Navigation – Plan du site

«Vous avez dit hommage»

Philippe Soulier
p. 6-10

Résumés

Les recueils d’hommages ont des caractères communs, dont celui de réunir une diversité d’auteurs, à la mesure de la diversité des contacts noués par le destinataire au cours de sa vie et de ses travaux. Chacun y développe un aspect de ces relations, au gré de ses envies, et le résultat final est original, loin des autres types de publications collectives. Ils sont donc le reflet d’un réseau de personnes autant que de thèmes de recherche, voire d’effets de mode. C’est aussi la possibilité de produire des textes qui ne pourraient trouver place ailleurs. Ces aspects sont évoqués ici à partir des articles écrits par André Leroi-Gourhan en hommage à ses collègues.

Haut de page

Texte intégral

1Tu pourrais croire, chère Anick, que recevoir ce recueil de mélanges marque l’aboutissement de ton riche et long parcours. Au contraire ! En plus d’être une marque d’affection et d’estime, ce type d’ouvrage est bien souvent à l’origine de nouvelles pistes, voire de découvertes tant pour le dédicataire que pour les lecteurs et les auteurs. Tu en doutes ? Je vais essayer de te le démontrer à partir d’une petite enquête conduite sur les traces des textes écrits par André Leroi-Gourhan en hommage à ses maîtres et collègues.

2Les « hommages » et autres « mélanges », offerts à certain(e)s, sélectionné(e)s parmi les meilleur(e)s, sont un genre réputé mineur, surtout en ces périodes de notation à tout va. À y regarder de plus près et en parcourant des recueils de ce type, on peut relever des constantes originales et positives. En premier lieu : la liberté de ton. Ces ouvrages sont, en effet, caractérisés par la diversité des contributeurs et des contributions, liés cependant par un même esprit de reconnaissance, loin de tout esprit de compétition, envers celui ou celle dont on se sent solidaire. Les auteurs sont choisis en fonction de leur lien avec le dédicataire, maître, collègue ou élève, ces trois catégories marquant autant l’appartenance à une génération qu’à une institution ou un statut (social ?). En second lieu, les thèmes abordés sont variés, reflétant l’étendue des domaines de recherche investis par le dédicataire et rendant compte des cheminements de son itinéraire professionnel, voire personnel. À ce titre, cela constitue une rétrospective montrant toute l’ouverture et la richesse d’une carrière de recherche, ce dont rend compte la bibliographie du dédicataire lorsqu’elle est intégrée au volume d’hommages ; on peut alors suivre les étapes de ce parcours.

3Les contributions sont elles-mêmes le reflet d’un choix qui n’est pas anodin. Le thème choisi l’est en fonction de critères qui relèvent soit des relations avec les travaux du ou de la dédicataire, soit de pratiques ou de recherches plus personnelles. Le plus souvent, cette démarche spécifique est productive pour l’auteur, poussé à faire un pas de côté dans sa recherche. En la considérant sous un angle nouveau, s’ouvrent alors de nouvelles perspectives…

4Si l’ensemble peut revêtir un caractère de mosaïque aléatoire, il n’en reste pas moins que les contributions s’articulent aisément par grands thèmes, soulignant ainsi les centres d’intérêt majeurs du collègue auquel le recueil est offert.

  • 1  Pour mieux repérer ce type d’ouvrage, il serait certainement utile de prévoir une indexation qui p (...)

5L’exercice est plus délicat pour ce qui est de l’édition : bibliothécaires et documentalistes restent parfois dans l’expectative pour les cataloguer, expectative qui se retrouve ensuite chez les lecteurs… Le choix du support éditorial est très diversifié. Il peut s’agir d’un périodique généralement familier au dédicataire, avec ses contraintes éditoriales propres, ou d’une publication chez un éditeur privé, établi en France ou non. Dans un cas comme dans l’autre, les titres d’ouvrages sont variés, souvent avec un titre principal original (généralement compris des seuls participants et dans lequel rien n’indique le contenu), incluant parfois les mots « hommage » ou « mélanges » (déclinés en diverses langues en fonction du pays émetteur), voire aussi, en sous-titre, le nom du dédicataire. En règle générale, le choix des titres de ces ouvrages renvoie à une question de mode éditoriale1. À la difficulté pour retrouver l’ouvrage dans les listes bibliographiques s’ajoute le problème des références incomplètes données par les auteurs dans leurs propres bibliographies, oubliant souvent de mentionner le support éditorial des hommages concernés. Et pourtant, s’il est agréable d’être présent dans un ensemble offert à un collègue (ce qui donne l’occasion de se retrouver sympathiquement au moment de la « remise »), il l’est tout autant de savoir que le lectorat le plus large sera atteint. En outre, ce recueil deviendra plus sûrement non seulement un objet de satisfaction affective, mais aussi intellectuelle pour le dédicataire. Sa lecture est en effet toute aussi profitable d’un point de vue scientifique et culturel, voire relationnel, car elle met en exergue un certain nombre de recherches ou de réflexions qui n’auraient peut-être pas été rédigées de la sorte dans un autre contexte. Il est ainsi rare de ne pas découvrir des centres d’intérêts pour ses propres recherches en lisant ce genre de recueil.

6L’apport de ce type d’ouvrage apparaît encore plus marqué sur le plan de la sociologie et de l’histoire de la recherche. Les assemblages d’articles (auteurs et sujet abordés) forment alors un réseau de noms, de thèmes et d’idées dont la densité augmente en l’associant aux bibliographies jointes aux articles et à celles des auteurs. C’est un des moyens de saisir les réseaux d’influence scientifique et méthodologique à court et moyen terme. Les contributions sont autant de « petits cailloux » semés par leurs auteurs et que les lecteurs peuvent relier entre eux à leur manière, sur le long temps de la recherche et un champ plus vaste. Au croisement des individus et des thèmes, ces recueils permettent de suivre l’émergence des idées et de leurs connexions ou, au contraire, de leur isolement et peuvent se révéler stimulants et féconds pour l’avancée des connaissances, ce qui est le meilleur hommage que l’on puisse rendre collectivement.

7Voyons maintenant comment André Leroi-Gourhan (1911-1986) a pu rendre « hommage » à ses pairs durant sa carrière, des premiers écrits en 1934 aux derniers textes rédigés cinquante ans plus tard. Sur plusieurs centaines d’ouvrages, articles, comptes-rendus et préfaces, il a écrit onze contributions de cette nature, entre 1949 et 1983. Nous allons voir ainsi qui fut honoré, quand, pourquoi et comment. Ces courtes notes sont éclairées d’une brève citation.

  • 2  Maurice Zimmermann (1869-1950), géographe spécialiste des régions polaires, enseignant à Lyon dura (...)

81949. « Note sur l’étude historique des animaux domestiques », in : Livre jubilaire offert à Maurice Zimmermann, professeur honoraire de géographie à l’Université de Lyon. Lyon, imprimerie A. Audin : 379-388.2

9Cette contribution est la conséquence du récent statut d’André Leroi-Gourhan : maître de conférence en ethnologie à Lyon, il participe aux réunions de la Société de géographie. Les comptes-rendus qu’il donne dans leur bulletin font état des recherches archéologiques qu’il mène avec ses étudiants dans le Mâconnais. Sa contribution rédigée en participation à un ouvrage en hommage aux 80 ans du récipiendaire s’inscrit dans la suite de ses recherches en « zoologie appliquée », comme il la nommait alors, abordées au chapitre « élevage » d’Évolution et techniques (Leroi-Gourhan 1945 : 92-115).

 « Le problème de la sélection, vue par l’ethnologue, consiste à confronter l’idée de sélection dans la conscience de l’éleveur avec les données de la zootechnie et de la génétique pour tenter de débrouiller l’écheveau des races domestiques actuelles ».

  • 3  Eugène Pittard (1867-1962), anthropologue genevois, spécialiste des races (dont il réfute en 1924 (...)

101957. « Le sanctuaire de la grotte du Cheval à Arcy-sur-Cure (Yonne) », in : Mélanges Pittard. Brive, imprimerie Chastrusse, Praudei & Cie : 207-215, 3 fig.3

11Cette grotte, dont les gravures ont été découvertes en 1946, est à l’origine des fouilles de Leroi-Gourhan à Arcy (Soulier & Wilhelm 2011 : 418-419). C’est aussi le sujet de son premier article sur l’art, depuis la soutenance de la thèse d’Annette Laming en juin 1957 (Laming-Emperaire 1962). Il y fait explicitement allusion aux compositions centrales des panneaux, en signalant la récurrence de l’association de deux grands herbivores (cheval et bison). Conjuguant ses observations sur cette grotte à celles de Lascaux et du Portel, il conçoit un système d’organisation des représentations pariétales combinant les figures d’animaux et de « signes » à la topographie des cavités.

« Fort heureusement le sanctuaire d’Arcy appartient à la série des petits sanctuaires à galerie unique, à accidents topographiques simples et bien marqués, à figures peu nombreuses séparées par des espaces morts qui permettent de saisir schématiquement ce que les broderies et les surcharges des grands sanctuaires ne livrent qu’à travers un long dépouillement statistique ».

  • 4  Alfred Bühler (1900-1981), ethnologue océaniste, directeur du Musée d’ethnologie de Bâle et du Mus (...)

121965. « Sur les formes primaires de l’outil », in : C.A. Schmitz & R. Wildhaber (hrsg), Festschrift Alfred Bühler. Basel, Museum für Volkerkunde, Pharos-Verlag (Basler Beitreige zur Geographie und Ethnologie, Ethnologische Reihe) : 257-262.4

13Écrite en avril 1964, alors que le volume II de Le geste et la parole est à l’impression (Leroi-Gourhan 1965), cette contribution résume un thème fondamental chez Leroi-Gourhan : quelle correspondance entre évolution biologique et progrès technique ? C’est une question aussi bien de nature de document que d’échelle d’analyse. Il essaie ici, par le raisonnement, de traquer la manière dont peut se manifester la technicité des humains à ses origines. Cette position fait émerger deux questions : quels sont les moyens de reconnaître des vestiges qui témoignent d’une activité en deçà des outils très primaires que sont le polyèdre ou le chopper ? Comment estimer la «valeur zoologique de l’outil humain» ?

« La connaissance du premier développement des techniques est liée à la fois à l’avancement de la préhistoire et à celui de la paléontologie. En un siècle, l’indéfinissable frontière de l’humanité s’est reportée progressivement des Néanderthaliens aux Pithécanthropes dans une série de conciliations où la station verticale et la confection d’outils sont intervenues conjointement comme arguments décisifs. »

  • 5  Henri Breuil (1977-1961), ecclésiastique et préhistorien français bien connu, Institut de paléonto (...)

141965. « Le Châtelperronien, problème ethnologique », in : Miscelanea in homenaje al Abate Henri Breuil, vol. 2. Barcelone, Instituto de prehistoria y arqueologia : 75-81.5

15Des années après sa mort, l’abbé Breuil était toujours connu comme le spécialiste de l’art pariétal, tandis que, de son côté, Leroi-Gourhan commençait à publier une série d’articles novateurs. C’est en complément de ce thème que Leroi-Gourhan s’exprime ici. Il considère que le passage entre les temps anciens et les temps plus récents, identifié à Arcy par le Châtelperronien, est analysable par plusieurs voies familières aux préhistoriens, mais aussi par l’organisation des zones d’habitat, approche dont il se fait une spécialité et qu’il voudrait partagée.

« Il est vraisemblable qu’un hiatus profond dans les domaines généraux de la culture ne tienne qu’au défaut d’information, puisqu’il n’en existe pas véritablement dans l’industrie lithique qui a toujours, par sa solidité, bénéficié de l’attention des fouilleurs ».

  • 6  Claude Lévi-Strauss (1908-2009), ethnologue français, bien connu aussi, directeur du Laboratoire d (...)

161970. « Observations technologiques sur le rythme statuaire », in : J. Pouillon & P. Maranda (dir.), Mélanges et communications. Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss. La Haye, Mouton : 658-676, 19 fig.6

17Cet article reprend les principes et les nomenclatures élaborés dans le cours sur « l’art sans l’écriture » donné à la Sorbonne (Leroi-Gourhan 1967). Le vocabulaire utilisé sera en partie repris et développé dans ses travaux futurs. Ici, il s’agit, sur des statuettes anthropomorphes (Afrique et Océanie), de reconnaître ce qui appartient aux contraintes de la matière et des outillages disponibles, de distinguer ce qui ressort des normes ethniques pour, éventuellement, parvenir à retrouver la possible « liberté » de l’artiste. Il cherche par cette voie à introduire les méthodes d’une histoire de l’art, rénovée par une morphologie descriptive, pour mieux définir les groupes en ethnologie.

« L’analyse des caractères de style est un des domaines de l’ethnologie où la recherche dispose encore d’un très large terrain. Dans l’œuvre artistique, les valeurs esthétiques nées du simple rapport de la matière avec le procédé et celles qui tiennent au talent personnel et à l’inspiration novatrice se combinent avec les traits exclusivement propres aux œuvres d’une certaine ethnie à une époque donnée, dans des termes qu’ignore l’analyse des autres techniques. »

  • 7  Roger Bastide (1898-1974), professeur d’ethnologie à la Sorbonne, spécialiste notamment des religi (...)

181976. « Sur les aspects socio-économiques de l’art paléolithique », in : J. Poirier & F. Raveau (dir.), L’autre et l’ailleurs. Hommage à Roger Bastide. Paris, Berger-Levrault : 164-168.7

19Leroi-Gourhan aborde ici la question du statut social des artistes paléolithiques et d’une éventuelle compensation du temps investi dans leur production. D’un point de vue général, cette question est liée à celle de la valeur du temps, variable selon les activités et les saisons, et de la valeur apportée aux productions, variable selon les groupes, mais aussi selon leur usage individuel ou collectif. Sans être certain de la pertinence de cette voie de recherche, elle lui apparaît néanmoins comme justifiée parce qu’elle permet « de prendre les matériaux sous un éclairage différent».

« Jusqu’à présent, la préhistoire a considéré ses œuvres artistiques comme des sources chronologiques ou des lucarnes ouvertes sur les tréfonds de la pensée métaphysique : essayer de changer d’outil pour attaquer les confins socio-culturels est assez tentant. ».

  • 8  Eveline Lot-Falk (1918-1974), ethnologue spécialiste des régions du Grand Nord et du chamanisme, f (...)

201977. « Le préhistorien et le chamane ». L’Ethnographie, numéro spécial « Voyages chamaniques » : 19-25.8

21Dans cet article, écrit en hommage à l’une de ses jeunes collègues des débuts du musée de l’Homme, Leroi-Gourhan répond à une analyse de l’abbé Glory sur les « ongones » (Glory 1964). Il démonte cette piste en insistant sur une différence fondamentale entre le préhistorien et l’ethnologue : le premier travaille sur les vestiges rescapés du passé et mis au jour par les fouilles, le second exploite la parole des vivants auprès de qui il mène son enquête. Or, la notion de « chamane » est liée directement à la manière dont il use des gestes et de la parole, et non des accessoires dont il s’entoure. Comparer les vestiges trouvés en fouille, voire ceux qui seraient suggérés par le déchiffrement des dessins pariétaux, à ceux des chamanes passés ou présents n’a donc pas de sens. Pour autant, « il n’est pas invraisemblable que le paléolithique ait eu ses chamanes […] Mais que peut-on prouver dans ce sens ? »

  • 9  Germaine Dieterlen (1903-1999), ethnologue africaniste, notamment au Mali, collègue de Marcel Gria (...)

221978. « L’expression du temps et l’animation des figures au Paléolithique », in : Système de signes. Hommage à Germaine Dieterlen. Paris, Hermann : 359-367, 21 fig.9

23Cet article, qui paraît pour les 75 ans de sa collègue du musée de l’Homme, est l’occasion pour Leroi-Gourhan de faire un grand « pas de côté » en proposant, outre une variation sur le thème de l’animation, une lecture particulière d’un ensemble de représentations, bien loin de tout l’argumentaire statistique qu’il prône depuis vingt ans. À la seule véritable narration graphique qu’est la « scène du Puits » de Lascaux, il adjoint trois autres motifs issus d’autres sites (Villars, Roc de Sers et Laugerie-Basse) pour reconstituer un récit d’affrontement entre un boviné et un homme.

« La variété des portions de temps figurées dans chacune des versions paraît démontrer qu’on est en présence d’une séquence orale dont chacun des exécutants, à des siècles de distance, a spontanément saisi des maillons différents : conte, légende, mythe, peu importe au fond […]. Ce qui est important c’est que les faits donnent la preuve que les chasseurs d’il y a quinze mille ans ont développé les termes d’une symbolique abstraite ; il ne nous reste que l’enveloppe mais cette enveloppe a conservé opportunément quelques plis qui permettront peut-être de deviner des bribes de son contenu évanoui. »

  • 10  Annette Laming (1917-1977), après des études en biologie et en philosophie, poursuit ses recherche (...)

241981. « Préface », in : « Hommage à Annette Laming-Emperaire ». Journal de la Société des Américanistes, 1980-19 : 21-22.10

25Décédée accidentellement au Chili, Annette Laming-Emperaire n’aura reçu que tardivement l’hommage de ses collègues du fait de la situation politique sous Pinochet. André Leroi-Gourhan, qui a constamment souligné tout l’apport de sa découverte des assemblages et des compositions pariétales, signe ici la préface au recueil, évoquant sa contribution à la connaissance de l’archéologie des Amériques. En 1957, au moment de la soutenance de la thèse d’Annette (Laming-Emperaire 1962), il avait fait un rapport qui était déjà un bel hommage et se terminait ainsi :

« En conclusion, je considère votre travail comme une contribution exceptionnelle aux recherches d’archéologie préhistorique. […] C’est pourquoi j’adopte sans contrainte le plus hardi de vos conclusions sur les superpositions, sur les thèmes d’association, sur ce qu’il peut y avoir de mythologique là où l’on s’est accoutumé à voir les traces désordonnées d’une magie de chasse. » (inédit, archives Leroi-Gourhan, Cnrs-Mae).

  • 11  Georges Condominas (1921-2011), ethnologue du Sud-Est asiatique dont il était originaire, un des p (...)

261982. « Sacrifice rituel en Sorbonne », in : Orients pour Georges Condominas. Paris/Toulouse Sudestasie/Privat : 25-28.11

27Le texte que propose Leroi-Gourhan pour ce recueil d’hommage est particulier : c’est en effet le rapport qu’il a prononcé pour sa thèse d’État, en 1970, placée en tête de volume entre un texte de Georges Perec (« Anagrammes de Georges Condominas ») et un collage de Louis Puiseux (« Portrait imaginaire de Georges Condominas obtenu par la méthode paranoïaque-critique »). Il y dit notamment :

« Vous appartenez au folklore des premières années du CFRE […] parmi ceux […] dont la différence d’âge avec moi n’était pas telle qu’elle n’eût entraîné des rapports de maître à disciple, mais au contraire telle qu’elle conférait une sorte de fraternité dans la recherche des voies que nous ouvrions ensemble. […] J’avais été frappé alors par le talent que vous aviez déjà d’envelopper le quotidien dans les plis mouvants d’un véritable conte. […] Ce don de contact directement humain, fondé non pas dans une méditation égoïste, ce qui est notre cas à presque tous, mais dans le déversement du moi sur le monde extérieur, vous l’avez conservé dans tout ce que vous avez fait ».

  • 12  Martin Almagro Basch (1911-1984), préhistorien madrilène, a poursuivi des recherches aussi bien en (...)

281983. « Les entités imaginaires. Esquisse d’une recherche sur les monstres pariétaux paléolithiques », in : Homenaje al Professore Martin Almagro Basch. Madrid, Ministerio de Cultura : 251-263, 4 fig.12

29Dans cet ultime texte d’hommage, Leroi-Gourhan, né la même année que son collègue, est parvenu lui aussi au terme de sa carrière. Il traite là un de ces thèmes qui, pour être « minoritaires », n’en sont pas moins obsédants.

« Cette étude n’a pour but que de poser quelques questions sur la représentation d’entités imaginaires dans l’art pariétal paléolithique ». « Il est encore trop tôt (si cela doit se produire un jour) pour attacher un sens aux monstres pariétaux des cavernes. L’impression qui se dégage est celle de la multiplicité des formes et des situations. […] Le terrain est encore trop fuyant pour construire, mais le meilleur de ce qu’ont pu livrer des “monstres” est avant tout une ouverture sur les formes imaginaires de la pensée paléolithique, en tout comparable à la nôtre. »

30En contrepoint de ces textes écrits par Leroi-Gourhan pour ses amis ou ses collègues (8 anthropologues et 3 spécialistes d’art pariétal), il peut être éclairant de les confronter à ceux du recueil d’hommage qui lui a été offert en 1973 (L’homme, hier et aujourd’hui 1973). Tout d’abord, sur 64 articles, deux ont été écrits par des chercheurs auxquels Leroi-Gourhan rendra plus tard hommage : Georges Condominas et Annette Laming-Emperaire, collaborateurs et amis de la première heure. Ensuite, il n’est pas anodin que, sur un total de 64, autant d’ethnologues que d’archéologues, 13 seulement soient attribuables aux parties « synthèse et interprétation » ou « doctrine et épistémologie » (et 11 sur 13 par des ethnologues), les 50 autres se plaçant dans les parties « collecte des faits » et « organisation et analyse des documents ». Plus encore peut-être, alors que 5 sur 11 des textes d’hommage de Leroi-Gourhan ont trait à l’art pariétal, aucun n’émarge à ce titre dans l’hommage qui lui est fait. Il est vrai que le nombre des pariétalistes était (et est encore) bien moindre que celui des archéologues et ethnologues en général. Mais quand même.

31Cette rapide esquisse rend compte de la nature de l’influence de Leroi-Gourhan dans les différents champs de la recherche, mais aussi, certainement, des critères ayant présidé au choix des auteurs qui sont essentiellement ses élèves, anciens ou récents, plus que ses confrères : il y a fort à parier que le panel de cet Hommage de 1973 aurait été différent dix ans plus tôt (à la fin du chantier d’Arcy) ou dix ans plus tard (après le Collège). Il faudrait aller plus loin dans cette confrontation de textes et d’auteurs, mais ces quelques éléments soulèvent un petit coin de l’intérêt, pour l’histoire et la sociologie des idées comme des équipes, à investir ce type de recherche.

32Au terme de ce préambule, chère Anick, te voici prête à aborder la variété des contributeurs agités et des contributions panachées qui suivent, et tu en apprécieras certainement le large éventail, propice aux nouvelles pistes suggérées plus haut. Te connaissant, on peut regretter qu’il soit plus masculin que féminin même si « les genres » sont présents… mais leur lecture te mènera à travers l’espace et le temps pour ton plaisir, que nous souhaitons égal à celui que nous avons eu à les écrire.

Haut de page

Bibliographie

Collectif, 1973. L’homme, hier et aujourd’hui, recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan. Paris, Cujas, 794 p.

Collectif, 2010. « Appel des 121, déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie », in : F. Cousin & Ch. Pelras (éd.), Matières, manières et sociétés, hommage à Hélène Balfet. Aix-en Provence, Presses universitaires de Provence : 87-88.

Glory, A. 1964. « L’énigme de l’art quaternaire peut-elle être résolue par la théorie du culte des Ongones ? », Revue des sciences religieuses, Université de Strasbourg, 4, octobre 1964 : 337-388.

Gutwirth, J. 2001. « La professionnalisation d’une discipline, le centre de formation aux recherches ethnologiques », Gradhiva, 29 : 24-41.

Laming-Emperaire, A. 1962. La signification de l’art rupestre paléolithique. Paris, Picard, 424 p.

Leroi-Gourhan, A. 1945. Évolution et techniques. Milieu et techniques, vol. 2. Paris, Albin Michel, 475 p.

Leroi-Gourhan, A. 1965. Le Geste et la parole. La mémoire et les rythmes, vol. 2. Paris, Albin Michel, 285 p.

Leroi-Gourhan, A. 1967. L’art sans l’écriture, cours 1967-1968, Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Paris, 25 p., biblio, 78 fig. (ronéoté).

Soulier, Ph. & G. Wilhelm-Bailloud. 2011. « Gérard Bailloud (4 décembre 1919-30 août 2010) », Bulletin de la société préhistorique française, 108-3 : 415-469.

Haut de page

Notes

1  Pour mieux repérer ce type d’ouvrage, il serait certainement utile de prévoir une indexation qui permette de les retrouver aussi par le nom du dédicataire, généralement absent de la liste des auteurs et du titre principal !

2  Maurice Zimmermann (1869-1950), géographe spécialiste des régions polaires, enseignant à Lyon durant toute sa carrière.

3  Eugène Pittard (1867-1962), anthropologue genevois, spécialiste des races (dont il réfute en 1924 le caractère scientifique), fondateur en 1901 du Musée d’ethnographie de la ville de Genève.

4  Alfred Bühler (1900-1981), ethnologue océaniste, directeur du Musée d’ethnologie de Bâle et du Musée suisse de folklore européen.

5  Henri Breuil (1977-1961), ecclésiastique et préhistorien français bien connu, Institut de paléontologie humaine (Iph) et Collège de France.

6  Claude Lévi-Strauss (1908-2009), ethnologue français, bien connu aussi, directeur du Laboratoire d’anthropologie sociale (Las) et professeur au Collège de France. Ces « hommages » sont pour ses 60 ans. André Leroi-Gourhan, qui vient d’être élu à la chaire de Préhistoire, y participe donc à titre de collègue.

7  Roger Bastide (1898-1974), professeur d’ethnologie à la Sorbonne, spécialiste notamment des religions africaines au Brésil et de la sociologie des maladies mentales, mais aussi participant à l’encadrement des stages du Centre de formation et de recherches en ethnologie, fondé et dirigé par Leroi-Gourhan (Gutwirth 2001).

8  Eveline Lot-Falk (1918-1974), ethnologue spécialiste des régions du Grand Nord et du chamanisme, formée aux Langues orientales (russe) et au musée de l’Homme (Anatole Lewitzky), belle-sœur de Boris Vildé, elle participe au Réseau du musée en 1940.

9  Germaine Dieterlen (1903-1999), ethnologue africaniste, notamment au Mali, collègue de Marcel Griaule, spécialiste des « religions de l’Afrique noire », coréalisatrice de films ethnologiques avec Jean Rouch.

10  Annette Laming (1917-1977), après des études en biologie et en philosophie, poursuit ses recherches sur l’art pariétal (Laming-Emperaire 1962) puis s’oriente vers l’Amérique du Sud avec José Emperaire. Au Cnrs dès 1947, rattachée au laboratoire de Leroi–Gourhan dont elle est la collaboratrice, elle sera, à partir de 1961, son assistante à la Sorbonne avant d’enseigner l’archéologie sud–américaine à l’École pratique des hautes études (Ephe) à partir de 1966.

11  Georges Condominas (1921-2011), ethnologue du Sud-Est asiatique dont il était originaire, un des premiers stagiaires du Centre de formation à la recherche ethnologique de Leroi-Gourhan, est connu internationalement aussi bien pour son travail d’ethnologue que par ses positions éthiques et politiques, notamment signataire, comme Hélène Balfet, du Manifeste des 121 au moment de la guerre d’Algérie (Collectif 2010).

12  Martin Almagro Basch (1911-1984), préhistorien madrilène, a poursuivi des recherches aussi bien en archéologie classique qu’en art rupestre du Levant ou sur les sépultures mégalithiques. Il dirige en 1956, avec Paolo Graziosi, la commission d’expertise de Rouffignac, à laquelle participe Leroi-Gourhan. Depuis, il a sans cesse débattu avec Leroi-Gourhan de l’interprétation de l’art pariétal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Soulier, « «Vous avez dit hommage» », Les nouvelles de l'archéologie, 127 | 2012, 6-10.

Référence électronique

Philippe Soulier, « «Vous avez dit hommage» », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 127 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1286 ; DOI : 10.4000/nda.1286

Haut de page

Auteur

Philippe Soulier

Ingénieur de recherche, Cnrs, Umr 7041 ArScAn-Ethnologie préhistorique
philippe.soulier@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org