

Demoule, J.-P. & M. Lichardus-Itten. 2001. « Kovačevo (Bulgarie), un établissement du Néolithique le plus ancien des Balkans », in : J. Guilaine (éd.), Communautés villageoises du Proche-Orient à l’Atlantique (8000-2000 avant notre ère). Séminaire du Collège de France. Paris, Éditions Errance : 85-102.

Lichardus, J., M. Lichardus-Itten, G. Bailloud & J. Cauvin. 1985. La Protohistoire de l’Europe. Le Néolithique et le Chalcolithique entre la Méditerranée et la mer Baltique. Paris, Presses universitaires de France (La Nouvelle Clio 1bis), 640 p.

Lichardus-Itten, M. 2010. « Die frühneolithische Siedlung von Kovačevo und ihre methodischen Herausforderungen », Studia Praehistorica, 13 : 1-22.

Lichardus-Itten, M., J.-P. Demoule, L. Perničeva, M. Grebska-Kulova & I. Kulov. 2000. « Zur bemalten Keramik aus der frühneolithischen Siedlung von Kovačevo (SW-Bulgarien) », in : St. Hiller & V. Nikolov (éd.), Karanovo III, Beiträge zum Neolithikum in Südosteuropa. Wien, Phoibos Verlag : 27-50.

Lichardus-Itten, M., J.-P. Demoule, L. Perničeva, M. Grebska-Kulova & I. Kulov. 2002. « The Site of Kovačevo and the Beginnings of the Neolithic Period in Southwestern Bulgaria », in : M. Lichardus-Itten, J. Lichardus & V. Nikolov (éd.), Beiträge zu jungsteinzeitlichen Forschungen in Bulgarien. Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde, 74 : 99-158.

Lichter, C. 1993. Untersuchungen zu den Bauten des südosteuropäischen Neolithikums und Chalkolithikums. Buch am Erlbach, VML Marie L. Leidorf (Internationale Archäologie 18), 186  p.

Nikolov, V. 1989. « Das frühneolithische Haus von Sofia-Slatina. Eine Untersuchung zur vorgeschichtlichen Bautechnik », Germania, 67 : 1-49.

Perničeva, L. 1990. « Le site de Kovatchevo, Néolithique ancien, dans le département de Blagoevgrad », Studia Praehistorica, 10 : 142-196.

Pyke, G. 1996, « The Excavation and the Ceramic assemblage », in : R. J. Rodden & K. A. Wardle (éd.), Nea Nikomedeia I: The excavation of an early Neolithic village in northern Greece 1961-1964. Athènes,The British School at Athens (suppl. vol. 25) : 9-53.

Rodden, R. J. 1962. « Excavations at the Early Neolithic Site at Nea Nikomedeia, Greek Macedonia (1961 season) », Proceedings of the Prehistoric Society, XXVIII : 267-288.

Rodden, R. J. 1964. « Recent discoveries from Prehistoric Macedonia », Balkan Studies, 5 : 110-124.

Salanova, L. 2011. « Ceramic assemblages and chronology: problems and solutions for the Early Neolithic settlement of Kovačevo (Bulgaria) », Studia Praehistorica, 14 : 21-33.

Haut de page

Notes

1  La fouille a été menée par une équipe franco-bulgare sous la direction de R. Katinčarov (†), V. Nikolov et L. Perničeva (†), assistés par M. Grębska-Kulova et Ilija Kulov du côté bulgare, et de J.-P. Demoule et moi-même du côté français.

2  Les relevés de ce plan ont été dessinés par au moins cinq équipes différentes, puisque ce bâtiment s’étend sur cinq secteurs (de 10 sur 10 m) du chantier. De ce fait, le relevé final réunit un trop grand nombre de structures, étant donné que les numéros de structures et d’unités de fouille ont été attribués séparément pour chaque secteur. À la fin de la fouille, ces numéros de structure ont été réunis dans la thèse en cours de C. Jaulneau, en vue de la définition d’ensembles cohérents (structures principales). Dans le cas présent, la structure principale est le bâtiment 3383.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan et coupe de la « maison 3383 » de Kovačevo
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1321/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Titre Fig. 2
Légende Plans de bâtiments avec murs doubles du Néolithique ancien de Bulgarie occidentale et de Grèce du Nord (d’après Nikolov 1989 et Pyke 1996)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1321/img-2.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Lichardus-Itten, « Un bâtiment exceptionnel du Néolithique ancien à Kovačevo (Bulgarie) », Les nouvelles de l'archéologie, 127 | 2012, 25-30.

Référence électronique

Marion Lichardus-Itten, « Un bâtiment exceptionnel du Néolithique ancien à Kovačevo (Bulgarie) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 127 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1321 ; DOI : 10.4000/nda.1321

Haut de page

Auteur

Marion Lichardus-Itten

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Umr 8215 Trajectoires
Lichardus@saarmail.de

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org