Navigation – Plan du site
3. Politiques comparées

L’archéologie de l’Égypte antique pendant la période coloniale de l’occupation britannique à la découverte du tombeau de Toutankhamon

Éric Gady
p. 47-50

Résumés

Le « protectorat voilé » de la Grande-Bretagne en Égypte à partir de 1882 a modifié la situation archéologique dans ce pays. Les fouilles étaient jusqu’alors réservées à un Service des Antiquités dirigé par un Français également fonctionnaire égyptien. De 1882 jusqu’au milieu des années 1920, les Occidentaux réalisèrent chaque année de nombreuses fouilles qui enrichirent notamment leurs musées. Toutefois, les Britanniques ne réussirent pas à prendre la place des Français à la tête du Service des Antiquités. La proclamation de l’indépendance en 1922 correspondit également à la volonté des Égyptiens de voir cette domination cesser.

Haut de page

Texte intégral

1Sans constituer officiellement une colonie, l’Égypte a connu une domination de type colonial sous la forme d’une occupation militaire britannique à partir de 1882, d’un protectorat après 1914 et d’une semi-indépendance obtenue en 1922, qui a permis à l’Angleterre de conserver son influence pendant encore quelques années. Si la découverte de l’Égypte antique, pharaonique et gréco-romaine a commencé par une expédition coloniale, celle de Bonaparte (1798-1801), peut-on dire que la grande époque de l’archéologie, au tournant du xxe siècle, s’est épanouie à l’ombre de la colonisation ? La puissance politiquement dominante, en l’occurrence britannique, a-t-elle dès lors bénéficié d’une position privilégiée dans le domaine de l’archéologie, en renversant la situation initiale ? Pour répondre à ces questions, on évoquera donc rapidement ici ce que la période coloniale a pu apporter ou transformer dans le domaine de la recherche archéologique antique en Égypte, et quels effets elle a eus sur les hommes, les institutions et les lois.

Des archéologues issus des mondes coloniaux

2Il est impossible de comprendre la place des savants français en Égypte, entre le milieu du xixe et le milieu du xxe siècle, si l’on n’a pas à l’esprit la notion de « possession scientifique » de l’Égypte antique revendiquée par les Français, qui revient constamment dans leurs écrits. L’influence exercée par la France en Égypte permet à ses savants de jouer un rôle considérable et, à une époque où la figure de l’archéologue fait son apparition, elle donne naissance à un type d’érudit extrêmement puissant et profondément engagé dans la gestion des antiquités. Jusqu’en 1880 et depuis la fondation du Service des Antiquités de l’Égypte en 1858, c’est un Français, Auguste Mariette (1821-1881), fonctionnaire égyptien, qui préside aux destinées de l’archéologie égyptienne. C’est ainsi qu’à sa mort, un orientaliste comme James Darmesteter (1849-1894) pouvait indiquer qu’il avait exercé « trente années de dictature scientifique » (Darmesteter 1883 : 64). En effet, les Français ont très vite considéré l’égyptologie comme leur chasse gardée, justifiée à leurs yeux par l’œuvre de Bonaparte, de Jean-François Champollion (1790-1832) puis de Mariette. On trouve ainsi sous la plume de Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778-1867), le frère aîné de Jean-François, les termes de « propriété littéraire » ou d’« apanage » pour désigner l’égyptologie, et les décennies postérieures ne font qu’amplifier ce discours (Gady 1999).

3Les difficultés budgétaires de l’Égypte conditionnent l’évolution de l’archéologie, entraînant un changement de donne. À la fin des années 1870, la France et l’Angleterre établissent un contrôle financier commun qui ne fait qu’augmenter leur influence tout en renforçant l’esprit de concurrence entre les deux puissances. En 1880, la maladie de Mariette et le risque de perdre la direction du Service poussent la France à envoyer Gaston Maspero (1846-1916) à la tête d’une mission archéologique permanente, dont le but est de garder au pays un champ scientifique considéré comme français. Après la mort de Mariette, la France réussit à conserver la direction du Service des Antiquités, et maintient parallèlement sa mission permanente. Cependant, au fur et à mesure que l’ingérence franco-britannique se renforce, les savants britanniques se mettent eux aussi à vouloir aller travailler au pays des pharaons. Dès 1881, Maspero, nouveau directeur du Service, est acquis à l’idée d’ouvrir l’Égypte aux archéologues étrangers afin d’avancer un programme de prospection que le pays ne peut plus assumer seul en ce temps de crise et que l’occupation britannique de 1882 favorise. En 1883, le Suisse Édouard Naville (1844-1926) explore le premier, pour le compte des Britanniques et avec l’accord de Maspero, un site considéré comme biblique dans le delta du Nil. Ce précédent ouvre la vallée du Nil à l’ensemble des archéologues occidentaux. L’Égypte antique est livrée en concessions à tous ceux qui offrent des garanties scientifiques. C’était un tournant complet par rapport à l’époque de Mariette.

4De fait, c’est à partir de Maspero et de l’occupation britannique qu’ont sans doute lieu les quarante années les plus glorieuses de l’archéologie égyptienne, de la découverte des momies royales de Deir el-Bahari (1881) à celle de Toutankhamon (1922). Les Français ont bien évidemment leur part de succès, avec Émile Amélineau (1850-1915), Albert Gayet (1856-1916) ou Georges Bénédite (1857-1926). Les Britanniques ne sont pas en reste : le grand William M. Flinders Petrie (1853-1942) fait de l’Égypte sa terre de prédilection, revenant presque chaque année, au moins jusqu’en 1924, explorer un site qu’il publie très rapidement. D’autres, Allemands, Américains ou encore Italiens, ne manquent pas non plus de s’illustrer. Tous les ans, une vingtaine de sites en moyenne sont fouillés par des savants occidentaux non membres du Service, dont un tiers par des Britanniques et un quart par des Français.

5Quelle place reste-t-il aux Égyptiens ? En dehors des fouilles clandestines destinées à revendre les objets sur le marché des antiquités, celle qui leur est réservée est plutôt marginale (fig. 1). La décision, prise en 1902, de n’accorder des autorisations de fouilles qu’aux seuls représentants de sociétés savantes (Maspero 1912 : 71), revient à les exclure, même s’il y a des exceptions. L’exploration archéologique de l’Égypte antique devient, dans les faits, réservée aux Occidentaux. Seul Ahmed Kamal (1851-1923), premier véritable égyptologue égyptien, participe en tant que membre du Service à un certain nombre de fouilles de 1890 à 1914.

Fig. 1

Fig. 1

Une vision de la domination occidentale dans l’égyptologie : caricature doutant de la possibilité pour les Égyptiens de remplacer, au moment de l’indépendance, les fonctionnaires étrangers aux compétences élevées comme les égyptologues. Juan Sintès, couverture de L’Égypte Nouvelle, 58, 4 août 1923 (hebdomadaire politique francophone publié en Égypte de 1922 à 1941)

6Cette distribution des forces se reproduit partout en Égypte, même s’il convient de souligner la particularité de l’archéologie alexandrine. Ainsi, alors que Napoléon III s’est montré désireux de rédiger une biographie de César, l’astronome Mahmud el-Falaki (1815-1885) réalise dans les années 1860, sur l’ordre du khédive Ismail Pacha (1830-1895), des fouilles importantes qui le conduisent à publier un mémoire et une carte de l’Alexandrie antique. Par la suite, toutefois, l’archéologie alexandrine ne semble plus intéresser les archéologues étrangers, au grand dam des Alexandrins qui partent à la recherche de leur passé, à l’image du Dr Tasos Néroutsos (1826-1892). Ce n’est que dans les années 1890 que l’Italien Giuseppe Botti (1853-1903), installé à Alexandrie et premier directeur du musée, réalise les fouilles à la colonne de Pompée pour le compte de la municipalité. Mais cette archéologie, pratiquée par les membres de l’élite locale cosmopolite pour qui « l’arabe était devenu une langue étrangère que l’on réservait aux relations avec le personnel » (Ilbert 1996 : 670), ne peut être réellement comprise comme totalement égyptienne. En fait, elle a servi aussi à légitimer la domination des communautés étrangères sur la ville, en lui trouvant des racines historiques.

7Pour voir apparaître une génération d’archéologues égyptiens, il faut attendre le milieu des années 1920 et la « décolonisation d’une profession » (Reid 1985). En effet, en 1923, quatre jeunes Égyptiens, Mahmud Hamza (1890-1980), Sélim Hassan (1886-1961), Sami Gabra (1892-1979) et Abbas Bayoumi (1904-1983), appelés à remplacer les fonctionnaires occidentaux du Service qui devaient théoriquement être licenciés avant 1927, sont envoyés se former en Europe. Dans la réalité, la domination occidentale sur l’archéologie égyptienne reste presque totale jusqu’aux années 1950. Il en va de même pour les institutions.

Des institutions archéologiques contrôlées par les puissances coloniales

8Créé en 1858, le Service des Antiquités reste sous direction française jusqu’en 1952. En 1899, il emploie trois archéologues français (Victor Loret [1859-1946], Georges Daressy [1864-1938], Georges Legrain [1865-1917]), un Allemand (Émile Brugsch [1842-1930]), un Italien (Alessandro Barsanti [1858-1917]) et un Égyptien (Kamal), qui forment une équipe en quelque sorte internationale d’où sont cependant exclus les savants de la puissance occupante. Les Britanniques ont essayé de s’emparer du Service, comme ils ont anglicisé la plupart des administrations à leur arrivée en Égypte. Mais ils se heurtent, dans le domaine égyptologique, à une résistance très vive des Français qui, tout en contestant leur présence militaire, s’opposent aussi à leur arrivée au sein du Service des Antiquités.

9Des conflits très vifs opposent les deux puissances pendant une quinzaine d’années, avec menace de rupture des relations diplomatiques, promesse du ministre égyptien au Quai d’Orsay de ne pas recruter de savants britanniques, etc. L’affaiblissement des positions françaises après la crise de Fachoda (1898) permet le retour de Maspero. Très apprécié des Anglais, il est favorable à une ouverture de l’Égypte aux archéologues occidentaux et accepte, en 1899, la nomination de deux Britanniques. Toutefois, en signant l’Entente cordiale en 1904, la France tient à officialiser son statut dans l’égyptologie comme elle l’aurait fait pour le contrôle d’un territoire réel, l’article premier précisant que la direction du Service doit rester française. Se dessine ainsi un condominium franco-britannique d’un nouveau genre, un partage impérialiste qui attribue l’Égypte contemporaine aux Britanniques tandis que l’Égypte antique est reconnue comme une sorte de protectorat français. Les savants britanniques en sont navrés. Si les diplomates respectent l’accord, les archéologues tentent régulièrement de le contourner, voire d’y mettre fin. En 1918, Lord George Herbert Carnarvon (1866-1923), qui recherche encore la tombe de Toutankhamon, suggère officiellement à Lord Arthur Balfour (1848-1930) de procéder à un échange en donnant aux Français, dont les ambitions sur la Syrie se précisent, les antiquités de ce pays, moyennant quoi les Britanniques se verraient confier les antiquités égyptiennes. Sa lettre se conclut ainsi : « archaeology should everywhere follow the flag ». On ne pouvait être plus clair. Les revendications des Égyptiens, à partir de 1919, empêchent ce projet de se concrétiser.

10Le Service des Antiquités gère aussi des musées exposant les résultats des fouilles archéologiques. Si le personnel scientifique est occidental, quel public les fréquente ? Si l’on pense d’abord aux touristes, il ne faut pas sous-estimer le public égyptien. Dès les années 1860, Mariette fait traduire en arabe le guide du musée de Boulaq au Caire, preuve d’un certain intérêt de la part de la population locale. Maspero met en place un système de gratuité pour la moitié de l’année qui ne correspond pas à la saison touristique (Maspero 1912 : ix), ce qui témoigne d’un effort pour favoriser l’accès des Égyptiens aux conclusions d’une recherche archéologique dont ils restent avant tout spectateurs.

11Toutefois, l’eurocentrisme l’emporte toujours puisque le nouveau bâtiment du musée du Caire, conçu par l’architecte français Marcel Dourgnon (1858-1911) et inauguré en 1902, traduit dans sa façade le poids de l’impérialisme occidental présidant aussi bien aux destinées du pays qu’à celles de l’archéologie pharaonique : les motifs architecturaux classiques dominent (dôme, arcades, colonnes ioniques, pilastres…), aucun Égyptien ne figure parmi les noms des vingt et un égyptologues gravés dans la pierre, et, au-dessus de la porte d’entrée, une inscription en latin porte la date de l’Hégire en chiffres romains (Reid 2002 : 3-7). Kamal est le seul Égyptien admis à participer au Catalogue général du musée du Caire, réalisé par une commission internationale. Cet ouvrage qui se veut exhaustif compte près d’une centaine de volumes édités dans leur majorité entre 1901 et 1940. La moitié est publiée en français, un gros quart en anglais, le reste en allemand.

12La situation est la même à Alexandrie où le nouveau bâtiment du musée gréco-romain, inauguré en 1895, a une façade classique avec fronton, colonnes et pilastres doriques et, en caractères grecs au-dessus, le mot MOYEION qui peut donner l’impression que l’on entre dans le musée de la ville antique. Cinq guides sont publiés durant les trente premières années, quatre en français, un en anglais. Alerté par un article d’un journal arabe qui déplore l’absence de version pour les arabophones, Maspero a pourtant, dès 1901, proposé au directeur Botti d’en confier une traduction à Kamal. Après la première guerre mondiale, son successeur Evaristo Breccia (1876-1967) signale à plusieurs reprises l’existence d’un manuscrit arabe du guide du musée, en attente de publication. Ce guide arabe, dû à la plume du premier directeur égyptien du musée, Henry Riad, ne paraît pourtant qu’en 1958. On voit ainsi que ces institutions théoriquement égyptiennes ne sont guère tournées vers les Égyptiens. La création de petits musées locaux destinés à accueillir le produit des fouilles financées par un notable de la ville, comme celui d’Assiout, nuance un peu ce constat sévère.

13On soulignera enfin l’existence de deux écoles d’égyptologie pour les Égyptiens. De la première, encadrée par l’Allemand Heinrich Brugsch (1827-1894) de 1869 à 1874, sort le futur archéologue Kamal (Reid 2002 : 116-118), qui lui-même encadre la seconde, de 1910 à 1912. En 1923, une chaire d’égyptologie est créée pour lui dans la nouvelle Université du Caire. Décédé quelques semaines plus tard, il est remplacé par un exilé russe installé en France, Vladimir Golénischeff (1856-1947). C’est donc seulement après la semi-indépendance de 1922 que se met en place une institution plus ou moins destinée à former des égyptologues égyptiens.

14Alors que les Égyptiens souffrent toujours du manque d’institutions à leur service, les Européens continuent en revanche à en créer en leur faveur. Les Français sont les premiers à créer, en 1880, la mission permanente du Caire, qui devient en 1898 l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao). S’il accepte rapidement des attachés étrangers, ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale qu’il recrute des attachés égyptiens. En 1907, les Allemands ouvrent au Caire leur Institut archéologique et en 1910, les Italiens tentent sans succès de fonder le leur.

  • 1 Merci à Michel Dewachter de m’avoir signalé cette référence.

15Les Britanniques, qui contrôlent politiquement l’Égypte, ne créent aucune institution de ce type. En 1911, leur représentant Lord Evelyn Baring Cromer (1841-1917) s’y oppose, justement pour ne pas raviver l’hostilité avec les Français (Reid 2002 : 196). En 1918, l’égyptologue Alan Gardiner (1879-1963) se rend chez Lord Balfour pour lui proposer la création d’un Institut archéologique britannique, mais le ministère des Finances britanniques repousse le projet. Tout ceci confirme le contrôle quasi-complet de l’archéologie de l’Égypte antique, non par la seule puissance occupante, mais par un groupe de pays qui sont du reste, pour la plupart, les grandes puissances coloniales de l’époque. La France est au premier rang. Devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en 1909, Maspero va jusqu’à considérer l’Égypte antique comme « une sorte de province de la science française » (Normand 1909 : 70)1.

Une législation en faveur des archéologues étrangers ?

16L’évolution de la législation égyptienne reflète l’importance sans cesse croissante accordée aux archéologues occidentaux, au moins à la fin du xixe siècle (Khater 1960).

17La première ordonnance de 1835 sur les Antiquités, directement inspirée à Méhémet Ali (1769-1849) par Champollion, interdit toute exportation d’antiquités hors du sol égyptien, oblige à protéger les monuments anciens et vise à la création d’un dépôt d’antiquités. Si son application est évidemment très relative, son existence même prouve l’intérêt précoce de l’Égypte, poussée en cela par les Français, à la préservation de son patrimoine. Mariette fait appliquer réellement l’ordonnance, grâce à d’autres textes qui créent un Service de fouilles et de protection des monuments ainsi qu’un musée, et il interdit évidemment l’exportation des antiquités.

18La nouvelle politique de Maspero, qui consiste à ouvrir l’archéologie égyptienne aux savants étrangers à partir de 1882, se heurte à la législation en vigueur. En 1883, après la première fouille des Britanniques, Maspero arrive cependant à contourner la loi égyptienne sur la protection du patrimoine, qui interdit l’exportation des antiquités y compris aux musées. Il peut ainsi autoriser des « dons gracieux » afin de remercier les archéologues étrangers, ce qui ne va pas sans créer de nouvelles difficultés.

19En effet, les sociétés britanniques comme l’Egypt Exploration Fund sont financées notamment par des musées dont le seul but est d’enrichir leurs collections. Du côté français, les fouilleurs de l’Ifao par exemple ne sont pas soumis à la même pression pour rapporter des objets. Cette question du partage des antiquités explique les tensions très vives entre directeurs français du Service et archéologues anglo-saxons, et la volonté de ces derniers de remplacer les premiers.

20Divers projets de lois et systèmes se succèdent sur la question du partage des trouvailles, sans jamais remporter l’unanimité. Pierre Lacau (1873-1963), qui prend en 1914 la succession de Maspero à la tête du Service, n’a pas les mêmes idées que son prédécesseur. La semi-indépendance du pays en 1922 et le nouvel intérêt des Égyptiens en faveur de l’archéologie antique le convainc que la nécessité de partager les trouvailles archéologiques n’est plus d’actualité. Il fait donc officiellement connaître à l’ensemble des archéologues sa volonté, en cas de découverte importante, de ne plus la diviser en deux lots de valeur égale. Trois semaines plus tard, la découverte des premières marches menant à la tombe de Toutankhamon crée dans l’opinion égyptienne un véritable électrochoc, la tombe quasi inviolée d’un pharaon étant découverte par un archéologue britannique – en l’occurrence Lord Carnarvon – l’année même où la Grande-Bretagne a reconnu l’indépendance théorique du pays. Cette découverte cristallise les problèmes et mène, grâce à une médiatisation sans précédent, à la première grève archéologique. Les Anglo-Saxons essayent d’obtenir le départ de Lacau et des Français. En 1925, James H. Breasted (1865-1935) propose même au gouvernement égyptien un don de 10 millions de dollars offert par le millionnaire John D. Rockefeller Jr. (1874-1960) pour la construction d’un nouveau musée, en échange de quoi la gestion des affaires archéologiques doit passer dans les mains d’une commission contrôlée en fait par les Américains et les Britanniques. Conseillé par Lacau, le roi refuse et les missions archéologiques anglo-saxonnes quittent alors l’Égypte. Quant aux savants du Service, ils s’emploient à assurer l’égyptianisation voulue par le pouvoir.

Conclusion

21La situation coloniale a bien modifié les conditions de la recherche archéologique en Égypte. Après l’époque de Mariette, l’archéologie est en quelque sorte colonisée par des savants originaires de plusieurs nations elles-mêmes coloniales, la Grande-Bretagne se révélant incapable d’exercer seule son hégémonie dans ce domaine et devant passer, en matière d’archéologie, par l’intermédiaire des Français. Pourquoi ? L’archéologie égyptienne est en fait plus au service du colonisateur que de la colonisation, dans le sens où elle sert l’intérêt des puissances occidentales en leur permettant d’importer de nombreuses collections pour leurs musées par exemple, sans qu’ils cherchent d’une quelconque façon à justifier la présence européenne en Égypte. Pour les Anglo-Saxons, au-delà de la recherche de sites bibliques, au caractère peut-être plus « identitaire », il s’agit en fait de promouvoir une archéologie spectaculaire, avide de grandes découvertes susceptibles d’enrichir les grands musées qui financent leurs fouilles. Pour les Français en revanche, la recherche d’objets compte moins, même s’ils ne sont pas insensibles à l’accroissement de leurs collections. Mais, persuadés que l’égyptologie est une science française, ils se consolent de la perte de l’Égypte contemporaine en considérant l’Égypte antique comme l’une de leurs possessions, de leurs colonies, et assurent leur contrôle sur le pays des pharaons par l’intermédiaire de ses institutions égyptologiques et, en premier lieu, de son Service des Antiquités. Il s’agit là d’un impérialisme imaginaire, de prestige et de substitution.

22Enfin, l’année 1922 constitue pour les Égyptiens un tournant qui marque l’intégration d’un passé antique à une identité nationale et est à l’origine d’une revendication de décolonisation de l’archéologie que certains considèrent aujourd’hui comme encore inachevée.

Haut de page

Bibliographie

Darmesteter, J. 1883. Essais orientaux. Paris, A. Lévy, 279 p.

Gady, É. 1999. « L’égyptologie : une science française ? », Égypte. Afrique et Orient, 12 : 41-48.

Ilbert, R. 1996. Alexandrie. 1830-1930. Le Caire, Ifao, 2 vol., 886 p.

Khater, A. 1960. Le régime juridique des fouilles et des antiquités en Égypte. Le Caire, Ifao, 337 p.

Maspero, G. 1912. Rapports sur la marche du Service des Antiquités de 1899 à 1910. Le Caire, Imprimerie nationale, xliv-342 p.

Normand, Ch. 1909. « Fouilles et conservation des monuments de l’Égypte par Maspero », L’ami des monuments et des arts parisiens et français, xxii : 70.

Reid, D. M. 1985. « Indigenous Egyptology : the Decolonization of a Profession ? », Jaos, 105 : 233-246.

Reid, D. M. 2002. Whose Pharaohs ? Archaeology, Museums and Egyptian National Identity from Napoleon to World War I. Berkeley, University of California Press, xviii-409 p.

Haut de page

Notes

1 Merci à Michel Dewachter de m’avoir signalé cette référence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Une vision de la domination occidentale dans l’égyptologie : caricature doutant de la possibilité pour les Égyptiens de remplacer, au moment de l’indépendance, les fonctionnaires étrangers aux compétences élevées comme les égyptologues. Juan Sintès, couverture de L’Égypte Nouvelle, 58, 4 août 1923 (hebdomadaire politique francophone publié en Égypte de 1922 à 1941)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Gady, « L’archéologie de l’Égypte antique pendant la période coloniale de l’occupation britannique à la découverte du tombeau de Toutankhamon », Les nouvelles de l'archéologie, 126 | 2011, 47-50.

Référence électronique

Éric Gady, « L’archéologie de l’Égypte antique pendant la période coloniale de l’occupation britannique à la découverte du tombeau de Toutankhamon », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 126 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/1195 ; DOI : 10.4000/nda.1195

Haut de page

Auteur

Éric Gady

Centre d’études alexandrines, Cnrs-Umr 3134, Alexandrie (Égypte)
erikgady@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org