Navigation – Plan du site

Entre la France et l’Angleterre

L’archéologie à l’aune de la crise
Nathan Schlanger
p. 16-20

Résumés

La crise économique actuelle nous offre une bonne occasion pour comparer les systèmes archéologiques en France et en Angleterre (à la suite d'une comparaison européenne entreprise en 2010). Si la crise et ses impacts sont bien réels, on sait aussi que l'évocation du mot 'crise' sert de mantra ou d'élément de langage pour favoriser ou retarder diverses décisions économiques ou politiques. Par ailleurs, tant la France que l'Angleterre ont leur traditions bien distinctes et leur dynamiques propres en matière d'archéologie, notamment pour ce qui concerne l'archéologie préventive ou de sauvegarde, entreprise dans le cadre de la convention de Malte (1992). Prenant tout ceci en compte, l'impact de la crise sur l'archéologie est manifeste sur trois registres principaux, présentés et discutés ici à tour de rôle. Pour ce qui est de l'emploi archéologique, la chute du secteur de l'aménagement en Angleterre a menés les opérateurs de l'archéologie commerciale à licencier plus de 20% de leur personnels (de 4036 en aout 2007 à 3225 en avril 2011): une réduction sévère qui a accolé à l'archéologie anglaise la réputation d'être une discipline 'canarie', indicatrice de récession. En France, l'emploi archéologique semble avoir été moins affecté: divers plans de relance et le statut d'emploi public ont contrecarré les dérives du marché. Dans le secteur de la recherche et de l'enseignement, les divergences entre archéologie préventive et programmée se sont accentuées, notamment lorsque nombre d'opérateurs ont réduit leurs publications et investissements scientifiques, trop couteux et pas assez valorisés par les aménageurs. Par ailleurs, le monde de l'université et de la recherche s'enlise dans 'l'économie de la connaissance' avec ses visées d'employabilité et d'outputs commercialisables. Si en France les réformes LRU, les plans Campus et l'adulation des classements internationaux datent d'avant la crise, en Angleterre les réformes du système universitaire – triplement des frais d'inscriptions annuels jusqu'à 9000£, les étudiants devenant des consommateurs qui choisissent des universités en concurrence commerciale – datent de 2010. Dans les deux cas, l'avenir de disciplines telles que l'archéologie, et les sciences humaines en général, reste incertain. Peut-être le plus inquiétants sont les reformes et 'allégements' proposés, en vue de la crise, dans le registre de la gestion et la législation du patrimoine archéologique. Tant les obligations déontologiques des archéologues praticiens que les responsabilités des états sont engagés dans telles réformes. Délibérément ou par mégarde, obéissant à des considérations ponctuelles ou à des enjeux de fond, ces modifications risquent de mener à des régressions dans la protection et la valorisation du patrimoine archéologique. En Angleterre, des coupes budgétaires sans précédent ont lieu au niveau central (ainsi l'agence English Heritage perd 32% de son budget et licencie 200 professionnels) mais aussi auprès des autorités locales, qui se voient forcées de réduire leur capacités de prescription et de contrôle archéologique. En même temps, le cadre législatif se voit réformé à la hâte, avec un National Planning Policy Framework qui ne laisse à l'environnement historique que 3 pages, trop générales et sans mesures véritables de supervision et de planification scientifique. En France aussi les appels à 'simplifier' et 'alléger' les procédures se multiplient, mais trop souvent au détriment de leur finalité, qui est de promouvoir l'intérêt général. Il en va ainsi pour le patrimoine historique, monumental et urbain, et aussi pour l'archéologie. Mis à part des réductions de délais (dommageable surtout pour les services prescripteurs), il a été récemment proposé que les aménageurs/maîtres d'ouvrage puissent se faire assister dans leur démarches archéologiques non pas par les services compétents de l'état, mais par des prestataires commerciaux, comme … en Angleterre. Ainsi, au terme de cette comparaison transmanche, il est clair qu'il nous faut en premier lieu rester solidaire de nos collègues anglais dans leurs grandes difficultés, mais aussi qu'il nous faut assurer que les atouts du système français ne soient pas évincés au profit d'un néolibéralisme néophyte d'inspiration anglo-saxonne.

Haut de page

Texte intégral

1«It was the best of times, it was the worst of times…», Charles Dickens commençait ainsi sa célèbre épopée de Paris et Londres en 1793. Même hors périodes révolutionnaires, des comparaisons entre la France et l’Angleterre restent édifiantes: deux démocraties européennes, géographiquement proches et aux indicateurs économiques et sociaux comparables, séparées par la langue, la monnaie et, bien sûr, la Manche, sans parler de leurs traditions politiques, culturelles et scientifiques. Il en va ainsi pour l’archéologie. Anick Coudart le sait bien, qui vécut en Angleterre au début des années 1990, et connaît ses archéologues et leurs centres d’intérêts. C’est à Cambridge que je l’ai rencontrée: transfuges culturels, nous observions les coutumes locales tout en développant une meilleure conscience des enjeux que présente l’archéologie, un savoir qui est aussi un pouvoir.

  • 1  Ces constats ont été confirmés par une étude lancée dans le cadre du projet « Archaeology in Conte (...)

2La crise rend un tel regard croisé particulièrement opportun. Comme le savent les poètes, les pessimistes et les politiciens, les crises extraient les systèmes et leurs composants de leur routine, les exposant au regard critique. Ainsi, la crise économique mondiale qui sévit depuis 2008 impacte aussi l’étude, la gestion et la protection du patrimoine archéologique (Schlanger & Aitchison 2010; Schlanger 2011)1.

3Avant d’entamer cette comparaison, deux remarques préliminaires. D’une part, au-delà de son impact économique direct et mesurable, la crise est rapidement devenue une ressource rhétorique, un mantra pour faire passer ou au contraire retarder un certain nombre de décisions. D’autre part, elle s’enchevêtre avec d’autres processus sociaux, économiques et politiques antérieurs ou en cours. Les conditions et les motivations initiales de la pratique archéologique varient considérablement d’un pays à l’autre, en fonction de traditions de gouvernance, d’économie, de planification, de standards professionnels, de médiation, etc. Des systèmes distincts se sont développés de part et d’autre de la Manche, en tout cas pour ce qui concerne l’archéologie dite de sauvetage ou préventive, ou encore contractuelle, commerciale, «pollueur/payeur», developer-led, developer-funded, etc.

4Ainsi, le système instauré en Angleterre depuis 1990 fait de la prise en compte des vestiges archéologiques une «considération matérielle» dans l’octroi du permis d’aménagement. Pour éviter d’éventuelles contraintes archéologiques anticipées par les curators – chargés du patrimoine auprès des autorités locales –, l’aménageur fait appel à des contractors ou units, opérateurs archéologiques commerciaux. Fait notoire, cette procédure se déroule sur des bases statutaires ténues et dans un marché non régulé, où quiconque peut répondre aux besoins de l’aménageur, qui portent en priorité sur de bas coûts et la rapidité du travail. Si, jusqu’à présent, la procédure semble avoir été plutôt bien suivie, nous verrons que la crise en cours est en train de changer la donne.

5En France, des conceptions différentes concernant la propriété privée et l’intérêt général ont depuis longtemps fait ressentir le besoin d’une prise en main centralisée du patrimoine archéologique (cf. les lois de 1913 et de 1943). Les principes de la convention de Malte ont pu être mis en œuvre en 2001, avec la transformation de l’Afan en Inrap, à qui reviennent, avec d’autres acteurs, diagnostics et fouilles préventives sous prescription des services régionaux du ministère de la Culture (Demoule & Landes 2009; Giraud 2010). En 2003, cependant, des changements importants sont introduits dans le code du patrimoine. Malgré les mises en garde de la communauté archéologique se référant à la situation anglaise (Coudart 2005; Schlanger 2003), les fouilles préventives ont été ouvertes à la concurrence commerciale, l’aménageur, désormais maître d’ouvrage, choisissant ses archéologues parmi les opérateurs privés ou publics agréés par le ministère.

6Ainsi, en Angleterre comme en France, l’archéologie était immergée dans ses propres débats lorsqu’a frappé la crise. Ses zones d’impact, même indirectes ou cumulatives, portent surtout sur l’emploi et la profession, sur la recherche et sur les politiques de gestion et la législation.

Emplois archéologiques: canaris et cobayes

7Nonobstant les difficultés qu’il y a à définir un archéologue «professionnel» (qualifications, diplômes, activités, durée ou taux de travail?), l’emploi archéologique a été immédiatement touché par la crise. En Angleterre, la chute rapide de la demande d’évaluations et de fouilles archéologiques a conduit, dès la fin 2008, plusieurs units archéologiques au bord de faillite: la plupart ont survécu, mais au prix d’importants licenciements.

8Des chiffres relativement précis et à jour sont disponibles, grâce à la surveillance régulière entreprise par Kenneth Aitchison depuis 2007 pour l’Institute for Archaeologists (Ifa) (www.archaeologists.net/profession/recession). Une synthèse récente (Aitchison 2011a) donne les chiffres suivants: dans l’archéologie non commerciale, le nombre d’employés reste constant à 2650; mais dans l’archéologie commerciale, les 3255 équivalents temps plein (Etp) répertoriés en avril 2011 représentent 20 % de moins que les 4036 décomptés en août 2007, juste avant la crise.

9Cette chute impressionnante a attiré l’attention des analystes financiers de la City: leur archaeology index prend le taux de chômage des archéologues, premiers intervenants sur les terrains à aménager, comme indicateur précoce d’une récession à venir2. Dans une logique similaire, la BBC n’a pas hésité à qualifier l’archéologie anglaise de canary trade (discipline martyre), en référence à ces serins, les premiers à mourir asphyxiés dans les mines d’antan3.

Fig. 1

Fig. 1

Nombre total des archéologues employés en Angleterre, combinant le secteur commercial et non-commercial, de juillet 2007 à avril 2011 (Aitchison 2011a)

10Rien de si dramatique en France: moins abrupt, le ralentissement des activités d’aménagement du territoire a été en partie contrecarré par divers plans de relance et grands travaux. De plus, étant pour l’essentiel employés de l’État, d’établissement publics ou de collectivités territoriales, les archéologues français n’ont pas fait les frais des dérives du marché. Pas de canaris étouffés donc… mais plutôt des cobayes récalcitrants. On se souvient de l’épisode: aux deux types classiques de contrats dans le secteur public (Cdd et Cdi), a été rajouté dans le cadre du plan de relance du 17 février 2009 un contrat d’opération ou d’activité (Cda). Mis en œuvre à titre expérimental à l’Inrap, sa flexibilité devait permettre d’absorber le surplus d’activité et de réduire les délais. L’expérience a cependant tourné court: mis à part les conditions incertaines d’emploi, la détermination et la définitiondes activités spécifiées pour chaque contrat semblaient mener à une taylorisation dommageable des tâches et des compétences, menaçant de fragmenter la continuité scientifique et opérationnelle de la «chaîne opératoire» de l’archéologie.

Recherche et enseignement: économies de la connaissance?

11Cet épisode aura servi à confirmer les liens qui perdurent entre emploi et métier, entre archéologie préventive et recherche scientifique. Les licenciements dus à la crise ont des répercussions négatives sur la profession dans son ensemble, y compris pour les «spécialistes» qui dépendent d’une certaine échelle d’activités archéologiques – y compris ceux, en Angleterre, qui offrent des prestations commerciales sans véritables obligations de valorisation scientifique (Aitchison 2011b).

12Dans le monde de la recherche et des universités, la crise économique se surajoute à d’autres secousses structurelles. Cela fait des années déjà que l’archéologie académique et l’archéologie commerciale divergent, et que la masse des données de terrain récupérées aux frais des aménageurs et de l’argent perdent rapidement leur valeur par manque d’intérêt, d’analyses appropriées ou de véritables publications (Bradley 2006). Avec la crise, un nombre croissant d’opérateurs avalise cette perte en tentant de réduire les analyses «non essentielles», ainsi que les publications coûteuses mais non valorisantes pour les maîtres d’ouvrage. Même en France, où des passerelles entre archéologie préventive et programmée ont longtemps été maintenues, l’esprit de collaboration et de partage scientifique commence à être atteint par les impératifs de la concurrence commerciale. Chercheurs et universitaires ressentent les effets de cette «économie de la connaissance». Le rôle de l’université dans la création et la transmission des connaissances se trouve amoindri, au profit de formations pratiques visant l’employabilité. La tendance est à la baisse du nombre d’étudiants en sciences humaines et sociales, et notamment en archéologie, avec orientation préférentielle vers des formations professionnalisantes plutôt que vers la recherche.

13Les tribulations que connaît actuellement le système français – la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (Lru) de 2007 et ses répercussions, la quête de classements internationaux, les divers pôles, alliances et campus d’excellence, les constructions budgétaires, l’affaiblissement de la recherche publique, etc. – reflètent des réformes antérieures ou concomitantes à la crise. En Angleterre, au contraire, les réformes universitaires sont récentes et, pour l’essentiel, l’œuvre du récent gouvernement des conservateurs-libéraux démocrates. Tout en engageant une cure drastique d’austérité et de réduction des déficits, le gouvernement britannique a aussi imposé une série de réformes radicales dans les secteurs de la santé, de la décentralisation et de l’éducation. Ainsi, les financements publics accordés à l’enseignement universitaire seront coupés de 80 % dès 2012, «compensés» par le triplement des frais d’inscription, jusqu’à 9000 £ par an. Cette dérégulation présage la mainmise de critères marchands sur la production du savoir et transforme les étudiants en consommateurs, quêtant les meilleures prestations de services auprès d’universités en concurrence lucrative (Collini 2011).

14Sont ainsi plongées dans l’incertitude de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales dont l’utilité ou l’impact factor ne sont pas immédiatement perceptibles. Sachant qu’il y a déjà une chute considérable des inscriptions universitaires en 2012, y aura-t-il suffisamment d’inscrits en archéologie? Seront-ce seulement les étudiants les plus aisés? Combien faudra-t-il congédier ou reconvertir d’enseignants-chercheurs, regrouper de facultés, fermer de départements, dissoudre d’units universitaires?

Législation et gestion du patrimoine archéologique: allégements/désengagements

  • 4  Voir les codes et principes de la European Association of Archaeologists (http://www.e-a-a.org/eaa (...)
  • 5  Voir la Convention européenne pour la protection du patrimoine archéologique (Malte, 1992, préambu (...)

15Et pourtant, un secteur de recherche opérationnel et dynamique, qui milite pour des objectifs scientifiques et des standards de bonnes pratiques, a un rôle essentiel à jouer dans la protection et la valorisation du patrimoine archéologique. De même que les archéologues professionnels ont des obligations déontologiques4, il est de la responsabilité évidente des états de s’assurer que des mesures de planification, de réglementation et de contrôle sont mises en œuvre pour la bonne gestion du patrimoine archéologique5. Ce rappel est nécessaire car diverses mesures en cours de relance ou d’austérité s’accompagnent de modifications légales, de changements de procédures ou de restructurations organisationnelles qui font régresser la capacité des états à exercer leurs obligations protectrices et régulatrices. Des considérations économiques et sectorielles en sont cause, mais aussi des positions de fond sur les responsabilités culturelles, patrimoniales et scientifiques de l’état.

  • 6  Voir le rapport du groupe Historic Environment Local Management (Helm) de English Heritage : http: (...)

16Ces deux ordres de considération prévalent actuellement en Angleterre. Les réductions d’au moins 25 % du budget des ministères et des départements concernés ont un impact sur l’archéologie. L’agence nationale English Heritage, chargée du patrimoine historique, bâti et archéologique, voit son budget réduit de 32 %, et plus de 200 cadres sont à licencier (Ford 2010), alors que le Council for British Archaeology (Cba) est durement affecté dans sa mission d’éducation et de médiation. Les autorités locales, tout aussi touchées, réagissent en ordre dispersé. Depuis 2008, 12 % des archéologues locaux chargés de prescription et de supervision du travail archéologique ont été congédiés, 25 % des responsables de la conservation du patrimoine historique ont été «remerciés», ainsi qu’un nombre inquiétant d’agents de musées archéologiques et historiques locaux, le ministre de la Culture encourageant, plutôt cyniquement, à leur substituer des bénévoles6. Les autorités locales ont réduit leurs moyens d’expertise et de contrôle archéologique – fallait-il plutôt licencier plus d’enseignants ou d’assistantes sociales? –, en espérant sans doute que leurs autres planning officers sauraient faire l’affaire. Certaines optent pour la mise en prestation intégrale des services du patrimoine (le Suffolk outsourcing model); d’autres proposent que les appels d’offres commerciaux privilégient les individus et les units membres d’une association archéologique professionnelle telle l’Ifa (Hinton 2011).

17En parallèle, une «modernisation» du cadre législatif s’est engagée. Les Planning Policy Guidance 15 et 16, sur lesquels s’est appuyée l’archéologie commerciale durant deux décennies, nécessitaient des mises à jour. Mais, à peine élaboré, le Planning for the Historic Environment (Pps5) de 2010 a été écarté pour un National Planning Policy Framework (Nppf) qui, selon le ministre en charge, vise à rendre le système de planification plus simple, accessible et orienté vers le développement économique. Mais les trois pages dédiées à l’environnement historique représentent une régression qui mettra en péril des sites et des monuments, faute d’études préalables, de documentation adéquate ou de projets de médiation – y compris dans le cadre de l’archéologie préventive7. Le plus inquiétant est l’absence de mesures de contrôle, de suivi, de validation, voir de sanctions. Toute assistance nécessaire à la mise en œuvre du Nppf devra être «légère» (light-touch) et pouvoir être offerte par des organismes non gouvernementaux, des units et autres prestataires, qui procéderaient sans garantie de standards ni de compétences, et sans que les autorités centrales ou locales puissent valider ou intégrer ces avis dans une perspective scientifique ou patrimoniale plus large.

18En France aussi, les appels à «simplifier les procédures» ou à réduire les «excès de réglementation» sont un leitmotiv. Nul ne niera le foisonnement de procédures lourdes, prêtes à être améliorées à condition de ne pas oublier que leur finalité est de promouvoir l’intérêt général. Il en va ainsi du patrimoine historique et architectural, notamment dans les zones urbaines: les mesures existantes de protection des sites, des paysages et des monuments sont en passe d’être «allégées» en faveur d’un «d’urbanisme de projet» et d’un contrôle local moins résistant aux tentations du bétonnage lucratif ou de la braderie de monuments historiques convoitables (cf. http://g8-patrimoine.org/​).

19Quant à l’archéologie préventive, une commission parlementaire avait déjà rappelé l’importance qu’il y avait à «limiter son impact, désormais excessif, sur le développement économique» (De La Raudière, 23 décembre 2008). Rappelons que près de 1 % des surfaces annuellement aménagées fait l’objet de fouilles archéologiques préventives, dont le coût total équivaut à moins de 1 % du budget Btp. Des délais «limitatifs» ont déjà été introduits dans le cadre du plan de relance du 17 février 2009, dont la réduction à 21 jours du temps laissé aux services régionaux pour décider des suites archéologiques d’un dossier d’aménagement (article L. 522-2). La proposition de loi de «simplification des normes applicables aux collectivités locales» (4 août 2011, Art. 27) va dans le même sens. Parmi plusieurs propositions sur l’archéologie préventive, le rapport Doligé, qui en est à l’origine, suggère d’accorder un agrément global aux opérateurs. Le «découpage des compétences par période est largement obsolète», nous dit-on, «les archéologues travaillant de plus en plus sur la longue durée, car les sites archéologiques sont très souvent multi-périodes» (Doligé 2011: 98, proposition n. 32). Cette perle rare n’est hélas pas gratuite, dans la mesure où la reconnaissance de spécialités «entraîne la nécessité pour les collectivités de recruter un éventail de spécialistes de toutes périodes afin de pouvoir être agréées pour la fouille de tout type de sites », alors que nombre d’entre elles souhaiteraient plutôt employer le moins de techniciens génériques possible pour « décontaminer » au plus vite leurs terrains des vestiges archéologiques… toutes périodes confondues.

20Une autre préconisation du rapport Doligé – qui fait écho à la situation outre-Manche – est de « développer une assistance à maîtrise d’ouvrage, tant pour la rédaction des cahiers des charges d’appel d’offres que pour l’expertise technique et scientifique des offres. Elle pourrait être effectuée par une entreprise ou un service agréé, sous réserve qu’il ne soit pas candidat pour la réalisation de l’opération » (ibid., proposition n. 44). En reconnaissant que l’aménageur manque de compétences pour prendre en charge la maîtrise d’opérations archéologiques, cette proposition a le mérite de désavouer la réforme clef de 2003. Cependant, plutôt que de restituer ces responsabilités aux services compétents de l’état, il préconise le recours à la prestation de services. À défaut de pouvoir réaliser eux-mêmes les opérations dont ils établissent le devis – ce qui d’ailleurs ne soulève pas de difficultés en Angleterre –, ces prestataires recommanderont bien naturellement des opérateurs de leur connaissance, plutôt que des opérateurs publics, nationaux ou territoriaux. Les services archéologiques de l’état seront amoindris dans leur mission de contrôle et de programmation, réduits à monter à la hâte de moins en moins de prescriptions, qu’ils ne pourront d’ailleurs suivre… Ce qui ne manquera pas de justifier une réduction supplémentaire de leurs effectifs.

Conclusions : l’herbe chez le voisin…

21J’ai commencé avec Dickens… Faut-il conclure avec George Orwell et son Down and out in Paris and London ? La situation en Angleterre est certainement grave, accumulant des revers importants sur les fronts de l’emploi, de la recherche et des universités, ainsi que de la protection du patrimoine archéologique. L’article précité de Nature parle d’un « perfect storm », paysage laissé « en ruines » (Ford 2010), ou encore « terre brûlée ». Tant que faire se peut, la communauté archéologique se mobilise. Ainsi, l’Ifa prodigue des recommandations d’austérité aux units et entreprend une surveillance régulière de l’état de l’emploi archéologique. L’ampleur et l’emplacement des fermetures sont actualisés sur une carte Google par Rescue, l’organe du British Archaeological Trust (https://rescue.crowdmap.com/​main). Ces organismes mettent à disposition des argumentaires et des lettres-types à envoyer aux élus locaux, aux membres du parlement, etc. dès que se profile un danger pour le patrimoine, expliquant que les obligations juridiques, morales et civiques liées à sa protection opèrent autant au niveau local que national8. Certains essayent de démontrer l’importance de l’environnement historique pour les communautés locales et la régénération régionale au vu notamment de « l’érosion morale » si violemment exposée par les émeutes urbaines d’août 2011. D’autres, plus en phase avec les préoccupations dominantes, se placent au niveau économique : à ceux qui considèrent le patrimoine archéologique comme un luxe indéfendable, il s’agit de montrer – comme le fait à nouveau la récente étude Heritage counts (http://hc.english-heritage.org.uk) – à quel point cet investissement est financièrement intéressant, aux niveaux local et national9. De même, en France, tous les « réalistes » qui mettent en avant des considérations financières – plutôt que sociales, culturelles ou scientifiques – ne pourront faire oublier que le patrimoine, l’histoire et la culture attirent chaque année plus de 50 millions de touristes.

22Ainsi, les crises passent les systèmes aux rayons x. Comparée à l’Angleterre, l’archéologie française s’en sort jusqu’à présent relativement bien. Le fait que notre Révision générale des politiques publiques (Rgpp) date de 2007 a certainement aidé à mieux absorber le choc de 2008. A contrario, le fait que la Comprehensive Spending Review (Csr) en Angleterre soit postérieure à la crise (2010) contribue à son aspect draconien. Si l’archéologie se porte mieux en France, c’est bien parce qu’elle est encore un service public structuré, qui s’exerce dans des conditions d’emploi satisfaisantes et pérennes, et qu’elle présente un maillage territorial associant relativement bien les acteurs de la Culture, des collectivités, des universités et de la recherche programmée et préventive. L’Angleterre compte encore aujourd’hui plusieurs centaines d’archéologues préventifs de plus qu’en France, mais le foisonnement d’entreprises privées et d’auto-entrepreneurs saisonniers voulu par le système concurrentiel dérégulé n’est pas propice à un usage rationnel des ressources humaines et opérationnelles en présence. C’est plutôt en termes de nombre d’universitaires et de chercheurs que la France a un retard. Paradoxalement, ce sont ses atouts avérés qui semblent être ciblés par une version locale du libre marché anglo-saxon, considérant trop volontiers l’archéologie comme une activité marchande. Or tout ce qui marche ou qui fait sens outre-Manche ne mérite pas d’être repris, a fortiori ce qui manifestement ne marche pas ! Restons donc solidaires de nos collègues anglais, mais assurons nous aussi de ne jamais nous retrouver dans une situation comparable.

Haut de page

Bibliographie

Aitchison, K. 2011a. Job Losses in Archaeology - April 2011. Landward Research. http://www.landward.eu/job-losses-in-archaeology-april- 2011.html.

Aitchison, K. 2011b. Survey of Archaeological Specialists 2010-11. Landward Research. www.heacademy.ac.uk/assets/hca/documents/archaeology/Survey_of_Archaeological_Specialists_HEH06.pdf.

Bradley, R. 2006. « Bridging the Two Cultures: commercial archaeology and the study of British prehistory », The Antiquaries Journal, 86 : 1-13.

Collini, S. 2011. « From Robbins to McKinsey: The Dismantling of the Universities », London Review of Books, 25 August 2011.

Coudart, A. 2005. « Une année de crise pour l’archéologie préventive… », in : A. Coudart & M. Talon (dir.), « Archéologie d’une crise », Les Nou-velles de l’Archéologie, 98 : 5-14.

Demoule, J.-P. & C. Landes (dir.). 2009. La fabrique de l’archéologie en France. Paris, La Découverte, 304 p.

Doligé, E. 2011. La simplification des normes applicables aux collectivités locales. Mission parlementaire du Sénateur Eric Doligé, www.inventaire.culture.gouv.fr/pdf_actu/rapport_dolige.pdf.

Ford, M. 2010. « Archaeology under threat in UK. ‘Perfect storm’ of proposed cuts throws field into crisis », Nature, 26 November 2010, www.nature.com/news/2010/101126/full/news.2010.634.html.

Giraud, J.-P. 2010. « Organisation et structure de l’archéologie française », Archäologisches Nachrichtenblatt, 15/2 : 150-161.

Hinton, P. 2011. Disaster or opportunity? Professional archaeology and the cuts, http://www.maney.co.uk/images/pdf_site/Hinton_cuts.pdf.

National Planning Policy Framework. 2011, www.communities.gov.uk/planningandbuilding/planningsystem/planningpolicy/planningpolicyframework/

Schlanger, N. 2003. « Rebonds : Leçon anglaise pour l’archéologie », Libération, 27 juin 2003, http://www.liberation.fr/tribune/0101447381-lecon-anglaise-pour-l-archeologie.

Schlanger, N. 2011. « The global economic crisis – a multiple risk factor for the archaeological heritage? », in : P. Machat, M. Petzet & J. Ziesemer (éd.), Heritage at Risk, Icomos World report, 2008-2010 on Monuments and Sites in Danger. Berlin, Bässler Verlag : 193-195, http://www.international.icomos.org/risk/world_report/2008-2010/H@R_2008-2010_final.pdf.

Schlanger, N. et K. Aitchison (éd.). 2010. Archaeology and the Global Economic Crisis: Multiple Impacts, Possible Solutions. Ace / Culture Lab Editions, http://ace-archaeology.eu/fichiers/25Archaeology-and-the-crisis.pdf.

Haut de page

Notes

1  Ces constats ont été confirmés par une étude lancée dans le cadre du projet « Archaeology in Contemporary Europe: Professional Practice and Public Outreach »(Ace), soutenu par la Commission européenne et piloté par l’Inrap. Découlant d’une session au European Archaeology Abroad (Eaa)de 2009, cette publication (Schlanger & Aitchison 2010) est accessible intégralement sur Internet (http://ace-archaeology.eu/fichiers/25Archaeology-and-the-crisis.pdf).

2  Mail on Sunday, 18 mai 2008, www.thisismoney.co.uk/money/markets/article-1631485/Spotting-a-recession-The-lipstick-index.html.

3  BBC News UK, 20 février 2009, http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/england/7899938.stm.

4  Voir les codes et principes de la European Association of Archaeologists (http://www.e-a-a.org/eaacodes.html), ou ceux d’associations professionnelles en Angleterre (Ifa) ou aux États-Unis.

5  Voir la Convention européenne pour la protection du patrimoine archéologique (Malte, 1992, préambule et articles 2, 3, 5, etc.), ainsi que les Conventions européennes du paysage (Florence, 2000) et de la valeur du patrimoine culturel pour la société (Faro, 2005), et plus généralement la Charte internationale pour la gestion du patrimoine archéologique (Icahm-Icomos, 1990) et la Convention du patrimoine mondial (Unesco, 1972, article 5).

6  Voir le rapport du groupe Historic Environment Local Management (Helm) de English Heritage : http://www.helm.org.uk/upload/pdf/LPA-resources2.pdf?1288931915. Pour les musées : http://www.museumsassociation.org/community/13102010-cuts-monitor. Pour les bénévoles qui remplaceraient les professionnels, voir http://www.bbc.co.uk/news/uk-14172358.

7  Cf. Nppf, articles 180, 184, passim, et les commentaires du Ifa, http://www.archaeologists.net/sites/default/files/node-files/NPPFFinal.pdf, de Rescue, http://rescue-archaeology.org.uk/2011/10/11/rescue-respond-to-the-nppf/, et du Cba, http://www.britarch.ac.uk/news/111017-framework.

8  Voir « Why local government needs archaeology advisors », http://www.britarch.ac.uk/archforum/Why_LAs_need_an_archaeologist_Short.pdf, ou bien « Fighting back. Some suggestions as to how to campaign to save museums, archaeological services and the historic environment », http://rescue-archaeology.org.uk/?p=1017. Comme exemple de mobilisation récente, voir les réactions suite à l’appel d’un élu local du Fenland pour en finir avec l’archéologie préventive : http://www.assemblage.group.shef.ac.uk/blog/122-bunnies-and-polar-bears-assemblage-comments-on-a-bizarre-but-disturbing-week-for-archaeology.

9  Une autre plaidoirie économique (assez surprenante, vue d’ici) pour le maintien par des autorités locales de leur archaeology officers est qu’un tel poste, financé sur des fonds publics locaux, rapporte en fait 20 à 50 fois plus qu’il ne coûte en investissements du secteur privé, en l’occurrence en termes de contrats de prestations qu’obtiendront les units, grâce aux prescripteurs, auprès des aménageurs (cf. Ifa, Hinton 2011).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Nombre total des archéologues employés en Angleterre, combinant le secteur commercial et non-commercial, de juillet 2007 à avril 2011 (Aitchison 2011a)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1304/img-1.png
Fichier image/png, 7,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Schlanger, « Entre la France et l’Angleterre », Les nouvelles de l'archéologie, 127 | 2012, 16-20.

Référence électronique

Nathan Schlanger, « Entre la France et l’Angleterre », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 127 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 22 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1304 ; DOI : 10.4000/nda.1304

Haut de page

Auteur

Nathan Schlanger

Inrap, Umr 8215 Trajectoires
schlanger1@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org