Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Chronique de sites Internet no 19

(date de consultation : 4 septembre 2010,vérification des adresses : 14 novembre 2010)
Virginie Fromageot-Lanièpce
p. 56-62

Texte intégral

[Archéologie nationale]

> Journée d’étude sur le rapport de fouille

1http://www.archeo-idf.fr, dans la rubrique ressources doc

2Il existe un réseau documentaire appelé ArchéoIdf qui rassemble les centres de ressources documentaires en archéologie situés en Île-de-France et fédérés autour de la Maison René-Ginouvès (Mae, Nanterre). La première journée d’étude organisée par le réseau avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, de l’Institut national du patrimoine, de l’Institut national de recherche et d’archéologie préventive (Inrap) et de la Mae, s’est tenue le 1er avril 2010, sur le thème « Rapport de fouille : conservation, réglementation, diffusion ». Des actes seront publiés dans les collections de la Maison René-Ginouvès (De Boccard), mais on trouve déjà sur le site Web un résumé de la journée, une liste des dispositions législatives et réglementaires, une bibliographie et des contributions : Ph. Soulier, « Entre archéologie et fouilles : quels rapports ? » ; B. Lequeux, « Catalogues et accès en ligne ».

> Le catalogue des centres de documentation de l’Inrap (Dolia) et l’accès à un corpus de rapports

3www.inrap.fr, cliquer sur « dernier rapport en ligne », menu de gauche

4L’Inrap met en ligne le catalogue Dolia qui signale les fonds de l’institut, à la fois la documentation qu’il produit et celle acquise pour les besoins de ses membres. L’accès nécessite une inscription et un mot de passe (voir les indications pour les personnels internes et externes à l’Inrap). Dans cet ensemble, la part des rapports d’opérations archéologiques est importante : ainsi la question « habitat rural » apporte les références d’environ 600 documents, soit 592 rapports et 40 monographies. Voir sur le site les définitions des différents types de rapports : « rapports d’actions scientifiques », « rapports techniques et d’expertise », rapports « d’évaluation et de prospection ». La documentation graphique et photographique des opérations sera accessible dans une deuxième étape. Pour consulter le catalogue en recherche dite « simple », on interroge sur le titre, l’auteur du document, sur des sujets (liste de vocabulaire proposée) ou le résumé, en restant dans la première case de recherche ; la recherche experte permet de combiner ces critères. On obtient à ce stade des notices, et non l’accès aux documents.

5Toutefois, l’Inrap ouvre aussi un service de consultation d’un corpus de rapports d’opérations archéologiques. Il s’agit de fouilles de l’institut et d’une sélection de rapports validés par les services régionaux de l’archéologie et par les commissions interrégionales de la recherche archéologique (Cira). Les documents sont classés par régions et départements : Alsace (4 rapports pour le Bas-Rhin), Bourgogne (4 rapports), Centre (42 rapports), Champagne-Ardenne (1 rapport pour la Marne), Île-de-France (18 rapports), Lorraine (5 rapports). Quand plus de rapports seront disponibles, le catalogue Dolia permettra de sélectionner des textes par sujets ou résumé. Le document pdf apparaît dans le menu de droite en cliquant sur +. La recherche en texte intégral est possible dans le texte du rapport téléchargé, et non sur l’ensemble des rapports.

6Exemples de rapports (se reporter au site pour trouver l’ensemble des contributions) :

7C. Casasoprana, « Richebourg (Yvelines), “le Moulin de Renonville” : une occupation mérovingienne du vie au début du viiie siècle », Pantin 2007 ; H. Sellès, « Chartres, “Cœur de ville”, aménagement des boulevards Maurice Violette et Résistance, 28 085 192 AH (Eure-et-Loir) », Pantin 2006 ; C. Tristan, « Marlenheim (Bas-Rhin), contournement routier : deux habitats rubanés et une occupation hallstattienne », Dijon 2004.

 [Édition électronique]

> Syria dans le portail Persée

8http://www.persee.fr/​web/​revues/​home/​prescript/​revue/​syria

9La revue Syria est publiée depuis 1920 par l’Institut français du Proche-Orient. La revue se consacre à l’histoire et l’archéologie du Proche-Orient sémitique (y compris Chypre) de la préhistoire à la conquête islamique. Elle publie des articles dans toutes les disciplines de ce champ de recherche, archéologie, épigraphie, philologie, histoire, histoire de l’art. On trouve dans Persée les articles au format pdf entre 1920 et 2005. Les anciens numéros sont intéressants pour l’étude et la traduction des textes d’Ugarit.

> Cahier des thèmes transervaux ArScAn

10http://www.mae.u-paris10.fr/​Cahiers/​sommairefasc.htm (chercher Cahier IX)

11L’Umr Archéologies et sciences de l’Antiquité se compose d’équipes et de thèmes transversaux, qui sont des lieux d’échanges entre les équipes, sous forme de séminaires. Ces thèmes couvrent l’ensemble de l’archéologie : 1. Environnement, sociétés, espaces, 2. Structures et dynamiques sociales, 3. Systèmes de production et de circulation, 4. Textes, images et sociétés, 5. Identités culturelles, 6. Cultes, rites et religion, 7. Outils et méthodes de recherche, 8. Bâti et habitat, 9. Habitudes alimentaires, de l’acquisition à la consommation (voir le site pour les responsables de chaque thème).

12Le Cahier IX, qui publie les travaux des années 2007/2008, est paru et a été mis intégralement en ligne. On trouve les documents dans les formats html (pour l’interrogation par le moteur de recherche) et pdf (pour la récupération des fichiers). Certains textes sont des résumés de communication, d’autres des articles.

13Exemples de contributions :

14– journée d’étude « Textiles » du thème Systèmes de production et de circulation (C. Breniquet éd.) : C. Michel, « Le vocabulaire des étoffes dans les textes cunéiformes : le cas des archives paléo-assyriennes (xixe-xviiie siècle avant J.-C.) » ; S. Desrosiers, « André Leroi-Gourhan et les textiles », etc. ;

15– thème Images, textes et sociétés (Cl. Pouzadoux, L. Bachelot éd.) : La peur des images, la multiplication ;

16– thème Cultes, rites et religion (F. Bocquentin, K. Chryssanthaki, J. Leclerc, Y. Morizot) : La nécropole de Can Gambús-1 (Sabadell, Barcelona) ; Journées d’étude « Crémation et traitements ostentatoires des crânes humains : gestes funéraires ou introduction à l’univers du sacré ? » ;

17– thème Outils et méthodes (V. Fromageot, L. Aubry éd.) : C. Bréchet, « Les textes grecs disponibles sur Internet » ; A. Tricoche, « L’accès aux sources épigraphiques sur Internet » ; Journée d’étude « Les statistiques appliquées au domaine spatial en archéologie » ;

18– thème Habitudes alimentaires : Livret L’alimentation dans l’Orient ancien, de la production à la consommation (C. Michel éd.) : 25 contributions, dont M. Tengberg, « Culture et utilisations du palmier-dattier au Moyen-Orient ancien. Données archéobotaniques » ; F. Joannès, « La table des dieux babyloniens » ; B. Lion, « Nourrir les morts, d’après la documentation épigraphique ».

[Amphores]

> Amphoreus, plate-forme électronique du Bulletin amphorologique

19http://www.amphoreus.org/​

20Ce site rassemble un ensemble d’informations bibliographiques sur les amphores et les timbres amphoriques (marques apposées sur l’amphore) du monde grec, de l’époque archaïque à l’époque impériale. Ces références ont été rassemblées depuis 1987, dans la perspective d’un bulletin imprimé, le Bulletin amphorologique publié tous les cinq ans dans la Revue des études grecques (voir le chapitre du Bulletin archéologique). Ce travail bibliographique était d’abord placé sous la responsabilité de Jean-Yves Empereur et d’Yvon Garlan ; il est aujourd’hui poursuivi par Yvon Garland et Nathan Badoud, avec la participation de Pierre Dupont et d’Antigone Marangou-Lerat. Le site Web facilite l’accès à plus de dix ans de bibliographie avec une recherche sur les références. Le site est disponible dans les cinq langues du groupe de travail : français, anglais, grec, turc, russe. La recherche d’une référence doit se faire dans la langue de la publication ou dans plusieurs langues pour un sujet, par exemple, épave, shipwreck, etc. La base bibliographique contient 1 320 références, sans les commentaires analytiques et critiques des spécialistes qui figuraient dans le Bulletin amphorologique ; les lecteurs devront continuer à se reporter à la forme imprimée, mais ils gagneront du temps dans leur repérage. Pour la suite, le Bulletin amphorologique continuera à paraître avec de nouvelles livraisons commentées ; entre temps, les parutions seront signalées dans ce site, sans attendre leur analyse, et les chercheurs sont invités à y signaler leurs publications.

21Ce site propose un catalogue des timbres sur amphores romaines. Il comporte des milliers d’inscriptions collectées pour des amphores trouvées dans l’ensemble de l’Empire romain d’Occident et d’Orient (Égypte). Il est produit sous la direction d’Antoinette Hesnard (Centre Camille Jullian, université de Provence, Cnrs, ministère de la Culture). La base de données a été mise en œuvre dans les années 1980 après la publication de plusieurs volumes imprimés du Recueil de timbres sur amphores romaines. Les auteurs ont souhaité la mettre en ligne pour permettre une interrogation portant sur le texte du timbre, l’onomastique (noms, surnoms, prénoms, noms uniques), le type d’amphores ou le lieu de découverte (éventuellement atelier). Des renvois vers d’autres sites Web ont été donnés (voir introduction) : vers le Centro para el estudio de la Interdependencia provincial en la Antigüedad clasica (université de Barcelone), vers le site Roman Amphorae pour la typologie des amphores (université de Southampton) et, pour les recherches onomastiques, vers le site d’épigraphie Epigraphik-Datenbank Clauss-Slaby.

> Centre alexandrin d’étude des amphores

22http://www.amphoralex.org/​

23On trouve à cette adresse plusieurs ressources d’informations relatives aux amphores, sous la responsabilité de Jean-Yves Empereur (Centre d’études alexandrines-CeAlex, Cnrs), de Kaan et Gonca Senol (université d’Izmir), dans des pages systématiquement présentées en français et anglais ; nous citerons deux produits en particulier :

24– Anses timbrées : il existe à Alexandrie une collection d’amphores conservée par le Musée gréco-romain qui rassemble environ 160 000 anses timbrées des époques hellénistique, romaine et byzantine. Cette collection a été en grande partie rassemblée par Lukas Benaki après 1945 et actuellement son étude se poursuit au CeAlex. Le Centre diffuse une base de données correspondant au catalogue des timbres des éponymes rhodiens, identifiés à partir de la collection du Musée gréco-romain, du matériel des fouilles récentes à Alexandrie et à Taposiris Magna.

25– ChronAmphora, Chronique amphorique critique : il s’agit de comptes rendus critiques de publications sur les amphores et vases conteneurs pour la Méditerranée orientale, voire occidentale, de la période archaïque grecque à la période ottomane. Cette chronique, avec un groupe qui peut traiter de nombreuses langues, complète le Bulletin amphorologique (voir plus haut). Il ne sera édité que sur le Web avec des délais d’analyse et d’édition rapides.

> Amphores vinaires de Narbonnaise. Base de données géochimiques des ateliers de production d’amphores.

26http://www.mom.fr/​AMPHORES-VINAIRES-DE-NARBONNAISE.html

27L’étude récente de Fanette Laubenheimer et d’Anne Schmitt sur les amphores à vin de Narbonnaise propose une base de données qui n’est consultable que sur le Web : F. Laubenheimer, A. Schmitt, Amphores vinaires de Narbonnaise, production et grand commerce. Création d’une base de données géochimiques des ateliers, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ; 51), 2009. Des analyses chimiques ont été réalisées sur des échantillons de pâtes d’amphores prélevés dans une série d’ateliers de Narbonnaise, afin d’indiquer les caractéristiques géochimiques des sites de production. Les auteurs communiquent les données produites par cet « observatoire ». Ce programme est mené depuis les années 1980 par F. Laubenheimer (Umr ArScAn, Cnrs, université de Paris-I, université Paris-Ouest Nanterre) en collaboration avec le Laboratoire de céramologie de Lyon de Maurice Picon, devenu l’Umr Archéométrie et archéologie (université de Lyon, Cnrs) dirigée par A. Schmitt. La table de la base de données appelée « Sites de production », la première dans l’ordre logique, rassemble les fiches des zones interprétées comme ateliers d’amphores, soit une soixantaine d’officines identifiées par des fouilles ou des prospections. Les fiches indiquent les échantillons analysés (lèvre, fond d’amphore, etc.) pour chaque atelier. La table « Amphore », la deuxième, indique la composition chimique des échantillons avec la part de chaque constituant. L’interrogation des données n’est possible actuellement que sur un critère géographique, mais d’autres critères de recherche seront ajoutés. La diffusion sur le réseau est un moyen pour les auteurs et l’éditeur d’alléger la publication d’une partie du dossier d’analyse. La consultation de la base est néanmoins indissociable de la lecture du livre, pour l’interprétation des auteurs, les traitements statistiques et les cartes.

 [Archéologie funéraire]

> Groupement d’anthropologie et d’archéologie funéraire (Gaaf)

28http://gaaf.e-monsite.com

29Le Gaaf, créé en octobre 2007, réunit des chercheurs – archéologues, historiens, anthropologues, sociologues, médecins, etc. – intéressés par les thématiques funéraire et anthropologique, pour toutes les périodes. Florence Carré (Sra Haute-Normandie) en est actuellement la présidente. Chaque année, l’association organise une manifestation : en 2008, rencontre autour des sépultures habillées, en 2009, rencontre autour des tout-petits, en 2010, « rencontre autour du cadavre, matière et praxis » à Marseille, les 15, 16 et 17 décembre (voir le programme). On retrouve sur le site Web des actualités scientifiques et un forum régulier, les programmes des rencontres, les pré-actes des journées sur les tout-petits, des fiches techniques : R. Corbineau, la palynologie ; B. Lecomte-Schmitt, la xylologie ; M. Cabanis, la carpologie ; C. Cenzon Salvayre, l’anthracologie.

 [Verre]

> De transparentes spéculations : vitres de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge (Occident-Orient)

30http://www.afaverre.fr/​transparentes_speculations.php

31Catalogue de l’exposition du musée-site archéologique départemental de Bavay consacrée en 2005 au verre. Ce livre, richement illustré, édité en format papier par Danièle Foy (Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne, université de Provence, Cnrs), est aussi téléchargeable. Il comprend quatre parties consacrées aux premières vitres, aux évolutions du Haut Moyen Âge, au verre de l’autre côté de la Méditerranée et aux dispositifs choisis à défaut de vitres en verre.

32Exemples de textes :

33S. D. Fontaine, D. Foy, « La modernité, le confort et les procédés de fabrication des vitrages antiques » ; D. Foy, « La suprématie du verre soufflé en cylindre : panneaux et vitraux du ve au ixe siècle » ; D. Foy, « De l’autre côté de la Méditerranée : le verre à vitre à la fin de l’Antiquité et au début de l’époque islamique » ; S. D. Fontaine, D. Foy, « De pierre et de lumière : le lapis specularis ».

 [Égypte]

> La collection de la « Cachette de Karnak »

34www.ifao.egnet.net/bases/cachette

35Cette entreprise s’est développée grâce à une collaboration entre l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) et le Conseil suprême des antiquités de l’Égypte, avec le soutien du Cnrs, sous la responsabilité de Laurent Coulon (Umr Histoire et sources des mondes antiques, Cnrs, université Lyon-2) et Emmanuel Jambon (Collège de France). Elle présente un vaste corpus de statues et d’objets divers, dont le point commun est leur découverte lors de fouilles anciennes de Georges Legrain dans le temple de Karnak, dans la « Cachette » au nord-ouest de la cour du VIIe pylône (1903-1907) ; aujourd’hui ces œuvres sont conservées au musée du Caire, en Égypte ou dans d’autres pays, certaines sont en réserves. L’étude de l’ensemble est reprise et la base de données sert d’outil d’analyse et d’enregistrement photographique. Les notices de la base sont rédigées en français et en anglais. On trouve une bibliographique détaillée sur chaque œuvre. Une nouvelle version de la base comportera un volet prosopographique (étude de personnages au sein de leurs groupes sociaux).

 [Grèce et Chypre]

> Chronique des fouilles en ligne ou Archaeology in Greece Online

36http://chronique.efa.gr ou http://www.bsa.ac.uk, menu E-resources

37L’École française d’Athènes (Efa) et l’École britannique d’archéologie d’Athènes publient désormais les chroniques des fouilles en Grèce sur le Web. Celles-ci consistent toujours à collecter, trier, traduire les informations apportées par les rapports des missions effectuées en Grèce par les universités, les institutions archéologiques grecques et les écoles étrangères, et celles apportées par la bibliographie. L’Efa proposait la chronique en français dans le Bulletin de Correspondance hellénique depuis 1920, l’École britannique, la chronique en anglais dans les Archaeological Reports depuis 1954 ; les deux institutions ont décidé une co-édition et la préparation d’un seul site Web, en menant à tour de rôle le travail rédactionnel ; responsables de l’opération : Véronique Chankowski (Efa) et Robert Pitt (École britannique). Les dépouillements concernent toujours les chroniques de l’Archeologikon Deltion, les actes des grands colloques régionaux (Macédoine et Thrace, Thessalie, Grèce centrale, Crète) et les revues grecques. Des centaines de notices sont déjà disponibles sur le site, il s’agit pour l’instant des textes édités dans les derniers volumes papier :

38– toutes les régions de Grèce ; chronique des années 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 en version française ou anglaise (voir sur le site les correspondances) ;

39– Chypre pour les années 2006 et 2007.

40Le lecteur doit trouver ses repères dans ce nouveau produit. Chaque notice possède comme métadonnées un numéro d’identification, la signature d’un rédacteur, une source bibliographique ou le renvoi à un rapport inédit, et une indexation en trois langues, français, anglais et grec, indiquant la région, le toponyme, des mots-clés thématiques, la chronologie, la date de l’opération. Pour la recherche, il faut prendre soin d’obtenir les notices rédigées en français et en anglais (voir les exemples ci-dessous). Par rapport au support papier, le lecteur perd le feuilletage des images qui se trouvent à présent dans l’écran de l’article ; autre différence, alors que les régions se succédaient suivant un ordre géographique, on trouve à présent un classement alphabétique. En revanche, on gagne l’utilisation de liens pour consulter les rapports d’une année antérieure ou postérieure dans un produit devenu cumulatif ; de même, on peut afficher la localisation de chaque site archéologique sur une carte (fonds Google Maps activés par l’icône de la mappemonde), fonction très utile pour des lieux-dits ou des villes moins connues.

41Mode d’emploi de la recherche :

42– recherche en texte intégral dans le champ « notice » : interroger successivement dans les deux langues pour atteindre toutes les informations, par exemple « enfant » puis « child » ;

43– recherche sur les mots-clés à partir de listes : le choix de « mobilier-aménagements » puis « mosaïque » dans la liste française apporte bien des textes français et anglais ;

44– pour les lieux, liste des régions ou des toponymes ; pour la chronologie, liste des périodes ;

45– combinaison des critères avec la case + ; « options sur tous » (opérateur booléen ET) ; « au moins un critère » (opérateur OU).

46Exemples de textes :

47École française d’Athènes, « Délos. Polychromy : Polychromy and the treatment of marble surfaces at Delos », 2007 ; Service archéologique grec, XXIe Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques, « Samos. Pythagorion : terrains Dimitriadi et Menelaou », 1999 ; Ministère de la culture grec, « Vergina Ancient Aigai : Palace of Philip II », 2008.

 [Méditerranée orientale]

> Ateliers Patrimoines culturels en Méditerranée orientale

48http://www.mom.fr/​-Patrimoines-culturels-en,140-.html

49Journées d’études internationales de la Maison de l’Orient méditerranéen sur le thème « patrimoines culturels en Méditerranée orientale : recherche scientifique et enjeux identitaires ». Trois ateliers se sont tenus de 2007 à 2009 : Chypre, une stratigraphie de l’identité ; Les aléas du processus de patrimonialisation (Levant, Golfe, Iran) ; Les héritiers de l’Empire ottoman et l’héritage refusé. L’édition en ligne a été choisie, mais toutes les communications ne sont pas publiées.

50Exemples de textes (se reporter au site pour trouver l’ensemble des contributions) :

51– journée Chypre : N. Leriou, « Hellenising Cyprus. The construction of an archaeological narrative from the mid-19th century until the present day » ; S. Hadjisavvas, « Who were the inhabitants of the Ashlar Buildings ? » ;

52– journée Levant : C. Kepinski, « La Mésopotamie dans la construction de l’État irakien : réflexions sur les causes patrimoniales de Saddam Hussein » ; L. Gillot, « Perceptions et appropriations multiples du passé sur le site archéologique de Bosra en Syrie » ;

53– journée Empire ottoman : M. Davie, « Quel héritage détruit-on au Liban, le national ou l’ottoman ? » ; C. Raymond, « Beyrouth et l’Empire ottoman : dynamiques des nouvelles historiographies de la ville ».

> Programme Balnéorient : Balaneia, bains et hammans

54http://balneorient.hypotheses.org/​

55Le programme Balnéorient réunit des chercheurs français et étrangers qui ont en commun de travailler sur le bain public au Proche-Orient et en Égypte, de l’époque hellénistique à aujourd’hui. Le programme, coordonné par Marie-Françoise Boussac (université Paris-Ouest Nanterre), s’ouvre de plus en plus sur la péninsule arabique. Il était placé sous l’égide de l’Agence nationale de la recherche (2006-2010) et commence un deuxième volet (2010-2012). Le programme communique sur son site Web la présentation de ses colloques, des textes d’opérations de terrain ou des rapports, des annonces de rencontres scientifiques et d’actions de valorisation. Le site rappelle la traditionnelle lettre d’information, dont les nouvelles sont accessibles à deux cercles, celui du groupe de recherche et de l’ensemble de la communauté.

56À voir en particulier : Balaneia, thermes et hammams. 25 siècles de bain collectif (Proche-Orient, Égypte et Péninsule Arabique), troisième colloque Balnéorient, organisé par l’Institut français du Proche-Orient et la direction générale des antiquités et des musées de Syrie, 2-6 novembre 2009, résumés des communications en français, anglais, quelquefois anglais/arabe ; Rapports 2009, par exemple, T. Fournet, « Les bains de Zénobie à Palmyre » ; R. Elter, K. Jbour, « Les bains omeyyades d’Ayn el Sil à Azraq (Jordanie) ».

> Hadashot Arkheologiyot : Excavations and Surveys in Israel (Ha-Esi)

57http://www.hadashot-esi.org.il/​index_eng.asp

58Le service des Antiquités d’Israël publie depuis 2004 ses rapports de fouilles dans une revue en ligne, remplaçant l’ancienne revue imprimée qui fonctionnait depuis 1961. Les textes sont disponibles en anglais et en hébreu. La mise à jour est annuelle. L’accès aux textes se fait en texte intégral (champ « general ») ou à travers une centaine de mots-clés (« advanced research ») comprenant les périodes, de l’âge du Bronze à l’époque byzantine, ou des entrées thématiques. On peut combiner ces critères ou se repérer sur une carte interactive, située en bas de page, qui propose le découpage suivant : le plateau du Golan Nord et la haute Galilée, le plateau du Golan Sud, la basse Galilée, la Samarie, la plaine de Sharon, le littoral et le désert de Juda, le désert du Néguev, le littoral et Jérusalem, la plaine de la Shepela et le littoral, le désert de la Arava et Eilat.

 [Mer Noire]

> The Danish National Research Foundation’s Centre for Black Sea Studies

59http://www.pontos.dk/​

60Ce centre de recherche est spécialisé dans l’étude de la mer Noire, des relations entre ethnies, des aspects culturels et économiques des sociétés qui ont occupé la région de 700 avant J.-C. à 325 après J.-C. La région est considérée dans son ensemble, avec une attention particulière portée aux côtes nord et sud, actuellement situées en Russie, en Ukraine et en Turquie. On trouve sur le site Web la présentation des programmes de l’équipe, ainsi qu’un accès aux volumes de la collection des Black Sea Studies de l’éditeur Aarhus University Press.

61Exemples de livres entièrement consultables :

62The Lower City of Olbia (Sector NGS) in the 6th Century BC to the 4th Century AD., N. A. Lejpunskaja, P. Guldager Bilde, J. Munk Højte (éd.), 2010 ; J. Nieling, Die Einführung der Eisentechnologie in Südkaukasien und Ostanatolien während der Spätbronze-und Früheisenzeit, 2009 ; Mithridates VI and the Pontic Kingdom, Jakob Munk Højte (éd.), 2009.

 [Italie]

> La Cenatio Rotunda de Néron

63Deux adresses : en français, http://sites.univ-provence.fr/​ccj/​spip.php?article610 (Centre Camille Jullian) ; en italien, http://www.beniculturali.it, rechercher Cenatio Rotunda dans la case cerca, article du 29 septembre 2009, meilleure adresse pour les images, photographies et vidéos.

64En 64, un grand incendie ravage Rome. À la suite de cette catastrophe, Néron change l’organisation de la ville et fait aménager son palais, la Domus Aurea, qui couvre une grande partie de la Rome intra-muros. Le luxe de ses aménagements, notamment une grande salle de banquet rotative fascine les auteurs antiques.

65Suétone XXXI, La vie des douze Césars :

66La maison dorée. [...] Dans les autres parties de l’édifice, tout était parsemé d’or, de pierres précieuses et des perles les plus rares ; les plafonds des salles à manger étaient lambrissés de panneaux d’ivoire et mobiles, de façon que l’on pût y semer des fleurs du dehors, et pourvus de tuyaux permettant d’asperger l’intérieur de parfums ; la salle à manger principale formait une rotonde, et son plafond tournait sur lui-même jour et nuit comme la voûte céleste.

67En l’an 69, l’empereur Vespasien lance de nouveaux travaux qui couvrent en partie la Domus Aurea, dont ne subsiste aujourd’hui qu’une terrasse artificielle sur le mont Palatin : La Vigna Barberini. Dernièrement, la Surintendance archéologique de Rome a entrepris d’analyser l’état de cet ensemble afin d’en assurer la préservation. En octobre 2009, des fouilles menées par une équipe d’archéologues français, dirigée par Françoise Villedieu du Centre Camille Jullian (université de Provence, Cnrs, ministère de la Culture), ont mis au jour en partie le soubassement de la fameuse salle de banquet de Néron, décrite par Suétone.

68Pour Françoise Villedieu : « Les vestiges mis au jour sont vraisemblablement des soubassements de la Cenatio rotunda, salle à manger rotative de Néron. Sa partie noble, celle qui accueillait les invités, se trouvait juste au-dessus du sommet du pilier et des arches supérieures sur un plateau tournant en bois. Bien que deux mètres de remblais et autres strates cachent encore la partie supérieure du pilier, les archéologues pensent qu’elle a été construite pour qu’on y glisse un dispositif soutenant le plateau. Or dans la surface supérieure d’une arche sont ménagés trois trous hémisphériques dont deux sont alignés sur le même axe et le troisième légèrement décalé. Ils accueillaient sans doute des sphères lisses destinées à faciliter le glissement du plateau et à le stabiliser à l’horizontale. »

69L’hypothèse devra être renforcée par de nouvelles données, que seule l’extension de la fouille pourra fournir.

70(Notice de Véronique Vassal, Umr ArScAn)

> Roma illustrata. Représentations de la ville

71http://www.unicaen.fr/​services/​puc/​article.php3?id_article=763

72Actes du colloque international de Caen (6-8 octobre 2005) réunis par Philippe Fleury et Olivier Desbordes (université de Caen), édités et mis en ligne par les Presses universitaires de Caen.

73Exemples de textes :

74J.-P. Adam, « La première ville nouvelle de l’histoire : une capitale pour l’Éternité » ; J.-L. Bastien, « Les temples votifs de la Rome républicaine : monumentalisation et célébration des cérémonies du triomphe » ; S. Benoist, « Les processions dans la cité : de la mise en scène de l’espace urbain ».

 [Informatique pour l’archéologie]

> Colloque Webmapping dans les sciences historiques et archéologiques

75http://soi.cnr.it/​~archcalc, menu « Index by Year », n°19, 2008

76Actes du colloque international organisé à Paris, les 3 et 4 juin 2008 par F. Djindjian (ArScAn), H. Noizet (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris), L. Costa (ArScAn), F. Pouget (Umr Littoral, environnement et sociétés (Cnrs, université de La Rochelle). Textes publiés et entièrement mis en ligne par la revue Archeologia e Calcolatori. Contributions de programmes français et étrangers sur les méthodes et le développement de systèmes d’information géographiques.

77Exemples de textes :

78A. Chaumet, « Webmapping, archéologie et Géoportail » ; L. Costa, S. Robert, « Développement d’un outil de géo-collaboration au sein d’une collectivité territoriale » pour le conseil général du Val-d’Oise ; T. Lorho, « Sigur : un Sig pour la pratique de l’archéologie en milieu urbain » pour la ville de Rennes ; C. Tuffery, P. Fernandes, P.-A. Le Ny, « Utilisation d’un site Web intégré de webmapping et de gestion de contenus. L’exemple de recherches en cours en pétroarchéologie du silex appliquée au Paléolithique moyen ».

79Danielle Arribet-Deroin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 2
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 4
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 6
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 7
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 8
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet no 19 », Les nouvelles de l'archéologie, 122 | 2010, 56-62.

Référence électronique

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet no 19 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 122 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1268 ; DOI : 10.4000/nda.1268

Haut de page

Auteur

Virginie Fromageot-Lanièpce

Cnrs, Umr Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScAn), Cnrs, Paris-I, Paris Ouest Nanterre, ministère de la Culture
Site Web : http://www.mae.u-paris10.fr/Chronique/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org