Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Recension

Bailly-Maître Marie-Christine et Poisson Jean-Michel (sous la direction de), Mines et pouvoir au Moyen Âge, Presses Universitaires de Lyon, collection d’histoire et d’archéologie médiévale, 20, 2007, 214 p.
Danielle Arribet-Deroin
p. 62-63
Référence(s) :

Marie-Christine Bailly-Maître et Jean-Michel Poisson (sous la direction de), Mines et pouvoir au Moyen Âge, Presses Universitaires de Lyon, collection d’histoire et d’archéologie médiévale, 20, 2007, 214 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les actes de la table ronde tenue à Lyon le 15 mai 2002. Il se compose de sept contributions souvent copieuses qui permettent un tour d’horizon de la question dans l’espace européen. Dès l’introduction, le sujet est précisé : il s’agit essentiellement de mines de non-ferreux, en premier lieu d’argent, et l’intérêt porté à l’extraction de ce métal par le pouvoir est suscité par la volonté de battre monnaie. Outre la documentation écrite, l’archéologie minière, qui s’est développée en France depuis les années 1970, est mise à contribution. L’activité minière, qui a été à l’origine de certaines agglomérations en Europe, est ici analysée dans son rapport avec le pouvoir politique.

2Une première contribution livre une vue d’ensemble, centrée sur l’Europe du Sud. Les exploitations sont connues dans les écrits à l’occasion du règlement de différends entre seigneurs, dont l’intérêt pour les mines se manifeste par des prélèvements sur le minerai extrait, parfois la mise en place d’un règlement minier, et se traduit souvent par un monnayage. Des princes territoriaux comme le Dauphin sont particulièrement présents, avant que la royauté ne récupère progressivement le contrôle de l’exploitation minière, au xve siècle. Une approche complémentaire et originale met en évidence la présence de fortifications sur les sites miniers, à l’évidence mises en place afin de manifester la présence seigneuriale et de surveiller la production.

3Des études particulières portent sur plusieurs régions minières européennes. Elles sont de portée variable en raison de la diversité des sources et d’une avancée de la recherche très différente selon les cas. En Savoie, les archives montrent à quel point le comte (puis le duc) est impliqué dans une véritable politique minière. Il encourage la prospection, fait régulièrement appel à des techniciens italiens et allemands, et mise sur l’innovation. En Provence, la documentation est plus dispersée. Les vestiges des mines du massif des Maures sont présentés, mais, faute d’études poussées, les « travaux anciens » sont mal situés dans le temps. Au Piémont, la maison de Savoie est très active ainsi que d’autres acteurs, notamment des seigneurs locaux. La prospection archéologique montre que les fortifications sont fréquentes dans les vallées minières, mais, comme le souligne l’auteur, peut-être pas davantage que dans d’autres contextes.

4La contribution sur les mines des Monts de Campiglia Marittima en Toscane ouvre la piste de la relation entre la morphologie de la mine elle-même (taille de la mine, organisation de l’espace de travail) avec l’implication seigneuriale. Concernant la région de Huelva à l’époque musulmane, c’est une analyse spatiale des habitats fortifiés et des territoires castraux dans les zones minières, mise en relation avec les voies de communication, qui semble ouvrir des perspectives. Une dernière contribution répertorie les fortifications associées à des sites miniers dans la région de Vyso(c avec un accent circonflex à l’enversč)ina en République tchèque.

5Des constantes apparaissent : une chronologie où la peste porte un coup à une activité dynamique, avant l’essor du xve siècle qui s’appuie sur l’innovation technique ; le rôle des techniciens venus d’autres régions métallurgiques sous l’impulsion des autorités politiques. Du point de vue archéologique, si la présence physique du château à proximité des zones minières est certainement significative, ce thème porteur et stimulant reste largement à explorer, afin de fonder davantage ce qui relève encore souvent de l’hypothèse, de l’aveu même des auteurs.

6La bibliographie copieuse et l’index sont des outils qui enrichissent l’ouvrage et en facilitent la consultation. On regrettera cependant l’absence ou l’insuffisance de certaines cartes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Arribet-Deroin, « Recension », Les nouvelles de l'archéologie, 122 | 2010, 62-63.

Référence électronique

Danielle Arribet-Deroin, « Recension », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 122 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1269

Haut de page

Auteur

Danielle Arribet-Deroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org