Navigation – Plan du site
Méthodologie

Datations directes et indirectes des images rupestres en Ahaggar, dans la Tasili-n-Ajjer et l’Atlas saharien

Jean-Loïc Le Quellec
p. 49-56

Résumés

Les premières missions du projet algéro-français de datation des images rupestres sahariennes ont permis la découverte d’un grand nombre de peintures nouvelles attribuables au style des «Têtes Rondes», et ont aussi donné lieu à des observations portant sur les témoins des anciens sols sur lesquels se déplaçaient les peintres. Des analyses sont en cours pour les dater, afin de préciser la phase d’exécution des peintures.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  S’agissant du toponyme, il serait préférable de noter « Tasili », conformément à l’orthographe anc (...)

1Les « fresques du Tassili1 » ont été révélées en France, dans les années 1950 par Henri Lhote, qui avait repris les inventaires systématiques commencés par Charles Brenans sous la conduite de son guide, Djebrine Machar agg Mohammed. En 1957, adoubé par l’abbé Breuil, Lhote organisa au musée des Arts décoratifs à Paris une exposition qui rencontra un succès énorme. Les expéditions se multiplièrent, donnant lieu à la publication d’ouvrages fameux comme À la découverte des fresques du Tassili (Lhote 1958), maintes fois traduit et ré-édité, à des tournées de conférences, à la parution de dossiers spéciaux dans des magazines comme Paris Match, etc. (Le Quellec 2010).

2Pourtant, après l’enthousiasme soulevé par la révélation d’une « nouvelle civilisation ancienne », l’intérêt scientifique pour ces images s’est essoufflé, notamment en raison de la découverte de nouvelles grottes ornées dont Chauvet est le plus récent fleuron. Les archéologues auraient certes pu attendre de ces fresques un éclairage sans précédent sur la culture matérielle des anciennes populations du Sahara, puisqu’on y découvre de nombreux éléments culturels qui ne peuvent être retrouvés en fouille, par exemple la représentation de tentes munies de leur vélum, des décors corporels, des détails de vêtement, d’emmanchement et de harnachement, etc. Mais les spécialistes n’ont pu s’accorder ni sur la chronologie relative de l’ensemble de ces images ni sur leur position absolue dans le temps, et les fouilles d’Henri Lhote, très mal documentées, ne peuvent guère être mises en rapport avec elles. Les préhistoriens se sont donc progressivement détournés de cette source documentaire exceptionnelle située hors des cadres archéologiques de référence. Peu à peu, les « fresques du Tassili » n’ont plus été mentionnées que pour mémoire ou pour accompagner le premier chapitre d’ouvrages généraux sur l’histoire de l’art, où elles pouvaient faire belle figure auprès des aurochs de Lascaux et des sculptures égyptiennes. Seuls quelques amateurs passionnés ont continué à les inventorier, livrant chaque année une nouvelle moisson de documents souvent surprenants. Les figures les plus intrigantes n’ont pas tardé à donner lieu à des interprétations fantaisistes – témoignage d’un chamanisme saharien qui n’a jamais existé que dans l’imagination, traces du passage d’une mystérieuse civilisation extra-terrestre (Le Quellec 2009) – qui ont contribué à les discréditer.

3Aussi, pour raviver l’intérêt des préhistoriens, archéologues et historiens envers les images rupestres du Sahara central, il convient de préciser leur position chronologique (Breunig 1991 ; Berger 2001) qui fait aujourd’hui l’objet d’hypothèses contradictoires : certains défendent une chronologie dite « longue », selon laquelle l’art rupestre saharien le plus ancien remonterait à la fin du Pléistocène ou au tout début de l’Holocène (Hachid 1998, 2000 ; Tauveron & Aumassip 2001 ; Striedter 2003) ; les autres tiennent pour la chronologie dite « courte » qui place la floraison de ces figurations vers la mi-Holocène (Muzzolini 1993 ; Le Quellec 1998, 2006a, 2008a, 2008b ; voir discussion des deux positions dans Monney 2002).

  • 2  Sous le contrôle institutionnel de Cheikh Issakoukafi, Z. Brahimi et L. Ferhani (Opnt), H. Vallada (...)

4Le programme de coopération intitulé Projet de datations directes et indirectes des images rupestres en Ahaggar, Tasili-n-Ajjer et Atlas saharien, signé en 2004 à Alger entre les ministères algérien et français des Affaires étrangères, a été suivi en mars 2008 d’une convention de collaboration quadriennale entre le Centre national de recherche en préhistoire, anthropologie et histoire (Cnrpah) pour l’Algérie et le Cnrs. Sous la direction de Malika Hachid (Cnrpah) et de Jean-Loïc Le Quellec (Cnrs), une équipe de préhistoriens, physiciens-dateurs, pariétalistes et géomorphologues a accompli deux missions de terrain qui ont permis des observations nouvelles et des prélèvement d’échantillons destinés à caractériser les composants des peintures et – espérons-le – à les dater2.

5Ces missions de deux et trois semaines ont été organisées en octobre-novembre 2008 et en novembre-décembre 2009, après deux missions préalables de reconnaissance réalisées en 2005 sur le plateau de la Tasili-n-Ajjer et dans la Tefedest (Ahaggar). En 2008 et 2009, le choix, pour des raisons logistiques, du plateau du Meddak, et en particulier des sites rupestres de Séfar, Ti-n-Tazarift et Ta-n-Zumaïtak, a eu valeur de test. En ces régions en effet, ce type de recherches impose de monter de véritables expéditions, avec une dizaine d’âniers pour acheminer près de 400 kilogrammes de matériel – groupes électrogènes, valises solaires, etc. – et assurer le ravitaillement régulier d’une vingtaine de personnes pendant trois semaines. La zone d’étude sera élargie à l’Immidir (Ahaggar) et à l’Atlas saharien, où il sera procédé à des missions plus légères. L’ensemble des travaux a été financé par le Service de coopération et d’action culturelle (Scac) de l’ambassade de France à Alger, le Cnrpah et le Cnrs, avec l’aide additionnelle de l’Office national du parc du Tassili (Opnt) et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui a décerné son prix Burkart à la direction française du projet.

6Quatre axes de recherche ont été privilégiés :

  1. la caractérisation et la datation directe des pigments picturaux,

  2. la datation indirecte des œuvres par tout indice paléoclimatique en relation pertinente avec les sites rupestres sélectionnés,

  3. l’étude des dépôts archéologiques,

  4. le relevé photographique en 3D et sous divers rayonnements (fluorescence, luminescence, infrarouge et ultraviolet).

Travaux et analyses

Prélèvements sur les parois

7Il est actuellement impossible de dater directement les peintures du Sahara central, car l’existence de carbone ou de liants dans les pigments pariétaux n’a pas encore été mise en évidence (Brunet, Demailly & Vidal 1984, 1987, 1988). Il convient donc de caractériser ces pigments grâce à des analyses physico-chimiques, pour tenter d’y retrouver des résidus de liants susceptibles d’avoir conservé une quantité de carbone suffisant à une datation au 14C en spectrométrie de masse par accélérateur (Sma).

8En 2008, des prélèvements ont été réalisés dans les abris de Séfar et Ta-n-Zumaïtak. Pour éviter de dégrader les parois peintes, on a choisi soit des endroits où l’altération de surface (concrétion, desquamation…) facilitait le prélèvement d’écailles, soit des remplissages sédimentaires visibles au pied des zones ornées, en sélectionnant des fragments dont le négatif était visible sur la paroi.

9Pour une part, les écailles ainsi recueillies portent des traces de pigments ou de pigmentation de teinte noire, rouge, blanche ou rosée.

10Les autres, dites « vierges », seront utilisées comme « bruit de fond » pour caractériser le substrat et apprécier sa contribution dans l’analyse des pigments. Ces échantillons « bruts » provenant de la paroi « vierge » ne sont pas dépourvus de carbone : l’analyseur Chn révèle ainsi une teneur atteignant 2,55 % dans l’un d’entre eux et 0,33 % dans un autre. La diffraction des rayons X (Drx) montre que les grains de quartz y sont prédominants et elle atteste aussi la présence de minéraux d’altération, dont certains contiennent du carbone (calcite, whewellite), mais aussi du soufre (gypse, anhydrite, bassanite). Cela peut s’expliquer soit par une -contamination du niveau sédimentaire dans lequel ces écailles étaient tombées, soit par une altération géochimique et biologique de surface résultant de phénomènes de condensation et de ruissellement d’eaux chargées en ions calcium.

11Les analyses Chn des pigments noirs ou rouges très foncés recouvrant en partie trois écailles trouvées au sol à Séfar ont révélé des teneurs en carbone variables comprises entre 0,64 % et environ 2 %. Malheureusement, une seule des trois a pu faire l’objet d’une analyse en Drx, laquelle a révélé des traces de calcite et de whewellite pouvant être à l’origine du carbone détecté au Chn. On peut donc se demander si le carbone mesuré sur les deux autres échantillons de Séfar était réellement associé à des liants organiques ou bien s’il ne serait pas d’origine minérale. Notons enfin que le pigment noir provenant de l’unique écaille prélevée directement sur la paroi de Séfar ne contient pas de carbone.

12Les analyses au Chn réalisées sur trois échantillons de Ta-n-Zumaïtak ont révélé des teneurs en carbone de 3 % à 5 % et celles en Drx ont démontré la présence importante de calcite (entre 4 % et 8 %) et de whewellite (0,4 % et 7,2 %). Il est donc possible que le carbone mesuré au Chn soit ici d’origine minérale. Enfin, la présence de sulfate de calcium et d’anhydrite dans la plupart des échantillons analysés montre que la paroi a subi divers phénomènes physico-chimiques au cours du temps.

13Les analyses par microscope électronique à balayage (Meb) approfondissent ces observations en attestant la présence systématique d’aluminosilicates de calcium et de soufre qui forment le gypse et ses dérivés. On retrouve exceptionnellement du calcium sans soufre ni carbone, donc plutôt sous forme d’oxyde de calcium, mais aussi avec du carbone, sans doute sous la forme de calcite ou whewellite. Des coupes stratigraphiques effectuées sur deux échantillons de couleur rosée permettent de distinguer les différentes couches d’altération et de pigment. Le fer des couches colorées est souvent accompagné de titane (élément associé) et parfois de phosphore (4 % à 7 %) dont l’origine est inconnue. Les pigments rouges et roses sont composés d’un mélange d’aluminosilicates et d’oxyde de fer, c’est-à-dire d’ocre. Selon les échantillons, la nature de l’argile pourrait être de l’illite ou de la kaolinite. Les pigments roses contiennent des quantités importantes de calcite qui auraient été soit contenues dans l’argile de départ, soit additionnées à l’ocre.

14La faible quantité des pigments et la forte altération de la paroi rendent très difficile la caractérisation des pigments. Il est actuellement impossible de statuer avec certitude sur la présence ou non de carbone organique dans les échantillons recueillis, car ils contiennent aussi du carbone d’origine minérale – calcite et whewellite – dont la présence est sans doute liée à l’altération des parois ou à une contamination secondaire. L’absence de carbone dans l’échantillon noir de Séfar prélevé directement sur la paroi constitue toutefois une certitude.

15Pour tenter de contourner ces problèmes, la seconde mission a concentré ses efforts sur des zones où les parois ornées sont bien préservées (absence d’écaillement, de boursouflures…). On peut donc espérer que la nouvelle série d’échantillons de pigments non altérés d’épaisseur et de masse suffisantes, récoltés dans des secteurs protégés, permettra une datation directe (analyses en cours).

Indices paléoclimatiques

  • 3  Ainsi appelée car ce fut la place où se tinrent les débats du séminaire international organisé en  (...)

16Au Sahara central, les aléas paléoclimatiques du Pléistocène supérieur et du début de l’Holocène montrent une succession de périodes arides et humides (Muzzolini 1985 ; Vernet & Striedter 1992 ; Muzzolini 1995 ; Cremaschi & Trombino 2001 ; Rognon 2001 ; Petit-Maire 2004 ; Le Quellec 2006b, Petit-Maire 2006 ; Armitage, White & Drake 2008 ; Kröpelin 2008), et les témoins sédimentaires attribués aux épisodes éoliens anciens, notamment ceux correspondant au Lgm (Late Glacial Maximum) centré sur le stade isotopique 2 (Emiliani 1955 : 569-570 ; Emiliani 1970 ; Shackleton 1967), sont fréquents. L’approche contextuelle des parois peintes est susceptible d’aider à la datation indirecte des œuvres, à condition de pouvoir établir l’existence d’un rapport entre les images rupestres et les témoins paléoclimatiques. Nous avons donc cherché à identifier les modes de mise en place de ces derniers, à relever leur distribution topographique et à les échantillonner en vue d’obtenir des datations par la méthode Osl (luminescence stimulée optiquement). Plusieurs loci où des sédiments indurés, très vraisemblablement éoliens, ont été conservés à l’abri de l’érosion et ont été identifiés, en particulier une importante accumulation sablonneuse située en contrebas de la place dite « du Séminaire3 » à Séfar. Atteignant par endroits une puissance de huit mètres, il s’agit d’un indice paléo-climatique et chronologique très important puisqu’il se trouve à l’intérieur même de la zone à forte concentration rupestre et qu’il est en relation pertinente avec les peintures. Or il paraît possible de dater cette formation par Osl, puisque ses couches furent exposées au soleil avant leur dépôt. Cette méthode pourra aussi dater les séquences stratigraphiques des dépôts archéologiques alentour, puisqu’elle s’applique aux grains de quartz, particulièrement abondants en zone saharienne (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Séfar, D14. Relevé des coupes effectuées en Log1 et Log2 (voir fig. 4). L’emplacement des prélèvements effectués pour analyses et datations est indiqué. Noter la correspondance du niveau supérieur de U3 entre les deux coupes.

(Dao Safia Agsous / J.-L. Le Quellec)

17L’examen des bandes noires et blanches superposées verticalement sur les parois (fig. 2) a démontré leur relation avec les sédiments des coupes stratigraphiques témoins. Elles résultent de l’évolution taphonomique de parois exposées aux intempéries ou en contact avec des remplissages sédimentaires, anthropiques ou non. La plupart témoignent de dépôts vraisemblablement arrachés lors d’un événement climatique important, survenu après la phase aride représentée par les dépôts sablonneux, et qui reste à situer dans le temps. Les bandes blanchâtres sont très souvent situées plus bas que les peintures, même s’il arrive à l’occasion qu’elles en atteignent le registre inférieur. Leur datation autorisera l’encadrement chronologique de certains niveaux anthropiques. En particulier, leur mécanisme de formation semble être intervenu après la réalisation des peintures en style des Têtes rondes typiques, dont la datation reste très discutée depuis que l’abbé Breuil les a caractérisées (Breuil 1954 ; Muzzolini 1979, 1982 ; Lhote 1989 ; Muzzolini 1991 ; Muzzolini & Kolmer 1982 ; Tauveron 1992 ; Sansoni 1994 ; Soleilhavoup 2007). Des échantillons ont donc été prélevés sur plusieurs de ces bandes pour les analyser (Meb et Chn), avec l’espoir d’arriver à les dater.

Fig. 2

Fig. 2

Séfar. Détail de la paroi nord du « Couloir aux mouflons » montrant la succession des bandes noire et blanche. La couleur blanche visible sous la bande noire correspond à une partie de la paroi qui était couverte par les sables actuels.

18Dans les endroits abrités – abris, failles, fissures, concavités, taffoni, cluses, chaos… – des deux secteurs à peintures de Ti-n-Tazarift et Séfar, de nombreux dépôts se présentent sous la forme de lambeaux indurés, souvent très érodés et bioturbés. Ils sont préservés sous l’avancée d’abris-sous-roche, apparaissent en placages perchés en hauteur dans des concavités ou au sein des chaos de blocs effondrés, ou encore en puissantes accumulations fortement érodées par l’eau et piégées dans des fissures ou des étroitures correspondant sans doute à des phénomènes de vidange lors d'épisodes pluviaux holocènes. Des faciès érosifs spectaculaires entaillent parfois ces vestiges de remplissage ancien jusqu’au substrat gréseux, révélant des séquences sédimentaires complètes (fig. 3) qui offrent des conditions idéales d’étude et de prélèvement.

Fig. 3

Fig. 3

Séfar, D14 Log 2. Coupe réalisée sur toute la puissance des sédiments, soit environ trois mètres, jusqu’au contact avec le substrat gréseux. Le niveau supérieur horizontal correspond au sol fossile visible matérialisé sur la fig. 4.

  • 4  La publication du détail de la démonstration est en cours dans le numéro 21 de la revue Sahara.

19Nous avons pu montrer qu’à un niveau de cailloutis intercalé entre les sables indurés de l’un de ces dépôts correspond, sur les parois des abris, une bande noire « supérieure » plus ou moins marquée qui a subsisté après la disparition érosive des sols4. Dans aucun des cas observés il n’existe de peintures en style des Têtes rondes typiques sous le niveau de cette bande noire qui, par hypothèse, marquerait la limite de l’emprise sédimentaire Lgm. Il peut cependant arriver de voir, dans ladite bande, des images réalisées après décapage du niveau correspondant. D’autres bandes noires, moins marquées, apparaissent parfois en position inférieure sur les parois. Elles pourraient correspondre à des épisodes humides plus anciens que celui en relation avec la bande précédente et le sol fossile associé. Cette disposition révèle que plusieurs sols de circulation en place vers le début de l’Holocène furent éliminés lors des phases humides ultérieures. Les épisodes éoliens tardifs qui se sont succédé ont produit d’autres sols qui semblent, eux aussi, avoir été remplacés l’un après l’autre dans un mécanisme de palimpseste sédimentaire qu’il faudrait maintenant pouvoir dater.

Perspectives

20En attendant le résultat des analyses en cours, on peut d’ores et déjà souligner que même si des datations directes des peintures s’avéraient réalisables, elles resteraient exceptionnelles. Il conviendra donc de les éprouver ou de pallier leur absence. Dans cette perspective, l’analyse contextuelle des dépôts archéologiques et géologiques situés au pied des parois ornées ou à leur proximité reste primordiale pour retracer l’occupation humaine du plateau et préciser quand les parois ont été peintes.

21L’étude stratigraphique et les analyses sédimentologiques en cours sur les remplissages des sites et de leurs marges nous renseigneront sur la dynamique des milieux naturels de cette partie du Sahara et sur les facteurs environnementaux qui ont pu y influencer les comportements humains. Il s’agit d’abord de déterminer les modalités de sédimentation – sources sédimentaires, agents de sédimentation, processus post-dépositionnels – puis l’historique de la mise en place des dépôts. Les phénomènes ainsi reconnus pourront être datés grâce à la méthode Osl. La lecture approfondie des coupes stratigraphiques – structures sédimentaires et traits pédologiques –, déterminera les principaux mécanismes dynamiques et diagénétiques à l’origine de l’élaboration des dépôts.

22Au Sahara central, le problème de la disparition des sols fossiles est lié aux conditions de réalisation des peintures. Certaines sont aujourd’hui inaccessibles, sauf à escalader une longue échelle ou un grand échafaudage. Cette position suggère l’existence d’un substrat sédimentaire solide et de grande puissance – comme le sol Lgm –, dont la vidange quasi complète doit être imputée à une phase très humide postérieure. La configuration du paysage et son évolution (fig. 4) rendent alors manifeste le fait que ces sols disparus étaient justement ceux sur lesquels ont déambulé les peintres, en particuliers ceux du style des Têtes rondes (fig. 5) mais parfois aussi ceux du style bovidien (fig. 6).

23Ainsi, même en l’absence de datation directe des œuvres, dater les vestiges des sols disparus, reconstituer les contextes paléoclimatiques – et donc chronologiques – dans lesquels les peintures furent réalisées indiquerait ipso facto la période d’activité des artistes. En ce sens, on soulignera l’importance, près du lieu-dit « La Place du séminaire » à Séfar, d’un bouchon sableux d’une hauteur supérieure à huit mètres et en rapport, d’une part avec des lambeaux de sols eux-mêmes en lien avec des peintures, d’autre part avec des « bandes blanches » jusqu’alors inexpliquées mais qui témoignent de l’existence passée d’anciens sols dans les abris. Ce remblaiement de Séfar correspond selon toute vraisemblance à la phase d’aridité qui a suivi le Pléistocène supérieur et a marqué toutes les régions sahariennes, mais il est impossible de l’affirmer sans des études plus approfondies. L’objectif de celles-ci sera d’élaborer une chronologie relative des peintures et de la mettre en rapport avec l’histoire climatique locale, perçue par l’analyse des dépôts sédimentaires et des fantômes sédimentaires visibles sur les parois.

24En attendant la réalisation de ces études et la datation Osl des différents niveaux du grand dépôt de la « Place du séminaire » à Séfar, nos premières observations indiquent seulement que le style des Têtes rondes typiques se place après la fin de la phase aride. Notre intention est de poursuivre nos premiers travaux exploratoires afin d’élaborer l’ossature d’une chronostratigraphie de référence, précieuse dans le cadre d’une problématique régionale alors que les travaux sur la paléoclimatologie saharienne se multiplient.

Fig. 4

Fig. 4

Séfar. Vue d’ensemble de D14. Les sols fossiles conservés ont été virtuellement prolongés sur la photo pour en matérialiser le plan. La flèche indique l’emplacement d’une mince bande blanche marquant, sur la paroi, la limite supérieure d’un remplissage éolien aujourd’hui disparu, le sol fossile induré ayant mieux résisté. Les personnages en Log 1 donnent l’échelle.

(Dao J.-L. Le Quellec)

Fig. 5

Séfar, D15. Visualisation du sol fossile. Le personnage marchant sur le sol actuel, à gauche, est très loin de pouvoir atteindre les peintures, contrairement à son homologue virtuellement posé sur le sol restitué, dont la main est à la hauteur des plus élevées, aujourd’hui hors de portée.

(Dao J.-L. Le Quellec)

Fig. 6

Fig. 6

Séfar. Exemple de peintures bovidiennes en hauteur. À gauche, notre guide Barka marche sur le sol actuel, constitué par le sommet d’un dépôt induré. Derrière lui sur la paroi, la bande noirâtre atteste l’existence d’un ancien sol disparu. Une fois celui-ci restitué virtuellement, les peintures sont de nouveau à portée de main

(Dao J.-L. Le Quellec)

Haut de page

Bibliographie

Armitage, S. J., K. White & N. Drake. 2008. « Palaeohydrology of the Fazzan Basin, Libyan Sahara : evidence for multiple phases of North African humidity », American Geophysical Union Fall meeting.

Berger, F. 2001. « Kommentare zur Klassifizierung und Chronologie von Felskunst in der Sahara », Almogaren,32-33 : 27-74.

Breuil, H. 1954. « Les roches peintes du Tassili-n-Ajjer », in : Actes du Congrès panafricain de préhistoire, IIe session, Alger, 1952. Alger – Paris, Arts et Métiers graphiques : 65-219.

Breunig, P. 1991. « Datierung afrikanischer Felsbilder », Beiträge zur algemeinen und vergleichenden Archäologie,11 : 115-143.

Brunet, J., S. Demailly & P. Vidal. 1984. « Étude de prélèvements de peintures rupestres du Tassili n’Ajjer (Algérie) »,Champs-sur-Marne, rapport Icom 87-1141, 6 pages.

Brunet, J., S. Demailly & P. Vidal. 1987. « Analyses de prélèvements des peintures des abris peints du plateau du Tadjelahine (Tassili n’Ajjer, Algérie) », Champs-sur-Marne, rapport Icom 87-1141, 6 pages.

Brunet, J., S. Demailly & P. Vidal. 1988. « Résultats de l’étude de prélèvements de peintures des abris du Tassili n’Ajjer », Ars praehistorica,7-8 : 293-303.

Collectif. 1978. Actes du séminaire international sur la conservation des peintures rupestres du Tassili, 21-30 octobre 1978. [s. l.], ministère de l’Information et de la Culture, Office du parc du Tassili, 2 volumes multigraph.

Cremaschi, M. & L. Trombino. 2001. « The formation processes of the stratigraphic sequence of the site and their palaeoenvironmental implications », in : E. E. Garcea (éd.), Uan Tabu in the Settlement History of the Libyan Sahara. Florence, All’Insigna del Giglio : 15-23.

Emiliani, C. 1955. « Pleistocene temperatures », Journal of Geology,63 (6) : 538-577.

Emiliani, C. 1970. « Pleistocene paleotemperatures », Science, 168, 3933 : 822-825.

Foucauld, C. de. 1940. Dictionnaire abrégé Touareg-Français de noms propres (dialecte de l’Ahaggar). Ouvrage publié par André Basset, professeur à la faculté des lettres d’Alger. Paris, Larose éditeurs, 362 pages, 2 cartes.

Hachid, M. 1998. Le Tassili des Ajjer : aux sources de l’Afrique, 50 siècles avant les pyramides, T. Monod (préf.), M. Gast (avant-propos). Paris, Paris-Méditerranée et Alger, Edif 2000, 310 pages, 458 figures.

Hachid, M. 2000. Les premiers Berbères : entre Méditerranée, Tassili et Nil. Alger, Ina-Yas et Aix-en-Provence, Édisud, 316 pages.

Kröpelin, S. 2008. « Climate-driven ecosystem succession in the Sahara : the past 6000 years », Science,320, 765 : 765-768.

Le Quellec, J.-L. 1998. Art rupestre et préhistoire du Sahara : le Messak libyen. Paris, Payot & Rivages (Grande bibliothèque scientifique), 616 pages, 16 planches.

Le Quellec, J.-L. 2006a. « L’adaptation aux variations climatiques sur-venues au Sahara central durant l’Holocène », in : M. Hassine Fantar (éd.), Le Sahara et l’Homme: un savoir pour un savoir-faire. Actes du colloque organisé à Douz du 27 au 29 décembre 2003. Tunis, université de Tunis El Manar, chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions : 109-129.

Le Quellec, J.-L. 2006b. « Rock art and cultural responses to climatic changes in the Central Sahara during the Holocene », in : Peddarapu

  Chenna Reddy (éd.), Exploring the Mind of Ancient Man (Festschrift to Robert Bednarik). New Delhi, Research India Press : 173-188.

Le Quellec, J.-L. 2008a. « À propos des molettes zoomorphes du Sahara central», Sahara,19 : 39-60.

Le Quellec, J.-L. 2008b. « What’s new in the Sahara, 2000-2004 ? », in : P. G. Bahn, N. Franklin, & M. Strecker (éds.), News of the World III. Oxford, Owbow Books : 52-88.

Le Quellec, J.-L. 2009. Des Martiens au Sahara. Chroniques d’archéologie romantique. Arles, Actes Sud - Errance, 310 pages.

Le Quellec, J.-L. 2010. La Dame blanche et l’Atlantide. Enquête sur un mythe archéologique. Arles, Errance - Actes Sud, 286 pages.

Lhote, H. 1958. À la découverte des fresques du Tassili. Paris, Arthaud (Signes des temps), 268 pages.

Lhote, H. 1989. « Art rupestre. Période des “Têtes rondes”», in : G. Camps (éd.), Encyclopédie Berbère, VI. Aix-en-Provence, Édisud : 922-925.

Monney, J. 2002. « La datation de l’art rupestre et les plus anciennes traces d’art rupestre connues en Afrique du Nord, au Sahara et dans la vallée du Nil », Genève, travail de diplôme sous la direction du professeur Alain Gallay, 226 pages.

Muzzolini, A. 1979. « L’extension géographique des “Têtes rondes” au Sahara », Prehistoric Art and Religion. Valcamonica, Valcamonica symposium : 365-384 et 511-513.

Muzzolini, A. 1982. « Les “Martiens” dans les peintures des Têtes rondes du Tassili», Travaux de l’Institut d’art préhistorique (Toulouse),24 : 117-196.

Muzzolini, A. 1985. « Les climats au Sahara et sur ses bordures, du Pléistocène final à l’Aride actuel », Empuries,47 : 8-27.

Muzzolini, A. 1991. « Essai de classification et de chronologie relative des peintures “Têtes rondes” du Tassili et de l’Acacus », Quaderni di archeologia della Libia,14 : 5-26.

Muzzolini, A. 1993. « Chronologie raisonnée des diverses écoles d’art rupestre du Sahara central », Memorie della Società Italiana di Scienze Naturali e del Museo Civico di Storia Naturale di Milano,26 (2) : 387-397.

Muzzolini, A. 1995. Les images rupestres du Sahara. Toulouse, A. Muzzolini, 447 pages, 515 figures.

Muzzolini, A. & H. Kolmer. 1982. « Les peintures des “Têtes rondes” et les peintures de l’ère “Pastorale” dans l’Acacus (Libye). Chronologie relative et chronologie absolue», Ars praehistorica,I : 99-122.

Petit-Maire, N. 2004. « Climatic crises and man in the Mediterranean basin : the last 20.000 years », in : Human Records of Recent Geological Evolution in the Mediterranean Basin – Historical and Archaeological Evidence. Monaco, Ciesm (Ciesm Workshop Monographs, 24) : 17-24.

Petit-Maire, N. 2006. « Changements climatiques holocènes au Sahara. Leur impact sur l’homme », Les Cahiers de l’Association des amis de l’art rupestre saharien, no 10: Hic sunt leones. Mélanges sahariens en l’honneur d’Alfred Muzzolini, Y. Gauthier, J.-L. Le Quellec & R. Simonis (éd.) : 167-170.

Rognon, P. 2001. « Les périodes arides au Sahara durant le dernier cycle climatique (125 000 ans BP à l’actuel) », in : L’Homme maghrébin et son environnement depuis 100 000 ans. Actes du colloque international de Maghnia (novembre 1989). Alger, Crape : 11-19.

Sansoni, U. 1994. Le più antiche pitture del Sahara. L’arte delle Teste Rotonde. Milan, Jaca Book, 323 pages.

Shackleton, N. 1967. « Oxygen Isotope Analyses and Pleistocene temperatures re-assessed », Nature,215 : 15-17.

Soleilhavoup, F. 2007. L’art mystérieux des Têtes rondes au Sahara. Dijon, Faton, 280 pages.

Striedter, K. H. 2003. « L’âge de l’art rupestre du Sahara algérien », in : L’Algérie en héritage. Art et histoire. Exposition présentée à l’Institut du Monde arabe du 7 octobre 2003 au 25 janvier 2004. Paris, Actes Sud : 60-69.

Tauveron, M. 1992. « Les peintures rupestres des Têtes rondes au Tassili n’Ajjer (Sahara central). Approche globale de la question », Paris, thèse de l’université de Paris-1 - Panthéon-Sorbonne, 515 pages.

Tauveron, M. & G. Aumassip. 2001. « Y a-t-il un art paléolithique au Sahara ? » in : D. Sacchi (éd.), L’art paléolithique à l’air libre. Le paysage modifié par l’image. Tautavel-Campôme, 7-9 octobre 1999. Caracssone, Gaep & Géopré : 235-245.

Vernet, R. & K. H. Striedter. 1992. « La place du Djado dans le Sahara central : hommes et climats à l’Holocène », Würzburger Geographische Arbeiten,84 : 201-234.

Haut de page

Notes

1  S’agissant du toponyme, il serait préférable de noter « Tasili », conformément à l’orthographe ancienne de ce nom touareg féminin signifiant « vaste massif montagneux couronné de grands plateaux rocheux sans sommet dominant notablement ces plateaux » (Foucauld 1940 : 589).

2  Sous le contrôle institutionnel de Cheikh Issakoukafi, Z. Brahimi et L. Ferhani (Opnt), H. Valladas (Lmc14, Cen Saclay), L. Beck (C2Rmf-Cnrs-Cea, Paris), E. Kaltnecker (Lsce, Cnrs/Cea/Ipsl, Gif-sur-Yvette), A. Quilès (Lmc14) et M. Hachid (Cnprah) ont prélevé les pigments picturaux ; toutes leurs interventions ont été photographiées et filmées et, sous couvert d’une autorisation ministérielle, M. Hachid a transmis les prélèvements aux laboratoires français en charge des analyses. A. Amara, M. Hachid, A. Heddouche, S. Merzoug et H. Sahnoun (Cnprah), avec l’assistance de M. Grenet (Traces-Umr 5608 du Cnrs, Toulouse), L. Ferhani et Z. Brahimi, ont procédé aux sondages et aux fouilles. L’examen des dépôts chronostratigraphiques et autres indices paléoclimatiques associe A. Amara, S. Agsous (Institut de paléontologie humaine, Paris), M. Grenet, M. Hachid, N. Mercier (Crp2A, Bordeaux) et J.-L. Le Quellec (Cnrs). La couverture photographique des parois peintes sous différents rayonnements a été assurée par D. Vigears (C2Rmf) assisté de F. Duquesnoy (Lampea-Umr 6636, Aix-en-Provence), Cheikh Issakoukafi et J.-L. Bernezat. F. Duquesnoy et J.-L. Le Quellec ont assuré l’analyse informatique préliminaire des clichés. Sauf indication contraire, photographies et traitements graphiques sont de J.-L. Le Quellec.

3  Ainsi appelée car ce fut la place où se tinrent les débats du séminaire international organisé en 1978 à Séfar par l’Opnt et l’Unesco sur la question de l’état de conservation des peintures rupestres (Collectif 1978).

4  La publication du détail de la démonstration est en cours dans le numéro 21 de la revue Sahara.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Séfar, D14. Relevé des coupes effectuées en Log1 et Log2 (voir fig. 4). L’emplacement des prélèvements effectués pour analyses et datations est indiqué. Noter la correspondance du niveau supérieur de U3 entre les deux coupes.
Crédits (Dao Safia Agsous / J.-L. Le Quellec)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 2
Légende Séfar. Détail de la paroi nord du « Couloir aux mouflons » montrant la succession des bandes noire et blanche. La couleur blanche visible sous la bande noire correspond à une partie de la paroi qui était couverte par les sables actuels.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 3
Légende Séfar, D14 Log 2. Coupe réalisée sur toute la puissance des sédiments, soit environ trois mètres, jusqu’au contact avec le substrat gréseux. Le niveau supérieur horizontal correspond au sol fossile visible matérialisé sur la fig. 4.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 4
Légende Séfar. Vue d’ensemble de D14. Les sols fossiles conservés ont été virtuellement prolongés sur la photo pour en matérialiser le plan. La flèche indique l’emplacement d’une mince bande blanche marquant, sur la paroi, la limite supérieure d’un remplissage éolien aujourd’hui disparu, le sol fossile induré ayant mieux résisté. Les personnages en Log 1 donnent l’échelle.
Crédits (Dao J.-L. Le Quellec)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Séfar, D15. Visualisation du sol fossile. Le personnage marchant sur le sol actuel, à gauche, est très loin de pouvoir atteindre les peintures, contrairement à son homologue virtuellement posé sur le sol restitué, dont la main est à la hauteur des plus élevées, aujourd’hui hors de portée.
Crédits (Dao J.-L. Le Quellec)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 6
Légende Séfar. Exemple de peintures bovidiennes en hauteur. À gauche, notre guide Barka marche sur le sol actuel, constitué par le sommet d’un dépôt induré. Derrière lui sur la paroi, la bande noirâtre atteste l’existence d’un ancien sol disparu. Une fois celui-ci restitué virtuellement, les peintures sont de nouveau à portée de main
Crédits (Dao J.-L. Le Quellec)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loïc Le Quellec, « Datations directes et indirectes des images rupestres en Ahaggar, dans la Tasili-n-Ajjer et l’Atlas saharien », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 49-56.

Référence électronique

Jean-Loïc Le Quellec, « Datations directes et indirectes des images rupestres en Ahaggar, dans la Tasili-n-Ajjer et l’Atlas saharien », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1002 ; DOI : 10.4000/nda.1002

Haut de page

Auteur

Jean-Loïc Le Quellec

Centre d’études des mondes africains (Cemaf), Umr 8171/université Paris-I/université de Provence/Ephe, Honorary Fellow, School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the Witwatersrand, Johannesburg 2050
jllq@rupestre.on-rev.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org