Navigation – Plan du site
Dynamiques de peuplement

Domestication animale en Afrique

Joséphine Lesur-Gebremariam
p. 38-46

Résumés

La diversité culturelle et environnementale de l’Afrique a favorisé un grand nombre de schémas d’adoption de l’élevage dont nous n’avons aujourd’hui encore qu’une compréhension limitée. Cet article présente un rapide tour d’horizon des données archéozoologiques et paléogénétiques actuellement disponibles sur la question et tente de dégager quelques conclusions générales sur le début de la domestication animale et son impacts sur les sociétés qui ont occupées les différentes régions du continent durant l’Holocène.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Phénomène planétaire et intemporel, puisqu’il s’est produit sur tous les continents (sauf l’Océanie) et sur plusieurs millénaires, la domestication animale a pris des formes très variées selon les cultures et les environnements qui l’ont vue naître. De même, la diffusion des espèces domestiques dans des régions où elles n’existaient pas à l’état sauvage a profondément bouleversé les sociétés et les écosystèmes concernés.

2Ce constat est particulièrement vrai pour l’Afrique où la diversité culturelle et environnementale a favorisé un grand nombre de schémas d’adoption de l’élevage dont nous n’avons aujourd’hui qu’une compréhension encore limitée. Les nombreuses sociétés pastorales et agro-pastorales ont ainsi développé depuis plusieurs millénaires des modes de vie où l’animal domestique joue un rôle central dans les sphères économique, culturelle et symbolique, comme en témoignent les nombreuses représentations pariétales qui parsèment le continent mais aussi le soin apporté à la décoration des animaux chez certains éleveurs nomades actuels (fig. 1).

3Par l’étude archéozoologique et génétique des restes fauniques provenant de sites holocènes de tout le continent, de nombreux chercheurs ont essayé de reconstruire les différents processus qui ont conduit à l’adoption de l’élevage et les conséquences qu’ils ont pu avoir sur les sociétés humaines. Par ce rapide tour d’horizon des données actuellement disponibles, nous allons donc présenter leurs principales conclusions sur la question.

Fig. 1

Fig. 1

Animal emblématique dans un troupeau de bovins boran de la région de Turmi, Éthiopie (Photo J. Lesur-Gebremariam)

Une origine controversée : le bœuf africain

4Si pour l’Europe, les données concernant l’origine de la domestication du bœuf (Bos taurus), notamment paléogénétiques, montrent sans doute possible une origine proche-orientale (Bollongino et al. 2008), la question est loin d’être résolue pour l’Afrique. Dans les années 1970, lors de leur prospection en Égypte méridionale, dans la région de Nabta Playa et Bir Kiseiba, zones d’anciennes playas, l’équipe de Wendorf et Schild a mis au jour un grand nombre de vestiges allant du IXe au IIe millénaire avant J.-C. Parmi les plus anciens sites, Bir Kiseiba (fig. 2), daté entre 8 500 et 7 800 cal avant J.-C., a fourni quelques restes de bovinés attribués au bœuf domestique et non à l’aurochs potentiellement présent dans la région à cette époque (Gautier 1980, 2001). Toutefois, cette détermination reste problématique, car elle s’appuie essentiellement sur deux critères paléoécologiques. D’une part, les autres restes de faune trouvés sur ce site (principalement lièvre et gazelle dorcas) montrent clairement un milieu très aride dans lequel l’aurochs n’aurait pu survivre seul. D’autre part, dans tous les sites nord-africains, il semble que l’aurochs soit toujours accompagné de bubale, ici absent (Gautier 2001 : 629). Ces arguments sont cependant critiqués et, comme le souligne C. Grisgon (2000 : 48), dans de petits échantillons, l’absence de preuve n’est pas une preuve d’absence. Le statut de ce bovin du IXe millénaire reste donc encore incertain mais, s’il était domestique, l’ancienneté du site suggérerait un processus local de domestication presque contemporain à celui intervenu au Proche-Orient (Vigne 2004).

5Les premiers restes assurés de bœuf domestique en Afrique sont datés du VIIe millénaire et proviennent encore d’Afrique du Nord (fig. 2), plus précisément d’Égypte méridionale (Nabta Playa E75-8 : Gautier 1980, 2001 et Wadi Bakht : Gautier 1980) et du Tibesti (Enneri Bardagué : Hassan 2002). Les dates seraient cette fois compatibles avec une introduction depuis le Proche-Orient.

6Outre l’ancienneté de Bir Kiseiba, d’autres arguments ont été avancés pour une domestication locale du bœuf. Des éléments morphologiques qui suggèrent l’existence d’un bœuf africain (Bos africanus) différent du bœuf taurin (Bos taurus) et du zébu (Bos indicus) appuient l’hypothèse selon laquelle l’aurochs ayant vécu en Afrique du Nord et saharienne durant le Pléistocène et une partie de l’Holocène serait une sous-espèce différente (Bos primigenius mauritanicus) de celle présente au Proche-Orient et en Europe (Bos primegenius primigenius), plus petite et gracile (Linseele 2004). Certains chercheurs supposent que cet aurochs aurait été domestiqué et aurait donné naissance au Bos africanus (Grigson 1991, 2000), espèce presque éteinte aujourd’hui en raison de la grande peste bovine qui a frappé le continent à la fin du xixe siècle. La plupart des bovins ayant survécu auraient été métissés avec des zébus ou des bœufs européens.

7Ce bœuf africain est principalement connu au niveau archéologique par les restes osseux et les représentations graphiques datant de la période pharaonique en Égypte. Il se caractériserait notamment par de longues cornes et une bosse cervicale moins développée que celle du zébu (Grigson 1991, 2000).

8Cependant, de l’avis même de Grigson (2000), les données ostéologiques ne sont pas encore suffisantes pour confirmer ces hypothèses. La distinction entre un bœuf africain et le bœuf taurin ou le zébu reste donc à faire, d’autant plus que, morphologiquement, celui-ci serait très proche du sanga africain actuel, croisement entre le bœuf taurin et le zébu dont l’origine est peut-être très ancienne, comme nous le verrons par la suite.

9L’autre argument fort avancé pour l’existence d’un bœuf typiquement africain vient des études génétiques qui se fondent notamment sur l’analyse extensive de séquences individuelles provenant de races bovines actuelles, européennes, proche-orientales et africaines. Selon elles, la diversité des séquences africaines est regroupée autour d’un haplotype (T1) absent des échantillons européens et très faiblement rencontré dans les séquences d’Anatolie et du Proche-Orient (Troy et al. 2001 ; Hanotte et al. 2002 ; Edwards et al. 2004).

10Les résultats qui suggèrent un foyer de domestication en Afrique du Nord-Est se fondent tous sur des données génétiques contemporaines car à la fin du xixe siècle, la grande épidémie de peste bovine a réduit considérablement les cheptels. Ces travaux portent donc sur des bovins introduits récemment et qui ne reflètent pas la diversité biologique et génétique passée.

11Depuis 2006, une équipe internationale portée par l’Umr 7209 (Cnrs/Mnhn) et le PalaeogeneticsGroup de l’Université de Mayence (Allemagne) mène des analyses paléogénétiques sur des restes d’aurochs et de bœuf néolithiques provenant du Maroc, qui apportent des éléments nouveaux. Les résultats ne sont pas encore définitifs, mais les premières séquences issues de ces spécimens ne confirment pas les données issues de l’Adn moderne. Elles suggèrent à l’inverse une proximité génétique entre les aurochs et les bœufs proche-orientaux et africains (Bollongino et al. en préparation). De même, l’analyse paléogénétique d’un os de bœuf provenant d’un site érythréen du début du Ier millénaire de notre ère a livré une séquence qui place ce spécimen dans l’haplogroupe T/T3, très fréquent au Proche-Orient (Ascunce et al. 2007).

12L’origine du bœuf africain est donc encore incertaine et si sa présence est avérée depuis au moins le VIIe millénaire avant J.-C., on ne peut assurer qu’elle résulte d’une domestication locale par les populations de l’Est saharien ou d’une introduction depuis le Proche-Orient. Quoiqu’il en soit, la grande ancienneté des sites atteste sans aucun doute que le bœuf fut le premier animal élevé sur le continent.

Fig. 2

Fig. 2

Localisation des principaux sites mentionnés dans le texte montrant l’importance du Nord-Est africain dans l’origine de l’élevage en Afrique

Les animaux venus d’ailleurs

13A contrario, pour un certain nombre d’espèces animales, l’absence de leur ancêtre sauvage en Afrique atteste sans aucun doute leur origine exogène. Tel est le cas notamment des caprinés (mouton, Ovis aries, et chèvre, Capra hircus), du porc (Sus domesticus), du chien (Canis familiaris) ou plus récemment du zébu (Bos indicus), du dromadaire (Camelus dromedarius) et du poulet (Gallus gallus).

14Leur origine est double. La première introduction s’est en effet faite depuis le Proche-Orient via l’Égypte pour des animaux d’embouche tels que les moutons, chèvres et porcs. La présence des caprinés est attestée dès le VIe millénaire avant J.-C. dans le sud du Sinaï (région de El Qaa : Close 2002) et dans l’est de l’Égypte (Sodmein Cave : Vermeersch et al. 1994 ; voir fig. 2). Leur diffusion le long du Nil ainsi que dans le Sahara et le long des côtes d’Afrique du Nord a été rapide puisqu’on les trouve dans ces régions dès le Ve millénaire (Close 2002).

15À cette époque, plusieurs sites de Basse-Égypte (fig. 2) comme le Fayoum, Merimdé Beni-Salâmé et el-Omari sont occupés par des populations présentant une panoplie néolithique complète, avec notamment espèces domestiques animales (caprinés et porcs) et végétales (blé et orge) d’origine asiatique. On repère également des influences venues du Proche-Orient dans certains de leurs outils lithiques et décorations céramiques (Midant-Reynes 2003 ; Tristant 2005).

16Le chien fait aussi son apparition en Afrique au Ve millénaire. Comme les précédentes espèces, il vient très probablement du Proche-Orient et apparaît d’abord en Basse-Égypte à Merimdé Beni-Salâmé (Driesch & Boessneck 1985). Contrairement au porc qui resta pendant plusieurs millénaires cantonné à l’Afrique du Nord, le chien est attesté moins d’un millénaire plus tard au Soudan sur le site de Kadero (Gautier 1984 ; voir fig. 2) et, pendant le millénaire suivant, dans le Maghreb et le Sahara (Paris 1992).

17La dernière des principales espèces domestiques à venir du Proche-Orient serait le poulet (MacDonald 1992). C’est encore d’Égypte que provient son plus ancien témoignage grâce au dessin d’un jeune coq dans la tombe de Ramsès IX (1156-1148 avant J.-C.). Cependant, il semble que ces animaux n’aient pas été très répandus dans la région avant la période ptolémaïque, vers le ive siècle avant J.-C (Clutton-Brock 1993 : 62).

18L’Asie semble avoir aussi fourni, via la péninsule arabique, d’autres animaux domestiques qui sont rapidement devenus d’une importance capitale dans la vie économique et culturelle de nombreuses populations africaines. Tel est le cas du dromadaire. Les plus anciens restes proviennent de Qasr Ibrim en Basse-Nubie, site daté du Ier millénaire avant J.-C. (Rowley-Conwy 1988 ; voir fig. 2). La diffusion de cette espèce vers le Maghreb et le Sahara s’est faite progressivement et elle ne s’est vraiment répandue dans ces régions qu’au début de notre ère (Bulliet 1990). Le dromadaire est originaire de la péninsule arabique où il est attesté dès le IIIe millénaire avant notre ère (Grigson, Gowlett & Zarins 1989), mais on ne sait pas encore s’il a été introduit via le Sinaï et l’Égypte ou via la Corne de l’Afrique, les données dans cette région étant encore trop lacunaires pour apporter des éléments de réponse (Lesur 2007).

19Une autre espèce asiatique majeure, le zébu, a été domestiquée dès le IVe millénaire avant J.-C. au Pakistan (Epstein & Mason 1984). Son arrivée est difficile à cerner en raison de sa proximité morphologique avec le bœuf taurin (Grigson 1980). De plus, toutes les races de bœufs africains d’aujourd’hui résultent d’un métissage entre les deux sous-espèces qui a pu commencer peu après l’arrivée du zébu. La première attestation de sa présence est une peinture dans une tombe égyptienne datée vers 1500 avant J.-C. (Epstein 1971). Par ailleurs, quelques études génétiques récentes ont apporté de nouvelles données sur son mode d’introduction. L’une se fonde sur l’étude du polymorphisme de microsatellites autosomaux d’une cinquantaine de races bovines pour calculer les valeurs en composantes principales des variations génétiques entre elles (Hanotte et al. 2002). Les résultats montrent très clairement que la part de zébuau sein des races diminue lorsque l’on s’éloigne de la Corne de l’Afrique (fig. 3), suggérant ainsi une introduction par cette région et les côtes orientales plutôt que par le Sinaï. Toutefois, cette hypothèse reste à confirmer.

Fig. 3

Fig. 3

Carte synthétique illustrant la variation géographique des proportions de zébu chez différentes races de bovins africains actuels ; les parties les plus foncées illustrent les races où cette proportion est la plus forte (d’après Hanotte et al. 2002)

Domestications africaines

20Outre le bœuf, dont l’origine reste encore controversée, deux autres espèces posent la question d’une domestication africaine.

21La plus certaine, puisqu’elle n’est présente qu’en Afrique, est la pintade de Numidie (Numida meleagris), dont plusieurs sous-espèces occupent une grande partie du continent, notamment l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne. Toutefois, l’exploitation simultanée par les populations anciennes d’individus sauvages et domestiques, ainsi que la grande proximité morphologique entre la pintade et le poulet, rendent difficile la mise en évidence archéologique des débuts de cette domestication. Ainsi, en Afrique de l’Ouest, seuls quelques ossements ont pu être attribués à la pintade dans des sites sénégalais du Ier millénaire de notre ère, sans toutefois que son statut sauvage ou domestique ait pu être déterminé clairement (MacDonald & MacDonald 2000).

22Cet état de fait est d’autant plus surprenant que la pintade est attestée en Grèce dès le ve siècle avant J.-C., ainsi que sur le pourtour méditerranéen pendant la période romaine (Mongin & Plouzeau 1984) – ce qui incite d’ailleurs Gautier (1990) à suggérer qu’elle a pu être domestiquée au Maghreb à une période encore inconnue, mais probablement pendant le Ier millénaire avant notre ère, puis diffusée vers le Nord.

23Le cas de l’âne est plus complexe car, durant l’Holocène, l’aire de répartition de l’âne sauvage (Equus africanus) s’étendait de l’Afrique du Nord et de l’Est au Proche-Orient et à la péninsule arabique, rendant difficile la localisation du foyer primaire de domestication. Par ailleurs, même s’il a été consommé à différentes périodes et dans différentes régions, il a principalement été utilisé comme animal de transport et, de ce fait, il est mal représenté dans les assemblages archéozoologiques (Rossel et al. 2008).

24Les premiers restes d’âne domestique en Afrique proviennent de différents sites du nord de l’Égypte datés entre 4500 et 3500 avant J.-C. (Rossel et al. 2008). Un peu plus au sud, au Soudan, un métatarsien a été trouvé sur le site de Shaqadud, datant de la seconde moitié du IIIe millénaire avant notre ère (Peters 1991). Le problème principal réside dans la difficulté de différencier les formes domestiques et sauvages. Ainsi, l’étude ostéologique et morphométrique d’une dizaine de squelettes complets d’ânes provenant d’Abydos, daté vers 3000 avant J.-C. révèle, outre une morphologie très proche de celle des ânes sauvages actuels, des nombreuses pathologies osseuses qui témoignent de leur emploi pour le portage et donc de leur statut domestique (Rossel et al. 2008. Dans le centre et le nord de l’Afrique, bien que présent dans les assemblages et dans l’art rupestre, il semble que l’âne ne soit au contraire représenté que par des individus sauvages. La forme domestique n’apparaît qu’au cours du Ier millénaire de notre ère (Muzzolini 2000).

25La présence de l’âne domestique dans différents sites des IVe et IIIe millénaires du Proche-Orient et de la péninsule arabique (Vilà 2006 ; Uerpmann 1991) suggère que ces régions ont également pu être des foyers de domestication indépendants.

26De récentes études sur l’ADN mitochondrial d’ânes sauvages et domestiques modernes montrent que les seconds se regroupent selon deux haplotypes qui correspondraient aux deux sous-espèces africaines, à savoir l’âne de Nubie (Equus africanus africanus) et l’âne de Somalie (Equus africanus somaliensis) (Beja-Pereira et al. 2004 ; Vilà, Leonard & Beja-Pereira 2006). Même si le premier était également présent au Proche-Orient et dans la péninsule arabique durant une grande partie de l’Holocène, la plus grande diversité génétique des ânes africains renforce l’hypothèse selon laquelle le principal lieu de domestication serait le nord-est de l’Afrique, région d’origine des deux sous-espèces (Vilà, Leonard & Beja-Pereira 2006). Cependant, ces analyses se fondent sur du matériel moderne dont l’origine n’est pas assurée et il faudra attendre les résultats d’analyses génétiques d’ossements archéologiques pour vérifier ces hypothèses.

Diffusion tous azimuts

27Pour les introductions d’animaux comme pour les possibles domestications du bœuf et de l’âne, le nord-est du continent a donc joué un rôle fondamental dans l’adoption de l’élevage (fig. 2). Quelques éléments génétiques indiquent également des points d’entrée par la Corne de l’Afrique, bien que les données archéozoologiques y fassent encore cruellement défaut.

28La diffusion des espèces vers l’ouest et le sud s’est ensuite faite de manière très inégale et a été contrainte par de nombreux facteurs, à la fois culturels et naturels. De plus, la compréhension de la diffusion et de l’adoption de l’élevage est souvent limitée par le manque de données archéologiques. Dans certaines régions, l’absence est telle que nous ne pouvons avancer, à l’heure actuelle, que des hypothèses très générales.

29La position de l’Afrique dans des latitudes majoritairement tropicales, la grande diversité de ses paysages et les importantes variations climatiques qui l’ont affectée durant l’Holocène ont fortement influencé les mouvements des hommes et des animaux et ont été déterminants dans l’avancée du pastoralisme en Afrique de l’Ouest. La grande phase humide de la première moitié de l’Holocène puis le début de l’aridification à partir du VIe millénaire avant notre ère (Kuper & Kröpelin 2006) ont entraîné de grands mouvements migratoires en vidant progressivement les zones les plus arides du Sahara et en ouvrant au pastoralisme de nouvelles zones, notamment le Sahel, jusque-là inaccessibles en raison de la présence de la mouche tsé-tsé (Jousse 2004 : 196). Il faut attendre le IIe millénaire avant J.-C. pour que les premiers bœufs atteignent la Mauritanie.

30L’argument climatique est aussi avancé par Smith (2008) pour l’introduction du bétail (caprinés) et de la céramique dans le sud de l’Afrique. À la différence de la théorie généralement admise l’attribuant aux Bantu d’Afrique de l’Ouest (Plug 1996), l’auteur suggère que des populations d’Afrique de l’Est, sous la pression de l’arrivée des agriculteurs, auraient dès le Ier millénaire avant J.-C. commencé à migrer vers le sud. Leur progression aurait été favorisée vers le début de notre ère par l’amélioration des conditions climatiques qui auraient permis aux éleveurs de traverser la zone du Kalahari, alors plus favorable. Dans tous les cas, les débuts de l’élevage dans la partie méridionale de l’Afrique sont très récents puisque les premiers restes d’animaux domestiques n’apparaissent que vers le ier siècle après J.-C.

31L’un des principaux facteurs environnementaux est la présence de maladies infectieuses dans les zones tropicales et équatoriales, qui limitent l’avancée des cheptels. Ainsi, la pénétration des régions très humides et forestières est-elle rendue difficile par la présence de la mouche tsé-tsé, vecteur de la trypanosomiase (maladie du sommeil) particulièrement virulente pour les bovins, les caprinés et parfois aussi pour les hommes. Les maladies infectieuses touchant le bétail ont certainement représenté un obstacle non négligeable à l’installation des premières communautés pastorales (Gifford-Gonzalez 1998). On peut ainsi citer la fièvre de la vallée du Rift, la fièvre catarrhale ou encore la peste bovine, bien que cette dernière, originaire d’Asie, ne semble avoir fait son apparition en Afrique qu’à la fin du xixe siècle de notre ère. Ainsi, selon cet auteur :

Even under optimal conditions, pastoral stock in semiarid regions undergo cycles of herd growth and decimation, according to variations in climate and plant productivity as well as to recurrent epizootic diseases. (Gifford-Gonzalez 1998 : 194)

32C’est le cas notamment pour l’Afrique centrale où l’élevage est arrivé tardivement au cours du Ier millénaire avant J.-C. (Van Neer 2000). Les sociétés d’éleveurs semblent d’ailleurs s’être installées préférentiellement dans la région des grands lacs où l’altitude, supérieure à 1 500 mètres, empêche les risques de trypanosomiase (ibid. : 184). L’état des connaissances dans cette région est toutefois assez faible principalement en raison de la forte acidité des sols qui entraîne la destruction rapide des restes organiques. Outre les maladies infectieuses, la diffusion de l’élevage a aussi pu être limitée par la diversité des paysages et, notamment, les reliefs escarpés et les hautes altitudes, par exemple dans la Corne de l’Afrique. Il semble que les premiers animaux domestiques fassent leur apparition dans cette zone au cours du IIe millénaire avant J.-C. ou peut-être au début du IIIe millénaire (Gutherz et al. en préparation) mais, dans tous les cas, un millénaire plus tard que dans la région de Kassala, à la frontière entre le Soudan et l’Éthiopie (Lesur 2007). Une des raisons de ce retard pourrait être la difficulté, pour les troupeaux venus des plaines du Nord, à s’adapter aux reliefs escarpés. Ainsi, les bœufs et les moutons de Kerma (2400-1500 avant J.-C.) au Soudan présentent des caractéristiques morphologiques des animaux de plaines. On observe pour les bœufs une taille importante (environ 1,50 mètre au garrot ; Chaix 2000) et des longues pattes fines pour les moutons (Chaix & Grant 1987), alors que les races de montagne sont souvent plus petites et plus robustes (Alberro & Haïlé-Mariam 1982a, 1982b).

33Les problèmes infectieux et les obstcles topographiques ont dû considérablement ralentir la diffusion de l’élevage dans les montagnes riches en ressources mais difficiles d’accès. Elles ont pu rester à l’écart des influences pastorales pendant une très longue période, comme semble en témoigner l’absence d’animaux domestiques jusqu’au début de notre ère sur les hauts plateaux du sud de l’Éthiopie (Lesur, Vigne & Gutherz 2007).

34Enfin, la diffusion et l’adoption de l’élevage ont été avant tout fonction de facteurs humains et culturels. Nous ne pouvons résumer en quelques lignes la totalité des différents schémas potentiels d’adoption de l’élevage : migrations humaines, acculturations, diffusions des techniques, des animaux… mais tous sont envisageables à une période ou à une autre à l’échelle du continent. Par ailleurs, la difficulté d’intégration de la production de plantes ou d’animaux domestiques dans le système social et économique des chasseurs-cueilleurs a été soulignée par nombre d’exemples ethnographiques ou ethno-archéologiques (Brooks, Gelburd & Yellen 1984 ; Guille-Escuret 1989 ; Marshall & Hilderbrand 2002). Comme l’a résumé Marshall (2000 : 213), les problèmes rencontrés par les -chasseurs-cueilleurs lors du passage à une économie de production sont nombreux : augmentation du coût du travail, mobilité restreinte et, surtout, effets sur les structures sociales. Brooks, Gelburd et Yellen (1984) ont ainsi montré que l’adoption de la production alimentaire par les !Kung avait immédiatement entraîné des changements radicaux et une reconfiguration de la société. Dans le cas précis de l’élevage, les inconvénients plus matériels sont aussi multiples : capital nécessaire à l’acquisition du stock, travail constant pour le pâturage, l’approvisionnement en eau, la traite, les soins, la reproduction, le parcage, la défense contre les prédateurs mais aussi contre les possibles raids des autres groupes pastoraux susceptibles de voler le cheptel. Ainsi, si l’on reprend l’exemple des hauts plateaux du sud de l’Éthiopie, les difficultés liées à la géographie physique sont souvent doublées par des contraintes anthropologiques (Lesur-Gebremariam 2009). Les peuples de ces régions, adaptés à leur exploitation, donc spécialisés, sont parfois moins aptes à assimiler de nouvelles modalités techno-économiques, comme le constat en a été fait dans des contextes un peu différents liés à l’insularité (Vigne 1997).

35On observe aussi au cours de la préhistoire des schémas intermédiaires où les conditions naturelles et culturelles permettent à certains groupes humains de partager leur alimentation entre ressources naturelles et domestiques. Ainsi au Kenya, aux IIIe et IIe millénaires avant notre ère, où de nombreux sites archéologiques étaient occupés par des sociétés produisant de la céramique, élevant quelques bovins et caprins, mais fondant encore une grande partie de leur subsistance sur les ressources sauvages (Marshall 1990, 2000 ; Gifford-Gonzalez & Kimengich 1984 ; Gifford-Gonzalez 1998). Ces modèles d’une économie alimentaire reposant principalement sur la chasse et la pêche mais complétée par quelques animaux domestiques ont perduré dans tout l’Est africain pendant un, voire deux millénaires selon les régions. Ils sont le reflet des interactions entre les chasseurs-cueilleurs et les groupes pastoraux et témoignent de la fluidité des systèmes économiques et sociaux (Marshall 2000 : 203).

36Au final, l’arrivée des animaux domestiques en Afrique et leur diffusion se sont faits de manière très disparate et dans une très longue durée. On peut alors imaginer une situation proche de celle qu’a décrite Guilaine (2003) à propos des mouvements de néolithisation autour de la Méditerranée :

Il est probable qu’en fonction des environnements aptes à être colonisés et de la dynamique des communautés agricoles, voire de la résistance des populations indigènes, la chronologie de la diffusion n’a pas répondu à un modèle homogène et régulier mais à ce que l’on peut appeler un modèle général « arythmique », marqué tantôt par des accélérations, tantôt par des tassements. (Ibid. : 106)

37L’état des connaissances et les différentes hypothèses émises sur la question dépendent également de l’état des recherches dans chaque pays, très inégal selon leur histoire politique, leur accessibilité et les conditions naturelles déterminantes pour la conservation des indices archéologiques d’origine organique. À l’exception de quelques pays des zones septentrionales et méridionales de l’Afrique, les données archéozoologiques sont encore très rares. Si l’on prend l’exemple de la Corne de l’Afrique, région grande comme trois fois la France, seule une dizaine de sites de l’Holocène ont été bien datés et étudiés. Ce n’est évidemment pas la seule région dans ce cas, et une grande partie de l’histoire de la domestication animale en Afrique reste encore à écrire, offrant de riches perspectives pour les recherches futures.

Haut de page

Bibliographie

Alberro, M. & S. Haïlé-Mariam. 1982a. « Bovins indigènes d’Éthiopie. 1re partie », Revue mondiale de zootechnie, 41 : 2-40.

Alberro, M. & S. Haïlé-Mariam. 1982b. « Bovins indigènes d’Éthiopie. 2e partie », Revue mondiale de zootechnie, 42 : 27-34.

Ascunce, M. S., A. Kitchen, P. R. Schmidt, M. M. Miyamoto & C. J. Mulligan. 2007. « An unusual pattern of ancient mitochondrial DNA haplogourps in Nothern African cattle », Zoological Studies, 46, 1 : 123-125.

Beja-Pereira, A., P. R. England, N. Ferrand, S. Jordan, A. O. Bakhiet, M. A. Abdalla, M. Mashkour, J. Jordana, P. Taberlet & G. Luikart. 2004. « African origins of the domestic donkey », Science, 304, 5678 : 1781.

Bollongino, R., J. Elsner, J.-D. Vigne & J. Burger. 2008. « Y-SNPs Do Not Indicate Hybridisation between European Aurochs and Domestic Cattle », PLoS ONE, 3,10: e3418. doi:10.1371/journal.pone.0003418.

Brooks, A., D. E. Gelburd & J. Yellen. 1984. « Food production and culture change among the !Kung San : implications for prehistoric research », in : J. D. Clark & S. A. Brandt (éd.), From Hunters to Farmers. The Cause and Consequences of Food Production in Africa. Berkeley, University of California Press : 293-310.

Bulliet, R. W. 1990. The Camel and the Wheel. Cambridge, Mass, Harvard University Press, 169 pages.

Chaix, L. 2000. « Les animaux et les morts à Kerma (Soudan) entre 2500 et 1500 avant J.-C. Faits archéologiques et interprétations », in : L. Bodson (éd.), Ces animaux que l’homme choisit d’inhumer. Contribution à l’étude de la place et du rôle de l’animal dans les rites funéraires. Liège, Université de Liège (Colloques d’histoire des connaissances zoologiques, 11) : 15-39.

Chaix, L. & A. Grant. 1987. « A study of a prehistoric population of sheep from Kerma (Sudan) : archaeozoological and archaeological implications », Archeozoologia, 1 : 77-92.

Close, A. 2002. « Sinai, Sahara, Sahel : the introduction of domestic caprines to Africa », in: “Jennerstrasse 8„ (éd), Tides of the Desert. Contributions to the Archaeology and Environnemental History of Africa in Honour of Rudolph Kuper. Cologne, Heinrich Barth Institut (Africa Praehistorica, 14) : 459-470.

Clutton-Brock, J. 1993. « The spread of domestic animals in Africa », in : T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah & A. Okpoko (éd.), The archaeology of Africa. Food, metals and towns. Londres, Routledge : 61-70.

Driesch, A.von den & Boessneck, J. 1985. Die Tierknochenfunde aus der neolithischen Siedlung von Merimde-Benisalâme am westlichen Nildelta. Munich, Uni-Druck, 341 pages.

Edwards, C. J., D. E. MacHugh, K. M. Dobney, L. Martin, N. Russel, L. K. Horwitz, S. K. McIntosh, K. C. MacDonald, D. Helmer, A. Tresset, J.-D. Vigne & D. Bradley. 2004. « Ancient DNA analysis of 101 cattle remains : limits and prospects », Journal of Archaeological Science, 31 : 695-710.

Epstein, H. 1971. The Origin of Domestic Animals in Africa. New York, African Publishing Corporation, 614 pages.

Epstein, H. & I. L. Mason. 1984. « Cattle», in : I. L. Mason (éd.), Evolution of Domesticated Animals. Londres, Longman : 7-27.

Gautier, A. 1980. « Contributions to the archaeozoology of Egypt », in : F. Wendorf & R. Child (éd.), Prehistory of the eastern Sahara. Dallas, Southern Methodist University Press : 317-344.

Gautier, A. 1984. « The fauna of the neolithic site of Kadero (central Sudan) », in : L. Krzyzaniak & M. Kobusiewicz (éd.), Origin and Early Development of Food-Producing Cultures in North Eastern Africa. Poznan, Polish Academy of Sciences et Poznan Archaeological Museum : 317-319.

Gautier, A. 1990. La domestication. Et l’homme créa ses animaux. Paris, Errance, 277 pages.

Gautier, A. 2001. « The Early to Late Neolithic from Nabta and Bir Kiseiba », in : F. Wendorf & R. Schild (éd.), Holocene Setllement of the Egyptian Sahara, Vol. 1. The Archaeology of Nabta Playa. New York, Kluwer Academic - Plenum Publishers : 609-635.

Gifford-Gonzalez, D. 1998. « Early pastoralism in East Africa : ecological and social dimensions », Journal of Anthropological Archaeology, 17 : 166-200.

Gifford-Gonzalez, D. & J. Kimengich. 1984. « Faunal evidence for early stock-keeping in the Central Rift of Kenya : preliminary findings », in : L. Krzyzaniak & M. Kobusiewicz (éd.), Origin and Early Development of Food-Producing Cultures in North-Eastern Africa. Poznan, Polish Academy of Sciences et Poznan Archaeological Museum : 457-471.

Grigson, C. 1980. « The craniology and relationship of four species of Bos, 5. Bos indicus L. », Journal of archaeological Science, 7, 1 : 3-32.

Grigson, C. 1991. « An African origins for African cattle ? Some archaeological evidence », African Archaeological Review, 9 :119-144.

Grigson, C. 2000. « Bos africanus (Brehm) ? Notes on the archaeozoology of the native cattle of Africa », in : R. M. Blench & K. C. MacDonald (éd.), The Origins and Development of African Livestock. Archaeology, Genetics, Linguistics and Ethnography. Londres, UCL Press : 38-60.

Grigson, C., J. A. J. Gowlett & J. Zarins. 1989. « The camel in Arabia. A direct radiocarbon date, calibrated to about 7000 BC », Journal of Archaeological Science, 16 : 355-362.

Guille-Escuret, G.1989. Les sociétés et leurs natures. Paris, Armand Colin, 137 pages.

Guilaine, J. 2003. De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée. Paris, Seuil, 321 pages.

Hanotte, O., D. G. Bradley, J. W. Ochieng, Y. Verjee, E. W. Hill & J. E. O. Rege. 2002. « African pastoralism. Genetic imprints of origins and migrations », Science, 296, 5566 : 336-339.

Hassan, F. A. 2002. Droughts, Food and Culture. Ecological Change and Food Security in Africa’s Later Prehistory. New York, Kluwer Academic, 278 pages.

Jousse, H. 2004. « A new contribution to the history of pastoralism in West Africa », Journal of African Archaeology, 2, 2 :187-202.

Kuper, R. & S. Kröpelin. 2006. « Climate-controlled Holocene occupation in the Sahara : motor of Africa’s evolution », Science, 313 : 803-807.

Lesur, J. 2007. Chasse et élevage dans la Corne de l’Afrique entre le Néolithique et les temps historiques. Oxford, Archaeopress (BAR International series, 1602 ; Cambridge Monographs in African Archaeology, 68), 221 pages.

Lesur-Gebremariam, J. 2009. « Origine et diffusion de l’élevage dans la Corne de l’Afrique : un état de la question », Les Annales d’Éthiopie, 24 : 173-208.

Lesur, J., J.-D. Vigne & X. Gutherz. 2007. « Exploitation of wild mammals in Southwest Ethiopia during the Holocene (4000 BC-500 AD) : the finds from Moche Borago shelter (Wolayta) », Environmental Archaeology, 12, 2 : 139-159.

Linseele, V. 2004. « Size and change of the African Aurochs during the Pleistocene and Holocene », Journal of African Archaeology, 2, 2 : 165-185.

MacDonald, K. C. 1992. « The domestic chicken (Gallus gallus) in Sub-Saharan Africa : a background to its introduction and its osteological differentiation from indigenous fowls (Numidinae and Francolinus sp.) », Journal of Archaeological Science, 19 : 303-318.

MacDonald, R. H. & K. C. MacDonald. 2000. « The origins and development of domesticated animals in arid West Africa », in : R. M. Blench & K. C. MacDonald (éd.), The Origins and Development of African Livestock. Archaeology, Genetics, Linguistics and Ethnography. Londres, UCL Press : 127-162.

Marshall, F. 1990. « Origins of specialized pastoral production in East Africa ». American Anthropologist,92 : 873-894.

Marshall, F. 2000. « The origins and spread of domestic animals in East Africa. », in : M. Blench et K. C. MacDonald (éd.), The Origins and Development of African Livestock : archaeology, genetics, linguistics and etnhography, London: UCL Press : 191-221.

Marshall, F. & E. Hildebrand. 2002. « Cattle before crops : the beginnings of food production in Africa », Journal of World Prehistory, 16, 2 : 99-141.

Midant-Reynes, B. 2003. Aux origines de l’Égypte. Du Néolithique à l’émergence de l’État. Paris, Fayard, 441 pages.

Mongin, P. & M. Plouzeau. 1984. « Guinea-fowl », in : I. L. Mason (éd.), Evolution of Domesticated Animals. Londres, Longman : 322-325.

Muzzolini, A. 2000. « Livestock in Saharan rock art », in : R. M. Blench & K. C. MacDonald (éd.), The Origins and Development of African Livestock. Archaeology, Genetics, Linguistics and Ethnography. Londres, UCL Press : 87-110.

Paris, F. 1992. « Chin Tafidet, village néolithique », Journal des africanistes, 62 : 33-54.

Peters, J. 1991. « The faunal remains from Shaqadud », in : A. E. Marks & A. Mohammed-Ali (éd.), The Late Prehistory of the Eastern Sahel. Dallas, Southern Methodist University Press : 197-235.

Plug, I. 1996. « Domestic animals during the Early Iron Age in southern Africa », in : G. Pwiti & R. Soper (éd.), Aspects of African Archaeology. Harare, University of Zimbabwe Publications : 515-520.

Rossel, S., F. Marshall, J. Peters, T. Pilgram, M. D. Adams & D. O’Connor. 2008. « Domestication of the donkey : timing, processes and indicators », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 105, 10 : 3715-3720.

Rowley-Conwy, P. 1988. « The camel in the Nile valley : new radiocarbon accelerator (AMS) date from Qasr Ibrim », Journal of Egyptian Archaeology, 74 : 245-248.

Smith, A. B. 2008. « Early herders in Southern Africa : a synthesis », in : S. Badenhorst, P. Mitchell & J. C. Driver (éd.), Animals and People. Archaeozoological Papers in Honour of Ina Plug. Oxford, Archaeopress (BAR International series, 1849) : 94-103.

Tristant, Y. 2005. « L’occupation humaine dans le delta du Nil aux Ve et IVe millénaires. Approche géoarchéologique à partir de la région de Amara (Delta oriental) », thèse d’archéologie, Écoles des hautes études en sciences sociales, 525 pages.

Troy, C. S., D. E. MacHugh, J. F. Bailey, D. A. Magee, R. T. Loftus, P. Cunningham, A. T. Chamberlain, B. C. Sykes & D. G. Bradley. 2001. « Genetic evidence for Near-Eastern origins of European Cattle », Nature, 410 : 1088-1091.

Uerpmann, H. P. 1991. « Equus africanus in Arabia », in : R. H. Meadow & H. P. Uerpmann (éd.), Equids in the Ancient World. Wiesbaden, Ludwig Reichert Verlag, vol. 1 : 12-33.

Van Neer, W. 2000. « Domestic animals from archaeological sites in Central and West-Central Africa », in : R. M. Blench & K. C. MacDonald (éd.), The Origins and Development of African Livestock. Archaeology, Genetics, Linguistics and Ethnography. Londres, UCL Press : 163-190.

Vermeersch, P. M., P. Van Peer, J. Moeyersons & W. Van Neer. 1994. « Sodmein Cave Site. Red Sea Mountains (Egypt) », Sahara, 6 : 31-40.

Vigne, J.-D. 1997. Îles : vivre entre ciel et mer. Paris, Nathan-Mnhn, 127 pages.

Vigne, J.-D. 2004. Les débuts de l’élevage. Paris, Le Pommier/Cité des sciences et de l’industrie, 135 pages.

Vilà, E. 2006. « Data on Equids from the late fourth and third millenium sites in Northern Syria », in : M. Mashkour (éd.), Equids in Time and Space. Papers in honour of Véra Eisenmann. Oxford, Oxbow Books : 101-123.

Vilà, C., J. A. Leonard & A. Beja-Pereira. 2006. « Genetic documentation of horse and donkey domestication », in : M. A. Zeder, D. G. Bradley, E. Emshwiller & B. D. Smith (éd.), Documenting Domestication. New Genetic and Archaeological Paradigms. Berkeley, University of California Press : 342-353..

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Animal emblématique dans un troupeau de bovins boran de la région de Turmi, Éthiopie (Photo J. Lesur-Gebremariam)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 2
Légende Localisation des principaux sites mentionnés dans le texte montrant l’importance du Nord-Est africain dans l’origine de l’élevage en Afrique
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 3
Légende Carte synthétique illustrant la variation géographique des proportions de zébu chez différentes races de bovins africains actuels ; les parties les plus foncées illustrent les races où cette proportion est la plus forte (d’après Hanotte et al. 2002)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joséphine Lesur-Gebremariam, « Domestication animale en Afrique », Les nouvelles de l'archéologie, 120-121 | 2010, 38-46.

Référence électronique

Joséphine Lesur-Gebremariam, « Domestication animale en Afrique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1000 ; DOI : 10.4000/nda.1000

Haut de page

Auteur

Joséphine Lesur-Gebremariam

Muséum national d’histoire naturelle – Cnrs, Umr 7209 «Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements», département Écologie et gestion de la biodiversité
jolesur@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org