Navigation – Plan du site
Programmes régionaux

Premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique

Organisation du programme, travaux en cours et résultats
Xavier Gutherz
p. 89-95

Résumés

Cet article a pour objet la présentation des travaux d’une équipe interdisciplinaire et pluriinstitutionnelle qui – dans le cadre des missions archéologiques françaises soutenues par le MAEE- développe depuis plusieurs années un programme de recherche sur les premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique. Dans les pays concernés (Djibouti, Ethiopie, Somalie) plusieurs opérations de fouilles et prospections pédestres  ont permis de compléter et de renouveler une documentation archéologique particulièrement lacunaire et souvent peu fiable. Il est possible aujourd’hui, à la lumière de ces travaux, de proposer une première image du processus de néolithisation qui se déroule selon un modèle différent de ceux qui ont été mis en évidence sur d’autres continents (Europe, Proche-Orient). La caractérisation des complexes culturels régionaux et leur articulation chronologique est à peine amorcée, mais des progrès sensibles peuvent être soulignés, notamment grâce à l’analyse de séries céramiques et à l’étude de formes diverses de pratiques funéraires à Djibouti ainsi qu’aux importantes découvertes d’art rupestre au Somaliland.

Haut de page

Texte intégral

1Accrédité et subventionné par le ministère des Affaires étrangères et européennes, soutenu par diverses institutions publiques, le programme intitulé Les premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique regroupe actuellement 14 chercheurs et techniciens (voir encadré p. 90) qui mènent des opérations de terrain en Éthiopie, dans la République de Djibouti et au Somaliland (fig. 1). Visant à combler les lacunes qui paraissent les plus criantes dans le domaine de la préhistoire récente de la Corne de l’Afrique, le programme développe plusieurs axes de recherche dont les points forts sont :

  1. l’établissement d’une chronologie relative des cultures néolithiques et protohistoriques ; l’étude de leur distribution spatiale ; la définition de leurs composantes matérielles (styles céramiques, assemblages lithiques, produits manufacturés divers) et de leurs principaux traits culturels, perçus pour l’essentiel à travers leurs pratiques funéraires et leur art rupestre ;

  2. –a recherche d’éléments matériels, archéozoologiques notamment, susceptibles de prouver la domestication animale, de dater son apparition et les phases de son développement ;

  3. la recherche sur les origines de l’agriculture par l’analyse des carporestes ;

  4. des études régionales détaillées sur les interactions entre les hommes et les environnements dans lesquels ils vivaient, à travers le temps et dans un espace géographique contrasté, où l’on trouve aussi bien des milieux sub-humides que des milieux arides.

2Les études en cours portent sur :

  1. l’habitat et les sépultures néolithiques des régions du Gobaad et d’Ali Sabieh à Djibouti, ainsi que les gravures rupestres du massif du Dakka.

  2. l’importante stratigraphie de référence de l’abri de Moche Borago en Éthiopie. Conduite entre 1998 et 2001, sa fouille a révélé une série d’occupations susceptibles d’apporter un nouvel éclairage sur la lente émergence de l’économie de production dans un secteur à l’écart des grands axes de diffusion culturelle. En novembre 2009, de nouveaux sondages réalisés dans d’autres abris du parc national du Nechisar, au sud de l’Éthiopie, pour compléter ces données encore très fragmentaires marquent le début d’une nouvelle phase d’activité de notre équipe, qui va intervenir dans des régions susceptibles d’apporter des réponses aux questions sur le processus de néolithisation, dans les hautes terres du Bale au sud-est et dans le Massif central abyssin qui domine les bassins du Nil bleu et de l’Atbara, au nord du pays.

3Au Somaliland, région autonome au nord de la Somalie qui s’est autoproclamée État indépendant en 1991, ont été découverts les sites à peintures rupestres polychromes de Laas Geel et Dhagax Kure (Gutherz 2005). Leur étude s’est provisoirement interrompue sur le terrain en 2007 mais nous la poursuivons en préparant des publications. Les sondages pratiqués dans les abris ornés ont mis en évidence les vestiges matériels des cultures à l’origine de cet art exceptionnel et méconnu. Leurs résultats amènent à reconsidérer les modalités de l’évolution des industries lithiques du Middle Stone Age (Msa) au Late Stone Age (Lsa). Des travaux sur les nombreuses sépultures mégalithiques aux formes architecturales inédites sont prévus dès que les conditions de sécurité permettront de reprendre les missions (Cros, Bernard & Joussaume 2006). Reprendront aussi les prospections et sondages dans les grottes ou les abris-sous-roche, dont les remplissages stratifiés peuvent être propices à la caractérisation et à la périodisation des cultures néolithiques et protohistoriques de la péninsule somalienne.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de la Corne de l’Afrique avec localisation des principaux sites

(Dao J.-M. Pène d’après dessin de R. Joussaume)

Présentation du projet

4Aux origines de ce projet, il convient d’évoquer les premières recherches de Roger Joussaume en Éthiopie dans les années 1970, alors placées sous l’égide de l’Upr 311 du Cnrs, et de préciser qu’il s’inscrit dans leur continuité. Roger Joussaume s’intéressait alors au mégalithisme éthiopien (stèles et monuments funéraires) ainsi qu’à l’art rupestre (Joussaume 1974). Après la fermeture de l’Éthiopie à la recherche étrangère, à la suite de la prise du pouvoir par Mengistu, Roger Joussaume et Jean Chavaillon se sont rendus en 1982 à Djibouti pour en évaluer le potentiel archéologique, à la demande de l’Iserst, organisme de recherche scientifique officiel de la république de Djibouti. Joussaume a alors identifié plusieurs habitats à céramique modelée, attribués au Néolithique, dont celui d’Asa Koma où il réalisa deux sondages en 1984 puis 1986. Il a également effectué des relevés de gravures rupestres à Dorra et Balho dans le nord du pays, à Turka Madobe, Yangulakoma et Garabaïs dans le sud. En 1988, Xavier Gutherz l’a rejoint pour poursuivre les fouilles d’Asa Koma. À partir de 2001, ce dernier, alors rattaché à l’Umr 6636 (Esep, Aix-en-Provence), prit la direction de la mission et les objectifs d’un programme de recherche pluridisciplinaire consacré à l’étude des premières sociétés de production furent définis. Joussaume reprit alors ses travaux sur le mégalithisme éthiopien (Gutherz & Joussaume 2000 ; Joussaume dir. 1995 et 2007).

5Ce programme, qui embrasse une large fourchette chronologique, de la période d’émergence d’une économie de production à celle de la pénétration de l’Islam dans la Corne de l’Afrique, est toujours d’actualité.

  • 1  Umr 5140 (Archéologie des sociétés méditerranéennes, Montpellier-Lattes), Umr 7041 (Arscan, Nanter (...)

6L’équipe de la mission réunit des chercheurs, des ingénieurs, des techniciens, des étudiants de master, des doctorants et des post-doctorants rattachés à différentes unités de recherche1. De ce fait, elle est composée de chercheurs appartenant au Cnrs, à différentes universités, au ministère de la Culture et de la communication et à l’Inrap. Pour les partenaires scientifiques des pays où se déroule la recherche, il faut mentionner pour l’Éthiopie l’Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage (Arcch), pour la république de Djibouti le Centre d’études et de recherches de Djibouti (Cerd), et pour le Somaliland le Department of Archaeologydu ministère du Tourisme et de la culture à Hargeisa.

Enjeu scientifique et résultats de la recherche

  • 2  Communication au séminaire de master « Archéologie et Préhistoire de l’Afrique », sous la directio (...)

7La Corne de l’Afrique souffre encore très largement d’un manque de données archéologiques pour cerner le processus de néolithisation, c’est-à-dire le passage d’une économie fondée exclusivement sur la chasse, la pêche et la cueillette de plantes comestibles sauvages à une économie fondée principalement sur la gestion raisonnée d’espèces animales et végétales domestiques. L’enjeu de notre programme consiste donc à réunir le maximum d’informations issues de fouilles dans des sites appropriés. Il s’agit à la fois de mettre en œuvre des méthodes de fouilles moins expéditives que par le passé et des méthodes d’étude qui mobilisent un éventail le plus large possible de disciplines concourant à la connaissance de ces sociétés. Un regard attentif est porté sur leur relation avec un environnement naturel diversifié qui fut soumis à des changements climatiques majeurs. Cette recherche interdisciplinaire puisant ses matériaux sur le terrain a pour ambition de constituer une alternative à l’archéologie des modèles qui montre toute sa fragilité lorsque les données sont rares ou incertaines, ce qui est encore largement le cas dans cette région de l’Afrique. Elle ne perd pas de vue pour autant toute la difficulté qui s’attache à la définition du Néolithique en Afrique, « un Néolithique introuvable » selon l’expression de notre collègue F.-X. Fauvelle2, c’est-à-dire un Néolithique dont les marqueurs traditionnellement évoqués n’apparaissent ni simultanément ni dans l’ordre où ils se sont manifestés selon le modèle de référence proche-oriental (Gutherz 2008).

L’économie

8D’ores et déjà, notre programme a produit des avancées marquantes dans le domaine de l’économie des populations préhistoriques au seuil de la production. Le paysage que nous pouvons évoquer aujourd’hui, notamment à la lumière des études archéozoologiques conduites ces dernières années dans la Corne de l’Afrique, apparaît comme très contrasté. On observe de réels isolats au sein desquels semble se maintenir au moins jusqu’au début de notre ère une économie de chasse. C’est le cas de l’abri de Moche Borago dans le Wolayta, au cœur du plateau éthiopien (fig. 2). En Éthiopie, en effet, nous avons orienté les recherches vers l’identification de gisements archéologiques susceptibles de fournir des données sur l’émergence de la domestication et sur les successions culturelles. Nous avons donc accordé une priorité à la réalisation de sondages dans des grottes et abris-sous-roche contenant des remplissages stratifiés. Tel fut le cas de Moche Borago Gongolo (en langue wolayta : la grotte de Moche Borago, du nom de son propriétaire) un très vaste abri-sous-roche situé sur le flanc occidental du mont Damota, un volcan daté du Pleistocène supérieur (Gutherz 2000). L’abri, arrosé par une cascade, offre plus de 800 mètres carrés de superficie. Il a livré une importante séquence stratigraphique de plusieurs mètres d’épaisseur. La tranche supérieure s’inscrit dans une fourchette chronologique allant de 3300 avant J.-C. aux premiers siècles de notre ère. Elle montre combien cette région des hauts plateaux éthiopiens – contrairement aux idées reçues – pouvait constituer un isolat car on ne peut déceler, à travers l’analyse des vestiges, aucune trace de domestication qu’elle soit animale ou végétale. En revanche, cet habitat temporaire a fonctionné comme halte pour des chasseurs de buffles qui y revenaient régulièrement pour traquer le gibier et le dépecer sur place. Aucun ossement d’animal domestique n’a pu être décelé, même dans les couches les plus récentes (Gutherz et al. 2002 ; Lesur, Vigne & Gutherz 2007).

9Tout dernièrement, en novembre 2009, des sondages réalisés dans deux petits abris-sous-roche bordant la plaine du Nechisar, à une centaine de kilomètres au sud de Moche Borago, ont livré des industries à segments, de la céramique modelée et une faune exclusivement sauvage. L’occupation de l’un d’eux a été datée du milieu du Ier millénaire de notre ère. Ces données pourraient donc confirmer celles obtenues dans le Wolayta.

10Dans la dépression Afar, le site d’Asa Koma (fossé tectonique du Gobaad, république de Djibouti), sondé en 1984 et en 1986 par Roger Joussaume, puis fouillé les années suivantes, montre a contrario qu’à la charnière des IIe et Ier millénaires avant notre ère, l’élevage bovin est bien présent même s’il reste une activité secondaire par rapport à la pêche et à la chasse (Gutherz et al. 1996). Les activités s’orientent autour de trois axes principaux caractérisant une économie dite à large spectre : l’activité halieutique (poissons-chats et tilapies), la chasse, qu’elle soit du chacal à flancs rayés ou de l’hippopotame, de la gazelle ou du lièvre du Cap ou d’Abyssinie, mais aussi l’élevage du bœuf domestique (Guerin & Faure 1996 ; Gutherz 1996 ; Lesur 2007). Le mobilier comprend une industrie lithique sur obsidienne caractérisée principalement par l’abondance des microlithes de type segment et de pièces esquillées, auxquels s’ajoutent quelques outils débités au percuteur dur (lames retouchées, grattoirs, perçoirs et racloirs), des parures sur test d’œuf d’autruche ou de mollusques marins, sur quartz ou sur os, ainsi qu’un outillage osseux (pointes, poinçons et épingles). Le matériel de broyage (meules souvent usées et fragmentées et broyeurs en basalte), représenté dans des proportions importantes à Asa Koma, et la céramique sont traditionnellement considérés comme des marqueurs de l’agriculture. On ne peut les interpréter comme tels sur ce site. En effet, les preuves directes des activités agraires ne sont pas rassemblées à Asa Koma. On pense notamment aux carporestes qui font défaut, alors que les charbons de bois sont très abondants et que les sédiments ont fait l’objet d’un tamisage rigoureux lors des opérations de fouille (Newton et al. 2008). La confection de farine de poisson a été avancée comme autre hypothèse pour expliquer l’abondance du matériel de broyage (Gutherz 1996 ; Van Neer & Lesur 2004).

11Une datation radiocarbone effectuée récemment sur le site de Wakrita, voisin de quelques kilomètres, vieillit de 500 ans environ l’émergence du bœuf domestique dans la région (Lesur-Gebremariam 2009). Dans ces sites, comme dans la plupart des sites contemporains fouillés dans la Corne de l’Afrique, on n’a retrouvé aucun témoin incontestable de l’agriculture. Par rapport au contexte régional (Soudan, péninsule arabique), celle-ci semble apparaître tardivement, en tout cas pas avant le milieu du Ier millénaire avant J.-C., voire autour du changement d’ère. Les céréales endémiques au plateau éthiopien, comme l’éleusine et le tef, auraient donc connu une domestication tardive. La question reste aussi posée pour les plantes à tubercules comme le bananier d’Abyssinie (ou ensete) ou encore pour le caféier.

Fig. 2

Fig. 2

Abri-sous-roche de Moche Borago (Éthiopie)

Photo X. Gutherz

La céramique

12Parmi les principaux points acquis à l’occasion de ces fouilles et des prospections de surface, on peut également souligner la reconnaissance de styles céramiques néolithiques ou protohistoriques régionaux en république de Djibouti. Leur caractérisation et leur datation constituent en effet une étape indispensable dans le processus de recherche sur les plus anciennes sociétés de production de cette région. L’étude des faciès céramiques a conduit à la première analyse détaillée jamais réalisée sur des séries abondantes et représentatives de la céramique modelée néolithique de la région (Cauliez, Gutherz & Pène 2008). Elles sont issues principalement de deux sites majeurs, Asa Koma et Hara Idé 2 (fig. 3), mais aussi d’autres sites du bassin du Gobaad dont celui de Wakrita qui en a livré une très importante. L’identification des styles s’appuie sur un large échantillonnage de matériel : styles d’Hara Idé, d’Asa Koma et de Tewquo Daba dans la région du lac Abhé et style de Loubak Ali dans la région d’Ali Sabieh. Pour le moment seul celui d’Asa Koma bénéficie d’un calage chronologique précis.

Fig. 3

Fig. 3

Céramique du style d’Hara Idé (Djibouti)

Photo et Dao J.-M. Pène

Les industries lithiques

13L’étude des industries lithiques du Late Stone Age (Lsa) de la Corne de l’Afrique, selon la classification établie par Clark en 1954, souffre aussi d’une documentation insuffisante, notamment en raison de la rareté d’ensembles homogènes et datés. C’est pourquoi l’accent vient d’être porté sur les séries provenant des sondages dans l’abri 7 du site de Laas Geel au Somaliland. Ces séries présentent l’avantage de provenir d’une séquence stratigraphique dilatée qui va permettre de mieux cerner la phase de transition entre technologie Msa et Lsa et de caractériser les industries de technologie Lsa et leur prolongement dans le Néolithique. L’étude en cours est conduite en collaboration avec nos collègues de l’Umr traces de Toulouse. D’autres séries plus récentes, notamment l’important ensemble d’Asa Koma, font actuellement l’objet d’analyses technologiques.

Les pratiques funéraires

14L’étude des pratiques funéraires constitue un des axes de recherche majeurs des missions organisées en république de Djibouti. Diverses formes de sépultures ont été mises en évidence dans le bassin du Gobaad, cadre principal de ces recherches : inhumations individuelles en fosse profonde condamnées par des amas de blocs comme à Asa Koma, ou simples fosses peu profondes contenant les restes d’un individu (secteurs d’Hara Idé et Ali Daba). Sur le site d’Ali Daba, les locus 2 à 13 présentent des dispositifs funéraires très particuliers datés d’une phase antérieure au Néolithique d’Asa Koma. Les dernières fouilles réalisées sous la direction d’Henri Duday entre 2002 et 2006 ont permis d’étudier plusieurs dépôts installés dans de petites cuvettes creusées dans le limon. Il s’agit d’amas d’ossements humains fracturés et brûlés, correspondant au dépôt secondaire des os d’un individu, regroupés en paquet dans de petites fosses circulaires, mais également d’ossements humains et animaux partiellement brûlés, enchevêtrés ou regroupés dans de petits amas ou des cuvettes un peu plus larges mais peu profondes. Dans ces dernières structures, les ossements humains appartiennent à des sujets très robustes et les ossements d’animaux aux parties du squelette crânien de crocodiles et d’hippopotames, os de lions, léopards, zèbres, bovidés et poissons. Parmi ces os ou dents, plusieurs sont travaillés, transformés en pendentifs. Une datation place les dépôts de la grande fosse d’Ali Daba 2 au début du IVe millénaire avant J.-C. (5000 ± 40 BP) et l’on note qu’en dehors de la présence d’une industrie en obsidienne livrant de nombreux segments, aucun fragment de poterie n’a été découvert dans ces structures funéraires ou à leurs abords immédiats (Lesur 2007). Leur âge explique peut-être cette absence. Si cela était confirmé, nous aurions une indication sur le terminus post quem de l’apparition de la céramique dans le fossé tectonique du Gobaad.

15Depuis 2007, nous avons pu compléter cette analyse des dispositifs funéraires en abordant la fouille d’une structure architecturée, le tumulus à plateforme circulaire d’Antakari (fig. 4). Ce monument funéraire n’a pas pour le moment pu être daté de façon précise, mais le mobilier qu’il livre est rattaché au complexe néolithique régional au sens large du terme. Cette forme architecturale a été identifiée sur plusieurs sites du bassin du Gobaad.

16Enfin, nous avons pu aborder, dans la région voisine d’Ali Sabieh, l’étude d’une autre forme inédite de nécropole. Dans un site en grande partie bouleversé par les inventeurs, situé près de la localité d’Ali Addé, l’enlèvement des déblais de fouille a révélé une vingtaine de fosses circulaires profondes de 0,50 à 1,30 mètre, creusées les unes à côté des autres, et se recoupant parfois. Elles contenaient chacune les corps en connexion d’un ou deux sujets en position repliée. Ces corps étaient accompagnés de poteries modelées richement et finement décorées et de nombreuses perles et pendeloques en coquillages marins. Le site n’a pas encore pu être daté, mais il livre un faciès céramique tout à fait original qu’il conviendra de replacer dans la chronologie générale des cultures régionales.

Fig. 4

Fig. 4

La tombe plateforme d’Antakari (Djibouti)

Photo S. Hérouin

L’art rupestre 

17S’agissant de l’art rupestre, les recherches menées au Somaliland depuis 2002 ont permis de découvrir plusieurs ensembles exceptionnels et de caractériser un style particulier, répandu sur un vaste territoire et probablement le plus ancien de la Corne de l’Afrique (Gutherz, Cros & Lesur 2003 ; Gutherz 2004). Ce style, défini à partir de l’étude détaillée des sites de Laas Geel (fig. 5) et Dhagax Kure, est l’œuvre de populations d’éleveurs de bovins à dos plat (Bos taurus) qui n’utilisaient pas de poterie et que l’on peut situer entre le milieu du IVe et celui du IIIe millénaire avant J.-C., si l’on se fonde sur la datation de plusieurs unités stratigraphiques du remplissage de l’abri 7 de Laas Geel. Elles contiennent en effet des fragments de roches colorantes que l’on suppose avoir été abandonnées là par les auteurs des peintures. D’autre part, plusieurs sites très étendus ornés de plusieurs milliers de gravures sont en cours d’étude dans le sud-ouest de la république de Djibouti. Ils représentent une ou des phases plus récentes de l’art rupestre de la Corne de l’Afrique puisque y dominent les représentations de dromadaires, de bovins à bosse et de personnages armés de lances. Ces œuvres ne sauraient donc être antérieures à la deuxième moitié du Ier millénaire avant notre ère (fig. 6).

Fig. 5

Fig. 5

Vue du plafond de l’abri 10 de Laas Geel (Somaliland)

Photo P. Aventurier

Fig. 6

Fig. 6

Personnages armés. Gravure du site d’Aïroli (Djibouti)

Photo X. Gutherz

Haut de page

Bibliographie

Cauliez, J., X. Gutherz & J.-M. Pène. 2008. « Première caractérisation des faciès cramiques néolithiques de la région du Gobaad en république de Djibouti », L’Anthropologie, 112 : 691-715.

Clark J.D., 1954. The Prehistoric Cultures of the Horn of Africa. Cambridge University Press.

Cros, J.-P., R. Bernard & R. Joussaume. 2006. « Tumulus et pierres dressées dans la région de LaasGeel (Somaliland) », Afrique, Archéologie & arts, 4 : 109-124.

Guerin, C. & M. Faure. 1996. « Chasse au chacal et domestication du bœuf dans le site néolithique d’Asa Koma (république de Djibouti) », Journal des africanistes,66, 1 : 299-311.

Gutherz, X. 1996. « Pêcheurs, chasseurs et éleveurs au bord du lac Abhé : statut économique de l’habitat néolithique d’Asa Koma (république de Djibouti) », Préhistoire, anthropologie méditerranéennes, t. 5 : 215-231.

Gutherz, X. 2000. « Sondages dans l’abri-sous-roche de Moche Borago Gongolo dans le Wolayta (Ethiopie) », Annales d’Éthiopie, XVI : 35-38.

Gutherz, X. 2004. « Corno d’Africa, le Pitture rupestre di Las Geel », Archeo, anno XX, 12 : 82-99.

Gutherz, X. 2005. « La mission archéologique française au Somaliland » Les Nouvelles de l’archéologie, 101 : 37-43.

Gutherz, X. 2008. « Aux origines de la production dans la Corne de l’Afrique : un champ d’étude à reconquérir », in : J.-E. Brochier, A. Guilcher & M. Pagni (éd.), Archéologie de Provence et d’ailleurs, mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade. Aix-en-Provence, Association Provence Archéologie (Bulletin archéologie de Provence, suppl. no 5) : 127-151.

Gutherz, X., J.-P. Cros & J. Lesur. 2003. « The discovery of new rock paintings in the Horn of Africa : the rockshelters of Las Geel (Republic of Somaliland) », Journal of African Archaeology, 1 (2) : 227-236.

Gutherz, X. & R. Joussaume. 2000. « Le Néolithique de la Corne de l’Afrique », in : J. Guilaine (dir.), Premiers paysans du Monde ; naissance des agricultures. Séminaires du collège de France. Paris, Errance : 291-320.

Gutherz, X., R. Joussaume, S. Amblard & M. Guedda. 1996. « Le site d’Asa Koma (république de Djibouti) et les premiers producteurs dans la Corne de l’Afrique », Journal des africanistes, t. 66, no 1-2 : 255-297.

Gutherz, X., L. Jallot, J. Lesur, G. Pouzolles & D. Sordoillet. 2002. « Les fouilles de l’abri-sous-roche de Moche Borago (Sodo-Wolayta, Éthiopie). Premier bilan ». Annales d’Éthiopie, XVIII : 181-190.

Joussaume, R., 1974. Le Mégalithisme en Éthiopie; monuments funéraires protohistoriques du Harar. Paris, Muséum national d’histoire naturelle, laboratoire de Préhistoire, Cnrs, Laboratoire associé 184.

Joussaume, R. (dir.). 1995. « Tiya, l’Éthiopie des mégalithes : du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique. Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises, 387 pages.

Joussaume, R. 1996. « Les cultures mégalithiques de l’Éthiopie », in : Cultures & Communications (éd.), Aethiopia / pays, histoire, populations, croyances, arts et artisanat.s. l., Gordon & Breach - Arts International : 58-75 (ouvrage publié à l’occasion de l’exposition « Æthiopia, peuples d’Éthiopie », musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren).

Joussaume, R. 2007. Tuto Fela et les stèles du sud de l’Éthiopie. Paris, Ed. recherches sur les Civilsations, Cultures-France.

Lesur, J. 2007. Chasse et élevage dans la Corne de l’Afrique entre le Néolithique et les temps historiques. Oxford, Archaeopress (BAR International series, 1602 ; Cambridge Monographs in African Archaeology, 68), 221 pages.

Lesur-Gebremariam, J. 2009. « Origine et diffusion de l’élevage dans la Corne de l’Afrique : un état de la question », Les Annales d’Éthiopie, 24 : 173-208.

Lesur, J., J.-D. Vigne & X. Gutherz. 2007. « Exploitation of wild mammals in Southwest Ethiopia during the Holocene (4000 BC-500 AD) : the finds from Moche Borago shelter (Wolayta) », Environmental Archaeology, 12, 2 : 139-159.

Newton, C., S. Thiebault, I. Thiam El-Hadji, X. Gutherz, J. Lesur & D. Sordoillet. 2008 « Fuel and vegetation at Asa Koma (Republic of Djibouti) during the second millennium BC ». Journal of African Archaeology, 6 (1) : 87-102.

Van Neer, W. & J. Lesur. 2004. « The ancient fish fauna from Asa Koma (Djibouti) and modern osteometric data on the 3 Tilapiini and 2 Clarias catfish species », Documenta Archaeobiologiae, 2 : 141-160.

Haut de page

Annexe

Équipe du programme « Premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique »

Responsable — Xavier Gutherz, Professeur à l’université Paul-Valéry - Montpellier-3, directeur de l’équipe « préhistoire méditerranéenne et africaine » de l’Umr 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, archéologue.

Participants — Jessie Cauliez, Post-doctorante, allocataire Fyssen, Umr 6636 (Esep, Mmsh, Aix-en-Provence), céramologue ; Jean-Paul Cros, chercheur indépendant, anthropologue ; Amélie Diaz, chercheur indépendant, lithicienne ; Henri Duday, directeur de recherche au Cnrs, directeur d’étude à l’Ephe, Umr 5199, Pacea, anthropologue ; Stéphane Hérouin, service municipal Archéologie, ville de Chartres, archéo-anthropologue ; Luc Jallot, Mcf associé, université Paul-Valéry - Montpellier-3, Umr 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, archéologue ; Joséphine Lesur-Gebremariam, Mcf Mnhn, Umr 7209, Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques, environnements, archéozoologue ; Mohamed Omar Ismael, technicien au Cerd, Djibouti, technicien-archéologue ; Claire Newton, Lecturer in Archéobotany, université de Nottingham (UK), Umr 5059, Centre de bio-archéologie et d’écologie, Montpellier, anthracologue ; Jean-Michel Pène, technicien de recherche à la Drac Languedoc-Roussillon, Umr 5140, archéologue ; Guy Pouzolles, technicien de recherche à la Drac Languedoc-Roussillon, Umr 5140, archéologue ; Dominique Sordoillet, ingénieur à l’Inrap, Umr 6249, Chrono-environnement, Besançon, géoarchéologue ; Marie-Camile Vivant, service municipal Archéologie, ville de Chartres, technicien-archéologue.

Haut de page

Notes

1  Umr 5140 (Archéologie des sociétés méditerranéennes, Montpellier-Lattes), Umr 7041 (Arscan, Nanterre), Umr 5199 (Pacea, Bordeaux), Umr 6636 (Lampea, Aix-en-Provence), Umr 5197 (Archéozoologie, histoire des sociétés humaines et des peuplements animaux, Mnhn, Paris) Umr 5059 (Centre de bio-archéologie et d’écologie, Montpellier), Umr 6249 (Chrono-environnement, Besançon).

2  Communication au séminaire de master « Archéologie et Préhistoire de l’Afrique », sous la direction de F.-X. Fauvelle, séance du 13 janvier 2010 : « Le Néolithique en Afrique », maison de la recherche, université de Toulouse - Le Mirail.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de la Corne de l’Afrique avec localisation des principaux sites
Crédits (Dao J.-M. Pène d’après dessin de R. Joussaume)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 2
Légende Abri-sous-roche de Moche Borago (Éthiopie)
Crédits Photo X. Gutherz
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3
Légende Céramique du style d’Hara Idé (Djibouti)
Crédits Photo et Dao J.-M. Pène
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1014/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 4
Légende La tombe plateforme d’Antakari (Djibouti)
Crédits Photo S. Hérouin
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1014/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 5
Légende Vue du plafond de l’abri 10 de Laas Geel (Somaliland)
Crédits Photo P. Aventurier
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1014/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 6
Légende Personnages armés. Gravure du site d’Aïroli (Djibouti)
Crédits Photo X. Gutherz
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1014/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Gutherz, « Premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 89-95.

Référence électronique

Xavier Gutherz, « Premières sociétés de production dans la Corne de l’Afrique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1014 ; DOI : 10.4000/nda.1014

Haut de page

Auteur

Xavier Gutherz

Université Paul-Valéry - Montpellier-3, Umr 5140
x.gutherz@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org