Navigation – Plan du site
2. Situations de longue durée

Évolutions du discours archéologique sur 150 ans d’histoire coloniale et postcoloniale en Nouvelle-Calédonie

Un cas d’école
Christophe Sand, Jacques Bole  et André-John Ouetcho 
p. 37-40

Texte intégral

1La Nouvelle-Calédonie, archipel de Mélanésie occupé depuis 1853 par la France et ayant subi un processus de colonisation complexe, est un condensé de tous les paradoxes de notre globalisation. Le peuple autochtone, issu d’une histoire ancienne, a eu à subir entre le milieu du xixe siècle et la première moitié du xxe siècle une colonisation majeure dans le cadre de l’expansion occidentale. L’originalité de cette colonisation est caractérisée par l’arrivée non souhaitée de prisonniers envoyés au bagne et par celle d’une main-d’œuvre asiatique recrutée sous contrat. Depuis les années 1950, l’archipel a vécu un processus plusieurs fois arrêté d’émancipation politique, entraînant dans les années 1980 une guerre civile, pudiquement appelée « les événements », entre les Kanak revendiquant une indépendance et les descendants du processus colonial souhaitant le maintien dans la France. Au sortir de ces affrontements ont été négociés des accords politiques de progressive décolonisation, aboutissant en 1998 à la définition d’une citoyenneté calédonienne, dans un projet, toujours à construire, de futur partagé.

2Ce cadre introductif excessivement résumé permet de placer le contexte de l’archéologie calédonienne, sujet de notre article, dans une perspective historique qui est tout sauf simple. En effet, depuis 160 ans, chaque époque a développé des spécificités sociales, politiques et discursives qui ont influencé de façon parfois massive les écrits sur le passé de l’archipel (Sand 2005). Une analyse épistémologique permet d’identifier trois phases principales de cette évolution.

Archéologie d’une « colonie de peuplement » du bout du monde

3Quand la France prit possession de l’archipel calédonien au milieu du xixe siècle, des Océaniens y vivaient depuis près de 120 générations. Comme toutes les sociétés du monde, ceux-ci avaient construit au cours du temps des modes de représentations propres de leur passé, basés sur des mythes d’origine divers, des récits événementiels à caractère historique, des généalogies, des toponymes, des chants et des danses (Leenhardt 1947). Le processus militaire de la colonisation française s’est appuyé sur un projet de « colonie de peuplement » copié sur le modèle du bagne australien, avec des spoliations foncières des clans kanak engendrant une succession de révoltes (Bensa 1990). Sans surprise, les cinquante premières années de l’occupation, durant lesquelles près de 30 000 bagnards furent envoyés à la « Nouvelle », n’ont pas été propices pour s’interroger sur le passé de l’île (Barbançon 2003). Il revient d’ailleurs à un fonctionnaire de l’administration pénitentiaire, Gustave Glaumont (mort après 1903), d’avoir été le premier à s’intéresser aux vestiges archéologiques qu’il observait lors de ses excursions dans différentes parties de l’archipel et d’avoir tenté une première chronologie de la Préhistoire calédonienne, un copié-collé de la chronologie européenne, avec des « phases magdalénienne, solutréenne, thénaisienne, néolithique » (Glaumont 1888 : 21).

4Alors que Glaumont proposait un lien entre ces vestiges archéologiques anciens et les groupes autochtones, dès la fin du xixe siècle a émergé dans la société coloniale calédonienne l’idée que les Mélanésiens n’étaient que « les derniers arrivants » avant les Européens, et qu’avant eux avaient vécu d’autres groupes, nécessairement plus cultivés et plus développés. C’est Marius Archambault (1864-1920), fonctionnaire colonial des postes, qui au début du xxe siècle a popularisé cette théorie, en s’appuyant sur ses études des pétroglyphes calédoniens. Dans une démarche dont la nature anti-kanak et le caractère raciste ne font pas de doute, Archambault a multiplié les écrits souhaitant démontrer que les gravures sur pierre ne pouvaient pas être l’œuvre des autochtones et qu’elles avaient été réalisées par une autre « peuplade ». Les arguments avancés sont typiques des dialectiques de l’époque coloniale. Archambault définit l’existence d’une ancienne « race des auteurs des pétroglyphes », qu’il oppose à la « race papoue » dont seraient issus les Kanak (Archambault 1901) : la première a gravé la pierre car elle était artiste et avait développé « des extrêmes de raffinement » ; elle était capable « d’abstraction de pensée » et « animée d’esprit chercheur, disposé aux calculs ingénieux » ; la seconde n’a jamais gravé la pierre car elle est artiste « à un très faible degré » et a développé des extrêmes de grossièreté » ; elle regroupe « de pauvres primitifs dominés par les soucis matériels ».

5À la suite d’Archambault, trois générations d’érudits amateurs européens ont continué à véhiculer ses idées dans leurs écrits, certains allant même jusqu’à tenter d’établir un lien entre Kanak et Néandertaliens. Le fond politique de la théorie d’une origine non kanak des pétroglyphes ne peut être négligé dans le contexte calédonien du début du xxe siècle. Présenter les groupes mélanésiens comme les « avant-derniers arrivants » et imputer à leur « invasion » la destruction de cultures plus raffinées permettait de leur nier, face au processus colonial français, toute légitimité historique sur la terre calédonienne. Cet argumentaire de nature politique a été poussé à son paroxysme après la seconde guerre mondiale par Jacques Avias (1918-2003), géologue passionné d’archéologie. Tentant de définir une chronologie préhistorique pour l’archipel, il proposa un schéma de « successions de races », dont :

6[l’une] correspondrait à une ou plusieurs migrations probablement blanches au départ […] apparentées d’une façon assez lointaine mais certaine aux populations néolithiques de l’Asie centrale, du Caucase et de l’Europe. (Avias 1949 : 48-49)

7La boucle était bouclée, les anciens Calédoniens avaient été d’origine « blanche » et leur culture raffinée s’était développée durant longtemps sur l’île, avant qu’ils n’aient été « absorbés ou détruits ultérieurement par la civilisation moins évoluée et sans doute plus féroce des Mélanésiens proprement dits » (Avias 1950 : 134), dont les Kanak seraient les descendants.

La revendication kanak du « premier occupant »

8Malgré les débuts d’une archéologie professionnelle à partir des années 1950, ce schéma colonial classique de négation des droits historiques autochtones s’est maintenu jusqu’aux années 1980 (Paléo 1970) et il est encore véhiculé en 2011 par des forums sur internet. Tentant de sortir de ce schéma ethnique, Daniel Frimigacci, seul archéologue professionnel du territoire recruté au Cnrs, écrivait au milieu des années 1970 :

Les potiers lapita sont signalés en Nouvelle-Calédonie depuis près d’un millénaire, quand apparaissent les premiers vestiges de population ayant une tradition céramique différente. Ces nouveaux arrivants coexisteront avec les Lapita pendant près de douze siècles. […] C’est dire si les Mélanésiens d’aujourd’hui sont […] le résultat d’un grand brassage de populations. (Frimigacci 1977 : 82)

9Mais les années 1970 ont vu surtout la montée d’une puissante revendication de reconnaissance de la culture et des droits historiques kanak, qui a progressivement abouti à une revendication d’indépendance du pays. Dans ce contexte politique nouveau, mettant en cause les fondements mêmes de la légitimité coloniale, les élites kanak ont entamé un processus de réécriture de l’histoire calédonienne afin de légitimer leur combat, processus passant par l’affirmation du statut de « premier occupant », seul légitime pour décider de l’avenir. Dans cette perspective, un discours autour d’un « âge d’or » traditionnel anhistorique a été développé, afin de faire émerger le symbole unitaire du peuple kanak. Plusieurs millénaires d’histoire pré-européenne ont été amalgamés dans un espace-temps unique, sans dynamiques ni changements, afin de valoriser une société ancienne idéale, décrite comme brutalement écrasée et déstructurée par le processus colonial français du xixe siècle (Collectif 1983). Dans ce nouveau schéma historique, nulle place pour l’archéologie, perçue comme anti-kanak et liée intrinsèquement aux « colonisateurs blancs », à un moment où les quelques archéologues professionnels étaient tous des métropolitains ou des étrangers.

10Sans surprise, face à la montée progressive de la revendication indépendantiste et à la perspective d’une confrontation politique majeure, la fin des années 1970 puis les années 1980 ont vu une crise profonde de l’archéologie en Nouvelle-Calédonie. Menée dans le cadre d’organismes locaux, elle s’est trouvée immanquablement positionnée dans la sphère politique, avec des publications amalgamant, grâce à un glissement sémantique, sous un même terme revendicatif l’ensemble de la chronologie pré-européenne de l’archipel sous le terme « kanak » (Galipaud 1984). À aucun moment, au cours de ces années de violence et de confrontations entre les différentes communautés, l’étude du passé n’a pu être menée sereinement. La grande majorité des Kanak n’en voulait pas et les Européens n’en tiraient que des arguments pour dénoncer les revendications historiques kanak.

Chronologie du « temps long » pour un « destin commun »

11Le drame de la tuerie d’Ouvéa, puis la signature des accords politiques de Matignon ont dévié en 1988 le cours de l’histoire calédonienne et évité une guerre qui semblait inéluctable. Le processus de « rééquilibrage » au cœur de l’objectif politique des accords préparait le projet de « citoyenneté calédonienne » et d’« avenir partagé », inscrits en 1998 dans l’accord de Nouméa (Angleviel 2006). Entre-temps, le climat politique apaisé et le développement économique sans précédent de l’archipel avaient fait émerger une « génération d’enfants de Matignon », à qui était enseignée une histoire calédonienne valorisant la civilisation kanak, ne cachant plus les souffrances subies par les groupes autochtones lors du processus colonial, levant le tabou sur le passé bagnard d’une bonne partie de la société caldoche, rappelant la dureté des importations de main-d’œuvre javanaises, vietnamiennes et polynésiennes (Collectif 1992).

12C’est au début des années 1990 également qu’a été créé un département Archéologie au Musée de la Nouvelle-Calédonie (aujourd’hui Iancp) employant un personnel local. Sa démarche de travail s’est placée dès le départ dans la perspective d’une meilleure compréhension des dynamiques culturelles ayant traversé l’histoire pré-européenne du pays (Sand 1995). Scientifiquement, il s’agissait de définir un moyen terme entre l’écrasement chronologique induit par un discours politique autochtone anhistorique d’« âge d’or » idéalisé et la théorie éculée des « successions de races » du discours colonial (Sand et al. 2008). Au-delà de la recherche à caractère scientifique visant à mieux définir le passé de l’archipel, dont les conclusions étaient présentées dans des livres et des articles (Sand et al. 2003a), l’équipe d’archéologues locaux a aussi mis en place une stratégie de promotion du patrimoine archéologique sous toutes ses formes. C’est à travers le cadre scolaire que se sont faites les premières approches, avec notamment les « classes patrimoine » qui, pendant une semaine, permettent aux élèves de participer à des fouilles archéologiques. Cette entrée de l’archéologie à l’école a été facilitée par la mise en place des nouveaux programmes d’histoire, développant avant l’heure l’idée d’une histoire commune à partager.

13Dans le cadre d’une réflexion sur un passé archéologique du « temps long » s’est également imposée l’obligation d’élargir nos travaux aux sites coloniaux. La fouille de différents sites de bagne a démontré que l’archéologie pouvait donner des informations nouvelles et préalablement inconnues, même pour cette période historique récente riche en archives écrites et en photos (Sand et al. 2006). Elle a également permis de montrer aux Calédoniens non kanak que leur passé faisait partie intégrante du patrimoine archéologique du pays.

Analyse : la constitution d’une « histoire officielle » ?

14Année après année, l’équipe archéologique calédonienne a engagé des programmes de fouilles sur le bagne du xixe siècle, a conduit un long programme autour des sites du premier peuplement lapita il y a 3 000 ans, tout en menant à bien, pour la première fois, des études de fond sur les multiples vestiges archéologiques traditionnels kanak du deuxième millénaire après J.-C. intégrant les données de traditions orales. Cette approche chronologique globale a forcé les responsables politiques locaux à prendre la mesure de la complexité du passé calédonien et de l’impossibilité de continuer à réduire l’histoire la plus ancienne du pays à des schémas simplistes. La découverte, en 1995, des deux premières poteries lapita entières du Pacifique a posé de façon brutale pour certains la question de la définition du « premier occupant ». Sans surprise, l’archéologie montre que ces Lapita ne sont que les plus anciens ancêtres des Kanak, mais aussi que, il y a 120 générations, ceux-ci n’avaient pas encore la culture kanak (Sand 2010). La puissance politique de ce discours historique, somme toute difficile à appréhender, a néanmoins été bien saisie par certaines autorités politiques kanak, qui ont lancé récemment un projet de construction d’un musée lapita dans la Province Nord, avec l’objectif de créer un « musée des origines ». Il est possible d’identifier ici les prémices d’un processus de création d’un socle chronologique sur lequel construire une véritable « histoire officielle » partagée et, peut-être, imaginer un « mythe fondateur » rassembleur, puisé dans le passé le plus ancien de l’archipel (Sand et al. 2007).

15Le concept de mythe fondateur peut sembler déplacé au xxie siècle, car il renvoie aux processus connus de création des États modernes à travers le monde au xixe siècle (Hobbsbawm & Ranger 1983) et pose donc directement la question non scientifique de l’avenir institutionnel de l’archipel calédonien au cours de la prochaine décennie. Sans surprise, un des débats les plus complexes en cours dans la société calédonienne est celui de la place de chacune des composantes culturelles dans les institutions et les politiques publiques locales. La composante kanak est placée « au centre du dispositif » dans le texte officiel de l’accord de Nouméa, une place étant néanmoins reconnue également aux autres groupes, arrivés durant la période coloniale ou plus récemment. Cette double légitimité, illustrée en ce moment par l’existence d’un double drapeau en Nouvelle-Calédonie, a vocation en théorie à se dissoudre à terme dans la citoyenneté calédonienne, chapeau englobant les « enfants du pays » dans ce qui ne peut que s’apparenter à un concept de nation. Pour être couronné de succès, ce projet politique doit dépasser les clivages de la double légitimité historique calédonienne entre Kanak et Caldoches pour aller puiser ailleurs un mythe fondateur unitaire et rassembleur. En cela, les responsables calédoniens se retrouvent à devoir suivre, au xxie siècle, la même analyse que leurs prédécesseurs qui ont, dans le passé, conceptualisé les fondements symboliques de leur nation en cours de création. Dans ce cadre, les résultats scientifiques issus de la recherche archéologique sont voués immanquablement à être manipulés afin de répondre au besoin politique contemporain du pays. Refuser de l’admettre, c’est rester dans une tour d’ivoire de chercheurs hors de la société, alors que le rôle et la responsabilité des professionnels travaillant sur les vestiges archéologiques sont justement d’être au service des gens dont ils étudient le passé. Cette position nécessairement ambiguë, potentiellement dangereuse dans ses dérives et sujette à de multiples critiques venues de camps politiques opposés, les archéologues calédoniens l’ont gérée ces deux dernières décennies en parlant à multiples voix, en équipe multiculturelle et multiethnique (Sand et al. 2003b).

Conclusion

16Pour toute société, l’intérêt premier de l’étude du passé est de servir le présent et l’avenir. Dans un contexte colonial, l’étude du passé précédant la prise de possession est potentiellement dangereuse et son objectif principal est de nier autant que possible les droits historiques autochtones. L’archipel calédonien, dans le Pacifique sud-ouest, offre sur ce sujet un condensé étonnant de toutes les ambiguïtés de la démarche archéologique (Sand et al. 2005).

17S’appuyant sur plus d’un siècle d’études, les archéologues calédoniens occupent en ce début du xxie siècle une position unique dans le processus de définition d’une « histoire officielle » du pays, nécessaire pour la réalisation d’un « destin commun », car ils sont les seuls à pouvoir embrasser, grâce à leur travail, l’ensemble de la chronologie d’occupation humaine de l’archipel (Sand et al. 2008). Cette position les confronte en permanence aux attentes divergentes des différentes composantes de la société locale, les obligeant à se poser au quotidien la question de « la bonne voie » à suivre pour répondre aux demandes du corps social par des explications appropriées, tout en restant dans « le droit chemin » de la rigueur attendue d’une science humaine. Malgré ces aléas, la science éminemment coloniale que reste l’archéologie dans le contexte du Pacifique a le potentiel de contribuer à l’émergence progressive d’histoires culturelles appropriées par les Océaniens, ouvrant la voie à une « décolonisation » partielle de la discipline, portée par des archéologues originaires des îles.

Haut de page

Bibliographie

Angleviel, F. 2006. Histoire de la Nouvelle-Calédonie. Nouvelles approches, nouveaux objets. Paris, L’Harmattan, 352 p.

Archambault, M. 1901. « Les mégalithes néo-calédoniens », L’Anthropologie, 12 : 257-268.

Avias, J. 1949. « Contribution à la Préhistoire de l’Océanie : les tumuli des plateaux de fer en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des océanistes, 5 : 15-50.

— 1950. « Poteries canaques et poteries préhistoriques en Nouvelle-Calédonie. Contribution à l’archéologie et à la Préhistoire océanienne », Journal de la Société des océanistes, 6 : 11-139.

Barbançon, L.-J. 2003. L’archipel des Forçats. Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie de 1863 à 1931. Paris, Septentrion, 447 p.

Bensa, A. 1990. Nouvelle-Calédonie, un paradis dans la tourmente. Paris, Gallimard (Découvertes), 192 p.

Collectif. 1983. Contribution à l’histoire du pays kanak. Nouméa, Édipop, 114 p.

— 1992. La Nouvelle-Calédonie. Histoire. Nouméa, ctrdp-Hachette, 100 p.

Frimigacci, D. 1977. Les céramiques de Nouvelle-Calédonie. Nouméa, Direction de l’enseignement catholique (Collection Éveil), 104 p.

Galipaud, J.-C. 1984. Poteries kanak. Nouméa, Office culturel scientifique et technique canaque, 74 p.

Glaumont, G. 1888. Étude sur les us, mœurs, coutumes, funérailles des Néo-Calédoniens. Théorie du continent englouti. Origine des Néo-Calédoniens. Nouméa (document lithographié), 183 p.

Hobsbawm, E. & T. Ranger (éd.). 1983. The Invention of Tradition. Cambridge, Cambridge University Press, vi-320 p.

Leenhardt, M. 1947. Do Kamo. La personne et le mythe dans le monde mélanésien. Paris, Gallimard, 314 p.

Paléo, L. 1970. « Que sommes-nous ? Qui sommes-nous ? La question des premiers Calédoniens », Bulletin de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie, 2 : 17-21.

Sand, Ch. 1995. « Le temps d’avant » : Préhistoire de la Nouvelle-Calédonie. Contribution à l’étude des modalités d’adaptation et d’évolution des sociétés océaniennes dans un archipel du sud de la Mélanésie. Paris, L’Harmattan, 356 p.

— 2005. « Le passé dans un contexte colonial au “Pays du non-dit”. Évolution historique du discours archéologique en Nouvelle-Calédonie », Les Nouvelles de l’archéologie, 99 : 20-26.

— 2010. Lapita calédonien. Archéologie d’un premier peuplement insulaire océanien. Paris, Société des océanistes (Travaux et documents océanistes, 2), 288 p.

Sand Ch., J. Bole & A. Ouetcho. 2003a. “Prehistoric Cultural Evolutions in a Melanesian Archipelago: the New Caledonia example”, Antiquity, 77 (297) : 505-519.

— 2003b. « Les aléas de la construction identitaire multi-ethnique en Nouvelle-Calédonie : quel passé pour un avenir commun ? », Journal de la Société des océanistes, 115 : 148-169.

— 2005. « What is Archaeology for in the Pacific ? History and Politics in New Caledonia », in : I. Lilley (ed.), Archaeology of Oceania: Australia and the Pacific Islands. London, Blackwell Publishing : 322-345.

— 2006. « Historical Archaeology in Island Melanesia: First Research on the Convict Settlements of New Caledonial », New Zealand Journal of Archaeology, 27 : 145-161.

— 2007. « Archéologie et identités en Mélanésie insulaire, ou les multiples lectures du passé structurant l’émergence de « mythes fondateurs ». Une étude de cas sur le Lapita », in : E. Wadrawane & F. Angleviel (éd.), « Histoire kanak. Nouméa », Revue Annales d’histoires calédoniennes : 25-52.

Sand Ch., J. Bole, A. Ouetcho & D. Baret. 2008. Parcours archéologique. Deux décennies de recherches du Département Archéologie de Nouvelle-Calédonie (1991-2007). Nouméa, Département Archéo-logie, Direction des Affaires culturelles et coutumières (Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie, 17), 278 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Sand, Jacques Bole  et André-John Ouetcho , « Évolutions du discours archéologique sur 150 ans d’histoire coloniale et postcoloniale en Nouvelle-Calédonie », Les nouvelles de l'archéologie, 126 | 2011, 37-40.

Référence électronique

Christophe Sand, Jacques Bole  et André-John Ouetcho , « Évolutions du discours archéologique sur 150 ans d’histoire coloniale et postcoloniale en Nouvelle-Calédonie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 126 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1183 ; DOI : 10.4000/nda.1183

Haut de page

Auteurs

Christophe Sand

Institut d’archéologie de la Nouvelle‑Calédonie et du Pacifique, Nouméa (Nouvelle-Calédonie
christophe.sand@iancp.nc

Jacques Bole 

Institut d’archéologie de la Nouvelle‑Calédonie et du Pacifique, Nouméa (Nouvelle-Calédonie
jacques.bole@iancp.nc

André-John Ouetcho 

Institut d’archéologie de la Nouvelle‑Calédonie et du Pacifique, Nouméa (Nouvelle-Calédonie
andre-john.ouetcho@iancp.nc

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org