Navigation – Plan du site
3. Politiques comparées

Socio-histoire de l’archéologie française au Moyen-Orient

Le cas de la Syrie
Laurence Gillot
p. 55-59

Résumés

Le présent article compare le déploiement de l’archéologie française et britannique en Syrie et en Irak depuis le début du xxe siècle. En tant que socio-histoire, la recherche accorde une attention particulière aux individus, archéologues ou mécènes, aux institutions (écoles françaises et britanniques à l’étranger, musées, universités, ministères) et aux réseaux sociaux (académies, sociétés et fondations) qui encadrent la recherche archéologique. L’étude s’intéresse particulièrement aux interactions qui s’établissent entre ces derniers, et envisage, dans ce cadre, les formes d’appropriation et d’instrumentalisation des recherches archéologiques. Postulant de la « réactivité » des acteurs, l’étude se penche sur les échanges et transformations éventuelles des pratiques des uns et des autres à l’égard des traces matérielles du passé, et sur l’émergence d’une archéologie « hybride », à la fois indigène et nationale, importée et coloniale.

Haut de page

Texte intégral

1La problématique de l’archéologie coloniale, dans cet article, est analysée dans le cadre du projet d’une socio-histoire de la discipline qui, à travers la présentation des fouilles françaises au Moyen-Orient, et plus spécifiquement en Syrie, s’intéresse aux acteurs, aux enjeux, aux problématiques et aux impacts d’une activité scientifique menée dans des contextes coloniaux et postcoloniaux.

2Loin d’être une histoire des faits et des découvertes de l’archéologie, la présente étude la conçoit comme une pratique scientifique et sociale intrinsèquement associée aux contextes socio-politiques, culturels et économiques dans lesquels elle évolue. Dans cette perspective, l’article analyse le déploiement et l’organisation de l’archéologie française en Syrie. Le but est ici d’évaluer si elle peut être considérée comme une activité impérialiste et coloniale, sans être a priori définie comme telle. A contrario, on peut se demander si l’on ne pourrait pas l’envisager comme une discipline et une pratique « hybrides » (Hamilakis 2008), où se mêlent des influences locales et extra-locales. Après avoir présenté notre approche, nous nous pencherons sur l’histoire sociale de l’archéologie en Syrie. Nous évoquerons tout d’abord les phases de son développement dans ce pays, en soulignant ses points communs avec celui des fouilles britanniques en Irak, avant d’envisager, dans un deuxième temps, la relation entre les archéologues étrangers et les milieux locaux.

Une « socio-histoire » de l’archéologie

3Notre approche repose sur une exploitation des recherches menées dans le monde francophone et anglo-saxon. Elle entend tout d’abord combler certaines lacunes, l’histoire « sociale » occupant une place relativement marginale. Elle souligne ensuite combien les études relatives à l’histoire de l’archéologie (Diaz-Andreu 2007 ; Gran-Aymerich 1998) sont souvent limitées à la période antiquaire et à l’émergence de l’archéologie scientifique, au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, alors que son histoire récente demeure négligée. En outre, si l’activité en milieu étranger a été abondamment analysée sous l’angle du colonialisme et de l’impérialisme des États-nations (Kohl & Fawcett 1995), ces études sont dominées par des approches eurocentristes. En ce sens, nous nous rapprochons plutôt du courant de critiques stimulé par les études postcoloniales qui soulignent le rôle joué par les acteurs locaux (Liebmann & Rizvi 2008).

4La recherche en socio-histoire repose sur une méthodologie qui combine les outils de l’historien (archives, histoire orale) et ceux de l’ethnographe (observation participante, entretiens). Elle accorde une attention particulière aux individus, archéologues ou mécènes, aux institutions (écoles françaises et britanniques à l’étranger, musées, universités, ministères) et aux réseaux sociaux (académies, sociétés et fondations) qui encadrent la recherche archéologique. Elle implique aussi d’analyser les pratiques et les représentations. Le rôle des institutions et des acteurs locaux est également pris en compte, ainsi que leurs interactions avec les individus et les institutions étrangères. Postulant la réactivité des acteurs, la socio-histoire s’intéresse aux échanges et aux transformations des pratiques des uns et des autres à l’égard des traces matérielles du passé, ainsi qu’à l’émergence d’une archéologie « hybride », à la fois « indigène » et nationale, importée et coloniale.

5Cette recherche considère aussi les impacts des activités archéologiques. En quoi les archéologues et le savoir élaboré participent-ils à la construction des identités locales ? La présence de missions archéologiques étrangères contribue-t-elle à modifier le cadre de vie, voire à l’améliorer, par la création d’emplois locaux ou la mise en place d’infrastructures ? Quels effets ont-elles eus, quant à l’influence des États français et britannique en Syrie et en Irak ? L’archéologie s’inscrit-elle dans la logique des autres activités coloniales ?

6En définitive, cet article n’aborde qu’une partie des interrogations soulevées ci-dessus. Si l’archéologie est considérée comme une pratique sociale, elle n’est a priori pas conçue comme un outil de domination scientifique, culturelle, politique et socio-économique, sans ancrage local et populaire. Partant au contraire de l’idée que l’archéologie est une pratique hybride et « multivocale », nous montrerons qu’en Syrie elle est aussi le terrain d’échanges entre acteurs locaux et extra-locaux.

L’archéologie en Syrie au xxsiècle

7L’archéologie syrienne constitue un champ de recherche dynamique, en grande partie alimenté par les travaux des archéologues occidentaux. Les autorités syriennes proclament leur pays « numéro un » des découvertes archéologiques, en raison de leur importance et du nombre de missions présentes dans le pays. La Syrie dispose en effet d’une multitude de sites d’époques variées et leur mise en valeur s’inscrit dans une longue tradition. L’archéologie a été intrinsèquement associée à des enjeux d’ordre géostratégique et idéologique, participant tantôt à la justification de la présence étrangère, tantôt à la construction nationale (Valter 2002 ; Gillot 2008).

8L’évolution de la discipline en Syrie au xxe siècle peut être résumée en trois phases. La première correspond à la période « coloniale », c’est-à-dire aux recherches menées sous la domination ottomane puis sous le mandat français (fin du xixe siècle-1945). La deuxième consacre la nationalisation de l’archéologie (1948-1980) qui s’est faite parallèlement à la mise en place de la République arabe syrienne. La troisième, enfin, a vu l’intensification, l’internationalisation et la « commodification » des recherches (depuis 1980).

9Au départ, lors de la création d’organismes de recherches archéologiques par les puissances européennes pour le Moyen-Orient au milieu du xixe siècle, les archéologues délaissent la Syrie au profit de la Palestine et de l’Assyrie (Irak). À la fin du siècle, quelques campagnes sont néanmoins menées dans les villes d’époque classique (Palmyre, Saint-Siméon), ainsi qu’à Carchémish et Tell Halaf au nord, qui fournissent des indications sur le ier millénaire. Sous le mandat français (1918-1945), les autorités coloniales favorisent la reprise des fouilles selon de nouvelles perspectives, comme l’exploration de surface des tells syriens du Moyen-Euphrate. Toutefois, ces entreprises, destinées à justifier la présence française et à mieux connaître l’« Autre », relèvent davantage du hasard que d’un plan déterminé. Ainsi, les fouilles menées entre 1920 et 1946 sont conduites pour des raisons géopolitiques par des militaires ou sous leur supervision. Dans les années 1930, les explorations anarchiques font peu à peu place à des programmes scientifiques menés sous l’égide de personnalités fortes, comme André Parrot (1901-1980), le fouilleur du site de Mari (Gelin 2002 ; Bounni 1997).

Fig. 1

Fig. 1

L’archéologie syrienne des années 1990 à nos jours : les missions étrangères, nationales et mixtes

© L. Gillot

10Au moment de l’indépendance, la Syrie choisit de développer une archéologie nationale autonome et réorganise les structures mises en place sous le mandat français. La création du service des Antiquités, ancêtre de la Direction générale des Antiquités et des Musées (Dgam), et de la revue Les Annales archéologiques syriennes, le développement des musées nationaux de Damas et d’Alep stimulent la discipline représentée par les personnalités de Salim Abd al-Haqq (1913-1993) et Adnan al-Bunni (1926-2008) (Al-Maqdissi 2008). La loi des Antiquités syriennes de 1963 consacre ensuite la mainmise des autorités syriennes sur l’archéologie. Elle soumet les fouilles à un permis que les services des Antiquités sont seuls habilités à octroyer. Ce permis fixe les devoirs des fouilleurs et les oblige à restituer toutes les découvertes, publier leurs recherches et accueillir les autorités sur leurs chantiers. Ils sont aussi tenus de préserver et d’entretenir les sites concernés par le permis et de s’acquitter des salaires des gardiens du chantier.

11L’essor proprement dit de l’archéologie « nationale » en Syrie remonte à la fin des années 1960 et il s’inscrit dans un programme d’édification d’une identité nationale arabe, ancrée dans un passé lointain, entrepris par le régime baasiste et le président Hafez al-Assad (1930-2000) (Valter 2002). La reprise des fouilles à Ebla selon un programme d’études à long terme du développement urbain marque un tournant important et signe la fin des entreprises hasardeuses. La recherche archéologique se développe ensuite considérablement lors des campagnes internationales de sauvetage menées sous l’égide de l’unesco sur les sites du Moyen-Euphrate menacés, en 1968, par la construction du barrage ath-Thawra (Tabqa) (56 sites) et par celle, en 1982, du barrage de Tishrin dans la région du fleuve Khabur (20 sites). De même, en 1974, la découverte des archives d’Ebla marque un tournant important qui fait de la Syrie l’un des pays les plus attractifs pour la recherche archéologique (Bounni 1997). Les fouilles programmées se multiplient, associant étroitement les acteurs locaux et étrangers.

  • 1 Entretien avec le directeur du service archéologique de la dgam, Michel al-Maqdissi, Damas, 9 mai 2 (...)

12La période qui va des années 1980 à la fin des années 2000 est caractérisée par l’intensification et la diversification des recherches dans un contexte politique de plus en plus favorable à la présence des missions étrangères, qui restent néanmoins sous le contrôle des autorités. Ces dernières sont en effet seules habilitées à octroyer les permis de fouilles, intervenant ainsi sur la définition même des programmes, et imposent à chaque mission la présence d’un représentant local. Le nombre de missions ne cesse toutefois de croître pour atteindre 130 à la fin des années 19901. Depuis les années 1990, une forme de « commodification », ou marchandisation, de l’archéologie s’opère, les sites étant de plus en plus mobilisés comme des ressources touristiques. Les autorités syriennes incitent les archéologues à aménager les sites archéologiques et valoriser davantage leurs recherches auprès du grand public. Parallèlement, les mesures de protection du patrimoine se multiplient. De fait, les archéologues étrangers sont appelés à intervenir dans d’autres domaines que ceux de la fouille et de l’étude.

13Une nouvelle phase pourrait s’ouvrir à l’issue, encore incertaine à l’heure où nous écrivons ces lignes, des troubles sociopolitiques qui secouent la Syrie. Les missions archéologiques étrangères ont dû quitter le pays à l’été 2011 et leur retour semble chaque jour de plus en plus improbable. Il est vraisemblable que la résolution du conflit influera directement sur l’avenir des recherches archéologiques en Syrie, qu’elles soient menées par les acteurs nationaux ou étrangers. Dans l’hypothèse d’un durcissement politique, l’activité risque d’être plus encore contrôlée et manipulée par le gouvernement syrien, qui pourrait interdire le retour des missions étrangères. À l’inverse, un véritable changement politique pourrait être favorable au redéploiement de la recherche, qui gagnerait en autonomie.

14En définitive, en Syrie, l’archéologie est bien une pratique d’origine coloniale. Sur cette base a ensuite émergé une archéologie proprement nationale, voire nationaliste, comme ce fut le cas dans l’Irak voisin. L’archéologie irakienne a connu elle aussi une histoire en trois temps. Maghus T. Bernhardsson (2005) distingue ainsi une première période appelée « internationalisation » (1830-1920), caractérisée par un monopole occidental, en particulier britannique. S’ensuit une deuxième période dite d’« hybridation » (1921-1940), pendant laquelle le monopole britannique demeure important tandis que s’opère une négociation avec les Irakiens. Elle aboutit à une troisième période qualifiée de « nationalisation » (à partir de 1941), au cours de laquelle les Irakiens prennent le plein contrôle de l’archéologie. Les archéologues britanniques se tournent alors vers la Syrie, tendance renforcée après les guerres du Golfe (1980-1988 et 1990-1991) et la chute de Saddam Hussein en 2003.

15Contrairement à l’Irak, la phase « nationaliste » a été suivie, en Syrie, d’une nouvelle phase d’internationalisation, l’autonomie des acteurs étrangers étant toutefois limitée en raison du contrôle exercé par les autorités sur l’activité. Si le manque de moyens, techniques, financiers et humains a conduit ces dernières, dans les années 1980, à opérer une réouverture vers l’étranger favorisée par un contexte politique favorable à l’Occident, l’obtention des permis reste soumise au bon vouloir de la Dgam, qui a ainsi le droit d’influer sur la définition des programmes, la conduite des fouilles et la valorisation des recherches. Dans ce cadre vont se tisser des relations particulières entre les archéologues étrangers, les acteurs institutionnels et les populations locales.

Les interactions entre archéologues étrangers et acteurs locaux

16Jusqu’en 2010, la recherche archéologique en Syrie était une activité publique, faiblement privatisée et fortement professionnalisée, menée par un ensemble hétérogène d’acteurs nationaux et étrangers. Les 130 missions archéologiques actives cette année-là étaient classées en trois catégories : étrangères, nationales et conjointes ou mixtes. Leur nombre croissant était le signe d’une mainmise réelle des autorités syriennes. Les instituts de recherche étrangers jouaient un rôle important dans la coordination des travaux de recherche et de mise en valeur des travaux (e.g. l’Institut français du Proche-Orient [Ifpo]). L’essentiel de la production scientifique émanait des missions étrangères, qui disposaient des savoirs, des techniques et des investissements requis, ce qui n’empêchait pas les reformulations locales des thèses étrangères par les historiens syriens, la dgam, les acteurs touristiques et les populations (Valter 2002).

17Indépendamment de la nationalité, chaque mission était composée d’une équipe de scientifiques et d’équipes d’ouvriers recrutés localement. L’organisation des chantiers était homogène sur l’ensemble des sites. Elle s’inscrivait dans la tradition des fouilles menées à l’époque des mandats, dont on retrouve notamment une description détaillée pour l’Irak et la Syrie chez Max Mallowan (1904-1978) (Mallowan 1977) et son épouse Agatha Christie (1890-1976) (Christie 1999). Après prospection et sélection du site à fouiller, une première étape consistait à obtenir le permis auprès des autorités. Puis, selon les cas, les missions faisaient construire ou louaient des habitations pour accueillir les équipes de chercheurs et stocker les découvertes. Dans ce cadre, des accords étaient conclus avec les notables de la communauté. Après cette phase d’organisation, avait lieu le recrutement des ouvriers et d’un contremaître chargé d’établir le lien entre les archéologues étrangers et les employés. Trois types de fonctions étaient à pourvoir afin de constituer des équipes de trois personnes : le piocheur, le pelleteur et le ramasseur. Cette organisation très hiérarchisée était souvent renforcée par un système de récompenses attribuées, en plus du salaire, pour les découvertes particulières. Le piocheur, premier à intervenir, était ainsi avantagé par rapport à ses deux coéquipiers. Ce système permettait toutefois une certaine responsabilisation des équipes. Le salaire pouvait être payé de manière journalière, hebdomadaire ou mensuelle. Une journée de fouille débutait au lever du soleil et s’achevait avant les heures chaudes de l’après-midi. Dans la seconde moitié du xxe siècle, des changements sont intervenus dans cette organisation calquée sur l’héritage colonial : le permis, octroyé par les autorités nationales, la réduction du nombre d’ouvriers, l’implication des populations dans la production du savoir, etc. La figure parternaliste de l’archéologue (Christie 1999 : 151-152) s’est estompée au profit d’une nouvelle image de l’ouvrier local, considéré comme une source de savoir plus que comme un individu à éduquer.

18L’attitude des archéologues à l’égard des populations locales a varié selon qu’elles étaient ou non intégrées aux fouilles. Certains considéraient que leur association au processus de recherche était bénéfique mais beaucoup émettaient un jugement négatif à leur égard. Ils étaient d’avis qu’elles se désintéressaient de la protection des sites et représentaient avant tout une menace, comme en témoigne la fréquence des vols et des pillages. Ils estimaient de surcroît que le nombre de personnes employées dans les fouilles était insuffisant pour créer une véritable dynamique de sensibilisation, l’indifférence à la préservation du patrimoine résidant dans la difficulté des gens à se projeter dans l’avenir, tout étant conditionné par la volonté divine. Le problème était également d’ordre institutionnel car, quand elles existaient, les initiatives locales étaient rarement stimulées et faiblement relayées par les institutions centrales. Les archéologues étrangers jugaient celles-ci incapables de mener à bien des programmes de fouille et de mise en valeur à cause du manque de personnel qualifié et de ressources financières. Ils évoquaient enfin la difficulté de concilier deux principes jugés contradictoires, la préservation du patrimoine et son ouverture au public.

19Dans ces conditions, archéologues étrangers et acteurs locaux ont entretenu des relations complexes. La capacité des premiers à négocier avec les services des Antiquités semble avoir été un aspect déterminant de leur autonomie et de leur indépendance, particulièrement dans un contexte où le contrôle exercé par l’État syrien était la source de nombreuses contraintes pour les missions étrangères. Ensuite, outre l’apport financier des salaires, supérieurs à ceux du secteur public ou du travail ouvrier, les chantiers archéologiques ont constitué des moments privilégiés pour sensibiliser les populations locales, dont l’attitude était en général bienveillante, à l’histoire et à la préservation des vestiges. Les comportements franchement hostiles sont restés rares mais les jugements envers les étrangers variaient selon les caractéristiques ethniques et confessionnelles des communautés et le comportement des missions. Des phénomènes de résistance, voire d’opposition, ont notamment pu apparaître en cas de conflit avec des usages locaux. Malgré tout, la tradition d’hospitalité des Syriens est restée un facteur positif. L’emploi ouvrier a aussi favorisé l’implication de certaines personnalités locales, médiateurs privilégiés entre les archéologues et les autres membres de la communauté. Celle-ci s’est toutefois rarement impliquée dans l’interprétation et la présentation d’un passé qu’elle s’est par conséquent difficilement appropriée. Ceux qui ne percevaient pas l’intérêt des recherches archéologiques et estimaient démesurées les dépenses qu’elles entraînaient sont restés nombreux. Mais cette vision de l’archéologie comme une activité futile n’entraînait pas son assimilation à une activité coloniale, où les acteurs locaux n’auraient aucun pouvoir ni influence. En définitive, la relation entre archéologues étrangers et acteurs locaux n’a jamais été univoque ni dissymétrique.

Conclusion

20L’archéologie est une discipline influencée par ses praticiens, à leur tour profondément affectés par le contexte intellectuel, social et politique. Certes, les recherches effectuées sur la pratique archéologique dans des contextes non occidentaux ont souligné le rôle de cette discipline comme outil de domination scientifique, culturelle, politique et socio-économique (Diaz-Andreu 2007 ; Trigger 1984). En Méditerranée orientale et au Moyen-Orient, le passé a ainsi été utilisé pour construire un « non-Ouest », pour forger une origine culturelle à l’Ouest et séparer des identités opposées (Meskell 1998). Peut-on toutefois considérer l’archéologie comme une pratique exclusivement coloniale, surtout si on observe son développement sur un temps long ? N’a-t-elle pas, au contraire, évolué pour représenter un terrain d’échanges, même asymétriques, entre les extra-locaux et les acteurs locaux ? En ce sens, il y aurait lieu de reconsidérer la pratique archéologique sous l’angle des théories postcoloniales, en tant que pratique élitiste, certes, mais aussi multivocale et vecteur potentiel d’échanges culturels.

Haut de page

Bibliographie

Al-Maqdissi, M. (éd.). 2008. Pionniers et protagonistes de l’archéologie syrienne, 1860–1960. D’Ernest Renan à Sélim Abdulhak. Damas, Ministère de la Culture, Dgam (Documents d’archéologie syrienne, xiv), 350 p.

Bernhardsson, M. T. 2005. Reclaiming a Plundered Past. Archaeology and Nation Building in Modern Iraq. Austin, University of Texas Press, 327 p.

Bounni, A. 1997. « L’histoire des fouilles archéologiques en Syrie », in : C. Bertin (éd.), En Syrie : aux origines de l’écriture. Turnhout, Brepols : 109-112.

Christie, A. 1999. Come, Tell Me How to Live. London, Harper Collins Publishers, 205 p. [1ère édition : 1946].

Diaz-Andreu, M. 2007. A World History of Nineteenth-Century Archaeology. Nationalism, Colonialism and the Past. New York, Oxford University Press, 507 p.

Gelin, M. 2002. L’archéologie en Syrie et au Liban à l’époque du Mandat (1919–1946). Histoire et organisation. Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 133 p.

Gillot, L. 2008. La mise en valeur des sites archéologiques : un rapprochement entre Archéologie, Tourisme et Développement. Le cas de la Syrie. Thèse de doctorat présentée en vue de l’obtention du grade de Docteur en Sciences, Université Libre de Bruxelles (manuscrit), 392 p. (vol. 1) et 272 p. (vol. 2).

Gran-Aymerich, È. 1998. Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945. Paris, Cnrs Éditions, 533 p.

Hamilakis, Y. 2008. « Decolonizing Greek Archaeology: Indigenous Archaeologies, Modernist Archaeology and the Post-colonial Critique », in : D. Damaskos & D. Plantzos (ed.), A Singular Antiquity, Archaeology and Hellenic Identity in Twentieth-Century Greece. Athens, Benaki Museum : 273-284.

Kohl, P. L. & C. Fawcett (éd.). 1995. Nationalism, Politics and the Practice of Archaeology. Cambridge, Cambridge University Press, 329 p.

Liebmann, M. & U. R. Rizvi. 2008. Archaeology and the Postcolonial Critique. Lanham/New York, Altamira Press, 266 p.

Mallowan, M. 1977. Mallowan’s Memoirs. Londres, Collins, 320 p.

Meskell, L. (éd.). 1998. Archaeology Under Fire. Nationalism, Politics and Heritage in the Eastern Mediterranean and Middle East. Londres/New York, Routledge, 251 p.

Trigger, B. G. 1984. « Alternative archaeologies : nationalist, colonialist, imperialist », Man, 19 : 355-370.

Valter, S. 2002. La construction nationale syrienne. Légitimation de la nature communautaire du pouvoir par le discours historique. Paris, Cnrs Éditions, 400 p.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec le directeur du service archéologique de la dgam, Michel al-Maqdissi, Damas, 9 mai 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende L’archéologie syrienne des années 1990 à nos jours : les missions étrangères, nationales et mixtes
Crédits © L. Gillot
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Gillot, « Socio-histoire de l’archéologie française au Moyen-Orient », Les nouvelles de l'archéologie, 126 | 2011, 55-59.

Référence électronique

Laurence Gillot, « Socio-histoire de l’archéologie française au Moyen-Orient », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 126 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1209 ; DOI : 10.4000/nda.1209

Haut de page

Auteur

Laurence Gillot

Maître de conférences « Patrimoines et Politiques culturelles », Anhima UMR 8210- Université Paris VII (Paris Diderot), UFR GHSS et Sciences Sociales
lgillot@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org