Navigation – Plan du site
Programmes régionaux

Un siècle de préhistoire en Mauritanie occidentale (1910-2010)

Robert Vernet
p. 122-128

Résumé

La Préhistoire de la Mauritanie occidentale a un siècle, mais ses progrès ont été contrastés. D'abord oeuvre de pionniers, elle s'est heurtée aux difficultés d'un milieu saharien souvent hostile, avant que les importants moyens de l'Ifan, dans les années 50, puis de l'IMRS, ne permettent de construire peu à peu un canevas cohérent à la Préhistoire régionale, dans son contexte paéloenvironnemental. On peut considérer qu'aujourd'hui toutes les périodes, depuis le plus ancien Paléolithique jusqu'au début de l'Histoire, ont été abordées, à défaut d'être connues précisément, à l'exception peut-être du Néolithique, particulièrement riche et abondant dans la région.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le cram-cram est une plante épineuse qui pousse au Sahel. La citation est traditionnellement attri (...)

1L’étude de la préhistoire mauritanienne est ancienne et se divise en séquences : le temps des pionniers jusqu’à la deuxième guerre mondiale ; le défrichement systématique des zones sahariennes par les chercheurs de l’Institut français d’Afrique noire (Ifan) de Dakar et Saint-Louis – le Sahel étant négligé car « le travail commence où finit le cram-cram1» –, jusqu’au début des années 1970 ; les avancées spectaculaires dans l’ouest (Banc d’Arguin, Inchiri) et l’est (dhar Tichitt) des années 1970-1980, grâce à l’Institut mauritanien de recherches scientifiques (Imrs) ; enfin, les programmes récents ou actuels en Adrar, à l’ouest et au sud-est de la Mauritanie, dont certains sont toujours en cours.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de la Mauritanie occidentale

Les pionniers

2C’est à Port-Étienne, au nord, que naît la préhistoire mauritanienne : sur plus de 10 000 objets qu’elle a récoltés dans la presqu’île du Cap blanc de 1909 à 1912, Alice Crova en publie quelques centaines. Les fonctionnaires coloniaux ou les voyageurs qui sillonnent les autres régions du pays publient peu à peu les premières notes relatives à l’archéologie du pays. Le plus célèbre d’entre eux est Théodore Monod, qui, à l’issue de son premier séjour africain à Port-Étienne, se rend à Saint-Louis par le littoral, fin 1922. Il parcourt l’Adrar en 1934, découvrant les exceptionnels gisements paléolithiques de Tazazmout et d’el Beyyed puis, au sud-est, les dhars Tichitt-Nema. Cette première époque s’achève en 1936 par la création de l’Ifan, dont T. Monod sera le directeur de 1938 à 1964.

3Géographiquement, le Sahara « occidental », espagnol jusqu’en 1975, appartient au même ensemble préhistorique que la Mauritanie. Les premiers travaux sur la région remontent au début du siècle, mais c’est l’ouvrage de J. Martínez Santa Olalla, El Sahara español anteislámico, dont les planches (sans le texte) son publiées en 1944, qui est longtemps resté un des rares socles pour la connaissance de cet espace.

Fig. 2

Fig. 2

L’amas coquillier du cap Timiris a – La première représentation (Gruvel & Chudeau 1909, vol. 1, pl. 1) ; b – D’après Google Earth, 2010

L’Institut français d’Afrique noire (1945-1973)

4L’exploration scientifique soutenue du pays débute en 1945, privilégiant certaines régions (Adrar, dhar Tichitt) et certains thèmes (Paléolithique, art rupestre, monuments funéraires, chars, métallurgie du cuivre…). Les années 1950-1970 sont l’âge d’or de l’Ifan : missions et publications se multiplient. Elles sont le fait à la fois de chercheurs et d’amateurs, militaires comme H. Bessac ou civils, dont les rapports formeront souvent la base des travaux ultérieurs. Les géologues, très présents sur le terrain, jouent un rôle central (Biberson, Daveau, Faure, Élouard, Hebrard, Trompette, Chamard…). R. Guitat recense les sites et les cartographies tandis que des travaux reprennent au Sahara occidental. H. Lhote publie les gravures rupestres d’Aouineght près de Bir Moghreïn en 1957, T. Monod Majabat el Koubra en 1958. R. Mauny, chef de la section d’archéologie de 1947 à 1962, s’intéresse au Paléolithique de l’Adrar et de la Mauritanie occidentale, aux villages néolithiques des dhars Tichitt et Oualata, aux gravures et aux peintures rupestres, à la faune, etc.

5Quelle est l’image de la préhistoire mauritanienne façonnée par ces chercheurs français ?

  1. Les premiers travaux sur les paléoenvironnements montrent l’importance de l’étude des relations entre les occupations néolithiques et les paléoclimats.

  2. La représentation des périodes anciennes est contrastée : l’Acheuléen est très présent, en particulier dans l’Adrar ; le Paléolithique moyen est discret, au contraire de l’Atérien qui lui succède ; le Paléolithique récent et l’Épipaléolithique sont à peine devinés.

  3. Le Néolithique est surtout connu par des récoltes d’objets et par son art rupestre (Mauny 1954). Cependant, de grands ensembles émergent, comme la culture de Tichitt ou les amas coquilliers du littoral. Le radiocarbone commence à conforter la chronologie.

  4. N. Lambert précise en 1975 le Chalcolithique d’Akjoujt en fouillant la grotte des Chauve-Souris, avant qu’elle ne soit détruite par une mine de cuivre.

L’Institut mauritanien de recherches scientifiques

6Les deux grands programmes lancés à la création de l’Imrs (1974) et financés par le ministère français de la Coopération concernent le sud-est du pays : l’un porte sur l’étude des villages néolithiques construits près de Tichitt ; l’autre concerne la fouille des villes sahéliennes historiques de Tegdaoust et de Koumbi Saleh.

7De nombreuses missions sont menées dans l’Adrar et sur le littoral atlantique, en particulier au Banc d’Arguin : au début des années 1970, N. Petit-Maire y mène deux campagnes, l’Ifan et l’université de Dakar s’investissant dans le sillage de P. Élouard et L. Hébrard (1978). Bien entendu, les découvertes fortuites continuent. Elles sont fréquemment le fait du personnel expatrié des mines de fer du nord, qui se livre souvent en toute impunité au pillage mais, parfois, rétrocède ses trouvailles aux institutions mauritaniennes en charge du Patrimoine (voir le musée de Fderick). On insistera sur un échec majeur : l’exceptionnel site acheuléen en stratigraphie d’Hammami-la-Défense, à l’est de l’Azrag, n’a jamais été fouillé.

8Ces différents programmes aboutissent à la reconnaissance de provinces archéologiques et d’ensembles locaux sur tout le territoire. C’est le cas du nord de l’Adrar, des dhars Tichitt et Oualata, du Banc d’Arguin et plus généralement des amas coquilliers du littoral atlantique. L’ensemble des résultats connus en 1983 conduit à la synthèse de R. Vernet, éditée en 1993. Le bilan qui peut alors être dressé s’appuie sur près de 250 datations archéologiques et 200 datations paléoenvironnementales, avec une majorité d’analyses sur des coquilles marines en provenance des amas littoraux. Si le Paléolithique n’est toujours référencé que par des listes de sites et quelques rares illustrations, le Néolithique commence à présenter une certaine cohérence. Cependant, de vastes espaces restent peu connus dans le nord, le centre et le sud du pays, dont la rive nord du fleuve Sénégal. L’Adrar, complètement pillé, est une des régions les plus mal loties, à l’exception du Paléolithique et des rupestres. Les séquences chronologiques des paléomilieux holocènes, dont l’importance est cruciale pour l’évolution de la présence humaine, sont mises en place.

9Le début de la décennie 1980 marque cependant une rupture liée à l’effacement d’une génération (T. Monod, R. Mauny, N. Lambert, H. Hugot, L. Hébrard, P. Élouard, J. Devisse). Parallèlement, le ministère français de la Coopération cesse de soutenir des projets lourds (Tegdaoust et Tichitt sont abandonnés) et diminue peu à peu son aide à l’Imrs.

Les grands programmes des décennies 1990-2010

10Les années 1990-2010 sont marquées par la réalisation de travaux importants – thèses de M.S. Bathily (1992), M. Ould Khattar (1995), J.-F. Pasty (1998) – et par la renaissance de programmes ambitieux, le plus souvent cofinancés par la France, l’Imrs et le Parc national du Banc d’Arguin (Pnba).

En Mauritanie occidentale

11R. Vernet œuvre sur le littoral atlantique dans le cadre de deux grands projets successifs, qui ont considérablement augmenté les données et sont en cours de publication.

12a) Le « projet Khant » (2001-2005), financé par le ministère français des Affaires étrangères, étudie, à partir des données archéologiques et paléoenvironnementales, l’évolution du peuplement humain de l’Holocène ancien à l’époque médiévale, sur le littoral et dans les régions occidentales. Les principaux axes de recherche sont : la compréhension des amas coquilliers ; l’occupation néolithique sahélienne – un Sahel d’une grande mobilité en latitude ; la recherche des ensembles humains assurant la transition entre le Néolithique et l’Histoire, en particulier sur le fleuve Sénégal ; la construction d’un atlas archéologique, à la fois spatial et chronologique.

13Au Banc d’Arguin, de nombreux sites ont été étudiés. Autour et au sud de Nouakchott, les recherches ont débuté après la sécheresse des années 1970 qui a fait apparaître d’innombrables sites néolithiques. Les connaissances sur l’Inchiri, le Trarza, les environs de Nouakchott et l’Aftout es Saheli ont été renouvelées. Dans ces deux régions, les inventaires sont à peu près définitifs à défaut d’être exhaustifs, les corpus de dates radiocarbone conséquents, le matériel analysé, les cultures positionnées. Bien que d’un maniement délicat, une nouvelle approche paléoenvironnementale fondée sur les informations apportées par les carottes marines prélevées en face du littoral saharien a commencé à être intégrée.

  • 2  Aucune stratigraphie d’envergure n’est connue en Mauritanie, où le sable est omniprésent. On ne pe (...)

14Le problème est évidemment que, du pied de l’Adrar au delta du Sénégal – insuffisamment étudié du côté sénégalais –, et de la région de Boutilimit à l’Atlantique, le champ de la recherche est immense. Il faudra encore du temps pour en tirer tous les enseignements, d’autant que des fouilles doivent encore être faites dans les amas coquilliers2.

  • 3  Projet d’approfondissement des connaissances scientifiques de l’écosystème du golfe du Banc d’Argu (...)

15b) Le projet « Pacoba3 » est financé depuis 2008 par la France au titre de la coopération dans le cadre d’un partenariat entre le Pnba, l’Institut mauritanien des recherches océanographiques et des pêches (Imrop), l’université de Nouakchott et des universités européennes. L’étude des constructions littorales et des amas coquilliers, étroitement liés pendant cinq millénaires (entre 5800 et 500 avant notre ère / – 7800 et – 2500 cal BP), est en passe de déboucher sur une description extrêmement détaillée des littoraux successifs de la côte atlantique nord et de leur occupation ancienne. Les résultats, encore très partiellement publiés (Vernet 2007), sont spectaculaires, en particulier en ce qui concerne la cartographie du rivage et la chronologie désormais étayée par un corpus considérable de datations radiocarbone.

16Le fleuve Sénégal – Il est évidemment illogique de séparer les rives nord et sud du fleuve, même si la géologie, la sédimentologie et la topographie en font souvent des entités différentes. Sur la rive sénégalaise, des inventaires et des fouilles archéologiques donnent une idée assez précise de la période charnière entre préhistoire et histoire dans la moyenne vallée et le delta, au Ier millénaire avant notre ère. Par contre sur la rive mauritanienne, les informations sont beaucoup plus rares (90 dates 14C au sud, 2 au nord) et se limitent pour l’essentiel à un inventaire des sites historiques et métallurgiques, mené à bien grâce à D. Robert-Chaleix (Vernet & Georis-Creuseveau 2005).

17On peut donc affirmer que les projets Khant et Pacoba ainsi que les travaux sur le fleuve représentent une première dans l’histoire de l’archéologie mauritanienne : l’inventaire d’une région entière riche d’environ 5 000 sites est en voie d’achèvement, la chronologie culturelle est établie avec 330 dates radiocarbone, les industries ont été décryptées en dépit du pillage, et 400 dates ont précisé le cadre paléoenvironnemental.

Dans le nord du pays

18La thèse de J.-F. Pasty (1998 ; voir aussi Pasty 1999) évoque un aspect très technique de l’Atérien de la région de Zouerate, mais l’auteur n’a pu entreprendre de nouvelles prospections dans la zone.

En Adrar

19Deux projets aux destins différents ont été menés. Pour le Paléolithique ancien, l’étude des galets aménagés du Richat, supervisée par H. de Lumley, n’a pour l’instant abouti à aucun résultat tangible. L’Acheuléen d’el Beyyed a malheureusement été presque entièrement pillé dans l’indifférence générale.

  • 4  L’objectif d’une campagne sismique est d’obtenir une première image du sous-sol que l’on envisage (...)
  • 5  Pour le moment, les différentes compagnies qui mènent la plupart des explorations minières, pétrol (...)

20Entre 2006 et 2009, la compagnie pétrolière Total a mené entre Adrar et Tagant une campagne sismique4 dans une concession de 60 000 kilomètres carrés du bassin de Taoudenni, dans un milieu inhabité et difficile d’accès. Un projet de conservation et de valorisation du patrimoine archéologique conduit sous la direction de l’Irms a accompagné le programme d’exploration pétrolière : pour prévenir toute destruction de site, 3 500 kilomètres de lignes sismiques – et autant de pistes techniques – ont été prospectés. Le cahier des charges, très exigeant, était une première dans le pays5 et allait bien au-delà des possibilités des campagnes archéologiques traditionnelles ; il a pu être tenu grâce à l’appui logistique de Total.

21Les résultats sont remarquables, avec près de 3 000 sites archéologiques, 350 paléolacs dont une trentaine remonte au Pléistocène, et une chronologie du Néolithique précisément établie sur 29 datations. Le bilan est double : émergence d’une région archéologique d’environ 100 000 kilomètres carrés jusqu’alors méconnue ; mise en évidence, au Néolithique, d’un mode d’occupation de l’espace adapté à un milieu très particulier qui ne permettait pas, sauf dans certaines conditions climatiques et contrairement aux régions voisines, une présence humaine importante et structurée. Une nouvelle province archéologique est née : il n’y a plus, sur la carte de la Mauritanie préhistorique, d’empty quarter. Les régions voisines, au nord-est et au sud, tout aussi désertiques et d’accès difficile, n’auront peut-être pas la chance de faire l’objet d’autant d’attention…

Au-delà des frontières septentrionales

22Le Sahara occidental, très peu étudié à l’époque coloniale, a été ensuite confronté à l’insécurité politique. Les publications sont rares dans les années 1970 : Ortlieb (1975) et Petit-Maire (1979) ou, concernant l’art rupestre, les articles et ouvrages de Milburn, Nowak et Ortner, Pelicer et Acosta. Il faut ensuite attendre la fin des années 1990 pour que des recherches reprennent dans le bassin de Tarfaya (Riser 1996), à Es-Smara pour les rupestres (Al-Khatib, Rodrigue & Ouachi 2009), dans la haute Seguiet el Hamra, avec les équipes anglaise de N. Brooks et espagnole de N. Soler Masferrer et J. Soler i Subils (voir Soler i Subils 2007), et au sud-est (Saenz de Buruaga 2008). Les résultats manquent encore de cohérence et souffrent de l’absence de datations, mais ils apportent un éclairage nouveau sur des régions au statut disputé et très peu fréquentées en raison de leur difficulté d’accès.

Projets thématiques

23Transversalement à ces projets régionaux, nous avons tenté, en collaboration avec J.-F. Saliège pour la chronologie radiocarbone, A. Gallin pour la céramique, et J.-P. Barusseau pour les paléoenvironnements littoraux, de rassembler un maximum de données pour les synthétiser. Il en va de même pour la période du cuivre d’Akjoujt dans la première moitié du Ier millénaire avant notre ère.

24Dans un pays où le pillage, parfois total, et la rareté fréquente de matière première lithique ont réduit l’industrie en pierre à peu de choses, la poterie est un fossile directeur primordial. Une quantité innombrable de tessons et plusieurs milliers de céramiques entières ou reconstituées par le dessin donnent une image unique des quatre millénaires du Néolithique et de la protohistoire régionale.

25La céramique a un autre intérêt : lorsqu’elle est fabriquée avec un dégraissant végétal, elle peut être datée au radio-carbone avec une précision et une fiabilité totale. J.-F. Saliège (laboratoire Locean, Paris-VI) a ainsi daté une soixantaine de tessons, tandis que d’autres laboratoires fournissaient 50 dates dont certaines, anciennes, sont peu précises. Cet ensemble, unique dans le Sahara, a permis des avancées exceptionnelles dans la chronologie culturelle, car ces tessons ont été choisis pour les informations de forme et de décor qu’ils apportent sur le groupe qui les a fabriqués. Ces dates ont, en particulier, achevé de construire le cadre culturel du Néolithique de la Mauritanie occidentale – cadre élargi au sud de l’Adrar, où 29 dates 14C ont quadruplé le nombre de celles connues dans la région…

26L’évolution climatique est également un chantier fondamental. Les paléoclimatologues se sont surtout intéressés aux informations liées aux épisodes pluvieux du Sahara. Les très nombreuses datations sur Anadara senilis et autres espèces de coquillages marins forment un corpus sans égal sur les épisodes climatiquement favorables du littoral atlantique. Les diatomites des paléolacs (fig. 3) ont fourni de nombreuses dates sur les époques où ceux-ci étaient en eau. Malheureusement, les informations sur les diatomites elles-mêmes, si variées, ont trop peu été extraites. Il en va de même pour les charophytes, les ostracodes et les pollens. Cependant, des sondages plus ambitieux dans certains paléolacs ont apporté, dans le passé ou récemment, des résultats importants. Voir par exemple dans l’Adrar : Chamard 1973, Lezine 1993, Riser & Sylvestre 2003, Trompette & Manguin 1972 ; à Tichitt : Hugot 1977 ; dans le Hodh, le Brakna et le Trarza : Miskovsky, Saos & Bonkel 1991 ; sur le fleuve Sénégal, les thèses déjà anciennes de Michel (1973), ou Monteillet (1986).

27Depuis quelques années, les sédiments provenant de carottes marines font l’objet d’études physico-chimiques, palynologiques, minéralogiques et organiques de plus en plus poussées. Elles permettent d’accumuler une documentation énorme sur l’évolution climatique, tant marine (température de l’eau, salinité, upwelling, courants…) que terrestre, en travaillant sur les particules sédimentaires apportées par le vent, le ruissellement ou les rivières du proche continent. Les nombreuses données déjà connues sont d’un maniement très délicat mais elles dessinent progressivement une chronologie paléoclimatique de plus en plus complète qu’il devient peu à peu possible de comparer et de corréler avec l’évolution terrestre.

28Les renseignements sur les périodes arides sont bien plus rares. Dans les « creux » laissés par les informations sur les périodes humides, se glissent des datations sur tests d’œuf d’autruche et sur coquilles marines de Donax rugosus, spécifiques d’un milieu littoral désertique. Quant aux sables, datés par luminescence stimulée optiquement (Osl), ils donnent des dates directes sur les épisodes arides.

Fig. 3

Fig. 3

Au croisement des paléomilieux et de l'archéologie. Au nord-est de Nouakchott, il y a un peu plus de 6 000 ans, des éléphants et des hippopotames ont laissé leurs traces dans la diatomite du lac de Nouadhfat. Des hommes les ont chassés, ainsi que le crocodile et une faune terrestre sahélienne. Ils ont aussi pêché – en particulier au harpon – des espèces de poissons que l'on trouve aujourd'hui dans le fleuve Sénégal

Photo Robert Vernet

Une image de la préhistoire mauritanienne en 2010

29L’état des lieux, un siècle après les premières publications, manque encore de cohérence mais il s’en dégage une impression générale : la Mauritanie a été toujours été tributaire du climat régional – saharienne lors des épisodes arides, plus ou moins sahélienne lors des périodes humides. Les transitions ont dû souvent être courtes, occasionnant la disparition rapide des ensembles humains qui se réfugiaient sur les marges nord et sud du désert lorsque cela s’avérait nécessaire. Le pays a été très anciennement peuplé, sans aucun doute avant l’Acheuléen ; pendant celui-ci, tout le territoire a été occupé ainsi que les pays voisins, hormis les zones dépourvues de matière première lithique. Les différentes périodes du Paléolithique semblent toutes représentées, la toute dernière, l’Épipaléolithique de Foum Arguin, datant même de l’Holocène ancien.

30Mais c’est bien entendu le Néolithique qui est le mieux connu. Plusieurs régions restent cependant très désavantagées : le nord, le bassin de Taoudenni sauf le bloc pétrolier de Total, les Hodh à l’exception de la zone de Oualata-Nema, le Tagant, l’Assaba, le Guidimaka, le Brakna et la rive nord du fleuve Sénégal. Pour les autres régions, on dispose aujourd’hui d’un canevas cohérent. L’ancienneté de la présence néolithique, marquée en général par la céramique puis par l’élevage, se situe sans doute après l’épisode aride de – 6000 (8000 cal BP), les groupes humains réoccupant un territoire retourné au désert à partir des marges, voire de quelques zones refuges comme le baten et les vallées de l’Adrar ou du Tagant. La chasse et la cueillette sont progressivement supplantées par l’élevage mais, sur le littoral atlantique, la récolte des coquillages marins et la pêche à pied constituent un apport essentiel de nourriture. La pêche en eau douce est largement attestée aux époques les plus pluvieuses ou dans les lacs occupant les dépressions.

31Replis et expansions sont rythmés par les cycles climatiques, ce qui engendre une grande diversité culturelle. Si l’ensemble le plus spectaculaire est celui de la « culture de Tichitt » malheureusement très inégalement étudiée, le dhar Tichitt ayant été abandonné à son sort, c’est en Mauritanie occidentale que les connaissances sont les plus avancées même si tout est loin d’avoir été publié, en particulier sur les plaines intérieures et le sud-ouest atlantique. Les récents progrès dans le sud de l’Adrar sont dus à la collaboration conjoncturelle entre pétroliers et archéologues.

32En l’état actuel des connaissances, le Néolithique a connu un double apogée, le premier entre 4250 et 3150 (6250-5150 cal BP), le second entre 2200 et 1150 avant notre ère (4400-3150 cal BP), avec un glissement général vers le sud dû à l’aridification progressive, les éleveurs, en particulier, suivant le mouvement des isohyètes annonciatrices du Sahel. Mais à chaque épisode pluviométrique favorable, les hommes ont regagné les grands espaces : ainsi à l’époque des chars, vers – 700 (vers 2700 cal BP), élevaient-ils toujours des bœufs et des chevaux dans la région de Bir Moghrein et au nord de l’Adrar, à El Rhallaouiya, tandis que la faune sauvage comprenait encore des girafes et des éléphants (Lhote 1957 ; Vernet 1996).

  • 6  On rappellera que nous ne savons presque rien, non plus, du Néolithique dans le Sud mauritanien, a (...)

33Il y a 3 800 ans le paysage humain était donc contrasté ; éleveurs et chasseurs fréquentaient les grands espaces du nord et de l’est ; les pêcheurs du littoral atlantique bordé d’amas coquilliers sur des centaines de kilomètres étaient sans doute aussi, pour la plupart, éleveurs dans les plaines sableuses de l’intérieur ; sur les plateaux et dans les vallées de l’Adrar, du Tagant et de l’Assaba, les innombrables pièges à eau géomorphologiques et topographiques favorisaient le peuplement ; les 400 villages de pierre et tous les autres, aux constructions plus fragiles, appartiennent à la culture de Tichitt qui, pendant un millénaire et demi au moins, occupa un immense espace, des confins de l’Adrar – où elle a été identifiée récemment – à la frontière malienne, voire plus au sud, vers Kobadi. Certains de ces villages comportaient plusieurs centaines de concessions, soit des milliers d’habitants. On ignore tout de la culture de Tichitt dans les Hodh mais on trouve chez les « antiquaires » des armatures de flèche et d’autres outils en pierre qui impliquent forcément une présence des hommes de Tichitt dans ces immenses zones dunaires. L’agriculture du mil est née ou est apparue dans cette région, entre dhars et fleuve Niger (MacDonald et al. 2009)6.

  • 7  Encore qu’il est présent sur le fleuve, à Walaldé, vers 800-550 avant notre ère, de même que la cu (...)

34La fin du Néolithique se dessine également, avec le repli généralisé sur le Sahel, au sud d’une ligne Nouakchott-Tichitt-Oualata, et la transformation d’un mode de vie conjuguant le nomadisme avec une sédentarité au moins partielle – attestée par la surabondance de la céramique dans certaines régions – en un mode de vie saharien : le nomadisme des éleveurs se traduit par une réduction du cheptel bovin, l’augmentation des troupeaux de moutons et de chèvres, l’apparition du dromadaire ; les éleveurs et les caravaniers ont leurs points de chute dans les oasis occupées par des agglomérations d’agriculteurs. La métallurgie du cuivre, attestée par les mines d’Akjoukt entre – 900 et – 550 (vers 2900-2550 cal BP), puis celle du fer, qui n’est sans doute pas antérieure au début du Ier millénaire de notre ère (2000 cal BP)7, modifient en profondeur la société. Mais ce n’est que dans la seconde moitié de ce millénaire qu’apparaissent les prémisses des sociétés étatiques sahéliennes, avec les premières villes de la région comme Tegdaoust, Koumbi Saleh et sans doute, en Adrar, Azougui.

35« Conclure » serait téméraire car le démenti arriverait bien trop vite. Il semble bien plus important d’évoquer un projet qui nous tient à cœur, la nécessaire construction d’une base de données globale sur la préhistoire mauritanienne dont la documentation est totalement dispersée :

  1. un millier de références bibliographiques ;

  2. environ 2 200 références générales dans les cahiers d’enregistrements de l’Imrs. L’ensemble est conservé dans les réserves de ce même Institut, désormais notoirement trop petites et non fonctionnelles ;

  3. environ 480 dates radiocarbone archéologiques et 370 dates paléoenvironnementales, qui exigent une mise en perspective attentive ;

  4. des dizaines de milliers de dessins et de photos. Ces innombrables documents sont évidemment dispersés chez de nombreux chercheurs.

Haut de page

Bibliographie

Al-Khatib, A., A. Rodrigue & M. Ouachi. 2009. Gravures rupestres de la province d’Es-Smara.Rabat, Marsam, 253 pages.

Bathily, M. S.1992. « Néolithique moyen à final, littoral et continental d’un secteur saharien : le nord-ouest mauritanien (régions du Tijirit et de l’Agneïtir) », thèse, université Paris-1, 749 pages.

Chamard, P. 1973. « Monographie d’une sebkha continentale du sud-ouest saharien : la sebkha de Chemchane (Adrar de Mauritanie) », Bulletin de Ifan, série A, t. 35, no 1 : 207-248.

Deme, A. & S. K. McIntosh. 2006. « Excavations at Walaldé : new light on the settlement of the Middle Senegal valley by iron-using peoples », Journal of African Archaeology, vol. 4/2 : 317-347.

Hébrard, L. 1978. Contribution à l’étude géologique du Quaternaire du littoral mauritanien entre Nouakchott et Nouadhibou. Villeurbanne, université Claude Bernard - Lyon-1 (Documents des laboratoires de Géologie de la Faculté des sciences de Lyon, 71), 210 pages.

Hugot, G. 1977. Un secteur du Quaternaire lacustre mauritanien : Tichitt. Éléments pour servir à une étude géomorphologique. Paris, Imrs (Mémoires de l’Imrs, section préhistoire, 1), 190 pages.

Lambert, N. 1975. « Mines et métallurgie antiques dans la région d’Akjoujt », Annales Imrs, n° 1 : 6-25.

Lezine, A. M. 1993. « Chemchane, histoire d’une sebkha », Sécheresse, 4, 1 : 25-30.

Lhote, H. 1957. « Les gravures rupestres d’Aouineght. Nouvelle contribution à l’étude des chars rupestres du Sahara », Bulletin de l’Ifan, série B, n° 3-4 : 617-658.

MacDonald, K. C., R. Vernet, M. Martinón-Torres & D. Q. Fuller. 2009. « Dhar Néma : from early agriculture to metallurgy in southeastern Mauritania », Azania: Archaeological Research in Africa, 44/1 : 3-48.

Martínez Santa-Olalla, J. 1944. El Sahara español anteislámico. (Algunos resultados de la primera expedición paletnológica al Sahara, julio-septiembre, 1943) : Láminas. Madrid, Ministerio de Educación Nacional, Commisaría General de Excavaciones Arqueológicas (Acta arqueológica hispánica, 2), 235 pages.

Mauny, R. 1954. Gravures, peintures et inscriptions rupestres de l’ouest saharien. Dakar, Ifan, 92 pages.

Michel, P. 1973. Les bassins des fleuves Sénégal et Gambie. Étude géomorphologique. Paris, Orstom (Mémoires Orstom, 63), 3 tomes, 752 pages.

Miskovsky, J. C., J. L. Saos & A. Bonkel. 1991. « Paléohydrologie et paléo-climatologie des bassins endoréïques du sud de la Mauritanie depuis 18 000 BP », Bulletin de la Société géologique de France, t. 162, no 6 : 1141-1150.

Monod, T. 1958. Majabat el Koubra. Dakar, Ifan, 407 pages.

Monteillet, J. 1986. « Évolution quaternaire d’un écosystème fluvio-marin tropical de marge passive : environnements sédimentaires et paléoécologie du delta et de la basse vallée du Sénégal depuis environ 100 000 ans », thèse d’État, université de Perpignan, 264 pages.

Ortlieb, L. 1975. Recherches sur les formations plio-quaternaires du littoral ouest-saharien. Paris, Orstom (Mémoires Orstom, 48), 267 pages.

Ould Khattar, M. 1995. La fin des temps préhistoriques dans le sud-est mauritanien, Thèse, université Paris-1, 491 pages.

Pasty, J.-F. 1998. « Le Paléolithique moyen du Nord mauritanien », thèse de doctorat, université de Provence.

Pasty, J.-F. 1999. Contribution à l’étude de l’Atérien du Nord mauritanien. Oxford, J. & E. Hedges (Bar International series, 758), 224 pages.

Petit-Maire, N. (dir.). 1979. Le Sahara atlantique à l’Holocène. Peuplement et écologie. Alger, Sned (Mémoires du Crape, 28), 302 pages.

Riser, J. (dir.). 1996. Le bassin de Tarfaya (Maroc atlantique, 28º Nord). Paléoenvironnements, paléoanthropologie, préhistoire. Paris, L’Harmattan, 284 pages.

Riser, J. & F. Sylvestre. 2003. « Les formations lacustres à diatomées du Tamga (extrémité sud-est de l’Adrar de Mauritanie) », Quaternaire, 14, 3 : 197-202.

Sáenz De Buruaga, A. 2008. Contribution à la connaissance du passé culturel du Tiris, Sahara occidental : inventaire du patrimoine archéologique, 2005-2007.Vitoria-Gasteiz, Servicio central de publicationes del gobierno vasco, 454 pages (en français, basque, espagnol, arabe).

Soler i Subils, J. 2007. Les pintures rupestres prehistòriques del Zemmur (Sahara ocidental). Gérone, Documenta Universitaria, 688 pages.

Trompette, R. & E. Manguin. 1972. « Nouvelles observations sur le Quaternaire lacustre de l’extrémité sud-ouest de l’Adrar de Mauritanie », in : H. Hugot (éd.), 6e Congrès panafricain de préhistoire, Dakar, 1967. Chambéry, Les Imprimeries réunies de Chambéry : 498-504.

Vernet, R. 1993. La préhistoire de la Mauritanie.Nouakchott, Centre culturel français A. de Saint-Exupéry et Paris, Sépia, 427 pages.

Vernet, R. 1996. « Le site rupestre d’El Rhallaouiya (Adrar de Mauritanie) », Beiträge zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie,16 : 109-137

Vernet, R. 2007 (dir.). Le golfe d’Arguin de la préhistoire à l’histoire. Littoral et plaines intérieures. Nouakchott, Pnba (Collection Pnba, 3), 202 pages.

Vernet, R. & J. Georis-Creuseveau. 2005. « Mauritanie et Sénégal. Peuplement des régions littorales et occidentales : le “projet Khant” », in : P. Mongne (coord.), Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde.Paris, Maisonneuve & Larose, Adpf-Erc : 313-316.

Haut de page

Notes

1  Le cram-cram est une plante épineuse qui pousse au Sahel. La citation est traditionnellement attribuée à Théodore Monod lui-même.

2  Aucune stratigraphie d’envergure n’est connue en Mauritanie, où le sable est omniprésent. On ne peut guère espérer en trouver que dans la zone sahélienne, comme cela commence à être le cas dans la région de Nema.

3  Projet d’approfondissement des connaissances scientifiques de l’écosystème du golfe du Banc d’Arguin : composante géodynamique des environnements littoraux du Banc d’Arguin et occupations humaines depuis 7 000 ans. Conduit sous la direction de J.-P. Barusseau et de R. Vernet.

4  L’objectif d’une campagne sismique est d’obtenir une première image du sous-sol que l’on envisage d’exploiter. Elle permet de confirmer la présence d’une structure susceptible de contenir des hydrocarbures et, surtout, de prendre les décisions concernant l’intérêt et l’emplacement des forages.

5  Pour le moment, les différentes compagnies qui mènent la plupart des explorations minières, pétrolières ou autres n’ont pas appliqué ce protocole, ce qui a eu pour conséquence qu’aucun résultat scientifique n’a été obtenu.

6  On rappellera que nous ne savons presque rien, non plus, du Néolithique dans le Sud mauritanien, autour de Guidimaka et dans la vallée du fleuve Sénégal.

7  Encore qu’il est présent sur le fleuve, à Walaldé, vers 800-550 avant notre ère, de même que la culture du mil (Deme et McIntosh 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de la Mauritanie occidentale
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 2
Légende L’amas coquillier du cap Timiris a – La première représentation (Gruvel & Chudeau 1909, vol. 1, pl. 1) ; b – D’après Google Earth, 2010
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 3
Légende Au croisement des paléomilieux et de l'archéologie. Au nord-est de Nouakchott, il y a un peu plus de 6 000 ans, des éléphants et des hippopotames ont laissé leurs traces dans la diatomite du lac de Nouadhfat. Des hommes les ont chassés, ainsi que le crocodile et une faune terrestre sahélienne. Ils ont aussi pêché – en particulier au harpon – des espèces de poissons que l'on trouve aujourd'hui dans le fleuve Sénégal
Crédits Photo Robert Vernet
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Vernet, « Un siècle de préhistoire en Mauritanie occidentale (1910-2010) », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 122-128.

Référence électronique

Robert Vernet, « Un siècle de préhistoire en Mauritanie occidentale (1910-2010) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1034 ; DOI : 10.4000/nda.1034

Haut de page

Auteur

Robert Vernet

Préhistorien, chercheur au Centre inter-africain d’archéologie, professeur aux universités de Niamey et Nouakchott
robert.vernet@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org