Navigation – Plan du site
Dossier: La médiation en archéologie

Expositions temporaires et création contemporaine dans un musée archéologique

Catherine Vaudour
p. 34-42

Résumé

Le Musée archéologique du Val-d’Oise à Guiry-en-Vexin a pris pour habitude d’organiser régulièrement des expositions temporaires dont l’originalité est de s’étendre dans l’ensemble des espaces du musée, jardins compris, et d’impliquer des domaines artistiques débordant largement l’archéologie. Si le public recherché comprend bien sûr l’amateur et le spécialiste de cette discipline, il est aussi le flâneur qui, sans but précis, trouvera matière à sa rêverie, à sa curiosité, à son goût pour la découverte. Musée-spectacle? Oui, à condition qu’y soit préservée toute la rigueur scientifique attendue. Musée scientifique? Aussi, mais offrant davantage que la seule transposition d’un livre ouvert.

Haut de page

Texte intégral

1Le Musée archéologique du Val-d’Oise à Guiry-en-Vexin a pris pour habitude d’organiser régulièrement des expositions temporaires dont l’originalité est de s’étendre dans l’ensemble des espaces du musée, jardins compris, et d’impliquer des domaines artistiques débordant largement l’archéologie. Si le public recherché comprend bien sûr l’amateur et le spécialiste de cette discipline, il est aussi le flâneur qui, sans but précis, trouvera matière à sa rêverie, à sa curiosité, à son goût pour la découverte. Musée-spectacle ? Oui, à condition qu’y soit préservée toute la rigueur scientifique attendue. Musée scientifique ? Aussi, mais offrant davantage que la seule transposition d’un livre ouvert.

La scénographie au service de l’exposition

2L’exposition est en effet un parcours spatial qui se fonde sur un discours, un propos. C’est une invitation à une démarche intellectuelle, volontiers pédagogique, une démonstration qui s’appuie sur la présentation d’artefacts, exemples originaux d’une production humaine identifiée. Plus qu’une démarche convenue, l’exposition est aussi l’occasion d’ouvrir des brèches dans les habitudes. Elle peut se permettre d’aborder des sujets marginaux dans des perspectives inattendues. Elle peut s’autoriser une remise en cause des connaissances et bouleverser les ordres traditionnels de la chronologie, de la topologie ou de la typologie. Autant de libertés qui ne pourraient être aussi facilement acceptables dans le parcours permanent d’un musée, obligatoirement plus consensuel. C’est pourquoi une exposition est unique et non reproductible, et le fait de l’avoir manquée produit une frustration. Ce caractère d’originalité tient aussi à la scénographie, mise en scène au moyen d’artifices de lumières, de matériaux et de couleurs, de perspectives et de volumes, destinée à emporter le visiteur dans un parcours sensoriel, poétique, parfois même esthétique dans sa mise en œuvre. Cet entraînement, à la fois intellectuel et sensoriel, nous mène à une double interrogation. L’une, philosophique : la représentation du réel est-elle plus intéressante que le réel lui-même ? L’autre, éthique : la transmission de la connaissance devient-elle une cause d’aliénation, la séduction du message engendre-t-elle l’adhésion au discours ?

3Perturbatrice dans ses démonstrations, dérangeante par ses ruptures avec les schémas traditionnels de la monstration, innovante dans les stratagèmes de la scénographie, l’exposition fait appel aujourd’hui à de multiples media. Les plus répandus sont les accompagnements audiovisuels dont les techniques sont en constante évolution. À cet égard aussi l’on se demandera quelle peut devenir la part d’aliénation au discours et la perte d’autonomie et d’inventivité du visiteur, sa conscience même de la réalité de l’objet exposé, autrement que comme illustration d’une théorie.

La création contemporaine, un autre regard sur l’archéologie

  • 1  Entre rêve et reconstitution, cette création élaborée par Michel Hallet Eghayan, chorégraphe, et P (...)
  • 2  Le 3 juillet 2009, Jean-Paul Marcheschi déclarait : « À l’homme de 25 ans, provenant de la sépultu (...)
  • 3  Du 25 septembre 2009 au 14 février 2010, le Musée départemental de préhistoire d’Île-de-France a p (...)

4Il est d’usage aujourd’hui de faire appel à de nombreuses et très différentes expressions artistiques dans le cadre d’expositions. Les arts vivants, musique, danse, théâtre, récits, performances, contribuent à la diversité de la perception d’une exposition qu’ils accompagnent. Ils interpellent le visiteur sur différents modes de sensibilité, ne le confinant plus dans la seule jouissance intellectuelle. À ce titre, la création contemporaine est sans doute la plus justifiée des interventions dans la mesure où elle est conçue pour l’exposition elle-même dont elle devient le prolongement naturel. Que ce soit un spectacle de danse contemporaine, Which side story ? Danser avec l’évolution, par la compagnie Hallet Eghayan en 2006 au Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, sur le thème de l’évolution de l’humanité1, ou l’exposition d’un artiste contemporain, Jean-Paul Marcheschi, avec la présentation d’œuvres plastiques comme L’Homme de Solutré au Musée départemental de la préhistoire de Solutré en 20092, et du même artiste, au même moment, Les Fastes au Musée de préhistoire d’Île-de-France à Nemours3 (Marcheschi & Roubaud 2009), la création contemporaine donne une résonance nouvelle à l’exposition et à son espace d’accueil.

5Parmi les différentes expressions de création contemporaine, les arts plastiques ont une place privilégiée dans les musées. Musées d’histoire comme Versailles, musées des beaux-arts mais aussi musées archéologiques, accueillent des artistes plasticiens, parfois jusqu’à la provocation, attitude dont on se demande quelquefois si elle ne deviendrait pas le meilleur instrument de communication. Sans tomber dans l’excès, le musée peut avec justesse intégrer les arts plastiques dans sa programmation. Il s’en dégage une relation d’une harmonie extrême entre les cultures anciennes et contemporaines, avec le bâtiment lui-même ou ses collections. Le déséquilibre ressenti crée le vertige de l’émotion, la perception d’un contre-chant inédit dans la confrontation de deux réalités au rapprochement inattendu.

Trois expositions temporaires du Musée archéologique du Val-d’Oise

Forge et forgerons, l’histoire d’un matériau

6De septembre 2007 à août 2008, le Musée archéologique du Val-d’Oise a demandé au jeune créateur contemporain Jean-François Lecomte d’installer une œuvre monumentale dans son jardin-patio. Il s’agissait d’un Manège, machinerie articulée, tournante et grinçante, conçue à l’image des manèges de fêtes foraines mais constituée de matériaux de récupération : brouettes, poubelles, outils, ustensiles et engins divers, bric-à-brac recomposé en personnages de fiction déambulant en ronde fantastique sous un chapiteau brinqueballant. Cette œuvre s’inscrivait dans le cadre de l’exposition Forge et forgerons, manifestation qui prit place dans différents espaces du musée sur le thème Jeux d’ombre et de lumière (Vaudour 2007). Au fil de son histoire depuis l’âge du Fer jusqu’à la période moderne, le fer était interrogé comme matériau de tous les contrastes. Dans sa noirceur naturelle il évoquait la torture et l’emprisonnement, le meurtre par les armes et le verrouillage des secrets, la force et la contrainte.

7Dans ses aspects brillants, satinés et polis, il prétendait à la somptuosité des métaux précieux pour l’ornementation d’objets luxueux, bijoux, armures et armes d’apparat, parures ciselées, plaques gravées en tableaux, coffrets damasquinés, selon des techniques proches de l’orfèvrerie. Le Manège, œuvre contemporaine de Jean-François Lecomte, terminait donc ce parcours comme une pirouette finale, animée par tous les objets de la vie quotidienne précédemment évoqués, entraînés cette fois dans une ronde ludique et joyeuse après leur abandon et leur remise au jour par les archéologues.

Manège

Manège

Jean-François Lecomte, 1996. Matériaux de récupération assemblés de bric et de broc : vélos rouillés, vieux cyclomoteurs, outils et ustensiles abandonnés… deviennent livreur de lait, marchand de légumes, ferrailleur… Détournés de leur fonction première, ces objets prennent vie, d’une autre manière. Collection de l’artiste

© Jean-François Lecomte

Manège, détail

Manège, détail

Jean-François Lecomte, 1996. Matériaux de récupération

© Catherine Vaudour

Mémoires de verre, le matériau de la mémoire

8Mémoires de verre fut également l’occasion d’inscrire le verre contemporain dans la perspective du verre archéologique (Vaudour 2009). L’exposition présentée de juin à décembre 2009 au Musée archéologique du Val-d’Oise comprenait plus de cinq cents objets fabriqués depuis l’époque gauloise jusqu’à la révolution industrielle. Une première partie proposait une présentation historique du verre, développement raisonné de type encyclopédique. Un effet particulier résidait dans la mise en valeur des pièces sublimées par un éclairage traversant les pièces de bas en haut. Après cette approche rassurante et conventionnelle, le visiteur basculait dans un univers onirique dans lequel l’objet d’usage quotidien prenait une dimension poétique. Avec « les poubelles du Louvre », l’abondant matériel des bouteilles cassées de la cave à vins de Madame Bontemps, commerçante aux Tuileries, était rassemblé en une installation révélant leur réalité archéologique : une masse considérable de tessons prélevés après leur écrasement en forme de comblement lors du sinistre des Tuileries le 27 mai 1871. En vis-à-vis, une œuvre de Joan Crous en constituait une sorte de réplique. Relictae livrait au sol les reliefs répandus de festins imaginaires et magnifiques, reliques sublimées par le verre, formes translucides en négatif blanc sur le fond noir de la mémoire. Aussitôt après cet épisode sur les détritus, reliques de l’histoire, intervenait une séquence sur les monstrances et reliquaires aux parois de verre ou de cristal rassemblés dans une immense vitrine, elle-même traitée comme une vaste boîte-reliquaire. La présentation se clôturait sur un grand surtout, centre de table vénitien du xixe siècle, joyau central de table d’apparat pour repas festifs dont il ne restera un jour que le souvenir, les vestiges et les débris abandonnés : le matériau de l’archéologie.

Relictae, détail

Relictae, détail

Joan Crous, 2009. Verre. Création pour l’exposition Mémoires de verre au Musée archéologique du Val-d’Oise. Collection de l’artiste

© Catherine Vaudour

Relictae

Relictae

Joan Crous, 2009. Verre. Collection de l’artiste

© Madvo, Philippe Lhomel

9Dans les parties permanentes du musée, quatre artistes ont été invités à se prêter au jeu de l’exposition pour créer des œuvres où s’introduisait le matériau verre, sur le thème de la mémoire et en relation directe avec les collections. Plusieurs installations sont venues transformer les salles dans des perspectives inattendues, fictions greffées dans la réalité des objets historiques. Jacki et Martine Perrin se sont inscrits dans les salles de géologie et de préhistoire. Avec des objets tranchants, contondants, meulant, raclant, perçant, polissant, ils ont métamorphosé les percuteurs, bifaces et haches polies. Antoine Leperlier est intervenu dans la suite gallo-romaine de Genainville avec deux œuvres : l’une est un puits creusé dans une corniche de verre révélant, à celui qui s’y penche, l’image du paysage animé et tournoyant du site cultuel de Genainville ; l’autre est une stèle monumentale creusée d’un priant celtique dont la tête absente est remplacée par un disque concave qui intercepte le paysage lapidaire, comme recomposé par la mémoire du personnage. Jean-Pierre Umbdenstock a revisité la salle funéraire mérovingienne en racontant sa propre histoire de stèles sous la forme d’énigmes. Vladimir Zbynovsky a réalisé dans les jardins de grands miroirs et blocs de cristal coulés, réceptacles de la lumière naturelle et des reflets de la végétation.

Instant et Éternité, Fragment et totalité, Antoine Leperlier, 2009

Instant et Éternité, Fragment et totalité, Antoine Leperlier, 2009

Verre. Création pour l’exposition Mémoires de verre au Musée archéologique du Val-d’Oise. CollectionGlass Art Fund / Michel Seybel

© Yves Deslandes / Musées départementaux de la Seine-Maritime

Ruines et vestiges, le goût des ruines

  • 4  « Inrap, La “résurrection” à Baillet-en-France des bas-reliefs du pavillon soviétique de 1937 ». C (...)

10De février à décembre 2011, la programmation culturelle du Musée archéologique du Val-d’Oise s’organise autour du thème Ruines et vestiges, définition délibérément vaste, choisie pour englober les différentes installations temporaires de l’exposition sur le thème de la survivance de la mémoire, à partir des traces et des restes matériels laissés par l’activité humaine jusqu’à la fabrique de ruines dans un paysage, en passant par la construction du souvenir par des mémoriaux. Ces ouvrages dressés par l’homme sont censés garantir la permanence de son existence au-delà de la mort, refuges illusoires du souvenir qui deviendront ruines avant de s’estomper et de disparaître définitivement, à moins que leurs vestiges mis au jour par les archéologues ne reprennent le cours de l’histoire. Un premier site est ainsi visité virtuellement dans le cadre de la manifestation : Genainville, sanctuaire gallo-romain, est raconté sous l’angle de l’histoire de sa découverte qui a dès l’origine suscité de l’émotion et des interprétations fantasmatiques, jusqu’à sa mise en valeur actuelle. À proximité immédiate des héros et déesses de l’Antiquité se dressent les héros du peuple provenant du pavillon soviétique de l’Exposition internationale de 1937 à Paris. La présentation exceptionnelle d’une partie de ces frises monumentales, mises au jour en 2009 à Baillet-en-France dans le Val-d’Oise par François Gentili, archéologue de l’Inrap, est une référence à l’archéologie du xxie siècle appliquée à un monument symbolique de l’histoire contemporaine4. La confrontation des héros de l’Antiquité gréco-romaine et de la propagande soviétique n’est pas sans rappeler l’utopie universelle de mondes meilleurs, partagée par des idéologies au service de civilisations périssables.

11À propos des statues en haut relief du pavillon soviétique de 1937, d’aucuns se demanderont s’il est bien nécessaire d’exposer, voire de mettre en valeur, les vestiges archéologiques d’un monument récemment élevé à la gloire d’une dictature aujourd’hui largement contestée pour l’infamie et l’horreur de son action. Cela revient à se demander si l’Histoire, comme instrument pédagogique, doit prendre en compte les dévoiements de l’humanité, au prétexte que la diffusion d’une idéologie peut générer l’adhésion au système pervers qu’une majorité s’accorde à réprouver. On s’interrogera d’autant plus que, si l’histoire peut s’écrire avec tout l’accompagnement critique de prévention nécessaire, l’exposition met en scène le témoignage avec l’objectif de le mettre en valeur. Les musées se trouvent régulièrement confrontés à ce dilemme : dans quelle mesure, avec quelles nuances, doivent-ils appliquer la censure ? Ne pas heurter l’opinion ? L’art contemporain, volontiers provocant dans le monde occidental, a largement repoussé les limites du bon goût et de la bienséance, au nom de la liberté d’expression de l’artiste. La photographie, support visuel du reportage, est également acceptée dans toute l’ambiguïté de son regard, sans être taxée de voyeurisme ou de complaisance coupable. Les musées sont encore compris comme les refuges des valeurs sûres de l’art, pour la promotion de la beauté, du savoir-faire et du bien-fondé de la production culturelle de l’humanité depuis l’aube de l’histoire. La création contemporaine sous toutes ses formes brise l’unicité de la perception de l’art ancien, mais son intrusion dans le parcours d’un musée, sauf anecdotique et marginale, ne peut vraiment se justifier que dans le cadre d’expositions temporaires.

12La manifestation Ruines et vestiges se poursuit au Musée archéologique du Val-d’Oise avec la redistribution des salles mérovingiennes et la mise en valeur de l’exceptionnelle collection de stèles gravées, rares témoignages d’une culture peu connue pour sa production lapidaire. L’exposition continue avec la nouvelle présentation d’éléments sculptés du Moyen Âge et de la Renaissance, aux abords même et dans le prolongement direct d’un nouveau jardin de ruines aménagé dans le patio central à ciel ouvert. Sous le titre Du gothique au romantisme, le goût des ruines, cet aménagement permanent du musée s’inscrit dans le parcours temporaire de Ruines et vestiges. Des blocs lapidaires et des fragments de sarcophages sans contexte archéologique sont installés sous des mousses et des végétations organisées dans un esprit de romantisme végétal. Le propos est moins la création d’une « fabrique » de ruines du xxie siècle que la mise en œuvre d’un contexte pour l’évocation du goût romantique pour les ruines, si présent dans la littérature et l’art des xviiie et xixesiècles.

Restes de bouteilles à vin.Paris, fouilles du jardin des Tuileries, 1989-1990

Restes de bouteilles à vin.Paris, fouilles du jardin des Tuileries, 1989-1990

Les fouilles ont livré un abondant matériel de toutes natures, dont un large échantillonnage de verreries datées de la fin du xiiie jusqu’à 1871, avec une forte proportion de bouteilles en verre noir des xviie, xviiie et xixe siècles, destinées notamment au stockage des vins.Collection musée du Louvre

© Madvo, Philippe Lhomel

Les ruines du futur

13Ruines et vestiges, c’est enfin la présentation de la magnifique œuvre de science-fiction d’Anne et Patrick Poirier, Exotica, qui clôt le déroulement de l’exposition (voir page suivante). Sous le titre Les Ruines du futur, l’œuvre interroge l’avenir. Elle se présente sous la forme d’une immense maquette au sol, celle d’une ville actuelle dévastée par un cataclysme de nature indéfinie, que l’on survole depuis les hauteurs des trépassés. L’identité de la ville est imprécise, ses confins se perdent dans des forêts d’immeubles anonymes, ses abords retracent des activités urbaines avec des chantiers, des rues, des transports, des usines… abandonnés par la vie, soudainement. Le temps s’est arrêté, depuis des mois, des années, des siècles ? Son échelle de mesure qui est le mouvement dans l’espace n’existe plus. La dégradation, cette transformation dans le temps, n’a plus de sens. Il ne s’agit pas d’une ruine mais d’un état, après que le temps a définitivement rompu son cours. L’effroi nous saisit, celui de l’éternité.

Exotica. Anne et Patrick Poirier, 2000

Exotica. Anne et Patrick Poirier, 2000

Techniques mixtes. Exposition : Les Ruines du futur au Château d’Oiron / Centre des monuments nationaux, 27 juin-3 octobre 2010. Collection Claudine et Jean-Marc Salomon

© Philippe Franck

  • 5  Voir Exposer l’art contemporain dans les monuments historiques, colloque de l’Institut national du (...)

14Ruines et vestiges se conclut sur une interrogation, Le futur des ruines, qui interpelle gravement les archéologues d’aujourd’hui : que conserver des vestiges, comment les protéger, quels éléments garder au détriment des autres, de quelle façon les présenter au public sans leur faire subir des dégradations irréversibles ? L’archéologie est une discipline qui détruit ses archives du sol, ses informations sont perdues lorsqu’elles ne sont pas publiées, son matériel perd tout intérêt historique lorsqu’il n’est pas restitué avec son contexte scientifique. Les musées archéologiques sont là pour réceptionner et présenter ce matériel et ces informations, les faire vivre aussi auprès d’un public de plus en plus curieux, mais pas obligatoirement savant. L’art contemporain est l’un des moteurs utilisés par la conservation des musées pour faire vivre les collections en élargissant leur mode de lecture, de compréhension et d’appréciation5.

Haut de page

Bibliographie

Marcheschi, J.-P. 2009. L’Homme de Solutré : exposition, Solutré, Musée départemental de préhistoire à Solutré, septembre/novembre 2009. Ceysson, Éditions d’Art, 96 pages.

Marcheschi, J.-P. & J. Roubaud. 2009. Les Fastes. Montreuil-sous-Bois, LienArt, 152 pages.

Vaudour, C. 2007. Forge et Forgerons, jeux d’ombre et de lumière : exposition, Guiry-en-Vexin, Musée archéologique du Val-d’Oise, septembre 2007/août 2008. Saint-Ouen-l’Aumône, Éditions du Valhermeil, 64 pages.

Vaudour, C. 2009. Mémoires de verre, de l’archéologie à l’art contemporain : exposition, Guiry-en-Vexin, Musée archéologique du Val-d’Oise, juin/décembre 2009 ; Rouen, musée départemental des Antiquités, janvier/mai 2010. Saint-Ouen-l’Aumône, Éditions du Valhermeil, 158 pages.

Vaudour, C. 2010. Ruines et vestiges : exposition, Guiry-en-Vexin, Musée archéologique du Val-d’Oise, février/décembre 2010. Saint-Ouen-l’Aumône, Éditions du Valhermeil.

Haut de page

Notes

1  Entre rêve et reconstitution, cette création élaborée par Michel Hallet Eghayan, chorégraphe, et Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France, a permis d’aborder de manière originale les origines de l’homme et l’évolution vers la bipédie. Science et chorégraphie ont ainsi dialogué pour offrir une création en cohérence avec les collections du musée et proposer ce spectacle comme une visite des collections.

2  Le 3 juillet 2009, Jean-Paul Marcheschi déclarait : « À l’homme de 25 ans, provenant de la sépulture aurignacienne du Crot-du-Charnier, à Solutré, en Saône-et-Loire, je dédie ces fragments, ces corps pétrés, ces stèles, et la salle des Oracles qu’il a fait naître. » L’ensemble a été exposé au Musée départemental de la préhistoire à Solutré du 18 septembre au 30 novembre 2009.

3  Du 25 septembre 2009 au 14 février 2010, le Musée départemental de préhistoire d’Île-de-France a présenté un ensemble d’œuvres récentes, majoritairement sculptées et inédites, de l’artiste Jean-Paul Marcheschi. « Fragments de ciel, pierres, crânes, personnages, sangliers et assemblées d’oiseaux animent un univers hors du temps, peut-être proche de celui des origines, et envahissent le sous-bois et les salles du musée. » (Blog de Xavier De Lacombe-Maury, http://les-champs-elysees.over-blog.fr/article-36517507.html).

4  « Inrap, La “résurrection” à Baillet-en-France des bas-reliefs du pavillon soviétique de 1937 ». Communiqué de presse du 7 août 2009, mis à jour le 19 mai 2010. www.inrap.fr/…/p-2593.

5  Voir Exposer l’art contemporain dans les monuments historiques, colloque de l’Institut national du patrimoine, 7 octobre 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Manège
Légende Jean-François Lecomte, 1996. Matériaux de récupération assemblés de bric et de broc : vélos rouillés, vieux cyclomoteurs, outils et ustensiles abandonnés… deviennent livreur de lait, marchand de légumes, ferrailleur… Détournés de leur fonction première, ces objets prennent vie, d’une autre manière. Collection de l’artiste
Crédits © Jean-François Lecomte
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Manège, détail
Légende Jean-François Lecomte, 1996. Matériaux de récupération
Crédits © Catherine Vaudour
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Relictae, détail
Légende Joan Crous, 2009. Verre. Création pour l’exposition Mémoires de verre au Musée archéologique du Val-d’Oise. Collection de l’artiste
Crédits © Catherine Vaudour
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Relictae
Légende Joan Crous, 2009. Verre. Collection de l’artiste
Crédits © Madvo, Philippe Lhomel
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Instant et Éternité, Fragment et totalité, Antoine Leperlier, 2009
Légende Verre. Création pour l’exposition Mémoires de verre au Musée archéologique du Val-d’Oise. CollectionGlass Art Fund / Michel Seybel
Crédits © Yves Deslandes / Musées départementaux de la Seine-Maritime
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Restes de bouteilles à vin.Paris, fouilles du jardin des Tuileries, 1989-1990
Légende Les fouilles ont livré un abondant matériel de toutes natures, dont un large échantillonnage de verreries datées de la fin du xiiie jusqu’à 1871, avec une forte proportion de bouteilles en verre noir des xviie, xviiie et xixe siècles, destinées notamment au stockage des vins.Collection musée du Louvre
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Exotica. Anne et Patrick Poirier, 2000
Légende Techniques mixtes. Exposition : Les Ruines du futur au Château d’Oiron / Centre des monuments nationaux, 27 juin-3 octobre 2010. Collection Claudine et Jean-Marc Salomon
Crédits © Philippe Franck
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vaudour, « Expositions temporaires et création contemporaine dans un musée archéologique », Les nouvelles de l'archéologie, 122 | 2010, 34-42.

Référence électronique

Catherine Vaudour, « Expositions temporaires et création contemporaine dans un musée archéologique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 122 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1258 ; DOI : 10.4000/nda.1258

Haut de page

Auteur

Catherine Vaudour

Conservateur en chef du patrimoine, directrice du Musée archéologique départemental au conseil général du Val-d’Oise
catherine.vaudour@valdoise.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org