Navigation – Plan du site
Dossier

Archéologie amérindienne en Guadeloupe

Autour de la création d’un service régional dans un département d’outre-mer
André Depuech
p. 10-19

Entrées d’index

Index géographique :

Guadeloupe
Haut de page

Notes de la rédaction

(Note 1) Cet article reprend pour une part, celui publié en 2002 (Delpuech 2002)

Texte intégral

L’archipel guadeloupéen

1Au milieu de l’arc insulaire des Petites Antilles, la région administrative Guadeloupe consiste en un archipel de 1 780 km2. La Basse-Terre volcanique – la Guadeloupe proprement dite – et la Grande-Terre calcaire forment une île double principale, auxquelles s’adjoignent à quelques kilomètres, au sud, Marie-Galante et le petit archipel des Saintes, à l’est, la Désirade et les îles de Petite-Terre. À 200 km au nord, les deux îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin se trouvent dans un contexte géographique sensiblement différent.

2La Basse-Terre (848 km2), entièrement volcanique et d’âge récent (4 millions d’années), compte six ensembles volcaniques dont le plus jeune encore en activité, le massif de la Soufrière, culmine au sud à 1 467 m d’altitude. Cette chaîne montagneuse au relief escarpé et difficilement pénétrable sépare la côte orientale au vent – la Capesterre –, de la côte occidentale sous le vent, la Basse-Terre. Les plaines inclinées au nord-est sont drainées par la Grande Rivière à Goyaves qui se jette dans le Grand Cul-de-Sac marin.

3De forme triangulaire, la Grande-Terre occupe 590 km2 et culmine à 135 m dans les Grands-Fonds. Cette île plate est entièrement recouverte de roches calcaires d’âge plio-pléistocène (5 à 0,7 millions d’années), qui masquent complètement le substratum volcanique ancien. Des soulèvements et effondrements tectoniques y ont délimité plusieurs unités morphologiques : les plateaux du nord, la plaine de Grippon, les Grands-Fonds, les plateaux de l’est et les plaines basses occidentales. La nature calcaire de l’île a permis le développement de formes karstiques : grottes, dolines et vallées sèches.

4La configuration des deux îles de Basse-Terre et de Grande-Terre forme deux grandes baies maritimes médianes reliées par le petit bras de mer de la rivière Salée. Ces culs-de-sac marins sont des hauts-fonds protégés du large par des barrières de récifs.

5Le petit archipel des Saintes (14 km2), situé 10 km au sud de Basse-Terre, est constitué de nombreux îlets volcaniques déchiquetés à la topographie accidentée et aux nombreuses anses et baies constituant un excellent relais pour la navigation.

6À une trentaine de kilomètres au sud, Marie-Galante est la sœur jumelle de la Grande-Terre. Cette table de calcaire circulaire (157 km2) est partagée par une grande faille entre les Bas au nord et les Hauts au sud. L’érosion karstique a creusé de nombreuses grottes et cavités, dont l’une au moins a été fréquentée par les Amérindiens au-dessus de la plate-forme littorale orientale des Galets. À l’ouest, la région de Folle Anse est une plaine basse alluviale, en partie marécageuse.

7Véritable vigie vers l’océan Atlantique, la Désirade est une île tabulaire de 11 km sur 2, située au large de la Pointe des Châteaux. Un plateau calcaire particulièrement escarpé, la « Montagne désiradienne » (275 m d’altitude), domine une étroite bande côtière au sud, où apparaissent les soubassements de roches éruptives exploitées par les Amérindiens.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de l’archipel guadeloupéen et des sites amérindiens mentionnés : 1. Norman Estate (Saint-Martin) ; 2. Pointe des Pies (Saint-François) ; 3. Hope estate (Saint-Martin) ; 4. Folle Anse (Grand-Boourg) ; 5. Sainte-Marguerite (Le Moule) ; 6. Morel (Le Moule) ; 7. Rivière de Baillif (Baillif) ; 8. Petite Rivière (Trois-Rivières) ; 9. Anse à l’Eau (Saint-François) ; 10. Anse des Pères (Saint-Martin) ; 11. Anse des Galets (Trois-Rivières) ; Anse Duquéry (Trois-Rivières) ; 13. Vallée d’Or (Trois-Rivières) ; 14. Anse de la Gourde (Saint-François) ; 15. Couronne Conchou (Le Moule) ; 16. Baie aux Prunes (Saint-Martin) ; 17. Grande Anse (Terre-de-Bas) ; 18. Morne Cybèle (La Désirade).

8Situées 8 km au sud-est, les deux minuscules îles coralliennes de Petite-Terre (1,5 km2) émergent à peine à la surface de la mer. Exiguës et très sèches, elles constituent une remarquable base pour l’exploitation des abondantes ressources de la plate-forme sous-marine environnante.

9Les îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, à 200 km au nord, ont une même histoire géologique avec des soubassements volcaniques anciens et des dépôts sédimentaires. Sur ses 21 km2, Saint-Barthélemy présente une topographie accidentée de nombreux mornes, de pentes escarpées et de baies, comme l’Anse de Gustavia, havre exceptionnel pour les bateaux.

10La superficie de l’île de Saint-Martin est de 75 km2, partagés entre un secteur français, au nord, et un secteur hollandais, au sud. Elle comporte une partie principale orientale massive (424 m d’altitude) à la géologie complexe. À l’ouest, les Terres-Basses, de formation sédimentaire, sont reliées au reste de l’île par des cordons sableux.

11Comme pour toute la Caraïbe, le climat de l’archipel guadeloupéen est de type tropical insulaire chaud et humide, marqué par l’extrême régularité des températures (25 °C environ) et par des vents alizés d’est ou nord-est. En revanche, les pluies sont très irrégulières et varient selon les saisons et les zones géographiques. La saison sèche (décembre à avril) alterne avec celle des pluies (mai à novembre), qui est aussi le moment des cyclones.

12De grands contrastes existent en fonction des faciès géographiques. Ainsi, les petites îles et la côte orientale de la Grande-Terre reçoivent moins de 1 m d’eau par an quand plus de 12 m tombent au sommet de la Soufrière. Cette très grande inégalité régionale explique l’extraordinaire variété des paysages de l’archipel regroupant la plus large gamme de paysages tropicaux sur un espace réduit.

13Outre sa dimension d’archipel, le terrain guadeloupéen est donc remarquable par la diversité de ses îles, sa palette géologique, sa topographie variée, ses climats plus ou moins humides, ses types de végétation offrant une variété de ressources aux peuples qui l’ont habité depuis près de 5 000 ans. Sa position intermédiaire à égale distance des Grandes Antilles et du continent sud-américain, à la charnière des îles au vent et des îles sous le vent, lui confère une place stratégique de première importance dans l’histoire amérindienne et coloniale de la Caraïbe.

Les composantes de l’archéologie précolombienne guadeloupéenne

14Ce remarquable potentiel permet d’aborder et de répondre à bon nombre de questions clés sur le peuplement amérindien de la Caraïbe (Rouse 1992).

15Le premier axe de recherche tourne autour des origines du peuplement préhistorique de l’archipel antillais, avec la présence encore mal connue de pêcheurs-cueilleurs méso-indiens vers 2 000 ou 3 000 ans av. J.-C. Dans les derniers siècles avant notre ère, des populations amérindiennes néo-indiennes issues des côtes du Venezuela s’installent dans les Petites Antilles. Cultivateurs de manioc, différents groupes porteurs de céramiques de la série saladoïde s’adaptent peu à peu au milieu insulaire, exploitent les ressources marines, se déplacent et commercent de la « terre ferme » à Porto Rico (Delpuech, Hofman et Hoogland 2002). La plupart de leurs villages et de leurs nécropoles sont implantés le long des plages, surtout en Grande-Terre, à Marie-Galante ou à Saint-Martin. Ces Amérindiens ont laissé, en particulier dans le sud de la Basse-Terre, un art rupestre remarquable. Vers les viii-ixe siècles de notre ère, d’importantes modifications apparaissent dans le style des poteries qui semblent résulter de réels changements culturels. Cette période charnière correspond à la formalisation des principales cultures antillaises et à l’épanouissement des particularismes insulaires. Dans les Petites Antilles, on parle ainsi de la série troumassoïde avec les sous-séries troumassan, mamoran puis suazan (Delpuech et Hofman 2004).

16En l’état actuel des recherches, la culture matérielle des derniers Amérindiens des Petites Antilles, dénommés traditionnellement « Caraïbes insulaires », n’est pas connue archéologiquement. Aucun site n’a pu être formellement identifié comme appartenant à ce groupe ethnique. On ignore donc la date d’arrivée et même la réalité ethnique de ces groupes guerriers rencontrés par Christophe Colomb en 1493, lors de son deuxième voyage (Delpuech 2007).

17Après sa découverte par Christophe Colomb en 1493 et jusqu’à la prise de possession française en 1635, l’archipel guadeloupéen voit les contacts entre Indiens Caraïbes et Européens se multiplier très vite au détriment des -autochtones. C’est l’époque des flibustiers de la mer des Caraïbes. La colonisation française du xviie siècle aboutira rapidement à la disparition des peuples amérindiens et à la mise en place de la traite des esclaves africains. Le système colonial, fondé notamment sur la culture de la canne à sucre, s’établit alors pour près de trois siècles (voir Delpuech infra : 101-112).

Historique des recherches archéologiques

18Les descriptions des chroniqueurs accompagnant les colonisateurs intéressent directement les archéologues : emplacement des villages, type des maisons, outils, poteries ou parures, manière d’enterrer les morts... Il est singulier de noter que les roches gravées amérindiennes de Capesterre-Belle-Eau sont signalées dès le xviie siècle par le père Breton (1978), qui les attribue cependant aux Espagnols.

19Au xviiie siècle, l’idée d’interpréter les mœurs des Anciens par comparaison avec celles des Sauvages donna naissance au comparatisme ethnographique. Ainsi, en 1723, Antoine de Jussieu présenta à l’Académie royale des sciences un mémoire intitulé De l’origine et des usages de la pierre de foudre où une hache emmanchée « tirée des Caraïbes » était comparée aux pièces néolithiques des cabinets de curiosités (Hamy 1907). En 1805, la découverte au Moule, sur le site précolombien de Morel, de squelettes humains pris dans des bancs de sable calcifié et qualifiés d’anthropolithes eut un certain retentissement. L’un fut envoyé au British Museum à Londres, un autre au Muséum d’histoire naturelle à Paris (Delpuech 2005).

20En fait, l’archéologie guadeloupéenne est véritablement née durant la seconde moitié du xixe siècle. Mathieu Guesde puis son fils Louis rassemblèrent une importante collection d’objets lithiques précolombiens qui fut présentée à l’Exposition universelle à Paris, en 1867. Vers la même époque, les roches gravées de Trois-Rivières puis celles de Capesterre-Belle-Eau et de Baillif étaient décrites. Ces pétroglyphes du sud de la Basse-Terre firent l’objet d’études et de publications dans la première moitié du xxe siècle, notamment par Édouard Hamy (1903), Émile Merwart, Henri Froidevaux (1920), puis Louis Joseph Bouge.

21Jusque-là, il n’y avait eu aucune fouille connue dans l’archi-pel. En 1949, Émile Revert, envoyé en mission aux Antilles par le ministère de l’Éducation nationale, mène une reconnaissance archéologique de la Guadeloupe et réalise quelques sondages sur le site précolombien de Morel (Revert 1949).

22À sa suite, Edgar Clerc y commence des fouilles qu’il poursuivra au long des années 1960-1970. La découverte de très importants vestiges fera de Morel le gisement de référence pour la Guadeloupe. D’autres sites et, notamment, l’Anse à l’Eau à Saint-François, font également l’objet de reconnaissances et de sondages archéologiques de la part d’Edgar Clerc (1964).

23Parallèlement, Robert Pinchon, venu de Martinique, découvre en 1951 le site de Petite Rivière à la Désirade et récolte un certain nombre de pièces en Guadeloupe qui enrichissent sa collection. À la même époque et pendant une vingtaine d’années, Maurice Barbotin (1969) prospecte l’île de Marie-Galante et y mène quelques fouilles, notamment à Folle Anse de Grand-Bourg.

24La circonscription archéologique de la Guadeloupe est créée en 1972 lorsque la loi réglementant les fouilles archéologiques est étendue aux départements d’outre-mer. Edgar Clerc, fondateur de la Société d’histoire de la Guadeloupe, est alors nommé directeur indemnitaire des Antiquités et le reste jusqu’à sa mort en 1984. Basée au Moule, sur la côte atlantique de la Grande-Terre, son activité porte essentiellement sur cette partie de la Guadeloupe. C’est ce qui détermine la construction du dépôt de fouilles du Moule qui devient le siège administratif de la direction des Antiquités.

25À partir de ses fouilles (principalement sur le site de Morel) et de ses prospections, Edgar Clerc accumule un important mobilier archéologique qui constitue l’essentiel des collections du musée départemental de Préhistoire, inauguré en 1984 et qui prend son nom (Petitjean Roget 1996). Édifié dans le parc de la Rosette au Moule à côté du dépôt de fouilles, il constitue alors le centre essentiel de l’archéologie guadeloupéenne. L’autre pôle archéologique est le parc des Roches Gravées à Trois-Rivières, créé par la Société d’histoire en 1975, puis géré par le conseil général de Guadeloupe (Bouchet et Delpuech 1995).

26En 1984, le conseil général confie la responsabilité du nouveau musée Edgar-Clerc à Henry Petitjean Roget, également nommé la même année directeur indemnitaire des Antiquités de la Guadeloupe. Il occupera ce poste jusqu’en mars 1992, date de création du nouveau service régional de l’archéologie. À côté de nombreuses actions de sensibilisation pour prévenir le pillage des sites, on note, pendant cette période, les campagnes de prospections menées en Grande-Terre, à la Désirade et à Marie-Galante essentiellement, ainsi que plusieurs sondages et fouilles réalisés par Pierre Bodu, volontaire à l’aide technique en 1984-1985.

27De son côté, le conseil régional crée en mai 1991 un poste d’archéologue confié à Gérard Richard, qui a mené depuis de nombreuses prospections et plusieurs actions de fouilles de sauvetage.

28Quelques actions méritent d’être signalées. De 1988 à 1993, Alain Gilbert a entamé une prospection et un relevé systématique des roches gravées amérindiennes (Gilbert 1990). À Saint-Martin, la découverte d’un site amérindien à Hope Estate en 1988 et les sondages de Jay Haviser ont été suivis, à partir de 1993, d’importantes fouilles archéologiques (voir ci-dessous).

Création d’un service d’archéologie dans un département français d’Amérique

29Créé officiellement en mars 1992, le service régional de l’archéologie de Guadeloupe a vu mon installation comme premier conservateur régional de l’archéologie en juillet 1992. En 1993, le service a été renforcé par la nomination d’un ingénieur d’étude, Xavier Rousseau, puis un peu plus tard par l’arrivée de personnels de l’Afan pour la carte archéologique (Éric Gassies puis Marlène Mazière, Claude Muszynski). Fin 1999, une fois ce service installé, structuré et les bases d’une politique de prévention, de recherche et de promotion mises en place, j’ai quitté mes fonctions, remplacé par Antoine Chancerel. À partir de cette date et dans les années qui suivirent, après un septennat bien rempli, parfois usant dans ce contexte singulier de création d’un service dans un lointain département d’outre-mer mais ô combien stimulant, l’équipe pionnière du service, peu à peu, a naturellement vogué vers d’autres horizons.

30La première tâche a consisté dans l’installation de ce nouveau service, à Basse-Terre, au sein de la direction régionale des affaires culturelles (Drac) de Guadeloupe qui venait d’être créée en 1989. Au tout début, il a fallu rechercher des locaux, installer des bureaux, mettre en place toute la logistique. Parallèlement, l’insertion de ce nouveau service de l’État dans le contexte d’outre-mer où la place et le rôle de l’archéologie restaient à établir a nécessité un gros travail de promotion. En 1992, la notion d’archéologie préventive n’existait pas en Guadeloupe ; les recherches de terrain restaient souvent cantonnées à de simples prospections de surface. Les administrations, les élus comme, dans une large mesure, la population guadeloupéenne, n’avaient guère conscience de ce que représentaient les archives du sol et encore moins la discipline archéologique.

Naissance d’une archéologie préventive

31C’est ainsi qu’a été engagé un long travail d’information, de persuasion, de dialogue avec tous les partenaires politiques, économiques et sociaux, ponctué çà et là de conflits et de blocages, pour faire admettre peu à peu la nécessité d’inventorier, de protéger et d’insérer le patrimoine archéologique dans les procédures d’aménagement. Comme en France métropolitaine il y a quelques décennies, nos premières interventions ont consisté d’abord dans des fouilles de sauvetage. Ce n’est qu’à la fin des années 1990, et surtout au cours des années 2000, que ces efforts ont permis d’instaurer une véritable archéologie préventive.

32Dès 1992-1993, les premières opérations de sauvetage ont été conduites. Les pillages de sable, menace insidieuse et incontrôlable, pesaient encore dans ces années-là sur les sites littoraux. Depuis les années 1950-1960, les Guadeloupéens, particuliers mais aussi entreprises de bâtiment et de travaux publics, avaient pris l’habitude de venir prélever le sable des plages pour la fabrication de leur béton. L’usage de pelles et de pioches faisait parfois même place à l’emploi de tractopelles. Comme la grande majorité des sites archéologiques amérindiens se trouvent conservés dans les stratigraphies des dunes et plages côtières, des milliers de mètres cubes de couches archéologiques ont été ainsi irrémédiablement détruits au fil des années. Ces dommages étaient, en outre, renforcés par le passage régulier des ouragans attaquant ces littoraux ainsi déstabilisés avec, en particulier, la coupe sauvage de la végétation. Certains sites importants ont été très gravement endommagés : par exemple Morel ou l’Anse Sainte-Marguerite dans la commune du Moule, sur la côte atlantique de la Grande-Terre. D’autres ont été entièrement détruits. Les photographies aériennes anciennes sont là pour en témoigner.

33Dès l’installation du service régional, une intense communication a donc été menée dans les médias pour alerter l’opinion sur ces destructions patrimoniales involontaires, ayant aussi un impact grave sur l’environnement. Sur le site symbolique de Morel, avec l’aide de la municipalité, de gros blocs de pierres ont été installés pour interdire l’accès de la plage aux véhicules et stopper ainsi les prélèvements. Une première fouille de sauvetage était menée parallèlement. Dans le même temps, la répression renforcée de ces pillages de sable et l’évolution des mentalités ont fait reculer ce fléau au fil des années ; sans compter que l’usage de sable de mer salé s’avérait désastreux pour les ferrailles du béton armé !

34Il importe ici d’ouvrir un petit paragraphe que l’on pourrait intituler « cyclones et archéologie ». Entre le 26 août et le 15 septembre 1995, l’archipel guadeloupéen a subi le passage de trois cyclones (Iris, Luis et Marilyn). Les deux derniers ouragans ont eu des effets destructeurs sur bon de nombre de sites archéologiques.

35Le passage du cyclone Luis a entraîné une très forte érosion des plages et d’importants déplacements de sables. En Grande-Terre, des vestiges amérindiens ont été emportés ou dégagés, se retrouvant sans aucune protection contre l’érosion ou les pillages. Les petites plages de la côte sous le vent (côte caraïbe, à l’ouest de la Basse-Terre) ont particulièrement souffert de la très forte houle. La plupart ont été complètement détruites.

36Le cyclone Marilyn a touché essentiellement l’île de Basse-Terre. Les pluies diluviennes ont généré de violentes crues qui ont dévasté les bourgs et hameaux de la côte caraïbe et ont profondément modifié le cours des rivières ; l’érosion des fonds de vallées a été très forte. En de nombreux endroits, l’eau a entraîné d’importants glissements de terrain accentués par la nature très montagneuse de l’île. Plusieurs sites amérindiens ont ainsi été fortement érodés. Avec la destruction de la végétation, de nouvelles roches gravées ont pu être découvertes à Trois-Rivières ou à Baillif.

37Grâce à un financement spécifique de la sous-direction de l’archéologie, plusieurs opérations de sauvetage « post--cycloniques » ont pu être réalisées fin 1995 et début 1996. Les observations « en direct » lors du passage des ouragans, suivies par des interventions de terrain, ont montré combien les processus post-dépositionnels prenaient une démesure particulière dans ces îles tropicales aux conditions météorologiques, mais aussi géologiques (volcanisme actif et forte sismicité), exceptionnellement violentes. Toute recherche archéologique, autour de l’occupation de l’espace notamment, doit tenir compte de ce contexte taphonomique singulier (Delpuech 2004).

38En matière de préservation des sites, une grande difficulté était et reste toujours l’urbanisme qui se développe de manière anarchique dans certaines zones, sans aucun permis de construire. L’exemple de l’Anse à la Gourde, à Saint-François, est caricatural. Sur les plans cadastraux des années 1990 ne figurait officiellement qu’une seule et unique maison. Dans les faits, depuis le début des années 1980, un véritable village a été construit « clandestinement » avec des dizaines de villas en dur dont plusieurs ont détruit une partie du très important site amérindien troumassoïde fouillé de 1995 à 2000. Que faire face à la démission des autorités laissant s’ériger ces constructions sauvages ?

39Cependant, des premières négociations, au coup par coup, s’engageaient avec quelques premiers aménageurs publics ou privés parmi les plus ouverts à nos préoccupations : dès 1993 à Saint-Martin ou au Moule par exemple. Dans cette dernière commune, le projet d’installation d’un village-vacances à l’Anse Sainte-Marguerite aboutissait à la toute première opération d’archéologie préventive dans l’archipel. Un diagnostic archéologique, cofinancé par l’aménageur (la caisse d’allocations familiales de Guadeloupe) et l’État, était ainsi pratiqué début 1994, qui révélait, dans la zone concernée, la très grande destruction par les pillages de sable du site amérindien et du cimetière colonial anciennement repérés. Le projet immobilier était abandonné ultérieurement pour conserver cette plage en zone naturelle non constructible.

40L’alliance objective avec les organismes en charge de l’environnement (Direction régionale à l'environnement / Diren, Parc national de la Guadeloupe…) fut bien le meilleur moyen d’engager une politique de protection des sites côtiers et de mieux faire prendre en compte le patrimoine archéologique, essentiellement amérindien. Ainsi, en 1997, dans le cadre d’une nouvelle loi sur les « cinquante pas géométriques » – zone large de près de 50 m tout le long du littoral –, une collaboration étroite était engagée avec la Diren et le Conservatoire du littoral. Tous les sites patrimoniaux connus sur les côtes guadeloupéennes étaient positionnés et hiérarchisés avec définition des contraintes environnementales et patrimoniales. Une politique d’acquisition de réserves foncières était engagée.

41Avec l’appui de la préfecture de région, le service s’est peu à peu inséré dans les procédures d’urbanisme et d’aménagement du territoire (permis de construire, plan d’occupation du sol / Pos, routes…). À partir de 1996, plusieurs études d’impacts préliminaires ont été menées sur des projets de déviations routières : celle de Capesterre-Belle-Eau qui, après des années de retard, a débouché sur la première opération préventive autoroutière au début des années 2000 ; celle de Gosier/Sainte-Anne ou de Morne-à-l’Eau. Nos relations avec la direction départementale de l’équipement (Dde) se développant, d’autres travaux de carrières ou des projets de zones d’aménagement concertés (Zac) ont fait alors l’objet de consultation. Quelques diagnostics ont été conduits comme pour un projet d’hôtel à la Pointe Conchou. L’aménagement comme parc archéologique de la plage de Morel – qui consacrait la protection de ce qui restait de ce site majeur – faisait l’objet d’une fouille préventive entièrement financée par l’aménageur, la Semsamar, en 1999.

42Parallèlement à ces opérations préventives et de sauvetage, et comme partout en France, un accent particulier était mis sur l’établissement de la carte archéologique de la Guadeloupe. Un premier travail a naturellement consisté dans le repérage et l’évaluation des sites anciennement répertoriés. Au-delà, divers programmes de prospection de la cellule carte archéologique du service, souvent associée à des équipes extérieures, ont permis d’enrichir, année après année, l’inventaire des sites archéologiques des différentes îles de l’archipel. Fort de ces données, les révisions des Pos ont pu être instruites. Des premiers zonages archéologiques ont également pu être cartographiés et soumis à nos différents interlocuteurs. Ce fut par exemple le cas des sites de pétroglyphes de Trois-Rivières dans le sud de la Basse-Terre.

43Ainsi, à force de discussions, de médiatisation, de sensibilisation, la prise en compte du patrimoine et la nécessité d’interventions préalables aux travaux d’aménagement du territoire devenaient une réalité tangible. Avec l’instauration de la nouvelle loi sur l’archéologie préventive, les opérations de diagnostics et de fouilles pouvaient enfin presque rejoindre au cours des années 2000 les pratiques de la France métropolitaine.

Une politique de coopération internationale

44À côté de ses tâches de gestion, de protection et de promotion du patrimoine archéologique, le service régional a initié dans le domaine de la recherche d’importants travaux de terrain dans les différentes îles de l’archipel guadeloupéen, aussi bien pour les périodes précolombiennes que coloniales (Delpuech 1996). Sont exposés ici quelques-uns des axes de recherches initiés en matière d’archéologie précolombienne ; un article spécifique (voir Delpuech infra : 101-112) traite de l’archéologie des périodes coloniales.

45Cette politique de recherche s’est largement appuyée sur la coopération avec des organismes de recherche français et étrangers. En l’absence d’équipe universitaire sur place, alors qu’aucun laboratoire du Cnrs ne travaillait sur cette région caribéenne, et vu la taille restreinte de l’équipe du service régional, une recherche de partenaires extérieurs a été activement menée pour installer une politique de recherche volontariste.

  • 2  On peut regretter qu’à la suite de mon départ de la Guadeloupe, le Sra n’ait pas souhaité poursuiv (...)

46Ainsi, dès 1993, le service régional de l’archéologie a conclu avec la faculté d’archéologie de l’université de Leiden (Pays-bas) un accord de coopération scientifique portant sur l’étude des sociétés amérindiennes dans la Caraïbe22. Sous la direction scientifique conjointe de Corinne Hofman et Menno Hoogland, maîtres de conférences à l’université de Leiden, et de moi-même, ont été engagées plusieurs opérations archéologiques de terrain en Guadeloupe (prospections, sondages de reconnaissances et fouilles) ainsi que de nombreux travaux de laboratoires. Dans ce cadre, plusieurs maîtrises et thèses ont été réalisées et se poursuivent par des étudiants hollandais, allemands ou français. Les principales opérations de terrain ont été les fouilles menées à l’Anse à la Gourde (Saint-François), à Morel (Le Moule) et sur les sites de roches gravées de Trois-Rivières. Parallèlement, Simon Troelstra et Kay Beets, et l’équipe de l’université d’Amsterdam, ont entamé une étude géomorphologique et paléo-environnementale des côtes de la Guadeloupe.

47La coopération avec l’Umr 8096 « Archéologie des Amériques » (Cnrs et université de Paris-I), alors sous la direction de Danièle Lavallée, s’est développée au fil des années, même s’il faut continuer de déplorer l’absence totale de poste d’archéologue spécialiste des Antilles au Cnrs en 2007. Quelques maîtrises ont été conduites par des étudiants français à l’université de Paris-I en étroite collaboration avec Éric Taladoire. Par ailleurs, Sandrine Grouard et Nathalie Serrand ont effectué leur thèse sur l’exploitation des ressources du milieu marin par les populations précolombiennes des Petites Antilles. Toutes deux sont rattachées au Laboratoire d’anatomie comparée du Muséum national d’histoire naturelle de Paris (Upr 1415 du Cnrs, « Archéozoologie et histoire des sociétés ») et poursuivent leurs recherches dans la zone (voir infra Serrand : 78-90 ; Grouard : 91-101). Dès la création du service, une recherche s’est instaurée avec Thierry L’Étang, anthropologue et directeur de la revue Tyanaba, portant sur l’étude des Caraïbes insulaires, avec une confrontation des informations archéologiques et des données ethno-historiques concernant les derniers Amérindiens des Petites Antilles.

48En 1997 enfin, une coopération a été initiée avec l’université de Provence et le Laboratoire d’anthropologie et de préhistoire des pays de la Méditerranée occidentale (Lapmo) du Cnrs d’Aix-en-Provence. Les recherches ont porté sur l’île de Marie-Galante dans trois domaines principaux : une étude géomorphologique et paléo-environnementale par Jacques Colina-Girard, une prospection inventaire sur l’Ouest de l’île par André d’Anna, une campagne de sondages archéologiques sur le site précolombien de Folle Anse (Grand-Bourg) par Robert Chenorkian.

49Notons également les contacts réguliers avec la communauté des chercheurs caribéens, des îles voisines, d’Amérique du Nord comme d’Europe. Plusieurs d’entre eux se sont régulièrement rendus sur le terrain. Outre deux congrès organisés pendant cette période, il convient de souligner la tenue en Guadeloupe en juillet 1999 d’un séminaire rassemblant une vingtaine de chercheurs caribéanistes autour des fouilles de l’Anse à La Gourde et des sites de roches gravées. La relation avec la communauté internationale œuvrant dans la Caraïbe s’avère fondamentale. L’examen d’une simple carte comparée à l’émiettement politique de la région (voir Delpuech supra : 7-9) montre la nécessité absolue de coopérer, de comparer, d’échanger entre chercheurs de différents pays. Et il convient que ceux intervenant dans les départements français des Amériques ne succombent pas à une tendance un peu trop naturelle de mener leurs travaux entre Français dans la seule langue de Molière, dans une relation trop ombilicale avec une lointaine métropole où l’on cherche comparaisons scientifiques et collaborations avec des collègues ignorant tout de l’univers antillo-guyanais.

Sept années de recherches amérindiennes

50Les opérations réalisées dans le domaine de l’archéologie amérindienne de 1992 à 1999 se sont donc insérées dans les grands thèmes de la recherche caraïbe.

51Les études géomorphologiques et paléo--environnementales débutées à Marie-Galante en collaboration avec l’université de Provence, et celles développées en Grande-Terre et à la Désirade avec l’université d’Amsterdam, touchent aux questions clés de la variation du niveau marin dans les derniers millénaires et des processus d’érosion-sédimentation des milieux côtiers où se concentrent actuellement la plupart des sites amérindiens connus. Seules de telles recherches permettront d’orienter des prospections et sondages sur les premières occupations mésoindiennes actuellement quasi inexistantes dans l’archipel guadeloupéen. La compréhension des dynamiques sédimentaires dans les milieux sableux de plages sera aussi déterminante pour analyser l’état des vestiges et orienter les stratégies de fouilles (Delpuech 2004).

52Fin 1998, cent soixante-cinq sites étaient inventoriés pour l’époque précolombienne. Un grand nombre étaient connus grâce aux prospections d’Edgar Clerc, de Philippe Arnoux ou de Pierre Bodu. Au cours des années 1990, de nouvelles découvertes ont été effectuées, en particulier avec l’étude systématique par la cellule carte archéologique du service de certaines zones encore mal connues comme la côte sous le vent de la Basse-Terre, l’Est de Marie-Galante ou encore l’île de Saint-Barthélemy. Dans l’Est de la Grande-Terre, les îles de Petite-Terre et de la Désirade d’une part, dans l’Ouest de Marie-Galante, autour des marais de Folle Anse d’autre part, deux opérations de recherches sur l’occupation du territoire par les groupes amérindiens ont apporté aussi des résultats appréciables. La première a consisté en un long travail de terrain véritablement systématique et a fait l’objet d’une thèse soutenue en 2006 à l’université de Leiden par Maaike De Waal (De Waal 2006).

53Sur le site de Norman Estate à Saint-Martin, des sondages ont confirmé la présence d’un niveau amérindien méso-indien. Sa datation vers 2400-1900 av. J.-C., en faisait l’occupation la plus ancienne dans l’archipel guadeloupéen. Depuis, sous la conduite de Dominique Bonnissent (Inrap), plusieurs sites importants de la même époque ont été repérés et fouillés dans cette île du Nord (Bonnissent infra : 56-69). En Grande-Terre, à la Pointe des Pies (Saint-François), une opération de sauvetage conduite par Gérard Richard a permis de repérer une possible station mésoindienne datée au radiocarbone de 2830 ± 50 BP. L’occupation mésoindienne reste mal connue pour l’ensemble des Antilles. Des études pluridisciplinaires plus approfondies, associant géologues et archéologues, sont nécessaires pour détecter ces occupations anciennes difficiles à découvrir par des prospections de surface classiques.

54Des recherches beaucoup plus importantes ont porté sur les débuts du Néolithique antillais dans les derniers siècles avant notre ère avec la question des premières occupations céramiques, de leur datation, de la caractérisation et du rapport entre les styles huecan et cedrosan saladoïde.

55Entrent pleinement dans cette problématique des sites ayant livré quelques-unes des premières céramiques connues dans le milieu insulaire caraïbe : la fouille programmée de Hope Estate à Saint-Martin par Christophe Henocq, associé à Corinne Hofman et Menno Hoogland de l’université de Leiden, puis à Dominique Bonnissent (Hofman et Hoogland 1999 ; Bonnissent infra : 56-69) ; les premiers sondages pratiqués à Folle Anse de Marie-Galante par Robert Chenorkian de l’Université de Provence ; ceux réalisés à Sainte-Marguerite (Le Moule) et plusieurs opérations de sauvetage à Morel (Le Moule) associant l’université de Leiden et le service régional de l’archéologie (Delpuech, Hofman et Hoogland 2002).

56D’autres interventions ont révélé des occupations saladoïdes datées des premiers siècles de notre ère. La crue de la rivière de Baillif, lors du cyclone Marilyn de 1995, a mis au jour des niveaux archéologiques dont une occupation cedrosan saladoïde qui constituait alors le premier site précolombien en place de la côte sous le vent. À Petite Rivière (la Désirade) ou encore à l’Anse à l’Eau (Saint-François), des reconnaissances stratigraphiques ont révélé des occupations cedrosan saladoïde tardif et troumassoïde. Si le premier site est largement détruit, le second reste un des mieux préservé de Guadeloupe. À l’Anse des Pères (Saint-Martin), une campagne de sondages a cerné la grande extension d’un habitat cedrosan saladoïde daté des années 730 à 960 de notre ère, dates tardives qui présentent un grand intérêt pour la fin de la série saladoïde dans le Nord des Petites Antilles (Hofman et Hoogland 1999).

57Une campagne de prospection des roches gravées amérindiennes sur les îles de la Basse-Terre et de Marie-Galante a conduit à la découverte de nouveaux pétroglyphes, notamment dans la région de Trois-Rivières. Sur dix-huit sites, mille figures sont recensées, faisant de la Guadeloupe l’île des Petites Antilles la plus riche en art rupestre. On notera la découverte, en 1995, du site de l’Anse des Galets (Trois-Rivières), où neuf roches présentent une vingtaine de figures gravées dont deux personnages entiers principaux. L’ensemble constitue un nouveau site majeur de l’art rupestre des Petites Antilles (Mazière et Mazière 2002).

58En 1994, une première campagne de fouilles a été conduite à Trois-Rivières autour des roches gravées. Une trentaine de sondages archéologiques réalisés sur les sites de l’Anse Duquéry et de la Vallée d’Or (Chez Derussy) ont mis au jour de nouvelles gravures sur les parties enterrées de certaines roches. Ils ont surtout permis de récolter du mobilier caractéristique d’une phase tardive de la série saladoïde datée vers 300-600 de notre ère. Aucun lien stratigraphique direct n’a pour l’instant été établi entre les gravures et le mobilier recueilli au pied des roches. Cependant l’homogénéité du matériel issu de l’ensemble des sondages permet d’orienter l’hypothèse de datation vers cette phase récente du Saladoïde (Bouchet et Delpuech 1995).

59Pour les périodes récentes de la préhistoire antillaise, l’opération majeure est celle de l’Anse à la Gourde (Saint-François) où une fouille programmée pluriannuelle de grande ampleur s’est déroulée de 1995 à 2000. Elle a porté essentiellement sur les phases troumassoïdes, entre 800 et 1300 de notre ère. Une phase d’occupation cedrosan saladoïde plus ancienne date des années 400 apr. J.-C. L’extension des fouilles (plus de 1 500 m2) a fourni pour la première fois en Guadeloupe une structuration de l’habitat, des plans de maison, de forme circulaire ou ovalaire, d’un diamètre de 6 à 12 m, avec notamment des trous de poteau creusés dans le rocher. Un autre très grand intérêt de ce site réside dans la présence de très nombreuses sépultures (plus de soixante-dix) aux rites funéraires particulièrement complexes. À signaler plusieurs maîtrises et deux thèses (Knippenberg 2006 et Lamners-Keysers en cours) portant notamment sur l’important mobilier exhumé et sur les pratiques funéraires.

60À Sainte-Marguerite (Le Moule), un niveau précolombien tardif a été repéré avec deux sépultures, ce qui confirme que des niveaux précolombiens en place restent préservés sur cet important site connu jusqu’ici uniquement par du mobilier hors contexte. Un projet immobilier sur le site côtier de la Couronne Conchou au Moule a occasionné une opération d’évaluation préalable. Les sondages pratiqués ont révélé une occupation troumassoïde (800-1200 apr. J.-C.) à l’arrière de la dune de sable. À Baie aux Prunes, dans les terres basses de Saint-Martin, c’est un sauvetage urgent qui a permis la mise au jour d’un site post-saladoïde.

61Grande Anse de Terre-de-Bas constitue le premier site précolombien repéré dans le petit archipel des Saintes. Lors d’une fouille programmée en 1995, un niveau archéologique unique a livré un mobilier céramique suazan troumassoïde daté du xiie siècle.

62Dans la petite île de la Désirade, au large de la Grande-Terre, le site archéologique du Morne Cybèle situé sur un promontoire escarpé est connu pour avoir livré un mobilier céramique original montrant une évolution très tardive de la série suazoïde. Il est associé à une « guaiza », tête humaine en lambi sculpté, du style taïno des Grandes Antilles. Des sondages récents ont révélé une occupation voisine, légèrement plus ancienne que la première datée au radiocarbone de 1440 à 1460 apr. J.-C. Il s’agit du site amérindien le plus récent actuellement connu dans les Petites Antilles. À Morne Souffleur, un autre site similaire et voisin démontre également les influences des cultures des Grandes Antilles (De Waal 2006).

63Un programme collectif de recherche (Pcr) sur les Caraïbes insulaires a réuni différents spécialistes de l’archéologie, de l’ethnologie et des historiens du xvie au xviiie siècles des Antilles, de France et des Pays-Bas ; il visait à l’étude des derniers Amérindiens des Petites Antilles. Ce programme a notamment porté sur la recherche et l’analyse de nombreux documents historiques conservés aux Archives des Indes occidentales à Séville et relatifs à la présence espagnole au xvie siècle (coordination Thierry L’Étang).

64Signalons enfin la réalisation d’un projet collectif de recherche sur l’exploitation des milieux marins par les populations précolombiennes des Petites Antilles, portant sur l’étude des restes de faune vertébrée et invertébrée marine issus des divers sites archéologiques fouillés en Guadeloupe et dans les îles voisines. Complétées par des informations ethnographiques et historiques, ces données apportent d’importants résultats sur les espèces pêchées ou chassées, leur part alimentaire dans le régime de subsistance des groupes amérindiens, l’utilisation de certaines ressources comme matière première (coquillages), l’exploitation des milieux. Ce programme a notamment débouché sur les thèses de ses deux responsables, Sandrine Grouard (2001) et Nathalie Serrand (2002) qui ont marqué une étape importante dans l’étude de ces domaines peu traités jusque-là.

Publications, colloques et diffusion

65Tous ces travaux initiés au cours de ces années pionnières du service régional de l’archéologie ont fait l’objet de publications, notamment de nombreux articles dans des revues ou actes de colloques. Plusieurs thèses ont été soutenues à Paris et à Leiden, qui constituent autant de références dans leurs domaines : occupations de l’espace et territorialité, industrie lithique et coquillère, archéozoologie… Les monographies des fouilles les plus importantes (Morel, Anse à La Gourde, Hope Estate…) sont en cours de rédaction par les différents chercheurs. Signalons enfin la parution en 2001 de Guadeloupe amérindienne, premier guide archéologique consacré à l’outre-mer français par les Éditions du Patrimoine (Delpuech 2001).

  • 3  Lors du xxie congrès de l’Aiac à Port of Spain (Trinidad et Tobago) en juillet 2005, j’ai eu le pl (...)

66Avec les travaux menés conjointement dans les régions de Guyane et de Martinique, la recherche française dans la région s’affirme. Pour s’en convaincre, il suffit de voir la part croissante des communications concernant les trois départements français des Amériques présentées aux congrès bisannuels de l’Association internationale de l’archéologie de la Caraïbe (Aiac), qui rassemble près de deux cents chercheurs caribéens, nord-américains, sud-américains et européens travaillant dans l'archipel des Antilles et au nord de l'Amérique du Sud, au Venezuela et dans les Guyanes3. Organisée en 1995 par Gérard Richard et Henry Petitjean Roget, la tenue du XVIe congrès de l’Aiac à Basse-Terre en Guadeloupe a constitué un moment important dans cette dynamique et a permis aux collègues caribéanistes de prendre véritablement contact avec le nouveau service créé trois ans auparavant.

67En 1998, pour la première fois dans sa longue histoire, le Comité des travaux historiques et scientifiques (Cths) a réuni son 123e congrès aux Amériques, en Martinique et en Guadeloupe. Ce fut l’occasion d’un rassemblement de la grande majorité des chercheurs œuvrant sur les trois Dom et d’une présentation des sites archéologiques et des recherches entreprises aux nombreux collègues français qui avaient fait le voyage. Une publication a rassemblé l’ensemble des communications (Delpuech, Giraud et Hesse 2002).

68Dans cette liste non exhaustive des réunions et publications, j’évoquerai le travail collectif effectué avec vingt-six chercheurs menant des investigations dans l’est de la Caraïbe. Constatant le fort développement des opérations de terrain dans les Petites Antilles au cours de la décennie 1990 et dans la logique de notre coopération internationale, nous avons pris avec ma collègue Corinne Hofman, de l’université de Leiden, l’initiative de réaliser un ouvrage de synthèse portant sur la période « Late Ceramic », c’est-à-dire entre 600 et 1500 de notre ère. Profitant de la tenue du congrès de l’Aiac à Aruba en 2001, nous avons associé à ce projet un groupe d’archéologues. Cette coopération s’est poursuivie par un séminaire, le premier du genre en Europe, organisé en avril 2002 à Leiden puis à Paris et rassemblant tous les auteurs, pour structurer ce volume traitant de la Caraïbe orientale en y associant les régions voisines du continent sud-américain (Delpuech et Hofman 2004).

69À côté de ces travaux scientifiques, le service régional de l’archéologie nouvellement créé en Guadeloupe a particulièrement mis l’accent sur la diffusion et la promotion de l’archéologie auprès du plus large public. Il nous est apparu particulièrement important de développer une forte politique de sensibilisation autour des vestiges archéologiques dans ce contexte particulier de l’outre-mer français où il n’existait pas véritablement de tradition patrimoniale comme en France métropolitaine. Ces actions visaient à assurer une meilleure protection des sites, souvent très discrets et méconnus, hormis les roches gravées amérindiennes. Dans un souci éducatif, de nombreuses actions ont été menées avec les milieux scolaires. Les Journées du patrimoine ont été l’occasion, chaque année, de braquer les projecteurs sur tel ou tel aspect de l’histoire antillaise, avec la visite de sites et la réalisation de dépliants d’information. Les fouilles archéologiques faisaient l’objet de régulières portes ouvertes. Les facilités d’accès aux médias (journaux, radios ou télévisions) ont rendu possible une intense communication vers le grand public.

70Deux expositions ont été réalisées par le service régional au cours de ces années 1990. À Trois-Rivières, en 1995, l’exposition Signes amérindiens – Les roches gravées en Guadeloupe, célébrant le vingtième anniversaire de la création du parc archéologique des Roches gravées, était l’occasion de présenter de nouvelles roches découvertes, des moulages et les dernières fouilles sur les sites de Trois-Rivières (Bouchet et Delpuech 1995). Mais c’est surtout l’exposition Présents Caraïbes – 5 000 ans d’histoire amérindienne qui a joué un rôle clé (Delpuech 1993).

Présents Caraïbes, une grande exposition pour une commémoration

71L’installation du service régional de l’archéologie au sein de la nouvelle Drac de Guadeloupe coïncidait avec le cinquième centenaire de l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique en 1492. Novembre 1993 correspondait aux 500 ans de la « découverte » de la Guadeloupe et des Petites Antilles lors du deuxième voyage du célèbre navigateur génois.

72Il est d’emblée apparu que cette date commémorative fondamentale de l’histoire antillaise était l’occasion d’agir pour bien faire connaître le long passé amérindien de la région, les 5 000 années d’histoire antérieures à l’irruption des conquistadors espagnols.

73En plein accord avec la sous-direction de l’archéologie, l’activité principale du service régional de l’archéologie a donc consisté, de mai 1993 à mars 1994, dans la réalisation de Présents Caraïbes.

74L’exposition s’est tenue au fort Delgrès à Basse-Terre du 5 décembre 1993 au 28 février 1994. Dans six salles, sur plus de 500 m2, elle racontait la longue aventure des peuples amérindiens des Antilles :

  • avant Colomb, plusieurs millénaires d’histoire et de vie,

  • à l’époque de Colomb et des « Conquistadors » qui l’ont suivi dans ce choc des deux mondes,

  • après Colomb, de la colonisation jusqu’à nos jours, où était soulignée une présence amérindienne dans le monde créole plus forte qu’il n’y paraît et où l’on découvrait qu’en 1993, des Indiens Caraïbes vivent tout près de la Guadeloupe.

75Le projet a associé tous les partenaires institutionnels : le conseil général de la Guadeloupe, le conseil régional de la Guadeloupe, les mairies de Basse-Terre, de Pointe-à-Pitre et de Trois-Rivières, le ministère de la Culture et de la Francophonie (direction du Patrimoine, direction des Musées de France, département des Affaires internationales, délégation au développement et formation), la direction régionale des affaires culturelles de Guadeloupe, le ministère des Départements et Territoires d’outre-mer.

76De nombreux objets archéologiques et historiques présentés provenaient de tous les pays de la Caraïbe, et d’Europe. Pour la plupart, ils n’avaient jamais été présentés au public français et certains n’avaient jamais été exposés. La réunion de ces collections était une véritable première.

77Plusieurs centaines d’objets archéologiques, ethnologiques et historiques, rassemblés pour la première fois en Guadeloupe, provenaient de plus de trente musées et de plusieurs collections particulières de République dominicaine, Haïti, Porto Rico, Saint-Martin, Anguilla, Saba, Guadeloupe, Dominique, Martinique, Guyane, Venezuela, France métropolitaine, Pays-Bas et USA...

78Étaient ainsi exposées des collections archéologiques des Petites Antilles, notamment des musées départementaux d’archéologie de Guadeloupe et de Martinique, et des pièces taïnos provenant d'importantes collections des Grandes Antilles ainsi que du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Les musées de la Marine, de l’Armée et des Arts et Traditions populaires de Paris ou le musée d’Art sacré du Gard avaient prêté plusieurs objets de l’époque moderne. De nombreux organismes avaient confié des documents -d’archives, gravures, livres, manuscrits illustrant les débuts de la colonisation : ainsi les bureaux régionaux du patrimoine de Martinique et Guyane, les Archives nationales, celles de Guadeloupe, de Guyane et de Seine-Maritime, le musée des Arts africains et océaniens, les bibliothèques du Saulchoir et des Fontaines. Enfin, de nombreux objets ethnographiques illustraient tout le parcours de l’exposition ; ils avaient été fabriqués par les actuels Caraïbes de Dominique ou les Kalin’as de Guyane, ou empruntés au musée Franconie et au bureau régional du patrimoine de Guyane.

79Par ailleurs, les Caraïbes de Dominique, la fédération des Karifuna, les Kalin’as de Guyane, ont été étroitement associés à l’élaboration de l’exposition. Plusieurs volets, directement réalisés par les Amérindiens, présentaient aussi bien leur artisanat actuel que les problèmes économiques, sociaux et politiques qui se posent aux Native Americans. Notons aussi, dans ce cadre, la venue en Guadeloupe de vingt-deux élèves du territoire caraïbe de la Dominique, accueillis par des enfants de la Guadeloupe des classes de 6e des collèges Campenon et Pitat de Basse-Terre.

  • 4  Soit près de 5 % de la population totale de la région Guadeloupe, qui tournait autour de 360 000 p (...)

80L’exposition a été un véritable succès populaire. Près de 18 000 personnes4 se sont déplacées en moins de trois mois dans le chef-lieu pour visiter les salles du fort Delgrès. Parmi ces visiteurs, plus de 10 000 élèves de cent vingt établissements scolaires (maternelles, primaires, collèges et lycées de toutes les communes de Guadeloupe) ont été accueillis et ont bénéficié pour la plupart de visites guidées. Ce public nombreux a eu ainsi accès, d’une manière directe et très visuelle, à cette préhistoire millénaire des Antilles. Le large écho dans la presse écrite et audiovisuelle a démontré l’impact très fort de cette re-découverte de la composante amérindienne de la Guadeloupe aux côtés de son histoire européenne, africaine ou asiatique. Ce fut la meilleure des manières de faire connaître l’histoire précolombienne du pays, de parler de notre discipline et d’installer, dans de bonnes conditions, le nouveau service régional de l’archéologie de Guadeloupe.

Haut de page

Bibliographie

Barbotin, M. 1969. « Arawaks et Caraïbes à Marie-Galante », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, numéro spécial, 11 : 77-119.

Bouchet, G. et A. Delpuech. 1995. Signes amérindiens : les roches gravées en Guadeloupe. Basse-Terre, Société d’histoire de la Guadeloupe, 30 p. [Exposition réalisée par la direction des archives départementales et le service régional d’archéologie de la Drac de Guadeloupe.]

Breton, R. 1978. Relations de l’île de la Guadeloupe. Basse-Terre, Société d’histoire de la Guadeloupe (Bibliothèque d’histoire antillaise 3), t. I, 214 p. [Textes de 1647, 1654 et 1656.]

Clerc, E. 1964. « Le peuplement précolombien des Antilles et ses vestiges en Guadeloupe », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, 2 : 18-31.

Delpuech, A. 1993. Présents Caraïbes : 5 000 ans d’histoire amérindienne. Basse-Terre, 50 p. [Exposition, fort Delgrès, Basse-Terre, 5 décembre 1993-28 février 1994, Sra (Drac) de Guadeloupe.]

Delpuech, A. 1996.« Le service régional d’archéologie de la Drac de Guadeloupe : bilan et perspectives 1992-1994 », in : Les musées des départements français d’Amérique : actes du congrès, Fort-de-France, 14-18 novembre 1994. Fort-de-France, Amhure : 38-46.

Delpuech, A. 2001. Guadeloupe amérindienne. Paris, Monum, Éditions du Patrimoine (Guides archéologiques de la France 38), 120 p.

Delpuech, A. 2002 : « La recherche archéologique en Guadeloupe », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane, 1998. Paris, Éditions du Cths : 27-36.

Delpuech, A. 2004. « Espaces naturels et territoires amérindiens dans la Caraïbe orientale », in : A. Delpuech et C.L. Hofman (ed.), Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. British Archaeological Reports International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology n° 14, Series editor Eric Taladoire : 4-17.

Delpuech, A. 2005. « Les “anthropolithes” de la Guadeloupe. Aux origines de l’archéologie antillaise », in :María Glenis Tavárez et Manuel A. García Arévalo (ed.), XX Congreso internacional de Arqueologia del Caribe, Santo-Domingo, 29 juin-6 juillet 2003, Publicación del Museo del Hombre Dominicano y Fundación García Arévalo, vol. II : 443-448.

Delpuech, A. 2007. « Migrations amérindiennes dans l’archipel caribéen », Archéopages, 18 : 38-43.

Delpuech, A., J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.). 2002. Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane, 1998. Paris, Éditions du Cths, 374 p.

Delpuech, A. et C.L. Hofman (ed.). 2004. Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. British Archaeological Reports International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology n° 14, Series editor Eric Taladoire, 330 p.

Delpuech, A., C.L. Hofman et M. Hoogland 2002. « Premiers horticulteurs amérindiens dans l’archipel guadeloupéen : Morel I (Le Moule) et la question Huecan/Cedrosan Saladoïde », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane, 1998. Paris, Éditions du Cths : 127-140.

De Waal, M. S. 2006. Pre-columbian Social Organization and Interaction Interpreted through the Study of Settlement Patterns : an Archaeological Case-Study of the Pointe des Châteaux, la Désirade and Les îles de la Petite Terre micro-region, Guadeloupe, F.W.I. Ph.D. Thesis, Leiden, Leiden University, 431 p.

Froidevaux, H. 1920. « La station des Trois-Rivières (Guadeloupe) et ses pétroglyphes. », Journal de la Société des américanistes de Paris (nouvelle série), t. XII : 127-141.

Gilbert, A. 1990. « Les pétroglyphes de la Martinique et de la Guadeloupe », in : Congrès du Cinquantenaire de la Sociedad Espeleofica de Cuba, La Havane, 15-19 janvier 1990, 13 p.

Grouard, S. 2001. Subsistance, systèmes techniques et gestion territoriale en milieu insulaire antillais précolombien – Exploitation des vertébrés et des crustacés aux époques Saladoïdes et Troumassoïdes de Guadeloupe (400 av. J.-C. à 1500 apr. J.-C.). Thèse de doctorat, Université de Nanterre - Paris-X, Environnement et archéologie, 1073 p.

Hamy, E.-T. 1903. « Roches gravées de la Guadeloupe », Journal de la Société des américanistes de Paris, t. IV-1 [9] : 82-97.

Hamy, E.-T. 1907. « La hache d’Antoine de Jussieu (1723) », Journal de la Société des américanistes de Paris (nouvelle série), t. IV : 203-208.

Hofman, C. L. et M. Hoogland (ed.). 1999. Archaeological Investigations on St-Martin (Lesser Antilles) : the Sites of Norman Estate, Anse des Pères and Hope Estate with a Contribution to the « La Hueca Problem ». Leiden, Archaeological Studies Leiden University, n° 4, Faculty of Archaeology, 329 p.

Knippenberg, S. 2006. Stone Artefact Production and Exchange among the Northern Lesser Antilles. Ph.D. Thesis, Leiden, Leiden University, 381 p.

Lammers-Keysers, Y. en cours. Tracing Traces from Present to Past : a Functional Analysis of Pre-Columbian Shell and Stone Artifacts from Anse à la Gourde and Morel (Guadeloupe, FWI). Ph.D., Leiden, Leiden University.

Mazière, M. et G. Mazière. 2002. « L’art rupestre amérindien de la Guadeloupe : les sites de la rivière du Plessis (Baillif) et de l’Anse des Galets (Trois-rivières) », in : A. Delpuech, J.-P. Giraud et A. Hesse (dir.), Archéologie précolombienne et coloniale des Caraïbes. Actes du 123e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane, 1998. Paris, Éditions du Cths : 151-166.

Petitjean Roget, H. 1996. Musée Edgar Clerc : de la découverte de l’île à l’arrivée des Français : histoire des collections et du musée départemental de préhistoire de la Guadeloupe. Basse-Terre, Conseil général de la Guadeloupe, 54 p.

Revert, E. 1949. Rapport sur la recherche archéologique aux Antilles françaises. Rapport dactylographié, Ministère de l’Éducation nationale, novembre, 14 p.

Rouse, I. 1992. The Taïnos : Rise and Decline of the People who greeted Columbus. New Haven et Londres, Yale University Press, 211 p.

Serrand, N. 2002. Exploitation des invertébrés marins et terrestres par les populations Saladoïdes et Post-Saladoïdes du Nord des Petites Antilles (500 BC – 1200 AD). Étude de cas et comparaisons. Thèse de doctorat, Université Paris-I - Panthéon-Sorbonne, Préhistoire-ethnologie-anthropologie, 1300 p.

Haut de page

Notes

2  On peut regretter qu’à la suite de mon départ de la Guadeloupe, le Sra n’ait pas souhaité poursuivre cette coopération scientifique avec la seule université en Europe ayant une spécialité en archéologie précolombienne de la Caraïbe. Aujourd’hui, ces équipes néerlandaises poursuivent leurs activités en République dominicaine.

3  Lors du xxie congrès de l’Aiac à Port of Spain (Trinidad et Tobago) en juillet 2005, j’ai eu le plaisir d’être élu vice-président de cette association.

4  Soit près de 5 % de la population totale de la région Guadeloupe, qui tournait autour de 360 000 personnes à cette date.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de l’archipel guadeloupéen et des sites amérindiens mentionnés : 1. Norman Estate (Saint-Martin) ; 2. Pointe des Pies (Saint-François) ; 3. Hope estate (Saint-Martin) ; 4. Folle Anse (Grand-Boourg) ; 5. Sainte-Marguerite (Le Moule) ; 6. Morel (Le Moule) ; 7. Rivière de Baillif (Baillif) ; 8. Petite Rivière (Trois-Rivières) ; 9. Anse à l’Eau (Saint-François) ; 10. Anse des Pères (Saint-Martin) ; 11. Anse des Galets (Trois-Rivières) ; Anse Duquéry (Trois-Rivières) ; 13. Vallée d’Or (Trois-Rivières) ; 14. Anse de la Gourde (Saint-François) ; 15. Couronne Conchou (Le Moule) ; 16. Baie aux Prunes (Saint-Martin) ; 17. Grande Anse (Terre-de-Bas) ; 18. Morne Cybèle (La Désirade).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Depuech, « Archéologie amérindienne en Guadeloupe », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 10-19.

Référence électronique

André Depuech, « Archéologie amérindienne en Guadeloupe », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/126 ; DOI : 10.4000/nda.126

Haut de page

Auteur

André Depuech

Conservateur en chef du patrimoine, responsable des collections des Amériques, musée du quai Branly
Andre.delpuech@quaibranly.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org