Navigation – Plan du site
Programmes régionaux

Prospections et sondages sur les littoraux oriental et sud-atlantique du Maroc

Abdeljalil Bouzouggar, Jacques Collina-Girard, Stéphanie Cravinho, Philippe Fernandez et Anabelle Gallin
p. 110-116

Résumés

Plusieurs campagnes de prospections, dans les régions de Berkane puis d’Essaouira (Maroc) ont permis la découverte de nouveaux sites de surface « atériens » et « ibéromaurusiens ». Des sondages dans deux grottes du littoral atlantique ont retrouvé ces niveaux culturels, dans les grottes du Cap Ghir (Agadir) et dans une autre nouvellement découverte à Bizmoune (Essaouira). Les fouilles envisagées dans la grotte de Bizmoune devraient nous renseigner sur les particularités de ces cultures préhistoriques encore mal connues le long des littoraux atlantiques et permettre des comparaisons avec les données obtenues sur les littoraux méditerranéens du Maroc.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Atérien, Berkane, Essaouira, Ibéromaurusien, Maroc

Index by keyword :

Aterian, Essaouira, iberomaurusian, Morocco
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fouillés par les équipes des Umr 5199 (Bordeaux-1) et Umr 7194 (Muséum d’histoire naturelle, Paris)
  • 2 Fouilles actuellement codirigées par l’Insap et l’Université d’Oxford.
  • 3 Initialement fouillée par Luc Wengler, Faculté des lettres et sciences humaines, Perpignan.

1La Préhistoire du Maroc a besoin d’un cadre biostratigraphique et de datations fiables pour se développer. Actuellement, seules sont disponibles les stratigraphies des sites des régions de Rabat1 et d’Oujda (grotte de Taforalt2et grotte du Rhafas3). Il était donc important de rechercher de nouveaux sites au Maroc, secteur clé du passage entre l’Afrique et l’Europe. C’est ainsi qu’a été mise en place une coopération franco-marocaine entre l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Insap, Rabat) et le Laboratoire méditerranéen de préhistoire, Europe, Afrique (Lampea, Umr 6636, Aix-en-Provence). Depuis 2001, plusieurs campagnes de prospection conduites d’abord dans la région de Berkane et de Saïdia (Maroc oriental) puis, de 2004 à 2008, dans la région d’Essaouira sur la côte atlantique marocaine, ont permis de localiser plusieurs sites signalés anciennement et d’en découvrir d’autres (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Localisation des deux régions prospectées et des grottes de Bizmoune et du cap Ghir

Préhistoire et géologie quaternaire dans la région de Berkane, dans la basse vallée de la Moulouya et dans le massif des Beni-Snassen (fig. 1)

Les recherches sur la préhistoire de la région de Berkane

2Au début du xxe siècle, le Dr Pinchon a signalé des sites datant de l’Acheuléen, de l’Atérien et de l’Épipaléolithique près d’Oujda. Plus au nord, lors d’une excursion dans les Beni-Snassen, il a trouvé, avec Joly, quelques silex taillés : « J’ai trouvé à Arhbal un silex à forme géométrique sur un mamelon à l’ouest du village. À Si-Mohamed-Ou-Berkan, en suivant l’oued en aval du camp, sur la rive gauche j’ai recueilli quelques silex (lames, grattoirs) d’une taille très fruste. Enfin à Aïn Taforalt, à 400 ou 500 mètres à l’est du camp, en suivant la rive gauche de l’oued formé par la source sortant au pied du camp, on trouve une grande grotte de plus de 30 mètres de hauteur, sur autant de largeur et de profondeur. Le sol est formé d’une terre noirâtre, différente du sol voisin. À part un nucleus pyramidal trouvé à une dizaine de mètres de l’entrée, je n’ai rien pu découvrir à la surface du sol. Un peu plus loin, dans une petite vallée transversale sur la gauche, j’ai trouvé deux autres grottes, où j’ai recueilli des ossements portant des traces de dents de carnassiers (hyènes et chacal) mais aucun silex » (Pinchon 1908 ; voir aussi Joly 1909). Le capitaine Lafanechère a effectué les premières prospections systématiques de l’immédiat après-guerre et a mis au jour dans une grotte à Si Ahmed Lahbib, un squelette humain, « l’homme de Berkane », qui s’est révélé de type moderne (Lafanechère 1949, 1956 ; Vallois 1949). Il signale, à quinze kilomètres à l’ouest de Berkane, au bord de l’oued el Khemis, un atelier paléolithique où sont mêlées industries « moustéro-atériennes » et industries ibéromaurusiennes, concluant à l’occupation de la région à l’Acheuléen, au « Moustéro-Atérien » et à l’Ibéromaurusien (Lafanechère 1950). Quelques pièces isolées lui font soupçonner le passage de populations plus récentes : une hache polie à Saïdia, une herminette à Madagh, une pointe de flèche à ailerons et à retouche plate au sud de Saïdia. Un dolmen, jamais retrouvé, aurait existé dans le même secteur. La décennie 1950-1960 est marquée par les premières fouilles de l’abbé Roche à Taforalt (Roche 1963).

La mission de janvier 2001

3Les recherches faites entre 1959 et 1963 ont servi de point de départ à une expertise régionale actualisée conduite en janvier 2001 dans la région de Berkane, Ahfir et Saïdia, pour établir les bases d’une carte archéologique régionale (Collina-Girard 1992, 2001). Trois secteurs géographiques, qui présentent chacun des caractères géologiques et archéologiques propres, ont été couverts par ces prospections :

  • les terrasses de la basse vallée de la Moulouya (cartes Triffa et Zaïo au 1/50 000) ;

  • les zones ravinées dans les argiles miocènes au sud de Saïdia (Oulad Mansour) (carte Triffa au 1/50 000) ;

  • le flanc nord du massif des Beni-Snassen (carte Martimprey du Kiss au 1/50 000) ;

  • le littoral à l’ouest de Ras Kebdana, au nord de la route de Nador (carte Triffa 1/50 000).

4Lors des prospections le long des rives de la Moulouya, les sites reconnus dans les années 1960 ont été retrouvés, et la richesse du secteur de Tiffert et de la rive droite de la Moulouya révélée. Les hautes terrasses indurées sont ici très riches en sites de surface typiques de la chrono-culture atérienne. Il s’agit d’ateliers de débitage où dominent nuclei et éclats de mise en forme des nuclei. Les outils recueillis sont typiquement atériens : racloirs, denticulés et pointes foliacées bifaces. Les matériaux, silex et quartzites, ont été prélevés parmi les galets de l’oued. Les gisements, répartis tout au long de la Moulouya jusqu’à la région Zaïo, sont très riches et très abondants sur la rive droite, beaucoup moins sur la rive gauche où les terrasses sont moins étendues.

5La zone des Oulad Mansour, au sud de la ville de Saïdia, est limitée au nord par la ligne de côte et, à l’est, par la frontière algérienne. Elle se termine par une ligne de falaise Est-Ouest, entaillée dans les affleurements d’argiles messiniennes à fossiles de grandes huîtres (Gryphea gryphoides, anciennemment Ostrea crassissima), qui domine la plaine littorale. Les prospections y ont confirmé la richesse en sites atériens et ibéromaurusiens déjà relevée dans les années 1960 et ont permis de retrouver les stations acheuléennes anciennement signalées (Collina-Girard 1992). Signalons qu’existe, au musée d’Archéologie de Rabat, un biface acheuléen étiqueté sans plus de précision : « Ouled Mansour ».

6La plaine littorale de la région de Saïdia apparaît très riche en sites plus récents inclus dans les formations dunaires : des accumulations de poteries islamiques associées à des ossements animaux et des concentrations de coquilles d’escargots ont été relevées tout au long du littoral. Il existe certainement des sites néolithiques dans ce secteur car un fragment de hache polie a été trouvé à l’ouest de cette zone, ce qui confirme la mention ancienne d’une hache polie trouvée sur une plage de Saïdia (Lafanechère 1949).

7Le flanc nord des Beni-Snassen, montagneux, est plus difficilement accessible mais les pistes sont en général bonnes dans les zones qui ont retenu notre attention, au sud d’Ahfir et au sud d’Aïn Regada. Le point de départ de ces prospections a été un petit abri fouillé en 1963 (Collina-Girard 1977 ; Collina-Girard & Laquay 1986 ; Collina-Girard et al., 1999). Plusieurs grottes et abris ont été visités dans les vallées de l’oued Aghbal et de l’oued Irougouane. L’abri de Aïn Aghbal est un site type (Collina-Girard 1977). Les grottes ne présentent jamais de remplissage très épais, un mètre au maximum. Certaines sont vides mais d’autres justifieraient des sondages car toutes présentent des traces d’industries atériennes sous les niveaux ibéromaurusiens : le contact entre ces deux cultures préhistoriques semble attesté dans la plupart de ces abris. Près de l’Aïn Aghbal, la grotte de Jorf el Hendia, plus haut perchée sur le même flanc de la vallée, est d'un intérêt archéologique certain car de nombreux outils en silex ont été retrouvés en contrebas et à la surface du remplissage. Malheureusement, elle sert actuellement d’étable à bovins et un sondage nécessiterait un nettoyage préalable, notamment du centre du porche occupé par une mare à purin. La grotte de Rhar el Hemmem, d’accès un peu acrobatique, présente également un remplissage cendreux qui a fourni en surface des éclats de quartzite de type atérien. Près de l’entrée, une brèche à ossements de mammifères confirme son intérêt archéologique. Signalées par Lafanechère en 1949, les grottes d’Aounoute, près de Taforalt, justifieraient plusieurs sondages malgré leur remaniement récent.

8Plus au nord, autour du Cap de l’eau, le littoral des Kebdana a montré l’extension des sites ibéromaurusiens de plein air sous les dunes actuelles. Ces sites marqués par des concentrations d’outils ibéromaurusiens et d’œufs d’autruches sont en place, inclus dans les formations sableuses grisâtres qui constituent le substrat des dunes actuelles. Les prospections ont mis en évidence plusieurs concentrations correspondant à des habitats, mais il est probable, vu les récoltes occasionnelles partout signalées, que ces gisements s’étendent plus ou moins en continu sur tout le littoral jusqu’à Nador !

9Plusieurs datations ont été effectuées sur les œufs d’autruches abondants, accompagnés d’outils en silex et de céramique modelée, dans les niveaux supérieurs des limons bruns qui remplissent les anfractuosités karstiques littorales sur le revers des falaises surplombant la Méditerranée (Bouzouggar & Collina-Girard 2005). La fourchette chronologique obtenue couvre les phases ancienne (site d’El Camra) et moyenne (site d’Ibouarfatsene) du Néolithique (tableau 1). Ces résultats confirment l’ancienneté du Néolithique au nord-est du Maroc.

Tabl. 1

Tabl. 1

Résultats des datations 14C des tests d’œufs d’autruches au Cap de l’eau

Prospections et sondages sur la côte atlantique entre Essaouira et Agadir (2004-2008)

10Faute de prospections, la côte sud-atlantique du Maroc était un terrain presque vierge, aussi bien pour le Paléolithique supérieur que pour le début du Néolithique. Entre 2004 et 2008, plusieurs missions d’une dizaine de jours conduites par des chercheurs de Rabat et d’Aix-en-Provence dans le cadre des accords Cnrs-Cnrst ont conduit à la découverte de sites de surface mais aussi de gisements en grottes (Collina-Girard & Gallin 2004 ; Collina-Girard & Paris 2006 ; Collina-Girard & Fernandez 2008).

Un site acheuléen sur l’oued Tensift

11Sur un versant résultant de l’écroulement d’une terrasse alluviale, un site de surface, potentiellement intéressant, a livré une industrie sur galets probablement très ancienne : un pic uniface sur galet, un galet taillé nucléiforme, un chopper, un très grand nucléus Levallois. Le pic uniface sur galet et le nucléus Levallois évoquent un stade de l’Acheuléen terminal.

La dépression salifère de Arich Ouzla

12Au sud de la localité de Smimou, sur la route Casablanca-Agadir, une grotte surplombe une grande dépression bordée de barres rocheuses où les eaux de ruissellement chargées en sel sont exploitées en marais salant (feuille Tamanar au 1/50 000). Il s’agit sans doute d’une dépression diapirique due à une remontée des argiles salifères du permotrias. Cette zone est indiquée « Arich Ouzla » sur la carte Tamanar au 1/50 000, mais les paysans consultés lui donnent le nom de Azza. Tous les talus qui la bordent ont fourni du matériel lithique ibéromaurusien. Ainsi, des éclats, des lamelles et des nuclei ont été trouvés en contrebas de la grotte, mais rien à l’intérieur car elle a été malheureusement vidée de son remplissage.

Tazouirine et les berges de l’oued Ksob (fig. 2)

13Une ligne de petits abris-sous-roche domine une terrasse holocène située au-dessus de l’oued Ksob, près d’Essaouira. Annabelle Gallin et Stéphanie Cravinho (Umr 6636-Cnrs) en ont sondé un en décembre 2007 et l’année suivante, deux autres sondages ont permis d’accéder à de petites séquences holocènes et post-holocènes (Cravinho & Gallin 2008 ; Collina-Girard & Fernandez 2008). Les premières expertises indiquent des stratigraphies couvrant l’Ibéromaurusien, l’Atérien et le Néolithique. La fouille de grottes a été envisagée.

Fig. 2

Fig. 2

Sondage (A. Gallin et S. Cravinho) dans la ligne d’abri de Tazouirine

Les grottes du cap Ghir (fig. 3)

14Les grottes du cap Ghir, à Agadir, constituent un ensemble très important car on en recense plusieurs. Leur fouille est plus problématique car il faudrait d’abord nettoyer les déblais des fouilles « sauvages » effectuées vers 1930. Un sondage réalisé par A. Bouzouggar en collaboration avec l’Université d’Agadir a livré une date de 12 000 BP à la base de la séquence fouillée (1 m 50). Les outils en silex récoltés en surface ont été attribués à l’Ibéromaurusien et à l’Atérien. Non loin du cap Ghir et au-dessus du douar de Tigert, nous avons pu visiter plusieurs petits abris dont les remplissages plus récents contiennent des vestiges d’occupations subactuelles mais aussi du matériel néolithique en silex associé à des débris de coquilles marines.

Fig. 3

Fig. 3

Les grottes du cap Ghir (Agadir)

La grotte de Bizmoune (fig. 4)

15Après une première campagne de sondages qui a traversé l’Ibéromaurusien et l’Atérien, A. Bouzouggar a envisagé la fouille de cette grande grotte, située à une vingtaine de kilomètres au nord - nord-est d’Essaouira. Elle est creusée dans des calcaires gréseux, sans doute dolomitiques. Une assise rocheuse inclinée forme un porche orienté vers le sud. Le pendage d’une trentaine de degrés vers l’est explique que le remplissage archéologique soit plus important dans la partie est de la grotte que dans la partie ouest, où le substrat rocheux affleure, sous une brèche très consolidée à ossements. La séquence du site comprend à ce jour sept unités stratigraphiques (couches C1 à C7) allant du Néolithique à l’Atérien en passant par l’Ibéromaurusien. Le silex utilisé est majoritairement d’origine locale. Beaucoup de silex couleur « caramel » sont typiques de ceux que l’on trouve dans les assises finies crétacées et tertiaires du « Plateau des phosphates ».

Fig. 4

Fig. 4

La grotte de Bizmoune (arrière-pays d’Essaouira)

Néolithique : couches C1 à C3

  • Couche C1 : Néolithique, tessons, silex, coquilles d’escargots.

  • Couche C2 : Néolithique, tessons, silex, coquilles d’escargots.

  • Entre C2 et C3 : un niveau de croûte grisâtre évoque du fumier de bergerie, fréquent dans ce genre de site occupé encore aujourd’hui par les bergers.

  • Couche C3 : Néolithique ou industrie à lamelles sans poteries ?

Paléolithique supérieur : couches C4 et C5

16Le Paléolithique supérieur est représenté par des niveaux à lamelles et lamelles à dos qui correspondent à une industrie typiquement ibéromaurusienne dont l’extension et les caractéristiques sont très mal connues dans cette région du Maroc.

17Le matériel comporte ici des lamelles brutes et des lamelles à dos accompagnées de nuclei à lamelles. Les esquilles, fréquentes ailleurs dans l’Ibéromaurusien, sont particulièrement bien représentées. Les grattoirs, en général rares dans cette culture, sont présents.

Atérien : couches C6 et C7

18Ces couches C6 et C7 sont constituées d’un sédiment argilo-sableux marron, plus facile à fouiller que les niveaux supérieurs. Elles ont fourni une industrie très différente, de type « Paléolithique moyen ». Au Maroc, ces industries chronologiquement tardives apparaissent dans un créneau temporel correspondant en Europe à celui du Paléolithique supérieur ancien. Associées à l’Atérien, elles sont définies par un outil spécifique, la pièce pédonculée avec développement de la retouche plate, et par l’apparition de pièces foliacées à l’Atérien final. Cette industrie succède en Afrique du Nord à un Moustérien maintenant mieux connu après les fouilles de Luc Wengler dans la grotte du Rhafas (Oujda). À Bizmoune, l’hypothèse d’une industrie atérienne est, pour l’instant, la plus probable sans exclure la présence possible de Moustérien en profondeur. Le style de la série, typiquement Paléolithique moyen, évoque ce que l’on trouve habituellement dans l’Atérien nord-africain avec du débitage Levallois, des racloirs, des racloirs convergents et des pointes moustériennes ; un fragment possible d’ébauche de pointe foliacée pourrait indiquer l’Atérien final.

Matériel faunique de la grotte Bizmoune

19Les ossements animaux ont été étudiés de façon préliminaire (Collina-Girard & Fernandez 2008). Une gangue de calcite compacte et parfois très épaisse présente sur l’ensemble a limité les observations et les prédéterminations sur place. Les dents, souvent mieux conservées, sont relativement nombreuses mais presque toujours isolées. Les os sont fragmentés et seules quelques épiphyses et phalanges ont pu être observées.

20La liste faunique comprend pour l’instant : Equus sp. ; Ammotragus lervia ; Caprini indét. ; Phacochoerus cf. aethiopicus ; Sus scrofa ; Alcelaphus buselaphus ; Gazella sp. ; Megaceroides algericus ; Lepus/Oryctolagus et Struthio cf. camelus.

21Les pièces étudiées sont encore trop peu nombreuses pour une analyse biochronologique. Les taxons reconnus ont une extension chronologique importante et certains existent encore de nos jours. Néanmoins, aucune forme domestique n’a été reconnue, même dans les couches les plus récentes, confirmant ainsi l’ancienneté de l’assemblage. Bien que le sondage soit de petite dimension par rapport à la grotte, l’absence des carnivores et de leurs traces sur les ossements pourrait suggérer une anthropisation très forte du gisement qui devra être vérifiée par les fouilles systématiques envisagées. La présence de Megaceroides algericus, confirmée dans la couche 3 de Bizmoune (peut-être associée au Néolithique), conduirait à réviser nos connaissances sur cette espèce, pour l’instant uniquement associée au Pléistocène supérieur au Maghreb.

Conclusions

22De ces travaux préliminaires, plusieurs thèmes de recherches se dégagent :

  • analyser les industries atériennes et ibéromaurusiennes des régions d’Essaouira et d’Agadir, complètement méconnues. Il s’agit sur cette base de préciser la variabilité des industries lithiques du Paléolithique supérieur marocain selon un gradient Nord-Sud ;

  • comprendre les utilisations des ressources marines à l’Atérien et à l’Ibéromaurusien. Les données de la malacologie, de la paléoclimatologie et de la paléogéographie doivent ici retenir notre attention ;

  • identifier les animaux chassés par les hommes du Paléolithique supérieur dans ce secteur du Maroc. Les publications paléontologiques révèlent un manque cruel de données concernant les associations fauniques et les stades évolutifs de certains taxons. Une fouille programmée dans la grotte de Bizmoune serait donc la bienvenue pour combler cette lacune.

23Il apparaît enfin que le Néolithique est très mal connu au Maroc en général et pas du tout dans cette région. Il est donc certain que les fouilles effectuées dans les niveaux néolithiques apporteront des données nouvelles.

24Répondre à ces questions nécessite une meilleure connaissance de la paléogéographie côtière du dernier maximum glaciaire liée à un niveau de la mer à – 135 mètres (Collina-Girard 2006, 2009). Il faut donc envisager une reconstitution des paysages côtiers et de leur évolution par une étude du plateau continental et des paléorivages actuellement immergés.

Haut de page

Bibliographie

Bouzouggar, A. & J. Collina-Girard. 2005. « Les premiers résultats des datations des sites néolithiques au Cap de l’eau (Maroc oriental) », Nouvelles archéologiques et patrimoniales. (Rabat) Bulletin semestriel publié par les enseignants chercheurs de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, no 6 : 6-7.

Collina-Girard, J. 1977. « Étude d’un site “ibéromaurusien”, le gisement de l’Aïn Aghbal (Maroc oriental) », Libyca, t. XXV : 30-57.

Collina-Girard, J. 1992. « Le Paléolithique de surface de la plaine des Triffas (Berkane, Maroc oriental) », L’Anthropologie, t. 96, no 3-4 : 657-688.

Collina-Girard, J. 2001. « Préhistoire et géologie quaternaire dans la région de Berkane-Ahfir, Saïdia (Maroc oriental) : Basse vallée de la Moulouya, Massif des Beni-Snassen, zones littorales, coopération franco-marocaine dans le cadre des accords Cnrs-Cnrst », rapport de mission (11 au 31 janvier 2001).

Collina-Girard, J. 2006. « Le détroit de Gibraltar à la fin du Paléolithique supérieur : une passerelle naturelle entre Afrique et Europe ? », in J. L. Sanchidrián Torti, A. M. Márquez Alcántara & J. M. Fullola Pericot (éd.), IV Simposio de Prehistoria, Cueva de Nerja, La cuenca Mediterranea durante el Paleolitico superior (38000-10000 años), Reunion de la VIII Comisión de Paleolitico. Nerja, Fundación Cueva de Nerja : 166-175.

Collina-Girard, J. 2009. L’Atlantide retrouvée ? Enquête scientifique autour d’un mythe. Paris, Belin -Pour la science.

Collina-Girard, J. & G. Laquay. 1986. « La faune du site ibéromaurusien de l’Aïn Aghbal (Oujda, Maroc) », 3e Rencontre des sciences de la Terre, Clermont-Ferrand, Société géologique de France, Paris, 1 p.

Collina-Girard, J., M. Cremades & N. Lavaure. 1999. « Analyse microscopique d’une pendeloque ibéromaurusienne gravée (Abri de l’Aïn Aghbal, Maroc Oriental. », Antiquités africaines, 33 : 9-18.

Collina-Girard, J. & A. Gallin. 2004. « Prospections d’archéologie préhistorique entre Essaouira et Agadir (Maroc atlantique) », 1-14 juin 2004, rapport CNRS, non paginé.

Collina-Girard, J. & F. Paris. 2006. « Paléoenvironnements et cultures préhistoriques du cap Ghir à Tantan (Maroc) : apport de l’archéologie », projet Cnrs-Cnrst-no 18631, rapport de mission (3-17 décembre 2006).

Collina-Girard, J. & P. Fernandez. 2008. « Paléoenvironnements et cultures préhistoriques de la région d’Essaouira (entre le cap Ghir et Safi) », rapport de la mission du 17 au 25 février 2008, bilan et perspectives, coopération franco-marocaine dans le cadre de l’accord Cnrs-Cnrst.

Cravinho, S. & A. Gallin. 2008. « Paléoenvironnements et cultures préhistoriques du cap Ghir et sa région (Agadir, Maroc) : apport de l’archéologie, coopération franco-marocaine dans le cadre de l’accord Cnrs-Cnrst, projet no 18631 », rapport de mission, 2007.

Joly, A. 1909. « Vestiges anciens dans les Beni-Snassen », Comptes rendus du 38e Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, Lille, Afass : 879-888

Lafanechère, R. 1949. « Note succincte sur la découverte d’un squelette humain fossile dans une grotte de Sidi Ahmed Lahlib (Basse Moulouya) », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 46 : 81-82.

Lafanechère, R. 1950. « Un atelier paléolithique à l’oued el Khemis (Basse Moulouya), relevé des gisements préhistoriques de la Basse Moulouya », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 47 : 448-457.

Lafanechère, R. 1956. « L’homme de Sidi Ahmed Lahlib (homme de Berkane), la découverte et le gisement », Libyca, t. IV : 269-271.

Pinchon, D. 1908. « Quelques recherches préhistoriques sur la frontière Algéro-marocaine », L’Anthropologie, t. XIX : 427-435.

Roche, J. 1963. L’Épipaléolithique marocain. Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian et Paris, Marcel Didier éditeur.

Vallois, H. 1949. « L’homme de Sidi Ahmed Lhalib (homme de Berkane). Étude anthropologique », Libyca, t. IV : 273-282.

Haut de page

Notes

1 Fouillés par les équipes des Umr 5199 (Bordeaux-1) et Umr 7194 (Muséum d’histoire naturelle, Paris).

2 Fouilles actuellement codirigées par l’Insap et l’Université d’Oxford.

3 Initialement fouillée par Luc Wengler, Faculté des lettres et sciences humaines, Perpignan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation des deux régions prospectées et des grottes de Bizmoune et du cap Ghir
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tabl. 1
Légende Résultats des datations 14C des tests d’œufs d’autruches au Cap de l’eau
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2
Légende Sondage (A. Gallin et S. Cravinho) dans la ligne d’abri de Tazouirine
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1022/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 3
Légende Les grottes du cap Ghir (Agadir)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1022/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 4
Légende La grotte de Bizmoune (arrière-pays d’Essaouira)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1022/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdeljalil Bouzouggar, Jacques Collina-Girard, Stéphanie Cravinho, Philippe Fernandez et Anabelle Gallin, « Prospections et sondages sur les littoraux oriental et sud-atlantique du Maroc », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 110-116.

Référence électronique

Abdeljalil Bouzouggar, Jacques Collina-Girard, Stéphanie Cravinho, Philippe Fernandez et Anabelle Gallin, « Prospections et sondages sur les littoraux oriental et sud-atlantique du Maroc », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1022 ; DOI : 10.4000/nda.1022

Haut de page

Auteurs

Abdeljalil Bouzouggar

Insap, Rabat
abouzouggar@yahoo.fr

Jacques Collina-Girard

Lampea, Umr6636-Cnrs, Aix-en-Provence
Jacques.Collina-Girard@univ-provence.fr

Stéphanie Cravinho

Lampea, Umr6636-Cnrs, Aix-en-Provence
cravinho79@hotmail.com

Philippe Fernandez

Lampea, Umr6636-Cnrs, Aix-en-Provence
fernandez@mmsh.univ-aix.fr

Anabelle Gallin

Lampea, Umr6636-Cnrs, Aix-en-Provence
a.gallin@netcourrier.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org