Navigation – Plan du site
2. Situations de longue durée

Amazonie : une archéologie en attente de décolonisation

Stéphen Rostain
p. 41-45

Résumés

Avec une superficie de près de 7 millions de km2, l’Amazonie s’étend sur neuf pays à l’histoire coloniale mouvementée, dont la plupart ont acquis leur indépendance il y a 200 ans. La Guyane française, dernière colonie européenne d’Amérique, constitue une enclave dans ce monde presque entièrement hispanophone et lusitophone. Les orientations et les développements de l’archéologie ont été différents d’un pays à l’autre. Malgré ces variantes, certaines constantes communes se dégagent dans l’approche de la connaissance des populations précolombiennes d’Amazonie. Il n’en demeure pas que le passé amérindien des basses terres tropicales d’Amérique du Sud a du mal à s’imposer dans l’esprit des habitants, la plupart des manuels scolaires nationaux faisant démarrer l’histoire du pays à partir de la conquête européenne. Quoiqu’il en soit, hormis quelques cas exceptionnels et de rares tentatives très récentes, l’archéologie n’a jamais été pratiquée par les premiers habitants d’Amazonie dont la puissance de la tradition orale et du passé mythologique pallie l’absence de recherche d’une histoire à travers les traces laissées dans le sol. Tant que les Amérindiens ne se seront pas appropriés l’étude de leurs vestiges, il sera difficile de ne pas parler d’archéologie coloniale en Amazonie.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archéologie, histoire, colonialiste, scolaire

Index géographique :

Amazonie, Guyane
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’expression « archéologie coloniale » a un sens tout à fait particulier dans les Amériques. Elle d (...)

1L’Amazonie est une géante d’environ sept millions de kilomètres carrés, soit pratiquement la taille des États-Unis, qui s’étend sur neuf pays différents : le Brésil, la Bolivie, le Pérou, l’Équateur, la Colombie, le Vénézuela, le Guyana, le Surinam et la Guyane française. Est-il légitime de parler d’archéologie coloniale pour ces pays ayant gagné leur indépendance il y a déjà deux siècles, bien avant la naissance de cette discipline dans ces régions1 ? Il faut ici rappeler que, bien que libérés de leurs tutelles européennes, les pays amazoniens ont longtemps encore subi le joug occidental, surtout économique, mais également scientifique. Il est donc tout à fait pertinent d’aborder ce thème, pour lequel deux questions seront posées :

  • qui a étudié le monde précolombien d’Amazonie ?

  • comment est-il enseigné et perçu par les habitants actuels des pays amazoniens ?

Une forêt de préjugés

2En présentant une certaine homogénéité dans leur vision des Amérindiens et dans leur histoire de l’archéologie, les pays amazoniens se différencient notablement d’autres pays comme l’Argentine ou le Mexique. En effet, ce dernier a vécu une guerre d’indépendance menée par les métis, comme dans presque tous les pays d’Amérique latine. Mais, à la différence des autres, il a également connu une révolution en grande partie indigène, ce qui a radicalement changé sa vision et son approche de l’histoire nationale.

3Lorsque l’on parle de l’Amazonie, on parle de démesure. L’Amazone, un fleuve de 6 400 km de longueur que cinq noms suffisent à peine à désigner (Apurímac, Ucayali, Marañon, Solimões, Amazonas), court le long de la ligne équatoriale. Il reçoit plus de 500 affluents, dont 20 grandes rivières dépassant 1 500 km de longueur. Près de 200 langues indigènes, rattachées à près de 60 familles linguistiques, sont encore parlées en Amazonie, le peuplement de cet immense territoire  s’apparentant à une mosaïque culturelle souvent résumée et réduite sous le terme de « culture de forêt tropicale ». Il faut toujours garder à l’esprit cette réduction opérée dans l’appréhension du peuplement indigène de la région. L’impénétrabilité supposée de la forêt laisse facilement imaginer l’existence de lieux merveilleux, camouflés et en attente de découverte. À l’instar de Sir Walter Raleigh (1552-1618), nombreux sont ceux encore prêts à perdre la tête pour l’Eldorado. Ainsi, des aventuriers de tous âges en quête d’émotions courent-ils derrière les mythes « indianajonesques ». Si la majorité s’en tient à rêver devant leur machine à écrire, d’autres partent dans la forêt à la conquête de l’inutile. Certains en font même profession, à grands renforts de donations privées et de médiatisation à outrance. Dans leurs délires, les cités y sont toujours perdues et les mystères jamais percés. Bref, légendes et préjugés sur les premiers habitants de la plus grande forêt tropicale du monde sont légions. Les clichés pleuvent, parmi lesquels reviennent de façon récurrente la nudité et la sauvagerie (fig. 1). Dès que le nom d’Amazonie est prononcé, des visions fortes et fantasmées viennent immédiatement à l’esprit, inspirées par une certaine littérature et par le cinéma. Les populations indigènes amazoniennes sont dès lors souvent vues comme des petits groupes perdus, survivant tant bien que mal dans un monde hostile. Le paradoxe est fort, entre la vision monolithique réductrice que l’on a de l’Amazonie et de ses habitants, et la remarquable diversité biologique et culturelle de cette contrée.

Fig. 1

Fig. 1

Cette image, extraite d’un livre d’école français publié il y a une soixantaine d’années, est tout à fait symptomatique de l’européocentrisme qui domine la vision des Amériques précolombiennes, avec tous les poncifs du genre : l’apparence parfaitement soignée de Christophe Colomb et de ses compagnons malgré deux mois de voyage éprouvant, face à des Amérindiens vêtus de guenilles ; la poignée de main paternaliste chère aux hommes politiques ; le sombre Sioux qui se retrouve déplacé des grandes plaines nord-américaines vers les Antilles ; la jeune Indienne très blanche déjà soumise, prélude à une Pocahontas totalement subjuguée par le charme de son conquérant. Cette vision de la « civilisation » occidentale dominant le monde amérindien considéré comme frustre a perduré dans les esprits durant des siècles avant d’être mise à mal depuis quelques décennies.

4Cette image de l’Amérindien correspond-elle à la vérité ? L’idée de petits villages semi-sédentaires à l’époque précolombienne a longtemps prédominé dans les esprits. Pourtant, les premiers explorateurs signalèrent très tôt des agglomérations très peuplées s’étendant sur parfois 7 km le long de l’Amazone. Ces témoignages ont longtemps été niés, mais depuis une vingtaine d’années, les archéologues se sont rendu compte qu’en occupant le milieu fertile des plaines alluviales, les populations développèrent une agriculture intensive, provoquant ou induisant un sédentarisme « obligé » et des poussées démographiques. De là naquirent peut-être une spécialisation des tâches, une hiérarchisation de la société, ainsi qu’une course au territoire. Des chasseurs-cueilleurs circulèrent dans les basses terres tropicales au moins à partir de 10500 ans avant nos jours. La forêt tropicale humide d’Amazonie telle que nous la connaissons aujourd’hui est le résultat d’une activité humaine continue depuis le Pléistocène final. De même a-t-on toujours pensé qu’aucune innovation n’avait pu se réaliser dans la touffeur de cette forêt. En réalité, le bas Amazone est l’un des centres d’invention céramique les plus anciens d’Amérique, daté entre 7000 et 5000 ans avant nos jours. Des communautés commencèrent alors à domestiquer des plantes et, en certains points d’Amazonie, des indices suggèrent les débuts de l’agriculture entre 6000 et 5000 ans avant nos jours.

Une archéologie plus que centenaire

5Loin des clichés fantasmés, ce que nous connaissons aujourd’hui du passé précolombien d’Amazonie est le fruit d’un siècle d’archéologie colonialiste. Bien que récente et encore rare, cette science a connu des développements multiples, essentiellement sous l’impulsion des pays occidentaux, du moins jusqu’au début de ce nouveau millénaire.

6Tout au long du xixe siècle, des explorateurs découvrent et rapportent des vestiges archéologiques de divers sites d’Amazonie. Les savants s’interrogent essentiellement sur l’évolution humaine et l’origine indigène ou exogène des Amérindiens. Durant la première moitié du xxe siècle, des chercheurs commencent à fouiller sommairement des sites et étudient des collections archéologiques. On retiendra particulièrement le Suisse Emilio Goeldi (1859-1917) et l’Allemand Curt Nimuendajú (1883-1946) pour le bas Amazone. Ces travaux demeurent toutefois ponctuels et occasionnels, aucun programme d’envergure n’étant lancé. L’autre ethnologue important de l’époque pour l’archéologie est le Suédois Erland Nordenskjöld (1877-1932), qui a écrit un ouvrage encore inégalé sur l’archéologie de l’Amazonie. Avec les rares données archéologiques, ethnohistoriques et ethnologiques dont il disposait, il propose des interprétations originales, encore acceptées aujourd’hui. Par exemple, il tente des comparaisons stylistiques de motifs amérindiens provenant de toute l’Amérique du Sud, soulignant ainsi l’étendue des contacts et des réseaux d’échanges précolombiens.

7Plus tard, dans la série de ses Handbooks of South American Indians, publiés entre 1946 et 1949, le Nord-Américain Julian Steward (1902-1972) classe les sociétés d’Amérique du Sud en quatre grands types en fonction de leur niveau de complexité, correspondant chacun à une aire géographique déterminée. Cette classification est conçue depuis la cime, les Incas, vers le bas, où les sociétés étaient définies par le manque de traits culturels, donc par la négative. Dans l’ouvrage sur l’Amazonie (Steward 1948), Betty Meggers (1921-), alors jeune étudiante, écrit un chapitre très succinct sur l’archéologie de la région, où elle adhère à la théorie de la limitation environnementale. Elle débute ainsi une longue carrière qui domine l’archéologie amazonienne durant près d’un demi-siècle. Une étape essentielle est donc franchie après la seconde guerre mondiale avec l’arrivée du couple d’archéologues nord-américains de la Smithsonian Institution, Betty Meggers et Clifford Evans (1920-1981). Meggers fait ses premières armes il y a tout juste 60 ans et, bien que trois générations d’archéologues soient intervenues depuis, elle n’a toujours pas désarmé.

8Le couple sillonne l’Amazonie de long en large, exerçant une archéologie héritée des savants et explorateurs du début du siècle (fig. 2). À la différence des simples aventuriers, il établit de nouvelles méthodologies de fouille adaptées à ce milieu. Leur travail, qu’il soit applaudi ou dénigré, a fortement inspiré l’archéologie amazonienne. Même si beaucoup de leurs interprétations ont été remises en cause, ils ont posé les bases de la recherche et leurs hypothèses font encore débat aujourd’hui. En revanche, leur attitude impérialiste et la mainmise qu’ils ont sur l’archéologie des pays amazoniens ont d’autant retardé ses progrès et sa diversité. Le modèle théorique que proposent Meggers et Evans se fonde sur le diffusionnisme et le déterminisme écologique, déjà développés par Steward. Selon cette vision dualiste « Andes  =  culture / terres  basses  = nature », toute innovation trouve forcément son origine dans les Andes. Partant de là, Meggers fait venir les sociétés complexes d’Amazonie des hautes terres et elle explique leur déclin par la pauvreté du milieu naturel auquel elles n’auraient pu s’adapter. En 1971, elle tue « El dorado » et son mythe en publiant Amazonie : Homme et Culture dans un paradis contrefait où, suivant un déterminisme écologique strict, elle affirme que les basses terres infertiles ont provoqué la stagnation culturelle des habitants de l’Amazonie (Meggers 1971).

Fig. 2

Fig. 2

Fouille du site de Mabaruma Headquaters, sur la côte occidentale du Guyana, en 1953, par le couple nord-américain Clifford Evans et Betty J. Meggers, tous deux coiffés de casques coloniaux. Cette photographie est caractéristique de l’archéologie pratiquée durant la seconde moitié du xxe siècle en Amazonie (Evans & Meggers 1960 : planche 14)

9Les premiers à la critiquer sont l’ethnologue Robert Carneiro (1927-) et l’archéologue Donald Lathrap (1927-1990). Ce dernier pense, contrairement à elle, que l’Amazonie centrale a été un foyer important de développement culturel. Depuis la várzea (plaine alluviale), milieu sans limitations agricoles et si riche qu’il connaît des populations toujours croissantes et, de fait, des guerres territoriales, partent des vagues migratoires qui peuplent l’Amérique du Sud. Selon cette hypothèse, l’Amazonie centrale aurait fonctionné comme un cœur irradiant des flux de peuplement dans diverses directions (Lathrap 1970). Par ailleurs, depuis près de 30 ans, les théories environnementalistes de Meggers et de Lathrap sont sévèrement critiquées et contredites par Anna Roosevelt. À la différence de Steward et dans la lignée de Carneiro, elle reconnaît l’existence de chefferies le long des deux grands fleuves. Toutefois, si son évaluation du potentiel du milieu amazonien diverge fondamentalement de celle faite par Meggers, elle n’échappe pas elle-même à un certain déterminisme écologique (Roosevelt 1991).

10Néanmoins, après un demi-siècle sous une cloche hégémonique nord-américaine, l’archéologie amazonienne s’est libérée du joug diffusionniste. Les chercheurs contemporains proposent aujourd’hui une vision alternative des sociétés précolombiennes (McEwan et al. 2001). Le modèle de « culture de forêt tropicale » ne prenait pas en compte la diversité des sols, la fertilité de la várzea, l’aménagement des ressources, et il sous-estimait la pêche et l’agriculture. Les travaux archéologiques menés depuis tendent à étayer des hypothèses radicalement opposées à celles de Meggers. Les fouilles se multiplient en Amazonie et de plus en plus d’étudiants entament des thèses. S’il y a encore des archéologues venus des États-Unis et d’Europe, les pays hôtes ont maintenant des chercheurs très compétents, qui organisent des projets nationaux et forment la future génération de leurs compatriotes.

Une histoire précolombienne à la page dans les manuels scolaires

11Quelle place ont les premiers habitants dans l’Amazonie conquise ? Ils ont longtemps été considérés comme incapables de décider par eux-mêmes de leur destin et de leurs actes. Cette irresponsabilité présupposée était même inscrite dans le marbre : par exemple, la première Constitution de l’Équateur, en 1830, faisait preuve de bien peu de modération dans les qualificatifs désignant les Amérindiens :

Article 68 : ce Congrès constituant nomme les vénérables curés de paroisses comme tuteurs et pères naturels des indigènes, exerçant leur ministère de charité en faveur de cette classe innocente, abjecte et misérable. (Constitution de l’Équateur, 1830)

12Près d’un siècle après, en Colombie, Laureano Gómez, futur président ultra-conservateur de la République entre 1950 et 1953, déclare en 1928 que :

Notre race provient du mélange des Espagnols, des Indiens et des Noirs. Les deux dernières branches sont des stigmates de complète infériorité. C’est dans ce que nous avons pu hériter de l’esprit espagnol que nous devons chercher les lignes directrices du caractère colombien contemporain. (Conférence au Théâtre Municipal, 1928)

13Ce dédain s’accompagnait évidemment d’une négation complète de leurs droits de citoyens, voire des droits de l’homme tout court. Plus récemment, suite aux événements tragiques de Bagua en juin 2009 ayant abouti à la tuerie de 33 Amérindiens, le président de la République du Pérou Alan García Pérez a déclaré que les « Indigènes péruviens n’étaient pas des citoyens de première classe » (interview à la chaîne péruvienne « 24h », 8 juin 2009) puisqu’ils « …ne sont que de petits groupes qui ne représentent pas le plus avancé dans le pays… ». Quelques mois plus tôt, il les avait comparés au « chien du jardinier » (conférence de presse, 2 novembre 2007) qui ne produit rien et ne laisse pas les autres le faire ! Les exemples pourraient se multiplier à l’infini.

14Cela tient en partie au fait que le discours officiel de dépossession des responsabilités et des droits des Amérindiens était, jusqu’à une date récente, profondément ancré dans le processus éducatif. Il y a 70 ans comme il y a 20 ans, la représentation de l’Amérindien dans les livres d’école ou les encyclopédies était réduite à ses caractéristiques les plus répulsives : nudité, sauvagerie, cruauté, dévotion, etc., tandis que les images insistaient sur la superstition, l’idolâtrie et le caractère belliqueux des premiers habitants. En Colombie, il a fallu attendre 1984 pour que les manuels scolaires comptent un chapitre sur la période précolombienne qui ne soit pas intégré dans la présentation de la conquête européenne. La figuration tombe parfois dans un ridicule et pathétique excès. Ainsi, dans une encyclopédie colombienne publiée y a 20 ans, les « terribles Caraïbes » n’étaient que des cannibales. Dans l’illustration, leur aspect barbare est accentué par une grosse marmite où cuisent des Blancs, un physique caricatural de sauvage noir et un os dans les cheveux. Une telle représentation dans un livre à vocation didactique a engendré évidemment de profondes erreurs d’appréciation chez les enfants. La négation de l’identité des indigènes pouvait être poussée à l’extrême. Ainsi, durant la première moitié du xxe siècle, il était banal de retoucher les photos pour les rendre plus acceptables selon les critères en vogue, et il n’était pas rare de « blanchir » à la peinture Noirs et Amérindiens sur les images (fig. 3).

Fig. 3 

Fig. 3 

Photographie d’une jeune femme Waiwai retouchée pour effacer ses traits amérindiens au profit d’un faciès plus « européen » lors de la publication du livre (La Varre 1919)

15Parallèlement, on accordait bien peu de place à l’histoire même des pays conquis. Encore aujourd’hui, il est exceptionnel que plus d’une page soit dévolue à l’histoire précolombienne de la Guyane française dans les manuels scolaires de cette région. Généralement, les 10 000 ans de peuplement amérindien sont désignés sous le chapeau à très larges bords de « période précolombienne », fourre-tout chronologique des origines indigènes. Une époque archaïque pour laquelle on souligne surtout le polissage de la pierre et les roches gravées : un âge de la pierre affirmé, ravalant les Amérindiens au plus bas de leur condition préhistorique. Parfois même, l’histoire précolombienne est effacée au profit de la recherche elle-même. On ne présente alors plus le peuplement ancien mais la méthodologie mise en pratique par l’archéologue pour le révéler. L’histoire de la discipline prend le pas sur son objet, et on illustre alors le propos de fouilles archéologiques. Dans d’autres cas, on ne parle absolument pas des premiers habitants amérindiens, mais on les évoque par l’image. Afin d’accentuer leur côté primitif, on utilise de préférence des gravures anciennes et des photographies du début du xixe siècle, la reproduction en noir et blanc dramatisant l’image et intensifiant l’archaïsme des peuples. De toutes les façons, pour beaucoup, avant les Européens, l’Amazonie était un désert humain : la Guyane n’aurait ainsi été découverte qu’en 1499 par le second de Colomb, Vicente Yáñez Pinzón (vers 1460-après 1523). Jusqu’à très récemment, on affirmait haut et fort que son histoire ne commençait qu’au xviie siècle avec l’arrivée de la « civilisation ». Ce lancinant et désespérant discours traîne encore dans tous les ouvrages d’histoire de la région, démontrant le manque d’intérêt que portent les historiens aux progrès de l’archéologie et aux premières populations de ce territoire.

16C’est à cause de ce déni que les Amérindiens d’Amazonie ont commencé il a trois décennies à s’organiser pour réclamer la reconnaissance de leur singularité et de leur histoire. Toutes les Amériques ont été conquises il y a près de 500 ans. Si ces conquêtes furent extrêmement violentes en Amérique du Nord ou dans les Andes, elles ont généralement été, hormis quelques massacres ponctuels, plutôt pacifiques dans les basses terres. En Amazonie, les populations amérindiennes sont très rapidement décimées par les maladies venues avec les Européens. Au fur et à mesure du dépeuplement indigène, les Occidentaux s’implantent progressivement un peu partout. Ainsi, sans conquête, sans traité ni consultation, les communautés locales amazoniennes sont soumises à des lois et des gouvernements extérieurs. Les Amérindiens revendiquent aujourd’hui un statut particulier. Ils ne sont plus d’accord pour laisser prélever d’autorité leur patrimoine culturel et historique, mais désirent instaurer des relations d’échange, de réciprocité et de respect quant à l’exploitation des pages de leur culture. Ils posent la question de la légitimité d’une histoire uniquement écrite par des étrangers et fondée sur des critères dans lesquels ils ne se reconnaissent pas. Ils demandent donc à être intégrés dans cette reconstitution et restitution du passé. Une inflexion marquée a ainsi vu le jour avec la formation plus fréquente d’enseignants amérindiens qui dispensent des cours organisés par l’État, mais transmettent également des valeurs propres à leur culture. Toutefois, on n’a pas encore atteint une bonne conciliation entre éducation à l’européenne et enseignement amérindien.

Conclusion

17L’histoire de l’archéologie amazonienne au xxe siècle constitue une chronique de la domination du monde occidental sur les Amérindiens, qui se reflète distinctement dans les ouvrages scolaires. De gros changements sont pourtant survenus il y a peu avec, par exemple, l’introduction de nouveaux manuels équatoriens d’histoire précolombienne pour les classes de cm2 et de 6e, dans lesquels des archéologues nationaux décrivent de manière didactique et moderne plusieurs cultures saillantes de l’époque précolombienne. L’éducation patrimoniale s’impose depuis peu en Amazonie brésilienne, que ce soit par la publication de manuels, de cours dans les communautés ou de grands symposiums dans les congrès. Cette évolution dénote des progrès remarquables dans la discipline et une forte prise de conscience. Comme dans tous les pays amazoniens, mais aussi d’autres nations plus éloignées, l’archéologie a été l’affaire d’archéologues étrangers durant près d’un siècle. Grâce à des coopérations de plus en plus équilibrées, ce sont eux qui ont formé la génération d’archéologues nationaux prenant aujourd’hui en main cette discipline dans leur pays. Les collaborations internationales se poursuivent sous de nouvelles formes permettant des apports fructueux pour tous les partenaires.

18Tant que les Amérindiens n’auront pas pris eux-mêmes en main l’archéologie précolombienne et que les habitants actuels ne se seront pas approprié leur passé, il sera impossible d’éviter le concept d’archéologie colonialiste. Mais, l’idée même d’archéologie se marie mal avec la mentalité amérindienne car elle est fondamentalement une vision du monde conçue par les Occidentaux. L’histoire du passé amérindien de l’Amazonie a longtemps été une histoire de minimisation, de négation et d’occultation, au profit de l’exaltation des valeurs attribuées au conquérant européen (Rodríguez Gallo 2006). Plus encore, comme l’analysait il y a peu Alain Testard (2011), on considérait qu’il était inutile d’étudier le passé des Amérindiens puisqu’ils vivaient encore à l’âge de pierre, donc que leur Préhistoire était directement observable. On niait ainsi l’histoire des Indigènes et, de là, leur identité et leurs droits sur les terres qu’ils occupaient depuis des millénaires et que l’on pouvait donc annexer d’autorité. Les peuples sans histoire n’ont pas à faire d’histoires.

Haut de page

Bibliographie

Evans, C. & B. J. Meggers. 1960. Archeological Investigations in British Guiana. Washington, Smithsonian Institution (Annual Report of the Bureau of American Ethnology, 177), 418 p.

Lathrap, D. W. 1970. The Upper Amazon. London, Thames and Hudson, 256 p.

La Varre, W. J. 1919. Up the Mazaruni for Diamonds. Boston, Marshall Jones, 139 p.

McEwan, C., C. Barreto & E. Neves (éd.). 2001. Unknown Amazon. London, The British Museum Press, 304 p.

Meggers, B. J. 1971. Amazonia, Man and Culture in a Counterfeit Paradise. Worlds of Man: Studies in Cultural Ecology. Chicago, Adline-Atherton, 182 p.

Rodríguez Gallo, L. 2006. « Palabras e imágenes: la construcción de la historia indígena y del arte rupestre en los textos escolares », Rupestre, 6, Bogotá : 51-63.

Roosevelt, A. C. 1991. Moundbuilders of the Amazon : Geophysical Archaeology on Marajó Island, Brazil. New York, Academic Press, 495 p.

Steward, J. H. (éd.). 1948. Handbook of South American Indians. Vol. 3 : The Tropical Forest Tribes. Washington, Smithsonian Institution (Annual Report of the Bureau of American Ethnology, 143), 986 p.

Testard, A. 2011. « La Préhistoire des autres : du déni au défi », communication au colloque La Préhistoire des autres, Inrap / Quai Branly, Paris.

Haut de page

Notes

1 L’expression « archéologie coloniale » a un sens tout à fait particulier dans les Amériques. Elle désigne en effet les recherches menées sur les sites européens d’époque historique : habitation, moulin, fabrique, fort, etc. et a donc une acception bien différente de celle entendue dans ce recueil. Dans le cas présent, il conviendrait mieux de parler d’« archéologie colonialiste ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Cette image, extraite d’un livre d’école français publié il y a une soixantaine d’années, est tout à fait symptomatique de l’européocentrisme qui domine la vision des Amériques précolombiennes, avec tous les poncifs du genre : l’apparence parfaitement soignée de Christophe Colomb et de ses compagnons malgré deux mois de voyage éprouvant, face à des Amérindiens vêtus de guenilles ; la poignée de main paternaliste chère aux hommes politiques ; le sombre Sioux qui se retrouve déplacé des grandes plaines nord-américaines vers les Antilles ; la jeune Indienne très blanche déjà soumise, prélude à une Pocahontas totalement subjuguée par le charme de son conquérant. Cette vision de la « civilisation » occidentale dominant le monde amérindien considéré comme frustre a perduré dans les esprits durant des siècles avant d’être mise à mal depuis quelques décennies.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 2
Légende Fouille du site de Mabaruma Headquaters, sur la côte occidentale du Guyana, en 1953, par le couple nord-américain Clifford Evans et Betty J. Meggers, tous deux coiffés de casques coloniaux. Cette photographie est caractéristique de l’archéologie pratiquée durant la seconde moitié du xxe siècle en Amazonie (Evans & Meggers 1960 : planche 14)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 3 
Légende Photographie d’une jeune femme Waiwai retouchée pour effacer ses traits amérindiens au profit d’un faciès plus « européen » lors de la publication du livre (La Varre 1919)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « Amazonie : une archéologie en attente de décolonisation », Les nouvelles de l'archéologie, 126 | 2011, 41-45.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « Amazonie : une archéologie en attente de décolonisation », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 126 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/1187 ; DOI : 10.4000/nda.1187

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

Cnrs, Umr « Archéologie des Amériques »
stephen.rostain@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org