Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Recension

Arnaud Coutelas (dir.), Le mortier de chaux, Paris, Errance (Archéologiques), 2009, 159 pages.
Danielle Arribet-Deroin
p. 63
Référence(s) :

Arnaud Coutelas (dir.), Le mortier de chaux, Paris, Errance (Archéologiques), 2009, 159 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage Le mortier de chaux, sous la direction d’Arnaud Coutelas, avec la participation de cinq autres auteurs (Stéphane Büttner, Christine Oberlin, Bénédicte Palazzo-Bertholon, Daniel Prigent, Franck Suméra), paraît dans la collection « Archéologiques » des éditions Errance. Comme les autres volumes de cette collection, c’est un manuel qui présente une synthèse diachronique. Le sujet peut sembler pointu mais le mortier, matériau longtemps négligé par les archéologues, est un élément essentiel de la construction en pierre ou en brique, depuis l’Antiquité.

2La première partie constitue une grosse introduction, qui cerne et définit le sujet : il est question du mortier formé de chaux, dont le cycle est détaillé, et de granulat (sables, pouzzolane, tuileau broyé). La définition du mortier hydraulique est à l’occasion utilement précisée. La mise en perspective de la littérature de type « traité » depuis l’Antiquité romaine et jusqu’au xixe siècle permet de bien comprendre les questions qui se posent encore sur l’identification des matériaux, notamment autour du « ciment romain ».

3La partie suivante, qui s’intitule « Les matières premières », traite en réalité non seulement de la nature et de l’origine des matériaux utilisés pour le mortier (chaux, granulat), mais aussi de la chaîne opératoire de fabrication de la chaux et de la préparation du granulat, jusqu’au chantier de construction. Bien que les auteurs insistent sur l’insuffisance des connaissances actuelles qui ne bénéficient que d’exemples archéologiques peu nombreux, des questions historiques essentielles sont abordées, comme le choix des matériaux, les volumes extraits ou produits, l’échelle et l’intensité de la production qui en résultent. Le recours aux écrits anciens est systématique mais l’on mesure combien les études archéologiques ont apporté et ont encore à apporter à la connaissance du sujet.

4Les différents emplois des mortiers constituent la troisième partie de l’ouvrage. Ceux-ci sont très variés car, en plus des liants de maçonnerie, joints, mortiers de toiture, etc., le point est fait sur les sols de mortier, les supports de placages, les finitions de surface (notamment les supports de peintures et les stucs), les éléments d’étanchéité et de systèmes de chauffage.

5L’ouvrage se termine sur les méthodes d’analyses des mortiers. Une description raisonnée de ce qu’apportent la pétrographie et, secondairement, les autres méthodes est assortie d’éléments concrets sur l’échantillonnage et les modes opératoires. Une réflexion est menée sur la manière de définir une typologie et les questions que l’on peut poser à l’étude des mortiers dans une démarche archéologique. Nul doute que cette partie « pratique » de l’ouvrage, qui repose sur la solide expérience des auteurs, ne sera pas la moins utile aux archéologues.

6Le volume se termine, comme il est de coutume dans la collection, par un glossaire et une recension des adresses utiles.

7L’ouvrage montre l’intérêt de l’étude du mortier tant pour l’archéologie du bâti que dans une perspective d’histoire des techniques. Il sera utile pour tous les archéologues qui sont confrontés à cet objet archéologique. Au total, plus qu’un manuel, c’est un véritable état de la question et, d’ores et déjà, une synthèse de référence qui ne pourra que s’enrichir des études à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Arribet-Deroin, « Recension », Les nouvelles de l'archéologie, 122 | 2010, 63.

Référence électronique

Danielle Arribet-Deroin, « Recension », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 122 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1271

Haut de page

Auteur

Danielle Arribet-Deroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org