Navigation – Plan du site
Dossier: La médiation en archéologie

Reconstitutions expérimentales et médiation

François Giligny
p. 51-55

Résumé

Le rôle des reconstitutions expérimentales en archéologie et la manière dont les archéologues peuvent les utiliser recouvrent des différences de conception qui ne sont pas sans entretenir l’ambiguïté de la démarche. C’est une des raisons pour lesquelles l’archéologie expérimentale n’est pas acceptée comme pratique et est parfois décriée comme non scientifique, voire ludique et sans intérêt. Si l’on en vient de plus à pratiquer des reconstitutions en public, voire à le faire participer, les critiques fusent. La démonstration pratique et la reconstitution de techniques jouent néanmoins un rôle pédagogique important dans les dispositifs de médiation auprès du public, mais leurs objectifs doivent être bien fixés à l’avance afin d’éviter la confusion des genres, à la fois pour l’archéologue, mais aussi pour le public. Il faut ici distinguer la finalité de la reconstitution expérimentale réalisée en public, ou pour le public : est-elle destinée à durer et à faire partie d’un ensemble plus large, au sein d’un parc archéologique ou d’un parc à thème, ou bien est-elle événementielle et ponctuelle?

Haut de page

Texte intégral

1Le rôle des reconstitutions expérimentales en archéologie et la manière dont les archéologues peuvent les utiliser recouvrent des différences de conception qui ne sont pas sans entretenir l’ambiguïté de la démarche. C’est une des raisons pour lesquelles l’archéologie expérimentale n’est pas acceptée comme pratique et est parfois décriée comme non scientifique, voire ludique et sans intérêt. Si l’on en vient de plus à pratiquer des reconstitutions en public, voire à le faire participer, les critiques fusent. La démonstration pratique et la reconstitution de techniques jouent néanmoins un rôle pédagogique important dans les dispositifs de médiation auprès du public, mais leurs objectifs doivent être bien fixés à l’avance afin d’éviter la confusion des genres, à la fois pour l’archéologue, mais aussi pour le public.

2Il faut ici distinguer la finalité de la reconstitution expérimentale réalisée en public, ou pour le public : est-elle destinée à durer et à faire partie d’un ensemble plus large, au sein d’un parc archéologique ou d’un parc à thème, ou bien est-elle événementielle et ponctuelle ?

Les parcs archéologiques et leur diversité

3Les reconstitutions expérimentales peuvent être destinées à durer, en particulier quand elles sont architecturales ; dans ce cas, elles sont montrées au public pendant une période plus ou moins longue, en général la durée de vie des structures bâties (fig. 1). Il s’agit alors d’un type particulier de reconstitution expérimentale dite « expérimentation de construction » et de lieux dédiés ou parc archéologiques – les construct experiment et construction sites des auteurs anglais (Reynolds 1999 ; Stone & Planel 1999).

Fig. 1

Fig. 1

Reconstitution des maisons néolithiques de Khirokitia

(cliché mission archéologique de Khirikitia)

4Quant aux lieux précis ou la majeure partie des reconstitutions expérimentales sont réalisées en public, il s’agit dans la plupart des cas de parcs archéologiques. Leur diversité est telle qu’il est difficile d’y trouver des points communs en termes d’objectifs, de présentation, de niveaux d’éducation, ou de projets impliquant l’archéologie expérimentale. Deux composantes sont néanmoins toujours présentes : la part de recherche archéologique impliquant des expérimentations et parfois des recherches de terrain d’une part, la part éducative et de présentation au public d’autre part.

5Trois catégories sont différenciées (Ruiz Zapatero 1998). La première est le parc archéologique sur site, à la fois musée de site et lieu de reconstitutions. Les vestiges archéologiques conservés et ou restaurés avoisinent les reconstitutions proprement dites. Celles-ci peuvent avoir été entreprises dans le cadre d’une démarche double d’archéologie expérimentale et de présentation au public. Le cas de Khirokitia à Chypre est exemplaire. Sur ce site classé par l’Unesco au patrimoine mondial depuis 1998 et daté du Néolithique précéramique (VIIe-Ier millénaires), un projet de reconstitution des bâtiments architecturaux a été mené dans un double objectif satisfaisant les deux partenaires du projet : répondre aux questions des archéologues sur les techniques de fabrication d’une part (mission archéologique de Khirokitia, Cnrs-Mae), valoriser et mettre en valeur le site d’un point de vue touristique en proposant une reconstitution d’autre part (département des Antiquités de la République de Chypre). Les reconstitutions de Khirokitia ont permis de trouver des solutions techniques aux problèmes de fabrication de briques crues sans moule et au cerclage des toitures à partir de tiges de cannes sur lesquelles la terre à bâtir était déposée. Elles ont amené des questionnements et de nouvelles hypothèses sur la fabrication des badigeons recouvrant les murs (Daune-Le Brun 2001, 2003). Elles ont nécessité un retour important aux données archéologiques, processus qui fonde et fait partie intégrante de la démarche expérimentale.

6Les reconstitutions expérimentales de deux maisons néolithiques sur pilotis, dans la zone archéologique classée au titre des monuments historiques sur le bord du lac de Chalain (Jura), constituent un autre exemple. Elles ont été entreprises en 1988, en parallèle à l’activité de fouilles sur la zone archéologique (Pétrequin et al. 1991 ; Pétrequin 1999). Si elles n’ont pas été faites en public, les réalisations une fois achevées ont été intégrées à un dispositif de médiation comprenant la visite des fouilles, une visite extérieure des reconstitutions expérimentales et une exposition (fig. 2). Un film a également été produit relatant cette expérience (Chalain, mémoires de l’eau, film de J.-L. Bouvret, Cnrs Av-Pour Voir, 1989). Une véritable interface a pu être ainsi mise en œuvre entre le public et les archéologues au travail. De même, une présentation de la démarche d’archéologie expérimentale était un des points importants de la visite : explication sur la nature des hypothèses testées grâce aux reconstitutions expérimentales, résultats positifs et négatifs, etc. D’autres activités expérimentales se sont également déroulées sur ce même espace ou autour : tests de durée de vie des pilotis, polissage de haches en pierre, fabrication d’outillage et de poterie, récolte de chaume avec des outils en silex, etc. Il est apparu assez rapidement que seuls les archéologues étaient à même d’expliquer précisément les tenants et aboutissants des données archéologiques et des reconstitutions expérimentales, et qu’un médiateur n’ayant pas ces connaissances n’était pas apte à valoriser la visite et à répondre précisément aux questions du public. Malgré l’intégration du site expérimental dans un circuit comprenant le musée d’Archéologie de Lons-le-Saunier et une ferme d’aurochs reconstitués (Jallon 2003), un projet plus ambitieux d’intégration du tourisme et de la recherche archéologique n’a pas pu voir le jour faute d’accord entre les différents partenaires sur ces objectifs.

Fig. 2

Fig. 2

Reconstitutions des maisons néolithiques de Chalain (Jura) en 1988

7Les parcs archéologiques « hors site », que l’on pourrait aussi qualifier d’« artificiel », se distinguent des précédents car il sont construits à l’écart d’un « vrai » site, sans lien direct avec des données qui pourraient être présentées ou faire l’objet de recherches. Ce sont des centres mixtes qui allient un programme de recherche archéologique dans laquelle l’expérimentation joue un rôle important et une visée d’éducation du public par leur ouverture à la visite. Cependant, leurs objectifs premiers et les raisons de leur création sont liés à des programmes de reconstitutions expérimentales et à la nécessité de disposer d’un espace sur le long terme. À cette catégorie appartiennent le Butser Ancient Farm dans le Hampshire en Grande-Bretagne, centre de recherches sur l’agriculture romaine et préhistorique et les techniques de construction fondé en 1972 par P. J. Reynolds (Reynolds 1976, 1999), ou le centre archéologique de Lejre au Danemark, créé en 1964 (Rasmussen & Grønnow 1999). Ce dernier a eu recours au public comme source de financement afin de soutenir les projets expérimentaux (55 000 visiteurs l’ont fréquenté en 1966). Il fait figure de pionnier car il a développé très tôt des activités pédagogiques, en particulier à l’intention des scolaires. Y ont été créés des ateliers éducatifs de « vie dans le passé », où le visiteur placé en immersion dans une époque historique se voit proposer des activités manuelles reposant sur une manipulation des artefacts reconstitués et une initiation pratique aux techniques anciennes. Le succès de ce centre qui est rapidement devenu l’un des musées de plein air les plus célèbres du Danemark ne s’est pas démenti depuis lors.

8La dernière catégorie du parc archéologique à thème est en fait dérivée des parcs de plein air dont on a vu le développement à partir du xixe siècle, essentiellement sous la forme de musées des arts et traditions populaires dans le nord de l’Europe. Parmi les plus anciens parcs à thème archéologiques figure le musée d’Unteruhldingen Pfahlbaumuseum au bord du lac de Constance, reconstitué à partir de 1922 à l’initiative de R. R. Schmidt et H. Reinerth de l’Institut de recherches préhistoriques de Tübingen. Les éléments sensoriels sont utilisés à l’exemple du Jorvik Viking Center de York, où le passé est théâtralisé et le visiteur placé dans une ambiance créée par des bruits et des odeurs d’époque. Le site de reconstruction d’un château-fort médiéval à Guédelon en Bourgogne est présenté comme un chantier d’archéologie expérimentale (Minard & Folcher 2003 ; Renucci 2008). Un comité scientifique constitué d’historiens et d’archéologues est associé à ce projet, né à l’initiative d’un propriétaire et restaurateur de château, dont la construction a commencé en 1998 et la fin est annoncée pour 2022. Les responsables du projet soulignent l’esprit de respect de l’authenticité des techniques mises en œuvre par les bâtisseurs du xiiie siècle, connues grâce aux sources documentaires ou en recherchant les solutions les plus proches de la période considérée. Malgré le succès public de l’entreprise, on peine à trouver mention de ce chantier dans les publications traitant d’archéologie des techniques et les critiques sur son caractère plus touristique qu’expérimental sont fréquentes.

9Dans ce type de parc archéologique à thème, la part réservée aux activités ludiques aux dépens des activités éducatives peut effectivement parfois l’emporter et plus rien ne le distingue alors d’un parc de loisir à thème.

Le statut de la reconstitution et sa péremption

10Qu’ils soient sur site ou hors site, le risque existe de voir les parcs archéologiques privilégier les objectifs de présentation au public au point de faire disparaître progressivement les activités de recherche. Ce phénomène arrive fréquemment lorsque les archéologues se désintéressent peu à peu du lieu de leurs reconstitutions ou en sont dépossédés, processus conduisant à des parcs archéologiques que l’on peut qualifier de « disneyfiés » (Stone & Planel 1999 : 8). Leur habileté à concilier les deux types d’activités leur permettra peut-être de maintenir la qualité des reconstitutions proposées et le contact direct avec le public, lien indispensable à la réalisation des objectifs initiaux.

11Le principal problème des reconstitutions amenées à durer est qu’elles ont été élaborées à un moment précis de l’histoire des recherches, pour répondre à des questions posées en rapport avec l’état des connaissances au moment de leur réalisation. Une fois les réponses obtenues et les hypothèses validées ou invalidées, d’autres reconstitutions sont nécessaires à la poursuite de la démarche. Figer en quelque sorte, sous la forme d’un « produit fini », une reconstitution quelle qu’elle soit, pervertit entièrement cette démarche et donne une image fausse au public.

12Le second écueil des reconstitutions est le risque, lié aux stéréotypes, de transformer en une image d’Épinal un moment donné du passé. Les reconstitutions des villages lacustres d’Unteruhldingen construits sur des plateformes de pieux en ont popularisé une image complètement fausse, car les maisons étaient en réalité construites indépendamment et juxtaposées. Malheureusement, tant le public que les archéologues ont du mal à se passer de stéréotypes, et il est parfois difficile d’admettre et de faire admettre qu’à à peine achevé, leur travail est en partie périmé et doit être recommencé. Aller jusqu’au bout d’une reconstitution expérimentale en architecture devrait impliquer la destruction du bâtiment, soit par incendie et destruction volontaire, soit par abandon. Cette idée, comme celle des maisons néolithiques du bord du lac de Chalain écroulées ou en voie de l’être, est difficile à faire passer comme faisant partie du processus de la recherche archéologique. La confusion entre reconstitution et structures archéologiques réelles aidant, laisser des bâtiments même reconstitués se dégrader à l’état de ruines est parfois très mal perçu dans une société ou la protection du patrimoine archéologique est soutenue par le public. Il est de même difficile de communiquer sur les expériences réalisées sur les processus taphonomiques de longues durées, voire sur les expériences de laboratoire (tribologie, etc.). Ces travaux sont peu spectaculaires et des explications approfondies sont nécessaires pour en faire reconnaître l’intérêt pour la recherche.

Le passé en construction : reconstituer en public ou avec le public

13Tous les archéologues qui pratiquent la reconstitution expérimentale ont un jour réalisé des démonstrations en public. Dans la plupart des cas, il s’agit d’événements spécifiques liés à des Journées du patrimoine, opérations portes ouvertes, inaugurations d’expositions ou de musées.

14Comme le soulignaient P. G. Stone et P. G. Planel (1999) dans leur introduction à The constructed Past, le passé ne peut pas être reconstruit réellement mais est une construction d’individus ou groupes qui interagissent avec lui. Cette dimension interprétative fonde l’archéologie et justifie l’usage de méthodes et de techniques dépendant des problématiques et des objectifs définis. La question qu’il faut se poser lorsque l’on procède à des reconstitutions expérimentales ou à des démonstrations en public est celle de leur objectif et de la nature de l’interaction avec le public : s’agit-il d’une simple communication visuelle illustrant un aspect des techniques du passé ou de l’explication des processus d’interprétation en archéologie et des démarches de reconstitution du passé ?

15La question de la participation active du public à une démarche de recherche scientifique divise parfois la communauté des chercheurs. Cette participation n’est cependant jamais remise en cause dans l’activité de fouille, acte de recherche de l’archéologue par excellence. Dès lors, pourquoi ne pas faire participer des non-professionnels aux travaux de reconstitutions expérimentales ? Les théories de l’apprentissage soulignent depuis longtemps l’importance de la participation active dans l’assimilation des connaissances : sciences « expérimentales » dans les collèges et les lycées, ateliers « La Main à la pâte » dans les écoles primaires développés et encouragés par des scientifiques de renom. C’est ce concept qui a conduit au succès des ateliers de « vie dans le passé ». Le rôle des perceptions primaires sensorielles, visuelles, tactiles ou autres est essentiel pour l’assimilation individuelle de certains concepts et dans la construction des savoirs. Cette démarche a été adoptée, y compris avec des groupes d’enfants, dans le village anglo-saxon reconstitué de West Stow et dans bien d’autres centres visités par le public (Crothers 2008). Les musées se sont d’ailleurs transformés peu à peu en intégrant des éléments interactifs qui offrent à leurs visiteurs une approche moins passive et classique fondée sur les images, les textes ou les sons.

16Parmi de telles expériences, une des plus célèbres est le déplacement et l’élévation d’une dalle de béton de 32 tonnes, réalisée à l’initiative de J.-P. Mohen à Bougon, à proximité des sépultures mégalithiques mêmes (Mohen 1980). Près de 190 personnes y ont participé, en tirant à l’aide de cordes en lin un train de rondins placés sur des rails de bois. D’autres expériences de ce type avaient déjà été tentées auparavant et ont été réalisées depuis (Poisonnier 1996). Plus récemment, le public était invité à tester les méthodes de déplacements de blocs dans le cadre d’expérimentation de déplacement sur radeaux réalisés sur l’île de Gavrinis ou au Petit-Mont à Arzon (Télégramme de Brest du 28 mai 2010 et du 19 août 2010). Si le côté spectaculaire des monuments mégalithiques garantit le succès de ce genre de démonstrations, il y a peu d’analyse de leur impact sur le public ou la communauté des chercheurs.

17Enfin, la médiation peut aussi être réalisée sans intermédiaire, c’est-à-dire sans médiateur. Et le contact direct, même s’il ne doit pas être généralisé à toutes les pratiques de médiation, est important dans la mesure où il n’existe plus de distorsion ou de filtre entre les archéologues et le public.

Fig. 3

Fig. 3

Démonstration en public du fonctionnement d’un four expérimental à tirage haut au Parc naturel régional de Brotonne en 2006

Que faire ?

18Quelle attitude doivent adopter les archéologues professionnels face à certaines reconstitutions, en particulier celles qui ne présentent pas toutes les garanties en termes d’adéquation avec les connaissances archéologiques et ne respectent pas la déontologie de notre métier ?

19S’il est impossible de freiner les initiatives qui amplifient les aspects spectaculaires aux dépens de l’explication et de l’éducation, il y aurait intérêt à ne pas les ignorer et à s’efforcer de les faire évoluer. Comme le soulignait récemment M. Colardelle : « Ce n’est pourtant pas dans la science que l’on peut trouver les raisons majeures de l’engouement pour l’archéologie, et donc de la multiplication des restitutions qui finissent toujours par être créées sur les sites archéologiques visitables… » (Colardelle 2008 : 285). Il faudrait donc adopter une attitude franchement positive et profiter de cet engouement pour susciter une prise de conscience et une réflexion sur le passé dans le public. En effet, le contact avec le public est un exercice toujours renouvelé qui ne connaît pas de recette miracle ni de succès garanti a priori. Il suffit parfois de mettre dans une démonstration suffisamment d’ambition, de pédagogie et de savoir-faire pour amener les spectateurs à se poser des questions de fond sur les sociétés passées, leur mode de pensée, leur organisation sociale, leurs savoir-faire. Partir de l’expérience personnelle et individuelle des gens et les mettre en situation en les confrontant à un problème technique du passé est un élément déclencheur qui peut entraîner une vraie interaction. Cette mise en situation particulière est facilitée par les reconstitutions expérimentales si l’on ne se contente pas d’en commenter le résultat, mais si l’on explique l’ensemble de la démarche, depuis l’état des connaissances archéologiques jusqu’aux hypothèses testées, les succès ou les échecs des différentes tentatives et les perspectives de recherche. Que ce soit sur des sites, dans des parcs archéologiques, dans des espaces publics habituels ou dans des lieux moins attendus, c’est en respectant le public et en s’adressant à lui sans a priori intellectuel que l’on pourra aboutir aux échanges les plus enrichissants et éviter la dérive vers le pur divertissement. C’est en développant le sens critique que l’on accomplira cet objectif essentiel de toute entreprise d’éducation populaire.

Haut de page

Bibliographie

Colardelle, M. 2008. « Pour une éthique de la restitution sur les sites archéologiques ? » in : De la restitution en archéologie. Paris, Éditions du patrimoine, Centre des monuments nationaux : 285-293.

Crothers, M. E. 2008. « Experimental archaeology within the heritage industry : Publicity and the public at West Stow Anglo-Saxon Village », in : P. Cunningham, J. Heeb & R. Paerdekooper (dir.), Experiencing Archaeology by Experiment. Oxford, Oxbow Books : 37-46.

Daune-Le Brun, O. 2003. « La terre à bâtir, son emploi dans les constructions du Néolithique pré-céramique récent de Chypre », in : C.-A. de Chazelles & A. Klein, Échanges transdisciplinaires sur les architectures et les constructions en terre crue. Montpellier, Éditions de l’Espérou : 165-175.

Daune-Le Brun, O. 2001. « Les constructions du village néolithique de Khirokitia, Chypre. Reconstitution et expérimentation : premier bilan d’une expérience », in : M. C. Belarte, J. Pou, J. I. Sanmarti & J. Santacana (dir.), Tècniques constructives d’època ibèrica i experimentaciò arquitectònica a la Mediterrània. Actes de la I Reuniò Internacional d’Arqueologia de Calafell (Calafell, 20, 21 i 22 de gener del 2000). Barcelone, université de Barcelone, département de préhistoire, histoire antique et archéologie : 59-73.

Jallon, E. 2003. « Co-construction patrimoniale et touristique de la Ferme de l’Aurochs : ou comment l’aurochs reconstitué devient un témoin vivant de l’histoire de la vallée du Hérisson », in : A. Bonis (dir.), « Actions patrimoniales », Les Nouvelles de l’archéologie, 93 : 12-15.

Minard, P. & F. Folcher. 2003. Guédelon : des hommes fous, un château fort. Genève, Aubanel.

Mohen, J.-P. 1980. « Aux prises avec des pierres de plusieurs dizaines de tonnes », Les Dossiers de l’archéologie, 46 : 58-67.

Pétrequin, P. 1999. « Lake dwellings : archaeological interpretation and social perception, a case study from France », in : P. G. Stone & P. G. Planel (dir.). 1999. The Constructed Past. Experimental Archaeology, Education and the Public. Londres, Routledge & English Heritage : 217-228.

Pétrequin, P. (dir.), J.-L. Monnier, A. Richard, A.-M. Pétrequin, A.-L. Gentizon. 1991. Construire une maison 3 000 ans avant J.-C., le lac de Chalain au Néolithique. Paris, Errance.

Poisonnier, B. 1996. « Mégalithes : expérimentation et restauration », Bulletin de la Société préhistorique française, 93 : 326-330.

Rasmussen, M. & B. Grønnow. 1999. « The Historical-Archaeological Experimental Centre at Lejre, Denmark : 30 years of experimenting with the past », in : P. G. Stone & P. G. Planel (dir.). 1999. The Constructed Past. Experimental Archaeology, Education and the Public. Londres, Routledge & English Heritage : 136-145.

Renucci, F. 2008. « La reconstruction contemporaine “à l’identique” d’un château médiéval : Guédelon (Yonne, France) », in : De la restitution en archéologie. Paris, Éditions du patrimoine, Centre des monuments nationaux : 110-122.

Reynolds, P. J. 1999. « The nature of experiment in archaeology », in : A. F. Harding, Experiment & Design in Archaeology. Oxford, Oxbow Books : 156-162.

Reynolds, P. J. 1976. Farming in the Iron Age. Cambridge, Cambridge University Press.

Ruiz Zapatero, G. 1998. « Fragmentos del pasado : la presentación de sitios arqueológicos y la función social de la arqueologia, in : P. González Marcén (dir.), Actes del II Seminari Arqueologia i Ensenyament, 12-14 novembre de 1998. Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona : 7-33.

Stone, P. G. & P. G. Planel (dir.). 1999. The Constructed Past. Experimental Archaeology, Education and the Public. Londres, Routledge & English Heritage.

http://www.guedelon.fr/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Reconstitution des maisons néolithiques de Khirokitia
Crédits (cliché mission archéologique de Khirikitia)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 2
Légende Reconstitutions des maisons néolithiques de Chalain (Jura) en 1988
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 3
Légende Démonstration en public du fonctionnement d’un four expérimental à tirage haut au Parc naturel régional de Brotonne en 2006
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Giligny, « Reconstitutions expérimentales et médiation », Les nouvelles de l'archéologie, 122 | 2010, 51-55.

Référence électronique

François Giligny, « Reconstitutions expérimentales et médiation », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 122 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1266 ; DOI : 10.4000/nda.1266

Haut de page

Auteur

François Giligny

Université Paris-1 et Umr 7041 «Protohistoire européenne», 3 rue Michelet 75006 Paris
giligny@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org