Navigation – Plan du site
Méthodologie

Chronologie des monuments funéraires sahariens

Problèmes, méthode et résultats
François Paris et Jean-François Saliège
p. 57-60

Résumé

Nous avons publié, il y a une quinzaine d’années (Paris 1996), une chronologie des monuments funéraires sahariens du Niger, établie en grande partie à partir de datations par le 14C de la bioapatite de l’os. Nous avions alors démontré que c’était la meilleure méthode pour étudier la chronologie des sépultures du Sahara (Saliège, Person & Paris 1995). Toutefois, les contraintes méthodologiques de l’époque qui exigeaient notamment une certaine quantité de matériau ne nous avaient pas permis d’exploiter totalement nos échantillons. Les nouvelles possibilités qu’offre la spectrométrie de masse par accélérateur (Sma) permettent de reprendre le sujet puisqu’il est possible, avec cette nouvelle technologie, de diminuer à 1 g environ la quantité d’ossement nécessaire pour une datation. Nous pourrons donc à l’avenir compléter et préciser la chronologie des architectures funéraires du Sahara nigérien, en particulier quand nous n’avions pas pu les dater du fait de la trop petite quantité de restes osseux. Cette technologie permet d’atteindre des précisions de l’ordre de ± 30-40 BP, ce qui était inaccessible avec les techniques classiques.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions C. Moreau et J.-P. Dumoulin (Lmc14, Saclay) pour la prise en charge des datations Sma.

1Nous avons publié, il y a une quinzaine d’années (Paris 1996), une chronologie des monuments funéraires sahariens du Niger, établie en grande partie à partir de datations par le 14C de la bioapatite de l’os. Nous avions alors démontré que c’était la meilleure méthode pour étudier la chronologie des sépultures du Sahara (Saliège, Person & Paris 1995). Toutefois, les contraintes méthodologiques de l’époque qui exigeaient notamment une certaine quantité de matériau ne nous avaient pas permis d’exploiter totalement nos échantillons. Les nouvelles possibilités qu’offre la spectrométrie de masse par accélérateur (Sma) permettent de reprendre le sujet puisqu’il est possible, avec cette nouvelle technologie, de diminuer à 1 g environ la quantité d’ossement nécessaire pour une datation. Nous pourrons donc à l’avenir compléter et préciser la chronologie des architectures funéraires du Sahara nigérien, en particulier quand nous n’avions pas pu les dater du fait de la trop petite quantité de restes osseux. Cette technologie permet d’atteindre des précisions de l’ordre de ± 30-40 BP, ce qui était inaccessible avec les techniques classiques.

2Au moment où nous reprenons ce projet de datation par la méthode du 14C des restes osseux du Ténéré du Tafassasset, de l’Aïr et de l’Azawagh, nous pensons nécessaire de rappeler les résultats obtenus voici une vingtaine d’années, mais toujours d’actualité dans la mesure où ces recherches méthodologiques n’ont pas été suivies par d’autres équipes au Sahara. Nous les avions menées, avec succès, sur des sépultures du Sinaï et du Sahara oriental (Égypte).

Sépultures et datation : problématique

3La difficulté de dater les architectures funéraires du Sahara résulte essentiellement de l’absence quasi généralisée de mobilier funéraire qui aurait pu permettre d’en préciser la chronologie relative par les témoins de leur culture matérielle associée. Pour la région que nous avons étudiée, seules les nécropoles d’Iwelen (Aïr), pour les tumulus à cratère, et d’Afunfun (Tigidit) pour les inhumations en pleine terre sans superstructure lithique, ont fourni un mobilier funéraire. Cette absence nous contraint à recourir aux méthodes physico-chimiques de datation. La mesure du 14C est l’outil le plus performant pour établir les chronologies holocènes. Ces dernières années, malgré ses succès incontestables, les archéologues discutent avec insistance sa précision réelle et ses limites, doutes qui transparaissent lors de l’élaboration des différentes synthèses chrono--logiques, en particulier en Afrique (par exemple McIntosh 1994). Cette mise en cause légitime ne doit pas être esquivée et nous rappelons ici la stratégie analytique choisie.

4Quels sont les matériaux datables en Afrique saharienne ? Si les sites de surface sont souvent peu perturbés, ils sont, ou ont été dans le passé, soumis à une importante déflation éolienne et toute matière organique qui leur est liée est fréquemment remaniée et inutilisable ; quant aux vestiges mis au jour dans les tombes, ils se réduisent généralement aux ossements. La grande rareté des charbons de bois, leur faible fiabilité sur un site de surface comme dans un tumulus du fait de l’activité des fouisseurs, ne nous permettent pas d’utiliser ce matériau classique du 14C. En conséquence, les os sont souvent le seul matériau à la fois significatif pour l’archéologue et datable par le géochimiste. Dernière difficulté, le collagène est rapidement hydrolysé en zone aride ou tropicale et les ossements fossiles ne conservent à terme (quelques siècles) que leur fraction minérale, la bioapatite.

La bioapatite

5L’émail dentaire, la dentine et l’os sont des tissus poreux qui peuvent se comporter en système bio–chimique ouvert. Ils sont sensibles à leur environnement hydrologique, vecteur des flux diagénétiques (Hedges & Millard 1995 ; Wright & Schwarcz 1996 ; Zazzo, Lécuyer & Mariotti 2004). La conservation des bioapatites va donc dépendre en première approximation du lieu d’enfouissement (grotte, abri-sous-roche, tombes, surface, etc.), des conditions climatiques et du mécanisme d’échange en carbone dans la matrice minérale. Les carbonates dissous de l’environnement ont deux influences pour la datation de l’os. D’une part, ils précipitent sous forme de calcite dans l’os et, d’autre part, ils s’incorporent partiellement sous forme de CO3 dans la matrice minéralogique osseuse. Les prétraitements permettent aisément d’éliminer les calcites secondaires (Saliège et al. 1995 ; Balter et al. 2002). Par contre les CO3 incorporés dans la matrice osseuse sont, dans l’état actuel de nos connaissances, impossibles à éliminer. Pour cette raison, la bioapatite est en général impropre pour la datation 14C ; cela a été démontré en zone tempérée soumise à une forte pluviométrie. Ce qui est vrai aux latitudes élevées l’est-il en zone aride ou semi-aride ? Ces échanges isotopiques en carbone étant liés à l’eau de surface de l’environnement, nous avons testé la bioapatite au Sahara, en zone sahélienne, dans la péninsule arabique et jusqu’au Pakistan. Nous avons ainsi démontré que les échanges isotopiques en carbone liés aux carbonates de l’environnement étaient, à quelques exceptions près, négligeables pour toute la durée de l’holocène en zone aride ou semi-aride. En Afrique de l’Ouest, les fouilles des grandes nécropoles d’Iwelen dans l’Aïr et de l’Adrar Bous au Niger (plus de 200 tombes fouillées, Paris 1996) ont permis la première étude géochimique significative du matériel osseux en milieu saharien. La très bonne concordance entre les âges 14C de la bioapatite et les échantillons de référence (bois ou cuir) démontre ainsi qu’en l’absence de toute influence significative des eaux de pluie ou de nappes, la bioapatite ne subit aucune altération vis-à-vis des isotopes du carbone.

Matériel et Méthode

Tabl. 1

Tabl. 1

Méthode conventionnelle

6Pour relancer notre projet de datation des architectures funéraires sahariennes, nous sommes repartis des datations des monuments à couloir et enclos de la nécropole d’Emi Lulu (fig. 1 et 2), les plus anciennes sépultures de notre chronologie. L’ensemble des dates (à part EL 2-7 et EL 2-11b) place les tombes à couloir et enclos dans la phase finale du dernier épisode humide du Néolithique, appelée Ténéréen au Niger. Si on se réfère à la Tassili n’Ajjer, elles correspondent à l’époque du Bovidien. Ces dates ont été obtenues sur os brut, sans aucun prétraitement. Dans les monuments fouillés, les squelettes reposent dans des fosses exigües fermées par des blocs de pierres cimentées par du banco (argile). Dans les tombes EL 2-7 et EL 2-11b, la disparition de la couche de banco a permis une infiltration des eaux de surface suffisante pour provoquer la précipitation de calcite secondaire (pourcentage de C = 1,5 %), ce qui explique les dates rajeunies. Nous avons alors mis au point le protocole de prétraitement à l’acide acétique, repris la datation de EL 2-11b et obtenu une date cohérente (tabl. 1, ci-dessus).

Fig. 1

Fig. 1

Monument à couloir et enclos EL 2-7

Fig. 2

Fig. 2

Carte de situation des principales nécropoles néolithiques étudiées au Sahara nigérien

7Ces deux dates mises à part, la dispersion assez grande, comprise entre 4280 et 5610 BP, peut être partiellement imputée aux limitations techniques de l’époque car les dates les plus anciennes (EL 2-5 et EL 2-8) ont été obtenues pour de petits échantillons (0,4 g de benzène) qui ont nécessité un comptage très long (8 jours) et soumis les enregistrements à l’instabilité du bruit de fond des compteurs. Seule une amélioration des mesures pouvait permettre de trancher la question de la durée réelle d’occupation du site.

8Nous avons donc repris les échantillons disponibles de sept sépultures, dont cinq déjà datées par la méthode conventionnelle et deux qui n’avaient pu l’être étant donné la faible quantité d’os disponible. Dans deux cas (EL 2-5 et EL 2-16), nous avons daté conjointement l’os et l’émail, plus résistant que l’os à l’altération diagénétique. Les âges obtenus (tabl. 2) sont identiques ce qui démontre l’absence d’échange isotopique entre le carbone inorganique dissous et l’os, lorsqu’il est protégé du milieu extérieur.

9Les neuf dates sont comprises entre 4480 et 4225 ± 30 BP, ce qui resserre considérablement la période d’édification de ces monuments.

10La comparaison des dates obtenues par scintillation liquide et par Sma est représentative des progrès accomplis en vingt ans. L’incertitude liée à la mesure diminue et passe en moyenne de ± 200 à ± 30 BP. Les divergences observées dans le cas de EL 5 et EL 2-8 éliminent l’hypothèse d’une occupation ancienne, et confirment que les âges anciens étaient bien dus aux limites des performances des anciens compteurs.

Tabl. 2

Tabl. 2

Datations Sma 

Conclusions

11Jusque dans les années 1970, les monuments à couloir et enclos du Sahara étaient généralement attribués à la période des chars à galop volant et aux Garamantes (début du IIe millénaire avant J.-C.). Malgré certaines limites techniques, les premières dates des tombes à couloir et enclos d’Emi Lulu ont permis, à l’époque, d’établir leur ancienneté en les classant entre les Ve et IVe millénaires avant J.-C. La seconde série de dates mesurées par Sma a affiné notre connaissance de la nécropole en corrigeant l’estimation de la période et de la durée réelle d’occupation (ca 3000 ± 200 cal BC). En l’état actuel de nos connaissances, les monuments à couloir et enclos se placent parmi les premières architectures funéraires qui apparaissent dans la phase finale du dernier épisode humide du Sahara central, tout comme les tumulus en croissant du nord et de l’ouest de l’Aïr et les monuments à plateformes de l’Adrar Bous et d’Iwelen.

12Cette étude montre également que la datation 14C de la fraction minérale des ossements humains et animaux (os, émail) par Sma, très peu utilisée jusqu’à présent, se révèle décisive pour l’établissement d’une chronologie des sites d’occupation humaine à l’Holocène en zone désertique.

Haut de page

Bibliographie

Balter, V., J.-F. Saliège, H. Bocherens & A. Person. 2002. « Evidences of physico-chemical and isotopic modifications in archaeological bones during controlled acid etching », Archaeometry, 44 (3) : 329-336.

Hedges, R. E. M. & A. R. Millard. 1995. « Bones and groundwater : towards the modelling of diagenetic processes », Journal of Archaeological Science, 22 : 155-164.

McIntosh, S. K. 1994. « Changing perceptions of Africa’s past : archaeological research since 1988 », Journal of Archaeological research, 2, 2 : 165-198.

Paris, F. 1996. Les sépultures du Sahara nigérien du Néolithique à l’islamisation, 1. Coutumes funéraires, chronologie, civilisations. Paris, Orstom éditions (Études et thèses), 623 pages.

Saliège, J.-F., A. Person & F. Paris. 1995. « Preservation of 13C/12C original ratio and 14C dating of the mineral fraction of human bones from Saharan tombs, Niger », Journal of Archeological Science, 22 : 301-312.

Wright, L. E.& H. P. Schwarcz. 1996. « Infrared and isotopic evidence for diagenesis of bone apatite at Dos Pilas, Guatemala : Palaeodietary implications », Journal of Archeological Science, 23 : 933-944.

Zazzo, A., C. Lécuyer & A. Mariotti. 2004. « Experimentally-controlled carbon and oxygen isotope exchange between bioapatites and water under inorganic and microbially-mediated conditions », Geochimica et Cosmochimica Acta, 68 : 1-12.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. 1
Légende Méthode conventionnelle
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 1
Légende Monument à couloir et enclos EL 2-7
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 2
Légende Carte de situation des principales nécropoles néolithiques étudiées au Sahara nigérien
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tabl. 2
Légende Datations Sma 
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1004/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Paris et Jean-François Saliège, « Chronologie des monuments funéraires sahariens », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 57-60.

Référence électronique

François Paris et Jean-François Saliège, « Chronologie des monuments funéraires sahariens », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1004 ; DOI : 10.4000/nda.1004

Haut de page

Auteurs

François Paris

Umr 6636 Lampea
flparis@gmail.com

Articles du même auteur

Jean-François Saliège

Umr 7209 «Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements»
jfs@locean-ipsl.upmc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org