Navigation – Plan du site
Dossier: La médiation en archéologie

La médiation dans les musées d’archéologie

Jean-Luc Rieu
p. 11-13

Résumé

Il est difficile aujourd’hui de dresser un panorama réaliste de ce qui se fait en termes de médiation dans les musées d’archéologe tant les situations sont diverses, d’une part, dans la variété de leur statut – musées nationaux, départementaux, communaux ou intercommunaux, associatifs – et d’autre part, selon leur type même – musées d’art et d’histoire comportant une section d’archéologie, musées de sites, musées spécialisés sur une période ou une région. Les moyens humains et financiers ne sont pas non plus les mêmes d’une structure à une autre et les écarts peuvent être importants. Le terme de médiation revêt également différentes définitions. Au sens large, la médiation est un intermédiaire entre le sujet, pour ce qui nous concerne l’archéologie dans les musées, et le public. La médiation est avant tout indirecte : les choix muséographiques, scénographiques, l’utilisation de documents d’aide à la visite, de vidéo, de multimédia, d’audio-guides, etc. font l’interface avec le visiteur. Selon son âge, son statut social, son niveau culturel, ses habitudes…, ce dernier appréciera ou non les présentations qui lui sont proposées et choisira les dispositifs mis à sa disposition. La médiation peut aussi être directe et, dans ce cas, le médiateur est présent. Il joue l’intermédiaire entre le musée avec ses collections et les divers publics auxquels il doit nécessairement s’adapter (Lugez 2004). Les offres des musées en la matière sont variées – visites guidées, contes, ateliers pédagogiques, démonstrations, spectacles – et dépendent aussi du public auquel elles s’adressent – enfants, familles, adultes, personnes handicapées, etc. Nous nous proposons de réfléchir sur le rôle du médiateur, sur son statut, ses fonctions et ses missions au sein d’un musée...

Haut de page

Texte intégral

1Il est difficile aujourd’hui de dresser un panorama réaliste de ce qui se fait en termes de médiation dans les musées d’archéologue tant les situations sont diverses, d’une part, dans la variété de leur statut – musées nationaux, départementaux, communaux ou intercommunaux, associatifs – et d’autre part, selon leur type même – musées d’art et d’histoire comportant une section d’archéologie, musées de sites, musées spécialisés sur une période ou une région. Les moyens humains et financiers ne sont pas non plus les mêmes d’une structure à une autre et les écarts peuvent être importants.

2Le terme de médiation revêt également différentes définitions. Au sens large, la médiation est un intermédiaire entre le sujet, pour ce qui nous concerne l’archéologie dans les musées, et le public. La médiation est avant tout indirecte : les choix muséographiques, scénographiques, l’utilisation de documents d’aide à la visite, de vidéo, de multimédia, d’audio-guides, etc. font l’interface avec le visiteur. Selon son âge, son statut social, son niveau culturel, ses habitudes…, ce dernier appréciera ou non les présentations qui lui sont proposées et choisira les dispositifs mis à sa disposition.

3La médiation peut aussi être directe et, dans ce cas, le médiateur est présent. Il joue l’intermédiaire entre le musée avec ses collections et les divers publics auxquels il doit nécessairement s’adapter (Lugez 2004). Les offres des musées en la matière sont variées – visites guidées, contes, ateliers pédagogiques, démonstrations, spectacles – et dépendent aussi du public auquel elles s’adressent – enfants, familles, adultes, personnes handicapées, etc. Nous nous proposons de réfléchir sur le rôle du médiateur, sur son statut, ses fonctions et ses missions au sein d’un musée.

4L’article L442-7 du code du Patrimoine de 2004 prévoit que chaque musée de France dispose d’un service ayant en charge les actions d’accueil du public, de diffusion, d’animation et de médiation culturelles. L’article L442-9 précise que ces missions sont assurées par des personnels qualifiés.

5Le cas échéant, ce service peut être commun à plusieurs musées. Si certaines villes comme Strasbourg ou Genève ont pris très tôt l’option de créer un service des publics commun à plusieurs lieux patrimoniaux de leur cité, le développement de l’intercommunalité va certainement amplifier le phénomène. Le médiateur doit être polyvalent sur plusieurs sites de natures variées (beaux-arts, art contemporain, patrimoine architectural, archéologie). Cette polyvalence permet souvent d’avoir un regard neuf sur les pratiques de la médiation, mais on peut en revanche s’interroger sur la pertinence de la transmission des savoirs en matière d’archéologie quand on voit l’importance accordée à la médiation de l’art.

Le métier de médiateur

6C’est un métier aux multiples facettes, où le médiateur doit être la fois concepteur d’outils pédagogiques et monteur de projet. Il peut avoir aussi la charge de la programmation et de la communication et être tour à tour conférencier, animateur, démonstrateur. Il doit savoir rester neutre en se référant à un code de déontologie professionnel, comme la charte créée par l’Association de médiation culturelle ou, plus spécifiquement pour l’archéologie, le code élaboré par le Préhistosite de Ramioul en Belgique, qui reste une référence en la matière (Collin 2001-2002).

7Souvent diplômé en archéologie, passionné par son métier qu’il trouve enrichissant et épanouissant au contact du public (Peyrin 2010), il doit manier des savoirs (connaissances théoriques), des savoir-faire (connaissances pratiques, notamment dans le cadre d’ateliers pédagogiques) et des savoir-être (dans la transmission orale).

Le recrutement

8La création de la filière culturelle territoriale en 1991, avec les emplois d’assistants de conservation, d’assistants qualifiés de conservation et d’attachés de conservation du patrimoine, a permis de pérenniser un nombre important d’emplois de médiateurs dans les musées, de créer de nouveaux postes et de structurer des services des publics (Rieu et al. 2003). Mais, il serait intéressant de faire une enquête sur la situation réelle de ces emplois aujourd’hui : combien de musées recourent-ils encore à des contractuels ou des vacataires ? Les personnels sont-ils en nombre suffisant au vu des missions qui leurs sont demandées ? Quelle est leur place au sein de l’organigramme du personnel du musée et dans les prises de décision ?

9Ces postes sont ouverts sur concours de la fonction publique territoriale mais il y a bien souvent une réelle inadéquation entre les sujets des concours et la réalité des emplois de médiateurs en archéologie au sein des musées de collectivités territoriales. Les formations universitaires en archéologie abordent très peu le champ de la médiation et, inversement, les formations en médiation culturelle préparent très peu aux spécificités de l’archéologie…

10On voit de plus en plus de musées faire appel à des prestataires extérieurs (associations et maintenant micro-entreprises) pour assurer les actions de médiation. Cette démarche permet d’augmenter leur attractivité, notamment en période estivale dans des régions touristiques, ou de répondre à une programmation événementielle comme les Journées du patrimoine, Fête de la science, Nuit des musées… Ainsi, est-il possible aux collectivités de pallier les difficultés de recrutements saisonniers ou de faire appel de façon ponctuelle à des spécialistes, parfois des artisans, souvent sur des aspects techniques ou pour des reconstitutions « à la manière de ». En faisant « revivre » des techniques « disparues », on est alors dans une animation proche de ce qui se fait dans certains écomusées, où d’anciens ouvriers viennent montrer leur savoir-faire. Les animations peuvent aussi prendre la forme de spectacles. Plusieurs troupes se sont spécialisées dans les reconstitutions costumées, principalement pour les périodes historiques (gallo-romaine et médiévale). Les risques de dérive sont alors grands et le spectacle peut vite tourner au ridicule ou tomber dans les clichés stéréotypés si la prestation n’a pas été suffisamment préparée en amont entre le musée et la troupe.

11Les musées d’archéologie sont de plus en plus nombreux à s’ouvrir à la création contemporaine en proposant des résidences d’artistes, d’écrivains, de comédiens ou de danseurs. Un nouveau dialogue s’instaure ainsi avec les collections archéologiques, qui attire de nouveaux publics.

12L’essor des activités de médiation dans les musées s’accompagne aussi de besoins en espaces, tant pour des actions elles-mêmes que pour le stockage du matériel pédagogique. Ces espaces doivent être dissociés des réserves et n’ont pas toujours été prévus dans les programmations et les réalisations muséographiques, surtout si ces dernières sont anciennes.

À la recherche des non-publics

13Les institutions muséographiques et les élus politiques qui les financent attendent des médiateurs qu’ils aillent à la rencontre des non-publics, qu’il s’agisse, avec la loi « handicap » du 11 février 2005, de travailler sur l’accessibilité des lieux et des collections aux différentes victimes de handicaps ou de tisser des partenariats avec les réseaux sociaux et associatifs, afin de créer et de valider des dispositifs d’accompagnement à la visite destinés à des personnes peu habituées à fréquenter des musées, apparetnant à des milieux dit « défavorisés », hospitalier ou carcéral, etc. L’archéologie est alors perçue comme un moyen d’aider chacun à construire une identité culturelle, sociale et citoyenne.

14Le musée est encore souvent perçu par le monde éducatif comme un complément à l’enseignement ou une manière de l’illustrer. Il en va ainsi des musées thématiques. Par exemple, les musées dédiés à la préhistoire reçoivent jusqu’à 90 % de classes primaires, surtout celles du CE2 où la préhistoire est enseignée. Les offres et les outils de médiation doivent donc s’adapter à de jeunes enfants âgés de 7 à 9 ans.

15Mais l’archéologie, par la pluralité des approches qu’elle permet, est propice à l’ouverture des esprits et des regards sur les sociétés passées mais aussi, par effet de miroir, sur la société contemporaine (Collin 2000). Au-delà du fait historique, elle questionne les rapports entre l’homme et son environnement, ses productions artistiques et symboliques, son évolution tant physique que culturelle. Il est ainsi possible d’associer des professeurs de collèges et de lycées à des projets spécifiques, qui intéressent aussi bien les domaines des sciences de la vie et de la terre, de la technologie, de la physique ou de l’enseignement artistique.

16L’archéologie permet aussi d’autres approches pédagogiques, en invitant les élèves à se confronter aux études et aux analyses scientifiques employées par les archéologues. Par exemple, le module de fouilles expérimentales créé pour la première fois à la fin des années 1980 par le service départemental d’archéologie de la Dordogne a été depuis copié à plusieurs reprises. Le principe consiste à mettre les enfants en situation d’archéologue sur un sol factice pour aborder toutes les étapes de la recherche archéologique : méthodes de fouille, relevés et interprétation des découvertes. Le danger de ce type d’animation, si elle est mal conçue et mal encadrée, est de se borner à une vulgaire chasse au trésor, voire d’inciter à des fouilles clandestines !

17Les méthodes scientifiques utilisées en archéologie (reconstitution des paysages, datations, analyses physico-chimiques, etc.), sont une porte d’entrée à l’étude concrète des sciences quand la médiation facilite la compréhension de phénomènes complexes : l’abord de la radioactivité dans une animation consacrée à la datation au 14C par exemple. On retrouve ici des préoccupations communes aux centres de culture scientifique, technique et industrielle autour de la vulgarisation scientifique et de la place de la science dans la société (Fauche 2004 et 2008).

18La mise en situation d’une réplique de l’objet archéologique peut le rendre plus intelligible. Joindre le geste à l’exposition de l’objet derrière une vitrine et au discours sur sa fonction aide à l’acquisition du savoir. Ainsi, utiliser un couteau de silex, travailler de l’os, moudre du grain sur une meule en pierre, utiliser un propulseur pour tirer une sagaie, façonner une céramique, sont autant d’actions permettant à l’enfant de s’approprier les usages possibles des objets, les difficultés à les mettre en œuvre, le savoir-faire nécessaire aux hommes qui les ont fabriqués et utilisés. Là encore, les risques de dérive existent si les activités proposées sont totalement coupées du contexte archéologique et ne donnent lieu qu’à une occupation purement récréative et festive. Il ne faut pas pour autant oublier le rôle important dans l’apprentissage du ressenti, de l’émotion et du plaisir procuré par les activités que nous proposons aux enfants.

19Ici pointe l’élément essentiel de toute médiation archéologique, la définition au préalable de son objectif. Celle-ci est primordiale pour fixer le cadre et les limites de toute intervention, en tenant compte du public choisi, des outils de médiation utilisés et du message que l’on souhaite faire passer (Maury & Rieu 1999).

20Le musée n’est pas l’école et les rapports entre les médiateurs et les enseignants doivent donc être complémentaires, chacun contribuant à sa manière au développement de l’enfant : connaissances, esprit critique, respect de l’autre et de ses différences.

Évaluation des pratiques

21Il est difficile d’évaluer des pratiques qui ne reposent souvent que sur l’oralité et les relations éphémères nouées entre le médiateur et son public au cours de l’échange. Chaque médiation est unique, comme l’ont très bien analysé Florence Belaën et Marion Blet pour les musées de sciences (2007). En revanche, on peut évaluer et critiquer le projet s’il a été rédigé au préalable et séquencé avec précision, et analyser si les objectifs ont été atteints.

En guise de conclusion

22La présence d’un médiateur est un vecteur efficace de compréhension des données archéologiques auxquelles se superposent les filtres des présentations muséographiques et des partis pris scénographiques.

23Les réflexions et les échanges sur les pratiques de la médiation en archéologie se multiplient. On ne peut que saluer des initiatives comme les Rencontres d’automne du Pôle de ressources pour l’éducation artistique et culturelle, qui fêtent leurs dix ans en 2010. Organisées conjointement par Bibracte et le Centre de recherches et de documentation pédagogique de Bourgogne, elles sont l’occasion d’échanger des outils de médiation et des actions de formation, d’aider à la constitution et à la diffusion de ressources. On peut aussi citer les rencontres des médiateurs en archéologie, plus récentes et organisées conjointement par le service départemental d’archéologie d’Arras et le musée de Bavay, qui posent la réflexion sur nos pratiques de médiation.

24On peut toutefois regretter qu’il n’y ait pas à l’échelon national une structure fédérant les actions de formations, d’échanges, de partenariats et de diffusion, qui permettrait aussi la mutualisation de moyens, comme il en existe à l’étranger avec les réseaux ArchéoPass en Belgique ou encore Archéo-Québec au Canada.

Haut de page

Bibliographie

Belaën, F. & M. Blet. 2007. « La médiation présencielle dans un musée des sciences », La Lettre de l’Ocim, 114, nov.-déc. : 30-38.

Préhistosite de Ramioul. 2005. « Code de déontologie des archéologues-animateurs du Préhistosite de Ramioul », Bulletin de la Société royale belge d’études géologiques et archéologiques, Les Chercheurs de la Wallonie, t. XLIV : 107-108.

Collin, F. 2001-2002. « Médiation du patrimoine archéologique », Bulletin de la Société royale belge d’études géologiques et archéologiques, Les Chercheurs de la Wallonie, t. XLI : 7-12.

Collin, F. 2000. « Patrimoine archéologique et société : relations difficiles ? » Bulletin de la Société royale belge d’études géologiques et archéologiques, Les Chercheurs de la Wallonie, t. XL : 7-15.

Fauche, A. 2008. « La médiation scientifique et culturelle de musée », document de travail, Genève, Laboratoire de didactique et d’épistémologie des sciences, 10 pages.

Fauche, A. 2004. « Et si la médiation scientifique devenait culturelle ? » document de travail, Genève, Laboratoire de didactique et d’épistémologie des sciences, 8 pages.

Lugez, A. 2004. « La médiation dans les musées en France », rapport de recherche bibliographique, Dess Ingénierie documentaire, Enssib-Ucb Lyon-1, 90 pages.

Maury, S. & J.-L. Rieu. 1999. « Animation ou médiation ? Question d’objectif », Les Nouvelles de l’archéologie, 77 : 38-42.

Peyrin,A.2010. Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe l’œil. Paris, La Documentation française.

Rieu, J.-L. et al. 2003. « Service des publics : service public. Y a-t-il “un médiateur-animateur-conférencier” au musée ? » Musées et collections publiques de France, 232, juin : 43-44.

Sites internet

http://www.archeopass.be/

http://www.archeoquebec.com/

http://www.mediationculturelle.net/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Rieu, « La médiation dans les musées d’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 122 | 2010, 11-13.

Référence électronique

Jean-Luc Rieu, « La médiation dans les musées d’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 122 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1254 ; DOI : 10.4000/nda.1254

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Rieu

Musée départemental de préhistoire d’Île-de-France (Nemours)
jean-luc.rieu@cg77.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org