Navigation – Plan du site
1.Paradigmes

L’archéologie comme science coloniale en Afrique centrale équatoriale

La construction d’un espace-temps anthropologique pour la lecture du passé
Germain Loumpet
p. 9-14

Résumés

L’Afrique équatoriale est restée pendant la période coloniale en marge des recherches archéologiques et préhistoriques. La grande forêt équatoriale était considérée dans les théories évolutionnistes et diffusionnistes qui inspirèrent la politique coloniale, comme le lieu de l’état de nature et de l’absence de civilisation. Isolée du monde, elle n’apparaissait pas propice à l’évolution humaine et à l’émergence de l’homme moderne. Le concept de préhistoire est, de nos jours, encore sujette à controverse chez les anciens peuples colonisés du fait de l’analogie implicite entre l’homme primitif et l’homme préhistorique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cameroun, Afrique centrale
Haut de page

Texte intégral

1Historiquement, on peut légitimement affirmer que l’archéologie ne fut pas inspirée dans sa constitution progressive comme science par des motivations essentiellement colonialistes dans l’acception stricte du terme. Au-delà de cette quasi-évidence, elle n’en fut pas moins profondément influencée, en Afrique en particulier, par les thèses évolutionnistes qui dominaient, depuis le début du xixe siècle, aussi bien la pensée politique que scientifique moderne au travers de ses paradigmes et mythes, comme le progrès et la perfectibilité.

2L’archéologie n’a pas suscité partout en Afrique le même intérêt des puissances colonisatrices. Une règle tacite et institutionnelle de territorialité régissait en France les découpages en aires géographiques ou culturelles et leurs domaines d’intervention respectifs, les sous-commissions des fouilles et les missions archéologiques rattachées au ministère des Affaires étrangères en 1945 (Gran-Aymerich 2001). Seules l’Égypte, l’Éthiopie et l’Afrique du Nord en font alors partie. L’Afrique noire restera rangée dans le domaine de l’ethnologie jusqu’en 1960.

3Une telle répartition exprime un parti pris évident en faveur des aires traditionnellement reconnues de grandes civilisations au détriment des peuples sans écriture. Dans les colonies britanniques d’Afrique orientale et en Afrique du Sud, au contraire, la Préhistoire connut un certain essor dès la fin du xixe siècle en raison des conditions d’investigation particulièrement favorables qu’offraient des pays traversés par le rift africain, un fossé tectonique fossilifère riche en faune et en hominidés. Par ailleurs, la politique britannique de l’indirect rule accordant une place plus importante à l’histoire et à la culture indigènes, l’engagement de la puissance coloniale fut par conséquent d’une nature différente (Clark 1994).

4La problématique de l’archéologie et du colonialisme, rarement posée, tend à privilégier l’approche historique ou politique qui met en avant la relation du pouvoir et du savoir (Shepherd 2002). Les pages qui suivent se proposent d’examiner autrement la question, également sous un angle épistémologique, par la mise en évidence de l’interférence du processus idéologique et du processus scientifique en articulation étroite avec l’objet.

5La Préhistoire comme discipline scientifique et l’Afrique équatoriale forestière paraissent constituer respectivement le lieu géométrique et paradigmatique de l’ethnographie comparée et de la Préhistoire, et le contexte explicite où l’archéologie est restée longtemps imprégnée du présupposé infériorisant sur les sociétés primitives. Cette perspective permet enfin d’appréhender rétrospectivement des modes spécifiques d’interactions dans les nouveaux cadres de reconstruction des identités et des temporalités.

La Préhistoire et la forêt équatoriale, le paradigme de l’état de nature et des origines

6La grande forêt équatoriale africaine fut tout d’abord jugée inaccessible et inhospitalière à toute civilisation et n’attira guère les archéologues. Figée et séparée du monde par une interface imaginaire, l’humanité y était fatalement vouée à la reconversion. Robert Cornevin (1919-1988), historien de l’Afrique, décrit la forêt équatoriale comme « une masse impénétrable opposée à la formation d’États ayant une existence historique car aucun État important ne s’y est développé […] » (Cornevin & Cornevin 1964). De même, André Leroi-Gourhan (1911-1986), dans son Rapport sur l’ethnologie française, exprime la prédilection de la recherche archéologique pour les milieux des savanes sèches au détriment des régions forestières humides. Et conclut : « […] pour l’instant au fond, la forêt n’a pas d’histoire » (Leroi-Gourhan & Poirier 1953).

7Au plan géologique, la théorie davisienne de l’érosion normale, selon laquelle le profil équatorial était structuralement prédisposé à l’altérabilité et n’était donc pas in situ, l’emportait et elle interdisait toute fouille en stratigraphie. Cette conception ne fut définitivement relativisée que par Jean Tricart (1920-2003) (Tricart & Cailleux 1965). Enfin, l’acidité présumée du sol rendait impossible la conservation des vestiges osseux et organiques. Jacques Soustelle (1912-1990), auteur d’un rapport sur La recherche française en archéologie et anthropologie, conforte cette conception quand il souligne que « […] les subventions financières pour les fouilles archéologiques en Afrique étaient essentiellement concentrées dans l’ouest du continent, surtout dans la zone sahélienne » (Soustelle 1975).

8Du point de vue de la phylogenèse de l’homme, la fameuse théorie de l’East Side Story sur l’évolution séparée, pour autant qu’elle soit fondée sur un mécanisme de spéciation quantique, n’en est pas moins évolutionniste et déterministe dans son contenu et elle s’inscrit dans la conformité de la marginalisation de ces écosystèmes. Yves Coppens a en effet montré que le processus de l’hominisation n’avait été rendu possible que dans un environnement des savanes que le rift avait isolé de la forêt équatoriale humide au-deçà de laquelle les pongidés n’évoluèrent guère (Coppens 1983). Bien que cette théorie ait été révisée au profit d’une West Side Story prônée par Michel Brunet (Brunet 1997), elle semble avoir été influencée par le préjugé récurrent de la métaphore zoologique de l’homme primitif et de la nature sauvage.

9Dans le même ordre d’idées, Jacqueline Roumeguère-Eberhardt (1927-2006) a cru pouvoir retrouver le chaînon manquant dans la grande forêt africaine, « un hominidé non identifié à mi-chemin entre l’homme et le singe » (Roumeguère-Eberhardt 1990 : 215). Sous le titre évocateur de « L’homme sauvage et la déesse Blanche », son préfacier Bernard Heuvelmans (1916-2001) l’interpète comme « le processus de mythification qui semble déterminé par l’organisation de notre cerveau » (Roumeguère-Eberhardt 1990 : 7).

Évolutionnisme culturel et idéologie coloniale

10L’archéologie moderne avait pris, à partir du xixe siècle, un tournant résolument naturaliste et systématique, aussi bien dans sa forme que dans sa méthode, par le biais de l’archéologie préhistorique. Le concept de culture en était devenu, comme dans la taxonomie biologique, la catégorie fondamentale, et la civilisation, son ultime palier. Les produits de l’activité humaine étaient classés et hiérarchisés pour définir des stades de complexification culturelle et des séquences développementales conceptuelles et physiologiques corrélatifs. Selon les termes de Norman Clermont :

11[…] on voyait l’homme se dégager de l’animalité, se redresser, développant son cerveau, sa denture, ses mains, ses moyens locomoteurs et prenant peu à peu la forme de celui qui avait créé selon le même rythme toute la complexité culturelle actuelle. (Clermont 1978 : 373).

12Cette perspective est reflétée de façon notoire dans le discours colonial, au travers de la terminologie employée par Adolphe Louis Cureau (1864-1913), gouverneur des colonies en poste au Gabon et Congo en 1912, pour décrire les peuples de la forêt équatoriale :

Ils étaient témoins actuels de l’humanité des premiers âges […]. À l’époque magdalénienne, notre douce France, couverte d’épaisses forêts et de marécages, infestée de bêtes sauvages, ne le cédait en rien, pour la rudesse et l’inhospitalité, à la moderne Afrique. (Cureau 1912 : 483).

13Cette posture de l’administrateur est symptomatique d’un pré-conçu invariable que l’archéologie a contribué à formaliser dans l’instrumentalisation de l’inégalité.

L’archéologie coloniale belge et l’impérialisme symbolique

14Contrairement à une opinion largement répandue qui fait remonter l’occupation de la forêt à une époque plus récente que les temps préhistoriques – et ceci n’est pas le moindre des paradoxes –, des découvertes fortuites d’objets lithiques furent effectuées dans l’ensemble de cette région par des amateurs et des administrateurs coloniaux dès la fin du xixe siècle. Xavier Stainier (1865-1943) proposa même les premières synthèses de ces récoltes en 1899 (Stainier 1899).

15Pourtant, l’administration coloniale française accorda peu de valeur à l’archéologie dans ses colonies d’Afrique équatoriale qui formaient la part la plus importante de l’Empire, laissant le champ libre aux archéologues belges. Ces derniers imposèrent dès le départ un véritable monopole durable, au moins pour la Préhistoire, dans une Afrique centrale qu’ils avaient tendance à unifier autour du seul Congo.

16Ce petit royaume d’Europe, arrivé tardivement dans la compétition coloniale qui se jouait également dans l’arène scientifique, et disposant seulement pour territoire d’influence d’une ancienne propriété personnelle de Léopold ii, se devait d’accréditer son entreprise hégémonique en engageant des investigations de terrain tous azimuts. La contribution des archéologues fut singulièrement sollicitée pour enrichir et étayer la variété des millions d’échantillons biologiques ou minéralogiques prélevés au Congo et destinés en priorité au Musée royal d’Afrique centrale de Tervuren, la vitrine de l’empire colonial belge.

17Il serait donc illusoire de penser que l’enthousiasme de ces chercheurs, opérant dans un environnement présenté comme des plus répulsifs, fut seulement dicté par un zèle scientifique tout empreint de neutralité et d’indifférence aux idées reçues. Bien plus, la Préhistoire apparaissait comme un moyen d’appropriation des origines et du passé du Congo et, par-delà ses frontières, de la conquête symbolique de l’Afrique centrale toute entière.

18Si cette archéologie n’était pas fondamentalement colonialiste dans sa pratique, elle l’était certainement dans la cause qu’elle était censée promouvoir. Il n’en demeure pas moins que l’ensemble des travaux accomplis en un demi-siècle par des générations d’archéologues au Congo, sous l’impulsion du pouvoir colonial, donne la mesure des enjeux de leur engouement. Pour citer deux exemples, Oswald Menghin (1888-1973) inventa le Tumbien, une industrie lithique qui se voulait propre à l’Afrique centrale, et Jean Colette ( ?-1936) élabora en 1929 la première terminologie des industries dites de tradition forestière à l’issue de véritables fouilles stratigraphiques autour de Kinshasa (Colette 1929).

19En dehors du Congo belge, les pays de l’Afrique centrale, Cameroun, Gabon, République centrafricaine, Tchad, présentaient pendant la période coloniale à peu près le même état de la recherche. Il s’agissait dans la majeure partie des cas de récoltes fortuites d’outils, opérées soit en surface par des amateurs, soit en coupe lors de grands travaux de terrassement miniers ou de travaux publics.

L’archéologie française en Afrique centrale à la recherche des « civilisations éteintes »

20Exceptionnellement, des campagnes de prospections systématiques et de fouilles furent organisées dans les zones sahéliennes de l’Afrique équatoriale française (Aef), au sud du Tchad et dans le Nord-Cameroun. Marcel Griaule (1898-1956), l’initiateur du projet de recherche archéologique Sao, raconte dans son ouvrage Les Saô légendaires le récit épique de ses voyages sur les rives du Chari, « au-delà des sables et des mers », à la découverte d’une « civilisation » éteinte d’Afrique que lui révèle « un mystérieux homme en veston noir » (Griaule 1943). Théodore Monod (1902-2000), le fondateur de l’Institut français d’Afrique noire (Ifan) siégeant au Sénégal, était convaincu, sans en apporter véritablement la preuve matérielle, de l’existence d’une civilisation unique de la Guinée à l’Égypte :

21[…] Il voulait m’allécher, il me tendait ces ossements lointains comme des appâts. Il faisait surgir des civilisations éteintes et fourmiller les problèmes. (Griaule 1943 : 169).

22Cette hypothèse a vraisemblablement inspiré les théories de l’historien sénégalais Cheikh Anta Diop (1923-1986) sur l’origine nègre présumée de l’Égypte ancienne (Anta Diop 1954).

23Les fouilles Sao furent conduites de bout en bout, de 1939 jusqu’aux années 1980, par Jean-Paul Lebeuf (1907-1994), alors attaché au laboratoire d’ethnologie du Muséum national d’Histoire naturelle (Lebeuf & Lebeuf 1977). Seule la conviction d’une découverte sensationnelle semble avoir été à l’origine de la mobilisation des ressources et de fouilles sur une durée aussi longue.

24Les Sao étaient présentés comme un peuple de géants prodigieux qu’il était possible de rattacher à l’une de ces civilisations primitives érythréenne, cyrénaïque ou atlantique, que décrivait Monod. Griaule traduit son exaltation au cours des fouilles en ces termes : 

25[…] de parler un peu fort devant les trouvailles et c’était un pan de la culture syrtique qui s’effondrait, l’érythréenne, une méditerranéenne qui s’enfuyait à jamais. (Griaule 1943).

26L’exaltation devant ces civilisations imaginaires ne se justifiait au fond que par leur proximité avec celles préalablement établies et reconnues, marquées de l’épithète « grandes » dans l’échelle des cultures humaines.

27On était à l’époque de la mission Dakar-Djibouti, des enquêtes de terrain systématiques et de la découverte des Dogon, un peuple emblématique qui fit les beaux jours de l’ethnographie française d’avant-guerre. C’était également l’époque de la fascination pour les objets des primitifs promis à la disparition, qu’il fallait systématiquement collecter à des fins d’étude et de conservation au musée du Trocadéro. L’ethnographe et l’archéologue prenaient part à la même aventure qui conduisait directement ou indirectement à la célébration de l’Empire.

La Préhistoire dans les États-nations postprimitifs de la forêt équatoriale

28Intrinsèquement, l’Indépendance revêtait moins, chez les peuples africains en général, une signification politique, dans le sens d’une mutation profonde de la société, qu’un changement des rapports et des règles de domination et de dépendance. A contrario, elle pourrait marquer l’achèvement de la mission civilisatrice par l’entrée de ces sociétés dans le cadre de l’État-nation et de la modernité. Dans cette perspective, la fin officielle de la colonisation ne signifiait donc pas la rupture définitive des usages ou l’abandon des territoires antérieurs de l’archéologie. Apparemment, elle n’en modifia souvent que les formes les plus visibles. En réalité il aurait fallu, pour que l’archéologie ne fut plus marquée du sceau colonial, qu’elle fut totalement prise en charge par les nouveaux pays indépendants. Ce qui fut évidemment loin d’être le cas.

29Dans les anciennes colonies françaises de l’Afrique équatoriale, on n’observe pas de changement majeur au cours de la première décennie qui succède aux indépendances. Au contraire, les nouveaux États ont encore recours à l’ancien colonisateur pour mener des recherches sur leur territoire, comme en Centrafrique, où la présidence de la République demande au professeur Heim, directeur du Museum national d’Histoire naturelle de Paris, l’envoi d’une mission de préhistoriens dans le pays.

30Roger de Bayle des Hermens (1923-) entreprend ainsi en 1981 les premières prospections, mais uniquement dans les zones de savane car, écrit-il, « au sud, la densité du couvert végétal ne permet pratiquement aucune recherche » (Bayle des Hermens 1981 : 50). Il met au jour un ensemble de sites préhistoriques et d’industries allant du Pré-Acheuléen au Néolithique, ainsi que des sites d’art rupestre.

31Au Gabon, c’est l’initiative associative qui prend le pas sur l’État avec la création, en 1963, de la société de Préhistoire et Protohistoire gabonaise, dont le Président de la République est également président d’honneur. Elle regroupe essentiellement des chercheurs indépendants et des amateurs français qui mènent prospections et fouilles à travers le pays et publient un état des connaissances sur la Préhistoire du Gabon au travers de divers notes et articles (Pommeret 1965).

32À l’indépendance, le Cameroun n’a hérité de l’époque coloniale que de quelques outils de pierre taillés, mal localisés et exposés dans le musée de l’Ifan à Douala. Des notes résumaient des récoltes opérées en surface par des chercheurs isolés ou des administrateurs coloniaux (Buisson 1935). Les premières prospections et fouilles préhistoriques ne commencent véritablement qu’en 1976, en se focalisant uniquement dans la partie sahélienne, au nord du pays.

La Préhistoire et le colonisé, ou le diptyque de la marginalisation

33La marginalisation de la forêt, son exclusion de la sphère de l’historicité et de la connaissance du passé, son cantonnement dans l’ethnographie par la science coloniale n’ont entraîné chez ces peuples que scepticisme et controverse autour de la notion de Préhistoire. À la fois malaise conceptuel et obsession rédhibitoire, elle est vécue comme l’évocation d’un état répréhensible refoulé, d’une dénégation ontologique de l’être individuel et collectif d’avant l’Histoire, que des siècles d’asservissement et d’esclavage ont cristallisés.

34Pourtant, quand elle révéla la découverte des hominidés les plus anciens sur le sol africain, les ancêtres de l’humanité, la controverse sur le bien-fondé de son objet connut une trêve et tout le monde s’accommoda bien de ce primitif-là, un premier homme à la fois proche mais confortablement éloigné dans une durée indéterminée pour ne pas suggérer véritablement une auto-identification embarrassante d’une part, tout en représentant une juste réparation, à moindre frais, du tribut de l’avilissement.

35Néanmoins, parce que l’Histoire ouvrait la perspective d’une thérapeutique du fantasme de ce désaveu par une contrepartie nécessairement messianique, elle se retrouvait au cœur d’un enjeu déterminant et structurant, la construction d’une identité nationale. Toutefois, en qualifiant les Pygmées de premiers habitants de la forêt, elle dessinait dans une logique quasi similaire un second niveau de distanciation au sein de la catégorie des primitifs, afin de s’en démarquer.

36L’archéologie est apparue dans cette quête comme un recours ultime pour légitimer la profondeur de l’antériorité que Cheikh Anta Diop, à la manière d’un prophète progressiste et panafricaniste, venait d’annoncer : selon une surenchère outrancière, l’Histoire proclamait ni plus ni moins la suprématie universelle d’une civilisation négro-africaine en démontrant la filiation des cultures africaines avec la culture égyptienne ancienne. Elle fut dès lors incorporée dans les programmes complémentaires d’une histoire qualifiée de précoloniale dans la plupart des universités africaines.

37À l’Université du Cameroun, ces enseignements remontent aux années 1970, quand le révérend-père jésuite Mveng (1930-1995) introduisit la notion d’« histoire ancienne de l’Afrique » dans le cursus. Sans doute influencé par sa formation d’historien classique – sa thèse de doctorat portait sur les sources grecques de l´histoire négro-africaine –, le prêtre croyait pouvoir fonder ses repères chronologiques sur le modèle de l’Antiquité en appliquant un concept extensif qui englobait à la fois les temps préhistoriques et les temps modernes jusqu’au début de la colonisation allemande en 1884, et se confondait avec l’histoire précoloniale.

38Quant à la Préhistoire, elle fut simplement ignorée pour l’ensemble des raisons déjà évoquées au point que, en 1985, l’immense étendue du Cameroun méridional forestier n’avait jamais fait l’objet d’une recherche systématique dans ce domaine quand nous y entreprîmes nos premières investigations. Non convaincus par toutes les thèses diffusionnistes sur le peuplement préhistorique de la grande forêt, nous décidâmes d’y conduire des prospections à vue. L’hypothèse de la présence de dépôts alluviaux subactuels datés de la fin du Pliocène, subsistant de l’indivision de la fosse tchadienne et du bassin congolais, constituait la première piste de recherche.

39Après avoir délimité une bande de territoire au sud des contreforts de l’Adamaoua qui prolongent vers l’Ouest la crête de l’Oubangui Chari, nous entamâmes, Alexandra Galitzine et moi-même, une observation des coupes pouvant receler des tels sédiments. Les chantiers aurifères et diamantifères de l’est du Cameroun offraient une telle opportunité. C’est au fond d’un puits de 11 m de profondeur qu’apparut un abondant matériel lithique en place reposant sur un lit de graviers minéralisés (fig. 1). Le site de Biti, premier site préhistorique acheuléen au sud de l’Adamaoua, est situé à l’est du Cameroun près de Batouri (fig. 2). Il est le plus important d’une série de gisements plus anciens, au moins d’âge pré-acheuléen, les gisements de Timangoro et Béké mis au jour au cours de la même campagne dans la vallée de la Boumbé ii, rivière frontalière du Cameroun et de la République centrafricaine (Loumpet 1987 ; 1997).

40La poursuite de nos prospections dans les forêts de la région du centre du Cameroun, au cours des années 1989 et 1990, révélèrent près de la ville de Mbalmayou 73 nouveaux sites, dont 21 grottes et 52 abris-sous-roche, parmi lesquels les spectaculaires concentrations d’abris de Nda Akoa, un véritable village préhistorique (fig. 3), ainsi que plusieurs sites à cupules.

41En montrant au moins trois occupations successives caractérisées par des sols d’habitation, la présence d’ocre, des foyers et du matériel lithique, ainsi que de nombreuses pointes en fer, l’ensemble de ces découvertes a apporté les preuves d’une occupation continue du domaine de la forêt équatoriale au moins à partir du début de l’hominisation, et a définitivement démenti les théories avancées par « l’archéologie coloniale ».

Fig. 1

Fig. 1

Puit avec graviers minéralisés et outillage lithique, Biti, Est-Cameroun

Cliché G. Loumpet

Fig. 2 

Fig. 2 

Bifaces, site acheuléen de Biti, Est-Cameroun

cliché G. Loumpet

Fig. 3

Fig. 3

Abris sous roche de Nda Akoa, séquences du néolithique à l’actuel, Centre-Cameroun

cliché G. Loumpet

Colonisé et préhistorien, une expérience paradoxale

42De façon générale, une conséquence majeure de l’archéologie coloniale sur les peuples indigènes paraît se situer dans une interférence des temporalités qu’elle conforta et imposa dans leur vision du monde par le passage d’un temps itératif à la linéarité d’un temps mesuré. L’ordonnancement des faits matériels de civilisation corrélatifs sont simplement inscrits dans des procédures de valeur. Cette compétition oscille perpétuellement d’un évolutionnisme fondamental vers un néo-évolutionnisme à rebours, caractérisé par un chevauchement incessant de temporalités qui sont tantôt mythologiques tantôt linéaires. On se retrouve toujours ainsi dans une situation ambiguë qui se traduit par une hypersensibilité par rapport aux sciences anthropologiques, tantôt perçues comme simplificatrices ou teintées d’européocentrisme, tantôt comme une recolonisation substituée par le savoir.

43Soustelle note à cet effet que :

44[…] Les nouveaux États en quête d’une nouvelle identité ont tendance à infléchir la recherche dans le sens de leurs préoccupations qui ne peuvent pas quelquefois mais souvent coïncider avec une orientation purement scientifique. L’archéologie et surtout l’ethnographie est vite soupçonnée de néo-colonialisme. (Soustelle 1975).

45Ce néocolonialisme présumé est vécu par les Africains comme une continuation de l’ordre colonial au travers de l’archéologie. Cette perception se fonde notamment sur la disproportion entre leurs moyens sur le terrain et ceux consentis aux archéologues occidentaux qui ont leur terrain de recherche en Afrique. Ils sont, en plus, prioritaires et privilégiés dans les appels d’offres de multinationales dans le cadre de l’archéologie préventive, situation qui maintient leurs confrères africains dans une position de dépendance, ou mieux, de contremaîtres.

46Que l’incertitude ait été levée sur l’évidence d’une Préhistoire en forêt n’a en rien fait évoluer la question de façon significative. Cette remarque tend à montrer que des enjeux non exprimés, et certainement non motivés par des arguments strictement scientifiques, ont cristallisé un état d’esprit de retranchement de part et d’autre. Ma double expérience de colonisé et de préhistorien m’autorise, au moins en partie, à en rendre compte.

47Tout d’abord le choix, par un Africain, de la Préhistoire dans la gamme des possibilités qu’offraient les programmes d’archéologie à l’Université de Paris 1 au milieu des années 1980 ne passa pas inaperçu des enseignants ni des spécialistes rompus des terrains du continent noir. Il s’agissait en réalité, à cette date, d’un cas plutôt rare, pour ne pas dire exceptionnel. Il fallait par conséquent, en tous lieux et quotidiennement, tenir le pari d’une exception tantôt réconfortante, tantôt condescendante, ou de façon plus habituelle marquée par l’incompréhension. Par exemple, en 1983 au cours d’une des missions Sao dirigée par Jean Paul Lebeuf, les populations Kotoko, descendants supposés des Sao des abords du lac Tchad, ne comprirent pas qu’un « Noir » fut associé aux « Blancs » dans une entreprise jugée profanatoire, l’exhumation des ossements de leurs ancêtres. Cette complicité sacrilège fut sanctionnée par des procédés de stigmatisation et de marginalisation.

48Une même incompréhension ressurgit à l’annonce de l’intention de mener des prospections préhistoriques dans la grande forêt équatoriale de l’Est, région que les Camerounais qui n’y vivent pas considèrent comme la plus « sauvage » et la plus « arriérée » du pays. Les préhistoriens français travaillant dans la zone sahélienne du Cameroun m’annoncèrent qu’il n’y aurait rien à y trouver et la formule « il n’y a rien, je n’ai rien vu » revenait comme une litanie, révélatrice du souhait qu’il n’y eût effectivement rien.

49Quand j’ai révélé les industries que j’y avais découvertes, et que je les ai défendues en soutenant une thèse de doctorat à l’Université de Paris 1, cela n’entraîna pas davantage de réaction et le statu quo ante fut maintenu. Je fus pourtant le premier à occuper le poste d’archéologue créé à l’Université de Yaoundé. Les milieux officiels et intellectuels du Cameroun, s’ils en eurent connaissance, ne témoignèrent qu’indifférence teintée de suspicion et d’incrédulité envers mes recherches. Car, si les manuels scolaires reconnaissaient les Pygmées comme les premiers habitants de la forêt, ils le faisaient par convention, selon une version arrangeante qui les présentait comme un contre-exemple parfait pour une jeune nation tournée vers le progrès, la modernité et la civilisation. Cette définition s’avérait tout aussi commode pour les esprits conformistes et blasés de certitudes qui n’accueillent une nouvelle découverte que dans la mesure où elle ne déroge pas aux règles bien tracées. La sanction d’un tel défi réside sans nul doute dans l’ombre et le silence qu’on jeta sur les premiers sites préhistoriques jamais identifiés dans la forêt camerounaise. Leur diffusion ne fut ni relayée ni encore moins encouragée au nom de l’universalité de la science.

50Ce malentendu sur la notion de Préhistoire subsistait encore dans les années 1990, lors de la mise en place de la première unité autonome d’enseignement de l’archéologie du Cameroun. Pour les tenants d’une histoire africaine authentique, ce concept, pris dans son acception grammaticale, renvoie à l’inexistence de l’histoire – si tant qu’elle est définie par l’écriture –, au profit d’une histoire précoloniale ou ancienne plus valorisante. La Préhistoire en tant que telle n’existe tout simplement plus. Sa présence dans les programmes, en dépit de tout, n’a jamais été consolidée, ni par des moyens de recherche, ni par le recrutement d’un personnel enseignant plus qualifié.

51Encore aujourd’hui au Cameroun, il n’existe pas de politique de l’archéologie. Les activités de recherche et de fouilles ne figurent dans aucun programme gouvernemental et ne bénéficient d’aucune subvention des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, ou de la Culture. Seules les universités disposent de sections d’archéologie mais elles sont dépourvues d’infrastructure scientifique et de budget qui leur permettraient de mener des opérations sur le terrain.

Haut de page

Bibliographie

Anta Diop, C. 1954. Nations nègres et culture : de l’Antiquité nègre égyptienne aux problèmes culturels de l’Afrique noire d’aujourd’hui. Paris, Présence Africaine, 392 p.

Bayle des Hermens, R. de. 1981. « Prospections et fouilles archéologiques en République centrafricaine », Leba, 4, Estudos de Pré-Historica e Arquelogia. Junta de Investigacoies cientificas do Ultramar, Lisboa, 50 p. 

Brunet, M. 1997. « Origine des hominidés : East Side Story West Side Story…», Géobios, M.S., 20 : 79-78.

Buisson, E. 1935. « La Préhistoire du Cameroun », Bulletin de la Société préhistorique française (Actes du Congrès préhistorique français de Périgueux), 32 : 182-183.

Clarck, J. D. 1994. « Digging on : A Personal Record and Appraisal of Archaeological Research in Africa and Elsewhere », Annual Review of Anthropology, 23 : xii + 23 p.

Clermont, N. 1978. « Les concepts de culture et de système en archéologie », L’Anthropologie, 82, 3 : 373-383.

Colette, J.R.F. 1929. « Le préhistorique dans le Bas Congo », Bulletin de la Société royale belge d’anthropologie et de Préhistoire, Séance du 25 février 1929 : 42-47.

Coppens, Y. 1983. Le singe, l’Afrique et l’Homme. Paris, Fayard, 148 p.

Cornevin, R. & M. Cornevin. 1964. Histoire de l’Afrique des origines à nos jours. Paris, Payot, 422 p.

Cureau, A. 1912. Les sociétés primitives de l’Afrique équatoriale. Paris, A. Colin, 420 p.

Gran-Aymerich, É. 2001. « L’archéologie française à l’étranger. Médi-terranée, Afrique et Proche-Orient (1945-1970). Vers un nouvel équilibre », La Revue pour l’histoire du cnrs, Dossier : Des laboratoires à l’étranger, 5 : mis en ligne le 20 juin 2007, consulté le 11 octobre 2011. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/3402 http://histoire-cnrs.revues.org/3402?&id=3402

Griaule, M. 1943. Les Sao légendaires. Paris, Gallimard, 173 p.

Lebeuf, J. P. & A. Lebeuf. 1977. Les arts des Sao. Paris, Chêne, 205 p.

Leroi-Gourhan, A. & J. Poirier. 1953. Ethnologie de l’Union française, t. 1. Paris, Presses universitaires de France, 484 p.

Loumpet, G. 1987. Éléments de synthèse pour un cadre paléoclimatologique et paléoécologique quaternaire au Cameroun. Première approche d’une industrie lithique ancienne dans les dépôts alluviaux de Biti en Haute-Sangha (Est-Cameroun - Ouest-RCA), Thèse de doctorat de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 362 p.

Loumpet, G. 1997. « The teaching and Transmission of Archaeology in a national Museum », in : C. D. Ardouin (éd.), Museums and Archaeology in West Africa. Washington / Oxford, Smithsonian Institution Press /James Currey : 134-141.

Pommeret, Y. 1965. Civilisations préhistoriques au Gabon. Vallée du Moyen-Ogoué. Notes préliminaires à propos du gisement lupembien et néolithique de Ndjolé, t. 2. Libreville, Centre culturel français Saint Exupéry (Mémoire de la Société préhistorique et protohistorique du Gabon), 45 p.

Roumeguère-Eberhardt, J. 1990. Dossier X : Les Hominidés non identifiés des forêts d’Afrique. Paris, Robert Laffont, 213 p.

Shepherd, N. 2002. « The Politics of Archaeology in Africa », Annual Review of Anthropology, 31 : 189-202.

Soustelle, J. 1975. La recherche française en archéologie et anthropologie. Paris, La Documentation française, 120 p.

Stainier, X. 1899. L’âge de la pierre au Congo. Bruxelles, Imprimerie Charles Vande Weghe (Annales du Musée du Congo, Ethnographie, anthropologie, série III, t. I, fasc. I), 24 p.

Tricart, J. & A. Cailleux. 1965. Introduction à la géomorphologie climatique. Paris, Société d’Édition et d’Enseignement supérieur, 306 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Puit avec graviers minéralisés et outillage lithique, Biti, Est-Cameroun
Crédits Cliché G. Loumpet
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 2 
Légende Bifaces, site acheuléen de Biti, Est-Cameroun
Crédits cliché G. Loumpet
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 3
Légende Abris sous roche de Nda Akoa, séquences du néolithique à l’actuel, Centre-Cameroun
Crédits cliché G. Loumpet
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Germain Loumpet, « L’archéologie comme science coloniale en Afrique centrale équatoriale », Les nouvelles de l'archéologie, 126 | 2011, 9-14.

Référence électronique

Germain Loumpet, « L’archéologie comme science coloniale en Afrique centrale équatoriale », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 126 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1143 ; DOI : 10.4000/nda.1143

Haut de page

Auteur

Germain Loumpet

Université de Yaoundé I, Cameroun
gloumpet@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org