Navigation – Plan du site
Programmes régionaux

Le néolithique du Maroc, 25 ans de coopération franco-marocaine

Évolution des concepts, bilan documentaire et perspectives de recherche
Jean-Pierre Daugas
p. 116-121

Résumés

On présente les étapes des travaux de terrain et de révision des collections anciennes qui ont presidé au développement des recherches conduites depuis 1980 dans le cadre de la coopération archéologique franco-marocaine en matière de Préhistoire récente (Epipaléolithique, Néolithique, Campaniforme et débuts de l’Age du Bronze). La révision des cadres stratigraphiques, l’obtention de nouvelles datations numériques, la sériation de nombreuses séries céramiques et la révision des cadres stratigraphiques ont conduit à une évolution des concepts fondant le passage aux économies de production et la succession des groupes culturels responsables des étapes successives du Néolithique marocain entre le VIIIe et la fin du IIIe millénaires avant notre ère. Le constat d’une lacune sédimentaire affectant les sites du Maroc septentrional au début de l’Holocène a conduit à mettre en evidence des témoins du Néolithique ancien dans l’aire péri-sharienne, sur les hauts plateaux atlasiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été écrit avec la collaboration de Fatima-Zohra Sbihi-Alaoui (Insap), Abdessalam Mikdad (Insap), Abdelaziz El Idrissi, étudiant-chercheur Insap (Rabat) puis conservateur du musée de la Kasbah(Tanger), Mohssine El Graoui, responsable du Centre national du patrimoine rupestre.

Texte intégral

  • 1 F.-Z. Sbihi-Alaoui : 1982-1985, fouille de Skhirat et programme « Nord » puis, 2003, programme « Ge (...)

1C’est en 1980, dans le cadre de la fouille de sauvetage de la nécropole néolithique de Skhirat initiée par le Service de l’archéologie du ministère des Affaires culturelles du Royaume du Maroc, que la Mission préhistorique et paléontologique française au Maroc (direction André Debénath jusqu’en 1990) a intégré des spécialistes de la Préhistoire récente dont l’activité s’est poursuivie, à compter de 1983, au sein de programmes spécifiques1.

2Il est rapidement apparu que la documentation disponible était disparate, de valeur scientifique variable et répartie de façon hétérogène au plan géographique : la péninsule tingitane, la Meseta côtière et les confins sahariens ont fait l’objet d’attentions particulières en raison de l’importance de l’implantation européenne d’une part, de l’intérêt de voyageurs étrangers et de l’activité de militaires érudits d’autre part. Les synthèses esquissées à compter des années 1950 (IIe Congrès panafricain, Alger, 1952 ; 1er Congrès archéologique du Maroc espagnol, Tétouan, 1953) souffrent du caractère inégal des données réunies et du faible intérêt porté aux niveaux holocènes ainsi qu’à leurs artefacts. Les datations numériques concernant le Néolithique et le Chalcolithique ne dépassent pas la centaine en 1985 et encore sont-elles entachées de nombreux biais méthodologiques relatifs aux supports, aux conditions de prélèvement et aux remaniements stratigraphiques. En outre, malgré quelques travaux pionniers (Camps-Fabrer 1966) et à l’exception notable des productions campaniformes aisément identifiables, la céramique n’est pas alors véritablement considérée comme un objet d’étude à même d’autoriser des attributions chronologiques ou de traduire des appartenances culturelles (Ruhlman 1947 ; Castillo 1954 ; Tarradell 1954 ; Camps 1955). Ce sont A. Jodin (1958), G. Bailloud (1964), M. Tarradell (1958a et b) et A. Gilman (1975) qui infléchiront cet état de fait en étudiant des séries céramiques conséquentes, le plus souvent issues de fouilles récentes, pour se livrer à des comparaisons régionales, avant de les étendre à l’échelle de la Méditerranée occidentale. Cependant, ces approches restent dépendantes de deux biais méthodologiques : d’une part le Maroc, comme d’ailleurs le reste du Maghreb, n’est pas considéré comme une aire d’innovation susceptible d’avoir généré des cultures spécifiques durant l’Holocène. Les ensembles reconnus ne sont regardés que comme des adaptations régionales de civilisations matérielles issues de Méditerranée orientale ou d’Europe : ainsi de l’Épipaléolithique ibéromaurusien (Pallary 1909) auquel le Capsien est adossé, du Cardial, du Campaniforme. D’autre part, le concept panafricain du Néolithique de tradition capsienne, conçu par R. Vaufrey dès 1933 (Vaufrey 1955), s’est érigé comme un obstacle intellectuel à l’identification de groupes régionaux spécifiques. Ainsi faut-il attendre le début des années 1960 pour que les travaux conduits dans le cadre du Centre de recherches anthropologiques préhistoriques et ethnologiques (Crape) d’Alger mettent en évidence une composante saharienne dans la définition du Néolithique d’Afrique du Nord (Hugot 1963 ; Camps 1969 ; Camps & Camps-Fabrer 1972).

3Dès 1985, le parti a été adopté de revisiter l’ensemble des sites archéologiques holocènes stratifiés au Maroc septentrional, tant dans la région de Rabat-Casablanca que dans la péninsule tingitane, en vue de retrouver les coupes, d’en discuter l’homogénéité, de les échantillonner à des fins de caractérisations naturaliste (sédimentologie, palynologie, paléontologie) ou archéologique et de datations numériques croisées (14C, T.L., Osl, racémisation des acides aminés), voire d’implanter des sondages de contrôle (Achakar, Tahadart, Ghar Kahal) ou d’entreprendre de nouvelles fouilles (Kaf that el Ghar, Kaf Boussaria). Dans la pratique il aura fallu une quinzaine de missions annuelles, d’une durée moyenne d’un mois, pour mener à bien ces travaux de terrain, inventorier et dessiner les collections anciennes (plus de 50 000 tessons), susciter et encadrer des travaux universitaires dans le cadre de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Insap Rabat), initier un programme de publication des fouilles récentes – qui n’en est encore qu’à ses prémices –, définir de nouvelles problématiques de recherche et déterminer de nouveaux axes de travaux sur le terrain.

4Tenter de reconnaître les étapes successives d’un processus de néolithisation au Maghreb a impliqué de tester successivement plusieurs modèles susceptibles de justifier l’émergence d’économies de production qui n’apparaissent pas simplement comme le produit d’une lente acculturation de l’Épipaléolithique, provoquée et prolongée par l’aridification progressive du Sahara et de ses marges à la fin de l’Holocène ancien. De même a-t-on progressivement intégré le fruit des sériations céramiques ainsi que les résultats des datations numériques obtenues sur des ensembles clos ou stratigraphiquement bien délimités (tabl. 1).

5Le concept de Néolithique acéramique, induit dès 1982, a été finalement écarté en 2002 au profit de celui du Néolithique ancien tellien (Nat), qui conjugue des caractères méditerranéens avec d’autres, probablement sahariens. En outre, les travaux de céramologie conduits par A. El Idrissi ont permis d’asseoir une sériation typo-chronologique du Cardial de la péninsule tingitane entre le Cardial initial, le faciès alborain et le faciès lusitano-marocain (El Idrissi 2001 ; Daugas & El Idrissi 2008a et b), (tabl. 1, sériation 2001-2008).

6La récente obtention de nouvelles datations numériques par Ams (Artémis, Laboratoire du radiocarbone de Lyon – Saclay, Ly-5593/SacA 12880 à Ly 5601/SacA 12888) sur des ossements de la nécropole d’El Kiffen (Dar Bouaza, province de Casablanca), fouillée de 1953 à 1962 (Bailloud et al. 1964), en place l’installation à la charnière des VIe et Ve millénaires et l’utilisation durant trois épisodes successifs (5300/5100 ; 4900/4700 et 4500/4400 avant notre ère). Le corpus céramique associé est caractérisé par des formes à fonds arrondis et parfois coniques, des urnes à col cylindrique et anses tubulaires externes, très souvent porteuses de décors au peigne et d’un engobe rouge interne et externe : sa place chronologique conduit désormais à rechercher pour cet ensemble, par ailleurs marqué de nets caractères sahariens (Daugas 2002 : 145-146, fig. 6 et 7), des parallèles parmi l’« Épicardial » ancien andalou (Olària de Gusi 1977 ; Guilaine, Manen, Vigne et al. 2007 : 35, fig. 16 et 316-317 ; Daugas, Lacombe & Raynal, publication en cours). Ce constat nous conduit désormais à proposer le concept d’un Néolithique ancien du Maroc atlantique méridional (Namam, tabl. 1, sériation 2010), qui traduit l’extension de la propagation du Cardial ancien sur le littoral marocain bien au sud de la latitude de Rabat (Daugas et al. 1989 : 683 ; Daugas 2002 : 140-141).

7La reprise des fouilles sur le site de Kaf that el Ghar (1989, 1994, co-direction Daugas-Mikdad. Daugas [dir.] et al., publication monographique en cours) a été l’occasion de préciser la succession stratigraphique initialement proposée par M. Tarradell et de reconnaître la succession suivante (Daugas et El Idrissi 2008: 790, fig. 2) :

  • Épipaléolithique (US 1029, Ly-7289 : 14467-13325 avant notre ère) ;

  • lacune sédimentaire (niveau palimpseste, cendrier horizon de cumul) ;

  • Néolithique ancien, phase initiale (US 1028, Rabat-66 : 8088-7445 avant notre ère ; et US 1027) ;

  • première occupation cardiale (US 1026, 1025, 1024, Rabat-65 : 6227-5669 avant notre ère) ;

  • seconde occupation cardiale (période 2, US 1020, 1021, 1006, 1005, 1018, 1009, Ly-3821 : 5221-4675 avant notre ère, puis période 3, US 1004) ;

  • Néolithique moyen et/ou récent, Campaniforme (US 1003, 1002) ;

  • protohistoire (US 1001).

8On notera que la domestication animale intervient tard : elle n’est pas antérieure à la seconde occupation cardiale (US 1020-1021, Caprinés) dans la péninsule tingitane et ne se développe de manière significative que durant la période cardiale 3 (US 1004, Suidés, Bovidés), (Ouchaou 2000). Les pratiques agricoles ne sont également attestées que de façon récente : engrain (Triticum monococcum) dans l’US 1018 (période cardiale 2) et amidonnier (T. dicoccum), froment, blé dur (T. aestivum/durum) ainsi que gesse ocre (Lathyrus cf. ochrus) en US 1039 (cendrier-horizon de cumul, Ly-971/OxA) : 5477-5078 avant notre ère, selon Ph. Marinval in Ballouche & Marinval 2001). Les mêmes observations ont été effectuées dans le site voisin de Kaf Boussaria (fouille El Idrissi, déterminations Ph. Marinval in Daugas & El Idrissi 2008b : 793, tabl. 4).

9Sur la base du constat d’une lacune sédimentaire systématique affectant l’ensemble du Nord marocain durant le début de l’Holocène (Daugas & El Idrissi 2008a et b), nous avons été conduits à rechercher, aux confins du Sahara, des remplissages principalement sous commande éolienne dont les stratigraphies présenteraient l’exhaustivité de la séquence néolithique (programme « Genémar », 2003-2005). Celles qui ont été observées et documentées en plusieurs points du bassin de Ghilen (commune de Talsint, province de Figuig ; Daugas et al. 2005) valident la succession suivante (tabl. 1, sériation 2010) :

  • Épipaléolithique. Voir Kérémien, vers 8000/8500 avant notre ère ;

  • Néolithique ancien (5500 avant notre ère, Artémis Ly-3003 et 3004/SacA-3307 et 3308) ;

  • Néolithique moyen (4300/4000 avant notre ère, Artémis Ly-3179/SacA-4520) ;

  • Bronze ancien (1900/1600 avant notre ère, Artémis Ly-3000/SacA-3304 et Ly-3550/SacA-5444).

10Nous proposons donc aujourd’hui le concept de Néolithique ancien des hauts plateaux atlasiques (Nahpa), succédant à l’Épipaléolithique kérémien et candidat au relais des influx sahariens en direction du Néolithique ancien tellien (Nat, tabl. 1, sériation 2001-2008) de l’Oranais. On retiendra l’association vraisemblable de ce Néolithique ancien régional avec des gravures rupestres monumentales du « style de Djattou » (publication collective en cours).

11Le Néolithique moyen/récent a été proposé dès 1982 en se fondant sur l’examen de la série mobilière issue de la nécropole de Rouazi à Skhirat (Daugas et al. 1989) ; en revanche, sa place chronologique réelle – vers 4200/4500 avant notre ère – n’a été acquise qu’en 2001 à la faveur de nouvelles datations sur collagène. La fouille de sauvetage de cette nécropole (1981-1984, co-direction Daugas - Sbihi-Alaoui) a permis de réunir la plus importante série céramique du Maroc (132 vases) complétée par trente haches polies, vingt poinçons, quatre tubes et huit lissoirs en os, cinq gobelets et deux bracelets en ivoire de défense d’éléphant (fig. 1), quatorze éclats de silex et une parure de plusieurs milliers de rondelles de test d’œuf d’autruche ; le tout réparti entre quatre-vingt-treize sépultures et huit dépôts de mobilier. En outre, trente-trois vases ou fragments de vases, quatre haches polies, une pointe de flèche et un vase monolithe en dolérite ont été découverts hors stratigraphie (Daugas 2002 ; Daugas [dir.] et al., publication monographique en cours. Étude anthropologique de J.-P. Lacombe). Le « groupe de Skhirat », essentiellement caractérisé par ses poteries à anses funiculaires à renfort interne et décors au peigne, apparaît donc lors d’une phase initiale du Néolithique moyen, sans doute issue d’une évolution du Néolithique ancien d’El Kiffen, tandis que son extension typologique (« style Skhirat ») et géographique (de la Meseta côtière à la péninsule tingitane) n’interviendra qu’ultérieurement, au cours du Néolithique moyen/récent (circa 3200/2500 avant notre ère).

12Parallèlement à ces travaux de redéfinition méthodologique et conceptuelle, une attention particulière a été portée à l’encadrement universitaire d’étudiants marocains par le co-responsable français des programmes successifs en cours. Ces mémoires ont également contribué à l’établissement du catalogue raisonné des séries et à l’établissement des sériations typochronologiques :

  • Mémoires de fin d’études du second cycle de l’Insap (Rabat) : Laadioui, Abdallah. 1991. « Étude de la céramique cardiale d’Achakar et de Kaf taht el Ghar dans le cadre de la néolithisation du Maroc », 165 pages. — Nejjar, Amina. 1991. « Contribution à l’étude des industries osseuses du Néolithique marocain. Exemples des sites de la grotte des Idoles et de Kaf taht el Ghar », 145 pages. — El Idrissi, Abdelaziz. 1992. « La céramique précampaniforme et campaniforme du Maroc. Étude des sites de Kaf taht el Ghar, Ghar Kahal, Achakar, Dar es Soltan I, et Rouazi-Skhirat », 91 pages. — Kaouane, Choumicha. 1992. « L’industrie osseuse de la nécropole de Rouazi à Skhirat », 152 pages. — Thiam, Elhadji Ibrahima. 1992. « Le Néolithique de l’Afrique de l’Ouest dans son cadre environnemental : essai de synthèse de l’histoire du paysage végétal », 230 pages.

  • Certificat des études supérieures de l’Insap (Rabat) : El Idrissi, Abdelaziz. 1994. « Le Néolithique au nord du Maroc. État de la question », 67 pages.

  • Thèse marocaines : Ouchaou, Brahim. 2000. « Les faunes mammalogiques holocènes des gisements du Nord marocain», thèse d’État, Université de Meknès, 369 pages. — El Idrissi, Abdelaziz. 2001. « Le Néolithique ancien du Maroc septentrional dans son contexte régional », thèse de l’Insap, 2 volumes, 415 pages.

  • Thèses françaises : Ballouche, Abelaziz. 1986. « Paléo-environnements de l’Homme fossile holocène au Maroc. Apports de la palynologie », thèse de doctorat de l’université de Bordeaux-I, 134 pages. — Ouchaou, Brahim. 1987. « Étude archéozoologique de trois sites holocènes du sud du Massif central », thèse de 3e cycle, université de Bordeaux-I, 330 pages. — Ousmoi, Mohamed. 1989. « Application de la datation par thermoluminescence au Néolithique marocain », thèse de l’université de Clermont-Ferrand-II, 125 pages.

13En conclusion on retiendra que, même si les termes du processus de néolithisation ne sont pas encore clairement définis au Maghreb occidental, l’on peut désormais considérer un certain nombre d’acquis déterminant, en retour, autant de problématiques pour les recherches à venir :

  • des groupes mésolithiques à hypermicrolithes (caractère élassolithique, voir Kérémien, Kristellien, Columnatien. Camps 1974) sont intervenus au Maroc oriental et dans l’Oranais jusqu’à la fin du IXe millénaire avant notre ère. On peut donc postuler une certaine remise en cause du monolithisme attaché aux concepts de Capsien et, partant, de Néolithique de tradition capsienne, créés par R. Vaufrey (voir supra). Le statut économique de ces groupes n’est pas encore déterminé mais on doit résolument écarter l’hypothèse d’un « Épipaléolithique avec poterie » (Lindstädter 2008 : 51-54, fig. 8-9) qui ne peut résulter que de mélanges issus de bio- ou d’anthropo-turbations au sein de niveaux palimpsestes ou d’horizons de cumul (Daugas & El Idrissi 2008: 803-807, fig. 12) ;

  • leur succède un Néolithique céramique, géographiquement différencié (Nat, Nahpa…), qui intègre des caractères propres à l’impressa méditerranéenne conjugués à d’autres qui apparaissent comme intrinsèquement sahariens. Apparaissent aussi des impressions au Cardium dont une révision des séries, anciennement ou plus récemment exhumées, révèle une fréquence inattendue dans l’Oriental marocain et dans le Sud oranais (travaux et publication en cours) ;

  • les prémisses qui ont fondé la mise en œuvre du programme « Genémar » – recherche de séquences sédimentaires holocènes continues aux confins sahariens ; existence d’un Néolithique ancien se développant sur un substrat épipaléolithique propre – se trouvent validées par les faits dans le secteur oriental des Hauts Plateaux de l’Atlas. Reste à caractériser ce Néolithique ancien, en particulier à travers ses productions céramiques, à fixer ses limites chronologiques hautes ainsi qu’à évaluer son rôle dans l’émergence et la caractérisation du Néolithique ancien tellien puis du Cardial alborain (à cet égard, une étude fondée sur la définition des dégraissants dans les différentes aires d’invention reste à initier). Il faudra aussi déterminer, dans un tel contexte, comment et à quel rythme se mettent en place domestication et agriculture ;

  • l’Épicardial ancien andalou a diffusé, dès le milieu du VImillénaire avant notre ère, le long du littoral marocain atlantique sur une distance de plus de 400 kilomètres au sud du détroit pour associer des caractères sahariens relayés par la Mauritanie (Daugas 2002 : 144-145) et engendrer un Néolithique ancien du Maroc atlantique méridional caractérisé à El Kiffen : là encore, le ré-examen de séries anciennes conduit à identifier des jalons sur cet itinéraire saharien (travaux et publication en cours). Reste à mettre en évidence les étapes de ce phénomène dans la péninsule tingitane, sur le littoral septentrional et sur la Meseta côtière, et à en préciser les liens avec le Cardial atlantique puis l’évolution vers le Néolithique moyen 1 du groupe de Skhirat.

14En dernier lieu, l’inventaire détaillé des découvertes, la sériation typo-chronologique et la discussion des caractères propres doivent aboutir prochainement pour ce qui concerne le Campaniforme et les premières productions métalliques au Maroc (Daugas & El Idrissi, travail et publication en cours).

Tabl. 1

Tabl. 1

Tableau synthétique rendant compte de l’évolution des problématiques et de la chronologie relatives à la séquence néolithique du Maroc

Fig. 1

Fig. 1

Nécropole néolithique de Rouazi à Skhirat : paire de bracelets en ivoire de défense d’éléphant pris dans une gangue sableuse. Néolithique moyen 1, ca. 4200-4500 avant J.-C.

(J.-P. Daugas del. 1986. Dao : C. Daugas 2007)

Haut de page

Bibliographie

Ballouche, A. & P. Marinval. 2001. « Aux origines de l’agriculture au Maghreb. Données archéobotaniques et palynologiques sur le Néolithique ancien du Maroc nord-occidental », in : 11e Congrès panafricain de préhistoire et disciplines assimilées, Bamako, Prétirages, 8 pages, 2 tableaux.

Bailloud, G. & P. Mieg De Boofzheim, avec la collaboration de H. Balfet et Ch. Kieffer. 1964. « La nécropole néolithique d’El Kiffen, près des Tamaris (province de Casablanca, Maroc) », Lybica, t. XII : 95-171, 19 figures, 8 planches photo hors texte.

Camps, G. 1955. « La céramique des monuments mégalithiques. Collection du musée du Bardo », in : Congrès panafricain de Préhistoire, actes de la IIe session, Alger (1952). Paris, Amg : 513-550, 7 figures, 6 tableaux, 2 planches hors texte.

Camps, G. 1969. Amekni. Néolithique ancien du Hoggar. Paris, Amg (Mémoires du Crape, 10), 230 pages, 55 figures, 32 planches.

Camps, G. 1974. Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara. Paris, Doin, 373 pages, 100 figures, 39 tableaux et 30 planches hors texte.

Camps, G. & H. Camps-Fabrer. 1972. « L’Épipaléolithique récent et le passage au Néolithique dans le Nord de l’Afrique », in : J. Lüning (dir.), Die Anfänge des Neolithikums vom Orient bis Nord europa, VII, Westliches Mittelmeergebiet und Britische Inseln. Cologne, Böhlau Verlag (Fundamenta, A, 3) : 19-59, 14 figures, 16 planches, 1 planche photo hors texte.

Camps-Fabrer, H. 1966. Matière et art mobilier dans la Préhistoire nord-africaine et saharienne. Paris, Amg (Mémoires du Crape, 5), 557 pages, 149 figures, 68 planches.

Castillo, A. del. 1954. « La cazuela de Dar-es-Soltan y su procedencia hispanica », in : Iercongresso arqueologico del Marruecos espanol. Tetuan (1953). Tétouan, s. n. : 163-170, 1 figure, 2 photos.

Daugas, J.-P. 2002. « Le Néolithique du Maroc : pour un modèle d’évolution chronologique et culturelle », Bulletin d’archéologie marocaine, XIX : 135-175, 12 figures.

Daugas, J.-P. & A. El Idrissi. 2008a. « Neolitico Antiguo de Marruecos en su contexto régional », in : J. Ramos, M. Zouak, D. Bernal &t B. Raissouni (éd.), Las ocupaciones humanes de la cueva de Caf that el Ghar (Tetuan). Cadix, Universidad (Coleccion de Monografias del Museo Arqueologico de Tetuan, I) : 63-91, 13 figures.

Daugas, J.-P. & A. El Idrissi. 2008b. « Le Néolithique ancien au Maroc septentrional : données documentaires, sériation typochronologique et hypothèses génétiques », Bulletin de la Société préhistorique française, 105, 4 : 787-812, 14 figures.

Daugas, J.-P., J.-P. Raynal, A. Ballouche, S. Occhietti, P. Pichet, J. Evin, J.-P. Texier & A. Debenath. 1989. « Le Néolithique nord-atlantique du Maroc : premier essai de chronologie par le radiocarbone », Comptes-rendus de l’Académie des sciences, Paris, 308, série II : 681-687, 1 tableau.

Daugas, J.-P., J.-P. Raynal, A. El Idrissi, M. Ousmoi, J. Faïn, D. Miallier, M. Montret, S. Sanzelle, T. Pilleyre, S. Occhietti & E.-J. Rhodes. 1999. « Synthèse radiochronométrique concernant la séquence néolithique au Maroc », in : J. Evin, C. Oberlin, J.-P. Daugas & J.-F. Salles (dir.), Actes du 3Congrès international « 14C et Archéologie », Lyon (1998), Mémoires d la société préhistorique française, XXVI et Revue d’archéométrie, supplément 1999 : 349-353, 2 tableaux.

Daugas, J.-P., M. Alouane, A. Ballouche, P. Chevet, C. Daugas, M. El Graoui, A. El Idrissi, B. Ouchaou & E. Pean. 2005. « Reconnaissance d’une séquence holocène inédite (stade 1, Epipaléolithique et Néolithique) au Maroc sud-oriental. Bassin de Ghilen, commune de Anoual, province de Figuig », in : Actes de la troisième rencontre des Quaternaristes marocains (RQM3), Paléoenvrionnements quaternaires et cultures préhistoriques du Maroc. Marrakech, 15-17 novembre 2005, prétirage : 27-28.

El Idrissi, A. 2001. Le Néolithique ancien du Maroc septentrional dans son contexte regional. Rabat, thèse Insap, 2 volumes, 415 pages, 174 figures, 54 tableaux.

Gilman, A. 1975. A later prehistory of Tangier, Morocco. Harvard, Peabody museum, American school of prehistoric research (Bulletin, 29) : 181 pages, 128 figures.

Guilaine, J., C. Manen & J.-D. Vigne (dir.) et al. 2007. Pont de Roque-Haute. Nouveaux regards sur la Néolithisation de la France méditerranéenne. Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, 332 pages, 134 figures.

Hugot, H.-J. 1963. Recherches préhistoriques dans l’Ahaggar nord--occidental, 1950-1957. Paris, Amg (Mémoire du Crape, 1), 206 pages, 58 figures, 24 planches photo hors texte, 1 dépliant.

Jodin, A. 1958. « Les grottes d’El Khil à Achakar, province de Tanger », Bulletin d’archéologie marocaine, III (1958-1959) : 249-313, 22 figures, 15 planches.

Lindstädter, J. 2008. « The Epipaleolithic-Neolithic-Transition in the Mediterranean region of Northwest Africa. Der Übergang vom Epipaleolitikum zum Neolithikum im mediterranen Nordwest-Afrika », Quartär, 55 : 41-62, 12 figures.

Olària de Gusi, C. 1977. Las cuevas de los Botijos y de la Zorrera en Benalmadena. Benalmadena, Edicion del Ayuntamiento : 33-82, 5 figures, V planches.

Ouchaou, B. 2000. Les faunes mammologiques holocènes des gisements du Nord marocain. Meknès, thèse d’État, 369 pages, 70 figures, 278 tableaux, XXI planches et VI tableaux hors texte.

Pallary, P. 1909. « Instructions pour les recherches préhistoriques dans le nord-ouest de l’Afrique », Mémoires de la société historique algérienne, III : 115 pages, 67 figures.

Ruhlman, A. 1947. « Un vaso campaniforme en Marruecos », Cuadernos historia primitiva, 2 : 124 sqq.

Tarradell, M. 1954. « Noticia sobre la excavacion de Gar Cahal », Tamuda, II : 344-358, 3 figures.

Tarradell, M. 1958a. « Caf that el Ghar, cueva neolitica en la region de Tetuan (Marruecos) », Ampurias, XIX-XX (1957-1958) : 137-166, 10 figures, 5 planches.

Tarradell, M. 1958b. « Sobre el neolitico del noroeste de Marruecos y sus relaciones », Tamuda, VI, 2 : 279-305.

Vaufrey, R. 1955. Préhistoire de l’Afrique, I. Maghreb. Paris, Masson (Publications de l’Institut des hautes études de Tunis, 4), 458 pages, 216 figures, 60 planches photo hors texte.

Haut de page

Notes

1 F.-Z. Sbihi-Alaoui : 1982-1985, fouille de Skhirat et programme « Nord » puis, 2003, programme « Genémar ». A. Mikdad : 1985-2000, programme « Néolithique du Maroc atlantique septentrional » et fouille du site de Kaf that el Ghar (1989-1994). Abdelaziz El Idrissi : 1991-2000, prospections dans la péninsule tingitane, fouilles des sites de Kaf Boussaria et de Kaf that el Ghar, programme « Néolithique du Maroc septentrional atlantique ». Mohssine El Graoui : 2003-2004, programme « Genémar ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. 1
Légende Tableau synthétique rendant compte de l’évolution des problématiques et de la chronologie relatives à la séquence néolithique du Maroc
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 1
Légende Nécropole néolithique de Rouazi à Skhirat : paire de bracelets en ivoire de défense d’éléphant pris dans une gangue sableuse. Néolithique moyen 1, ca. 4200-4500 avant J.-C.
Crédits (J.-P. Daugas del. 1986. Dao : C. Daugas 2007)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Daugas, « Le néolithique du Maroc, 25 ans de coopération franco-marocaine », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 116-121.

Référence électronique

Jean-Pierre Daugas, « Le néolithique du Maroc, 25 ans de coopération franco-marocaine », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1028 ; DOI : 10.4000/nda.1028

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Daugas

Conservateur général honoraire du patrimoine (archéologie), membre de la Mission préhistorique et paléonto-logique française au Maroc puis de la Mission archéologique française « Littoral » Maroc, co-responsable des programmes « Nord », « Néolithique du Maroc atlantique septentrional » et « Genémar »(Genèse du Néolithique du Maroc)
jeanpierre.daugas@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org