Navigation – Plan du site
Préventif et inventaires

Les monuments mégalithiques du Sud tunisien

État de la question
François Paris et Mansour Ghaki
p. 71-74

Résumé

En 2003, une convention a été signée entre l’Institut national du patrimoine (Inp) et l’Institut de recherche pour le développement (Ird) pour mener un programme de recherche archéologique dans le Sud tunisien. Placé sous la responsabilité de Mansour Ghaki (Inp) et de François Paris (Ird-Umr Lampea 6636) ce projet a pour objet principal l’étude des structures funéraires pré et protohistoriques du Sud tunisien.

Haut de page

Texte intégral

1En 2003, une convention a été signée entre l’Institut national du patrimoine (Inp) et l’Institut de recherche pour le développement (Ird) pour mener un programme de recherche archéologique dans le Sud tunisien. Placé sous la responsabilité de Mansour Ghaki (Inp) et de François Paris (Ird-Umr Lampea 6636) ce projet a pour objet principal l’étude des structures funéraires pré et protohistoriques du Sud tunisien.

État de la question

2Entre 1961, année qui vit la publication par Gabriel Camps de son ouvrage de référence, Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques,et 2003,la question n’a pas vraiment évolué. On constate que la plupart des sites décrits sont implantés dans le nord du pays où les nécropoles à dolmens de la dorsale tunisienne ont très tôt retenu l’intérêt des amateurs comme des professionnels. Le sud de la Tunisie, en revanche, n’a été réellement prospecté que lors des relevés topographiques effectués par le Service géographique de l’armée française entre 1904 et 1910. Les environs de Gafsa, exploités pour leurs phosphates, et ceux de Gabès, d’où se faisait leur exportation, ont été les régions les mieux étudiées et des nécropoles à bazinas y ont été signalées.

3Les bazinas sont un type de monument funéraire particulier de l’Afrique du Nord. Ce nom, d’origine berbère, désigne, en Algérie orientale et en Tunisie, les grands tertres. Son emploi a été étendu à tous les tumulus qui présentent un revêtement extérieur. Dès 1867, A. Letourneux en donne une première définition et les décrit comme « des monuments qui consistent en assises concentriques ou ellipsoïdales de pierres plus ou moins grosses formant des degrés ». Gabriel Camps précise : « l’on appellera donc bazina les tumulus qui ne sont pas de simples amoncellement de cailloux ou de galets, tous ceux qui ont un revêtement extérieur même réduit ». Pour notre part, nous préférons réserver cette appellation aux monuments dont la superstructure est délimitée par au moins deux assises claires de pierres formant un muret. Nous conserverons celle de tumulus pour les petits tertres à simples assises de pierres concentriques.

  • 1  Jadis souvent écrit « bassina », parfois au masculin parfois au féminin, le mot s’orthographie mai (...)

4Les quelques publications de monuments fouillés ne sont pas détaillées et donnent des renseignements très limités. Entre El Mekta et Gafsa, J. de Morgan, L. Capitan et P. Boudy(1910) signalent « quelques monuments mégalithiques formés d’un cercle de grosses pierres maintenant les cailloux et la terre de petits tumuli ». La fouille de deux d’entre eux n’ayant fourni aucun résultat les auteurs s’interrogent sur leur ancienneté : « nous avons tout lieu de penser que ce sont là de simples sépultures de nomades sûrement antérieures à l’Islam, mais dont l’antiquité ne peut être bien reculée ». Le capitaine Zeil (1904) a étudié la nécropole de Hassi Stili, au sud de Gafsa, qu’il décrit comme un groupe compact de vingt à vingt-cinq « basina1 ». Il a fouillé quatre de ces monuments et, pour trois d’entre eux, il a trouvé dans des fosses d’orientation nord-sud des inhumations individuelles en décubitus latéral fléchi ; le dernier contenait un squelette d’enfant, à la crémation incomplète. Des vestiges de bracelet en fer, des perles de cuivre ont été trouvés dans deux fosses.

5Un autre militaire, le lieutenant Pézard, signale des bazinas dans les proches environs de Médenine (1909). Il a étudié quelques monuments « qui avaient déjà été fouillés à une époque antérieure. Ils ne m’ont rien livré, sauf un petit fragment de bronze ». Ce sont là les principaux résultats publiés concernant des monuments funéraires du Sud tunisien. Nombre d’entre eux ont été soit pillés, soit détruits pour la construction de maisons ou d’ouvrages hydro-agricoles, ou encore fouillés par des amateurs d’antiquités, comme le suggère le lieutenant Pézard (1909) : « Beaucoup de ces basinas ont été exploités pour la construction des villages d’oasis ; presque tous ont été fouillés […]. J’en ai fouillé plusieurs […] je n’en ai jamais encore rencontré d’intacts. Je sais pourtant que d’autres chercheurs ont été plus heureux et qu’ils ont trouvé quantités de jolies pièces. »

6On peut résumer ainsi l’état des connaissances sur les monuments funéraires du Sud tunisien lorsque nous avons démarré notre projet :

les bazinas ont été signalées principalement dans les régions du sud de Gafsa et de Gabès - Médenine ;

les bazinas et les tumulus à simple assise concentrique sont les principaux, sinon les seuls types de monuments reconnus. Les structures mégalithiques de type dolmens, pourtant abondantes dans le nord du pays, sont ici absentes ;

les résultats des fouilles menées dans ces régions indiquent que ces monuments sont plutôt récents (âge du Fer et Antiquité), même si le capitaine Zeil a estimé que deux d’entre eux étaient préhistoriques.

Objectifs et Méthode

7Notre objectif initial était de situer les architectures funéraires du Sud tunisien par rapport à celles du Sahara. On a pu déterminer, lors des recherches menées dans le Sahara nigérien (Paris 1996), que les sépultures monumentales sont apparues au Néolithique final, vers 3500 avant notre ère. Par ailleurs, ces monuments funéraires semblent être le fait d’un nouveau peuplement, qui s’est progressivement substitué aux populations soudanaises du Néolithique et qui peut être rattaché aux migrations berbères. Nous pensons donc pouvoir aborder la question du peuplement du Sud tunisien par l’étude des modes de sépulture.

8Dans un premier temps nous avons dressé un inventaire des monuments funéraires en nous appuyant sur les points archéologiques signalés par les brigades topographiques sur les instructions du Comité des travaux historiques et scientifiques du ministère de l’Instruction publique (1890), qui ont indiqué par les sigles Rm (ruines mégalithiques), Rr (ruines romaines) et Ra (ruines arabes), les vestiges rencontrés lors de leurs relevés. Nous avons utilisé la couverture au 1/100 000, échelle la plus grande dont on puisse disposer pour le Sud tunisien, dont les relevés sur le terrain ont été effectués entre 1904 et 1910.

9Nous avons ainsi digitalisé 2 176 sites qui se répartissent ainsi : 174 Ra, 1 185 Rr et 817 Rm (voir carte 1). Si l’on considère la distribution des « ruines mégalithiques », réduites à celles de la zone sud selon les grands bassins collecteurs, on en décompte 156 dans celui du Chott el Rharsa, presque toutes situées dans la région de Gafsa-El Guettar, 280 dans celui du Chott el Jerid, essentiellement réparties dans la région sud-ouest, 330 dans celui de la mer Méditerranée et 40 pour la Sebkhret en Noual.

10Compte tenu de ces répartitions, nous avons déterminé deux zones d’étude, la région de la Jeffara et celle de Douz-Kébili, pour les sites à fouiller. Le but est d’établir une chronologie de ces monuments pour lesquels nous ne disposions d’aucune datation 14C et de préciser les modes de sépultures.

11Deux nécropoles ont retenu notre attention pour y effectuer des sondages : Qalaat Oum el Ardjem dans la région de Douz et El Menaguib dans la Jeffara. Nous parlerons ici de cette dernière, dont nous avons achevé l’étude.

Carte 1

Carte 1

Distribution des points archéolgiques indiqués sur les cartes au 1/100 000 du Sud tunisien relevées entre 1904 et 1910. Pour chaque carte, nous indiquons le nombre de RM.

Nécropole d’El Menaguib

12Le site se trouve à une douzaine de kilomètres du petit village de Bir es Saada, anciennement Bir el Adjaj. On y accède par une piste ensablée mais praticable en voiture. La région d’El Menaguib est parsemée de vestiges de type Rm et Rr. Le site choisi est une petite nécropole d’une superficie d’environ 9 hectares, implantée sur un léger relief calcaire. Elle est composée de 22 bazinas ou tumulus, ruinés ou déstructurés, partiellement recouverts par les sables et sédiments éoliens. Leurs diamètres varient de 10 mètres pour 1 mètre de haut environ pour les plus grandes, à 2 mètres pour les plus petites. Dans le secteur nord-ouest, se trouvent deux petites structures d’habitats, constituées d’une cour et de deux cellules adjacentes. La céramique relativement abondante dans ce secteur est, selon Sami Ben Tahar, d’époque romaine tardive.

13Nous avons fouillé cinq monuments, choisis pour leur état de conservation apparent et leurs dimensions : deux bazinas de grande taille (diamètres de 6,50 mètres environ) et trois tumulus à assises concentriques de plus petites dimensions (diamètres de 4,50 mètres environ).

  • 2  Toutes les datations ont été effectuées par Jean-François Saliège (Locean, université Pierre et Ma (...)

14Dans la fosse, manifestement pillée, du tumulus T01 nous avons recueilli des fragments d’os brûlés et des charbons de bois, résultant d’une incinération. Les fragments carbonisés ont été datés2 de 4520 ± 150 BP (Pa 2352), soit une fois calibrés (Reimer et al. 2004) entre 3623 et 2906 avant J.-C.

15Le tumulus T02 est d’allure comparable à T01, mais un peu mieux conservé dans ses superstructures. Lors de son dégagement, nous avons mis en évidence un caveau de 2,40 mètres de long, 1,65 mètre de large et 1,05 mètre de profondeur orienté 123° N, dont les parois sont construites de moellons de calcaire équarris. Il est partagé dans sa longueur par un mur d’un mètre de long également constitué de blocs équarris qui détermine deux chambres sépulcrales, chacune fermée par une dalle. Nous avons fouillé la chambre sud-ouest en enlevant sa couverture. Elle était remplie d’un sédiment fin, infiltré par les interstices laissés entre les chevrons. Sur le fond de cette chambre (0,80 x 0,60 x 0,85 m) étaient posées trois lampes à huile décorées dont l’étude menée par Sami Ben Tahar date cette tombe entre 50 avant et 50 après J.-C.

16Le tumulus T04 présente la même apparence que les deux précédemment fouillés. Le démontage de la partie centrale a révélé une fosse bordée et recouverte de petites dalles, aménagée dans le substrat calcaire. Sur le fond de cette fosse reposait un squelette en place. Il était en mauvais état de conservation, les os écrasés et fragmentés en esquilles, mais la forme générale bien lisible permet quelques observations anthropologiques. Il reposait sur le côté droit, en position très fléchie, selon une orientation sud-ouest/nord-est (tête à 235° N). Selon les caractères du bassin, il s’agit du corps d’une femme ce que confirme un crâne plutôt brachycéphale, gracile, dont la glabelle n’est pas marquée et la mastoïde petite. Cette sépulture ne paraît pas avoir été pillée.

17Les os du squelette ont été datés par le 14C sur la bioapatite de 1970 ± 45 BP (Pa 2352), ce qui, après calibration, situe la sépulture dans une fourchette chronologique entre 88 avant J.-C. et 129 après (2 σ). Cette date nous a surpris car, vu la position d’inhumation et l’état de conservation du squelette, nous supposions la tombe d’époque néolithique.

18Après le dégagement des sédiments éoliens qui recouvraient presque totalement le monument T06, nous avons mis en évidence une bazina à deux degrés, construite en moellons équarris. Le muret extérieur est constitué de deux à trois assises selon la taille des moellons, et le muret intérieur, dans la partie que nous avons dégagée, de quatre assises. La partie centrale a été déstructurée ; son démontage révèle une chambre fermée par des blocs disposés en encorbellement. Une fosse de 1,10 mètre de long et 0,60 mètre de large, orientée est-ouest, a été creusée dans le substrat calcaire, sur 0,35 mètre de profondeur. Elle est surcreusée dans sa partie ouest, probablement par ceux qui ont pillé ce monument. Aucun vestige n'a permis de proposer une date pour cette bazina à l’architecture soignée.

19Le monument T24 est extérieurement tout à fait similaire à la bazina T06. Il en diffère par sa partie sommitale, où l’on distingue, après dégagement des sédiments éoliens, une plateforme rectangulaire de 1,90 mètre sur 1,80 mètre, orientée aussi est-ouest, constituée de blocs de calcaire équarris de grande taille dont certains mesurent 1 mètre de longueur pour une section de 0,30 sur 0,30 mètre. L’intérieur est comblé par les blocs les plus volumineux, disposés selon un axe est-ouest. Ces blocs étant beaucoup trop importants pour être enlevés, nous avons déplacé la fouille dans le secteur est, où il n’y avait pas de couverture aussi importante. Nous avons ainsi dégagé un puits comblé par des pierres et du sédiment grossier donnant accès à un caveau de 1,15 sur 0,70 mètre, orienté est-ouest, où l’on pénètre par une porte de 0,50 sur 0,50 mètre ouverte à l’Est. Sur le sol de ce caveau, rempli aux trois quarts de sa hauteur de sédiments très fins, reposait un squelette étendu en position dorsale, selon une orientation ouest-est, la tête à 265°. Le bon état de conservation a permis de déterminer qu’il s’agit d’un homme adulte dont l’âge est estimé entre 40 et 50 ans. Les os ont été datés sur la bioapatite par le 14C de 1845 ± 30 BP (Pa 2368), ce qui après calibration le situe ente 85 et 238 après J.-C.

20En conclusion, cette petite nécropole, est constituée de bazinas à deux gradins et de tumulus à assises concentriques, de dimensions variées mais dont la conception extérieure est identique. On note cependant des différences dans l’appareil utilisé pour leur construction ; certaines sont délimitées par de simples pierres alors que d’autres le sont par des moellons calcaires équarris. Cela signale probablement deux époques de construction, l’utilisation de moellons équarris étant plus récente. On constate également deux types de chambre funéraire, les simples fosses creusées dans le socle rocheux et recouvertes, soit par une dalle soit par une fausse voûte en encorbellement, et les caveaux construits en moellons. Ces caveaux sont tardifs, mais les fosses ont également été utilisées aux périodes antiques comme le montre la tombe T04, ce qui traduit la survivance des coutumes anciennes.

Conclusion générale

21L’inventaire théorique des monuments dits mégalithiques, réalisé à partir du recensement des points Rm indiqués sur les cartes topographiques, nous a permis d’organiser une prospection raisonnée du Sud tunisien. Nous nous sommes dans un premier temps intéressés aux régions de la Jeffara et du sud du Chott el Jerrid où ils sont particulièrement nombreux, mais il nous reste à étudier les zones de Gafsa - Chott el Guttar où on en trouve également beaucoup. Nous avons pu constater que ces monuments sont pour la plupart du type bazina à deux degrés et des tumulus à assises concentriques. La chronologie très large, allant de la fin du Néolithique à l’époque romaine tardive, démontre la persistance des architectures funéraires. On remarque également deux modes funéraires, qui semblent avoir coexistés, la crémation du corps ou son inhumation, soit en position fléchie, soit pour la période la plus tardive, en position étendue. On remarquera que la position repliée est encore attestée au début du xive siècle dans la région de Ghomrassen (Rousseau 1853 : 112). Cette pérennité des architectures funéraires avait déjà été signalée par le capitaine Zeil, lors des fouilles qu’il avait conduites dans la région de Gafsa. Il nous faudra encore mener d’autres investigations, dans d’autres régions, afin d’obtenir plus de datations, surtout pour les périodes néolithiques et protohistoriques, et observer si les coutumes funéraires varient soit au niveau chronologique soit au niveau régional.

Haut de page

Bibliographie

Camps, G. 1961. Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques. Paris, Arts et Métiers graphiques.

Letourneux, A. 1867. « Sur les monuments funéraires de l’Algérie orientale », Archiv fur Anthropologie, II : 307-320

Morgan, J. de, L. Capitan & P. Boudy. 1910. « Études sur les stations préhistoriques du Sud tunisien », Revue de l’École d’anthropologie de Paris, 20 : 105-136 et 206-221.

Paris, F. 1996. Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l’islamisation, 1. Coutumes funéraires, chronologie, civilisations. Paris, Orstom éditions (Études et thèses), 623 pages.

Pézard, Lt. 1909. « Recherches préhistoriques aux environs de Médenine (Tunisie) », Bulletin de la Société préhistorique française, 4 : 332-336.

Reimer, P. J, M. G. L. Baillie, E. Bard, A. Bayliss, J. W. Beck, C. J. H. Bertrand, P. G. Blackwell, C. E. Buck, G. S. Burr, K. B. Cutler, P. E. Damon, R. L. Edwards, R. G. Fairbanks, M. Friedrich, T. P. Guilderson, A. G. Hogg, K. A. Hughen, B. Kromer, G. McCormac, S. Manning, C. Bronk Ramsey, R. W. Reimer, S. Remmele, J. R. Southon, M. Stuiver, S. Talamo, F. W. Taylor, J. van der Plicht & C. E. Weyhenmeyer. 2004. « IntCal04 terrestrial radiocarbon age calibration, 0-26 cal kyr BP », Radiocarbon, 46 (3) : 1029-1058.

Rousseau, A. 1853 (février-mars). « Voyage du Scheikh Et-Tijdiani dans la Régence de Tunis pendant les années 706-707 et 708 de l’Hégire (1306-1309) », Journal asiatique, 5 (1) : 101-168 et 354-425.

Zeil, G. 1904. « Remarques succinctes sur les tombeaux, dits bazinas, compris entre Métlaoui, le Berda, l’Orbata et le Séhib », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques du ministère de l’Instruction publique : 347-353.

Haut de page

Notes

1  Jadis souvent écrit « bassina », parfois au masculin parfois au féminin, le mot s’orthographie maintenant le plus souvent « bazina » et est considéré comme féminin.

2  Toutes les datations ont été effectuées par Jean-François Saliège (Locean, université Pierre et Marie Curie, Paris, France). Les âges calibrés sont donnés avec une précision de 2 σ.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1
Légende Distribution des points archéolgiques indiqués sur les cartes au 1/100 000 du Sud tunisien relevées entre 1904 et 1910. Pour chaque carte, nous indiquons le nombre de RM.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Paris et Mansour Ghaki, « Les monuments mégalithiques du Sud tunisien », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 71-74.

Référence électronique

François Paris et Mansour Ghaki, « Les monuments mégalithiques du Sud tunisien », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1009 ; DOI : 10.4000/nda.1009

Haut de page

Auteurs

François Paris

Ird-Umr Lampea 6636
Francois.Paris@ird.fr

Articles du même auteur

Mansour Ghaki

Institut national du patrimoine (Inp)
mghaki@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org