Navigation – Plan du site
2. Situations de longue durée

De l’archéologie russo-soviétique en situation coloniale à l’archéologie post-coloniale en Asie centrale

Svetlana Gorshenina et Claude Rapin
p. 29-33

Résumés

L’article se propose d’analyser comment l’archéologie russo-soviétique de l’Asie centrale pourrait relever d’un contexte de situation coloniale et dans quelle mesure elle entrerait ainsi dans le cadre des études post-coloniales. La formulation même de ce problème peut à première vue sembler dépourvue de sens aux yeux des archéologues aussi bien post-soviétiques qu’occidentaux, tant la vision des sciences de l’Antiquité de la Russie tsariste et de l’urss contraste avec les traditionnelles représentations de l’archéologie bâties par les puissances occidentales. La présente analyse montre cependant que les approches postcoloniales peuvent être fructueuses dans le domaine de l’archéologie russo-soviétique et postcoloniale de l’Asie centrale. Ce n’est que récemment que l’histoire coloniale de l’empire russe aux xixe-début du xxe siècles est parvenue à une certaine « normalisation » dans les publications consacrées au Turkestan colonial russe ; et il pourrait en être de même, dans le sillage de ces dernières études, avec l’analyse de l’archéologie de cette époque. S’inscrivant dans une optique comparative par rapport aux situations coloniales des autres puissances européennes, le présent article met ainsi en exergue des thèmes comme l’activité des militaires en tant qu’archéologues amateurs, l’engagement politique des sociétés savantes, le rôle des discours archéologiques dans la légitimisation de la conquête, avec, en premier lieu, l’énoncé de la théorie des origines aryennes qu’il fallait retrouver en Asie centrale, etc. Le cas de l’archéologie soviétique doit en revanche être abordé de manière plus nuancée à la lumière du contexte des « affirmative actions » lancées par le pouvoir soviétique afin de créer des nations modernes en Asie centrale. Avec la période postsoviétique ou postcoloniale, la forte politisation des recherches nationales soumises aux besoins idéologiques des nouveaux régimes (avec les mythes fondateurs liés aux grands hommes comme Tamerlan) pose le problème de l’indépendance des archéologues postsoviétiques, encore influencés par le legs soviétique (figés sur la recherche de l’ethnogenèse locale), qu’aujourd’hui l’ouverture vers la coopération internationale permet cependant de nuancer. Sans prétendre fournir une réponse définitive sur le caractère colonial ou non de l’archéologie russo-soviétique et post-soviétique dans son ensemble, cette étude voudrait montrer comment, malgré le fait qu’il soit souvent fermé aux tendances générales de la recherche, le monde centrasiatique ne peut plus être traité isolément dans le cadre des doctrines coloniales qui ont marqué les deux derniers siècles de l’histoire mondiale.

Haut de page

Texte intégral

La « particularité » de l’histoire russo-soviétique vs les questionnements d’une situation coloniale

1L’archéologie russo-soviétique de l’Asie centrale peut-elle être analysée dans le contexte d’une situation coloniale et dans quelle mesure entrerait-elle ainsi dans le cadre des études postcoloniales ? Au départ, la formulation même de cette question peut sembler dépourvue de sens aux yeux des archéologues aussi bien postsoviétiques qu’occidentaux, tant la vision des sciences de l’Antiquité de la Russie tsariste et de l’Urss contraste avec les représentations de l’archéologie bâties par les puissances occidentales. Alors que, par exemple, l’image type de l’archéologue dans les manuels scolaires français des années 1950-début 1960 est celle de l’explorateur à casque colonial effectuant des fouilles dans des dépendances lointaines fortement exotisées (Chante 1988 : 93-103), l’image de l’archéologue diffusée dans la société russo-soviétique répond à un schéma complètement différent, où l’aventure à l’Indiana Jones cède la place à la poétique du prolétaire stakhanoviste popularisée à l’époque soviétique (Gorshenina & Rapin 2001) (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Inventaire par Mikhaïl Masson des trouvailles faites lors des fouilles d’urgence menées au canal du Ferghana avant leur envoi à Tachkent

Cliché E. Yuditskij, 1939, archives des auteurs

2En se penchant sur cet aspect de l’archéologie centrasiatique, on ne peut échapper à la question de savoir quelle a été la nature de la présence russe dans la région. Cette question même montre que l’on doit en quelque sorte préalablement « normaliser » l’histoire de la Russie par rapport à celle des autres États. Il faut pour cela, notamment, surmonter la dichotomie dans les discussions qui font de sa présence en Asie centrale, d’un côté une symbiose atypique fondée sur l’« amitié des peuples », de l’autre « une colonie comme les autres ». Ce problème est d’autant plus important que, tout au long de la période concernée, diverses caractéristiques dites coloniales peuvent être soit mises en exergue, soit, au contraire, gommées.

3On ne peut, de même, éluder la question de la rupture ou de la continuité entre les régimes tsariste et soviétique. Cette question n’a jamais pu être clairement résolue, ni à l’époque soviétique, ni aujourd’hui, en raison de son caractère politique très sensible ; les chercheurs occidentaux eux-mêmes n’ont pas échappé aux dogmes (lancés en premier par les Bolcheviks) qui veulent faire de l’époque soviétique un cas très spécifique.

4Avant de passer à l’archéologie, nous devons ici souligner que ces questionnements émotionnellement chargés ne doivent pas être liés à une prétendue singularité de l’histoire russe, mais plutôt à l’extrême politisation qui a toujours accompagné son étude.

5Quand l’empire russe absorbe l’Asie centrale au xixe siècle, tous les acteurs, de l’Europe à l’Asie, sont conscients d’avoir affaire à un acte colonial. L’époque soviétique va cependant engendrer de multiples lectures nouvelles à l’égard de l’époque tsariste. La vision soviétique sur ce problème va ainsi passer du concept du « mal absolu » à celui du « moindre mal », avant de culminer avec celui d’un « bien indiscutable ». Alors que les observateurs occidentaux, pendant la Guerre froide, ne remettent jamais en doute la nature répressive du pouvoir soviétique, les Soviétiques ne se remettent en revanche jamais eux-mêmes en question. Ce n’est qu’après la chute de l’Urss que les nouveaux États indépendants vont amalgamer toute l’époque russe et soviétique en un bloc à dénoncer plus ou moins vigoureusement en tant que période de domination. Et il faudra attendre 2005 environ pour que ce discours commence à prendre un caractère progressivement relativiste.

6L’application des méthodes d’études postcoloniales semblerait donc s’imposer à cette partie de l’histoire chargée d’interprétations contradictoires et d’idéologies.

Les traits coloniaux de l’archéologie russe dans l’Asie centrale de l’époque tsariste

7S’il n’existe pas d’« archéologie coloniale type », car tous les exemples diffèrent selon les situations, on peut toutefois suggérer la présence de certains indices représentatifs des liens entre l’archéologie et la colonisation au niveau des pratiques, des structures et des concepts. En prenant ces derniers comme matrices, on tentera ici d’en saisir des reflets dans le cas russo-soviétique.

8En ce qui concerne l’époque tsariste (des années 1860 à 1917), on peut noter que le regard posé par le milieu politique et intellectuel russe sur le Turkestan relève à l’évidence de l’orientalisme tel que l’a dénoncé Edward Said (1935-2003) (Said 1978). Dans le discours paternaliste russe représenté, par exemple, dans le cycle de tableaux de Vasilij Vereščagin (1842-1904), peints en 1872, les Turkestanais apparaissent fondamentalement comme des « barbares » (Schimmelpenninck van der Oye 2009 : 195-203). On leur reconnaît, bien sûr, un passé prestigieux, mais ce dernier est en même temps gommé par des appréciations négatives sur l’état des grands monuments qui tombent en ruines et sur le comportement « décadent » des Turkestani contemporains. Parallèlement, la région est fortement exotisée par toutes sortes de clichés, qui mettent en valeur ses caractéristiques pittoresques.

9En se présentant, dans ce contexte, comme de vrais « Européens », les Russes éclairés ayant de leur côté déjà bien assimilé la science archéologique qui s’est forgée en Europe se présentent comme les seuls capables d’évaluer le patrimoine centrasiatique à sa juste valeur. Ils estiment que c’est à eux que revient la tâche d’écrire l’histoire – la plus ancienne avant tout – de la région, en y procédant notamment à des fouilles archéologiques. L’archéologie est donc ici comme partout dans le monde une science importée depuis l’Europe. Dans les années 1970, cette caractéristique constitue pour les historiographes centrasiatiques une pierre d’achoppement, qui se transforme en véritable rejet à partir de l’indépendance de 1991, quand on commence au plus haut niveau à exiger la découverte d’un père fondateur local pour chacune des sciences. C’est ainsi que les précurseurs des archéologies nationales ont été retrouvés chez les collectionneurs centrasiatiques du xixe siècle, en dépit du fait que l’apparition du goût des Turkestani pour les objets anciens a été en grande partie liée aux commandes des collectionneurs européens (Gorshenina 2004 : 81-83).

10Les Russes assument le transfert culturel de cette science européenne au cœur de l’Asie, mais font en même temps obstacle à l’accès au terrain des chercheurs occidentaux. Comme dans les autres territoires sous influence de type colonial, l’archéologie devient une chasse gardée. Pour toute la période tsariste, on compte moins de vingt Occidentaux liés à l’archéologie. Des directives vont d’ailleurs interdire à la plupart d’entre eux de faire des fouilles archéologiques, en les obligeant à se limiter à des descriptions de type touristique (Gorshenina 2006).

11En même temps, les archéologues russes ne se privent pas d’aller aussi fouiller chez les « Autres ». Dans le cadre de l’Asie centrale, le Turkestan chinois est un espace libre qui va permettre la compétition entre les puissances occidentales et avec le Japon, malgré la signature d’un traité international (Hambourg, 1902) posant des limites à l’exploitation du terrain par les chercheurs (Popova 2008 : 30). Les chercheurs russes participent à égalité avec ceux des autres pays à l’exportation des manuscrits du Xinjiang, tout en ne se privant pas de critiquer les interventions peu respectueuses de leurs concurrents (Trümpler 2008).

12Parmi les autres parallèles flagrants avec les « archéologies coloniales » occidentales, on peut enfin évoquer l’intervention des militaires. Ce sont eux, en effet, qui lancent les premières fouilles au Turkestan et collectent les antiquités ; de plus, le premier site choisi est celui de Samarkand, ville mythique en Occident depuis Marco Polo, où l’on tente de retrouver les traces d’Alexandre le Grand (Gorshenina 1999). Les recherches sur le conquérant macédonien ne découlent pas d’un simple effet de mode européenne, mais reflètent la quête identitaire des Russes qui revendiquent une identité elle aussi européenne. Divers raisonnements les conduisent d’ailleurs à se chercher en Asie centrale une origine aryenne comme d’autres pays occidentaux. Ce n’est donc pas un hasard si, en lançant la séance d’inauguration du Cercle turkestanais des amateurs d’archéologie en 1895, l’un de ses fondateurs, Alexandre Vrevskij (1834-1910, baron, général-gouverneur militaire du Turkestan en 1889-1898), se félicite que les Russes reviennent en Asie centrale pour que la civilisation aryenne étincelle à nouveau dans leur protopatrie. Cette orientation a dicté les choix des études de beaucoup de ces précurseurs (Laruelle 2005).

Une archéologie soviétique et… coloniale ?

13Si l’on parvient plus ou moins à inscrire l’archéologie tsariste dans les schémas coloniaux, il n’en va peut-être plus de même pour l’archéologie soviétique, qui constitue dans ce sens un terrain de recherche très glissant. Les premières décennies des Soviets sont marquées par un vigoureux discours pour l’abolition du régime impérialiste partout dans le monde et la défense de l’autodétermination des peuples. Ces discours omniprésents poussent même à penser que la Révolution de 1917 inaugure la période postcoloniale qui se généralisera dans les mouvements de décolonisation du xxe siècle. Mais il reste encore à définir ce qu’est le régime soviétique, d’autant plus que la mise en pratique de ces théories dévoile des traits pour lesquels on peut trouver des parallèles plus ou moins éloignés dans l’univers colonial.

14Parmi leurs premières actions, les Bolcheviks lancent une politique de modernisation qui ne se différencie pas vraiment de celle des banals porteurs de « civilisation » de l’époque tsariste. Le combat contre l’arriération des peuples met à nu la mise en place d’une hiérarchie de caractère civilisationnel. L’affirmative action qui permet au pouvoir soviétique d’élargir l’éducation à tous ou de libérer les femmes se traduit en une discrimination positive en faveur des plus arriérés. Les Bolcheviks entreprennent la création de nouvelles nations dotées de tous les attributs étatiques et qui doivent être perçues comme les instruments du socialisme en construction. Pour les différencier les unes des autres, il faut leur dessiner de nouvelles frontières, codifier les langues et élaborer des histoires nouvelles. Ce processus de construction forcée d’une nouvelle Asie centrale est accompagné par une politique très ambiguë d’indigénisation que renforce paradoxalement la russification totale de la vie publique (Martin 2001).

15Dans cette transition entre l’ancien et le nouveau monde, l’archéologie ne va pas immédiatement s’inscrire dans le discours bolchevik anticolonial. Si, dans les années 1920, des historiens comme Vasilij Bartol’d [Barthold] (1869-1930) entreprennent la rédaction de l’histoire de chaque nouvelle république, les archéologues en restent pour leur part à une science encore fidèle aux prémices de l’archéologie de l’époque précédente, en développant par exemple la théorie « japhétique » de Nikolaj Marr (1865-1934) avec ses références aryennes (Djindjian 2010). L’archéologie ne va soutenir le discours politique qu’à partir des années 1930, quand l’ancienne génération est victime des répressions jusqu’à être en grande partie physiquement éliminée (Formozov 2004).

16C’est alors qu’une nouvelle génération assume le lancement de missions archéologiques géantes, mettant en place des méthodes révolutionnaires pour la discipline avec l’introduction de larges programmes multidisciplinaires (fig. 2). L’ancienne périodisation de Lewis Henry Morgan (1818-1881) est délaissée par ces missions, qui passent à la vision néo-évolutionniste stadiale en cinq étapes esquissée en 1857 par Karl Marx (1818-1883) dans son livre Formes antérieures à la production capitaliste (Marx 1966), puis reprise en 1884 par Friedrich Engels (1820-1895) dans son ouvrage sur L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État (Engels 1976) avant de se figer en dogme chez les scientifiques de l’époque stalinienne. Les incohérences qui se dégagent sont vite corrigées par l’introduction du concept de mode de production asiatique, un concept que l’on rattache au despotisme oriental et qui a lui-même été inventé par les intellectuels européens. En même temps, on nie l’histoire des « grands hommes » en déplaçant la cible des recherches en direction de l’ethnogenèse des peuples éponymes des États nouvellement créés.

17Le tournant suivant se situe dans le contexte de la seconde guerre mondiale, quand le discours soviétique prend une allure plus nationaliste russe et que le « grand frère russe » devient « plus égal » que les autres. On est ici tenté de dire que la situation coloniale reprend ses marques au niveau politique, même s’il n’y a pas de formulation explicite. Sur le plan de l’archéologie, l’évolution semble partir dans le sens contraire. Au début des années 1950, les politiques procèdent à l’élimination définitive des théories de Marr, ce qui entraîne un désintérêt total des archéologues pour une théorisation de grandes chronologies (Djindjian 2010). En même temps, la périodisation marxiste n’est pas définitivement abandonnée, puisqu’une terminologie moins contraignante va remplacer l’ancien vocabulaire : le terme de « Préhistoire » traduit alors l’ancienne expression « communauté primitive », tandis que celui d’« Antiquité » remplace « esclavagisme », et « Moyen Âge » la notion de « féodalisme ». Pour parvenir à des périodisations plus fines, les datations sont alors fixées selon des noms de sites comme celui de Yaz-depe, le grand site du Turkménistan qui a permis de définir la chronologie de l’âge du Fer centrasiatique par des subdivisions en Yaz i, ii, iii. Une certaine rigidité va cependant finir par s’installer : la période kouchane, qui a bien représenté une forme « non coloniale » (autochtone) de l’Antiquité centrasiatique, a été surestimée dans sa dimension géographique, notamment par Sergej Tolstov (1907-1976) ; on sait maintenant qu’elle ne s’est imposée que du bassin de l’Oxus à l’Inde septentrionale mais qu’elle n’a pas débordé vers le nord, au-delà de la chaîne de Hissar. En revanche, la période des invasions nomades, notamment kidarite-hephtalite, au ve siècle, a longtemps été présentée comme une époque de déclin en raison de son rôle estimé peu flatteur de phase de transition vers le « féodalisme », et l’on n’a qu’assez récemment compris à quel point la formation de l’une des plus grandes civilisations centrasiatiques, celle de la Sogdiane et du Tokharestân des viie-viiie siècles, lui est redevable. On peut notamment se référer au refus d’abord opposé par Alexandre Belenitskij (1904-1993) de reconnaître que le site de Pendjikent, en quelque sorte la Pompéi tadjike, dont il dirigeait la fouille, pouvait remonter au ve siècle, une idée que Boris Marshak (1933-2006) a eu du mal à lui imposer malgré ses preuves stratigraphiques.

Fig. 2

Fig. 2

Prospection aérienne dans le cadre des expéditions du Khorezm dirigées par Sergueï P. Tolstov dans les années 1940 (Tolstov 1962 : 10)

18La New Archaeology, qui va développer en Europe des approches hypothético-déductives, va en même temps se fonder sur des réflexions socio-économiques en grande partie inspirées par la méthodologie soviétique des années 1930-1940. Mais étant donné le danger encouru dans les nouvelles démarches théoriques, l’archéologie soviétique choisit plutôt, quant à elle, de se réfugier derrière une récolte apolitique de documents. En fait, dès la fin des années 1940, les Soviétiques sont confrontés à une série de découvertes archéologiques de caractère artistique qui vont permettre de distinguer définitivement les civilisations parthe et kouchane de la civilisation grecque (fig. 3). Dès lors, l’histoire de l’art, bannie comme science bourgeoise au début de l’époque soviétique, va par la force des choses devoir être réhabilitée. C’est donc de manière inattendue que les interprétations proposées pour ces découvertes « indigènes » vont pouvoir rester en parfait accord avec les doctrines soviétiques d’ethnicisation de l’histoire, où les influences étrangères sur les civilisations locales sont réduites au minimum. Dans ce contexte d’indigénisation, les indices de la domination coloniale ne sont plus clairement saisissables, car il n’en reste que des idées nationalistes ou ethnocentriques.

Fig. 3

Fig. 3

Discussion entre Galina Pugačenkova et Mikhaïl Masson lors de la présentation de la découverte du trésor de Dalverzin-tepe à l’Institut des Beaux‑Arts Khamza de Tachkent

Cliché D. Mikhaïlov, 1973, archives des auteurs

19D’autres traits de l’archéologie soviétique sont encore à souligner. Dès le moment où des centres de recherches locaux font leur apparition en Asie centrale, on constate des tensions croissantes dans les relations entre cette archéologie dite périphérique et celle des centres de Moscou et de Léningrad (fig. 4), bien que tous les archéologues de la périphérie aient dû passer par les grandes capitales pour leur formation. Malgré cette initiation, les archéologues centrasiatiques conservent un statut relativement inférieur, car ils ne sont pas conduits à exercer leur activité dans les autres aires culturelles, à quitter l’Asie centrale pour l’Afrique, par exemple, ni même pour l’Ukraine. Enfin, il ne faut pas oublier la russification qui leur est imposée et les handicaps dont ils souffrent en raison du fait qu’ils ne sont pas russophones. L’impact linguistique de la situation coloniale continue à dicter ses règles jusqu’à la fin de la période soviétique : le cas maintenant public de la préparation par Boris Litvinskij (1923-2010) du livre Les Tadjiks de Bobojan Gafurov (1908-1977) illustre bien les rapports de dépendance et non l’inversion de la relation exploiteur/exploité (Gafurov 1972).

Fig. 4

Fig. 4

Réunion des archéologues de l’Institut d’archéologie de Samarcande

Cliché V. Gračenko, 1990, archives des auteurs

L’archéologie en Asie centrale postsoviétique, post-coloniale et/ou post-postcoloniale

20Le contexte des études archéologiques dans les États nouvellement indépendants d’Asie centrale est révélateur de notre problématique, même s’il reste à savoir comment la période qui a démarré après 1991 doit être réellement définie : l’époque nouvelle est-elle postsoviétique, postcoloniale, ou post-postcoloniale ? Parmi les traits relevant de l’archéologie coloniale, il faut tout d’abord souligner l’arrêt, brusque dans un premier temps, de la recherche archéologique russe en Asie centrale, dont les causes sont à chercher tant dans la crise financière des années 1990 que dans la volonté des élites politiques centrasiatiques. De cette volonté, l’exemple le plus marquant est l’expulsion soudaine de la mission du Musée des peuples de l’Orient de Moscou du site de Kara-tepe près de Termez en Ouzbékistan, au prétexte d’un pillage du patrimoine. On peut ensuite remarquer que les doctrines soviétiques de l’ethnogenèse sont reprises par les nouveaux États, avec un renforcement caricatural des idées ethnocentriques, le retour en force des « grands hommes » en tant que pères fondateurs des nouvelles nations, et le rejet de la langue russe au profit des langues « nationales ». Ce genre de réaction accompagne en général les décolonisations.

21En même temps, cet espace s’est ouvert aux archéologues étrangers qui se trouvent à la fois dans le sillage de l’archéologie soviétique et parfois, mais pas toujours, à la merci d’une instrumentalisation de la science au gré des exigences politiques – l’ethnicisation des découvertes, la tendance à demander des dates hautes pour la fondation de toutes les grandes villes, la préférence pour certaines périodes historiques prestigieuses, une reconstruction massive du patrimoine dans un but touristique et commercial, etc. Les archéologues occidentaux sont ainsi confrontés à un double langage, puisque leurs collègues centrasiatiques, soumis à la politique dirigiste des États de la région, finissent par s’exprimer de manière différente selon qu’ils le font sur la scène internationale ou à l’intérieur des États. L’archéologie dans ce contexte semble souffrir davantage du nationalisme postcolonial que du colonialisme.

22D’autres symptômes de l’archéologie coloniale, enfin, peuvent réapparaître selon les circonstances : alors que tout trait en est absent dans les recherches consacrées à la Préhistoire, les approches eurocentriques peuvent ponctuellement affleurer dans les recherches liées à l’époque hellénistique, notamment sous l’impulsion des découvertes faites sur de grands sites comme ceux d’Aï Khanoum en Afghanistan, de Takht-i Sangin au Tadjikistan, ou de Nisa au Turkménistan.

23Cette brève analyse ne prétend pas fournir une réponse sur le caractère colonial ou non de l’archéologie russo-soviétique et postsoviétique dans son ensemble, mais voudrait montrer comment, bien qu’il soit souvent fermé aux tendances générales de la recherche, le monde centrasiatique ne peut plus être traité isolément des doctrines coloniales qui ont marqué les deux derniers siècles de l’histoire mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Chante, A. 1988. « Images de l’archéologie dans les manuels scolaires », in : L’archéologie et son image : viiie Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. Valbonne, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques : 93-103.

Djindjian, F. 2010. « Les influences des théories linguistiques de Nicolas Marr (1864-1934) et de l’article de Joseph Staline (1950) sur la Préhistoire soviétique : apports et autocritiques », in : S. de Beaune (éd.), Écrire le passé. Actes du colloque « L’écriture de l’histoire et de la Préhistoire d’hier à aujourd’hui », Lyon, 14-16 mai 2008. Paris, Éditions du cnrs : 195-208.

Engels, F. 1976. L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État : à propos des recherches de L. H. Morgan. Paris, Éd. sociales, 394 p. [éd. originale en allemand : 1884].

Formozov, A. A. 2004. Russkie arkheologi v period totalitarizma. Istoriografičeskie očerki [Les archéologues russes à l’époque du totalitarisme. Essais historiographiques]. Moscou, Znak, 318 p.

Gafurov, B. 1972. Tadžiki [Les Tadjiks]. Moscou, Nauka, t. 1, 384 p. ; t. 2, 480 p.

Gorshenina, S. & C. Rapin. 2001. De Kaboul à Samarcande, les archéologues en Asie centrale. Paris, Gallimard (Découvertes Gallimard, 411), 160 p.

Gorshenina, S. 1999. « Premiers pas des archéologues russes et français dans le Turkestan russe (1870-1890) : méthodes de recherche et destin des collections », Cahiers du monde russe, 40, 3 : 365-384.

2004. Private Collections of Russian Turkestan in the 2nd Half of the 19th and Early 20th Century. Berlin, Klaus Schwarz Verlag (anor-15, Institut für Orientalistik, Halle, Mittelasienwissenschaft Humboldt-Universität, Berlin, Université de Lausanne), 205 p.

2006. « De l’archéologie touristique à l’archéologie scientifique. L’archéologie en Asie centrale de la conquête russe du Turkestan à l’aube de l’époque soviétique : la “non-archéologie” occidentale », in : Isimu-6, El Redescubrimiento del Asia Central : nuevos horizontes en la historia y la arqueologia del Oriente antiguo. Madrid, Universidad Autonoma de Madrid, Cuadernos del seminario Walter Andrae, año Académico 2003-2004, vi, i : 33-46.

2009. « La marginalité du Turkestan colonial russe est-elle une fatalité, ou l’Asie centrale postsoviétique entrera-t-elle dans le champ des Post-Studies », in : S. Gorshenina & S. Abashin (éd.), Le Turkestan russe : une colonie comme les autres ? Paris, Complexe (collection de l’iféac - Cahiers d’Asie centrale, 17/18) : 17-78.

Laruelle, M. 2005. Mythe aryen et rêve impérial dans la Russie du xixe siècle. Paris, Cnrs Éditions (Mondes russes), 224 p.

Martin, T. D. 2001. The affirmative action empire: nations and nationalism in the Soviet Union, 1923-1939. Ithaca N. C. [etc.], Cornell Univ. Press (collection The Wilder House series in politics, history and culture, xvii), 496 p.

Marx, K. 1966. Formes antérieures à la production capitaliste : procès qui précède la formation du rapport capitaliste ou l’accumulation primitive. Paris, Éd. Anthropos : 90-116 [1ère éd. 1857-1858].

Popova, I. F. 2008. « Russian Expeditions to Central Asia at the Turn of the 20th Century », in : I. F. Popova (ed.), Russian Expeditions to Central Asia at the Turn of the 20th Century. Saint-Pétersbourg, Slavija : 11-39.

Said, E. W. 1978. Orientalism. New York, Pantheon Books, xi, 368 p.

Schimmelpenninck van der Oye, D. 2009. « Vasilij V. Vereshchagin’s Canvases of Central Asian Conquest », in : S. Gorshenina & S. Abashin (éd.), Le Turkestan russe : une colonie comme les autres ? Paris, Complexe (collection de l’iféac - Cahiers d’Asie centrale, 17/18) : 179-209.

Trümpler, Ch. (éd). 2008. Das grosse Spiel : Archäologie und Politik zur Zeit des Kolonialismus (1860 - 1940). Begleitbuch zur Ausstellung Das Große Spiel – Archäologie und Politik, Ruhr-Museum, Weltkulturerbe Zollverein, Essen, 11. Februar-13. Juni 2010. Köln, DuMont, 668 p.

Tolstov, S. P. 1962. Po drevnim del’tam Oksa i Âksarta [Le long de l’ancien delta de l’Oxus et de l’Iaxarte]. Moscou, Izdatel’stvo vostočnoj literatury : 10.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Inventaire par Mikhaïl Masson des trouvailles faites lors des fouilles d’urgence menées au canal du Ferghana avant leur envoi à Tachkent
Crédits Cliché E. Yuditskij, 1939, archives des auteurs
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 2
Légende Prospection aérienne dans le cadre des expéditions du Khorezm dirigées par Sergueï P. Tolstov dans les années 1940 (Tolstov 1962 : 10)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Fig. 3
Légende Discussion entre Galina Pugačenkova et Mikhaïl Masson lors de la présentation de la découverte du trésor de Dalverzin-tepe à l’Institut des Beaux‑Arts Khamza de Tachkent
Crédits Cliché D. Mikhaïlov, 1973, archives des auteurs
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 4
Légende Réunion des archéologues de l’Institut d’archéologie de Samarcande
Crédits Cliché V. Gračenko, 1990, archives des auteurs
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Svetlana Gorshenina et Claude Rapin, « De l’archéologie russo-soviétique en situation coloniale à l’archéologie post-coloniale en Asie centrale », Les nouvelles de l'archéologie, 126 | 2011, 29-33.

Référence électronique

Svetlana Gorshenina et Claude Rapin, « De l’archéologie russo-soviétique en situation coloniale à l’archéologie post-coloniale en Asie centrale », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 126 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1168

Haut de page

Auteurs

Svetlana Gorshenina

Réseau Asie et Pacifique, Cnrs-Fmsh, Paris
gorsheni@ens.fr

Articles du même auteur

Claude Rapin

Cnrs/Ens, Umr 8546, Archéologies d’Orient et d’Occident
claude.rapin@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org