Navigation – Plan du site

Introduction

Claudine Karlin, Sophie Méry et Olivier Weller
p. 3-5

Texte intégral

1Nous avons l’habitude, dans Les Nouvelles de l’archéologie, de réunir des articles autour d’un sujet et ce numéro ne déroge pas à la règle. Les textes rassemblés ici, qui peuvent de prime abord paraître hétéroclites, sont liés par un fil déroulé pour une « agitatrice de l’archéologie » dont le parcours est si riche qu’en le tirant, une image de l’archéologie de ces 40 dernières années se dessine. En effet, l’éventail de ses activités nous permet d’aborder, sous des lumières différentes, l’archéologie que nous pratiquons, et nous fait cheminer à travers ses multiples centres d’intérêt en compagnie d’auteurs tous liés d’une façon ou d’une autre à notre personnage central. Pardonne-nous, Anick, de t’avoir choisie à ton insu pour tisser, au gré de ces pages, une certaine vision de notre discipline.

2Le cheminement d’Anick Coudart est en effet le fil conducteur de ce numéro. C’est notre façon de rendre hommage à celle qui fut l’un des éléments les plus actifs de la revue. Convaincue qu’on ne pouvait séparer la pratique de l’archéologie d’une réflexion sur la politique de son développement, elle a créé et animé pendant vingt-deux ans Les Nouvelles de l’archéologie, qui ont longtemps occupé une place unique dans le paysage des revues scientifiques. Cette revue ne connaît toujours aucun équivalent ni en France nià l’étranger. Elle reste un élément fédérateur de tous les acteurs de l’archéologie, un lieu de discussion des politiques mises en œuvre, un moyen d’expression de courants de pensée émergents. Telle l’ont voulu les membres fondateurs et, en premier lieu, Anick.

3Deux articles jouent le rôle d’introduction. Puisque notre démarche relève de ce qu’il est convenu d’appeler un hommage, le premier article, écrit par Philippe Soulier, analyse cet exercice et en souligne l’intérêt pour une histoire de la recherche. Il illustre son propos en parcourant les hommages écrits par André Leroi-Gourhan, révélant à la fois pour qui, quand, pourquoi et comment ils ont été faits. Cela éclaire, en miroir, le lien existant entre les articles rassemblés ici.

4Nous aurions pu présenter un curriculum vitae d’Anick, afin de mettre en évidence la construction d’un parcours original par l’incessante curiosité dont il fait preuve et aider le lecteur à comprendre notre choix. Nous le renvoyons pour cela à des sources officielles1. Pour tracer les grandes lignes de son portrait, nous avons choisi des chemins détournés. La photographie de couverture de ce numéro ébauche l’image que beaucoup d’entre nous ont en tête. Puis, sous la plume alerte de Pierre Gouletquer, il nous a paru, en suivant les mésaventures de «Trotte-Silex», que s’affichait en filigrane une image d’Anick. S’y mêlent fantaisie, ironie, humour sans que pour autant soient absents le sérieux et l’opiniâtreté – celle dont fait preuve le héros, mais que l’on reconnaît aussi à notre héroïne. Le raisonnement scientifique n’hésite pas à se faire iconoclaste puisqu’il s’agit d’une parabole entre l’histoire d’un Mésolithique hypothétique et d’un Néolithique improbable. Autant de traits qui nous paraissent caractériser Anick. Ajoutons que cette histoire se passe en Bretagne où elle a choisi un jardin à cultiver.

Investir le champ politique et celui des idées pour défendre sa discipline

5Les deux articles suivants veulent rendre hommage au souci constant de notre chercheuse d’investir le champ politique. Au Comité national, siégeant à la section 31, «Hommes et milieux: évolution, interactions», elle a défendu, avec la passion qu’on lui connaît, une vision interdisciplinaire de l’archéologie. En 1998, elle a joué un rôle important dans le regroupement d’équipes venant d’écoles différentes, dispersées tant dans la diachronie que dans la synchronie. Tout en défendant avec force l’approche spécifique et l’identité de la sienne, elle voyait dans ce rassemblement une source de richesse intellectuelle et de stabilité structurale dans un contexte politique changeant. Ainsi naquit l’Umr 7041, «Archéologies et sciences de l’Antiquité».

6Anick a été présente dans les lieux où s’organisent les pratiques de l’archéologie et la sauvegarde du patrimoine. Nombreuses furent les luttes, et elle fut de toutes, dans la rue comme dans les discussions. C’est pourquoi Vincent Blouet et Laurence Manolakakis présentent, après une courte rétrospective des transformations qu’a connues l’archéologie préventive à travers des lois successives depuis 2001, une prise de position quant aux effets pervers de l’intrusion du privé, considérant que «l’opération archéologique ne constitue pas une activité réalisée au bénéfice privé de l’aménageur mais au service de la collectivité toute entière». On pourrait leur reprocher une certaine partialité, mais voyons plutôt leur force d’engagement, qui ne sera pas étrangère à Anick. Nathan Schlanger s’attache quant à lui à comparer comment, dans un contexte de crise, la France et l’Angleterre – où Anick a longuement séjourné – protègent respectivement leur patrimoine. Aujourd’hui, selon l’auteur, nous nous en sortons un peu mieux que nos voisins. Malgré ce qui traverse les lignes de l’article précédent, il est vraisemblable que la longue et durable implication de certains chercheurs, dont fut Anick, dans toutes les instances où se prennent des décisions concernant l’archéologie française depuis de longues années y est pour beaucoup.

7Anick a aussi, enactrice des débats entre New Archaeology et postmodernisme, investi le domaine des idées. Formée à l’école de Bohumil Soudsky – membre du «collège invisible» réunissant des archéologues de différents pays (Moberg, Clarke, Binford, Gardin, entre autres) attachés à introduire en archéologie une rigueur et un degré de formalisation qui se rapprochent de ceux des sciences humaines –, elles’est inscrite dans ce mouvement en œuvrant pour que l’archéologie devienne une science sociale à part entière, indépendante de l’histoire comme de l’histoire de l’art. Avec Armelle Bonis et Serge Cleuziou, elle a engagé Les Nouvelles de l'archéologie dans le projet européen «Constructions identitaires dans les sociétés passées et présentes» (n°90, 2002; n°93, 2003; n°99, 2005) et elle fut avec Serge, au sein d’ArScAn, responsable d’un thème intitulé «Identités et archéologie», poussant l’auditoire à réfléchir aux manipulations conscientes ou inconscientes qui font de l’archéologie un outil de construction identitaire, quand ce n’est pas nationaliste. Tandis que son équipe s’efforçait d’articuler la question de l’émergence du pouvoir et, symétriquement, de la «servitude volontaire», elle s’est attachée à la compréhension des structures d’oppression et fut particulièrement attentive au genre, observant, par exemple, la domination masculine dans sa pratique ethnoarchéologique en Nouvelle-Guinée. Peut-être parce qu’elle le vivait directement, dans la mesure où la générosité de son engagement au service des autres l’a souvent laissée à l’arrière-plan. Aussi, Jean-Paul Demoule lui dédie une réflexion sur «pouvoirs, sexes et genres». Il note qu’Anick fut une des rares de la discipline à s’intéresser, en France, à l’archéologie du genre, alors même que nombreux étaient les anthropologues qui travaillaient sur le sujet. Il analyse comment une différence, celle du masculin/féminin, évolue vers une domination de plus en plus marquée du premier sur le second, signant l’émergence du pouvoir; comment cette domination s’exprime de façon différente, au fil des temps, sans jamais s’atténuer. Nous apprécions que ce soit justement un homme qui nous offre cette réflexion sur l’engagement féministe d’Anick.

«Dis-moi comment tu habites, je te dirai qui tu es»

8Le Néolithique est le socle sur lequel s’est construite notre protohistorienne. Venu à Paris comme professeur associé, B. Soudsky lançait, en 1972, le programme de la vallée de l’Aisne, auquel l’étudiante Anick Coudart participa dès l’origine, jouant un rôle décisif dans le lancement et la conduite de ce programme pionnier, dédié au Néolithique. Elle devint, en 1976, l’une des toutes premières archéologues contractuelles, intégra le Cnrs, en 1978. Soudsky, le fouilleur de Bylany, lança en France les décapages mécaniques qu’Anick perfectionna. L’histoire de l’équipe «Protohistoire européenne», devenue aujourd’hui «Trajectoires»,est indissociable de celle des fouilles de la vallée de l’Aisne, tant dans le contenu scientifique que dans les aléas d’une vie collective agitée. Anick a, pendant de longues années, assuré la direction des deux et «veillé au grain».

9Parmi les approches du Néolithique, Anick a choisi de placer au cœur de sa recherche l’étude de l’habitat, qui lui semblait le meilleur chemin pour rencontrer les habitants: «Dis-moi comment tu habites, je te dirai qui tu es», car selon elle, «l’architecture domestique (est) un médium privilégié pour comprendre la complexité des phénomènes qui sous-tendent toute société». Trois articles s’attachent, en fonction d’échelles différentes, à ce thème dans le cadre du Néolithique européen et africain, et un quatrième l’aborde pour une période plus tardive. Mais espace et diachronie lui sont tout autant familiers.

10Le premier est l’observation d’une structure très ancienne du sud-est européen. Marion Lichardus présente ses réflexions sur un édifice exceptionnel du site de Kovačevo, en Bulgarie; elle traite non seulement des techniques de construction, mais renvoie, en raison d’une originalité qui répond sans doute à une fonction spécifique, au lien entre architecture et organisation sociale.

11Les trois articles suivants s’inscrivent dans une archéologie spatiale abordée à travers l’habitat et son évolution, laquellerépond aux poussées démographiques qui accompagnent la sédentarisation. Le travail conduit depuis de longues années à Cuiry-les-Chaudardes, et dans lequel Anick a joué un rôle moteur, est au cœur de la présentation de Jérôme Dubouloz. Partant de l’habitation néolithique, l’auteur observe comment l’évolution morphologique de la structure construite traduit les variations sociales de l’unité domestique. Il analyse ensuite les causes et les modalités d’une partition de cette unité, puis celles d’une segmentation de l’agglomération. Cela le conduit à s’intéresser à la localisation des nouvelles implantations qui lui paraissent répondre à deux contraintes, techno-environnementale et politico-sociale. Augustin Holl regarde aussi cette structuration du paysage que met en place le Néolithique à travers la multiplication des habitats, en s’intéressant à des collectivités agropastorales du centre-sud mauritanien. Son analyse s’articule sur trois niveaux fortement imbriqués: l’habitat, reflet des unités domestiques, le village, où s’associent et s’organisent espaces privés et espaces publics, et la région, où l’habitat se disperse et se regroupe en fonction du paysage. Enfin, François Favory évoque une occupation de l’espace par des habitats plus ou moins groupés, non pas au Néolithique mais dans le monde antique romain. Il constate la difficulté qu’ont les archéologues à produire un vocabulaire assez souple pour rendre compte de la diversité des situations et propose de s’inspirer des géographes qui, depuis longtemps, s’intéressent à l’habitat rural et s’attachent à décrire «les principaux types d’un continuum qui va de la dispersion maximale […] au parfait regroupement.»

Lorsque l’archéologie se nourrit de l’ethnographie

12L’intérêt d’Anick pour l’habitat l’a conduite à aller regarder ailleurs. Dans l’objectif d’affiner ses modèles et d’enrichir son expérience à partir de laquelle s’élaborent ses questionnements, sans s’attacher au seul vestige archéologique pour comprendre les Néolithiques, mais en se fondant sur des cultures vivantes pour mieux interroger son matériel, Anick a fait un long détour afin d’observer maisons et habitats des sociétés contemporaines un peu partout dans le monde.

13Alain Schnapp a choisi de présenter l’origine de cette démarche. Comment les savants et lettrés ont d’abord regardé vers l’Antiquité car, à portée de main, elle donnait accès à des mondes autres. Puis, après la découverte de l’Amérique, comment l’observation des Indiens a ouvert la voie à de nouvelles associations. Dans la continuité de cette démarche, Anick a cherché à enrichir sa réflexion autant auprès des Indiens Pueblos d’Amérique que des Baruya d’Océanie, montrant la richesse des approches croisées de l’archéologie et de l’ethnographie. Chaque fois, ses terrains étaient l’occasion «d’une enquête ethnographique archéologiquement orientée, tant en ce qui concerne les problèmes à résoudre que la manière dont la recherche est conduite».

L’accès à l’information n’est pas toujours une voie royale

14Mais l’observation des sociétés contemporaines montre qu’entre «le dit» et «le fait», la mise en cohérence n’est pas toujours facile. En contrepoint à cette ouverture que représente une compréhension des populations passées par un regard sur le monde contemporain, Pierre Lemonnier nous montre la difficulté d’analyse des faits techniques avec des critères qui nous apparaissent logiques, mais dont l’articulation n’a rien d’universel. Est-il vraiment pertinent d’invoquer le milieu ou l’identité pour expliquer tout choix technique? L’auteur évoque ce qui entre en jeu dans la construction des barrières de jardin baruya, reprenant à son compte une citation d’Anick qui a longuement travaillé sur l’habitat de cette région: «un moyen physique et tangible de reproduire les concepts et les contraintes avec lesquels (une communauté) structure l’univers». Pour les archéologues que nous sommes, c’est là un handicap dont il nous faut maîtriser la portée. S’intéressant aussi aux liens entre habitat et conception du monde, Patrick Pérez propose une réflexion sur la kiva hopi. L’auteur partage avec Anick une même passion pour la culture des Indiens du Nouveau Mexique, à proximité desquels cette dernière s’est, pour un temps, posée. La kiva est à la fois architecture, mémoire des premiers temps, «modèle de l’univers», leçon sur l’origine des êtres. Qu’elle perdure permet aux Pueblos de changer leur type d’habitat, et même d’occuper aujourd’hui des mobiles homes. Sa disparition, si elle devait advenir, signerait la fin de la culture hopi, comme celle des grandes barrières autour des jardins pourrait accompagner la fin de la culture baruya, puisque, dans les deux cas, c’est la relation fondamentale de l’homme à l’univers qui en serait affectée. Quelle prudence l’archéologue doit puiser dans ces exemples!

15Patrick Pérez évoque également la difficile rencontre entre le chercheur et ses informateurs. S’il était évident, chez Pierre Lemonnier, qu’aucun informateur n’aurait pu formuler ou justifier les grands enclos de jardins en raison de la complexité des enjeux, lorsqu’entrent en jeu, comme pour les kivas, le symbolique et le sacré, alors les réponses se brouillent et varient d’un informateur à l’autre. C’est ce que montrent Julien Monney et Pierre et Anne-Marie Pétrequin. Alors qu’ils tentent de repérer des sites d’art rupestres à peinture rouge en Nouvelle-Guinée indonésienne, l’accès leur en est refusé, bien que les lieux semblent avoir connu une fréquentation touristique. Décrivant ces changements de comportements, ils proposent de voir dans cet interdit une affirmation de l’identité Dani face à une négation de leurs valeurs par le pouvoir indonésien et les compagnies minières étrangères. Cela rejoint une thématique chère à Anick, déjà évoquée, celle de la place de l’archéologie dans la constitution des identités, sujet on ne peut plus d’actualité.

Nous te souhaitons de cultiver tous tes jardins

16Anick, ce travail à multiples mains, œuvre d’amis et de collègues qui ont tous fait un bout de chemin avec toi, et qui auraient souhaité être plus nombreux si l’espace l’avait permis, s’inscrit dans une démarche collective qui n’a jamais cessé d’être ta préoccupation. Que ce numéro des Nouvelles de l’archéologie soit le témoignage de notre amitié et de notre attachement aux thèmes que tu as défendus et continues de défendre avec énergie.

Haut de page

Notes

1  Le CV d’Anick est consultable sur http://shesc.asu.edu/coudart.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Karlin, Sophie Méry et Olivier Weller, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie, 127 | 2012, 3-5.

Référence électronique

Claudine Karlin, Sophie Méry et Olivier Weller, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 127 | 2012, mis en ligne le 30 mars 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1283

Haut de page

Auteurs

Claudine Karlin

Cnrs, Umr 7041ArScAn-Ethnologie préhistorique
claudine.karlin@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Sophie Méry

Cnrs, Umr 7041, ArScAn-Archéologie de l’Asie centrale
sophie.mery@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Olivier Weller

Cnrs, Umr 8215 Trajectoires
olivier.weller@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org