Navigation – Plan du site
Programmes régionaux

De la vallée du Nil aux oasis du désert occidental d’Égypte

Vingt ans de fouilles, données nouvelles et état des questions
Béatrix Midant-Reynes
p. 96-101

Résumé

Nulle science n’échappe aux courants et aux remous qui agitent son époque. Née à la fin du xixe siècle, issue d’un monde occidental en plein élan colonialiste, l’égyptologie est «blanche» et se tourne, quand il s’agit des origines, vers un Orient brillant d’où seraient venus les créateurs des premières dynasties égyptiennes. La New Race de Flinders Petrie désigne ces migrants orientaux, venus apporter la «civilisation» à une poignée de Nilotiques probablement un peu attardés… Ici, c’est moi qui force le trait. Dans les années 1960, le monde change et les jeunes nations africaines s’éveillent. Accrochée au coin nord-est du continent africain, voie de passage entre la zone levantine et le Maghreb, plongeant son grand fleuve au cœur de l’Afrique noire, l’Égypte s’offre comme un inestimable héritage. Née sur les rives mêmes du fleuve, Kemet est noire, non comme le limon qui la fertilise, mais comme la peau de ses habitants. Ces deux visions opposées, reflet de l’histoire des idées qui traverse le xxe siècle, constituent l’arrière-plan de l’archéologie pré- et protohistorique des cinquante dernières années. La multiplication des travaux tant dans la vallée elle-même que dans les zones désertiques qui la bordent, appuyée par l’utilisation de technologies performantes, a lancé des problématiques nouvelles qui ne répondent pas ou indirectement à un questionnement relevant davantage de l’idéologie que de la vérité historique.

Haut de page

Texte intégral

1On a longtemps eu tendance à l’oublier ou à ne pas prendre le fait en considération, on l’a ensuite admis comme une évidence géographique, puis on l’a revendiqué en forçant le trait : l’Égypte est en Afrique. En soi, la proposition n’a rien que de banal. Pourtant, elle fut à l’origine de polémiques houleuses, de discussions enflammées, d’échanges à fleurets non mouchetés. Tout ce bruit n’aurait pas eu lieu d’être, il est vrai, si l’Égypte n’était pas devenue la « Terre des Pharaons » et si, en conséquence, on n’avait pas été amené à s’interroger sur la couleur de ces derniers…

2Nulle science n’échappe aux courants et aux remous qui agitent son époque. Née à la fin du xixe siècle, issue d’un monde occidental en plein élan colonialiste, l’égyptologie est « blanche » et se tourne, quand il s’agit des origines, vers un Orient brillant d’où seraient venus les créateurs des premières dynasties égyptiennes. La New Race de Flinders Petrie désigne ces migrants orientaux, venus apporter la « civilisation » à une poignée de Nilotiques probablement un peu attardés… Ici, c’est moi qui force le trait. Dans les années 1960, le monde change et les jeunes nations africaines s’éveillent. Accrochée au coin nord-est du continent africain, voie de passage entre la zone levantine et le Maghreb, plongeant son grand fleuve au cœur de l’Afrique noire, l’Égypte s’offre comme un inestimable héritage. Née sur les rives mêmes du fleuve, Kemet est noire, non comme le limon qui la fertilise, mais comme la peau de ses habitants.

3Ces deux visions opposées, reflet de l’histoire des idées qui traverse le xxe siècle, constituent l’arrière-plan de l’archéologie pré- et protohistorique des cinquante dernières années. La multiplication des travaux tant dans la vallée elle-même que dans les zones désertiques qui la bordent, appuyée par l’utilisation de technologies performantes, a lancé des problématiques nouvelles qui ne répondent pas ou indirectement à un questionnement relevant davantage de l’idéologie que de la vérité historique.

4Les fouilles que je conduis depuis vingt ans avec mon équipe, dans le cadre de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (Ifao), avec le soutien du ministère des Affaires étrangères et de la région Midi-Pyrénées, intéressent trois zones essentielles impliquées à des niveaux divers dans l’aventure des origines de la civilisation égyptienne. Il s’agit :

  1. des travaux menés en collaboration avec François Briois (Ehess) sur le Néolithique de l’oasis de Kharga ;

  2. des fouilles à Adaïma (Haute-Égypte) d’un habitat et de deux grandes nécropoles prédynastiques, en collaboration avec Nathalie Buchez (Inrap) et Éric Crubézy (Université Paul Sabatier, Toulouse) ;

  3. de l’exploitation d’un cimetière prédynastique à Kom el-Khilgan ;

  4. d’un vaste habitat du IVe millénaire à Tell el-Iswid. Ces deux derniers sites, localisés dans le delta oriental, sont exploités en collaboration avec Nathalie Buchez et Yann Tristant (membre scientifique de l’Ifao).

L’oasis de Kharga Aux marges : le Néolithique

5En raison des déplacements constants du cours du Nil et des phénomènes successifs de creusement et de sédimentation, les sites anciens de la vallée ont été détruits ou sont ensevelis sous plusieurs mètres d’alluvions. Ainsi n'y connaît-on aucun site du Ve millénaire et l’on ignore tout de ce qui s’y est passé durant la période cruciale qui précède l’explosion du Prédynastique, vers 4200 avant notre ère. Comme cela a été maintes fois souligné, il convient de se tourner vers les déserts pour trouver, peut-être en écho à ce qui se passe dans la vallée, les premières formes d’une économie de production qui, de manière plus ou moins directe, influeront sur le développement des cultures prédynastiques. Les travaux de grande envergure conduits dans le désert occidental par les équipes américaines (Wendorf & Schild 2001) et allemandes (Jennerstrasse 8 2002) ont produit un nombre considérable de sites et de datations 14C. Le tableau général de l’occupation humaine de cette région durant l’Holocène qui en ressort témoigne de la constante adaptation des groupes humains durant les épisodes tour à tour humides et arides de cette période (Lumley & Midant-Reynes 2006 ; Bubenzer, Bolten & Darius 2007).

6Les travaux que nous menons depuis 1999 dans l’oasis de Kharga avec F. Briois se situent dans ce contexte. Ils ont conduit, en premier lieu, à la fouille d’une halte de chasseurs épipaléolithiques du VIIe millénaire avant notre ère (Briois, Midant-Reynes & Wuttmann 2008). Postérieurs de plusieurs siècles à des groupes similaires repérés dans la région de Bir Terfawi-Nabta Playa, ils pourraient représenter une extension occidentale de ces communautés sahariennes. Ils se rapprochent également des groupes épipaléolithiques d’Elkab, étudiés par P. Vermeersch (1978), et qui leur sont globalement contemporains, compte tenu de la précision plus ou moins fine des datations 14C.

7Nos recherches ont ensuite porté sur deux sites néolithiques de plus grande ampleur, remarquables par l’abondance du matériel lithique, de la faune, de foyers visibles en surface et de tessons de céramique (fig. 1). Plusieurs campagnes de fouille ont mis au jour une importante stratigraphie en relation avec l’activité de puits artésiens. Le fait mérite d’être souligné car la plus grande partie des sites des déserts consiste en des concentrations de surface, accompagnées au mieux de quelques foyers. L’outillage lithique et plusieurs types céramiques remarquables attestent de groupes d’origine nubienne, apparentés aux phases les plus anciennes du Prédynastique de la vallée. En effet, une dizaine de datations 14C échelonnent ces occupations dans une fourchette chronologique allant de la deuxième moitié du Ve au tout début du IIIe millénaire. À l’époque où des grands lacs (playa) permettaient à des populations nomades d’occuper les zones aujourd’hui désertiques du désert occidental, les oasis ont joué un rôle de relais vers la vallée avant de servir de refuge quand les conditions climatiques se sont détériorées.

Fig. 1

Fig. 1

Le site néolithique de KS043, oasis de Kharga (vue d’ensemble)

Photo B. Midant-Reynes

Adaïma : un habitat et deux nécropoles de l’époque nagadienne

8Alors que l’époque prédynastique était connue presque exclusivement par ses cimetières, la fouille d’une vaste zone d’habitat et de deux nécropoles qui lui sont contemporaines a enrichi notablement nos connaissances sur près d’un millénaire de développement de la culture de Nagada (culture prédynastique de Haute-Égypte découverte par F. Petrie en 1894). L’accent mis très tôt sur le paléoenvironnement a permis de replacer l’occupation dans son contexte écologique, d’étudier l’évolution des pratiques pastorales et agricoles en relation avec les phénomènes climatiques et les changements sociaux qui ont prévalu dans l’ensemble de la vallée durant cette période. Toutes ces données ont été intégrées à un Sig, constitué dès 1999 par l’équipe de M. De Dapper (De Vliegher & De Dapper 2002). L’étude de l’habitat d’Adaïma, en partie publié en 2002 (Midant-Reynes & Buchez 2002), a fait un grand bond grâce à la thèse de Nathalie Buchez (2008), qui propose, à travers une analyse topochronologique fondée sur la céramique, une lecture de son évolution structurelle et de celle des nécropoles. L’analyse rigoureuse du recrutement de ces dernières a renouvelé les données relatives au peuplement de la vallée du Nil, ainsi qu’aux pratiques funéraires (Crubezy, Janin &Midant-Reynes 2002 ; Crubezy, Duchesne & Midant-Reynes 2008). Citons, entre autres, les manipulations osseuses à présent bien prouvées, ou les égorgements attestés qui ont relancé le débat sur la question du « sacrifice humain » (Albert & Midant-Reynes 2005 ; Midant-Reynes 2009). Couplées aux données génétiques ADN, ces travaux ont ouvert des perspectives nouvelles aux questions épidémiologiques (Crubezy et al. 1998, Clisson et al. 2000).

9La fouille d’une nécropole d’enfants regroupant plus de 700 tombes (la nécropole de l’Est ; fig. 2) constitue à ce jour un cas unique et pose la question du statut des enfants dans la société prédynastique. L’intérêt suscité dans la communauté scientifique est tel qu’un programme est en cours d’élaboration avec des collègues travaillant au Soudan, sur la question des cimetières d’enfants dans la vallée du Nil.

Fig. 2

Fig. 2

Adaïma (Haute-Égypte) Tombe d’enfant Nagada IIA/B.

Photo B. Midant-Reynes

Kôm el-Khilgan : géo-archéologie et données nouvelles sur les processus d’acculturation

10L’Égypte prédynastique est constituée de deux grands ensembles culturels : Nagada au sud et la culture dite « Maadi-Bouto » au nord. Les résultats acquis à Adaïma, au terme d’une longue expérience, méritaient d’être comparées avec les communautés contemporaines du nord. C’est pour cette raison que nos efforts se sont portés vers le delta, déclaré par ailleurs « zone archéologique prioritaire » par le service des antiquités de l’Égypte, en raison des menaces de destruction liés à l’extension galopante des agglomérations.

11Situé dans une zone agricole du delta oriental, Kôm el-Khilgan, couvre une surface de 2 000 mètres carrés. En partie détruit par le creusement des champs et la constitution de rizières, il a fait l’objet de quatre campagnes de fouilles de six semaines chacune. Ces fouilles, encadrées par l’Ifao, ont été en grande partie financées par la région Midi-Pyrénées.

12À l’inverse de la Haute-Égypte, dont les paysages ont été peu bouleversés, il ne reste plus rien, dans le delta, du paysage originel. Cette vaste terre était formée d’une multitude de petits bras du Nil qui la transformaient chaque année en marécages d’où n’émergeaient, pendant les crues, que des Gezira sableuses, « îles »formant les lieux de vie par excellence des habitants du delta.

13Ici plus qu’ailleurs, les études environnementales sont cruciales. Elles ont été conduites par Y. Tristant, dans le cadre d’un doctorat soutenu en 2006. L’autre piste ouverte par les fouilles de Kôm el-Khilgan concerne la mise en évidence des phénomènes d’acculturation qui ont prévalu durant la seconde moitié du IVe millénaire et le rôle qu’ils ont joué dans la constitution d’un État unifié au début du IIIe millénaire. À Kôm el-Khilgan (fig.  3), à un mètre vingt environ sous une occupation d’époque Hyksos (IIe millénaire), une nécropole prédynastique regroupait plusieurs centaines de tombes relevant des deux grands ensembles culturels du Prédynastique égyptien (Buchez & Midant-Reynes 2007). Ce constat nous a amenés à « revisiter » des sites déjà fouillés, comme la nécropole voisine de Minshat Abu Omar, exploitée dans les années 1980 par une équipe allemande, et à re-évaluer leur attribution culturelle.

Fig. 3

Fig. 3

Kôm el-Khilgan (delta oriental). Vue de la fouille du tell.

Photo B. Midant-Reynes

Tell el-Iswid Une stratigraphie de référence et l’introduction du « fait urbain »

  • 1  Ce programme, réalisé dans le cadre de l’Ifao, s’appuie sur une Anr, l’Anr-Gezira (ANR_08_BLAN_031 (...)

14Les travaux conduits à Tell el-Iswid s’inscrivent au sein d’un programme de recherche plus vaste sur l’homme et son environnement dans le delta oriental du Nil au IVe millénaire1.

15Découvert dans les années 1980 par l’Amsterdam University Survey,ce grand tell offre l’intérêt majeur de présenter une séquence stratigraphique complète du IVe millénaire. Son exploitation archéologique a commencé en octobre 2006 par un relevé topographique et une série de sondages à la tarière. Une première campagne de fouille, en mars-avril 2007, a mis au jour des installations en briques crues de la fin de l’époque prédynastique et du début de l’Ancien Empire égyptien. La grande coupe stratigraphique Nord-Sud, entamée en 2006 et achevée en 2009, est en cours de publication. Bien que les recherches n’en soient qu’à leurs débuts, Tell el-Iswid apparaît déjà comme un site de référence pour mettre en synchronie les phases culturelles de la Haute-Égypte avec celles de la Basse-Égypte et du Levant. Un survey paléomagnétique, réalisé en 2008 par l’équipe polonaise de T. Herbish, a permis de localiser les secteurs riches en vestiges. Leur fouille est susceptible d’apporter des réponses à nos interrogations et d’engager le dernier point du programme : la fouille extensive. Grâce à l’existence avérée de larges structures en briques crues, conservées sur une hauteur d’un mètre cinquante (fig. 4), la question du fait urbain en Égypte prédynastique peut être ici posée. Qu’est-ce qu’un habitat prédynastique ? Que représente-t-il en termes d’habitants ? Comment est-il configuré ? Quel fut l’impact de l’adoption d’une architecture de briques sur la conception de l’espace en fonction de paramètres environnementaux, économiques et sociaux ? On suppose que les premières architectures linéaires de briques crues sont liées à des constructions spécifiques (communautaires ou réservées à l’élite et au domaine cérémoniel), mais la dynamique de leur développement dans le temps et dans l’espace reste à apprécier, de même que l’identité des unités domestiques et les implications de l’unification culturelle sur leur structure et leur évolution. Par ailleurs, comme son voisin, Tell el-Farkha, fouillé par des collègues polonais, Tell el-Iswid atteste de relations importantes avec le Levant voisin. Il conviendra de mieux les évaluer, tant en termes de peuplement de la région que pour ce qui concerne les processus ayant abouti, au début du IIIe millénaire, à la naissance de l’État en Égypte.

Fig. 4

Fig. 4

Tell el-Iswid (delta oriental). Bâtiments en briques crues et vase de stockage du Prédynastique final-début dynastique.

Photo B. Midant-Reynes

Conclusion

16Ainsi rapidement esquissées, les données actuelles s’inscrivent dans un paysage renouvelé de la recherche où les problématiques concernant la question des origines dessinent une multitude de pistes parallèles, entrecroisées ou divergentes selon le point de vue de l’observateur et l’angle sous lequel il les considère.

  • 2  « Tardif » s’entend par rapport à la sphère levantine voisine. Les premières attestations d’une éc (...)

17Si le rôle joué par les populations sahariennes dans la mise en place d’un Néolithique « tardif2 » dans la vallée du Nil est à présent bien attesté, on ne saurait sous-estimer les fortes influences de la zone levantine. Les fameuses « pointes d’Helouan », typiques du Pre Potery Neolithic B (Ppnb), mises au jour dans les années 1930 sur des sites aujourd’hui disparus de la banlieue du Caire, demeurent, en l’attente de nouvelles découvertes, un irritant problème. Elles donnent un trop bref coup de projecteur vers l’Orient voisin, mais la piste s’arrête, pour l’instant, sur une impasse. Les espèces domestiques animales (chèvres et moutons) présentes dans le Sahara dès le VIe millénaire sont, quant à elles, venues du Levant, via le delta du Nil. Bien que les premières traces d’une proto-agriculture des espèces africaines (sorgho, millet) soient attestées dans l’oasis de Farafra (Barich & Lucarini 2008), les espèces asiatiques (lin, orge, blé) seront adoptées dans la vallée du Nil. Les civilisations sont avant tout des espaces, écrit F. Braudel (1987). Au carrefour du Levant et de l’Afrique, l’Égypte, « écologiquement » attractive, a vu très tôt se conjuguer ces deux grandes sphères d’influences.

18Ce Néolithique a donné naissance à des formes d’occupation diverses tout le long de la vallée, à des traditions différentes, dont l’impact a été décisif sur la formation et l’évolution des ensembles culturels du IVe millénaire. Rejetées vers les zones refuges que constituaient les oasis et le fleuve, les populations nomades du Sahara ont sans doute contribué à l’épanouissement de l’ensemble badaronagadien en Moyenne et Haute-Égypte, à la fin du Ve millénaire. Les communautés du nord se sont transformées (culture dite de « Maadi-Bouto ») de manière différente, moins sensibles en apparence aux tensions et aux déséquilibres sociaux qui, au sud, ont abouti à des formes de hiérarchie. Les nombreuses fouilles dans les deux régions alimentent les questions sur le rôle respectif des deux grands ensembles sur la formation de l’État. L’Égypte en tant que « civilisation » acquiert son identité au début du IIIe millénaire, sous le règne du pharaon Djoser. Elle a dû pour cela absorber toutes les tensions sociales, les traditions, les modes d’expression des populations alors présentes sur son territoire. Si d’énormes progrès ont été faits au cours des dernières décennies pour mettre en lumière ces siècles dits « obscurs », d’immenses zones d’ombre demeurent ou se dessinent, car toute avancée dans la recherche ne cesse de soulever des questionnements nouveaux.

Haut de page

Bibliographie

Albert, J-P. & B. Midant-Reynes (éd.). 2005. Le sacrifice humain en Égypte ancienne et ailleurs, Paris, Soleb (Études d’égyptologie, 6).

Barich, B. & L. Lucarini. 2008. « The Nile Valley seen from the Oases. The contribution of Farafra », in : B. Midant-Reynes & Y. Tristant, Egypt at its Origins 2. Proceedings of the International Conference « Origin of the State. Predynastic and Early Dynastic Egypt », Toulouse (France), 5th-8th September 2005. Louvain-Paris-Dudlet (MA), Peeters (Orientalia Lovaniensia analecta, 172) : 569-584.

Braudel, F. 1987. Grammaire des civilisations, Flammarion, Paris.

Briois, F., B. Midant-reynes & M. Wuttmann. 2008. Le gisement épipaléo-lithique de ML1 à ‘Ayn-Manawîr. Oasis de Kharga. Le Caire, Ifao.

Bubenzer, O., A. Bolten & F. Darius. 2007. Atlas of Cultural and Environmental Change in Arid Africa. Cologne, Heinrich Barth Institut (Africa Praehistorica, 21).

Buchez, N. 2008. « Chronologie et transformations structurelles de l’habitat au cours du Prédynastique. Approche des mobiliers céramiques funéraires et domestiques du site d’Adaïma (Haute-Égypte) », thèse de l’Ehess, Toulouse.

Buchez, N. & B. Midant-Reynes. 2007. « Le site prédynastique de Kom el-Khilgan (Delta oriental). Données nouvelles sur les processus d’unification culturelle au IVe millénaire », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 107 : 43-70.

Clisson, I., E. Crubezy, B. Ludes & B. Midant-reynes. 2000. « Megaplex analysis of brain remains from the necropolis Adaima (Egypt, 3700-2800 BC) », in : G. Sensabaugh, P. J. Lincoln & B. Olaisen (éd.), Progress in Forensic Genetics 8. Proceedings of the 18th International Congress, San Fransisco, 17-21 August 1999. Amsterdam-New York, Elsevier : 555-557.

Crubezy, E., S. Duchesne & B. Midant-Reynes. 2008. « The predynastic cemetery of Adaima (Upper Egypt). General presentation and implicationsfot the populations of predynastic Egypt », in : B. Midant-Reynes & Y. Tristant, Egypt at its Origins 2, Proceedings of the International Conference « Origin of the State. Predynastic and Early Dynastic Egypt », Toulouse (France), 5th-8th September 2005. Louvain - Paris - Dudlet (MA), Peeters (Orientalia Lovaniensia analecta, 172) : 289-310.

Crubezy, E., T. Janin & B. Midant-Reynes. 2002. Adaïma 2. La nécropole prédynastique. Le Caire, Ifao (Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale, 47).

Crubezy, E., B. Ludes, J.-D. Poveda, J. Clayton, B. Crouau-Roy & d. Montagnon. 1998. « Identification of Mycobacterium DNA in an Egyptian Pott’s disease of 5400 years old », Comptes rendus de l’Académie des sciences, Paris, Sciences de la vie, no 321 : 941-951.

De Vliegher, B. & M. De Dapper. 2002. « Un système d’information géographique pour le site archéologique d’Adaïma », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 102 : 155-188.

“Jennerstrasse 8. 2002. Tides of the Desert. Contributions to the Archaeology and Environmental History of Africa in Honour of Rudolph Kuper. Cologne, Heinrich Barth Institut (Africa Praehistorica 14).

Lumley, H. De & B. Midant-Reynes. (éd.). 2006. Climats, cultures, sociétés aux temps préhistoriques. De l’apparition des Hominidés jusqu’au Néolithique. Paris, Elsevier [numéro thématique de Comptes rendus Palevol, t. V, fasc. 1-2, janvier-février].

Midant-Reynes, B. 2009. « Sacrifices humains et morts d’accompagnement. Le casse-tête égyptien », in : J. Guilaine (éd.), Sépultures et sociétés. Du Néolithique à l’Histoire (séminaires du Collège de France). Paris, Errance (Hespérides) : 83-106.

Midant-Reynes, B. & N. Buchez. 2002. Adaïma 1. Économie et habitat. Le Caire, Ifao (Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale, 45).

Vermeersch, P. 1978. Elkab II. L’Elkabien, épipaléolithique de la vallée du Nil. Bruxelles, Fondation égyptologique Reine Elisabeth et Louvain, Universitaire Pers.

Tristant, Y. 2006. « L’occupation humaine dans le delta du Nil aux Ve et IVe millénaires. Approche géoarchéologique à partir du cas de Kom el-Khilgan (delta du Nil) », thèse EHESS, en co-direction avec M. De Dapper (Institut de géographie de l’Université de Gand, Belgique), Toulouse.

Wendorf, F. & R. Schild. 2001. Holocene Settlement of the Egyptian Sahara, vol. 1. The Archaeology of Nabta Playa. New-York, Kluwer Academic/Plenum Publishers.

Haut de page

Notes

1  Ce programme, réalisé dans le cadre de l’Ifao, s’appuie sur une Anr, l’Anr-Gezira (ANR_08_BLAN_0312_01). Il bénéficie du soutien du ministère des Affaires étrangères et d’un partenariat avec la région Midi-Pyrénées.

2  « Tardif » s’entend par rapport à la sphère levantine voisine. Les premières attestations d’une économie de production en Égypte (Le Fayoum) remontent au Ve millénaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Le site néolithique de KS043, oasis de Kharga (vue d’ensemble)
Crédits Photo B. Midant-Reynes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 2
Légende Adaïma (Haute-Égypte) Tombe d’enfant Nagada IIA/B.
Crédits Photo B. Midant-Reynes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1016/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 3
Légende Kôm el-Khilgan (delta oriental). Vue de la fouille du tell.
Crédits Photo B. Midant-Reynes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1016/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 4
Légende Tell el-Iswid (delta oriental). Bâtiments en briques crues et vase de stockage du Prédynastique final-début dynastique.
Crédits Photo B. Midant-Reynes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1016/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrix Midant-Reynes, « De la vallée du Nil aux oasis du désert occidental d’Égypte », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 96-101.

Référence électronique

Béatrix Midant-Reynes, « De la vallée du Nil aux oasis du désert occidental d’Égypte », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1016 ; DOI : 10.4000/nda.1016

Haut de page

Auteur

Béatrix Midant-Reynes

Umr-5608-Traces, Centre de recherche sur la préhistoire et la protohistoire de la Méditerranée (Crppm), Toulouse
bmidantreynes@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org