Navigation – Plan du site
2. Situations de longue durée

L’archéologie coloniale en Corée japonaise : institutions, terrains et enjeux, 1905-1937

Arnaud Nanta
p. 33-37

Résumé

À la fin de l’ordre colonial qui avait été construit entre le dernier tiers du xixe siècle et la Première guerre mondiale, L’Encyclopédie de la Pléiade (Histoire de l’Art, vol. 1, 1961, notice par Jean Buhot, p. 1442) expliquait comme suit à propos des royaumes antiques de la péninsule coréenne : « Notre connaissance de cet art [ancien de la Corée] repose presque entièrement sur les travaux des savants japonais. Depuis 1909 environ, et surtout entre les deux guerres mondiales, ils ont pratiqué des fouilles scientifiques et étudiés les monuments anciens ; leurs travaux très détaillés remplissent les grands albums de la série Chôsen koseki zufu et quantité d’autres publications […] » La Corée de la dynastie Choseon (1392-1897), dont la configuration historique est similaire de celle des États de la péninsule indochinoise et notamment du Viêt-Nam, fut l'enjeu de luttes entre la Russie, le Japon et la Chine après 1876, puis fut colonisée par le Japon entre 1905 et 1945 — moment où l’empire colonial fut démonté par les vainqueurs de la Seconde guerre mondiale. L’histoire antique de la péninsule coréenne fut l’objet d’un grand intérêt au Japon dès le xixe siècle, en suivant l’idée assez générale que la Corée et le Japon avaient été unis par fait de conquête durant la Protohistoire ou aux débuts de l’Antiquité. Tout comme la France « se souvenait » de l’Empire romain, méditerranéen, en « retournant » au Maghreb, cet intérêt et cet imaginaire portés par Japon pour les royaumes protohistoriques de la péninsule et pour son histoire antique, entre le ier et le xe siècle de notre ère — au détriment des périodes ultérieures —, allaient profondément marquer la recherche archéologique et historico-philologique (poids des textes anciens) qui allait se développer après la mise en place du protectorat en 1905, puis dans des institutions spécialisées après 1915, autour du Muséum du Gouvernement général et de la Commission d’enquête et de préservation des sites anciens de Corée. Cet article se propose de dresser un bref panorama de l’archéologie coloniale en Corée japonaise en trois temps, en suivant ses temporalités et en présentant ses acteurs et institutions. Nous essayerons également d’en déterminer les enjeux ou effets, en prenant en compte les autres empires coloniaux d'alors. On se penchera d’abord sur les enquêtes extensives menées après 1905 par l’Université impériale de Tôkyô. Puis, ensuite, sur la mise en place des institutions de recherche durant la décennie 1915-1924, c’est-à-dire sur l’institutionnalisation des savoirs coloniaux dans la péninsule. Enfin, dans un dernier temps, on présentera quelques résultats de cette recherche autour de 1930-1935.

Haut de page

Texte intégral

1Comme en Europe de l’Ouest, l’empire colonial japonais s’est constitué selon deux temporalités et deux dynamiques différentes. Une colonisation d’Ancien Régime, pluriséculaire et remontant à la fin du xvie siècle à Ezo (Hokkaidō) et après 1609 aux Ryūkyū (Okinawa), continuée à la fin du xviie siècle à Karafuto (Sakhaline), est suivie par une colonisation « moderne » dans le dernier tiers du xixe et au xxe siècle (Myers & Peattie 1984 ; Vié 1995 ; Delissen et al. 1999 ; Souyri 2005). Les régions ici concernées englobent Taiwan, la Corée, le sud de la Mandchourie, le territoire ambigu de Karafuto et la Micronésie. La Corée, qui est devenue un protectorat en 1905 avant d’être annexée en 1910, constitue « la perle de l’empire colonial » moderne.

2La question qui se pose ici est celle des savoirs coloniaux, tout en restant attentif au sens de cet adjectif qui renvoie à un type de pratiques et de savoirs à définir, ainsi que, plus largement, à un type de « situation ». L’histoire antique, la philologie et l’archéologie occupent dans ces savoirs une place centrale, avec comme partout l’anthropologie, tout en restant étroitement liées entre elles. C’est de cette archéologie teintée de philologie dont il sera ici question. Les travaux sur la péninsule coréenne n’ont pas relevé d’une simple « légitimation de l’impérialisme », mais ont été stimulés par la découverte en 1883 de la stèle Kwanggaet’o daewang-bi, qui aurait démontré la réalité historique de victoires militaires sur la Corée par l’impératrice Jingū (r. 201-269), rapportées par le Nihon shoki, les annales japonaises de 720.

3Afin de présenter un panorama général (Pai 2000 ; Sakano 2005 ; Nanta 2007 ; 2010 ; Yi 2009), nous observerons tout d’abord les travaux menés dans les années 1905-1916 et les problématiques générales de cette archéologie coloniale. Nous nous pencherons ensuite sur les institutions de Corée coloniale, notamment les grandes commissions de recherche et l’Université impériale. Enfin, seront présentés quelques grandes figures et résultats des années 1930-1935.

Les débuts de l’archéologie coloniale : enquêtes extensives et préservation des sites, de 1905 à la Grande Guerre

4Les premiers travaux, dans les années 1905-1916, sont marqués par un souci de recensement et de cartographie des sites anciens. L’archéologie coloniale en Corée ne peut être séparée de l’histoire puisqu’elle concerne essentiellement la Protohistoire et l’Antiquité coréennes, notamment la période des Trois Royaumes (kr. Sam’guk sidae, du ive au viie siècle) et plus particulièrement les royaumes de Silla (356 à 935) au sud, et de Koguryǒ (-37 à 668) au nord. Il est donc nécessaire, ici comme ailleurs, de bien distinguer l’archéologie préhistorique de l’archéologie antique, qui porte sur les périodes historiques.

5On ne peut certes pas définir d’un trait ce qu’est l’archéologie coloniale. Mais il est possible de repérer certaines idées communes à l’ère des empires coloniaux ou à l’annexionnisme. Les historiens philologues et les archéologues japonais participent, sans nécessairement en être conscients, à l’effort colonial en soutenant d’abord le discours de la proximité ethnique entre Japonais et Coréens (nissen dōso-ron), puis en mettant en place les idées de « stagnation » (teitai) et de « dépendance vis-à-vis de l’extérieur » (taritsu-sei).

  • 1 Conformément à l’usage dans l’ensemble du monde sinisé, le nom de famille précède le prénom.

6Les chercheurs de l’époque du protectorat (1905-1910) et des premiers temps du gouverneur général Terauchi Masatake (1852-1919)1, en poste de 1910 à 1916, étaient encore mandatés depuis la métropole, notamment pour des enquêtes archéologiques extensives, ou étaient installés en Corée sans toutefois être rattachés au gouvernement général à Keijō (Seoul). Après 1915-1916, des spécialistes proprement dits de la Corée commencent à œuvrer au sein d’institutions d’abord créées par Terauchi, un passionné de la Corée ancienne, puis d’institutions créées entre 1922 et 1924 (Nishikawa 1970).

7Comme en Indochine, dont la configuration historique est proche, la Corée coloniale est riche en corpus et documents écrits, ainsi qu’en sites historiques ou antiques. L’historien de l’art Sekino Tadashi (1867-1935), l’archéologue et historien Imanishi Ryū (1875-1932) et, pour la Préhistoire, Torii Ryūzō (1870-1953) jouent un rôle central entre 1905 et 1916 environ, et gardent une certaine influence après cette période. Ces chercheurs mettent en place les bases du savoir historico-archéologique sur la Corée, travail poursuivi par les institutions des années suivantes et, de façon critique, par la recherche coréenne d’après 1945-1948. Concernant l’archéologie préhistorique, moins présente, Torii mène de 1911 à 1916 une enquête extensive afin de déterminer la répartition et le type des sites. Son enquête débouche notamment sur le « Rapport de recherche sur les sites antiques de P’yǒng’an Namdo et de Hwanghaedo » (Torii 1916). Imanishi, quant à lui, est particulièrement connu pour avoir déconstruit le mythe fondateur coréen de Tangun dans un célèbre article publié en 1937.

8Le travail archéologique, qui paraît avoir précédé le travail historique, est en réalité en permanence mêlé à ce dernier. L’archéologie protohistorique et antique porte en effet sur les « grandes villes historiques » dans un travail mêlant histoire philologique (avec un surpoids des documents écrits) et archéologie visant à « confirmer » la véracité de textes saisis comme absolument vrais, comme l’avait fait Schliemann (1822-1890) à Mycènes et à Troie, au travers notamment, dans le travail de Sekino, du Samguk sagi et du Samguk yusa, chroniques de la période des Trois Royaumes rédigées aux xiie et xiiie siècles, ou des Chroniques des Wei (Wei zhi). La région de Hwanghaedo, pour les sites de Koguryǒ, est le lieu de fouilles intenses, notamment sur la commanderie de Lelang (ou Lolang), importante ville-colonie chinoise fondée aux abords de P’yǒng’yang au temps de la dynastie Han. Tandis que le mythe fondateur de Tangun se voit déconstruit, la présence chinoise au nord de la péninsule va se voir considérer comme une période archéologique à part entière, constituant pour la Corée le véritable début de l’histoire, laquelle est ainsi ramenée à une influence extérieure.

9Par ailleurs, ces historiens-archéologues associent dès cette époque Corée et Mandchourie (une région alors mal définie et disputée), où le Japon s’est substitué à la Russie après 1905. Les savants japonais conçoivent ainsi une « sphère culturelle coréo-mandchoue » (Mansen bunka) comme un bloc en rattachant Koguryǒ à la Corée, d’où le débat encore en vigueur aujourd’hui sur ce sujet entre la Corée et la Chine. Cette conception n’est pas purement « idéologique », mais traduit plutôt la complexité de la période des Trois Royaumes, ce qui conduit ces historiens et archéologues à associer le nord de la péninsule au sud de la Mandchourie à partir de 1905. Koguryǒ englobe en effet la moitié nord de la Corée et le sud de la Mandchourie d’alors (cette dernière région englobant aujourd’hui les trois régions chinoises du Nord-Est). Sa définition par rapport aux États-nations actuels est donc problématique.

  • 2 C’est l’annexe de Kanghwa du même Kyujanggak qui est pillée par un corps expéditionnaire français e (...)

10Le travail purement philologique des années 1905-1916 est mené selon deux axes parallèles : l’analyse des nombreux textes coréens et la réédition de tous ceux qui sont considérés comme primordiaux. Ce travail est d’abord mené par des « privés », indépendants du pouvoir colonial. Le cas de l’historien Oda Shōgo (1871-1953) est ici éclairant dans la mesure où, en 1909, il fonde avec l’historien Ayukai Fusanoshin (1864-1946) la Société pour la publication des ouvrages anciens de Corée (Chōsen kosho kankō-kai), une institution privée qui en quelques années réédite des dizaines d’ouvrages coréens des xviie et xviiie siècles et produit des éditions de travail du Samguk yusa et du Samguk sagi (Choi 1969). L’intégration institutionnelle des chercheurs étrangers au pouvoir et leur travail vont être encouragés par la mainmise, en 1907, du Bureau des Affaires sociales et éducatives (Gakumu-ka) auprès du Résident général sur les archives coréennes, notamment sur la Bibliothèque royale du Kyujanggak2.

L’organisation des grandes institutions de recherche, 1915-1924

11La mise en place de l’État colonial entraîne l’apparition de chercheurs spécialisés sur la Corée. Du point de vue des institutions, la fin du mandat de Terauchi marque un premier tournant important. Le Musée du Gouvernement général de Corée (Chōsen Sōtokufu hakubutsukan) est fondé en 1915 (c’est là qu’Ayukai entre l’année suivante). En 1916, dans le même élan, une Commission d’études des sites anciens de Corée (Chōsen koseki chōsa iinkai, renommée ensuite Chōsen koseki kenkyūkai) est créée en même temps qu’est promulgué un « Règlement pour la préservation des sites et artefacts anciens de Corée » (Koseki oyobi ibutsu hozon kisoku), qui précède lui-même la loi métropolitaine de 1919 (Demoule & Souyri 2008).

12La question de la préservation des sites ne relève pas que du colonialisme, comme le rapportent divers témoignages sur les heurts entre archéologues japonais, soutenus par le pouvoir colonial, et résidents japonais pratiquant des fouilles sauvages (Umehara 1973). De par ses objectifs, on voit que ce travail historique est tourné vers la Corée antique. Cette commission, dans laquelle Torii côtoya Hamada Kōsaku (1881-1938), directeur du département d’Archéologie de l’Université impériale de Kyōto depuis 1916, ainsi que des chercheurs coréens, est l’équivalent pour la Corée de l’École française d’Extrême-Orient que Paul Doumer (1857-1932) fonde en 1900 pour l’Indochine française (Trinh 2007).

13Les années 1920 voient le renforcement de la recherche « locale », avec des chercheurs ne dépendant que des institutions de la colonie, mises en place après la fondation du Musée en 1915. En décembre 1922 est fondée la Commission pour la rédaction de l’histoire de la Corée (Chōsen-shi hensan iinkai, renommée Chōsen-shi henshūkai en juin 1925). Le célèbre historien et archéologue Kuroita Katsumi (1874-1946), lié aux organes coréens, y participe aux côtés du sinologue Naitō Konan (1866-1934). Puis l’Université impériale de Keijō (Keijō teikoku daigaku) est créée en 1924-1926, elle-même intégrée au système métropolitain d’enseignement supérieur (Chǒng 2008). L’Université, par sa fonction liée à l’enseignement, joue un rôle différent de celui des institutions créées auparavant, notamment grâce à la grande variété de thèmes de recherche qui y sont développés et qui débordent du domaine de la Corée. On y retrouve cependant tous les historiens et archéologues, et c’est elle qui récupère en 1930 le fonds du Kyujanggak (la Bibliothèque royale de Corée). Enfin, la recherche coréenne récente nous renseigne sur les sociétés savantes qui gravitent autour de ces grandes institutions et rassemblent, voire fédèrent, les personnages des deux commissions, du Musée et de l’Université.

14À la différence de la métropole, les institutions fondées en Corée durant la décennie de 1915 à 1924 constituent une constellation dans laquelle les individus sont tous liés les uns aux autres et où les organisations s’interpénètrent largement. C’est de là que vient la difficulté à dresser un tableau historique clair d’une recherche coloniale qui fonctionne en réalité de façon organique. La seule distinction pertinente à faire serait entre les hommes : ceux de Corée et ceux du « réseau » de Kyōto, sur lequel on reviendra. Il faudrait plutôt repérer des missions ou des objectifs, et non des institutions.

15Ces institutions suivent en effet la dynamique impulsée par Terauchi et construisent un savoir colonial édifiant, qui relève de l’archivage et qui suit une logique semblable à celle montrée par Benedict Anderson pour l’Inde britannique et pour l’Indochine (Anderson 1996 : 181-186), en mêlant science, paternalisme colonial et soutien contradictoire à l’identité des colonisés, ce qui peut sembler opposé aux objectifs a priori de l’État colonial. Ce travail ne se limite pas à des rapports ou ouvrages officiels, mais est aussi constitué par une masse d’ouvrages et d’articles, souvent publiés par le Gouvernement général en Corée, ou bien via divers éditeurs de Kyōto ou Tōkyō. Le contexte est lui aussi différent, d’une part du fait de l’accumulation de savoirs coréanistes, certes hétérogènes, depuis déjà quelques décennies, d’autre part en raison de la « politique culturelle » (bunka seiji), c’est-à-dire du soutien apporté à la promotion de la culture coréenne après le mouvement de l’Indépendance du 1er mars 1919, sous le gouverneur général Saitō Makoto (1858-1936, en charge de 1919 à 1927 puis de 1929 à 1931), afin de scinder les nationalistes coréens entre gradualistes, ralliés au régime, et indépendantistes armés.

Orientations de la recherche et grandes figures : autour de 1930-1935

16La grosse série Chōsen koseki zufu [Description des sites de Corée], publiée en japonais et en anglais entre 1915 et 1935 dans une édition de luxe, à grand renfort de photographies mais sans questionnement historique, constitue une illustration emblématique de ce travail. Distribué au Japon et à nombre d’institutions occidentales qu’il influença, comme le musée Guimet, cet ouvrage relève du « safari-photo » et s’inscrit dans une logique contradictoire de mise en valeur du passé national coréen (par un soutien au nationalisme) et de renforcement du paternalisme colonial (par le raffermissement de la position du colonisateur). Sur ce point aussi, une comparaison avec l’Indochine serait fructueuse. Ce travail archéologique et historique porte un regard nouveau, moderne, sur ce passé ancien jusque-là peu considéré et qui va être réévalué par les mouvements indépendantistes comme « culture nationale coréenne ». Par ailleurs, sur les quinze volumes publiés, six portent sur la période Chosǒn (1392-1897). Il s’agit en outre surtout d’histoire architecturale ou d’histoire de l’art, largement centrée sur les périodes anciennes.

17D’un autre côté, l’objectif principal de la Commission historique est l’écriture d’une histoire officielle de la Corée, qui a été très critiquée depuis. Ce travail débouche sur deux séries : d’abord, le Chōsen-shi kōza [Cours d’histoire de la Corée], publié en 1924 en trois volumes par la Société pour l’histoire de la Corée (Chōsen-shi gakkai), théoriquement indépendante mais qu’on ne peut isoler des deux commissions ; puis, entre 1932 et 1938, la série Chōsen-shi [Histoire de la Corée], en trente-cinq volumes totalisant 24 000 pages. Ces ouvrages relèvent d’une dynamique différente des années 1910 en ce qu’ils considèrent davantage la période moderne, voire coloniale. Néanmoins, la moitié de cette Histoire de la Corée porte sur les royaumes protohistoriques et l’Antiquité. Des professeurs coréens participent à l’ensemble et certains chapitres des Cours d’histoire de la Corée sont même publiés en coréen dans le texte.

18Parallèlement, les publications de l’Université, outre celles parues en métropole, présentent diverses formes qu’il faudrait détailler, en allant des séries aux rapports d’enquête ou aux livres, en passant, ici aussi, par les rééditions d’ouvrages anciens et d’archives. Pour les périodes anciennes, les travaux de Suematsu Yasukazu (1904-1992), auteur de grandes bibliographies, soulignent l’intérêt pour la période des Trois Royaumes et le désintérêt relatif pour l’histoire politico-sociale des dynasties suivantes, Koryǒ (962-1392) et Chosǒn. Comme l’ont souligné les chercheurs japonais dans les années 1970, cette focalisation sur l’Antiquité a pour effet, même inconscient, de renforcer les idées de stagnation et de dépendance des dynasties ultérieures.

19On peut enfin évoquer quelques figures emblématiques du milieu historien et archéologique coréen. Outre Suematsu, Fujita Ryōsaku (1892-1960) est un personnage central du monde archéologique de la péninsule entre 1922, date à laquelle il est nommé directeur du Musée, et 1945 ; il fut également professeur d’histoire à l’Université impériale et membre de la Commission historique. Ses théories sur la formation de l’État coréen, notamment sa synthèse de 1948 Chōsen kōkogaku kenkyū [Études en archéologie de la Corée], influencent l’archéologie coréenne d’après l’Indépendance. Son importance – même comme auteur critiqué – reste considérable, comme aussi celle d’Imanishi qui fut en poste à la Commission archéologique dès 1916, puis professeur à l’Université impériale de Keijō après 1926. Il ne faut par ailleurs pas oublier de souligner la force d’implantation du « réseau » de Kyōto tout au long de la période coloniale (également en Chine et en Mandchourie), pour l’histoire antique et pour l’archéologie, des travaux de Hamada de 1916 à ceux de son élève puis collègue Umehara Sueji (1893-1983) dans les années 1920 et 1930.

20Le réseau de Kyōto se retrouve d’ailleurs à l’échelle régionale, en Asie du Nord-Est, au travers de deux organisations archéologiques régionales visant à affermir les liens entre le Japon et le continent, comme cela est le cas avec l’université de Pékin via Jiang Meng-lin (1886-1964), son futur président de 1930 à 1945. Ces organisations constituent l’Association asiatique d’archéologie (Tōhō kōkogaku kyōkai) fondée en 1926, qui se voit associée à la Société d’archéologie d’Asie orientale (Tōa kōko gakkai) l’année suivante.

  • 3 Il est établi que les urnes funéraires (de la période Yayoi) sont communes à la pointe ouest de l’a (...)

21À la différence du terrain chinois – où la question de l’homme fossile va passionner le monde savant, y compris les Japonais, à partir de la fin des années 1920 –, le réseau de Kyōto se caractérise à l’égard du cas coréen par un discours particulier. Hamada ou Umehara vont comparer et rapprocher les tertres (kofun) de Corée et de métropole selon l’idée qu’ils constituent un continuum3. Ce discours, plus ancien et plus colonialiste, réapparaît chez les archéologues de Kyōto en 1935, par exemple dans l’ouvrage collectif Nihon minzoku [Le peuple japonais] de la Société d’anthropologie, ou dans un numéro spécial de la revue Dolmen consacré au thème « Nippon sekki jidai » [« L’âge de la pierre du Japon »] datant du mois de juin de la même année et portant largement sur l’Asie du Nord-Est. En d’autres termes, le discours métropolitain est davantage « colonialiste » que celui des chercheurs de Corée. Mais, dans son article connu pour sa critique de la loi de 1874 interdisant toute fouille systématique sur les kofun de métropole, Umehara souligne aussi, dans ce collectif, que ce qui n’a pu être étudié en métropole l’a été en Corée.

Conclusion

22L’archéologie en Corée japonaise, en contexte colonial entre 1905 et 1937, connaît ainsi plusieurs périodes et au moins deux « écoles » (hormis les discours colonialistes qui précèdent la colonisation). La différenciation entre les chercheurs de Corée et ceux de métropole ne s’explique néanmoins pas à travers les institutions de la colonie, qui voient cohabiter les deux réseaux.

23Il faut par ailleurs aborder la question du legs de cette archéologie coloniale, qui a posé les bases de l’archéologie coréenne d’après l’Indépendance, au Nord comme au Sud, réinvestie par les mouvements de libération. Avec les autres sciences humaines japonaises en situation coloniale, elle définit aussi certains fondements de la recherche coréaniste japonaise, l’une des plus importantes au monde en dehors de la Corée. Ce pays, enfin, est aussi un immense terrain d’entraînement pour les archéologues japonais qui vont renouveler la discipline en métropole après 1945-1952. C’est cela qui permet de poser à nouveau, au-delà du contexte lui-même, la question du qualificatif « colonial » et de son sens pour tout ce travail mené de 1905 jusqu’à la décolonisation.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, B. 1996. L’imaginaire national. Paris, La Découverte, 214 p.

Choi, K. R. 1969. « Compilation and publication of Korean historical materials under Japanese rule (1910-1945) », The Developing Economies, 7-3 : 380-391.

Chǒng, S. I. 2008. Kyǒngsǒng cheguk taehak yǒn’gu [L’Université impériale de Keijō]. Seoul, Mun’ǔm-sa tosǒ ch’ulp’an, 231 p.

Delissen, A. et al. 1999. L’Asie orientale et méridionale aux xixe et xxe siè-cles. Paris, Puf, ccxliv + 546 p.

Demoule, J.-P. & P.-F. Souyri (éd.). 2008. Archéologie et patrimoine au Japon. Paris, Msh, 142 p.

Myers, R. H. & M. R. Peattie (éd.). 1984. The Japanese colonial empire, 1894-1945. Princeton, Princeton Univ. Press, 540 p.

Nanta, A. 2007. « Savoirs et colonies : l’archéologie et l’anthropologie japonaises en Corée », in : J.-J. Tschudin & C. Hamon (éd.), La société japonaise devant la montée du militarisme. Paris, Philippe Picquier : 21-31.

— 2010. « Torii Ryūzō : discours et terrains d’un anthropologue et archéologue japonais du début du xxe siècle », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 22 : 24-37.

Nishikawa, H. 1970. « Nihon teikokushugi ka ni okeru Chōsen kōkogaku no keisei » [« La formation de l’archéologie de la Corée sous l’impérialisme japonais »], Chōsen-shi kenkyūkai ronbunshū [Bulletin de la Société pour l’histoire de la Corée], 7 : 94-116.

Pai, H. I. 2000. Constructing “Korean” Origins. Harvard, Harvard Univ. Press & Hallym, 543 p.

Sakano, T. 2005. Teikoku Nihon to jinruigakusha [Le Japon impérial et les anthropologues]. Tōkyō, Keisōshobō, 511 p.

Souyri, P.-F. 2005. « La colonisation japonaise », in : M. Ferro (éd.), Le livre noir du colonialisme. Paris, Hachette : 543-574.

Torii, R. 1916. « Heian Nando, Kōkaidō koseki chōsa hōkokusho » [« Rap-port de recherche sur les sites antiques de Py’ǒng’an Namdo et de Hwanghaedo »], in : Chōsen Sōtoku-fu (éd.), Taishō 5 nendo koseki chōsa hōkokusho [Rapport de recherches sur les sites anciens pour l’exercice de l’an 5 de Taishō (1916)], Keijō : 767-859.

Trinh, V. T. 2007. « École française d’Extrême-Orient », in : C. Liauzu (éd.), Le dictionnaire de la colonisation française. Paris, Larousse : 263-264.

Umehara, S. 1973. Kōkogaku rokujū nen [Soixante ans d’archéologie]. Tōkyō, Heibon-sha, 342 p.

Vié, M. 1995. Le Japon et le monde au xxe siècle. Paris, Masson, 303 p.

Yi, S. J. 2009. Il’che kangjǒm-gi kojǒk chosa saǒp yǒngu [La recherche sur les sites anciens durant la période d’occupation par l’Empire du Japon]. Séoul, Kyǒng’in munhwa-sa, 566 p.

Haut de page

Notes

1 Conformément à l’usage dans l’ensemble du monde sinisé, le nom de famille précède le prénom.

2 C’est l’annexe de Kanghwa du même Kyujanggak qui est pillée par un corps expéditionnaire français en 1866.

3 Il est établi que les urnes funéraires (de la période Yayoi) sont communes à la pointe ouest de l’archipel (Kyūshū) et au sud de la Corée, et la comparaison sur les tertres est possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Nanta, « L’archéologie coloniale en Corée japonaise : institutions, terrains et enjeux, 1905-1937 », Les nouvelles de l'archéologie, 126 | 2011, 33-37.

Référence électronique

Arnaud Nanta, « L’archéologie coloniale en Corée japonaise : institutions, terrains et enjeux, 1905-1937 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 126 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1181 ; DOI : 10.4000/nda.1181

Haut de page

Auteur

Arnaud Nanta

Cnrs, Centre de recherches sur le Japon, Umr 8173 Chine, Corée, Japon, Ehess

Arnaud.Nanta@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org