Navigation – Plan du site
Dossier

Lieux et mémoires d’archipel

Réflexions sur le patrimoine archéologique de la Caraïbe1
André Delpuech
p. 7-9

Texte intégral

Un archipel tropical

  • 1  Exposé prononcé le 20 septembre 2004 pour l’ouverture des débats du séminaire de l’Unesco tenu à F (...)

1L’espace de la Caraïbe qui nous occupe, hormis la bande côtière du nord de l’Amérique du Sud et du Belize, est constitué d’un chapelet d’îles de dimension et de nature très diverses  : de Saba à Cuba, pourrait-on dire pour prendre deux extrêmes, d’une petite île néerlandaise de 13 km2, sommet d’un volcan émergeant de la mer, au géant antillais de 110 000 km2. L’histoire coloniale a fragmenté cet espace entre puissances européennes aux différentes langues (espagnol, français, anglais, néerlandais) et l’a compartimenté en presque autant d’îles que de nations contemporaines, brisant la relation qui unissait jadis des territoires voisins et alliés.

2Au-delà de cette image d’un espace où chaque île vit son isolement face à la barrière de l’eau, à sa langue, à son histoire et avec son cordon ombilical plus ou moins distendu avec l’ancienne métropole, il faut replacer ces terres dans une mer Méditerranée américaine, et souligner leur union réelle en un archipel, espace géographique unifié où la mer n’isole pas mais au contraire relie. L’histoire millénaire amérindienne, antérieure à l’irruption européenne, est bien celle de peuples archipéliques de marins et de pêcheurs, issus et ancrés dans leurs liens avec le Venezuela et les Guyanes  : sociétés structurées et développées, intégrées dans un large réseau d’alliances couvrant toute cette mer intérieure, du delta de l’Orénoque à l’occident cubain ou aux Bahamas.

La fureur des éléments

3Entre les deux Amériques du Nord et du Sud, l’archipel tropical des Caraïbes se trouve exposé à la fureur des éléments naturels qui scandent son histoire. Le passage des cyclones, dont Ivan et Jeanne ravageant plusieurs îles comme la Grenade, la Jamaïque ou Haïti en septembre 2004, est là pour témoigner de cette violence destructrice de l’air et des eaux.

4Les furies de la terre et du feu n’en sont pas moins terribles, même si elles sont, heureusement, moins fréquentes. Rappelons, en Martinique, l’éruption de la montagne Pelée en 1902 et ses 30 000 morts  ; une éruption plus violente encore a frappé les populations amérindiennes au xive siècle. Un autre cataclysme volcanique terrible a sévi en Guadeloupe il y a plus de 3 000 ans. Sans oublier, bien sûr, l’île de Montserrat en proie à un pareil fléau depuis 1995.

5L’activité sismique de la Caraïbe est marquée, de temps à autre, de tremblements de terres parmi les plus violents  : citons pour mémoire celui qui a détruit la Grande-Terre de Guadeloupe en 1843, faisant plus de 1 500 morts, ou celui de 1692 qui a englouti la ville de Port-Royal à la Jamaïque.

6Les recherches paléo-environnementales montrent également combien des phases d’aridité très fortes ont pu sévir dans les temps précolombiens et causer de graves problèmes économiques à ces jardiniers des tropiques.

7Ces catastrophes régulières tuent et traumatisent les populations, forgent un rapport particulier aux lieux, et façonnent les mentalités et les mythes. Elles ont – secondairement dirais-je, et en liaison avec notre propos – un effet également destructeur pour le patrimoine de la région. Avec la simple érosion régulière du climat tropical, ces cataclysmes contribuent à la fragilité des vestiges, à leur précarité et à leur disparition rapide.

8Dans le même temps, prenons garde que le développement de nos sociétés modernes et l’urbanisme galopant ne deviennent encore plus destructeurs que la nature. Chaque site patrimonial qui disparaît sous les bulldozers est bien un livre qu’on brûle…

Une histoire violente 

9Cette fureur des éléments sous la douceur trompeuse des tropiques trouve son parallèle dans l’histoire des hommes et des sociétés. L’archipel caraïbe a un passé violent, douloureusement marqué par l’anéantissement de ses premiers habitants amérindiens, puis par la traite et l’esclavage de millions d’Africains…

10Il n’est pas lieu, dans cette introduction, de détailler une histoire connue, faite de ruptures, de tragédies, de violences.

11Peuples et sociétés d’Amérique, d’Europe, d’Afrique et d’Asie se sont trouvés réunis pour le pire et le meilleur dans cet archipel caraïbe. Et, si les premiers habitants ont disparu dans ce qui est le premier génocide connu de l’histoire (excepté une petite communauté de Caraïbes dans l’île de la Dominique à laquelle peuvent être associés les singuliers Black Caribs de Saint-Vincent et du Belize), les autres groupes humains ont constitué la mosaïque culturelle actuelle des sociétés caribéennes.

Un archipel créole

12Comme le définissent Bernabé, Chamoiseau et Confiant (1995  : 26), «  la créolité est l’agrégat interactionnel ou transactionnel des éléments culturels caraïbes, européens, africains, asiatiques et levantins, que le joug de l’Histoire a réunis sur le même sol ». Ou encore Patrick Chamoiseau souligne-t-il «  On retrouve dans toute la Caraïbe ce Divers qui s’agrège. » (Chamoiseau 1997 : 203)

13Et ce dernier de poursuivre  : «  Là, aucune de ces Genèses traditionnelles qui fondent les ethnies, les territoires, les identités anciennes, la belle Histoire commune. Pas de discours des origines. Pas de mythe fondateur général. Pas de sacralisation d’un commencement quelconque. » L’espace caribéen n’est pas «  l’espace ancestral » des peuples qui l’habitent aujourd’hui. Et la singularité de cette Amérique de la créolisation qu’Édouard Glissant (1996) appelle «  Néo-America » est fondamentale pour notre appréhension et notre compréhension du rapport au patrimoine inscrit dans ces lieux.

14Nous sommes dans un contexte tout à fait différent de celui qui reste le modèle dominant, dans les mentalités tout au moins, des «  communautés ataviques », fondées sur l’idée d’une genèse, sur l’idée d’une filiation, et ancrées sur un territoire que structurent les monuments élevés à la gloire des chefs, des rois, des empereurs ou encore des dieux ancestraux (vieilles communautés d’Asie, d’Europe, d’Afrique noire et civilisations amérindiennes).

15À ce mode de pensée «  continentale », Édouard Glissant oppose la «  pensée archipélique » qui trouve tout son épanouissement dans la Caraïbe créole où ces notions de territoires, de racines, de temples ou de palais vénérés sont inopérantes sur un mode classique. La diversité des origines, le déracinement et le voyage, l’esclavage, le nouvel ordre établi, la vie commune imposée, tout cela dans un laps de temps très court, font que l’espace naturel et culturel n’est pas vécu véritablement comme un patrimoine, c’est-à-dire au sens premier, comme un bien, une propriété transmise par les ancêtres, par les pères.

Patrimoine mondial en Caraïbe

16La liste actuelle du patrimoine mondial est encore révélatrice du poids de l’histoire coloniale et de cette vision occidentale dominante.

17Les biens culturels des Caraïbes inscrits sur cette liste à ce jour sont au nombre de douze  : tous sont d’époque historique et témoignent de l’architecture coloniale européenne de la région, même s’il convient de faire une place à part au groupe du Parc national historique d’Haïti – la Citadelle, le Sans-Souci et Ramiers, symboles de l’indépendance de la première République noire.

18Jugés à l’aune des critères occidentaux du patrimoine  : de la pierre et du monumental, contre du bois, des matériaux périssables et des traces fugaces sur ces îles tropicales. Ailleurs dans le monde, ce sera la durée qui validera les inscriptions (grottes préhistoriques ou vestiges millénaires par exemple) face à un archipel caraïbe qui n’a pas eu de temps…

19Et c’est bien ce constat et cette carence qui ont amené nos discussions avec le centre du patrimoine mondial. «  Il faut rectifier le tir » pourrait-on dire, et remettre à leur juste place les autres éléments patrimoniaux constitutifs de l’archipel caraïbe.

20Bien entendu, il y a des sites qui immédiatement -s’imposent par leur caractère exceptionnel au niveau de l’histoire mondiale. Il s’agit notamment des sites du premier contact entre ce que l’on a coutume d’appeler l’Ancien et le Nouveau Mondes  : villages et villes Taïnos des caciques amérindiens ayant rencontré Christophe Colomb, comme Guacanagaric sur la côte nord d’Haïti et son village présumé de En-Bas-Saline et, parallèlement, premières installations européennes en Amérique comme le fort de la Navidad, toujours en Haïti, ou la Isabella en République dominicaine.

21Mais il convient aussi de donner la parole aux vestiges des diverses composantes de l’histoire caribéenne, aussi modestes et fugaces soient-ils, pour leur valeur historique et culturelle essentielle, constitutive de l’aventure humaine collective  : carbets arawaks ou caraïbes installés dans ces «  anses tranquilles où le sable momifie les mémoires » comme l’écrit Patrick Chamoiseau (1997  : 118), roches gravées, cimetières et villages d’esclaves, camps marrons, etc.

22Pour ce faire, à la fois afin d’arriver à satisfaire aux critères de sélection de l’Unesco face à des sites isolés qui pourraient paraître trop humbles, mais aussi, surtout dirais-je, pour recréer de la «  relation » entre les îles de l’archipel en renouant leur histoire commune, des propositions sériées paraissent historiquement établies et symboliquement refondatrices de l’unité caraïbe. On pourrait ainsi imaginer plusieurs itinéraires caribéens transnationaux  :

  • la route des premiers marins et horticulteurs amérindiens venus du continent sud-américain dans un temps où l’archipel était une réalité de contacts inter-insulaires comme le démontrent chaque jour les recherches archéologiques. De villages en places cérémonielles, une sélection sur tout l’Arc Antillais de sites précolombiens s’impose comme témoignage des premiers habitants disparus  ;

  • parallèlement se dessine un itinéraire de l’art rupestre, ces «  roches écrites » constituées des signes gravés religieusement sur les pierres comme un chemin de pèlerinage, ou plutôt comme un survol chamanique de l’archipel  ;

  • le semis des camps d’esclaves marrons ou des lieux de martyre comme l’habitation Danglemont en Guadeloupe où Louis Delgrès et les révoltés de 1802 se sacrifièrent contre le rétablissement de l’esclavage par Napoléon pourrait s’affirmer comme un réseau de la résistance à l’oppression, de la lutte pour la liberté  ;

  • d’autres lieux, bien sûr, peuvent être retenus au travers de l’histoire des plantations, mais en dépassant les uniques demeures coloniales et les moulins ou usines à sucre trop souvent seuls mis en valeur, et en intégrant villages et cimetières d’esclaves témoins de la vie et de la mort des populations serviles.

Recherche, connaissance et protection

23Au-delà du symbole majeur d’une nomination au patrimoine mondial de l’humanité, il n’en demeure pas moins qu’il faut poursuivre un travail plus terre à terre, si j’ose ce jeu de mot délibéré pour la discipline archéologique, et continuer le défrichement de cette histoire enfouie à redécouvrir.

24Les sources écrites sont finies, elles ont été rédigées dans la quasi-totalité des cas par le pouvoir dominant colonial. La plus grande majorité des populations caribéennes n’a pas eu voix à ce chapitre de l’écrit.

25En revanche chaque homme ou femme antillais, amérindien, africain, européen, asiatique a pu laisser la trace de son passage, de son action, de sa vie dans le sol ou le paysage de l’archipel qu’il a modelé, dans les pierres, les poteries ou les coquillages qu’il a façonnés, ou bien enfin, suprême offrande et témoignage sacré, par sa propre sépulture mise en terre.

26La recherche archéologique est le moyen d’exhumer cette histoire enfouie des mémoires. Les traces sont là, sous la terre ou dans les paysages, porteuses de messages certes incomplets  : on ne connaîtra jamais la biographie de tel ou tel chef caraïbe ou marron, ni les alliances ni les guerres d’avant l’écrit, ni les cérémonies pratiquées ni le nom des divinités honorées, mais un large pan de l’histoire peut ressurgir. C’est le quotidien des populations que trouvent les archéologues. C’est la limite en même temps que la force et l’intérêt de leur apport.

27Après s’être assuré de la protection des sites patrimoniaux archéologiques, il importe donc de développer la recherche et la connaissance archéologique caribéenne, notamment en formant et en impliquant plus encore les jeunes Antillais dans cette voie.

28Pour conclure, je me permettrai de citer deux phrases, d’Édouard Glissant, mais en osant remplacer le mot «  écrivain » par «  archéologue »  :

29Parce que la mémoire historique fut trop souvent raturée, [l’archéologue] antillais doit “fouiller” [le mot est bien de lui] cette mémoire à partir des traces latentes qu’il a repérées dans le réel. (cité par Chamoiseau 1992  : 421)

30Parce que le temps antillais fut stabilisé dans le néant d’une non-histoire imposée, [l’archéologue – comme l’écrivain de Glissant] doit contribuer à rétablir sa chronologie tourmentée. (Glissant 1981  : 133)

Haut de page

Bibliographie

Bernabé, J., P. Chamoiseau et R. Confiant. 1995. Éloge de la créolité / Praise of Creoleness. Paris, Gallimard, 127 p. [Édition bilingue français / anglais.]

Chamoiseau, P. 1992. Texaco. Paris, Gallimard, 433 p.

Chamoiseau, P. 1997. Écrire en pays dominé. Paris, Gallimard, 321 p.

Delpuech, A. 2005. «  Lieux et mémoires d’archipel  : réflexions sur le patrimoine archéologique de la Caraïbe », in  :N. Sanz (ed.), Archéologie de la Caraïbe et convention du patrimoine mondial. Unesco World Heritage Centre, World Heritage Papers n°  14  : 146-149.

Glissant, É. 1981.Le discours antillais. Paris, Seuil, 503 p.

Glissant, É. 1996. Introduction à une poétique du divers. Paris, Gallimard, 144 p.

Haut de page

Notes

1  Exposé prononcé le 20 septembre 2004 pour l’ouverture des débats du séminaire de l’Unesco tenu à Fort-de-France sur l’identification de sites archéologiques des caraïbes en vue d’une nomination au patrimoine mondial (Delpuech 2005)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Delpuech, « Lieux et mémoires d’archipel », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 7-9.

Référence électronique

André Delpuech, « Lieux et mémoires d’archipel », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/124

Haut de page

Auteur

André Delpuech

Conservateur en chef du patrimoine, responsable des collections des Amériques, musée du quai Branly
Andre.delpuech@quaibranly.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org