Navigation – Plan du site
Dossier

L’archéologie des départements français d’Amérique

Stéphen Rostain
p. 5-6

Texte intégral

1L’archéologie des départements français d’Amérique présente des spécificités notables qui la distinguent de son homologue en métropole. Son exotisme et son éloignement la rendent méconnue en France.

2L’archéologie de l’aire amazonico-caraïbe est en effet bien différente de celle qu’on pratique en Europe. Bien plus jeune, elle a longtemps consisté en de simples sondages d’un mètre carré par niveaux arbitraires. Le premier décapage de grande surface a été réalisé de 1984 à 1989 par Aad Versteeg dans la petite île hollandaise de Saint-Eustache. Bien que cette fouille ait révélé pour la première fois des plans de grandes maisons communautaires, elle fut un temps critiquée car considérée comme destructive. Dix ans plus tard, notamment grâce à l’arrivée de jeunes archéologues formés aux méthodologies modernes, les décapages en aires découvertes sont devenus plus communs et ont renouvelé notre connaissance sur le passé précolombien de la région.

3Une autre caractéristique réside dans le processus progressif de néolithisation qui a duré des siècles et fut brutalement interrompu par l’arrivée des Européens en 1492. Le monde amérindien est alors profondément déstructuré et vite remplacé par des colonies, où les premiers habitants amérindiens ne jouent plus qu’un rôle secondaire. Il existe donc une archéologie coloniale qui se démarque très nettement de l’archéologie précolombienne, tant dans ses méthodes que dans ses objectifs. Toutefois, les textes des premiers chroniqueurs fournissent des données très utiles pour comprendre les modes de vie des peuples amérindiens. Archéologie et ethno-histoire font souvent bon ménage dans la recherche locale. De même, l’ethnologie amazonienne aide souvent à mieux cerner ces populations issues de la forêt tropicale humide continentale. Approcher l’archéologie amazonico-caraïbe nécessite de connaître les fondements de la vie des Amérindiens contemporains d’Amazonie.

Fig.1

Fig.1

Carte des départements français d’Amérique

4Jusqu’aux années 1990, l’archéologie des départements français d’Amérique a été essentiellement le fait d’amateurs. Deux thèses ont alors été réalisées sur la Martinique (Petijean Roget 1975 ; Allaire 1977) et une autre sur la Guyane (Rostain 1994). Un changement radical s’opère la décennie suivante avec la professionnalisation de l’activité. Ce renouveau des années 1990 correspond également à l’implantation permanente des services régionaux de l’archéologie (Sra) et à l’arrivée de l’Afan (aujourd’hui Inrap) dans les départements français. L’archéologie se structure grâce à l’organisation de grands chantiers et un suivi plus méticuleux des recherches. On assiste alors à un essor remarquable de la discipline dans ces départements français d’Amérique avec, notamment, une politique forte de protection des sites, un effort d’information et de sensibilisation des populations locales, le développement de l’archéologie préventive, la multiplication des réunions et des colloques, la naissance de la commission pour l’archéologie d’outre-mer.

  • 1  Citons pour mémoire l’excellent ouvrage collectif Late Cermic Age Societies in the Eastern Caribbe (...)

5Une véritable politique archéologique est menée grâce à la présence permanente de professionnels. Les nombreuses fouilles de sauvetage et programmées lancées à cette époque portent leurs fruits, et plusieurs monographies de sites et ouvrages collectifs1 voient le jour. À la fin du second millénaire, des étudiants français, hollandais et nord-américains viennent dans les Antilles, encadrés par les Sra, pour faire leur recherche doctorale. Ce n’est en revanche pas le cas dans les Guyanes où aucune nouvelle thèse n’a été réalisée depuis 1994. Les travaux archéologiques se concentrent plutôt dans le bas et le moyen Amazone où de jeunes chercheurs brésiliens préparent leur doctorat.

6Ce dossier sur « l’archéologie des départements français d’Amérique » propose de faire le point sur cette petite « révolution » qui a marqué les années 1990 et a provoqué un tournant majeur dans la recherche archéologique des basses terres tropicales insulaires et continentales françaises d’Amérique. Les principaux acteurs de ces changements y décrivent l’historique de la recherche et les travaux qu’ils ont menés dans la région. Les cinq premiers articles présentent le cadre de la recherche archéologique et l’évolution de la discipline, tandis que les cinq derniers articles s’intéressent plutôt aux résultats récents des travaux.

  • André Delpuech occupait le poste de conservateur régional de l’archéologie en Guadeloupe, puis il fut chef du bureau de la recherche archéologique au ministère de la Culture et il est actuellement responsable des collections Amérique du musée du Quai Branly. Dans son premier article, il s’emploie à replacer la discipline archéologique dans le contexte très spécifique des Antilles : l’environnement tropical et l’histoire coloniale les différencient notablement de l’Europe. Son second article décrit les principaux résultats de l’archéologie précolombienne en Guadeloupe. Le troisième, concerne plus particulièrement l’archéologie historique ou coloniale, qui a connu d’importants développements dans les Antilles depuis une quinzaine d’années.

  • Nathalie Vidal travaillait pour l’Inrap en Martinique et elle a intégré la sous-direction de l’archéologie à Paris. Elle raconte l’histoire de l’archéologie de la Martinique et met en relief les principaux résultats obtenus durant le xxe siècle.

  • José Thomas était conservateur régional de l’archéologie en Guyane et elle a rejoint la sous-direction de l’archéologie à Paris. Elle analyse les différentes étapes de l’institutionnalisation de l’archéologie en Guyane depuis la Seconde Guerre mondiale.

  • Stéphen Rostain était doctorant en Guyane et il est au Cnrs aujourd’hui. Après un panorama général du peuplement précolombien des Guyanes côtières, il retrace l’histoire de la recherche archéologique dans les cinq pays constituant cette entité.

  • Dominique Bonnissent travaille pour l’Inrap dans l’île de Saint-Martin. Elle décrit le peuplement de l’île de Saint-Martin, dépendante de la Guadeloupe, à la lumière des récentes fouilles.

  • Benoît Bérard était doctorant en Martinique et il a aujourd’hui un poste de maître de conférences à l’université des Antilles-Guyane. En se fondant sur ses fouilles en Martinique et à la Dominique, il tente de reconstituer le peuplement des Petites Antilles peu avant notre ère à partir du bassin de l’Orénoque.

  • Nathalie Serrand était doctorante en Guadeloupe et elle est depuis quelques années membre associée du Muséum d’histoire naturelle. Elle s’intéresse tout particulièrement dans ce dossier aux invertébrés marins et terrestres des Antilles, et décrit les apports récents de leur étude pour l’archéologie de la région.

  • Sandrine Gouard était doctorante en Guadeloupe et elle est maintenant maître de conférences au Muséum d’histoire naturelle. Elle montre ce que révèlent les études archéo-zoologiques sur le peuplement précolombien des Antilles.

7L’impulsion donnée dans les années 1990 se poursuit aujourd’hui avec divers développements et la venue de nouveaux chercheurs, notamment des étudiants. Il ne sera sûrement pas inutile d’ici quelques années de refaire un nouvel état des lieux dans les pages des Nouvelles de l’archéologie.

Haut de page

Bibliographie

Allaire, L. 1977. Later Prehistory in Martinique and the Island Caribs : Problems in Ethnic Identification. Ph.D., Ann Harbor, Yale University, University Microfilms.

Delpuech, A. et C. L. Hofman (ed.). 2004. Late Ceramic Age Societies in the Eastern Caribbean. British Archaeological Reports International Series 1273, Paris Monographs in American Archaeology n° 14, Series editor Eric Taladoire, 330 p.

Petitjean Roget, H. 1975. Contribution à l’étude de la préhistoire des Petites Antilles, Thèse de doctorat, Fort-de-France, École pratique des hautes études, 328 p.

Rostain, S. 1994. L’occupation amérindienne ancienne du littoral de Guyane, Paris, Orstom (Travaux et Documents microfichés 129), 2 vol. , 968 p.

Haut de page

Notes

1  Citons pour mémoire l’excellent ouvrage collectif Late Cermic Age Societies in the Eastern Caribbean, édité par A. Delpuech et C. Hofman en 2004 dans les BAR International Series (1273)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1
Légende Carte des départements français d’Amérique
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/122/img-1.png
Fichier image/png, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « L’archéologie des départements français d’Amérique », Les nouvelles de l'archéologie, 108/109 | 2007, 5-6.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « L’archéologie des départements français d’Amérique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/122 ; DOI : 10.4000/nda.122

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

Cnrs, Umr 8096 « Archéologie des Amériques »
Stephen.rostain@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org