Navigation – Plan du site
Programmes régionaux

Bilan des recherches récentes sur le Paléolithique de Casablanca (Maroc)

Jean-Paul Raynal, Fatima-Zohra Sbihi-Alaoui et Abderrahim Mohib
p. 102-109

Résumés

Trois décennies de coopération en matière d’étude du Quaternaire de la région de Casablanca ont apporté de nouveaux éléments et permis de nouvelles interprétations concernant le cadre stratigraphique et biostratigraphique des premiers peuplements du Maroc, les différentes cultures matérielles du Paléolithique ancien régional, les modalités de la transition au Paléolithique moyen ainsi que la nature et la position chronologique des restes humains du Pléistocène moyen antérieurs à l’apparition de l’Homme moderne dans cette région du Maghreb.

Haut de page

Texte intégral

1Le programme « Casablanca » a débuté en 1978 dans le cadre de la coopération entre le Maroc et la France, établie par le Service de l’archéologie du ministère des Affaires culturelles et poursuivie par l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Insap). Les travaux sont soutenus par le ministère des Affaires culturelles du Royaume du Maroc, le ministère des Affaires étrangères et européennes de la République française, la région Aquitaine au titre des contrats Origines et Origines II et le Department of Human Evolution du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig. Les opérations sont menées dans un contexte urbain où s’exerce une forte pression immobilière, et les sites, même quand ils sont classés comme Sidi Abderrahmane-Cunette, subissent des agressions qui mettent en péril leur préservation à long terme.

2La contribution de l’Afrique aux premiers peuplements européens a été fortement remise en question par les théories « Out of Asia », renforcées par les découvertes récentes faites en Espagne et leur interprétation paléoanthropologique (Carbonell et al. 2005, 2008 ; Parés et al. 2006). Le rôle potentiel de l’Afrique dans les premiers peuplements européens a ainsi été progressivement minoré, parfois abandonné ou bien strictement limité à la dispersion de l’Acheuléen au début du Pléistocène moyen. Le Maroc occupe néanmoins une position clé à l’extrémité nord-occidentale de l’Afrique du Nord pour explorer l’hypothèse de franchissements anciens du détroit de Gibraltar et mesurer leur rôle éventuel dans les premiers peuplements de l’Europe de l’Ouest. Bien qu’une présence très ancienne soit discutée pour l’Algérie (Sahnouni et al. 2002 ; Geraads, Raynal & Eisemann 2004 ; Chaid-Saoudi, Geraads & Raynal 2006 ; Sahnouni 2006), nous avons démontré au Maroc la présence de géofacts et une attribution stratigraphique contestable pour des industries d’aspect faussement archaïque (Raynal & Texier 1989 ; Texier, Lefèvre & Raynal 1992 ; Raynal et al. 2009). En revanche, cette région du Maghreb reste tout à fait privilégiée pour étudier les différents moments de l’évolution de l’Acheuléen africain, au plus loin de sa dispersion et de ses origines orientales (Raynal et al. 1995, 2001, 2002, 2009). Qui plus est, avec le site algérien de Tighenif, le Maroc offre un registre remarquable d’hominidés pléistocènes, dont plusieurs ont été découverts dans les sites préhistoriques du Pléistocène moyen de Casablanca.

3Dar El Beida est internationalement connue depuis le siècle dernier pour son riche patrimoine préhistorique et sa séquence de dépôts « quaternaires » particulièrement développée (Lecointre 1926 ; Neuville & Ruhlmann 1941 ; Biberson 1961a et b ; voir fig. 1). Ce programme « Casablanca » a permis la révision stratigraphique des localités classiques de Casablanca et la découverte de nouveaux et importants gisements paléontologiques dans les dépôts pliocènes et miocènes de la base de la séquence sédimentaire littorale, datée entre 2,4 et 6 millions d’années, permettant la caractérisation détaillée des associations fauniques et l’établissement d’une première échelle biostratigraphique régionale (Alemseged & Geraads 1998 ; Eisenmann & Geraads 2007 ; Geraads 1993a et b, 1994, 1995, 1996, 1997, 1998a et b, 2002, 2004a et b, 2006, 2008, 2010 ; Geraads & Amani 1998 ; Geraads & Metz-Muller 1999 ; Geraads, Beriro & Roche 1980 ; Hossini 2002 ; Mourer-Chauvire & Geraads 2008, 2010). Plusieurs chantiers de fouilles ont été menés sur les sites préhistoriques anciennement connus ou nouvellement découverts à Casablanca et Dar Bou Azza : grotte des Rhinocéros dans la carrière Oulad Hamida 1, grotte des Ours et cap Chatelier à Sidi Abderrahmane, gisement de plein air de Sidi Abderrahmane Extension, carrière Thomas I (niveau L et grotte à Hominidés) ; plusieurs cavités recelant des remplissages du Pléistocène supérieur (grotte Doukkala, grotte des Félins, grotte des Gazelles...) ont livré des outillages du complexe atéro-moustérien et des faunes indiquant une grande aridité (Raynal et al. 1990, 1993, 1995, 1999, 2001, 2002, 2008, 2009, 2010 ; voir fig. 1A).

Fig. 1

Fig. 1

Contexte géographique et localisation des principaux sites du Paléolithique ancien, fouillés à Casablanca (A)

1 – Sidi Abderrahmane, Grande Exploitation, 2 – Sidi Abderrahmane, Cunette avec cap Chatelier et la grotte des Ours, 3 – Sidi Abderrahmane, Extension, 4 – Carrière de la STIC 5 – Carrière Thomas I, 6 – Grotte de la carrière Thomas III, 7 – Fissures de la carrière Thomas III, 8 – Grotte des Rhinocéros de la carrière Oulad Hamida 1

4Entre l’oued Mellah au nord-est et Dar Bou Azza au sud-ouest, l’arrière-pays de Casablanca présente un vaste système de cordons subparallèles à la côte actuelle (fig. 2A). Des dépôts intertidaux, des systèmes dunaires caractéristiques de séquences régressives, des faciès d’altération (karsts, palaéosols) et des dépôts de remaniement sont associés à chacune de ces unités morphologiques. Étagées de 180 mètres d’altitude jusqu’au rivage actuel, elles constituent la « séquence quaternaire » de Casablanca (Biberson 1961a ; Stearns 1978). Depuis la fin du Miocène, cette longue séquence représente un enregistrement exceptionnel des variations de l’océan global en relation avec les alternances de glaciations aux hautes latitudes.

Fig. 2

Fig. 2

A – Formations mio-plio-pléistocènes de la région de Casablancaq3-4 – Pléistocène supérieur et Holocène, q2 – Pléistocène moyen, q1 – Pléistocène ancien, p – Pliocène, m6 – Miocène (Messinien) Sites signalés : carrières « Thomas » (Thomas I, Thomas III, Oulad Hamida 1) ; AAO, Ahl Al Oughlam ; BF, Bir Feghloul ; DBA, Bar Bou Azza ; DBC, Dar Bouchaïb Oulad Caïla ; DM, Douar Mouhak ; GBH, Ghandour Ben Habib ; Li, Lissasfa ; OAJ, Oulad Aj J’mel ; OH, Oulad Hamida ; OM, Oulad Malik ; RBA, Reddad Ben Ali ; SAR, carrières de Sidi Abderrahmane ; SM, Sidi Messaoud.

B – Morpho-lithostratigraphie synthétique des formations quaternaires dans la zone des carrières Sidi Abderrahmane et Thomas. UMS ; unité morpho-lithostratigraphique

(d’après Texier, Lefèvre & Raynal 1994 ; Texier et al. 2002 ; Lefèvre 2000 ; Lefèvre & Raynal 2002)

5Les formations qui y ont été identifiées sont des unités allostratigraphiques comprises entre deux discontinuités et correspondent à des séquences sédimentaires unitaires caractérisées par un enchaînement de faciès : succession verticale et temporelle d’environnements sédimentaires intertidaux associés à un paléorivage, puis supratidaux et dunaires ou continentaux de versant. Chaque segment de la séquence correspond ainsi à l’enregistrement d’un cycle sédimentaire qui traduit l’installation d’un haut stationnement marin, suivi du retrait de l’océan et de la continentalisation corrélative du littoral ; ces cycles sont généralement l’expression de changements globaux à commande glacio-eustatique, mais des événements catastrophiques peuvent exceptionnellement les provoquer. Les âges des différentes parties de la séquence de Casablanca ont été établis par différentes approches : litho-stratigraphie, biostratigraphie, datations absolues (Osl, Esr, U/Th), paléomagnétisme et aminochronologie (Texier, Raynal & Lefèvre 1985, 1987 ; Texier, Lefèvre & Raynal 1994 ; Occhietti et al. 1993 ; Occhietti, Raynal & Pichet 2002 ; El Graoui 1994 ; Lefèvre et al. 1994 ; Rhodes et al. 2006).

6D’abord explorée par P. Biberson (1961a), la carrière Thomas I est un point clé de la séquence casablancaise pour le dernier million d’années, et sa stratigraphie est particulièrement complexe. On y observe les dépôts de l’unité morphosédimentaire (Ums) d’Oulad Hamida, quatrième des Ums dans le système de plateformes et « cordons » associés qui s’étagent depuis le littoral actuel (fig. 2B). Sur la base d’arguments morpho-lithostratigraphiques et biochronologiques, les formations de l’Ums d’Oulad Hamida, plus anciennes que celles de l’Ums d’Anfa, datent du Pléistocène ancien final et du début du Pléistocène moyen (Lefèvre 2000 ; Lefèvre & Raynal 2002 ; Lefèvre et al. 1994 ; Texier, Lefèvre & Raynal1994 ; Texier et al. 2002).

7La carrière Thomas I a été réexaminée en 1985 et les investigations ont révélé l’existence d’outillages de l’Acheuléen ancien dans des calcaires marneux (L) de l’unité stratigraphique basale (Raynal & Texier 1989). Après l’arrêt de l’extraction de matériaux, des fouilles modernes adaptées ont pu être entreprises en 1988 dans les niveaux anciens sur une superficie d’environ un hectare. On a reconnu à la base (L1) un Acheuléen ancien riche en bifaces et trièdres, et au sommet (L5), une industrie à nucléus divers dont certains unifaciaux évoquant des bifaces partiels, galets aménagés, éclats et outils sur éclat. Comme ailleurs en Afrique orientale, on observe ici une interstratification entre un faciès acheuléen « classique » (encore dit par certains de Mode 2) et un faciès que l’on pourrait qualifier d’« oldowayen » (ou Mode 1) ; cette interprétation paraît cependant très abusive car l’étude technologique montre toute la complexité des registres techniques mis en œuvre au cours de l’Acheuléen et l’extrême variabilité de la composition des outillages, très liés à la fonction des sites. Nous considérons donc les faciès reconnus dans le niveau L comme caractéristiques de la variabilité d’un Acheuléen ancien régional.

8Les fouilles ont été par la suite étendues au complexe de grottes préservé sur la face nord-orientale de la carrière Thomas I. Une de ces cavités (GH) est mondialement connue depuis la découverte, en 1969, d’une hémimandibule humaine par Ph. Bériro. D’abord attribuée par Ennouchi (1969) à Atlanthropus mauritanicus, elle l’a été plus récemment à un représentant de Homo rhodesiensis (Hublin 2001). Cet hominidé était associé à de l’industrie lithique et de la faune (Geraads, Beriro & Roche 1980).

9Entre 1994 et 2009, de nouveaux fossiles humains (plusieurs dents isolées, une mandibule d’adulte, une hémimandibule d’enfant, des vertèbres en connexion, des fragments crâniens… ; fig. 3) ont été découverts dans la cavité GH, associés à de l’outillage et à une grande quantité de macrofaune et de microfaune (Raynal et al. 2010). Les hominidés de la carrière Thomas I constituent à ce jour la série la plus abondante et la plus ancienne provenant d’un site stratifié fouillé avec des méthodes modernes au Maroc. Ils indiquent l’existence d’une population relativement nombreuse d’hominidés à l’époque considérée.

Fig. 3

Fig. 3

La mandibule complète d’Homo mauritanicus de la carrière Thomas I, découverte en 2008

(© J.-P. Raynal)

10L’industrie lithique a été principalement produite sur des quartzites variés disponibles à proximité du site sous forme de galets et de blocs, ainsi que sur des nodules de silex provenant du Plateau des phosphates, dans l’arrière-pays mésétien, et récoltés dans les plages en position secondaire. Elle se compose de galets taillés ou « chopper-cores » (principalement des nucléus à taille unifaciale unidirectionnelle au bord tranchant retouché) et de nucléus, d’éclats semi-corticaux obtenus par percussion directe ou bipolaire, de rares bifaces façonnés sur de grands éclats ou des galets plats, de nucleus bifaces, de percuteurs et d’enclumes. Comme pour les occupations supérieures de la toute proche grotte des Rhinocéros (GDR) de la carrière Oulad Hamida 1, l’industrie lithique de GH représente un faciès de l’Acheuléen récent régional (Raynal et al. 2009). Dans ces deux sites, la présence d’une chaîne opératoire bifaciale interdit un rapprochement avec les industries à seule production d’éclats – core and flake assemblages –, mais nous connaissons aujourd’hui peu d’industries semblables et surtout d’âge comparable, au Maroc et de façon plus large en Afrique du Nord ; des ressemblances techniques semblent toutefois exister avec les sites de Daya El Hamra en Mamora (El Hajraoui 1985), Chaperon-Rouge II (niveaux anciens ; voir Texier, Debenath & Raynal 1982 ; Texier, Lefèvre & Raynal 1992 ; Habboun 1991 ; Raynal et al. 1985) et peut-être Aïn Bahya au sud de Rabat (Michel 1988). De manière plus générale, des industries d’âge comparable avec peu ou pas de bifaces existent en Europe méditerranéenne, à Atapuerca en Espagne (Carbonell et al. 1995), à la Caune de l’Arago en France (Lumley & Barsky 2004) et à Notarchirico en Italie méridionale (Lefèvre et al. 2002, 2010).

11La grotte à Hominidés de la carrière Thomas I, avec les nouveaux fossiles humains exhumés depuis 1994, est donc l’un des très rares sites africains permettant d’étudier les hommes et leurs comportements techno-économiques au cours du Pléistocène moyen ancien.

12Les périodes étudiées dans le cadre du programme « Casablanca » sont cruciales pour les populations nord-africaines et européennes : elles se font face de part et d’autre du détroit de Gibraltar, échangent probablement des gènes et des techniques, comme semble l’indiquer la dispersion de l’Acheuléen classique sur la rive nord de la Méditerranée… Puis, tandis que leurs histoires biologiques divergent, leurs expressions culturelles suivent des parcours in fine similaires (fig. 4) qui aboutissent à l’émergence du Paléolithique moyen de faciès moustéro-atérien.

Fig. 4

Fig. 4

Contexte environnemental (d’après Hooghiemstra et al. 1992 ; Matthewson et al. 1995 ; Gasse 2000, 2006 ; Moreno et al. 2002) et chronologie (d’après Bassinot et al. 1994) de la séquence préhistorique du Maroc atlantique pour les 400 derniers millénaires comparée à celle du Levant. (d’après Valladas et al. 1998)

MIS : stade isotopique océanique

HE :  événements de Heinrich (d’après Raynal & Occhietti sous presse)

Haut de page

Bibliographie

Alemseged, Z. & D. Geraads. 1998. « Theropithecus atlanticus (Cerco-pithecidae, Mammalia) from the late Pliocene of Ahl al Oughlam, Casablanca, Morocco », Journal of Human Evolution, 34 : 609-621.

Bassinot, F. C., L. D. Labeyrie, E. Vincent, X. Quidelleur, N. J. Shackleton & Y. Lancelot. 1994. « The astronomical theory of climate and the age of the Brunhes-Matuyama magnetic reversal », Earth and Planetary Science Letters, 126 : 91-108.

Biberson, P. 1961a. Le cadre paléogéographique de la Préhistoire du Maroc atlantique. Rabat, Publications du service des Antiquités du Maroc, fascicule 16, 235 pages.

Biberson, P. 1961b. Le Paléolithique inférieur du Maroc atlantique. Rabat, Publications du service des Antiquités du Maroc, fascicule 17, 544 pages.

Carbonell, E., J. M. Bermúdez de Castro, J. L. Arsuaga, J. Díez, A. Rosas, G. Cuenca-Bescós, R. Sala, M. Mosquera & X. Rodríguez. 1995. « Lower Pleistocene hominids and artifacts from Atapuerca-TD6 (Spain) », Science, 269, 5225 : 826-830.

Carbonell, E., J. M. Bermúdez de Castro, J. L. Arsuaga, E. Allue, M. Bastir, A. Benito, I. Cáceres, T. Canals, J. C. Diez, J. van der Made, M. Mosquera, A. Ollé, A. Pérez-Gonzáles, J. Rodríguez, X. P. Rodriguez, A. Rosas, J. Rosell, R. Sala, J. Vallverdú, M. Vergés. 2005. « An Early Pleistocene hominin mandible from Atapuerca-TD6, Spain », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 102, 16 : 5674-5678.

Carbonell, E., J. Bermúdez de Castro, J. Parés, A. Pérez-González, G. Cuenca-Bescós, A. Ollé, M. Mosquera, R. Huguet, J. van der Made, A. Rosas, R. Sala, J. Vallverdú, N. Garcia, D. Granger, M. Martinón-Torres, X. Rodríguez, G. Stock, J. Vergés, E. Allue, F. Burjachs, I. Cáceres, A. Canals, A. Benito, C. Díez, M. Lozano, A. Mateos, M. Navazo, J. Rodríguez, J. Rosell, J. Arsuaga. 2008. « The first hominin of Europe », Nature, 452, 27 : 465-470.

Chaid-Saoudi, Y., D. Geraads & J.-P. Raynal. 2006. « The fauna from the early Pleistocene site of Mansourah (Constantine, Algeria), and its implications on the age of associated lithic industries », Comptes rendus Palevol, 5 : 963-971.

Eisenmann, V. & D. Geraads. 2007. « The hipparion from the late Pliocene of Ahl al Oughlam, Morocco, and a revision of the relationships of Pliocene and Pleistocene African hipparions », Paleontologia Africana, 42 : 51-98.

El Graoui, M. 1994. « Contribution à l’étude des formations littorales quaternaires de la région de Casablanca (Maroc) ; sédimentologie, microfaciès et minéraux lourds », thèse de l’université de Bordeaux-1, no 1100, 263 pages.

El Hajraoui, M.  A. 1985. « Les industries préhistoriques de la région de la Mamora dans leur contexte géologique et paléopédologique », thèse de l’université de Bordeaux-1, no 2056, 185 pages.

Ennouchi, E. 1969. « Découverte d’un Pithécanthropien au Maroc », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, série D, t. 269 : 763-765.

Gasse, F. 2000. « Hydrological changes in the African tropics since the Last Glacial Maximum », Quaternary Science Reviews, 19 : 189-211.

Gasse, F. 2006. « Climate and hydrological changes in tropical Africa during the past million years », Comptes rendu Palevol, 5(1-2) : 35-43.

Geraads, D. 1980. « La faune des sites à Homo erectus des carrières Thomas (Casablanca, Maroc) », Quaternaria, 22 : 65-94.

Geraads, D. 1993a. « Kolpochoerus phacochoeroides (THOMAS, 1884) (Suidae, Mammalia) du Pliocène supérieur de Ahl al Oughlam (Casablanca, Maroc) », Geobios, 26, 6 : 731-743.

Geraads, D. 1993b. « Middle Pleistocene Crocidura (Mammalia, Insectivora) from Oulad Hamida 1, Morocco, and their phylogenetic relationships », Proceedings van der Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, 96 (3) : 281-294.

Geraads, D. 1994. « Rongeurs et Lagomorphes du Pléistocène moyen de la “Grotte des Rhinocéros”, carrière Oulad Hamida 1, à Casablanca, Maroc », Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie Abhandlungen, 191(2) : 147-172.

Geraads, D. 1995. « Rongeurs et insectivores (Mammalia) du Pliocène final de Ahl Al Oughlam (Casablanca, Maroc) », Geobios, 28, 1 : 99-115.

Geraads, D. 1996. « Le Sivatherium (Giraffidae, Mammalia) du Pliocène final d’Ahl al Oughlam (Casablanca, Maroc) et l’évolution du genre en Afrique », Paläontologische Zeitschrift, 70 (3-4) : 623-629.

Geraads, D. 1997. « Carnivores du Pliocène terminal de Ahl Al Oughlam (Casablanca, Maroc) », Geobios, 30 (1) : 127-164.

Geraads, D. 1998a. « Rongeurs du Mio-Pliocène de Lissasfa (Casablanca, Maroc) », Geobios, 31 (2) : 229-245.

Geraads, D. 1998b. « Biogeography of Miocene-Pliocene circum-mediterranean rodents : a revision based upon factor analysis and parsimony analysis of endemicity », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 137 (3-4) : 273-288.

Geraads, D. 2002. « Plio-Pleistocene mammalian biostratigraphy of Atlantic Morocco », Quaternaire, 13 (1) : 43-53.

Geraads, D. 2004a. First record of Dinofelis (Felidae, Mammalia) from North Africa. Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie Monatshefte, 5 : 308-320.

Geraads, D. 2004b. « New skulls of Kolpochoerus phacochoeroides (Suidae, Mammalia) from the late Pliocene of Ahl al Oughlam, Morocco », Paleontologia Africana, 40 : 69-83.

Geraads, D. 2006. « The late Pliocene locality of Ahl al Oughlam, Morocco : vertebrate fauna and interprétation », Transactions of the Royal Society of South Africa, 61 (2) : 97-101.

Geraads, D. 2008. « Plio-Pleistocene Carnivora of northwestern Africa : a short review », Comptes rendus Palevol, 7 : 591-599.

Geraads, D. 2010. « Biogeographic relationships of Pliocene and Pleistocene North-western African Mammals », Quaternary International, 212 : 159-168.

Geraads, D. & F. Amani. 1998. « Bovidae (Mammalia) du Pliocène final d’Ahl al Oughlam, Casablanca, Maroc », Paläontologische Zeitschrift, 72 (1/2) : 191-205.

Geraads, D., P. Beriro & H. Roche. 1980. « La faune et l’industrie des sites à Homo erectus des carrières Thomas (Casablanca, Maroc). Précisions sur l’âge de ces Hominidés », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, série D, 291 : 195-198.

Geraads, D. & F. Metz-Muller. 1999. « Proboscidea (Mammalia) du Pliocène final d’Ahl al Oughlam, Casablanca, Maroc », Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie Monatshefte, 1999 (1) : 52-64.

Geraads, D., J.-P. Raynal & V. Eisemann. 2004. « The earliest human occupation of North Africa : a reply to Sahnouni et al. 2002 », Journal of Human Evolution, 46 : 751-761.

Habboun, A. 1991. « Étude de l’industrie lithique du Chaperon-Rouge II », mémoire de fin d’études du IIe cycle des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Insap, Rabat, 156 pages.

Hooghiemstra, H., H. Stalling, C. O. C. Agwu & L. M. Dupont. 1992. « Vegetational and climatic changes at the northern fringe of the Sahara 250.000-5.000 years BP: evidence from 4 marine pollen records located between Portugal and the Canary Islands », Review of Palaeobotany and Palynology, 74 : 1-53.

Hossini, S. 2002. « La faune d’Anoures marocains du Miocène au Pléistocène et ses rapports avec celle de la même époque au sud-ouest européen ; hypothèse sur l’origine des Anoures au Maroc », thèse d’État, université Moulay Ismail, 243 pages.

Hublin, J.-J. 2001. « Northwestern African Middle Pleistocene hominids and their bearing on the emergence of Homo sapiens », in : L. Barham & K. Robson-Brown (éd.), Human Roots. Africa and Asia in the Middle Pleistocene. Bristol, Western Academic and Specialist Press Lmtd : 99-121.

Lecointre, G. 1926. Recherches géologiques dans la Meseta marocaine. Rabat-Paris, Larose (Mémoires de la Société des sciences naturelles du Maroc, 14), 158 pages.

Lefèvre, D. 2000. « Du continent à l’océan. Morphostratigraphie et paléogéographie du Quaternaire du Maroc atlantique. Le modèle casablancais », Mémoire HDR, université de Montpellier-III, vol. 3, IIe partie : 99- 299, 45 figures, 2 planches.

Lefèvre, D. & J.-P. Raynal. 2002. « Les formations plio-pléistocènes de Casablanca et la chronostratigraphie du Quaternaire marin du Maroc revisitées », Quaternaire, 13, 1 Paléorivages de Casablanca. Stratigraphie et Préhistoire ancienne au Maroc atlantique : 9-21.

Lefèvre, D., J.-P. Texier, J.-P. Raynal, S. Occhietti, J. Evin. 1994. « Enregistrements-réponses des variations climatiques du Pleistocène supérieur et de l’Holocène sur le littoral de Casablanca (Maroc) », Quaternaire, 5, (3-4) : 173-180.

Lefèvre, D., J.-P. Raynal, G. Vernet, M. Piperno. 2002. « Volcanisme et premiers peuplements en Italie méridionale : l’exemple de Notarchirico (Venosa, Italie) », in : J.-P. Raynal, C. Albore-Livadie & M. Piperno (éd.), Hommes et volcans, de l’éruption à l’objet. [Goudet], Cderad Éditions (Les dossiers de l’Archéo-Logis, 2) : 67-76.

Lefèvre, D., J.-P Raynal, G. Vernet, G. Kieffer, M. Piperno. 2010. « Tephro-stratigraphy and the age of ancient Southern Italian Acheulean settlements: the sites of Loreto and Notarchirico (Venosa, Basilicata, Italy) », Quaternary International, sous presse

Lumley, H. de & D. Barsky. 2004. « Evolution of the technological and typological characteristics of the stone tool assemblage from the Caune de l’Arago Cave », L’Anthropologie, 108 : 185-237.

Matthewson, A. P., G. B. Shimmield, D. Kroon & A. E. Fallick. 1995. « A 300 kyr high-resolution aridity record of the North African continent », Paleoceanography, 10 : 677-692.

Michel, P. 1988. « Le gisement de vertébrés pléistocènes d’Aïn Bahya (région de Skhirat, Maroc atlantique). Données paléontologiques », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, 307, série II : 435-438.

Moreno, A., I. Cacho, M. Canals, M. A. Prins, M. F. Sanchez-Goni, J. O. Grimaly et al. 2002. « Saharan dust transport and high-latitude glacial climatic variability : the Alboran Sea record », Quaternary Research, 58 : 318–328

Mourer-Chauviré, C. & D. Geraads. 2008. « The Struthionidae and Pelagornithidae (Aves : Struthioniformes, Odontopterygiformes) from the late Pliocene of Ahl al Oughlam, Morocco », Oryctos, 7 : 169-194.

Mourer-Chauviré C. & D. Geraads. 2010. « The Late Pliocene avifauna of Ahl al Oughlam, Morocco. Systematics and biogeography ». Records of the Australian Museum,62 (1) : 157-184.

Neuville, R. & A. Ruhlmann. 1941. La place du Paléolithique ancien dans le Quaternaire marocain. Casablanca, s.n. (Hesperis, 8), 156 pages.

Occhietti, S., J.-P. Raynal, P. Pichet, J.-P. Texier. 1993. « Aminostratigraphie du dernier cycle climatique au Maroc atlantique, de Casablanca à Tanger », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, 317, série II : 1625-1632.

Occhietti, S., J.-P. Raynal & P. Pichet. 2002. « Aminostratigraphie des formations littorales pléistocènes et holocènes de la région de Casablanca, Maroc », Quaternaire, 13 (1) : 55-64.

Parés, J. M. et al. 2006. « Matuyama-age lithic tools from the Sima del Elefante site, Atapuerca (northern Spain) », Journal of Human Evolution, 50 : 163-169.

Raynal, J.-P. & S. Occhietti. Sous presse. « Amino chronology and an earlier age for the Moroccan Aterian », in : J.-J. Hublin & S. McPherron (éd.), Modern Origins. A North African Perspective. Dordrecht, Springer.

Raynal, J.-P. & J.-P. Texier. 1989. « Découverte d’Acheuléen ancien dans la carrière Thomas I à Casablanca et problème de l’ancienneté de la présence humaine au Maroc », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, 308, série II : 1743-1749.

Raynal, J.-P., N. Fedoroff, J.-P. Texier & A. El Hajraoui. 1985. « Genèse des horizons argiliques rouges et jaunes au Maroc atlantique (Mamora) », Réunion internationale micromorphologie des sols, Paris, résumés : 169.

Raynal, J.-P., J.-P. Texier, D. Geraads, F.-Z. Sbihi-Alaoui. 1990. « Un nouveau gisement paléontologique plio-pléistocène en Afrique du Nord ; Ahl Al Oughlam (ancienne carrière Déprez) à Casablanca (Maroc) », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, 310, série II : 315-320.

Raynal, J.-P., D. Geraads, L. Magoga, A. Elhajraoui, J.-P. Texier, D. Lefèvre, F.-Z. Sbihi-Alaoui. 1993. « La grotte des Rhinocéros (Carrière Oulad Hamida 1, anciennement Thomas III, Casablanca), nouveau site acheuléen du Maroc atlantique », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, t. 316, série II : 1477-1483.

Raynal, J.-P., L. Magoga, F.-Z. Sbihi-Alaoui & D. Geraads. 1995. « The earliest occupation of Atlantic Morocco : the Casablanca évidence », in :

W. Roebroeks & T. van Kolfschoten (éd.), The Earliest Occupation of Europe. Leyde, University of Leiden : 255-262.

Raynal, J.-P., D. Lefèvre, D. Geraads, M. El Graoui. 1999. « Contribution du site paléontologique de Lissasfa (Casablanca, Maroc) à une nouvelle interprétation du Mio-Pliocène de la Meseta », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, Sciences de la terre et des planètes, t. 329 : 617-622.

Raynal, J.-P., F.-Z. Sbihi-Alaoui, D. Geraads, L. Magoga & A. Mohib. 2001. « The earliest occupation of North-Africa : the moroccan perspective », Quaternary International, 75 : 65-75.

Raynal, J.-P., F.-Z. Sbihi-Alaoui, L. Magoga, A. Mohib & M. Zouak. 2002. « Casablanca and the early occupation of north-atlantic Morocco », Quaternaire, 13, 1 : 65-77.

Raynal, J.-P., F. Amani, D. Geraads, M. El Graoui, L. Magoga, J.-P. Texier & F.-Z. Sbihi-Alaoui. 2008. « La grotte des Félins, site paléolithique du Pléistocène supérieur à Dar Bouazza (Maroc) », L’Anthropologie, 112, 2 : 182-200.

Raynal, J.-P., F.-Z. Sbihi-Alaoui, A. Mohib & D. Geraads. 2009. « Préhistoire ancienne au Maroc atlantique. Bilan et perspectives régionales », Bulletin d’archéologie marocaine, XXI : 9-54.

Raynal, J.-P., F.-Z. Sbihi-Alaoui, A. Mohib, M. El Graoui, D. Lefèvre, J.-P. Texier, J.-J. Hublin, T. Smith, P. Tafforeau, M. Zouak, R. Grün, E. J. Rhodes, S. Eggins, C. Daujeard, P. Fernandes, R. Gallotti, S. Hossini, A. Queffelec. 2010. « Hominid cave at Thomas Quarry I (Casablanca, Morocco) : recent findings and their context », Quaternary International, vol. 223-224

Rhodes, E. J., J. S. Singarayer, J.-P. Raynal, K. E. Westaway & F.-Z. Sbihi-Alaoui. 2006. « New age estimations for the Palaeolithic assemblages and Pleistocene succession of Casablanca, Morocco », Quaternary Science Reviews, 25 : 2569-2585.

Sahnouni, M. 2006. « Les plus vieilles traces d’occupation humaine en Afrique du Nord : perspective de l’Aïn Hanech, Algérie », Comptes rendus Palevol, 5 : 243-254.

Sahnouni, M., D. Hadjouis, J. Van Der Made, A. Derradji, A. Canals, M. Medig, H. Belahrech, Z. Harichane, M. Rabhi. 2002. « Further research at the

Oldowan site of Aïn Hanech, North-eastern Algeria », Journal of Human Evolution, 43 : 925-937.

Stearns, C. E. 1978. « Pliocene-Pleistocene emergence of the Moroccan Meseta », Geological Society of America Bulletin, 89, 11 : 1630-1644.

Texier, J.-P., A. Debenath & J.-P. Raynal. 1982. « Une stratigraphie complexe du Quaternaire continental marocain : le Chaperon Rouge II à Rabat », in : Société géologique de France (éd.), IXe Réunion annuelle des sciences de la Terre, Paris, Société géologique de France : 599.

Texier, J.-P., D. Lefèvre & J.-P. Raynal. 1992. « La Formation de la Mamora. Le point sur la question du Moulouyen et du Salétien du Maroc nord-occidental », Quaternaire, 3 (2) : 63-73.

Texier, J.-P., D. Lefèvre & J.-P. Raynal. 1994. « Contribution pour un nouveau cadre stratigraphique des formations littorales quaternaires de la région de Casablanca (Maroc) », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, t. 318, séries II : 1247-1253.

Texier, J.-P., J.-P. Raynal & D. Lefèvre. 1985. « Nouvelles propositions pour un cadre chronologique raisonné du Quaternaire marocain », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, t. 301, série II, no 3 : 183-188.

Texier, J.-P., J.-P. Raynal & D. Lefèvre. 1987. « Essai de chronologie du Quaternaire marocain », Bulletin d’archéologie marocaine, t. XVI, 1985-86 : 11-24.

Texier, J.-P., D. Lefèvre, J.-P. Raynal & M. El Graoui. 2002. « Lithostratigraphy of the littoral deposits of the last one million years in the Casablanca region (Maroc) », Quaternaire, 13, 1 : 23-41.

Valladas, H., N. Mercier, J. L. Joron & J. L. Reyss. 1998. « Gif Laboratory dates for Middle Paleolithic Levant », in : T. Akazawa, K. Aoki & O. Bar-Yosef (éd.), Neandertals and Modern Humans in Western Asia. New York, Plenum Press : 69-75.

Audiovisuel :

Sbihi-Alaoui, F.-Z. & J.-P. Raynal (dir. scientifique). 1994. Casablanca, préhistoires au Maroc. Film 16 mm et vidéo, 52 mn, réalisation J.-L. Bouvret, production Pour Voir-Mae-Smap-Cnrs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Contexte géographique et localisation des principaux sites du Paléolithique ancien, fouillés à Casablanca (A)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2
Légende A – Formations mio-plio-pléistocènes de la région de Casablancaq3-4 – Pléistocène supérieur et Holocène, q2 – Pléistocène moyen, q1 – Pléistocène ancien, p – Pliocène, m6 – Miocène (Messinien) Sites signalés : carrières « Thomas » (Thomas I, Thomas III, Oulad Hamida 1) ; AAO, Ahl Al Oughlam ; BF, Bir Feghloul ; DBA, Bar Bou Azza ; DBC, Dar Bouchaïb Oulad Caïla ; DM, Douar Mouhak ; GBH, Ghandour Ben Habib ; Li, Lissasfa ; OAJ, Oulad Aj J’mel ; OH, Oulad Hamida ; OM, Oulad Malik ; RBA, Reddad Ben Ali ; SAR, carrières de Sidi Abderrahmane ; SM, Sidi Messaoud.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 3
Légende La mandibule complète d’Homo mauritanicus de la carrière Thomas I, découverte en 2008
Crédits (© J.-P. Raynal)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 4
Légende Contexte environnemental (d’après Hooghiemstra et al. 1992 ; Matthewson et al. 1995 ; Gasse 2000, 2006 ; Moreno et al. 2002) et chronologie (d’après Bassinot et al. 1994) de la séquence préhistorique du Maroc atlantique pour les 400 derniers millénaires comparée à celle du Levant. (d’après Valladas et al. 1998)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1018/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Raynal, Fatima-Zohra Sbihi-Alaoui et Abderrahim Mohib, « Bilan des recherches récentes sur le Paléolithique de Casablanca (Maroc) », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 102-109.

Référence électronique

Jean-Paul Raynal, Fatima-Zohra Sbihi-Alaoui et Abderrahim Mohib, « Bilan des recherches récentes sur le Paléolithique de Casablanca (Maroc) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1018 ; DOI : 10.4000/nda.1018

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Raynal

Université Bordeaux-1 Sciences et technologies, Umr 5199 Pacea, Ipgq (Talence), Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology (Leipzig, Allemagne)
jpraynal@wanadoo.fr

Fatima-Zohra Sbihi-Alaoui

Direction du Patrimoine, Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Rabat, Maroc)
fsbihialaoui@yahoo.fr

Abderrahim Mohib

Direction du Patrimoine, Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Rabat, Maroc)
amohibs@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org