Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

La calotte astrologique de Chevroches

Frédéric Devevey, Patrice Cauderlier, Claudine Magister-Vernou et Christian Vernou
p. 27-29

Texte intégral

1L’objet le plus singulier découvert à Chevroches n’a été découvert (ou redécouvert) qu’en octobre 2004, à l’occasion de la restauration d’une partie des objets métalliques par le Laboratoire d’archéologie des métaux de Jarville (Meurthe-et-Moselle). D’abord identifié comme un élément de harnachement, cet objet a révélé, au cours de sa restauration, la présence d’inscriptions finement ciselées (fig. 1).

Les données métriques

2Il s’agit d’une calotte sphérique constituée d’une tôle en alliage cuivreux. Épaisse de 0,5 mm, elle mesure environ 64,5 mm de diamètre et 13 mm de hauteur maximale. Sa courbure permet de restituer un diamètre approximatif de la sphère de base de 100 mm.

3Sans doute, après les phases de gravure successives, la calotte a-t-elle été fixée sur un support (sphérique ?) grâce à une brasure à l’étain. Sur la face inférieure, les traces en sont très distinctes. L’objet était ainsi maintenu de manière diamétrale et sur une partie de sa bordure.

4La déformation de cette portion latérale et de la surface de la calotte tendrait à montrer qu’elle a sans doute été arrachée de son support au moment où elle a été associée aux autres éléments enfouis dans la cache.

Fig. 1

Fig. 1

La calotte astrologique de Chevroches

(Cliché L.A.M.)

Lecture des inscriptions

5Le disque est divisé en douze compartiments égaux, dans chacun desquels sont inscrits trois mots superposés, en caractères grecs :

  • la ligne extérieure correspond aux douze mois égyptiens,

  • la ligne médiane aux signes du zodiaque (au datif),

  • la ligne intérieure correspond aux douze mois romains, écrits sous une forme abrégée pour la plupart d’entre eux.

6Le disque devait sans doute être lu en commençant par Thôth, le premier mois du calendrier égyptien, qui débute à la date de notre 28 août (ou 29 pour les années bissextiles).

7Sa lecture donne donc :

  • ligne extérieure :

θωθ / φΑωφΙ / Αθγρ / χΟΧΑΚ / τγΒΙ / ΜΕΧΕΙρ / φΑΜΕΝωθ / φΑρΜΟγθΙ / ΠΑΧωΝ / ΜΑχωΝ / ΕρΕΙφ / ΜΕ ςΟρΗ

(Thôt, Phaôphi, Hathyr, Choiak, Tybi, Méchir, Phaménoth, Pharmouthi, Pacôn, Payni, Epiph, Mésoré) ;

  • ligne médiane, au datif (sans iota adscrit) :

ΠΑρθΕΝ / ΖΥΓΩ / _κορΠΙω / ΤοΕοΤΗ / ΑΙΓοκΕρωΙ / γ∆ροΧοω / Ιχθγ_Ι / κρΙω / ΤΑγρω / ∆Ι∆γΜοΙς / κΑρκΙΝωΙ / ΛΕοΝΤΙ

(Vierge, Balance, Scorpion, Sagittaire, capricorne, Verseau, Poisson, Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion) ;

  • ligne inférieure :

ΣΕΠΤΕΜ(ΒρΙο_) / οκΤο_(ρΙο) / ΝοΕΜ(_ρΙο) / ∆ΕκΕΜ(_ρΙο_) / ΙΑΝογΑ(ρΙο_) / φΕΒρο(ΑρΙο_) / ΜΑρΤΙο_ / ΑΠρΕΙ(ΛΙΟς) / ΜΑΙο_ / ΙουΝΙο_ / ΙουΛΙο_ / ΑγΓου(Το_)

(septembre, octobre, novembre, décembre, janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août).

8D’après nos premières observations, on peut tout d’abord constater que ces équivalences ne prennent pas en compte les cinq jours supplémentaires « épagomènes » (six, les années bissextiles depuis la réforme julienne). De plus, la coïncidence entre les mois romains et les mois égyptiens est obtenue de manière assez approximative, à la différence de la table astronomique de Grand (Vosges) qui fournit des précisions au jour sur chaque décan.

9L’analyse des lettres « rares » comme xi et zêta semble dater la fabrication de ce disque à la fin du iiie siècle apr. J.-C.

La fabrication de la calotte

10L’étude des éléments gravés sur la calotte permet de reconstituer les différentes étapes de sa réalisation. Un artisan a d’abord martelé la plaque pour lui donner cet aspect bombé. Un tel travail de dinanderie est parfaitement maîtrisé en Gaule romaine et, antérieurement, le savoir-faire des artisans gaulois en ce domaine est bien connu, notamment celui du travail au repoussé.

11Le graveur a ensuite soigneusement ciselé trois cercles à peu près concentriques. Celui du pourtour est le moins bien conservé ; il est effacé à deux endroits, peut-être du fait d’une usure liée à l’utilisation de l’instrument ( ?). Un orifice circulaire (diamètre : 5 mm) a été percé au sommet. Il est légèrement décentré par rapport aux autres cercles, ce qui apparaît nettement lorsqu’on regarde la calotte en mettant le mois XOIAX / Choiak (décembre) face à soi. Cette « erreur », volontaire ou résultant d’un manque de précision dans l’exécution, devait avoir une incidence sur la lecture des mesures, relativisant ainsi la justesse des observations réalisées avec cet objet à caractère « scientifique».

12Le graveur a ensuite divisé la surface de la calotte entre le second cercle et la périphérie de l’objet en douze parties égales de trente degrés chacune. Puis le pourtour de l’instrument à partir du cercle extérieur a été gradué : chacune des douze parties délimitées précédemment compte six graduations assez régulières. On note toutefois que le mois ΕΠΕΙφ / EPIPH (juillet) en compte sept, car une des graduations a été (par erreur ?) subdivisée en deux. Par ailleurs, une graduation est effacée dans la case consacrée à ΜΕCΟΠΗ/Mésoré (août).

13Les inscriptions ont été gravées au cours d’une dernière étape. En effet, en de nombreux endroits, la gravure de certaines lettres vient mordre les lignes ou les cercles préalablement tracés. Dans l’ensemble, la graphie est bien conservée, seul le mois de juin – ΙΟΥ[ ]ΟC – pourrait être incomplet, en raison d’une usure de l’objet ( ?).

Observations de type graphique

14Sur la ligne extérieure, le graveur a ciselé les noms des mois égyptiens avec des lettres d’une taille plus importante que les autres. Les signes zodiacaux correspondants sur la ligne médiane utilisent souvent des lettres de taille moyenne ; il a gravé en caractères plus petits les mois romains sur la ligne intérieure. Il a parfois eu des difficultés à insérer ses inscriptions dans l’espace qui lui était imparti : soit les lettres sont tassées comme dans le cas d’ΟΧΤωΒΕΡ / octobre pour les lettres ΒΕΡ, soit elles mordent sur les lignes et sur les cercles. Ainsi, le Φ de ΦΑΜΕΝω / Phaménoth (mars) empiète sur le cercle extérieur et le ω final de ΠΑΠθΕΝω / vierge, ΕΚΙΡΙΠω / scorpion, ou Υ∆ΡΟΧΟω / verseau, recoupe un rayon. Parfois, le graveur n’a pas représenté les lettres finales, par exemple le Θ de ΦΑΜΕΝΩΘ / Phaménoth, le Ι de ΦΑΡΜΟΥΘΙ / Pharmouthi ou le Σ de ∆Ι∆ΥΜΟΙΣ / gémeaux. Il n’a eu recours qu'une seule fois à une ligature : entre le Υ et le Α de ΙΑΝΟσΥΑΡ / janvier. Cet artifice bien connu des lapicides dans le domaine funéraire aurait pourtant facilité sa tâche.

15Il semble que l’ensemble des inscriptions ait été gravé à main levée. La comparaison entre la forme et la taille de chaque lettre de l’alphabet n’a permis de repérer aucun poinçon ; a contrario, on remarque fréquemment les traces en biseau laissé par l’outil à leur extrémité. L’utilisation de verres grossissants est possible, puisque de nombreuses découvertes de ce type ont été effectuées aux xixe et xxe siècles, en contexte gréco-romain, notamment en terre d’Égypte. Mais il est plus vraisemblable que notre graveur se soit servi d’une loupe à l’eau, principe plus rudimentaire mais tout aussi efficace. Ciseler ces inscriptions a donc constitué un énorme investissement, d’autant plus que la calotte est de petite taille. La relative homogénéité de l’écriture tend à montrer qu’elle est due à un seul et même graveur.

  • 1  Pour la gravure au ciseau effectuée sur les tablettes zodiacales de Grand (Vosges), Jean-Claude Bé (...)

16L’artisan maîtrisait-il correctement la langue grecque ? Quelques détails intéressants peuvent être relevés. Par exemple, il a systématiquement remplacé la lettre Σ par le C, inconnu en grec, à l’exception du signe ΣΚΟΡΠΙω (scorpion) où il a utilisé un E mais peut-être est-ce là une erreur d’interprétation de sa part ( ?). Il a eu des difficultés à tracer certaines lettres grecques : l’ovale du Φ – oublié d’ailleurs dans ΦΕΒΡΟΥ / février – est souvent raté, le Π est par deux fois remplacé par deux I accolés, la lettre ω est ciselé e au moins à trois reprises sous la forme de deux Υ accolés et le pied de la lettre Υ est quatre fois tronqué, au point de faire hésiter la lecture entre un Υ ou un υ. Ce n’est sans doute pas un hasard s’il a choisi aussi de tracer la lettre ω – voire le υ - systématiquement en minuscule, alors que l’essentiel des inscriptions est en caractères majuscules. Il semble montrer en effet plus d’aisance lorsqu'il s'agit de tracer des lettres communes à l’alphabet latin et à l’alphabet grec. Cet ensemble d'observations variées amène à faire un parallèle avec les « fautes de gravure » relevées sur les tablettes de Grand, même si les erreurs ne sont pas de même nature1.

Essai d’interprétation

17L’un d’entre nous, qui a étudié l’horoscope de Tryphon (daté de la période du règne de Tibère, 14-37 apr. J.-C.), propose une première hypothèse sur le « mode d’emploi » de cet objet : l’astrologue commençait par poser sa carte du ciel (sur papyrus ou tablette en bois), avec le plan de l’écliptique, médian, sur lequel il installait des signes (par exemple Taureau et Sagittaire), puis il calculait le sommet de la voûte, l’hypogée, et ensuite il déterminait la position des planètes en gardant la feuille de papyrus devant lui. En le faisant pivoter, il écrivait à 180° les noms des signes du Zodiaque. L’astrologue de Tryphon utilise très certainement un disque semblable à celui mis au jour à Chevroches, grâce auquel il reporte les données du jour pour établir l’horoscope de son client. Si les tablettes de Grand (Vosges) correspondent à une carte céleste et zodiacale, le disque astrologique de Chevroches, selon cette première hypothèse, serait l’instrument de mesure, de calcul, qui permet d’établir une carte céleste.

18Si l’on se réfère à l’hypothèse de P. Cauderlier, l’utilisateur de cette calotte astrologique était vraisemblablement un voyageur ambulant, comme ces médecins, pharmaciens, philosophes et rhéteurs qui, soit pour leur compte soit pour celui d’un patron, sillonnaient les cités de l’Empire (notons que Chevroches était liée à Autun par la voie qui contournait par le nord-est les monts du Morvan). Son savoir reposait sur les principes de l’astrologie égyptienne, utilisés dans un but essentiellement pratique, afin d’établir les horoscopes de ses clients, comme le tisserand dit « Tryphon», dont l’horoscope semble avoir été dressé à l’aide d’un « disque» similaire, sous le règne de Tibère (14-37 apr. J.-C.).

19Mais l’astrologie n’est pas uniquement utilisée à des fins privées. Selon le thème astral de l’Empereur (dont l’anniversaire est connu puisque c’est un jour férié dans tout l’Empire), la date de sa mort pouvait être calculée (naturelle ou « accidentelle » ? !).

20Vers 340 apr. J.-C., « Pour la paix et la sécurité de l’Empire », les empereurs Constant et Constance II promulguent un édit punissant de mort tout « mathématicien, astrologue, chercheur du Ciel » ; cet édit sera répertorié dans le Code de Théodose (401-450). Ainsi, tout citoyen romain convaincu de posséder un objet susceptible de servir à ces arts interdits sera décapité ; tout autre sera livré aux bêtes lors des Jeux du Cirque.

21On peut donc émettre l’hypothèse que « l’utilisateur» du disque astrologique aura préféré le cacher soigneusement – le hasard aura fait que ce soit à Chevroches (Yonne).

22Cet objet est donc, pour l’heure, unique dans le monde antique.

Haut de page

Bibliographie

Abry,J.-H. 1993a. « Les diptyques de Grand, noms et images des décans », in : J.-H. Abry (dir.), Les tablettes astrologiques de Grand (Vosges) et l’astrologie en Gaule romaine. Actes de la table ronde du 18 mars 1992. Lyon-Paris : 77-112.

Abry, J.-H. 1993b. « Les tablettes de Grand : mode d’emploi à travers les écrits des astrologues », in : J.-H. Abry (dir.), Les tablettes astrologiques de Grand (Vosges) et l’astrologie en Gaule romaine. Actes de la table ronde du 18 mars 1992. Lyon-Paris : 141-160.

bakhouche, B. 2002. L’astrologie à Rome. Louvain-Paris, Peeters, 241 p.

Beal, J.-C. 1993. « Les tablettes de Grand : étude des planches en ivoire », in : J.-H. Abry (dir.), Les tablettes astrologiques de Grand (Vosges) et l’astrologie en Gaule romaine. Actes de la table ronde du 18 mars 1992. Lyon-Paris : 53-62.

Berteaux,J.-P. et F.Gury. 1990. « Les tablettes zodiacales d’origine égyptienne découvertes à Grand », in : La Lorraine antique : villes et villages : 150-153.

Childe, A.1945. « Étude du zodiaque circulaire de Denderah », Anais da Academia Brasileira de Cincias, 17 : 33-43 et 133-147.

Haut de page

Notes

1  Pour la gravure au ciseau effectuée sur les tablettes zodiacales de Grand (Vosges), Jean-Claude Béal avait souligné des négligences d’exécution : « Le tracé des décans ne présente de régularité géométrique ni dans son ovale, ni dans ses divisions : il en résulte des disparités à l’intérieur même de chacune des tablettes. » (Béal 1993 : 54). Pour J.H. Abry, « les fautes de gravures sont analogues à celles que l’on trouve sur les intailles magiques : confusions entre les lettres qui se ressemblent, [...] erreurs de lecture (d’un modèle)... » (Abry 1993 : 79)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende La calotte astrologique de Chevroches
Crédits (Cliché L.A.M.)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Devevey, Patrice Cauderlier, Claudine Magister-Vernou et Christian Vernou, « La calotte astrologique de Chevroches », Les nouvelles de l'archéologie, 107 | 2007, 27-29.

Référence électronique

Frédéric Devevey, Patrice Cauderlier, Claudine Magister-Vernou et Christian Vernou, « La calotte astrologique de Chevroches », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 107 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/118 ; DOI : 10.4000/nda.118

Haut de page

Auteurs

Frédéric Devevey

Inrap, Dijon
frederic.devevey@inrap.fr

Articles du même auteur

Patrice Cauderlier

Université de Bourgogne, 3, bd Gabriel, 21000 Dijon

Claudine Magister-Vernou

Musée archéologique de Dijon, Dijon

Christian Vernou

Musée archéologique de Dijon
c.vernou@villededijon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org