Navigation – Plan du site
Dossier: La médiation en archéologie

Les supports pédagogiques  pour la médiation en archéologie

Xavier Savary
p. 5-10

Résumé

Les outils de médiation en archéologie répondent aux mêmes logiques que pour toute autre discipline. Les structures de médiation interviennent pour faciliter la compréhension des connaissances, la pédagogie étant abordée à travers différents supports, le plus souvent ludiques, qui doivent correspondre à la diversité des publics visés et au niveau d’exigence attendu par chacun. Ceux conçus au service archéologie du conseil général du Calvados s’inscrivent dans cette logique, qu’ils soient destinés au «grand public» ou aux scolaires. S’il existe un particularisme dans la médiation en archéologie, c’est sans doute dans la dimension pluridisciplinaire de cette science, située à la croisée de la pratique et des spécialités. L’archéologie permet «grâce à la mise au jour et à l’analyse des vestiges matériels du passé, […] d’appréhender les activités de l’homme, ses comportements sociaux ou religieux et son environnement». Cette définition traduit de manière évidente le lien entre l’archéologie et d’autres disciplines : l’étude du mobilier (céramologie, numismatique, etc.), du bâti ou de l’artisanat, mais encore les sciences humaines et sociales (histoire, ethnologie, sociologie, etc.) et les archéosciences (paléoenvironnement, géologie, etc.), tiennent toutes une place importante dans les processus de médiation en archéologie…

Haut de page

Texte intégral

1Les outils de médiation en archéologie répondent aux mêmes logiques que pour toute autre discipline. Les structures de médiation interviennent pour faciliter la compréhension des connaissances, la pédagogie étant abordée à travers différents supports, le plus souvent ludiques, qui doivent correspondre à la diversité des publics visés et au niveau d’exigence attendu par chacun. Ceux conçus au service archéologie du conseil général du Calvados s’inscrivent dans cette logique, qu’ils soient destinés au « grand public » ou aux scolaires.

  • 1  Cette définition extraite  des dictionnaires Larousse apparaît comme  une vision assez moderne de (...)

2S’il existe un particularisme dans la médiation en archéologie, c’est sans doute dans la dimension pluridisciplinaire de cette science, située à la croisée de la pratique et des spécialités. L’archéologie permet « grâce à la mise au jour et à l’analyse des vestiges matériels du passé, […] d’appréhender les activités de l’homme, ses comportements sociaux ou religieux et son environnement1 ». Cette définition traduit de manière évidente le lien entre l’archéologie et d’autres disciplines : l’étude du mobilier (céramologie, numismatique, etc.), du bâti ou de l’artisanat, mais encore les sciences humaines et sociales (histoire, ethnologie, sociologie, etc.) et les archéosciences (paléoenvironnement, géologie, etc.), tiennent toutes une place importante dans les processus de médiation en archéologie.

3Une autre particularité réside dans l’intérêt grandissant du public tant pour les résultats et les découvertes matérielles que pour la pratique même de l’archéologie. Pourquoi fouille-t-on ? Comment fouille-t-on ? Comment étudie-t-on le matériel découvert ? Autant de questionnements auxquels les archéologues et les médiateurs sont aujourd’hui souvent confrontés. La pratique peut alors être expliquée et expérimentée par le public, de la phase de terrain à la phase d’étude et d’assimilation des données analysées puis au discours historique, en passant éventuellement par le lavage et le marquage du mobilier.

4Les supports pédagogiques doivent être adaptés aux souhaits des différents publics. En effet, la demande est diverse (faire une simple visite, en savoir plus, participer et expérimenter, etc.) et ne requiert pas toujours des outils de médiation complexes. Des guides de visite et des parcours-enquêtes facilitent, par exemple, l’acquisition de connaissances par une lecture thématique ou ludique des collections. Toutefois, il est reconnu que certains savoirs sont plus faciles à acquérir à travers des ateliers de pratique et d’expérimentation technique guidés par des animateurs qui peuvent satisfaire cet autre niveau d’exigence.

5Les supports pédagogiques conçus pour le public scolaire doivent, quant à eux, nécessairement respecter les programmes par niveaux et par disciplines mis en place par le ministère de l’Éducation nationale. S’il est possible de réaliser des outils pluridisciplinaires et multiniveaux, il est impératif de respecter le fameux « socle commun de connaissances et de compétences » que les élèves doivent maîtriser à l’issue de leur scolarité pour poursuivre leur formation, construire leur avenir professionnel et réussir leur vie en société.

6Enfin, l’archéologie véhicule aujourd’hui une image plus moderne, bien ancrée dans son territoire et loin des clichés d’archéologues ne fouillant qu’à « la petite cuillère » ou partant à la recherche de trésors égyptiens. Ces évolutions permettent de communiquer à la fois sur les techniques de fouille et sur l’organisation et la vie quotidienne des populations qui nous ont précédés dans les mêmes sites. Cet engouement pour l’archéologie « près de chez soi » est mesurable par la fréquentation grandissante des expositions mettant en valeur l’histoire locale des sociétés anciennes à travers les objets découverts. Cette archéologie de proximité participe d’une meilleure lecture de l’histoire des sociétés à plus grande échelle.

  • 2  Ces outils pédagogiques  sont généralement conçus en interne  en s’appuyant sur les compétences  d (...)

7Dans cette optique, il est important de mettre en valeur des sites archéologiques et les connaissances acquises localement qui deviennent les véritables supports d’une médiation territoriale, en les associant à des outils pédagogiques bien adaptés à la diversité des publics. C’est une des missions du service archéologie du conseil général du Calvados qui met en place des outils sur plusieurs sites patrimoniaux du département et pour des publics différents2. Le public scolaire peut alors apprendre à partir de supports de cours reposant sur des exemples départementaux et, tout comme le « grand public » jeune et moins jeune, se mettre à la place de l’archéologue ou du spécialiste pour acquérir une réflexion la plus proche possible de sa démarche analytique. C’est dans cet esprit d’immersion et de pluridisciplinarité que la plupart des outils pédagogiques du service sont créés. Ils ont pour but de rendre intelligibles les sites et les collections, et de retracer l’histoire des hommes et des techniques. Ils permettent enfin, à la manière d’une enquête fondée sur l’observation, l’expérimentation et l’interprétation, de se confronter à l’archéologie.

La mission pédagogique du service

8Dès sa création en 1982, le service archéologie du conseil général du Calvados a développé des actions pédagogiques destinées principalement aux scolaires. Cette mission s’est étendue progressivement à un plus large public, notamment à celui dit « en difficulté ». Les actions pédagogiques s’appuient sur la connaissance d’un territoire, le Calvados, acquise à travers la fouille et l’étude des sites départementaux. La création, en 2002, du musée de Vieux-la-Romaine, dont la principale vocation est de conserver et mettre en valeur les collections archéologiques du site antique d’Aregenua, permet aujourd’hui de centraliser l’offre de médiation du service. Des animations, des visites, des ateliers encadrés ou libres – c’est-à-dire sans médiateur archéologue – sont proposés au musée ou sur les sites patrimoniaux du département. Des expositions, des valises, des cartables, des dossiers, des parcours-enquêtes complètent l’offre pédagogique et culturelle, qu’elle soit réalisée au musée de Vieux-la-Romaine, dans les établissements scolaires ou sur des sites archéologiques départementaux. La bibliothèque du service, ouverte au public (enseignants, professionnels, étudiants, amateurs, etc.) permet également le prêt d’ouvrages et de revues archéologiques.

Le public scolaire

Le service éducatif

9(missions définies par le Bulletin officiel no 10 du 11 mars 1993)

10L’Éducation nationale, à travers la création des services éducatifs, collabore avec différentes institutions culturelles, et notamment avec celles des collectivités territoriales, à l’élaboration d’outils pédagogiques destinés aux scolaires. Des enseignants bénéficiant d’heures de décharge ou d’heures supplémentaires constituent ce pôle dont les missions sont : de faire connaître l’institution culturelle et ses ressources auprès des enseignants et des élèves ; de réaliser en collaboration avec la dite institution des outils pédagogiques respectueux des contenus des programmes nationaux à l’usage des élèves ; d’aider à la constitution de projets pédagogiques en lien avec l’institution et de former les enseignants dans le cadre du Plan académique de formation (Paf).

11Depuis 1987, les agents du service archéologie du conseil général du Calvados peuvent ainsi collaborer avec un service éducatif composé d’un, puis de deux et, aujourd’hui de trois enseignants. Leurs spécialités sont variables en fonction des années et des projets (histoire, géographie, sciences de la vie et de la terre, latin, sciences physiques). Le musée de Vieux-la-Romaine, conçu dès l’origine pour intégrer la dimension éducative (salle de classe, atelier, etc.), accueille plus de 7 000 enfants scolarisés par an. Depuis 2002, des formations d’enseignants encadrées par les professeurs détachés au service éducatif s’y déroulent. Les enseignants peuvent utiliser de manière autonome les outils pédagogiques conçus à leur intention et mis à leur disposition, dans les établissements scolaires, pour visiter les collections du musée ou des sites archéologiques du Calvados (Colombiers-sur-Seulles, abbaye Saint-Pierre-sur-Dives, etc.)

12Les divers outils mis en place abordent les grandes périodes chronologiques (le Néolithique, l’âge du Fer, l’Antiquité, le Moyen Âge, les époques moderne et contemporaine), ainsi que diverses thématiques (la vie quotidienne, l’organisation politique et sociale, l’artisanat, les paysages, la pratique de l’archéologie, les sciences et techniques, les sciences annexes à l’archéologie, l’histoire des arts). Les supports pédagogiques sont variés et adaptés aux thèmes ou aux périodes traités, mais surtout aux différents niveaux scolaires, le but étant de coller au mieux aux programmes de l’Éducation nationale. Ces outils sont conçus pour permettre aux enseignants de construire leurs cours en s’appuyant sur une documentation actualisée, sur des objets et sur des sites exemplaires du département.

Les outils et supports destinés aux scolaires

13Les supports qui leur destinés sont multiples, ils répondent à la nécessité de concorder le plus largement possible avec le niveau d’attente et d’investissement des projets suivis par les équipes pédagogiques. Les documents d’aide à la visite proposés pour accompagner la découverte des collections et des sites peuvent être complétés par des jeux et des ateliers pédagogiques, encadrés ou non, des valises et des dossiers permettant de préparer la visite en amont ou de la poursuivre en classe. Ces supports sont en lien avec les programmes définis par l’Éducation nationale et chacun permet aux enseignants d’élaborer des séquences de cours, souvent transdisciplinaires, adaptées au niveau scolaire de la classe.

14Des parcours-enquêtes :

15une douzaine de parcours-enquête permet d’aborder les collections du musée de Vieux-la-Romaine et les sites départementaux de manière thématique. Le parcours « Société et environnement dans le monde romain, l’eau de Rome à l’Union européenne », conçu pour les lycéens, permet par exemple, à travers des textes traduits du latin, d’étudier la gestion de l’eau à l’époque antique et de la comparer avec celle régie par les textes européens actuels. Au contraire, des parcours intitulés « Il y a bien longtemps à Vieux » sont conçus avec une approche plus ludique et pour différents niveaux : maternelle, CE1, CE2/CM1, CM2/6e. Ils permettent une visite ludique (mots casés, etc.) visant à favoriser la compréhension de l’histoire du site de Vieux et des collections archéologiques. Un parcours est spécialement réalisé pour les latinistes (niveau collège).

16L’armoire pédagogique :

17elle propose aux enseignants des ateliers non encadrés qui renvoient chancun à l’apprentissage d’un savoir-faire antique (fabriquer une fibule, réaliser une mosaïque, etc.) ou à l’étude d’un type de mobilier archéologique (« Le petit numismate », « Le petit céramologue », « Le petit pétrographe », etc.). Ainsi l’atelier mosaïque, multiniveaux, confronte à la fabrication d’une mosaïque grâce au support pratique en atelier et aborde l’histoire des arts à travers un questionnaire accompagnant la visite du musée. L’enseignant peut alors choisir l’un ou les deux supports complémentaires en fonction de sa programmation pédagogique.

18Des expositions, des dossiers et des documents, ainsi que des cartables et des valises pédagogiques (fig. 1) peuvent être empruntés comme supports des cours réalisés en classe. Leurs thèmes doivent être en adéquation avec le contenu du programme et du projet éducatif. Les valises pédagogiques permettent de construire un cours en s’appuyant sur des objets, des fiches, des ouvrages de référence et des cd associant textes et illustrations. Par exemple, la valise « La Préhistoire », conçue comme un outil pluridisciplinaire et multiniveaux (cycle 3, 6e, 5e), combine des supports différents (papiers, numériques, matériels) et concerne plusieurs matières (histoire, géographie, éducation à l’environnement, sciences, histoire des arts et français) (fig. 2). Son dossier « La révolution néolithique dans le Calvados et en Normandie » peut servir à préparer et accompagner la visite du tumulus néolithique de Colombiers-sur-Seulles, mis en valeur par le conseil général. Réactualisé récemment, cet outil fera office de test pour évaluer la demande relative à cette démarche pluridisciplinaire voulue par l’Éducation nationale.

19En 2008, deux enseignants détachés au service archéologie dans le cadre du service éducatif ont participé à la modélisation du site de l’action culturelle académique avec le webmaître du centre régional de documentation pédagogique (Crdp) de Basse-Normandie. La nouvelle arborescence de ce site, qui offre plusieurs entrées, par niveaux scolaires, par thèmes, par sites, par outils (http://www.etab.ac-caen.fr/​discip/​action_culturelle_academique/​serviceseducatifs/​sdaccd.swf), a été définie à partir des outils pédagogiques du service et appliquée, par la suite, aux autres sites patrimoniaux de l’académie de Caen.

Fig. 1

Fig. 1

La valise « Les gaulois »  (cliché service archéologie).

Fig. 2

Domaines  de connaissances

Objectifs

Démarche

Histoire

Caractériser la période de la préhistoire,  du néolithique et des débuts de l’agriculture.

Découverte des mégalithes du Calvados (support vidéo).

Étude de terrain sur le site de Colombiers-sur-Seulles  pour découvrir un tumulus et avoir une approche  des paysages anciens.

Géographie

Décrire et comprendre l’aménagement  d’un territoire, les grands types de paysages  et un espace de production agricole.

Étude de cartes, photographie aérienne et coupe topographique pour lire et reconstituer l’environnement rural de Colombiers.

Éducation à l’environnement

Découvrir l’action de l’homme sur l’environnement.

Mise en relation de l’apparition d’espèces cultivées et rudérales avec la présence de l’homme.  Sensibilisation au respect de l’environnement.

Sciences expérimentales et technologiques

Comprendre et décrire le monde du réel,  celui de la nature et celui construit par l’homme.

Maîtriser les changements induits  par l’activité humaine.

Observation d’un paysage rural, associée à des questionnaires.

Étude de la biodiversité d’un site à partir de  la reconnaissance et de la récolte de plantes qui peuvent  mener à la rédaction d’un carnet d’observation.

Comparaison d’un paysage néolithique avec un paysage contemporain : élaboration d’hypothèses sur l’évolution  d’un environnement géré par l’Homme (la forêt).

Mathématiques

Résoudre des problèmes concrets,  consolider les connaissances et capacités  relatives aux grandeurs et à leur mesure  tout en leur donnant un sens.

Mesurer, évaluer la taille du tumulus de Colombiers.

Comprendre le fonctionnement des courbes de niveau  pour mesurer des altitudes.

Histoire des arts

Porter à la connaissance une œuvre patrimoniale, en relation avec une époque,  une aire géographique, une forme d’expression.

L’art de la préhistoire.

Étudier une architecture préhistorique :  le Tumulus de Colombiers

cd de présentation des mégalithes du Calvados.

Français

Progresser dans la maîtrise de la langue française, acquérir du vocabulaire, développer l’écriture  dans un souci d’ordre, de soin et de clarté.

À travers les réponses aux questions, choisir un vocabulaire précis (lexique fourni), développer l’apprentissage de la langue.

Étude des contes et légendes, extraits de textes du xixe sur  les mégalithes.

Exemple de liens entre un support pédagogique et les instructions officielles. Support : valise « La Préhistoire » pour le cycle 3.

20Les ateliers encadrés :

21pour accueillir le public scolaire au musée de Vieux-la-Romaine et le confronter de manière pratique à différents artisanats reconnus dès l’époque antique (tabletterie, mosaïque, céramique, enduits peints, etc.), le service a mis en place des ateliers encadrés (fig. 3) par des animateurs professionnels. Cette approche permet à chaque élève de s’approprier la technique en réalisant une production qu’il emportera chez lui. Ces ateliers sont également proposés à des groupes dans un cadre extrascolaire.

Fig. 3

Fig. 3

Atelier encadré  « Peindre a fresco »  (cliché service archéologie).

Des actions pour tous les publics

22Le service archéologie du conseil général du Calvados valorise aussi les connaissances acquises sur le patrimoine historique, archéologique et scientifique du département en direction du « grand public ». En outre, il met en place des chantiers professionnels ou d’insertion avec des organismes extérieurs dans le cadre d’animations, de mises en valeur de sites, de restaurations de vestiges, d’expérimentations ou de reconstitutions archéologiques.

Les supports et actions vers le « grand » public :  adultes, familles, jeune public

23Le musée de Vieux-la-Romaine a été conçu pour être un lieu agréable et convivial. L’exposition permanente a été réalisée pour un public large. Des objets tactiles, des collections recontextualisées, des reconstitutions ainsi que des parcours pédagogiques dédiés aux garçons, aux filles, aux familles, agrémentent la visite de l’exposition permanente. Depuis 2002, le service archéologie y présente une exposition temporaire par an, le plus souvent conçue et réalisée par lui ou, si elle est empruntée à un organisme extérieur, complétée par un volet régional. Ces expositions sont pour la plupart accompagnées d’outils pédagogiques à l’usage des scolaires et des familles et certaines peuvent être empruntées auprès du musée de Vieux-la-Romaine : « Écumeurs de rivage, ressources du littoral entre Seine et Mont-Saint-Michel. La terre, la mer et l’homme », « Artisans et paysans aux temps de Clovis et Charlemagne ».

24De nombreuses animations permettent aux visiteurs de découvrir les collections du site de Vieux en s’amusant. Pour le jeune public, des « Petits ateliers » sont organisés autour de la mosaïque, de la pratique archéologique (fouille, tri, enregistrement du mobilier) et de la découverte des collections. Les enfants peuvent également fêter leur anniversaire au musée. D’autres animations visent un public plus large : enfants, adolescents, adultes, familles ou groupes. À l’occasion des principales manifestations culturelles nationales (Nuit des musées, Journées du patrimoine) des visites et des animations sont proposées à Vieux ou sur d’autres sites archéologiques du Calvados. Ces manifestations sont souvent l’occasion pour le public de rencontrer des professionnels de l’archéologie qui proposent des ateliers pratiques en lien avec leur métier et l’exposition temporaire du moment.

25Destinés aux enfants, aux adultes ou aux familles, selon les thèmes, des ateliers encadrés par des professionnels sont proposés hors du temps scolaire, pendant un jour ou deux. Leur contenu permet une approche pédagogique et pratique des savoir-faire anciens : la métallurgie, la préhistoire, la céramique, la mosaïque, les enduits peints, la cuisine romaine, etc.

26Enfin, un espace ludique a été récemment mis en place à Vieux : il permet aux familles de participer à des jeux d’inspiration antique (« jeu du Tir », « jeu du Delta », « jeu des Tours de noix », « jeu de la Marelle »).

Les actions vers le public handicapé

27Au musée de Vieux-la-Romaine, labellisé « Tourisme et handicaps », des aménagements permettent d’accueillir le public handicapé. Des objets tactiles, des légendes en braille, ainsi qu’un livret de l’accompagnateur facilitent la visite pour les déficients visuels et mentaux et font actuellement l’objet d’un nouveau travail.

28Le service archéologie collabore avec l’Adapt (Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées), pour organiser à leur intention des stages de terrain selon des thématiques particulières (la construction de la préhistoire à l’Antiquité, l’histoire de la céramique, l’histoire des paléosemences, etc.). Ces stages sont conçus pour donner lieu à des reconstitutions grandeur nature dans le cadre de la mise en valeur des sites archéologiques du département (fabrication d’un grenier gaulois en bois et couvert de chaume et participation à la reconstitution d’un jardin gaulois à Vieux en 2008, participation à la reconstitution d’un four à céramique et fabrication de céramiques à Vieux en 2009).

29Les stagiaires présentent généralement leurs travaux au public dans le cadre des animations (Nuit des musées, Journées du patrimoine…) organisées par le service et le musée.

Les actions vers le public dit « en difficulté »

  • 3  L’eNeFa est une association  d’insertion sociale et professionnelle  située à Hérouville-Saint-Cla (...)

30Le service collabore également avec des organismes d’insertion sociale et de formation professionnelle (eNeFa, Cfppa de Vire3) et met en place des chantiers-écoles, toujours dans le cadre de la mise en valeur et de la restauration de sites archéologiques. Le service apporte aux stagiaires des connaissances historiques sur divers thèmes en lien avec le site à mettre en valeur (le mégalithisme au Néolithique en Basse-Normandie, la taille du silex, la fabrication et l’utilisation de sagaies, l’approche géologique des matériaux, la construction sur le modèle néolithique, l’histoire de la céramique, la cuisine néolithique…).

31Les stagiaires engagés dans ces chantiers présentent eux aussi au public leurs activités et le patrimoine archéologique, lors des grandes manifestations culturelles nationales (Journées du patrimoine, etc.).

Les actions vers le public en formation professionnelle

32Le service archéologie du conseil général du Calvados, au même titre que d’autres acteurs de la recherche archéologique, mène des actions de formation. La plupart des bénévoles accueillis sur les chantiers d’archéologie programmée sont aujourd’hui des étudiants et cette démarche de formation des futurs professionnels de l’archéologie participe sans nul doute au rôle pédagogique joué par les services de collectivités dans le cadre de la programmation scientifique régionale.

  • 4  Groupement d’établissements publics  pour la formation continue mis en place par l’Éducation natio (...)

33Le service participe également à des actions de formation professionnelle en partenariat avec le réseau des Greta4 de Basse-Normandie, en organisant pour les apprentis des filières du bâtiment des visites du musée et des sites archéologiques de Vieux pour leur présenter les savoir-faire anciens à travers l’étude de la construction romaine, des matériaux de construction et de l’identification expérimentale des roches. Garantie d’ouverture culturelle sur leur futur métier, cette réflexion sur les savoir-faire anciens est importante pour la restauration du bâti ancien et parfois même l’écoconstruction.

  • 5  Centre de formation d’apprentis.

34Le service intervient dans un cadre plus large sur des chantiers-école ou des formations pour formateur (Greta de Basse-Normandie, Cfa5 de Caen) afin de présenter les spécificités des différentes roches et l’histoire de leurs utilisations dans la construction. Deux ouvrages ont été publiés par le Crecet (Centre régional de culture ethnologique et technique) dans le cadre de ces collaborations et du projet européen Equal « Savoir-faire traditionnels dans le bâtiment » : « Le silex en Basse-Normandie, de la matière à la manière de bâtir » et « La terre crue en Basse-Normandie, de la matière à la manière de bâtir ».

Conclusion

35Comme l’atteste cette présentation d’outils et d’actions, les supports de médiation en archéologie peuvent être très diversifiés. Leur création nécessite une réactualisation permanente en fonction des avancées de la recherche. Pour le public scolaire, elle doit aussi s’effectuer en fonction de l’évolution et des changements des programmes de l’Éducation nationale. Aujourd’hui les programmes mettent par exemple un accent particulier sur l’histoire des arts en incitant à une démarche pluridisciplinaire. Si certains outils existants entrent déjà dans cette logique, les prochains devront intégrer cette nouvelle directive qui met l’œuvre d’art, au sens large, au centre du dispositif pédagogique. Toute la difficulté réside alors dans la multiplication des outils puisque, même si les enseignants se les approprient et s’en servent de manière autonome, leur conception représente un investissement important pour la structure productrice.

36La médiation en archéologie doit aussi être en phase avec l’évolution de la société. Cette veille constitue un point important pour fidéliser les visiteurs existants et attirer de nouveaux publics. Malgré leur mise en ligne, la conception des outils reste souvent calquée sur une logique propre au support papier. Pourtant, les supports informatiques offrent aujourd’hui de nouvelles voies en terme de médiation et des projets sont actuellement en cours dans ce domaine (scannérisation 3D des collections, reconstitutions virtuelles, films d’animation, publications en ligne, etc.). Un outil informatique de reconnaissance des roches destiné au site Web de formation à distance des Cfa de Basse-Normandie (filière bâtiment) a récemment été mis en place en partenariat avec le Cfa de Caen. Pourtant, le choix de garder un réseau direct (proposition de supports pédagogiques et muséographiques sur place, prêt d’outils pédagogiques et d’ouvrages) reste encore prépondérant pour répondre à la diversité des demandes et des publics, et pour inciter ces derniers à se rendre dans les structures culturelles.

Haut de page

Notes

1  Cette définition extraite  des dictionnaires Larousse apparaît comme  une vision assez moderne de l’archéologie.

2  Ces outils pédagogiques  sont généralement conçus en interne  en s’appuyant sur les compétences  des enseignants du service éducatif  et des agents du service archéologie (archéologues, géoarchéologues,  documentaliste, graphistes, dessinatrices).

3  L’eNeFa est une association  d’insertion sociale et professionnelle  située à Hérouville-Saint-Clair;  un Cfppa est un centre de formation  professionnelle et de promotion agricoles.

4  Groupement d’établissements publics  pour la formation continue mis en place par l’Éducation nationale.

5  Centre de formation d’apprentis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende La valise « Les gaulois »  (cliché service archéologie).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 3
Légende Atelier encadré  « Peindre a fresco »  (cliché service archéologie).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Savary, « Les supports pédagogiques  pour la médiation en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 122 | 2010, 5-10.

Référence électronique

Xavier Savary, « Les supports pédagogiques  pour la médiation en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 122 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1252 ; DOI : 10.4000/nda.1252

Haut de page

Auteur

Xavier Savary

Service départemental d’archéologie  du Calvados
x.savary@cg14.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org