Navigation – Plan du site
Méthodologie

Prolégomènes à une archéologie historique des savanes soudaniennes d’Afrique centrale

Fondements et application d’une approche opportuniste
Olivier Langlois
p. 61-67

Résumés

La démographie contrastée des savanes soudaniennes d’Afrique centrale,héritage de leur passé récent, permet d’éclairer l’histoire méconnue de cesrégions en suivant une approche originale. L’étude conduite à Djaba, au norddu Cameroun, illustre la capacité heuristique de cette approche fondée surl’analyse de deux espaces occupés, à des temps différents, par une mêmecommunauté d’agriculteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Au Cameroun et au Gabon, par exemple, de très nombreuses populations aujourd’hui installées en for (...)

1Les forêts et les savanes d’Afrique centrale comptent assurément parmi les régions du continent les moins bien connues sur le plan historique (Oliver & Atmore 2001 : 151). À la différence, par exemple, des steppes sahéliennes renseignées par des textes arabes parfois fort anciens, ou de la côte atlantique fréquentée par les navigateurs portugais dès le xvie siècle, aucune source textuelle n’éclaire l’histoire récente de ces régions qui furent le dernier « grand blanc » sur la carte du continent (Boulvert 1996). Explorées au cours du xixe siècle, à partir des côtes ou du Sahel, il fallut attendre le début du siècle suivant pour que les zones les plus enclavées soient atteintes. Dans ce « cœur de l’Afrique », surtout peuplé de groupes peu hiérarchisés dont la mémoire historique se dilue rapidement dans le « temps mythique », l’étude des vestiges matériels est un moyen privilégié d’éclairer le passé. Pourtant, à l’aube du xxie siècle, nous savons encore bien peu de choses sur les populations qui y vivaient avant l’arrivée des Européens. Ces dernières décennies, en Afrique centrale, notamment au Gabon et au Cameroun, l’archéologie des régions forestières s’est considérablement développée. Mais, la plupart des découvertes portant sur des temps relativement reculés (en particulier sur le Ier millénaire avant J.-C.), il reste encore beaucoup de travail aux archéologues pour apporter une contribution significative à la connaissance d’une histoire récente que l’on sait pourtant complexe et interconnectée avec celle des savanes1. Dans les régions de savanes humides, l’archéologie n’a pas connu un tel développement. Pourtant, les caractéristiques actuelles de ces régions, de même que les évolutions en cours, sont souvent les conséquences directes d’événements intervenus durant les cinq derniers siècles (voir infra). Considérant l’incidence du passé sur les réalités contemporaines, le désintérêt dont il fait l’objet de la part des archéologues est particulièrement regrettable. Il demeure pourtant, au point que d’immenses territoires restent vierges de toute investigation. Tel était le cas de la haute vallée de la Bénoué (Nord-Cameroun) lorsque nous avons choisi d’y travailler à la fin des années 1990.

2Mais comment éclairer le passé récent d’une région sur laquelle les premiers textes remontent à la fin du xixe siècle et où l’information archéologique est quasi inexistante ? Comment « faire parler » les données archéologiques en l’absence d’un substrat de travaux antérieurs permettant recoupements et comparaisons ? Un travail « pionnier » doit-il se limiter à la production d’outils (cartes de prospection, séquences typochronologiques…) que les futures générations affineront et compléteront, jusqu’à ce que les données accumulées permettent, enfin, de construire un discours historique ? Faute de textes anciens et de sources orales fiables, un archéologue travaillant sur les derniers siècles doit-il faire œuvre de préhistorien, et porter un intérêt particulier aux systèmes techniques et aux économies de subsistance ? Doit-il négliger les liens qui, selon toute vraisemblance, rattachent certaines « cultures » archéologiques récentes à certaines sociétés régionales contemporaines, ou doit-il au contraire tenter de les exploiter ? Bref, comment peut-il contribuer à éclairer l’histoire récente des savanes soudaniennes, dans les contextes écologiques, humains, historiques, documentaires et scientifiques qui leur sont propres ?

3Ces questions, et bien d’autres, ont présidé à l’élaboration et à la conduite des programmes de recherches engagés depuis une dizaine d’années sur les occupations des Djaba (voir infra). Des réflexions qu’elles ont suscitées est née une approche, à la fois opportuniste et globale, adaptée aux caractéristiques particulières des régions concernées. Plus que des programmes précités, c’est d’elle qu’il sera question ici.

4Il peut paraître singulier de mettre en avant la démarche adoptée dans le cadre d’une étude, et de reléguer ainsi au second plan la problématique et les objectifs de recherche. Nous verrons que notre approche, initialement conçue dans une perspective écologique, a ouvert une fenêtre sur l’histoire sociale des Dìì, peuple qui occupe encore aujourd’hui notre région d’étude. Elle s’est ainsi avérée opératoire au-delà de nos espérances. Sa capacité heuristique s’étend en effet à des problématiques très variées qui comptent parmi les plus essentielles dans le contexte spécifique des savanes soudaniennes, portant autant de coups de projecteurs sur l’histoire récente des sociétés et des milieux étudiés. D’une certaine manière, notre perspective étant holistique, les thématiques abordées importent moins que l’approche qui permet d’y accéder, surtout si celle-ci parvient à éclairer les multiples facettes de l’histoire récente d’une savane et de ses habitants.

5Cette approche repose sur certaines caractéristiques propres aux savanes soudaniennes. Il sera donc nécessaire de les préciser, avant de présenter succinctement la stratégie de recherche qui en découle. Ensuite, nous exposerons les grandes lignes de l’étude menée sur les occupations des Djaba, où celle-ci fut mise en pratique.

Les caractéristiques des savanes soudaniennes

6Les géographes de l’Afrique considèrent souvent les savanes soudaniennes comme une entité définie non seulement par des conditions climatiques et biogéographiques bien particulières, mais aussi par une histoire et des modalités de peuplement comparables :

Bien qu’il ne puisse être question de faire coïncider les grandes aires de civilisation avec les zones climatiques et biogéographiques entre lesquelles l’Afrique tropicale est habituellement partagée, on ne saurait nier l’existence d’une Afrique des savanes soudaniennes définie à la fois par des contraintes écologiques communes, un héritage historique largement comparable, des réponses de même nature aux pressions démographiques et économiques qu’elle subit. (Pélissier 1995 [1978] : 141)

7Le terme soudanien fait avant tout référence à un climat de l’Afrique nord-tropicale, pendant septentrional du climat zambézien. Bien qu’il soit diversement défini selon les auteurs, il suffit de considérer ici qu’il se caractérise par une pluviométrie avoisinant les 1 000-1 200 millimètres répartie sur une petite moitié de l’année. Les formations végétales les plus classiques sont des forêts claires et des savanes boisées et arborées, souvent dominées par des légumineuses et des combrétacées.

8Au-delà de sa définition climatique et biogéographique, l’aire soudanienne se distingue par une démographie extraordinairement contrastée :

Bien que l’inégalité des densités apparaisse comme un trait de peuplement commun à toute l’Afrique noire, nulle part les contrastes entre zones sous-peuplées et périmètres fortement occupés, voire surpeuplés, ne sont plus brutaux que dans les savanes soudaniennes. (Pélissier 1995 [1978] : 145)

9Or, ce contraste démographique est avant tout une marque de l’histoire :

Ces contrastes de densités, exacerbés par l’explosion démographique contemporaine, sont avant tout l’héritage de l’histoire, source principale d’explication du vide et de la surcharge, de l’abandon d’immenses espaces et de l’entassement des hommes en des sites auxquels leurs ressources naturelles ne confèrent généralement aucun caractère privilégié. (Pélissier 1995 [1978] : 146)

10Dans les régions soudaniennes, l’histoire récente a en effet façonné la démographie, les populations se concentrant souvent dans les espaces naturellement protégés, montagnes et zones inondables. Les causes de ce phénomène sont multiples. Installées sur les marges sud de puissants royaumes esclavagistes fondés, pour la plupart, entre le xive et le xviiie siècle, nombre de populations soudaniennes vécurent durablement dans un climat d’insécurité chronique. Au xixe siècle, celle-ci s’accrut encore avec l’implantation de nombreux sultanats peuls qui, avec l’aide de relais indigènes, étendirent les raids esclavagistes plus au sud, ou avec la mise en place d’établissements de traite plus ou moins contrôlés par les royaumes du Nord au cœur même des savanes. Bien d’autres événements, tels l’expansion rabhiste au Tchad, les travaux forcés imposés par les compagnies concessionnaires et par l’administration coloniale en Oubangui-Chari, ou les épidémies au Nord-Cameroun et dans l’Est centrafricain, contribuèrent aussi à contraster la démographie des savanes soudaniennes.

11À leur arrivée, les colonisateurs découvrirent ainsi d’immenses territoires presque inoccupés qu’ils considérèrent souvent comme des réserves de chasse. Dans les années 1960, nombre d’entre eux devinrent des réserves de faunes ou des parcs nationaux auxquels les riverains avaient un accès très limité. C’est ainsi que les savanes soudaniennes d’Afrique centrale se sont couvertes d’aires protégées, qui délimitent souvent des zones désertées, depuis plus d’un siècle. Mais, face aux crises, les peuples des savanes ne se sont pas nécessairement déplacés sur de longues distances. Ils ont souvent cherché refuge à quelques dizaines de kilomètres de leur ancien habitat, sur un espace naturellement protégé, voire, comme à Djaba, sur le territoire du sultanat voisin.

12De nos jours, certaines de ces terres désertées, souvent propices à la culture du coton, suscitent des déplacements depuis les régions sahéliennes plus peuplées. De véritables fronts pionniers s’y développent, réduisant le déséquilibre démographique hérité de l’histoire, et exerçant une pression croissante sur les aires protégées (Magrin et al. 2003 : 474).

Une approche spécifique : l’étude comparative de deux espaces diachrones

13L’approche que nous proposons est tout entière fondée sur les caractéristiques des savanes soudaniennes, mises à profit à des fins heuristiques. Elle consiste en effet à étudier deux espaces : l’un (dit « déserté »), occupé aux xviiie-xixe siècles par une communauté agraire, puis abandonné ; l’autre dit « actuel », occupé par les descendants de cette communauté.

14Cette configuration, que l’histoire des savanes soudaniennes a rendue courante, est favorable à différents titres. En elle-même, elle suppose que l’on ait pu identifier la communauté qui occupait l’espace « déserté », donc que l’on dispose de quelques informations (sources orales, toponymie…) à son sujet. Cette connaissance historique, même succincte, est un premier élément favorable. Mais ce type de configuration présente bien d’autres intérêts, en rapport avec l’intégrité de l’espace étudié.

15Celui-ci n’ayant pas été réinvesti depuis son abandon un ou deux siècles auparavant, toutes les structures archéologiques observées à l’affleurement peuvent être considérées comme « anciennes ». Cela est loin d’être négligeable dans un contexte où les vestiges architecturaux les plus communément observés (bases de greniers, fondations de cases…) sont souvent parfaitement identiques aux assises des constructions contemporaines. Le risque de considérer comme « anciens » des vestiges qui ne remonteraient en réalité qu’à quelques décennies étant quasi nul, on peut multiplier les études de surface, qui présentent l’immense intérêt d’offrir une vision spatiale extensive dans des conditions logistiques excluant toute fouille étendue.

16En outre, l’abandon des lieux permet de postuler que, depuis la dernière phase d’occupation, la végétation n’a pas connu d’intervention humaine significative autre que les mises à feu. Elle est donc le résultat d’une évolution globalement « naturelle » (les feux récurrents étant consubstantiels des savanes) intervenue sur une végétation plus ou moins anthropisée par les anciens occupants du lieu. Celle-ci est donc susceptible de porter l’empreinte des actions humaines passées, notamment des coupes sélectives pratiquées dans le cadre d’activités diverses (agraires, pastorales, domestiques, artisanales…). Elle peut ainsi nous apporter des informations sur ces activités, mais aussi sur les paysages qu’elles ont générés, et même sur les processus de régénération qui les ont suivies. Dans le contexte des savanes soudaniennes, la végétation est donc un véritable témoin archéologique qui mérite d’autant plus d’être considéré que les agriculteurs soudaniens sont des « constructeurs de paysages » bien connus et que les différents types de « parc arborés » qu’ils établissent sont les indicateurs de pratiques agraires, alimentaires, voire funéraires, singulières (voir Seignobos 1982).

  • 2  La proximité « culturelle » des contextes peut surtout, voire uniquement, être admise concernant l (...)

17Le territoire exploité par les descendants des derniers occupants de l’espace « déserté », quant à lui, est porteur d’une information « ethnoarchéologique » qui permet d’interpréter de manière optimale les données archéologiques. Nous pouvons y observer, in vivo, et dans des contextes écologiques ou culturels2 relativement proches de ceux dans lesquels vivaient les populations qui l’habitaient autrefois, nombre de pratiques dont nous pouvons définir les signatures matérielles. Nous pouvons même y étudier l’évolution de ces signatures lorsqu’elles se modifient avec le temps, ce qui est en particulier le cas concernant la végétation vivante. L’espace « occupé », plus que tout autre, est ainsi susceptible de nous apporter une clé d’interprétation adaptée aux données archéologiques recueillies sur l’espace « déserté ».

18Mais l’information collectée sur l’espace « actuel », une fois associée à celle obtenue sur l’espace « déserté », peut aussi permettre de percevoir des dynamiques qui, se développant sur le temps long, seraient difficiles à mettre en évidence à partir de l’information consignée, uniquement, sur l’un ou l’autre des espaces. De telles dynamiques peuvent concerner les sociétés ou les milieux (par exemple, la végétation ligneuse ; voir infra).

Une première application : l’étude des occupations des Djaba

Deux espaces diachrones

  • 3  Le programme pluridisciplinaire « Écologie historique des savanes soudaniennes » (1999-2002), fina (...)

19Dans le cadre de deux programmes successifs3, nous avons travaillé sur deux espaces occupés par la communauté de Djaba, une des nombreuses chefferies que compte le groupe ethnolinguistique Dìì (ou Duru) qui habite la haute vallée de la Bénoué, dans le nord du Cameroun (fig. 1). Nous avons ainsi étudié l’espace occupé par les Djaba au début du xixe siècle, puis « déserté » après une attaque victorieuse de l’armée de Ray ou Rey-Bouba, un sultanat peul récemment implanté au voisinage (Garine et al. 2003 ; Garine, Langlois & Raimond 2005 ; Langlois 2004). Cet espace, devenu réserve de chasse du sultan de Ray après le départ des Djaba, est aujourd’hui inclus dans le Parc national de la Bénoué. Les traditions orales des Djaba et celles de Ray (Mohammadou 1979 : 281, note 88) s’accordent pour localiser l’ancienne chefferie Djaba au pied du massif éponyme nommé hosséré Djaba, i.e. massif de Djaba en langue fulfulde, sur la carte topographique au 1/200 000.

20Nous avons par ailleurs étudié l’espace « actuel », occupé depuis les années 1930, qui compte deux villages : Ex-Djaba, habité jusqu’au milieu des années 1960 (dont les vestiges ont malheureusement été partiellement détruits par l’exploitation d’une carrière), et le village actuel qui lui a succédé à quelques kilomètres plus au sud.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de la région d’étude

Les travaux réalisés

  • 4  Sous la supervision de Philippe Chambon (archéologue du funéraire, Cnrs-ArScAn).

21Sur l’espace « déserté », deux types d’études ont été réalisés en parallèle, l’un relevant de l’archéologie, l’autre de la phytogéographie et de la phytosociologie. Une superficie d’environ 90 kilomètres carrés centrée sur le massif a ainsi fait l’objet d’une prospection pédestre systématique, accompagnée d’une collecte de la rare céramique présente à l’affleurement. Aux abords du massif, où les structures de surface – pour l’essentiel des bases de greniers, des fondations de cases et des meules – sont innombrables, nous avons procédé à un décompte en suivant une soixantaine de transects rayonnant depuis le haut du glacis. La céramique de surface a été caractérisée en une cinquantaine de points où elle était particulièrement abondante. Une dizaine de sondages stratigraphiques ont été réalisés, pour la plupart sur le piémont oriental du massif où les occupations, -particulièrement denses, semblaient remonter aux derniers siècles d’occupation. Là, la densité des structures de surface a été évaluée avec précision en procédant à un décompte par parcelles, tandis que deux zones, totalisant 1,6 hectares, ont été intégralement relevées (Langlois 2007). Enfin, quelques sépultures collectives menacées à court terme par l’érosion ont été fouillées4.

  • 5  Nombre d’entre eux ont été réalisés par Kouami Kokou (botaniste, université de Lomé).
  • 6  Ce travail fut réalisé par Giordano Forgiarini (cartographe, Cirad-Iemvt).

22Lors de la prospection pédestre, nous avons caractérisé sommairement la végétation ligneuse sur plus d’un millier de stations. Celle-ci a également fait l’objet de près de 250 relevés floristiques5 (Langlois et al. sous presse). Une carte des formations arborées a par ailleurs été dressée sur la base d’une photo-interprétation6.

  • 7  La plupart de ces travaux ont été réalisés sous la responsabilité de Christine Raimond (géographe, (...)

23Sur l’espace « actuel », de nombreux travaux ont été effectués7 : recensement de la population, plan des villages actuel et subactuel (ex-Djaba), relevé du parcellaire en 2000 et 2001… Certains d’entre eux, mobilisés pour interpréter les données collectées sur l’espace « déserté », nous intéressent tout particulièrement. Tel est le cas de la caractérisation des agrosystèmes actuels et subactuels (déduite d’une photo-interprétation, des relevés du parcellaire et d’enquêtes orales), et de l’identification des traces matérielles associées. L’identification des arbres et des souches présents dans les champs et l’étude de la végétation ligneuse observée sur les jachères ont aussi été mises à contribution dans la même perspective (Langlois et al. sous presse).

Les principaux résultats

24Les sondages archéologiques ont révélé une séquence d’occupation qui s’étend du milieu du Ier millénaire après J.-C. à l’abandon du site au début du xixe siècle (fig. 2). Durant cette période, trois traditions décoratives céramiques (A, B et C, associées respectivement à trois phases I, II et III) se sont succédé, la première et la dernière se subdivisant en deux faciès (Ax et Ay ; C1 et C2). Sur l’ensemble de l’aire prospectée, les vestiges de surface se distribuent très inégalement (fig. 3). À la forte densité des structures présentes au pied du massif s’oppose leur très faible densité, voire leur absence, dans les savanes environnantes. Le sommet du glacis a été ainsi occupé quelle que soit la période considérée, déterminée sur la base du matériel céramique associé aux structures. Son occupation semble avoir été particulièrement forte durant la phase II, où les vestiges ceinturent presque le massif, et la phase III, où l’habitat se concentre sur le piémont oriental. Dans les savanes environnantes, les rares vestiges se distribuent surtout de part et d’autre de la rivière Mbiem, et semblent relever majoritairement des phases I et II.

25Les caractérisations du système agraire pratiqué par les Djaba dans les années 1930-1960 et de son empreinte matérielle nous ont permis d’interpréter la distribution des vestiges archéologiques de surface en termes d’agrosystèmes (Langlois, Raimond & Garine 2005). Durant les deux premières phases, les populations cultivaient probablement selon un mode itinérant. La forte érosion qui a affecté certaines occupations de la phase I ne permet toutefois pas de préciser le type d’agriculture itinérante pratiqué à cette période. En revanche la distribution des vestiges associés à la phase II est conforme à celle que produisait l’agrosystème respecté par les Djaba au début du xxe siècle. On peut donc penser que, comme ces derniers, la population de la phase II vivait regroupée (en l’occurrence, au pied du massif) durant la saison sèche, et se dispersait le reste de l’année sur les zones de culture où étaient dressés des habitats secondaires. La rareté des vestiges associés à la phase III dans les savanes périphériques tend en revanche à montrer que l’essentiel des cultures se regroupait alors autour de l’habitat, ce qui a été confirmé par l’étude de la végétation (voir infra).

26L’étude des occupations de la phase III, particulièrement bien conservées, apporte davantage de précisions sur les deux siècles qui précédèrent l’abandon. Vers les xviie-xviiie siècles, une communauté associée à la tradition C1, établie au pied sud-est et est du massif, semble responsable d’une grande partie des nombreuses traces de réduction du fer observées localement. Dans le même secteur, une trentaine de sépultures collectives peuvent également lui être attribuées. Les vestiges laissés par cette communauté pratiquant la métallurgie du fer, partiellement recouverts par ceux de la chefferie du xixe siècle, semblent précéder de peu cette dernière. Une contemporanéité partielle des deux occupations est même vraisemblable. On peut ainsi se demander si la chefferie, qui semble déjà plus ou moins organisée selon le plan théorique des chefferies Dìì, n’associait pas, comme aujourd’hui, plusieurs clans dont un de forgerons. L’ancienneté de ce type d’association est particulièrement intéressante puisque, de nos jours, les forgerons na sont endogames et considérés comme génétiquement distincts des cultivateurs Dìì. La chefferie de Djaba pourrait ainsi être née de la réunion de plusieurs communautés, dont une de forgerons na, conformément au mythe stéréotypé qui relate la formation de la plupart des chefferies Dìì (Langlois 2007). Couvrant une centaine d’hectares circonscrits par une longue levée de terre doublée d’un fossé, elle a laissé plusieurs concentrations de vestiges de différents types (Langlois 2007). Son habitat remarquablement conservé est encore marqué par une végétation clairement anthropique. Ses représentants cultivaient différentes céréales (Eleusine coracana, Pennisetum glaucum et Sorghum spp.) et probablement des tubercules ; ils pratiquaient la chasse et la pêche, mais apparemment pas l’élevage (Lesur & Langlois 2005)8. L’étude de la végétation ligneuse représentée sur les deux espaces étudiés et la caractérisation de la sélection arborée pratiquée par les actuels Djaba nous ont aidé à définir l’empreinte des pratiques agricoles anciennes après un long temps de recrû. Cette empreinte, observée de part et d’autre de l’habitat, confirme la localisation des champs déduite de la distribution des vestiges de surface. L’hypothèse d’un recentrage des activités agricoles aux derniers temps de l’occupation est ainsi validée. Il s’explique bien sûr par l’insécurité qui régnait alors, et que matérialise la levée de terre. L’intégration des données archéologiques et botaniques a par ailleurs permis de proposer une dynamique de végétation post-culturale qui relie deux des principaux groupements de ligneux représentés dans les savanes (Langlois et al. sous presse).

Fig. 2

Fig. 2

Séquence chronoculturelle des environs du massif de Djaba

Fig. 3

Fig. 3

Carte de prospection

Conclusion

27La recherche archéologique conduite à Djaba est une première tentative d’utiliser les caractéristiques particulières des savanes soudaniennes d’Afrique centrale, largement héritées de l’histoire, au bénéfice de cette dernière. L’étude conjointe d’un espace « déserté », localisé dans une aire protégée, et de celui où vivent les descendants de ses derniers occupants nous a permis d’aborder plusieurs thématiques complémentaires : écologiques, sociales, économiques. Il a ainsi été possible d’apporter de multiples éclairages sur l’histoire humaine et écologique du périmètre de savanes investigué. L’approche expérimentée à Djaba permet finalement d’optimiser l’interprétation des données issues de l’exploration. Elle pourrait contribuer à lever quelques coins du voile qui masque depuis trop longtemps l’histoire récente de cette partie du continent africain. Elle repose en effet sur des caractères largement partagés dans toute l’aire soudanaise, et peut donc certainement être appliquée à bien d’autres régions que la haute vallée de la Bénoué.

Haut de page

Bibliographie

Boulvert, Y. 1996. « Le dernier grand blanc de la carte d’Afrique : premières approches de l’Oubangui-Chari ou Centrafrique à la fin du xxe siècle », in : D. Lecoq (éd), Terres à découvrir, terres à parcourir, Paris, Depaes-Université ouverte : 299-313.

Garine, E., O. Langlois, C. Raimond & M. de Garine-Wichatitsky. 2003. « Paysage fortuit ou nature construite ? Écologie historique des savanes soudaniennes au Nord-Cameroun », in : T. Muxart, F.-D. Vivien,

B. Villalba & J. Burnouf (éd.), Des milieux et des hommes : fragments d’histoire croisés. Paris, Elsevier : 151-160.

Garine, E., O. Langlois & C. Raimond. 2005. « Le territoire est-il bien un patrimoine ? Approche comparative de deux sociétés de la Haute Bénoué (Dìì et Duupa, Nord-Cameroun) », in : M.-C. Cormier-Salem, D. Juhé-Beaulaton, J. Boutrais & B. Roussel (éd.), Patrimoines naturels au Sud, territoires identités et stratégies locales. Paris, Ird : 177-235.

Langlois, O. 2004. « Histoire d’une savane du Nord-Cameroun et de ses occupants », in : Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde. Paris, Maisonneuve-Larose / Apdf-Erc : 325-327.

Langlois, O. 2007. « Intrasite features distribution as a source of social information. The case of Djaba-Hosséré (Northern Cameroon) », Journal of Anthropological archaeology, 26, 2 : 172-197.

Langlois, O., K. Kokou, C. Raimond, E. Garine, M. de Garine-Wichatitsky, B. Ganota. Sous presse. « Vers une caractérisation de l’empreinte des pratiques agricoles anciennes sur les formations ligneuses des savanes soudaniennes : premiers résultats de l’étude pluridisciplinaire menée à Djaba (Nord-Cameroun) », in : C. Delhon, I. Théry & S. Thiébaut (éd.). Des hommes et des plantes : exploitation du milieu et gestion des ressources végétales de la Préhistoire à nos jours. Antibes, Apdca.

Langlois, O., C. Raimond & E. Garine. 2005. « Changements et continuité des modes d’exploitation d’une savane soudanienne : modèle actuel et interprétation des données archéologiques », in : J.-F. Berger, F. Bertoncello, F. Braemer, G. Davtian & M. Gazenbeek (éd.). Temps et espaces de l’homme en société, analyses et modèles spatiaux en archéologie. Antibes, Apdca : 505-509.

Lesur, J. & O. Langlois. 2005. « Une communauté “d’agro-chasseurs” au xixe siècle dans la Haute-Bénoué : analyse du matériel archéo-zoologique de Hosséré Djaba », in : C. Raimond, E. Garine & O. Langlois (éd.), Ressources vivrières et choix alimentaires dans le bassin du lac Tchad. Paris, Ird/Prodig : 113-129.

Magrin, G., J.-Y. Jamin, G. Faure & G. Duteurtre. 2003. « Les savanes d’Afrique centrale entre enclavement et intégration aux marchés », Annales de géographie, 633 : 471-494.

Mohammadou, E. 1979. Ray ou Rey-Bouba. Traditions historiques des Foulbé de l’Adamawa. Paris/Garoua, Cnrs/Onarest, 348 pages.

Oliver, R. & A. Atmore. 2001. Medieval Africa, 1250-1800. Cambridge, Cambridge University Press, 215 pages.

Pélissier, P. 1995 [1978]. « Stratégies traditionnelles, prise de décision moderne et aménagement des ressources naturelles en Afrique soudanienne », in : P. Pélissier, Campagnes africaines en devenir. Paris, Arguments : 141-171.

Seignobos, C. 1982. « Végétations anthropiques dans la zone soudano-sahélienne, la problématique des parcs », Revue de géographie du Cameroun,3, 1 : 1-23.

Haut de page

Notes

1  Au Cameroun et au Gabon, par exemple, de très nombreuses populations aujourd’hui installées en forêt ou sur l’écotone forêt-savane affirment être venues de régions plus septentrionales : l’ensemble des populations du « groupe beti-bulu-fang », les Tikar…

2  La proximité « culturelle » des contextes peut surtout, voire uniquement, être admise concernant l’occupation finale.

3  Le programme pluridisciplinaire « Écologie historique des savanes soudaniennes » (1999-2002), financé par `

le Cnrs et l’Insu, (responsables : Éric Garine, Olivier Langlois et Christine Raimond) et la mission archéologique « Archéo-écologie des savanes du Nord-Cameroun » (2003-2010), financée par le Maee (responsable : Olivier Langlois).

4  Sous la supervision de Philippe Chambon (archéologue du funéraire, Cnrs-ArScAn).

5  Nombre d’entre eux ont été réalisés par Kouami Kokou (botaniste, université de Lomé).

6  Ce travail fut réalisé par Giordano Forgiarini (cartographe, Cirad-Iemvt).

7  La plupart de ces travaux ont été réalisés sous la responsabilité de Christine Raimond (géographe, Cnrs-Prodig) et d’Éric Garine (ethnologue, Paris-X - Lesc). Les relevés floristiques ont été majoritairement effectués par Kouami Kokou.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de la région d’étude
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 2
Légende Séquence chronoculturelle des environs du massif de Djaba
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1007/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 3
Légende Carte de prospection
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1007/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Langlois, « Prolégomènes à une archéologie historique des savanes soudaniennes d’Afrique centrale », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 61-67.

Référence électronique

Olivier Langlois, « Prolégomènes à une archéologie historique des savanes soudaniennes d’Afrique centrale », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1007 ; DOI : 10.4000/nda.1007

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org